Recommended Posts

Les britanniques vont envoyer de nouveaux effectifs en Afghanistan. 

 

https://uk.mobile.reuters.com/article/amp/idUKKBN1K02WI?__twitter_impression=true

Citation

Britain to almost double troops in Afghanistan after U.S. request

Andrew MacAskill

(Reuters) - The British government is planning to almost double the number of its troops in Afghanistan after a request from U.S. President Donald Trump for reinforcements to help tackle the fragile security situation there.

Prime Minister Theresa May announced the government will send an extra 440 troops, which would bring Britain's total to about 1,100, to help Afghan troops fighting Taliban and Islamic State insurgents.

The extra troops will be taking part in a NATO-led training mission, called Resolute Support, to train and assist Afghan forces. They will be based in Kabul and will not be in a combat role. British troops ended combat operations in 2014.

 

 

Petit rappel sur le cadre d'emploi de la mission britannique en Afghanistan. 

https://www.army.mod.uk/deployments/afghanistan/

Share this post


Link to post
Share on other sites
Quote

Afghanistan: poursuite des combats à Ghazni

De la fumée au-dessus de la ville de Ghazni attaquée par les talibans, le 10 août 2018 en Afghanistan / © AFP / ZAKERIA HASHIMI

Les talibans ont continué de résister dimanche aux forces afghanes pour la troisième journée consécutive à Ghazni, dans l'est de l'Afghanistan, malgré la confiance affichée par les autorités sur leur capacité à reprendre le contrôle.

S'exprimant devant la presse dimanche en après-midi, le chef d'état-major afghan, le général Sharif Yaftali, a assuré que "les forces de sécurité afghanes étaient en mesure de défendre Ghazni et de ramener la paix et la sécurité dans la ville".

"Nous espérons changer la donne dans les deux jours" a-t-il indiqué, affirmant que les "points stratégiques" de la ville étaient sous contrôle, ce qu'a démenti un responsable local. "Les opérations de nettoyage se poursuivent, notre priorité est de dégager les voies principales".

Juste avant l'offensive sur Ghazni, une délégation de talibans, dirigée par le responsable de leur bureau politique au Qatar, Muhammad Abbas Stanekzai, s'est rendue en Ouzbékistan pour évoquer le processus de paix et le retrait des forces étrangères, ont par ailleurs rapporté dimanche des sources officielles.

"Ce type de réunion va se poursuivre jusqu'à l'ouverture de vrais pourparlers de paix", a commenté dimanche le porte-parole du haut conseil afghan pour la paix, Sayed Ehsan Taheri, joint par l'AFP.

Samedi, le gouvernement s'était montré confiant en affirmant avoir repris "le contrôle" de Ghazni, ville de 280.000 habitants à deux heures au sud de la capitale, sur l'axe principal reliant Kandahar (sud) à Kaboul.

Mais avec les bilans humains désastreux qui commencent à circuler et évoquent, sans qu'il soit possible de les confirmer de source indépendante, des dizaines de morts et de blessés parmi les forces de l'ordre et les civils, le silence du président Ashraf Ghani fait l'objet de vives critiques.

- "La situation est chaotique" -

Le chef adjoint du conseil provincial, Amanullah Kamrani, a affirmé dimanche que "seuls le QG de la police, le bureau du gouverneur et quelques départements publics de Ghazni sont contrôlés par le gouvernement, le reste est aux mains des talibans".

"Il y a des dizaines de morts et de blessés, les gens se soignent chez eux ou dans les cliniques" a-t-il poursuivi. "La situation est chaotique et difficile pour les habitants", a poursuivi M. Kamrani.

"Il est difficile de trouver à manger et de l'eau, si le gouvernement et l'Otan n'interviennent pas, on est au bord d'une catastrophe humanitaire".

Pour illustrer la panique qui s'empare des habitants, le responsable a indiqué que le tarif du taxi pour Kaboul, d'ordinaire de 250 afghanis (4 dollars), est passé en trois jours à 3.500 afghanis (50 dollars).

Interrogé sur la chaîne de télévision afghane Tolo News, un habitant de Ghazni, Rahmatullah Andar, a également indiqué que "des combats intenses sont toujours en cours en ville, il n'y a toujours pas d'électricité et les réseaux téléphoniques sont coupés" - seule une compagnie a réussi à maintenir son service, a précisé le correspondant de l'AFP sur place.

"Il n'y a pas assez de forces pour repousser les talibans", a estimé M. Andar.

Les insurgés, arrivés en grand nombre jeudi soir dans Ghazni, avaient annoncé avoir fait venir des renforts de provinces plus au sud, Zabul et Helmand.

Selon le chef de la police locale, Farid Ahmad Marshal, les talibans ont lancé leur assaut jeudi soir entre 23H00 et minuit, en attaquant les barrages de sécurité qui ceinturent la ville.

Les élus de Ghazni indiquent avoir alerté à plusieurs reprises les autorités sur les risques d'un assaut des insurgés.

Dimanche pourtant, célébrant la Journée internationale de la Jeunesse, le président Ghani n'a pas mentionné une seule fois la situation à Ghazni au fil d'un discours de 45 minutes. Plusieurs figures éminentes de la société afghane, dont Saad Mohseni, le patron du groupe Moby qui possède Tolo News et plusieurs chaines de télévision à l'étranger, l'ont alpagué sur Twitter.

"Ghazni est en flammes mais le bureau du président s'occupe des célébrations de la Journée de la Jeunesse (...) A une grosse centaine de km de là, les combats continuent".

(©AFP / (12 août 2018 16h50)

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Quote

Afghanistan: le président Ghani offre un nouveau cessez-le-feu aux talibans

Le président afghan Ashraf Ghani a déclaré dimanche un cessez-le-feu de trois mois avec les talibans, à condition que ceux-ci interrompent également les combats, après une récente poussée de violence dans le pays.

"J'annonce à nouveau un cessez-le-feu à partir de demain (lundi, peu avant l'Aïd al-adha, la fête musulmane du sacrifice) jusqu'à l'anniversaire du prophète (le 21 novembre) à condition que les talibans fassent de même", a lancé le président Ghani lors d'une intervention télévisée à l'occasion du jour de l'indépendance nationale.

Dans des communiqués séparés, le chef de la diplomatie américaine, Mike Pompeo, et le secrétaire général de l'Otan, Jens Stoltenberg, ont dit soutenir cette offre de cessez-le-feu.

"Il n'y a pas d'obstacles pour les pourparlers... Le temps de la paix est venu", a déclaré M. Pompeo à l'égard des talibans. "Nous restons prêts à soutenir, faciliter et participer à des négociations directes entre le gouvernement afghan et les talibans", a-t-il ajouté.

Un premier cessez-le-feu de quelques jours avait été déclaré entre les deux parties en juin dernier pour la fin du ramadan.

L'administration afghane a supprimé "tous les obstacles" à la paix, après avoir consulté dignitaires religieux, partis politiques et société civile, a remarqué M. Ghani. "Nous appelons la direction des talibans à accueillir les voeux de paix longue et véritable des Afghans. Nous les exhortons à se préparer à des discussions de paix basées sur les valeurs et principes islamiques".

- L'après Ghazni -

L'annonce intervient après dix derniers jours extrêmement violents. Le 9 août, les talibans ont lancé un assaut contre Ghazni, ville stratégique située à deux heures de route de Kaboul. L'armée afghane, appuyée par des raids aériens américains, a peiné plusieurs jours avant de parvenir à les repousser.

Le ministre afghan de la Défense, Tariq Shah Bahrami, a communiqué un bilan d'au moins 100 membres des forces de sécurité tués dans la bataille, ainsi que 20 à 30 civils. Le représentant spécial de l'ONU en Afghanistan, Tadamichi Yamamoto, a de son côté cité des estimations faisant état de "110 à 150 victimes" civiles à Ghazni.

Les talibans ont également conquis une base de l'armée afghane dans le Nord-Ouest tandis qu'un attentat du groupe Etat islamique (EI) dans une école de Kaboul a tué au moins 37 personnes, pour la plupart des adolescents.

Le président Ghani n'a toutefois pas mentionné l'EI dans son annonce de cessez-le-feu, bien que ce groupe soit à l'origine de la plupart des attaques les plus meurtrières contre les civils cette année.

- 'Soutien' pakistanais -

"Il n'y a aucun doute qu'il y a un désespoir du côté du gouvernement pour parvenir à un accord de paix avec les talibans. C'est la seule manière de sortir de ce conflit sanglant et une demande légitime des Afghans", a commenté l'analyste Haroon Mir, interrogé par l'AFP. "Mais je doute que les talibans (cesseront de combattre) vu leurs positions passées et leurs victoires sur le terrain."

Les talibans n'ont pas encore répondu à l'appel du chef de l'Etat. Mais ils ont à de multiples reprises refusé de négocier avec les autorités afghanes, qu'ils qualifient de "marionnettes" aux mains des Etats-Unis. Ce week-end, l'un de leurs dirigeants a de nouveau appelé à des discussions avec Washington.

Alors que les Etats-Unis avaient jusqu'alors systématiquement refusé les demandes de négociations directes avec les talibans, des officiels américains ont rencontré le mois dernier des représentants des insurgés au Qatar. Mais rien n'a filtré de leur rencontre.

L'annonce du cessez-le-feu a été immédiatement saluée par le Pakistan, pays voisin accusé par les autorités afghanes de soutenir les insurgés, notamment en leur fournissant des refuges de son côté de la frontière.

"Le Pakistan soutient totalement tous les efforts du genre qui contribuent à permettre une stabilité et une paix durables en Afghanistan", a fait savoir son ministère des Affaires étrangères dans un communiqué, appelant "toutes les parties (...) à mettre en place un cessez-le-feu".

Vendredi, le président afghan Ashraf Ghani, venu passer en revue des troupes à Ghazni, avait demandé au nouveau Premier ministre pakistanais, Imran Khan, "d'enquêter" sur l'assaut de Ghazni, affirmant que des talibans y ayant participé étaient soignés dans des hôpitaux pakistanais.

Un premier cessez-le feu de trois jours s'était tenu en Afghanistan mi-juin pour la fin du ramadan. Des talibans avaient alors posé pour des selfies avec des membres des forces de sécurité afghanes.

Ce cessez-le-feu, qui constituait une première, avait suscité des espoirs de possibles pourparlers de paix, après 17 ans de conflit. Mais de nouvelles attaques s'étaient produites les semaines suivantes.

bur-emh-us-ds/jf/gl/glr

(©AFP / (19 août 2018 22h49)

 

  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Le troisième volet des billetq du colonel Goya a l'occasion de l'anniversaire des 10 ans de l'embuscade d'Uzbeen

L'embuscade d'Uzbin (18 août 2008)- 3 Choc et tremblements
https://lavoiedelepee.blogspot.com/2018/08/lembuscade-duzbin-18-aout-2008-3-choc.html


Les deux précédents.

L'embuscade Uzbin (18 août 2008)- 1 Prolégomènes de l'échec
https://lavoiedelepee.blogspot.com/2018/08/lembuscade-uzbin-18-aout-2008-1.html

L'embuscade Uzbin (18 août 2008)- 2 Un col trop loin
https://lavoiedelepee.blogspot.com/2018/08/lembuscade-uzbin-18-aout-2008-2-un-col.html

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 21/12/2015 à 20:05, Wallaby a dit :

http://foreignpolicy.com/2014/12/03/the-war-over-u-s-war-crimes-in-afghanistan-is-heating-up-icc-hague/ (3 décembre 2014)

La cour pénale internationale de La Haye a longtemps évité de montrer du doigt les méfaits américains en Afghanistan. Mais cette trêve est sur le point de rompre.

https://www.lemonde.fr/ameriques/article/2018/09/10/pour-les-etats-unis-la-cour-penale-internationale-est-illegitime-et-deja-morte_5353174_3222.html (10 septembre 2018)

Le conseiller de Trump, John Bolton, menace de « sanctions » contre la juridiction, qui a fait part de son intention d’ouvrir une enquête sur des crimes de guerre en Afghanistan.

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a une heure, Wallaby a dit :

https://www.lemonde.fr/ameriques/article/2018/09/10/pour-les-etats-unis-la-cour-penale-internationale-est-illegitime-et-deja-morte_5353174_3222.html (10 septembre 2018)

Le conseiller de Trump, John Bolton, menace de « sanctions » contre la juridiction, qui a fait part de son intention d’ouvrir une enquête sur des crimes de guerre en Afghanistan.

 

Un pense bête sur la CPI : https://fr.wikipedia.org/wiki/Cour_pénale_internationale

Je me demandais bien quelles pouvaient être les sanctions prises par les US sur cet organe de l'ONU. Ton article plus précis que la news que j'avais lu ailleurs  m'a bien éclairé (merci)

Citation

« Nous allons interdire à ses juges et procureurs l’entrée aux Etats-Unis. Nous allons prendre des sanctions contre leurs avoirs dans le système financier américain et nous allons engager des poursuites contre eux dans notre système judiciaire, a-t-il promis. Nous ferons la même chose pour toute entreprise ou Etat qui assiste une enquête de la CPI sur les Etats-Unis, et nous prendrons note si des pays coopèrent avec les enquêtes de la CPI sur les Etats-Unis et leurs alliés. » John Bolton

On peut remarquer qu'avec les déclarations de Trump, de sa guignole à l'ONU, de son conseiller JB, les US ne se sont jamais autant torché aussi visiblement (sans masque) avec le droit international. On remarque qu'il est encore une fois clairement notifié que si l'on n'est pas avec eux quoiqu'ils puissent dire ou faire, on est contre eux. Cette attitude de petit caïd va finir par agacer même dans les alliances les plus solides. Enfin toujours l'arme du dollar et des blocages de comptes.

Si jamais cette enquête devait être ouverte, je serai curieux de voir si des demandes de saisines seront posées contre Bush Junior et tout ses caniches (domestiques et internationaux), et s'ils seront attaqués pour leurs crimes contre la paix, les bavures de leurs pays, et autres casseroles. 

  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Petit retour en arrière, j'avais déjà vu le documentaire Restrepo, et enfin j'ai put voir le documentaire qui est une suite de Restrepo, Korengal. 

Se témoignage est très intéressant :

https://www.statesman.com/news/local/father-search-for-meaning-takes-him-battlefield-where-son-died/DXGBHi9BlacMW2f1dbEO7N/

Dans le documentaire Korengal, les gars de la 173 airborne explique qu'ils n'étaient pas du tout préparé pour combattre dans cette vallée entourée d'immense montagnes. 

La je me dis que se type de terrain, avec nos chasseurs Alpins la mission aurait sûrement été différente au vu de leur expertise dans le domaine de la montagne et du combat dans se type de milieu . 

Alors on peut extrapoler et refaire le match, mais je pense que les Talibans auraient vraiment été gêner face aux capacités de nos Alpins. 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Sauf que nos alpins n'auraient pas eu les drones, appuis, soutiens logistiques et santé au standard US. Autant dire que ce n'aurait pas été beaucoup plus rose pour eux!

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 3 heures, gustave a dit :

Sauf que nos alpins n'auraient pas eu les drones, appuis, soutiens logistiques et santé au standard US. Autant dire que ce n'aurait pas été beaucoup plus rose pour eux!

une des particularité de notre armée est sa rusticité et efficacité qui étonne, alors que les US sont trop bouffés par le technologisme et les gadgets. Je ne dis pas qu'il ne faut pas en avoir, mais qu'il ne faut pas oublier à savoir se battre sans...

Share this post


Link to post
Share on other sites

Les US savent aussi faire, je connais assez peu d'armées ayant un esprit aussi guerrier que le leur. Et en dépit de notre rusticité et de nos qualités nous n'avons pas livré une démonstration si éclatante que cela durant notre passage là-bas...

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 8 minutes, gustave a dit :

Les US savent aussi faire, je connais assez peu d'armées ayant un esprit aussi guerrier que le leur. Et en dépit de notre rusticité et de nos qualités nous n'avons pas livré une démonstration si éclatante que cela durant notre passage là-bas...

dans l'absolu c'est vrai, toutefois on a mieux limité la casse avec moins de moyens...

Share this post


Link to post
Share on other sites

Pas beaucoup moins de moyens que certaines unités US. De plus il est difficile de comparer des zones fort différentes dans leur géographie physique et humaine...

Share this post


Link to post
Share on other sites

Oui, comme le montre le smiley de Task & Purpose, cette proposition de privatiser la guerre en Afghanistan est plus que loufoque... 

Bon Mattis à déjà fait entendre que ça ne se ferait pas, je pense que l'ancien il apprécie pas du tout  les idées des ex de black water, et a mon avis le système des contractors, devenu trop important à son goût. 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

https://www.france24.com/fr/20181018-afghanistan-fusillade-commandant-otan-kandahar (18 octobre 2018)

Plusieurs personnes ont été tuées lors d'une fusillade, jeudi, dans le palais du gouverneur de Kandahar. L'attaque, revendiquée par les Taliban, visait le chef de la police de la région, abattu, et le général de l'Otan en Afghanistan.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


  • Member Statistics

    5,526
    Total Members
    1,550
    Most Online
    Billou
    Newest Member
    Billou
    Joined
  • Forum Statistics

    20,934
    Total Topics
    1,329,644
    Total Posts
  • Blog Statistics

    3
    Total Blogs
    2
    Total Entries