Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Les services de renseignements dans le monde


Recommended Posts

Le 10/07/2019 à 23:28, Rob1 a dit :

L'Australian Signals Directorate a annoncé que John Blaxland va écrire son histoire officielle. Celle-ci est prévue pour 2022 et ne devrait pas couvrir les 20 dernières années. Blaxland était déjà l'auteur des deux derniers des trois tomes de l'histoire officielle de l'Australian Security Intelligence Organisation (ASIO).

 Le GCHQ a aussi une histoire officielle prévue pour son centenaire cet automne.

L'histoire du GCHQ ne s'est pas transformée en arlésienne : https://www.bloomsbury.com/au/behind-the-enigma-9781526605474/

Par contre, on peut oublier celle de l'ASD, l'agence a brusquement rompu son contrat récemment alors que l'auteur avait bossé plus d'un an dessus : https://www.smh.com.au/politics/federal/cyber-spy-agency-dumps-military-historian-from-writing-its-official-history-20200917-p55wpo.html

  • Thanks 1
  • Upvote 1
Link to post
Share on other sites
  • 3 weeks later...

Faute de topic Al-Qaeda (vedette volée et sujet tombé en désuétude depuis 10ans), je mets ici.

Les US auraient fait liquider Abdullah Ahmed Abdullah par deux agents du Mossad à Téhéran, le 7 août dernier (anniversaire de l'attaque de l'ambassade US à Nairobi en 98). Le déroulé est intéressant NYTimes : Al Qaeda’s No. 2, Accused in U.S. Embassy Attacks, Was Killed in Iran

Révélation

WASHINGTON — Al Qaeda’s second-highest leader, accused of being one of the masterminds of the deadly 1998 attacks on American embassies in Africa, was killed in Iran three months ago, intelligence officials have confirmed.

Abdullah Ahmed Abdullah, who went by the nom de guerre Abu Muhammad al-Masri, was gunned down on the streets of Tehran by two assassins on a motorcycle on Aug. 7, the anniversary of the embassy attacks. He was killed along with his daughter, Miriam, the widow of Osama bin Laden’s son Hamza bin Laden.

The attack was carried out by Israeli operatives at the behest of the United States, according to four of the officials. It is unclear what role if any was played by the United States, which had been tracking the movements of Mr. al-Masri and other Qaeda operatives in Iran for years.

The killing occurred in such a netherworld of geopolitical intrigue and counterterrorism spycraft that Mr. al-Masri’s death had been rumored but never confirmed until now. For reasons that are still obscure, Al Qaeda has not announced the death of one of its top leaders, Iranian officials covered it up, and no country has publicly claimed responsibility for it.

Mr. al-Masri, who was about 58, was one of Al Qaeda’s founding leaders and was thought to be first in line to lead the organization after its current leader, Ayman al-Zawahri.

Long featured on the F.B.I.’s Most Wanted Terrorist list, he had been indicted in the United States for crimes related to the bombings of the U.S. embassies in Kenya and Tanzania, which killed 224 people and wounded hundreds. The F.B.I. offered a $10 million reward for information leading to his capture, and as of Friday, his picture was still on the Most Wanted list.

20111408213979563.png

The F.B.I. wanted poster for Abdullah Ahmed Abdullah, who went by the nom de guerre Abu Muhammad al-Masri. Credit...Federal Bureau of Investigation

That he had been living in Iran was surprising, given that Iran and Al Qaeda are bitter enemies. Iran, a Shiite Muslim theocracy, and Al Qaeda, a Sunni Muslim jihadist group, have fought each other on the battlefields of Iraq and other places.

American intelligence officials say that Mr. al-Masri had been in Iran’s “custody” since 2003, but that he had been living freely in the Pasdaran district of Tehran, an upscale suburb, since at least 2015.

Around 9:00 on a warm summer night, he was driving his white Renault L90 sedan with his daughter near his home when two gunmen on a motorcycle drew up beside him. Five shots were fired from a pistol fitted with a silencer. Four bullets entered the car through the driver’s side and a fifth hit a nearby car.

As news of the shooting broke, Iran’s official news media identified the victims as Habib Daoud, a Lebanese history professor, and his 27-year-old daughter Maryam. The Lebanese news channel MTV and social media accounts affiliated with Iran’s Islamic Revolutionary Guards Corps reported that Mr. Daoud was a member of Hezbollah, the Iranian-backed militant organization in Lebanon.

It seemed plausible.

The killing came amid a summer of frequent explosions in Iran, mounting tensions with the United States, days after an enormous explosion in the port of Beirut and a week before the United Nations Security Council was to consider extending an arms embargo against Iran. There was speculation that the killing may have been a Western provocation intended to elicit a violent Iranian reaction in advance of the Security Council vote.

And the targeted killing by two gunmen on a motorcycle fit the modus operandi of previous Israeli assassinations of Iranian nuclear scientists. That Israel would kill an official of Hezbollah, which is committed to fighting Israel, also seemed to make sense, except for the fact that Israel had been consciously avoiding killing Hezbollah operatives so as not to provoke a war.

In fact, there was no Habib Daoud.

Several Lebanese with close ties to Iran said they had not heard of him or his killing. A search of Lebanese news media found no reports of a Lebanese history professor killed in Iran last summer. And an education researcher with access to lists of all history professors in the country said there was no record of a Habib Daoud.

One of the intelligence officials said that Habib Daoud was an alias Iranian officials gave Mr. al-Masri and the history teaching job was a cover story. In October, the former leader of Egypt’s Islamic Jihad, Nabil Naeem, who called Mr. al-Masri a longtime friend, told the Saudi news channel Al Arabiya the same thing.

Iran may have had good reason for wanting to hide the fact that it was harboring an avowed enemy, but it was less clear why Iranian officials would have taken in the Qaeda leader to begin with.

Some terrorism experts suggested that keeping Qaeda officials in Tehran might provide some insurance that the group would not conduct operations inside Iran. American counterterrorism officials believe Iran may have allowed them to stay to run operations against the United States, a common adversary.

It would not be the first time that Iran had joined forces with Sunni militants, having supported Hamas, Palestinian Islamic Jihad and the Taliban.

“Iran uses sectarianism as a cudgel when it suits the regime, but is also willing to overlook the Sunni-Shia divide when it suits Iranian interests,” said Colin P. Clarke, a counterterrorism analyst at the Soufan Center.

Iran has consistently denied housing the Qaeda officials. In 2018, the Foreign Ministry spokesman Bahram Ghasemi said that because of Iran’s long, porous border with Afghanistan, some Qaeda members had entered Iran, but they had been detained and returned to their home countries.

However, Western intelligence officials said the Qaeda leaders had been kept under house arrest by the Iranian government, which then made at least two deals with Al Qaeda to free some of them in 2011 and 2015.

Although Al Qaeda has been overshadowed in recent years by the rise of the Islamic State, it remains resilient and has active affiliates around the globe, a U.N. counterterrorism report issued in July concluded.

Iranian officials did not respond to a request for comment for this article. Spokesmen for the Israeli prime minister’s office and the Trump administration’s National Security Council declined to comment.

Mr. al-Masri was a longtime member of Al Qaeda’s highly secretive management council, along with Saif al-Adl, who was also held in Iran at one point. The pair, along with Hamza bin Laden, who was being groomed to take over the organization, were part of a group of senior Qaeda leaders who sought refuge in Iran after the 9/11 attacks on the United States forced them to flee Afghanistan.

According to a highly classified document produced by the U.S. National Counterterrorism Center in 2008, Mr. al-Masri was the “most experienced and capable operational planner not in U.S. or allied custody.” The document described him as the “former chief of training” who “worked closely” with Mr. al-Adl.

In Iran, Mr. al-Masri mentored Hamza bin Laden, according to terrorism experts. Hamza bin Laden later married Mr. al-Masri’s daughter, Miriam.

201114082139177341.png

Hamza bin Laden Credit...Central Intelligence Agency

“The marriage of Hamza bin Ladin was not the only dynastic connection Abu Muhammad forged in captivity,” the former F.B.I. agent and Qaeda expert Ali Soufan wrote in a 2019 article for West Point’s Combating Terrorism Center.

Another of Mr. al-Masri’s daughters married Abu al-Khayr al-Masri, no relation, a member of the management council. He was allowed to leave Iran in 2015 and was killed by a U.S. drone strike in Syria in 2017. At the time, he was the second-ranking Qaeda official after Mr. Zawahri.

Hamza and other members of the Bin Laden family were freed by Iran in 2011 in exchange for an Iranian diplomat abducted in Pakistan. Last year, the White House said that Hamza bin Laden had been killed in a counterterrorism operation in the Afghanistan-Pakistan region.

Abu Muhammad al-Masri was born in Al Gharbiya district of northern Egypt in 1963. In his youth, according to affidavits filed in lawsuits in the United States, he was a professional soccer player in Egypt’s top league. After the Soviet invasion of Afghanistan in 1979, he joined the jihadist movement that was coalescing to assist the Afghan forces.

After the Soviets withdrew 10 years later, Egypt refused to allow Mr. al-Masri to return. He remained in Afghanistan where he eventually joined Bin Laden in the group that was later to become the founding nucleus of Al Qaeda. He was listed by the group as the seventh of its 170 founders.

In the early 1990s, he traveled with Bin Laden to Khartoum, Sudan, where he began forming military cells. He also went to Somalia to help the militia loyal to the Somali warlord Mohamed Farrah Aidid. There he trained Somali guerrillas in the use of shoulder-borne rocket launchers against helicopters, training they used in the 1993 battle of Mogadishu to shoot down a pair of American helicopters in what is now known as the Black Hawk Down attack.

201114082140160962.png

One of the American Black Hawk helicopters shot down in Mogadishu, Somalia, in 1993 by fighters trained by Mr. al-Masri.Credit...Scott Peterson/Getty Images

“When Al Qaeda began to carry out terrorist activities in the late 1990s, al-Masri was one of the three of Bin Laden’s closest associates, serving as head of the organization’s operations section,” said Yoram Schweitzer, head of the Terrorism Project of the Institute for National Security Studies in Tel Aviv. “He brought with him know-how and determination and since then was involved in a large part of the organization’s operations, with an emphasis on Africa.”

Shortly after the Mogadishu battle, Bin Laden put Mr. al-Masri in charge of planning operations against American targets in Africa. Plotting a dramatic, ambitious operation that, like the 9/11 attacks, would command international attention, they decided to attack two relatively well-defended targets in separate countries simultaneously.

Shortly after 10:30 a.m. on Aug. 7, 1998, two trucks packed with explosives pulled up in front of the American embassies in Nairobi, Kenya, and Dar es Salaam, Tanzania. The blasts incinerated people nearby, blew walls off buildings and shattered glass for blocks around.

In 2000, Mr. al-Masri became one of the nine members of Al Qaeda’s governing council and headed the organization’s military training.

He also continued to oversee Africa operations, according to a former Israeli Intelligence official, and ordered the attack in Mombasa, Kenya, in 2002 that killed 13 Kenyans and three Israeli tourists.

201114082312933352.png

Mr. al-Masri was said to have ordered an attack in Mombasa, Kenya, in 2002 that killed 13 Kenyans and three Israeli tourists. Credit...Pedro Ugarte/Agence France-Presse — Getty Images

By 2003, Mr. al-Masri was among several Qaeda leaders who fled to Iran which, although hostile to the group, seemed out of American reach.

“They believed the United States would find it very difficult to act against them there,” Mr. Schweitzer said. “Also because they believed that the chances of the Iranian regime doing an exchange deal with the Americans that would include their heads were very slim.”

Mr. al-Masri was one of the few high-ranking members of the organization to survive the American hunt for the perpetrators of 9/11 and other attacks. When he and other Qaeda leaders fled to Iran, they were initially kept under house arrest.

In 2015, Iran announced a deal with Al Qaeda in which it released five of the organization’s leaders, including Mr. al-Masri, in exchange for an Iranian diplomat who had been abducted in Yemen.

Mr. Abdullah’s footprints faded away, but according to one of the intelligence officials, he continued to live in Tehran, under the protection of the Revolutionary Guards and later the Ministry of Intelligence and Security. He was allowed to travel abroad and did, mainly to Afghanistan, Pakistan and Syria.

Some American analysts said Mr. al-Masri’s death would sever connections between one of the last original Qaeda leaders and the current generation of Islamist militants, who have grown up after Bin Laden’s 2011 death.

“If true, this further cuts links between old-school Al Qaeda and the modern jihad,” said Nicholas J. Rasmussen, a former director of the National Counterterrorism Center. “It just further contributes to the fragmentation and decentralization of the Al Qaeda movement.”

Adam Goldman and Eric Schmitt reported from Washington, Farnaz Fassihi from New York and Ronen Bergman from Tel Aviv. Hwaida Saad contributed reporting from Beirut and Julian E. Barnes from Washington.

 

Edited by Kerloas
  • Upvote 1
Link to post
Share on other sites

Les services secrets égyptiens avait un agent à la chancellerie allemande :

https://www.leparisien.fr/faits-divers/un-espion-egyptien-demasque-dans-l-entourage-d-angela-merkel-16-11-2020-8408641.php

.  travaillant pour le service de presse de la chancelière Angela Merkel. Amin K., né en Égypte, est soupçonné par la justice d'avoir transmis depuis des années « des informations au Service de renseignement général » égyptien (GIS) en profitant de sa position privilégiée au sein de ce service pour lequel il travaillait depuis 1999.

Début juillet, la police avait indiqué avoir ouvert une enquête contre lui. L'homme travaillait plus précisément au service des visites du centre de presse fédéral allemand, le Bundespresseamt, un département chargé notamment de la communication sur les activités de la chancellerie et aurait transmis des informations au GIS « au plus tard depuis juillet 2010 », 

Edited by collectionneur
Link to post
Share on other sites
Le 24/12/2017 à 15:15, rogue0 a dit :

Ou comment les SR britanniques ont utilisé il y a 100 ans, leur maitrise des câbles télégraphiques transocéaniques pour dominer les flux d'information pendant la première guerre mondiale.

"Vengeance" pendant la 2e GM, l'Italie a coupé les câbles britanniques en Méditerranée et idem par le Japon en Asie... ne restait plus qu'un câble passant autour de l'Afrique du Sud pour relier la Grande-Bretagne à ses colonies (je ne sais pas jusqu'où).

Link to post
Share on other sites

Un article australien sur la capture de la Nachrichten Fernsehsendung Aufklarung Kompanie 621, l'unité de renseignement électronique de Rommel en Afrique du Nord, et les leçons qu'on peut en tirer : https://researchcentre.army.gov.au/sites/default/files/aaj_2015_1.pdf

J'ai lu rapidement les leçons, c'est intéressant et clairement dit, mais ça me semble optimiste de compter uniquement sur les concernés pour qu'ils appliquent les principes de sécurité, notamment de ne pas garder de documents inutiles... les cas de l'USS Pueblo comme de l'EP-3E à Hainan suggèrent qu'il ne faut pas trop compter dessus.

Link to post
Share on other sites
  • 2 weeks later...
Le 29/12/2017 à 02:21, rogue0 a dit :

TheDailyBeast a commencé une série de 3 articles sur des manuels d'entraînement du feu KGB (toujours classifiés 30 ans après, car toujours en vigueur).

[...]

Note : manuels prétendument fournis par des SR européens (je présume MI6: je ne savais que l'auteur, Michael Weiss était dans les petits papiers des SR )

Weiss revient avec des dossiers du GRU sur la guerre psychologique qui, cette fois, datent de cette décennie :

 

Link to post
Share on other sites
Le 23/08/2019 à 10:29, collectionneur a dit :

Les méthodes de charme classique sont toujours à l'honneur chez les SR russes :bloblaugh:

https://www.lapresse.ca/international/etats-unis/201908/22/01-5238345-un-patron-americain-demissionne-apres-une-liaison-avec-une-espionne-russe.php?

Sa liaison avec une espionne russe,  Maria Butina,  qui avait séduit le gotha du lobby proarmes pour infiltrer la politique américaine faisait trop de vagues. Patrick Byrne, le patron du site de commerce en ligne Overstock.com, n’a eu d’autre choix que de démissionner mercredi.

Révélation

 

Dans un entretien au New York Times, M. Byrne a confié qu’il avait rencontré la jeune espionne aux cheveux flamboyants lors d’une convention libertarienne à Las Vegas et que son insistance pour rencontrer des membres de la campagne présidentielle de Hillary Clinton et Donald Trump lui a finalement mis la puce à l’oreille.

« En juillet 2018, j’ai compris », confie le patron dans le communiqué du 12 août. Il dit avoir informé immédiatement un militaire de haut rang et un élu, puis le département de la Justice en avril.

Voici la dame en question arrêté en juillet 2018, née 1989, condamné a 18 mois de prison :

https://en.m.wikipedia.org/wiki/Maria_Butina

 

 

Y a une affaire qui vient d'éclater, avec apparemment, une homologue chinoise à Butina, qui a butiné des politiciens californiens entre 2011 et 2015 (en majorité des démocrates prometteurs, des maires, et un parlementaire influent Salwell).
(identité de couverture : Fang Fang or Christine Fang)

cf cette enquête très détaillée de Axios

https://www.axios.com/china-spy-california-politicians-9d2dfb99-f839-4e00-8bd8-59dec0daf589.html

Pas de preuve (elle s'est volatilisé dès qu'elle s'est aperçu de la surveillance du FBI), mais la méthode et le ciblage sont classiques : étudiante dans un lobby pour asiatiques, qui fréquentait et organisait des rassemblements et des levées de fonds pour politiciens.

Tout comme Butina, ça ressemble plutôt du basique : à mi chemin entre agent d'influence non déclaré  et préparations à de l'espionnage (montage de dossier sur futurs politiciens importants, networking, repérage d'agent potentiel, détection de vulnérabilité (placement d'agent/amis par recommendation), voire au pire prise de photos cul pour kompromat ultérieur).
(C'est tellement basique que j'espère qu'on fait de même de notre côté...)

EDIT: pas le même niveau que  avec les vrais agents comme vus dans "The American", qui chassaient à plein temps des infos classifiées.

Elle était sous surveillance du FBI : à leur connaissance, elle n'a pas reçu d'information classifiée.
Mais le FBI était si inquiet de son ciblage de gens influent, qu'ils ont grillé leur surveillance pour prévenir les politiciens ciblés (en 2015).
Politiciens qui ont obéit aux consignes et cessé tout contact ...
 

Contrairement aux désastres de 2016 (le FBI qui prévient mal et tardivement les cibles de piratage (DNC), et la campagne Trump qui invite à bras ouvert les agents étrangers même après briefing du contre-esp)...

Edited by rogue0
  • Thanks 3
Link to post
Share on other sites

Article connexe de 2018

Pourquoi la Californie est une cible importante pour l'espionnage :

  • Russe (silicon valley, espionnage industriel)...
  • Et encore plus pour les chinois (même raison + grosse communauté asiatique à surveiller, influer, ou dont les votes des électeurs peuvent être promis aux "bons" politiciens)
    https://www.politico.com/magazine/story/2018/07/27/silicon-valley-spies-china-russia-219071
    (le passage sur les activités du MSS sur la flamme olympique de 2008 est assez énorme).
  • la Corée du Sud, Israël, et la France sont aussi mentionnés comme source d'espionnage (cocorico ironique!), notamment pour le renseignement sur le ciblage de startup à racheter.
  • plus la culture très ouverte de la Californie, qui facilite la recherche ... et le cauchemar du contre-esp.
     

Un chauffeur de Diane Feinstein arrêté et viré en 2015, suspecté d'être une source (bas niveau, non classifié) pour les SR chinois.
(note, il était chargé des relations avec les communautés asiatiques, donc les contacts étaient facilités)
https://www.sfchronicle.com/bayarea/matier-ross/article/Sen-Feinstein-had-a-Chinese-connection-she-13121441.php

Comme c'est aussi arrivé en Californie au même moment, il a probablement été grillé par la même enquête (ci-dessus).

Edited by rogue0
  • Upvote 1
Link to post
Share on other sites
  • 4 weeks later...

Ouais j'ai vu ça hier...

Et comme avec tout rafraîchissement de site institutionnel, les anciens liens des pages & documents ne marchent plus.mad.gif Il n'y en a pas un pour penser à créer un système de redirections :sleep:

  • Upvote 1
Link to post
Share on other sites
2 minutes ago, Rob1 said:

Ouais j'ai vu ça hier...

Et comme avec tout rafraîchissement de site institutionnel, les anciens liens des pages & documents ne marchent plus.mad.gif Il n'y en a pas un pour penser à créer un système de redirections :sleep:

Souvent c'est volontaire ...

Link to post
Share on other sites
il y a 2 minutes, g4lly a dit :

Souvent c'est volontaire ...

Dans quel but ? à part s'épargner un travail supplémentaire.

En 30 secondes je vois que les adresses en www.cia.gov/library/readingroom/* sont simplement changées en www.cia.gov/readingroom/. Ca doit pas être compliqué de coder un truc qui change toutes demandes de pages commençant par ma première adresse, même pas besoin d'un répertoire de toutes les pages.

 

Link to post
Share on other sites
1 minute ago, Rob1 said:

Dans quel but ? à part s'épargner un travail supplémentaire.

En 30 secondes je vois que les adresses en www.cia.gov/library/readingroom/* sont simplement changées en www.cia.gov/readingroom/. Ca doit pas être compliqué de coder un truc qui change toutes demandes de pages commençant par ma première adresse, même pas besoin d'un répertoire de toutes les pages.

Casser les liens ça casse l'indexation d'anciens documents ... en gros ca permet de faire peau neuve et de ne garder que ce qu'on veut.

Link to post
Share on other sites
il y a 2 minutes, g4lly a dit :

Casser les liens ça casse l'indexation d'anciens documents ... en gros ca permet de faire peau neuve et de ne garder que ce qu'on veut.

OK, ca me paraît logique pour les pages du site qui sont de l'actu, de la com' qui peuvent ne plus être pertinentes avec le temps...

Mais le site contenait aussi beaucoup de documents historiques, c'est indémodable et je pense qu'ils seront conservés... et les documents déclassifiés, j'en suis certain. Franchement, c'est idiot de ne pas assurer une continuité au moins pour ça.

  • Upvote 1
Link to post
Share on other sites

@Rob1 @rogue0 Et un 18e membre pour la communauté du renseignement américain. L'US Space Force a aussi son service qui vient de rejoindre cette très grande famille , la Space Force Intelligence, Surveillance and Reconnaissance Enterprise : je pensais à un doublon de la  US Air Force Intelligence, Surveillance, and Reconnaissance Agency mais il s'agit sans doute de la Space Delta 7 qui change de nom ou qui prend celui ci en plus pour raisons administrative : https://en.wikipedia.org/wiki/Space_Delta_7 :

https://www.military.com/daily-news/2021/01/09/us-intel-community-expands-space-force-unit.html/amp

 

Edited by collectionneur
Space Delta 7
Link to post
Share on other sites
  • 5 weeks later...
  • 2 weeks later...

Quatre officiers du renseignement militaire taïwanais à la retraite, dont un général, ont été inculpés pour espionnage au profit de la Chine, a annoncé le parquet du district de Taipei samedi. Les quatre suspects étaient chargés de développer un réseau d'espionnage et de collecter des informations confidentielles pour Pékin, a précisé le bureau du procureur :

https://www.lefigaro.fr/international/taiwan-quatre-ex-officiers-du-renseignement-accuses-d-espionnage-pour-la-chine-20210220

Link to post
Share on other sites

Entretien avec l'auteur du livre “Invisible. Le plus grand secret des services spéciaux de la République populaire de Pologne”.

Citation

Qui étaient les Invisibles?

Chasseurs de mystère. C'était un groupe spécialisé d'officiers de contre-espionnage du PRL. Ils travaillaient au ministère de l'Intérieur, et plus précisément à la division IX, département II. Formellement, ils traitaient du "développement opérationnel et technique des méthodes de communication des institutions étrangères". Et l'ennemi en général. Dans la pratique, ils sont entrés dans les ambassades et les consulats de pays qui intéressaient les services secrets polonais: l'Espagne, les États-Unis, la Suède, l'Inde, le Portugal, la France et d'autres pays extérieurs au Pacte de Varsovie.

Qu'est-ce que cela signifie qu'ils venaient? Ils sont entrés par effraction, mais pour ne laisser aucune trace?

Ils sont entrés dans l'obscurité la nuit sans laisser de traces. Dans les années 70 et 80, des officiers polonais visitaient certains postes deux fois par semaine, mais il y avait aussi des visites plus fréquentes. Ils ont saisi les archives des entretiens, des documents secrets sur les opérations en cours et les plans à long terme des institutions, et même des lignes directrices pour le crédit et les négociations commerciales.

Ont-ils commencé à opérer juste après la guerre?

Comme je l'ai établi, le titre d'Invisible a commencé à fonctionner juste après la fin de la Seconde Guerre mondiale.

En général, les tentatives d'infiltration dans les ambassades ou consulats étrangers ne sont pas surprenantes. Se rendre au bureau d'un secrétaire ou de l'un des diplomates n'est souvent pas un si gros problème, tandis que les officiers de la Division IX se distinguaient par la distance qu'ils pouvaient atteindre. Ils sont même entrés dans les voûtes les plus étroitement gardées. Cela les a mis à l'avant-garde du monde.

Un autre contre-espionnage ne pouvait pas faire ça?

Je pense que les serrures à combinaison les plus complexes constituaient un obstacle pour une grande partie du monde. Oui, les services secrets français sont probablement également entrés dans des missions à l'étranger, mais ils l'ont fait plusieurs fois par an, ou, par exemple, uniquement au bureau de l'ambassadeur, où ils ont installé des écoutes téléphoniques. Ont-ils pu accéder aux bunkers et aux voûtes comme l'Invisible? Doute, car selon la physique, le seul moyen efficace semble être d'ouvrir ces lieux aux isotopes utilisés par l'Invisible.

Comment sais-tu ça?

Parce que si d'autres contre-espionnements, mis à part le nôtre et celui soviétique, utilisaient des isotopes, ils pourraient aussi se protéger contre eux. Il suffirait d'installer des capteurs de rayonnement, et ceux-ci n'existaient pas.

Nos services ont appris cette technique grâce aux Russes. Comme vous le savez, nous avons coopéré avec eux à l'époque. S'il n'y avait pas eu les Russes, qui considéraient les officiers polonais comme fiables et le service aussi serré, nous n'aurions probablement pas été au courant de cette méthode non plus. Je peux même deviner qui, d'un haut niveau de nos services à l'époque, a persuadé les Russes de nous apprendre cela.

Vous ne me direz probablement pas de qui il s'agit, alors parlez-moi des méthodes elles-mêmes.

L'un d'eux était que l'isotope retiré du conteneur, c'est-à-dire quelque chose comme quelques millimètres de graphite dans un crayon, enfermé dans une minuscule capsule, était vissé sur une tige et passé à travers l'ouverture sous la porte. De l'autre côté de la porte, les Invisibles ont placé une plaque sur laquelle est apparue l'image du mécanisme de verrouillage, et ont ainsi pu déterminer le code. Ils pourraient également laisser passer le rayonnement à travers le collimateur, un outil utilisé pour focaliser son faisceau.

De telles méthodes radiologiques étaient extrêmement risquées et dangereuses, car il fallait beaucoup de rayonnement pour radiographier les immenses portes des coffres-forts et des coffres-forts. Parfois, il a dépassé la norme autorisée plusieurs centaines de fois.

L'invisible conduisait des voitures spéciales. Ils semblaient tout à fait ordinaires de l'extérieur, mais chaque nyska ou scarabée qu'ils déplaçaient avait des cadres en bois. Il y avait des plaques de plomb dedans. Ils ont protégé le conducteur des radiations.

En plus des conteneurs d'isotopes de différentes tailles, l'Invisible devait souvent transporter du matériel lourd pour mesurer le rayonnement. Ils avaient des jauges de dosage avec eux tout le temps. Et, bien sûr, un collecteur de photos, qui ressemble à un scanner moderne qui copie rapidement des documents.

Après être entré dans un coffre-fort ou un bunker dans une installation étrangère, l'Invisible a ouvert le coffre-fort et copié son contenu.

Les spécialistes de la Division IX étaient toujours accompagnés d'un officier opérationnel qui sélectionnait les documents à copier. De plus, il parcourait des matériaux précieux, par exemple sur les bureaux ou les étagères des employés. Un des officiers m'a dit qu'à l'ambassade de Suède, ils avaient récupéré des lettres de Polonais qui suggéraient d'espionner les Suédois. ...

https://weekend.gazeta.pl/weekend/7,177333,26819061,wybierano-tych-ktorzy-juz-mieli-dzieci-podejrzewano-ze.html

  • Like 2
  • Thanks 2
Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

  • Member Statistics

    5,551
    Total Members
    1,550
    Most Online
    MikeAlex
    Newest Member
    MikeAlex
    Joined
  • Forum Statistics

    21,093
    Total Topics
    1,377,307
    Total Posts
  • Blog Statistics

    3
    Total Blogs
    2
    Total Entries
×
×
  • Create New...