Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Recommended Posts

il y a 13 minutes, pascal a dit :

Article excellent qui a le mérite d'exposer très clairement les enjeux auxquels doit faire face l'Italie d'aujourd'hui:

il y a 2 minutes, Fusilier a dit :

Ton opinion est parfaitement respectable. Mais, je ne vois pas bien quel est le rapport de ton développement avec l'article. 

@pascal Absolument pas d'accord avec toi, car l'article se permet de gros raccourcis et mélangent allègrement des termes afin de faire au mieux branché, au pire de nous prendre pour des cons. Surtout il est partisan alors qu'il veut nous faire croire qu'il est impartial

 * Prenons le premier paragraphe par exemple. Il rappelle l'article 92 et la nomination des ministres et du Président du Conseil. Il rappelle que par le passé, d'autres Présidents ont refusés des ministres et que les gouvernements avaient joué le jeu et proposé quelqu'un d'autres. SAUF QUE il ne dit pas pourquoi le Président avait refusé des ministres (incompétence manifeste, népotisme, casseroles,...). Là ici nous avons un homme proposé pour devenir Ministre des Finances compétent MAIS pas dans la doxa imposée, et ce ministre sera la pierre d'angle de la politique du gouvernement car sans un Grand Argentier compétent, la politique qui sera mise en place est d'avance condamnée quand elle se heurtera à  la réalité (pas que le programme soit abscons, mais de la théorie à la pratique il y a un monde, remarque vraie pour tous les partis). Au final le lecteur ne retient que le Président a raison, il est dans son bon droit, ce n'est pas un déni politique (alors que ça se discute franchement) et que les autres ne sont que des gamins boudeurs & imatures. 

* Second paragraphe : la démocratie en danger à cause d'une attaque de M5S... mais heureusement les autres ne suivront pas pas cette procédure de destitution. La ligue veut organiser une marche, souvenez vous Mussolini !!

* troisième je suis assez d'accord avec ce qui est écrit, d'accord dans le sens où je n'ai pas l'impression d'être enfumé, et que tous les points de vue se défendent. Notons toutefois que le grand pari consiste à dire certains vont monter (comme par hasard les plus extrémiste, vu que les plus raisonnés n'obtiennent rien), d'autres surtout vont descendre, et on espère que des alliances vont se briser...

* quatrième : encore une fois, peut on être européen et contre l'Europe (actuelle) et l'Euro (tel que défini) ? Bah non. Le bon gars nous assène le même couplet : TINA ! heureusement que les Italiens ont peur d'un uscitalia (uscita-italia, plus sympa qu'un Italexit, d'autant plus que les Italiens parlent italien chez eux et pas l'anglais).

 *...

 

  • Like 1
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 5 minutes, g4lly a dit :

méprisant

pourquoi employer ce terme ?

 

il y a 19 minutes, Lezard-vert a dit :

on est facho ou coco dés qu'on est pas d'en la ligne de Solférino

Un peu réducteur cet article est une interview avant tout

 

il y a 13 minutes, g4lly a dit :

Voilà tu as compris on est des gros cons de fossiles qui n'ont rien compris à la domination "du marché" sur la vie réelle ... en gros on a toujours pas compris que la démocratie était morte il y a bien longtemps ... et que la dictature "du marché" régnait dorénavant sur l'empire.

franchement tu as le sentiment de vivre en dictature ? Il serait temps de redonner un sens aux mots que l'on emploie

  • Thanks 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 13 minutes, Fusilier a dit :

@rendbo  Ton opinion est parfaitement respectable. Mais, je ne vois pas bien quel est le rapport de ton développement avec l'article. 

Pour le reste. A mon avis, la Ligue du Nord est un mouvement raciste, et y compris contre les italiens du sud. Tout comme le fait que "frères d'Italie" est le nouveau nom du MSI (même logo) donc  un descendant direct du fascisme italien. 

En ce qui concerne, le mouvement 5 étoiles,  c'est le mouvement politique du "café du commerce" : un peu d'écolo,  un peu de critique des "élites" , un peu de liberté d'entrepreneur,  un peu de social , un peu de "démocratie directe au ras des réseaux sociaux" (ça sent moins bon que les pâquerettes)  un peu beaucoup  d'amateurisme -incompétence, rajoute, selon le vent, tout et son contraire. 

 Le "peuple" vote au café du commerce. Mais oui, et alors? C'est hélas le propre du fascisme: le petit homme qui croit dépasser sa propre médiocrité par la pseudo identité collective. 

 

Vox populi, vox Dei    ..................  ce n'est pas ça la démocratie ? 

Le peuple il ressent vachement le ruissellement  ....

Edited by Lezard-vert
Link to comment
Share on other sites

3 minutes ago, pascal said:

franchement tu as le sentiment de vivre en dictature ? Il serait temps de redonner un sens aux mots que l'on emploie

De plus en plus oui ...

... le sens du monde occidental c'est le capitalisme autoritaire ... escalade dans la libéralisation de l'économie et des contrats ... compensé, pour tenir la baraque, par autoritarisme sociétal.

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 5 minutes, g4lly a dit :

Et c'est donc en le méprisant ... en ignorant son vote ... que tu penses le rendre meilleur?

A moins que tu ne penses au qu'a le tuer d'une autre manière?

Pour le tuer le fascisme s'en charge tout seul. :biggrin: Enfin, si l'on en croit les marxistes sur le fait que le fascisme est l'arme de rechange du capital (des élites si l'on veut) Quand l'hégémonie culturelle ne suffit plus à la domination, la tentation de l'autorité apparaît. Que les dominés soient complices de leur domination, ne change rien à la domination. 

La démocratie s'exprime dans les termes de la loi, du cadre constitutionnel.  Jusqu'à présent, pour le cas qui nous occupe, tout reste dans le cadre constitutionnel.  

C'est le propre des mouvements fascistes d'opposer le   "peuple (investit toujours de transcendance) au cadre démocratique, avec ses lois et toussa. Valable pour les fascistes ou les révolutionnaires de gauche. La différence est que les révolutionnaires visent à subvertir l'ordre, la domination (qu'ils y arrivent ou qu'ils fondent une autre domination c'est une autre affaire) alors que le fascismes visent toujours au rétablissement de l'ordre, donc de la domination. 

Mais, chacun est libre de prendre des vessies pour des lanternes. Personnellement il y a longtemps que j'ai démissionné de toute velléité d'amélioration du peuple et de l'humanité en général.   

Link to comment
Share on other sites

il y a 32 minutes, Fusilier a dit :

En ce qui concerne, le mouvement 5 étoiles,  c'est le mouvement politique du "café du commerce" : un peu d'écolo,  un peu de critique des "élites" , un peu de liberté d'entrepreneur,  un peu de social , un peu de "démocratie directe au ras des réseaux sociaux" (ça sent moins bon que les pâquerettes)  un peu beaucoup  d'amateurisme -incompétence, rajoute, selon le vent, tout et son contraire. 

Quand je pose mon coude au café du commerce, et que j'écoute les gens, que veux tu dire lorsqu'ils s'insurgent parce qu'on leur fait la leçon sur la France qu'il faut réformer et remettre au travail, mais que pour 1800 euros gagnés en plus on les taxe de 500 euros supplémentaires ? Qu'on leur parle d'une seconde journée de solidarité tout en supprimant en parallèle l'ISF ? 

Alors c'est vrai qu'on n'a pas tous une vision stratégique du champs de bataille, mais soyons honnête, le niveau tactique devrait aussi être pris en compte sérieusement, parce que sinon il y aura mutinerie (marrant d'ailleurs comme les mutinerie sont plus fréquente que les barateries).

Quand à M5S (tous les partis d'ailleurs), quand je vois le niveau de certains cerveaux qui y adhèrent, je veux bien aller écouter et apprendre un peu à ce café du commerce.

 

Un ton différent de libé, et surtout une explication différente sur le refus de Savona : https://www.courrierinternational.com/article/italie-qui-peur-de-paolo-savona-le-tres-polemique-candidat-leconomie & https://www.lesechos.fr/monde/europe/0301725924524-paolo-savona-leurosceptique-qui-fait-peur-a-leurope-2178953.php

Edited by rendbo
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 2 minutes, g4lly a dit :

De plus en plus oui ...

on est au moins 2 à avoir le même ressenti.  

Plus qu'une dictature c'est une chape de plomb ... tu es libre pourvu que rien ne change, libre si tu acceptes de rester pauvre pour qu'une poignée se gave à l'infinie, libre si tu acceptes la loi du Dieu "Marché" et puis de toutes les façons d'accord ou pas d'accord  ......    la Presse, les média appartiennent à une poignée de milliardaires qui donne le La  et par le biais aussi des élites qui viennent donner la bonne parole au quotidien, c'est insupportable.

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 49 minutes, rendbo a dit :

Quand je pose mon coude au café du commerce, et que j'écoute les gens

En général ils commentent, en bon spectateurs, leur propre aliénation. Pour autant,  cet spectacle cafetier est-il annonciateur du nouveau?  Gramsci disait : " Le vieux monde se meurt, le nouveau monde tarde à apparaître et dans ce clair-obscur surgissent les monstres"  

J'ai tendance à ne voir, en ce moment, que des monstres. C'est sans doute un excès d'optimisme que de croire que l'ancien se meurt. :biggrin: Mais les monstres, eux, semblent bien réels. 

Nous vivons dans un hallucinatoire social : la fausse conscience de la rencontre, "l’illusion de la rencontre". Dans une société où personne ne peut plus être reconnu par les autres, chaque individu devient incapable de reconnaître sa propre réalité. L’idéologie est chez elle ; la séparation a bâti son monde. Quelque part, dialectiquement,  un mouvement comme le 5S est l'expression de cette illusion de la rencontre. 

 

Edited by Fusilier
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 11 heures, Tancrède a dit :

Il pense pouvoir éviter de nouvelles élections et travailler avec l'actuelle majorité, quand il dit encore "se réserver" cette prérogative ? Impossible de savoir ce qu'il se passe en coulisses entre les mouvements populistes et la présidence, mais ça semble douteux. Ce serait une porte de sortie commode si c'était possible, mais l'annonce potentielle de l'arrivée de "Mr Ciseaux" à la tête d'un gouvernement technique a eu son effet là où il devait l'avoir (marchés financiers, Bruxelles, Berlin); se dépatouiller de ce geste porte ses propres problèmes. Je ne connais pas assez la procédure italienne, mais il semble que la proposition de juger le président pour "haute trahison" (traduction: confrontation politique) ne peut pas aller loin, malgré la majorité absolue des 2 mouvements au parlement. Le jugement rendu ne peut déboucher que sur une mise en accusation devant la Cour Constitutionnelle (qui elle, n'est PAS populiste), donc essentiellement, ils ne peuvent que lui taper sur les doigts, sur le plan concret, et créer une atmosphère politique encore plus polarisée, sur le plan de l'image. Rien de plus. En revanche, s'il y a élections en septembre-octobre (je ne connais pas les délais recommandés par la constitution) et qu'ils re-gagnent, la carrière du président est finie, et soit il s'écrasera et nommera qui Lega et M5S veulent (s'il aime bien vivre au Quirinal), soit il sera remplacé par un élu populiste, ce qui doit foutre les jetons à l'establishment italien et aux élites européennes.

Le Président peut être démis de ses fonctions pour trahison ou attaque contre la Constitution c'est-à-dire, ne pas avoir respecté les diktats de la Charte constitutionnelle. Le jugement serait rendu par la Cour Constitutionnelle qui est composé de 15 membres + 16 autres juges élus par le Parlement (le parlement qui le met en accusation, c'est-à-dire, ceci), de plus un tiers de la Cour constitutionnelle est nommé par le Parlement et une des premières tâches que le nouveau parlement doit accomplir est d'indiquer les nouveaux membres de la Cour constitutionnelle. Seulement cette procédure prend au moins un an donc n'est pas une chose sûre que cette fois ils arrivent à ça.

Link to comment
Share on other sites

il y a 38 minutes, Fusilier a dit :

En général ils commentent, en bon spectateurs, leur propre aliénation. Pour autant,  cet spectacle cafetier est-il annonciateur du nouveau?  Gramsci disait : " Le vieux monde se meurt, le nouveau monde tarde à apparaître et dans ce clair-obscur surgissent les monstres"  

J'ai tendance à ne voir, en ce moment, que des monstres. C'est sans doute un excès d'optimisme que de croire que l'ancien se meurt. :biggrin: Mais les monstres, eux, semblent bien réels. 

Nous vivons dans un hallucinatoire social : la fausse conscience de la rencontre, "l’illusion de la rencontre". Dans une société où personne ne peut plus être reconnu par les autres, chaque individu devient incapable de reconnaître sa propre réalité. L’idéologie est chez elle ; la séparation a bâti son monde. Quelque part, dialectiquement,  un mouvement comme le 5S est l'expression de cette illusion de la rencontre. 

 

C'est bien l'inverse c'est la brutalité de la rencontre avec le vrai Monde qui crée les Monstres que tu évoques ... 

Les gens se rendent bien compte de leur situation, de ce qu'elle est au regard de celle des classes les plus aisées  dont ils ne feront jamais parti,  un Monde qui leur est de plus en plus hostile pendant que des multi-miliardaires créent des musées d'art moderne  -dont le Peuple  n'a rien à foutre -   tout en s'exilant dans des Paradis (fiscaux de surcroit),  eux, ont des problèmes  pour soigner un simple rhume ou acheter leur tranche de jambon azoté.

Il leur suffit de voir à la téloche des émissions comme "Capital"   jusqu'au frasques des mariages princiers ... des émissions pour faire rêver ; mais  le rêve des uns c'est le quotidiens de quelques uns. 

Tu parles de monstres (extrèmes, 5*, ...)  mais c'est là qu'il est le Monstre  le mépris de cette petite ploutocratie  et de  ses serviteurs ( les traders, la crème des élites), leur capacité à se coopter, le système qu'ils ont fini par cadenasser dans des institutions non démocratiques comme "Bruxelles" avec des outils qui leur appartient (la Presse etc ....), la sempiternelle leçon sur le déficit qu'il faut réduire alors qu'à la moindre faillite d''une de leur banques  des milliards il en sort de partout et  toujours le même message abrutissant sur la compétitivité, le libéralisme .....  le Monstre il est là.

Edited by Lezard-vert
  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

il y a une heure, rendbo a dit :

Un autre article du Monde, que je trouve plus explicatif et moins fermé que celui du Libé.
https://www.lemonde.fr/europe/article/2018/05/28/en-italie-la-culture-du-compromis-a-disparu-au-profit-d-une-culture-de-l-affrontement_5306025_3214.html

J'en retiens 4 points (à confirmer par les connaisseurs du contexte italien actuel):

Selon le correspondant du Monde:

  • La sortie de l'Euro n'était pas dans le programme électoral et / ou dans le programme de la coalition.
    (d'où la remarque du président sur l'absence de mandat électoral sur ce point)
     
  • il y avait d'autres candidats acceptables, aussi "alter", plus jeunes, critiques du système (et de la même pensée que Salvini, le candidat rejeté).
     
  • Le président aurait été prêt à accepter le reste du gouvernement, sauf Salvini, le ministre de l'économie.
    Dans les cas passés, la coutume aurait été de changer le candidat ministre, et de gouverner quand même.
     
  • La ligue du Nord aurait préféré provoquer la crise actuelle, par intérêt tactique.
    Et vu les commentaires du coin, visiblement, ça semble marcher :dry:

 

  • Like 1
  • Thanks 1
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 22 minutes, Lezard-vert a dit :

C'est bien l'inverse c'est la brutalité de la rencontre avec le vraie Monde qui crée les Monstres que tu évoques

J'ai bien trop conscience de mes propres limites pour m'hasarder à réinterpréter Gramsci  Comme les léopard meurt avec ses tâches, je mourrai sans doute avec mes limites. :biggrin: 

 Tu remarqueras, que la visite des musées fait partie des "obligations du tourisme de masse"  , On coche la case musée comme on coche la case "journée à la plage" , sans avoir les outils culturels pour comprendre ce que l'on voit.  Encore le spectacle...  Personnellement les musées d'art moderne j'aime bien. Mais, j'ai étudié l'histoire de l'art.  

 

Edited by Fusilier
Link to comment
Share on other sites

Quote

Le "spread" entre taux italiens et allemands s'envole, Milan perd 3%

Milan - Le "spread", l'écart entre les taux d'emprunt italien et allemand à dix ans, a dépassé mardi en milieu de matinée la barre des 300 points, tandis que la Bourse de Milan perdait près de 3%, témoignant de l'inquiétude concernant la situation politique en Italie.

Le spread, qui tournait autour de 130 points il y a deux semaines et avait clôturé lundi à 235 points, son plus haut niveau depuis novembre 2013, a ouvert mardi au même niveau avant de grimper brusquement peu après 10H10 (08H10 GMT) et d'atteindre les 300 points en moins de 15 minutes.

Peu avant 09H00 GMT, il se maintenait à 301 points.

A la Bourse de Milan, l'indice FTSE Mib de la Bourse de Milan perdait 2,76% à 21.324 points, après avoir dépassé un temps les -3,3%, tiré vers le bas par les valeurs bancaires.

Toutes les valeurs de l'indice phare étaient dans le rouge, avec des baisses jusqu'à 7% pour certaines banques. L'indice All-Share Banks perdait d'ailleurs 4,89%.

L'Italie était dans l'attente mardi du gouvernement que doit proposer Carlo Cottarelli, incarnation de l'austérité budgétaire choisi par le président Sergio Mattarella après son veto sur un gouvernement populiste sans garantie de maintien dans l'euro.

M. Cottarelli n'a cependant pratiquement aucune chance d'obtenir la confiance d'un Parlement dominé par les populistes eurosceptiques, et devrait donc expédier les affaires courantes avant des élections en septembre ou octobre.

(©AFP / 29 mai 2018 09h00)

 

Link to comment
Share on other sites

Il y a 2 heures, g4lly a dit :

Parce que c'est le cas ... et c'est ce que ressente les gens en question quand tu prends le temps de leur parler.

Oui Gally j'entends bien et ressens le même sentiment populaire mais paradoxalement, en Europe, on est dans la zone géographique où les écarts riche - pauvre ont été le plus contenu et on vit largement au-dessus (de x3 à x10) de la moyenne d'une répartition "juste" des revenus/ressources par habitant/continent.

Quand le système "tout énervant et tout pourri" actuel te mène dans le top 10 mondial, tout changement radical ou innovant a probablement plus de chance de tout flinguer que de tout améliorer. Les leaders alternatifs sont beaucoup dans le "YaKaFauKon" et dans "MaisSiC'estSimpleEtCaMarchePuisqueJeVousLeDis"

Mais il est vrai les écarts de revenus continue à se creuser (PIB mondial doublé entre 2000 et 2015, capté à 90% par 10% de la population), malheureusement tous les autres continents suivent une piste pratiquement plus libérale que l'Europe ou la théorie du ruissellement est là aussi la seule défendue.

  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

Gagner du temps, c'est également une autre façon de laisser les marchés se livrer à leur exercice de pression habituelle. En effet, les taux d'intérêt italiens commencent à remonter et l'offensive va avoir lieu sur la catastrophe que serait une sortie de l'Euro, l'explosion de la dette etc, afin d'apeurer le citoyen qu'on prendra par la voie du petit épargnant (sans lui dire que ce système condamne de toute façon ses économies, soit parce que la prochaine crise financière en gestation va cette fois-ci les lui prendre, soit parce que sans boulot et c'est ce qui lui pend au nez, ses économies ne dureront pas longtemps). L'orthodoxie espère sans doute remettre l'électeur sur le droit chemin (de la soumission) et éviter un défaut qui mettrait à bas tout son beau système de rente.

Pourtant non, les marchés n'ont pas toujours raison. Il fut un temps ou après une énième gabegie, dans les années trente, on leur a mis la corde au cou, et pas par des bolcheviques. Et cela a donné une période de stabilité remarquable, avec réduction des inégalités et progression des revenus des classes populaires et moyennes. S'il a été mis fin à l'étalon or, ce n'est pas pour financer la retraite des oisifs, c'est à la fois pour permettre aux Etats-Unis d'enclencher le turbo face à l'URSS et les différents conflits indirects qui les opposaient, et pour satisfaire en même temps les désirs spéculatifs des pauvres riches réduits à partager un peu leur profit avec la plèbe, scandale qui ne pouvait quand même pas continuer indéfiniment (il est bien évident que les choses étaient un peu plus complexes, mais la tendance était bien celle-ci). Il ne faut donc pas oublier que ce sont eux avant tout qui ont bénéficié de la libéralisation des marchés financiers (et du commerce) qui nous plombe d'une crise tous les cinq ans depuis en moyenne et sert de prétexte au rabotage continu de tout ce qui fait une société d'équilibre, durable. Certes c'est souvent avec la complicité d'une bonne part de citoyens la tête dans le guidon, individualistes, qui pourtant vote la plupart du temps contre ses intérêts. Mais parfois, c'est carrément contre sa volonté.

Personnellement, je n'ai pas d'affinités avec le mouvement 5étoiles qui mange un peu à tous les râteliers et qui présente un gros défaut de cohérence, le moindre n'étant pas de s'allier avec un parti d'extrême-droite, et la Lega en est clairement un. Mais cette énième manoeuvre de l'orthodoxie pour contredire un vote qui ne lui convient pas, alors que nous fêtons aujourd'hui le 13 anniversaire du vote non au sujet du TCE, est un peu la goutte d'eau... Un système politique qui ne permet plus à la diversité de l'offre politique de s'exprimer, y compris quand elle a réuni une majorité de vote ne peut plus être appelé démocratie. J'ai donc un peu de mal à qualifier de raisonnables des gens qui, sous prétexte de préserver l'équilibre du monde, en fait l'économie néolibérale, qu'ils associent plus ou moins hypocritement ou sincèrement avec la démocratie, la remettre en cause par leurs décisions. Faites ce que je dis, pas ce que je fais...

  • Like 1
  • Thanks 1
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 5 heures, Fusilier a dit :

J'ai bien trop conscience de mes propres limites pour m'hasarder à réinterpréter Gramsci  Comme les léopard meurt avec ses tâches, je mourrai sans doute avec mes limites. :biggrin: 

 Tu remarqueras, que la visite des musées fait partie des "obligations du tourisme de masse"  , On coche la case musée comme on coche la case "journée à la plage" , sans avoir les outils culturels pour comprendre ce que l'on voit.  Encore le spectacle...  Personnellement les musées d'art moderne j'aime bien. Mais, j'ai étudié l'histoire de l'art.  

 

Réjouis toi Fusillier !!! tu pourras bientôt te délecter avec celui de Porquerolles qui ouvre ses portes le 1er juin -  https://www.connaissancedesarts.com/archi-jardin-et-patrimoine/la-fondation-carmignac-ouvrira-le-1er-juin-sur-lile-de-porquerolles-1185825/

la fondation CARMIGNAC .. un milliardaire .... personne n'en voulait puisque Porquerolles est un site classé ...mais c'est Carmignac fils.

 

Edited by Lezard-vert
Link to comment
Share on other sites

À noter que le M5S n'est pas foncièrement eurosceptique au sens de "l'Europe c'est le mal, il faut en sortir maintenant, tout de suite, sans penser au reste". Bien que le parti ne se prive pas de taper sur l'Europe en long, en large et en travers et est affilié à l'Europe des Libertés et de la Démocratie Directe (aux côtés des charmants gentlemen du UKIP et de l'AfD), certains éléments portent à croire que ces critiques sont plus des dénonciations de ce que l'Europe est par rapport à ce qu'elle devrait être qu'une attaque frontale contre l'existence même de l'Union.

Le parti, dans son programme, affirmerait donc que:

  • La politique migratoire devrait devenir une compétence de l'UE
  • Les pouvoirs du ParlEU devraient être renforcés
  • La règle d'unanimité au Conseil devrait être abolie

Le M5S a également tenté de quitter son parti européen (ouvertement eurosceptique) pour rejoindre l'ALDE du fédéraliste Guy Verhofstadt, adhésion qui a finalement été rejetée par le parti libéral européen.

Le problème est que le parti anti-système italien a longtemps entretenu le flou sur ses position, parfois contradictoire, et il est toujours difficile de déterminer exactement ce qu'ils veulent, la faute à une orientation "attrape-tout" et un comportement opportuniste.

 

https://openeurope.org.uk/today/blog/eurosceptic-or-europhile-shedding-light-on-the-five-star-movements-stance-towards-the-eu/

Link to comment
Share on other sites

Il y a 1 heure, rogue0 a dit :

Selon le correspondant du Monde:

  • La sortie de l'Euro n'était pas dans le programme électoral et / ou dans le programme de la coalition.
    (d'où la remarque du président sur l'absence de mandat électoral sur ce point)
     
  • il y avait d'autres candidats acceptables, aussi "alter", plus jeunes, critiques du système (et de la même pensée que Salvini, le candidat rejeté).
     
  • Le président aurait été prêt à accepter le reste du gouvernement, sauf Salvini, le ministre de l'économie.
    Dans les cas passés, la coutume aurait été de changer le candidat ministre, et de gouverner quand même.
     
  • La ligue du Nord aurait préféré provoquer la crise actuelle, par intérêt tactique.
    Et vu les commentaires du coin, visiblement, ça semble marcher :dry:

Le président de la république ne peut pas évaluer les lignes politiques, il est seulement un garant de la Constitution. Même s'ils le voulaient, ce n'était pas à lui de l'évaluer, et si la sortie de l'Euro n'était pas dans le programme et il a refusé Savona seulement pour une opinion est doublement irrituale.

Di Maio dit qu'il a fait deux noms alternatifs à Mattarella, mais que ceux-ci ont été rejetés parce qu'ils etaient trop anti-Allemagne et anti-UE, Mattarella dit qu'aucun autre nom n'a été proposé. quelqu'un dit que Mattarella a proposé un nom, la personne concernée (Giorgetti un politicien de la Lega) dit que son nom n'a jamais été fait.

Le président peut refuser un nom pour incapacité, pour «indignité», ou pour d'autres raisons, mais pas parce qu'il n'aime pas les idées du probable ministre. Une plus grande liberté lui est accordée dans le cas du ministre de la Justice et du ministre de la Défense puisque le président de la République est le chef des forces armées et président du Conseil supérieur de la magistrature.

  • Like 1
  • Thanks 3
Link to comment
Share on other sites

Il y a 16 heures, pascal a dit :

avec des si ... Ne pas s'y soumettre c'est revenir à l'âge du bronze personne n'y est prêt et çà se comprend

Y avait aussi des avantages à l'âge du bronze.

Par exemple, un célèbre dirigeant de cette époque, Charles de Gaulle, n'était quand même pas trop mauvais.

Voir sa version d'un programme d'austérité en 1958, comparée à la version des années 2010 bref de la période euro... c'était différent, et je dirais bien meilleur.

Bien sûr, la France était dans une situation différente à l'époque... euro, libéralisation financière sont passés par là.

Link to comment
Share on other sites

il y a 28 minutes, Alexis a dit :

euro, libéralisation financière sont passés par là.

pas que on trouve aussi la fin de l'empire et avec lui le tropisme de nos échanges et multiplication par X de ceux-ci avec l'étranger, accroissement du revenu disponible des ménages, explosion des moyens de communication et des loisirs, division drastique des temps de déplacement ... bref évolution.

Que sont l'euro et la libéralisation financière sinon des moyens de fluidification des échanges ?

  • Haha 1
  • Confused 1
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 50 minutes, pascal a dit :

division drastique des temps de déplacement ... bref évolution

Cette évolution est-elle un progrès ?

https://fr.wikipedia.org/wiki/Effet_rebond_(économie)#Le_TGV

Dans le domaine des transports l’invention du TGV a permis de voyager plus rapidement, donc de parcourir la même distance en moins de temps. Les voyageurs vont donc de plus en plus loin, compensant ainsi les économies du temps

https://fr.wikipedia.org/wiki/Ivan_Illich#Vitesse_généralisée

Penseur de l'écologie politique, Illich lutta contre le système automobile et tous les moyens de transports trop rapides qu'il jugeait aliénants et illusoires. Il avait par exemple développé une notion qu'il a appelé vitesse généralisée calculée en prenant en compte non seulement le temps passé à conduire une automobile, mais aussi le temps moyen passé à travailler pour l'acquérir et faire face aux frais afférents, la vitesse du bolide était de 6 km/h, soit celle d'un marcheur

Link to comment
Share on other sites

  • pascal changed the title to Italie

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

  • Member Statistics

    5,642
    Total Members
    1,550
    Most Online
    Mobius1
    Newest Member
    Mobius1
    Joined
  • Forum Statistics

    21.3k
    Total Topics
    1.4m
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...