Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Bases insulaires : base de théâtre lointaine plutôt qu'un French Diego Garcia ?


BPCs
 Share

Recommended Posts

C'est pas mal ;)

Ceci dit, je disais pas ça comme une critique hein! Je trouvais juste intéressant d'expliquer qu'il y avait 2 concepts différents qui, dans le cas de Diego Garcia, se rejoignent.

Tu sais Pollux, j'aime bien le système "d'intelligence collaborative" des Forum :

N'en déplaise au Mamouth de Jean marc Tanguy, cela m'aide à avoir une vision plus claire d'une question!

Link to comment
Share on other sites

Mais en terme de surcout .... ? On a déjà les SAMP/T en dotation et sur une base on n'a pas les limitations de parking d' un PA et on a des rafales B/C

Euh oui mais la dotation actuelle est calculé au plus juste, on a pas des Rafale en rab' ni des SAMP/T en rab' ... on a le compte pour déployer une base de thaeatre effectivement, mais je vois pas en quoi c'est exclusif d'une aéronavale?

Les moyens sont complémentaires ca apporte une polyvalence, qui permet des alternatives, alternatives qui laisse planer le doute sur notre tactique. Si on se restreint en moyen au point qu'on lise dans notre stratégie comme dans un livre ouvert ...

Donc oui les base lointaine et les base de theatre sont pratique. Base lointaine si tu dispose d'avion a long rayon d'action et longue endurance, comme les Awacs, les ATL2, les KC135, et bientot les drones ayant ces performance. Avantage garder ta logistique en retrait des combat. Néammoins le défaut c'est que le long transit use le matos et les hommes, et fait perdre pas mal de réactivité. Pour des missions de surveillances et ou de bombardement de cible fixe, c'est utile, pour le reste c'est plus délicat.

Le porte avion lui a l'avantage de l'intégration ... c'est avec son groupe une base completement intégré prete tout le temps, avec son hosto, ses atelier, son controle aérien, son autodéfense etc. Cette intégration a un coup mais apporte au polyvalence inégalable. Un porte avion peut servir a tout et a n'importe quoi... du simple controle aéro-maritime comme en somalie, a l'assaut nulcéaire ... sans y changer quoi que ce soit. Essayer d'installer des missiles nucléaire sur une base de theatre ou une base lointaine temporaire ;)

La base de theatre, bien sur on sait la faire et normalement on en a les moyen, le génie de l'air est là pour les aménagements, le SSA pour l'hosto, l'AdA pour les jets, les pilotes, et la mécanique, les fusilier de l'air pour la sécurité de la base. Idem pour l'Alat il dispose de quoi organiser un heliport a la sauvette, avec tour de controle, radar d'approche etc.

Le petit souci de la base de théatre c'est qu'il faut composer avec le tolier, ou prendre la position par la force. Quelle est fixe donc peut etre facilement la cible de bombardement, mortier, rocket, missile ballistique, sabotage etc. Et qu'avant d'arriver au niveau de qualité de l'équipement d'un PA ca prend du temps a installer.

Ben non : rappelons que les Reaper sont drivés depuis les USA

Il pourrait etre piloter de mars ca ne changerait rien. Le probleme c'est le matériel, ou sont les mécanos quel moyen on t il, et combien d'heure le moteur a tourné. C'est ca qui induit le volume de la maintenance. Sauf si ton drone marche au solaire avec un moteur électrique et n'a pas besoin d'entretien ... il faudra lui faire ses petit soin mécanique comme a un jet, et donc moins il passera de temps a transiter moins de charge de maintenance ce sera.

Le temps de maintenance n'est pas le même pour du temps de vol pépère que pour de la mission de pénétration en jet

Euh ... bof un moteur ca s'use quand ca tourne ... si ca tourne plus vite ca s'use plus vite certes m'enfin ca s'use quand meme.

On peut noter que les bombardiers lourds US volaient tous les deux trois jours lors d' Iraki Freedom malgré une durée de mission de 17h minimum...J'ai pris l'exemple du Mantis Mais j'aurais préféré celui de l'avenger!!!

Tu prends l'exemple des US qui ont des budget de maintenance illimité, nous pendant ce temps on a des Rafale - et leur équipage - en France qui ne volent peu/pas parce qu'ils manquent de pieces ;)

Si tu mets 50 mecanos en fin de mission sur le coucou et les pieces a disposition, je suis sur que le machin sera en état de redécoller l'heure suivante ou presque ;)

Le savoir faire en infiltration d'unité comme le 13eme Dragon Parachutiste n'est plus à démontrer ...

Oui mais la on est déjà dans le spécial. Effectivement si tu as une cible spécial a démonter on a des unité spéciales tres capable de les désigner sans avoir a envoyer tout une brigade. M'enfin la pas besoin de base éloigné ... un coup de missile de croisiere naval fera l'affaire. Les base et autre PA c'est pour le tout venant qu'elle sont necessaire, pas forcément pour les truc spéciaux.

Il ne me semble pas que la question ne se resume qu'à une toute petite partie du spectre de mission : quand on voit que les bombardiers lourds avec seulement 43 appareils ont assuré le tiers des armes delivrées pendant Iraki freedom, on se dit que ton point de vue est évidemment restrictif.

Il se trouve que j'aime bien la logique du bombardier, comme couteau suisse. On en a disserté sur le topic bombardier lourd. Sauf que nous on a que les ATL2 pour lacher quelques bombe apres une longue patrouille. Mais la on rentre dans la logique de plateforme complete, avec l'armement un équipage complet avec plusieurs spécialité, des moyen de communication important de relai radion, relai donnée,  moyen de détection, désignation etc. Ce genre de truc qu'on est loin de se procurer.

Quand on voit que ceux ci ont délivré en moyenne 24 bombes par mission (dont 1/3 de bombes lisses avec des vols de 17h dans des cockpits sans WC et sans avoir recours à une sieste, on de dit que c'est AUSSI accessibles aux bombardiers régionaux

Mais le bombardement dont tu me parle n'exclu pas le besoin de base proche ... simplement pour simplifier la maintenance de leur bomber, et le confort de leurs pilotes, les USA preferent déplacer les avions que leur bases. C'est sur que c'est plus sympa de rentrer sauter bobonne tous les soir apres sa mission en Irak que de se polir le chinois dans sous la tente en plein désert ;)

Reste que pour les missions qui ne tolere pas de latence, la base proche est nécessaire surtout si tu veux durer.

Link to comment
Share on other sites

Euh oui mais la dotation actuelle est calculé au plus juste, on a pas des Rafale en rab' ni des SAMP/T en rab' ... on a le compte pour déployer une base de thaeatre effectivement, mais je vois pas en quoi c'est exclusif d'une aéronavale?

Dans l'absolu non ...

Actuellement, si, car la Marine est obligée de choisir entre le renouvellement de ses FREMM et SNA ou de prendre le risque d'un PA2 alors que se profilent de possibles coupes budgétaires.

Et à l'échelon plus global de priorité de choix budgétaires, il m'apparait préférable de privilégier la dotation en Rafale plutôt que d'investir dans un PA2 :

On voit le résultat chez les GiBi ...

On a vu aussi que les caisses budgétaires ne sont pas étanches et que les choix budgétaires avaient été fait en fonction d'une possibilité d'export du rafalou quine s'est pas concrétisé etc...

Donc ce topic ne visait qu'à répondre à une seule problématique :

Fermer le défaut de la cuirasse au niveau de l'incapacité de riposter de manière suffisamment coercitive face à un adversaire potentiel de l'ocean indien, qui a déjà usé du terrorisme contre nous, et dans le cas où l'on aurait pas de PA disponible.

Donc oui les base lointaine et les base de theatre sont pratique. Base lointaine si tu dispose d'avion a long rayon d'action et longue endurance, comme les Awacs, les ATL2, les KC135, et bientot les drones ayant ces performance. Avantage garder ta logistique en retrait des combat. Néammoins le défaut c'est que le long transit use le matos et les hommes, et fait perdre pas mal de réactivité. Pour des missions de surveillances et ou de bombardement de cible fixe, c'est utile, pour le reste c'est plus délicat.

Le porte avion lui a l'avantage de l'intégration ... c'est avec son groupe une base completement intégré prete tout le temps, avec son hosto, ses atelier, son controle aérien, son autodéfense etc. Cette intégration a un coup mais apporte au polyvalence inégalable. Un porte avion peut servir a tout et a n'importe quoi... du simple controle aéro-maritime comme en somalie, a l'assaut nulcéaire ... sans y changer quoi que ce soit. Essayer d'installer des missiles nucléaire sur une base de theatre ou une base lointaine temporaire ;)

Il y a un moment où c'est gaché de faire de nos jours du controle aéromaritime avec un GAN quand il y a autre chose de moins couteux disponible.

Dans l'absolu pourquoi pas : après tout le CdG a même fait du sauvetage en mer comme un vulgaire canot de la SNCM en méditéranée.

Par contre construire un PA2 actuellement pour ne faire que cela... :lol:

La base de theatre, bien sur on sait la faire et normalement on en a les moyen, le génie de l'air est là pour les aménagements, le SSA pour l'hosto, l'AdA pour les jets, les pilotes, et la mécanique, les fusilier de l'air pour la sécurité de la base. Idem pour l'Alat il dispose de quoi organiser un heliport a la sauvette, avec tour de controle, radar d'approche etc.

Le petit souci de la base de théatre c'est qu'il faut composer avec le tolier, ou prendre la position par la force. Quelle est fixe donc peut etre facilement la cible de bombardement, mortier, rocket, missile ballistique, sabotage etc. Et qu'avant d'arriver au niveau de qualité de l'équipement d'un PA ca prend du temps a installer.

On a vu que les bases insulaires ont JUSTEMENT l'intérêt de ne pas avoir à composer avec le tolier.

Est ce que suite à l'établissement un peu laborieux de Douchambé, il n'y a pas maintenant un savoir faire comme cela c'est concrétisé avec l'exercice BAPEX 08 qui permettrait d'y arriver plus vite ?

Il pourrait etre piloter de mars ca ne changerait rien. Le probleme c'est le matériel, ou sont les mécanos quel moyen on t il, et combien d'heure le moteur a tourné. C'est ca qui induit le volume de la maintenance. Sauf si ton drone marche au solaire avec un moteur électrique et n'a pas besoin d'entretien ... il faudra lui faire ses petit soin mécanique comme a un jet, et donc moins il passera de temps a transiter moins de charge de maintenance ce sera.

Euh ... bof un moteur ca s'use quand ca tourne ... si ca tourne plus vite ca s'use plus vite certes m'enfin ca s'use quand meme.

Tu prends l'exemple des US qui ont des budget de maintenance illimité, nous pendant ce temps on a des Rafale - et leur équipage - en France qui ne volent peu/pas parce qu'ils manquent de pieces ;)

Si tu mets 50 mecanos en fin de mission sur le coucou et les pieces a disposition, je suis sur que le machin sera en état de redécoller l'heure suivante ou presque ;)

Tout ce que tu veux G4lly sauf que tant pour les Bombardiers lourds que pour les Reaper, les Ricains sont organisés pour avoir une maintenance au sol qui fait tourner les appareils tous les 2 à 3 jours...

Je ne suis pas sur, et Philippe me corrigera si besoin, que le problème soit dans les Hénaurmes Budget de maintenance US , mais plus probablement dans un ratio peut être moins favorable chez nous en mécano versus administratif...

Il se trouve que j'aime bien la logique du bombardier, comme couteau suisse. On en a disserté sur le topic bombardier lourd. Sauf que nous on a que les ATL2 pour lacher quelques bombe apres une longue patrouille. Mais la on rentre dans la logique de plateforme complete, avec l'armement un équipage complet avec plusieurs spécialité, des moyen de communication important de relai radion, relai donnée,  moyen de détection, désignation etc. Ce genre de truc qu'on est loin de se procurer.

L'ATL2 serait pas mal pour la petite intensité type Afrique...

Sinon le système se tisse petit à petit et le Rafale dedans a clairement une rôle  à jouer  de type Bombardier régional comme le  FB-22 ou F-111

Mais le bombardement dont tu me parle n'exclu pas le besoin de base proche ... simplement pour simplifier la maintenance de leur bomber, et le confort de leurs pilotes, les USA preferent déplacer les avions que leur bases. C'est sur que c'est plus sympa de rentrer sauter bobonne tous les soir apres sa mission en Irak que de se polir le chinois dans sous la tente en plein désert ;)

Non je pense que l'argumentaire est différent :

De toute façon les Bombardiers lourds à long rayon d'action sont conçus pour pouvoir opérer à partir du CONUS, même en l'absence de base à proximité.

C'est en partie un héritage de la WWII puis de la guerre Froide

C'est une posture de riche mais aussi de riche qui ont petit à petit délaissé leur base étrangère ou sinon se sont vus interdire leur utilisation comme en 2003.

La problématique de la France est un peu différente dans le sens où on a des morceaux de France un peu partout dans le Monde.

Reste que pour les missions qui ne tolere pas de latence, la base proche est nécessaire surtout si tu veux durer.

Au contraire c'est l'argument majeur des bombardiers (lourds et régionnaux) et des MALE : la capacité de persistance au dessus de la zone pour diminuer le temps de réponse...

Même avec une base "proche" tu es de toute façon trop loin et donc trop tard

(sauf à imaginer de baser des Harrier ou F-35B au plus près du front, ce que plus personne de sérieux n'envisage clairement ...excepté les Marines pour sauver leur spécificité...

Link to comment
Share on other sites

  • 2 weeks later...

Il pourrait etre piloter de mars ca ne changerait rien. Le probleme c'est le matériel, ou sont les mécanos quel moyen on t il, et combien d'heure le moteur a tourné. C'est ca qui induit le volume de la maintenance. Sauf si ton drone marche au solaire avec un moteur électrique et n'a pas besoin d'entretien ... il faudra lui faire ses petit soin mécanique comme a un jet, et donc moins il passera de temps a transiter moins de charge de maintenance ce sera.

Comment ils font les Ricains puisqu'ils sont arrivés à faire voler, lors d'Iraki freedom, toutes les 56h à partir de Diego Garcia des appareils nécessitant non pas 12h d'entretien par heure de vol comme le Rafale mais 47h...

And for each hour of flying time, the B-1 requires an average of 47.4 man-hours of maintenance. The Bone "is a maintenance person's nightmare,'' said Air Force Tech Sgt. Jacques Boddy, a B-1 maintainer at Dyess Air Force Base, Texas. "It's the hardest airplane to maintain in the entire United States Air Force!''

http://www.politicsdaily.com/2010/11/21/cold-wars-b-1-bomber-emerges-as-effective-weapon-in-afghanistan/
Link to comment
Share on other sites

Comment ils font les Ricains puisqu'ils sont arrivés à faire voler, lors d'Iraki freedom, toutes les 56h à partir de Diego Garcia des appareils nécessitant non pas 12h d'entretien par heure de vol comme le Rafale mais 47h...

Je sais pas, peut-être que dépenser 1 milliard de dollars par jour dans sa défense, hors OPEX, peut aider ;)

Plus sérieusement: ce sont des choix. Les B-1B sont là, ils estiment en avoir besoin en temps que continent isolé du reste du monde, et ça se comprend. D'un point de vue opérationnel, c'est sans doute leur bombardier lourd le plus précieux. Mais une telle capacité, bah c'est cher, et ils paient pour ça (pas autant qu'ils pourraient d'ailleurs: le B-1B est aussi l'appareil de l'USAF avec le plus grand nombre d'appareils sous cocon, ou avec le plus mauvais ration avions en ligne/avions en parc).

Link to comment
Share on other sites

Comment ils font les Ricains puisqu'ils sont arrivés à faire voler, lors d'Iraki freedom, toutes les 56h à partir de Diego Garcia des appareils nécessitant non pas 12h d'entretien par heure de vol comme le Rafale mais 47h...http://www.politicsdaily.com/2010/11/21/cold-wars-b-1-bomber-emerges-as-effective-weapon-in-afghanistan/

Je ne suis pas sur qu'on puisse vraiment comparer l'entretien d'un rafale et d'un B1B. D'accord il faut 4 fois plus de temps pour un B1B, mais s'il s'agit de s'occuper des réacteurs on a peut-être le résultat inverse. Vu la configuration du rafale, je présume qu'on doit d'abord s'occuper d'un réacteur puis quand on a finit on peut libérer la place pour s'occuper de l'autre réacteur. Sur le B1B (infiniment plus gros) j'ai l'impression qu'on peut s'occuper des 4 réacteurs en même temps. En plus le B1B, même si on a 4 équipes qui s'occupent des réacteurs, on doit pouvoir demander à d'autre équipe de s'occuper de l'avionique, des trains, de la voilure ... Sur le rafale on va vite se bousculer et se gêner si on veut tout réparer en même temps.

Cela ne me surprendrait pas du tout qu'il y ait en moyenne 4 fois plus de mécano sur B1B que sur rafale. Donc même s'il faut 4 fois plus heures de travail par heure de vol, il ne restera pas plus longtemps en maintenance que le rafale

PS: d'ailleurs si on compte qu'on a moins de 57 heures de maintenances (même en supposant que les mécanos ne mangent pas, ne dorment pas et ne font que travailler, il y a un certains laps de temps entre le moment ou l'avion est opérationnel et celui ou il décolle) pour en réalité 47x12 (et encore je suis généreux, je crois qu'on parlais de missions de plus de 12 heures) on arrive vite à une moyenne de plus de 12 mécanos sur l'avions. Pour peu que les mécanos préfèrent travailler de jours (de toute façon vu qu'il doivent le remettre en service en 2 ou 3 jours, ils peuvent faire une pause la nuit) et ne passe "que" 12H par jours sur l'avion, on arrive à plus de 20 personnes simultanément sur l'avion.

Sur rafale, je ne suis pas sur qu'il y ait souvent plus de 5 personnes dessus.

Link to comment
Share on other sites

Je ne suis pas sur qu'on puisse vraiment comparer l'entretien d'un rafale et d'un B1B. D'accord il faut 4 fois plus de temps pour un B1B, mais s'il s'agit de s'occuper des réacteurs on a peut-être le résultat inverse. Vu la configuration du rafale, je présume qu'on doit d'abord s'occuper d'un réacteur puis quand on a finit on peut libérer la place pour s'occuper de l'autre réacteur. Sur le B1B (infiniment plus gros) j'ai l'impression qu'on peut s'occuper des 4 réacteurs en même temps. En plus le B1B, même si on a 4 équipes qui s'occupent des réacteurs, on doit pouvoir demander à d'autre équipe de s'occuper de l'avionique, des trains, de la voilure ... Sur le rafale on va vite se bousculer et se gêner si on veut tout réparer en même temps.

Cela ne me surprendrait pas du tout qu'il y ait en moyenne 4 fois plus de mécano sur B1B que sur rafale. Donc même s'il faut 4 fois plus heures de travail par heure de vol, il ne restera pas plus longtemps en maintenance que le rafale

Oui mais comme il te faut 4 fois plus d'heure*homme par avion... ils risquent quand même de se gêner un peu ...

PS: d'ailleurs si on compte qu'on a moins de 47 heures de maintenances (même en supposant que les mécanos ne mangent pas, ne dorment pas et ne font que travailler, il y a un certains laps de temps entre le moment ou l'avion est opérationnel et celui ou il décolle) pour en réalité 47x12 (et encore je suis généreux, je crois qu'on parlais de missions de plus de 12 heures) on arrive vite à une moyenne de plus de 12 mécanos sur l'avions. Pour peu que les mécanos préfèrent travailler de jours (de toute façon vu qu'il doivent le remettre en service en 2 ou 3 jours, ils peuvent faire une pause la nuit) et ne passe "que" 12H par jours sur l'avion, on arrive à plus de 20 personnes simultanément sur l'avion.

Sur rafale, je ne suis pas sur qu'il y ait souvent plus de 5 personnes dessus.

Je suis pas sur que les mécanos préfèrent travailler de jour ... ils doivent plutôt être répartis en équipe pour pouvoir assurer le Taff et faire que l'appareil redécolle pour sa mission 57h après:

C'était la guerre et pas une promenade visant à l'application des 35h sans horaires supplémentaires...

On arrive quand même pour faire voler un seul avion 56 h plus tard à 47 *17h (les vols étaient au minimum de 17 h (mais souvent aussi de 37 h avec un retour dans le missouri) :

soit 799 heure*homme pour remettre un avion.

En considérant qu'un mécano bossera 12h dans le contexte du rush de guerre , il pourra abattre 36 h sur un avion

Donc il faudra :

22 mécano par appareil pour le refaire démarrer pour sa mission d'après si vol de 17 h

Mais

1739 homme*heure si retour au missouri avec alors : 48 mécano

Comme il y a eu 43 bombardiers engagés lors d'Iraki Freedom

On arrive à un besoin minimal de

22 x 43 : 946 équivalent mécanos en fait probablement  moins si on considère que les avions volent par roulement et qu'une fois un appareil en vol pour 17 à 37 h , le mécano se concentrent sur un autre.

et max de

48 x 43 mécanos : 2077 mécanos

Est ce que cela correspond aux effectifs de staff de maintenance US ???

PS : il faudra que je vérifie si l'écart d'un vol toutes les 56h incluait ou non la durée de la mission...

On serait de toute façon loin des 17 mécanos d'une flotille de Rafale comme il m'a semblé le lire...

Link to comment
Share on other sites

Bah on compare aussi des choses pas comparables.

Combien faut-il de Rafale et de ravitailleurs (+ autres moyens) dédiés pour larguer autant de bombes aussi loin qu'un B-1B??

Combien de P-3C Orion faudrait-il pour mouiller autant de mines qu'un unique B-1B?

Après, encore une fois, le B-1B n'est pas l'exemple parfait. Il demande beaucoup d'entretien, notamment pour ses arrêts longue durée (qui d'ailleurs doivent être décomptés dans l'entretien par heure de vol je crois), même selon les standard US.

Mais, à l'instar du B-2B, il reste très discret et possède des qualités de vol qu'aucun autre appareil dans l'inventaire ne dispose.

Au fait: on cherche à en venir où dans cette comparaison incomparable? Par rapport au topic je veux dire!  :lol:

Link to comment
Share on other sites

discussion assez dogmatique je dois dire ... qui compare des choses incomparables, au lieu de se référencer par rapport aux ricains (çà ne veut rigoureusement rien dire en terme de moyens et d'objectifs politiques) référençons nous par rapport aux Britanniques Allemands Suédois Japonais et Israéliens puissances moyennes potentiellement nucléaires ...

On me souffle que les quatre derniers n'ont pas de vocation OM...

Link to comment
Share on other sites

discussion assez dogmatique je dois dire ... qui compare des choses incomparables, au lieu de se référencer par rapport aux ricains (çà ne veut rigoureusement rien dire en terme de moyens et d'objectifs politiques) référençons nous par rapport aux Britanniques Allemands Suédois Japonais et Israéliens puissances moyennes potentiellement nucléaires ...

On me souffle que les quatre derniers n'ont pas de vocation OM...

Pas moins dogmatique que les mètres carrés de parking sur le topic sensé couler le PA2 :lol:

Bah on compare aussi des choses pas comparables.

Au fait: on cherche à en venir où dans cette comparaison incomparable? Par rapport au topic je veux dire!  :lol:

On cherche à montrer dans ces derniers messages que la maintenance des bombardiers lourds US ne repose que sur un nombre finalement limité de mécanos : même pas un millier d'hommes.

Mais que avec seulement ces mécanos et les équipages des avions, les 43 bombardiers lourds ont pu délivrer le tiers des munitions lors d' Iraki freedom. Ce qui fait un ratio personnel/efficacité tres avantageux.

Comme cette maintenance consomme 4 fois plus de temps que celle du Rafale, déployer des Rafales à partir de Diego Garcia aurait nécessité 4 fois moins de personnel de maintenance et aurait été encore plus dans nos cordes.

Pourquoi cette comparaison entre Rafales et B-1b ?

Pour montrer que cette maintenance ne serait pas plus prohibitive que celle d'un bombardier lourd

C'est le dernier element dans la problématique de vols longues durée à partir d'une base de theatre lointaine de type Diego Garcia/Mayotte :

On a d' abord dit que le cockpit des Rafales n'ayant pas les commodités de celui d' un Su-34 voire la possibilités de s'allonger entre deux sièges comme sur le B-1b pour dormir, il était impossible d'envisager des vols de longue durée ...

Mais l'on constate alors que le cockpit du FB-22 prévu pour des vols jusqu'à 16h n'aurait pas été plus "commode" et que surtout dans le cadre d'enduring Freedom, les pilotes faisant les vols de 17h à partir de Diego Garcia ne faisaient pas la sieste par terre mais utilisaient à 95% les amphétamines

Ensuite on a dit que les amphétamines c'était bien pour un vol de temps en temps...

Mais il se trouve que le MODAFINIL n'entraine pas de troubles du sommeil et donc ne gêne pas la récup post mission.

Ensuite, il y a toute l'ergonomie du Rafale qui diminue la fatigue liée au vol

On a dit qu'on manquerait alors de ravitailleurs mais en oubliant la capacités de l'A400m de recevoir un kit de réservoir

On dit maintenant que le Rafale ne peut pas être comparable à l'emport d' un bombardier lourd...

Certes...

Mais l'on remarque alors que le nombre moyen d'armes délivrées était de 24 par missions...dont 30% de bombes lisses:

Bref un rafale qui emporterait 18 smart bomb aurait à peu près le même emport réel utilisable qu'un bombardier lourd (MOAB exceptée )

Restait que la maintenance ...mais qui est  finalement accessible a une AdA qui a pu jusqu'il y a peu entretenir plus de  800 avions.

Bref tout cela pour dire qu'une posture de Régional Bomber serait plus sioux et est dejà olus accessible qu'un PA2 auquel la Royale devrait plus préférer des équivalents de SMX-25 bodybuildés car plus furtifs !

Link to comment
Share on other sites

Sauf que le B1 B emportera des SDB bien avant le Rafale et que dans ce cas il en emportera au moins 10 fois plus

il n'y a pas de secret c'est une question de gabarit on ne peut pas demander à chasseur léger polyvalent de tenir le rôle d'un bombardier quadriréacteur

Link to comment
Share on other sites

Et encore une fois, quid de nos saloperies de ravitailleurs!??!

On est plus que limite dans ce domaine là, et nos C-135 n'ont pas la maintenance idyllique de nos Rafale, surtout sur des bases avancées.

Bon, en tous cas, je trouve ce débat un peu inutile.

Les bases insulaires potentielles, on les a tant qu'on a nos DOM-TOM. Le porte-avions n'est en aucun cas un remplaçant de cette capacité mais plutôt un moyen complémentaire.

Link to comment
Share on other sites

Sauf que le B1 B emportera des SDB bien avant le Rafale et que dans ce cas il en emportera au moins 10 fois plus

il n'y a pas de secret c'est une question de gabarit on ne peut pas demander à chasseur léger polyvalent de tenir le rôle d'un bombardier quadriréacteur

Oui certes

mais la specificité du Bombardier quadrireacteur se réduit comme une peau de chagrin :

Avec les armes de précision, il n'y a plus besoin de la capacité à emporter les chapelets de bombes comme au Vietnam

Avec la SdB un F-18 emportera 18 munitions avec la même capacité de pénétration qu'une grosse BGL , ce qui est à comparer avec les 24 en moyenne emportées par les bombardiers lourds:

On n'est pas à 10 fois plus !!!

Et encore, on peut se demander si près de 10 ans après il y aurait toujours ce reliquat de 30% de bombes lisses, bref , si ces 7 bombes lisses ne se transformeraient pas en une ou deux SdB...

Donc à ce moment , la spécificité du bombardier lourd semble être sa capacité aux vols de longue durée mais qui masque le fait que la majeure partie de la mission consiste à voler à partir des USA pour venir persister quelques heures au dessus du theatre puis repartir pour une quinzaine d' heure de vol vers les States :

Un peu comme si on faisait toute nos interventions en Afrique à partir de la France en revenant sauter bobonne le soir comme dit G4lly...

Mais quand on dispose d' une base de theatre même lointaine comme Diego Garcia pour les US, le vol de longue durée du bombardier rentre là aussi dans les cordes d' un chasseur bombardier PUISQUE sans utiliser la dernière capacité spécifique du bombardier lourd : celle de faire la sieste pendant deux heures...

Sieste qui d' ailleurs se fera par terre, preuve que cela n'avait pas été prévu d' origine (au fait y a des WC dans le B-2 ?).

Donc l'important est de pouvoir loiteringuer sur le theatre pour répondre au Time sensitive target

Mais pour ce faire on n'aura pas de SDB ...qui est jugée trop lente à arriver sur le terrain si larguée du Max de distance.

A coté de cela , l'AASM autopropulsée et avec forte capacité de dépointage, devrait éviter au Rafale de courir à hu et à dia vers toutes les cibles d' opportunité ...avec à la clé des missions un peu plus courtes

Bref il nous faudrait une AASM 75, encore plus courte que la 125, pour pouvoir en mettre 18 par Rafale...

Link to comment
Share on other sites

Un article intéressant sur le fonctionnement en réseau des bases aériennes de théatre en afghanistan :

http://www.airpower.au.af.mil/apjinternational/apj-f/2008/aut08/aubout.html

Un autre datant de 2003 sur les forces aériennes projetables européennes :

http://www.assemblee-ueo.org/fr/documents/sessions_ordinaires/rpt/2003/1836.html

Un article sur la Mobilité aérienne planétaire et les opérations de maintien de la maîtrise de l’air (projet CAT) :

http://www.airpower.maxwell.af.mil/apjinternational/apj-f/2005/hiv05/snead.htm

Un article sur l'accès expéditionnaire aérien américain en afrique :

http://www.airpower.maxwell.af.mil/apjinternational/apj-f/2010/ASPJAF2010-2/07fhall.html

Un blog sur BAPEX 2008 : http://bapex08-fr.over-blog.com/pages/Situation_generale-688913.html

Link to comment
Share on other sites

Sieste qui d' ailleurs se fera par terre, preuve que cela n'avait pas été prévu d' origine (au fait y a des WC dans le B-2 ?).

Tu veux qu'ils leur installe un lit à baldaquin ou un hamac??  :lol:

Plus sérieusement, sur un B-2 par exemple, la sieste se fait par terre, mais ça a été complétement prévu dès la conception.

Link to comment
Share on other sites

Tu veux qu'ils leur installe un lit à baldaquin ou un hamac??  :lol:

Plus sérieusement, sur un B-2 par exemple, la sieste se fait par terre, mais ça a été complétement prévu dès la conception.

En es tu vraiment sûr ?

http://www.dtic.mil/cgi-bin/GetTRDoc?AD=ADA282266&Location=U2&doc=GetTRDoc.pdf

Ce pdf  de 1994 me semble intéressant en montrant l'émergence des missions long range de 37h qui sont maintenant devenues une routine depuis l'utilisation des bombardier stratégiques avec des munitions de précisions.

On y voit un rythme de sortie en simulateur tous les 3 jours avec un repos intermissions de 18h seulement.

On remarque que le rythme de sortie serez celui adopté pendant Yraquie fridome en 2003.

Les solutions proposées pour rendre cela opérationnel n'ont relevé que de techniques du management de la fatigue et de l'utilisation du passage entre les sièges pour dormir par terre ( ceci montrant bien que cette utilisatinbn'était pas prévu d' origine...)

Et dans le registre des solutions futures, ils proposaient ... Peut être un petit matelas par terre pour un meilleur confort :lol:

Link to comment
Share on other sites

En es tu vraiment sûr ?

Positivement certain, pour le B-2A en tous cas ;)

Son équipage est de 2 personnes, mais dès la conception il a été prévu un troisième siège et la place pour un matelas/sac de couchage dans la cabine, justement pour permettre un roulement des équipages et réduire la fatigue.

Il y a également des toilettes et un coin cuisine ;)

Link to comment
Share on other sites

Un autre datant de 2003 sur les forces aériennes projetables européennes :

http://www.assemblee-ueo.org/fr/documents/sessions_ordinaires/rpt/2003/1836.html

Un article sur la Mobilité aérienne planétaire et les opérations de maintien de la maîtrise de l’air (projet CAT) :

http://www.airpower.maxwell.af.mil/apjinternational/apj-f/2005/hiv05/snead.htm

L'état de la projection d'une base en 2003 n'est pas très reluisant , reposant principalement sur l'apport US

Le concept CAT reposant sur un appareil avec modules échangeable est intéressant :

Il propose notamment une autre vision de la projection de l'Air Power :

Nous pourrions obtenir un grand nombre des avantages opérationnels inhérents aux concepts « Sea Strike » et « Sea Basing » au moyen d’opérations de maintien de la maîtrise de l’air faisant intervenir des CAT. Opérant à partir du réseau de bases régio-nales décrit plus haut, des groupes pouvant compter jusqu’à huit CAT emportant les mo-dules de maîtrise aérienne appropriés pourraient patrouiller des zones désignées dans un rayon de 3000 milles autour d’une base régionale ou de la CONUS pendant des périodes de plusieurs jours (fig. 5). Des CAT ravitailleurs opérant à partir de ces mêmes bases ravitailleraient en vol les CAT en patrouille toutes les 12 à 18 heures. Ces « groupes de combat aérien » permettraient d’établir rapidement la supériorité aérienne, de faire la preuve de la détermination nationale, de soutenir les alliés et, si nécessaire, de projeter la puissance aérienne sans devoir d‘abord établir des bases terrestres avancées sur le théâtre des opérations. Ces opérations de maintien de la maîtrise de l’air imiteraient les opérations navales en haute mer mais présenteraient l’avantage d’avoir accès à la totalité de la surface de la planète.

Link to comment
Share on other sites

  • 1 month later...
  • 5 weeks later...

Un petit article sur "l'USS CORSICA"..  :lol:

http://lemamouth.blogspot.com/2011/03/les-capacites-de-luss-corsica.html

A-Solenzara-sur-le-porte-avions-de-l-armee-de-l-air

http://www.marianne2.fr/blogsecretdefense/A-Solenzara-sur-le-porte-avions-de-l-armee-de-l-air_a223.html?com#comments

Dès les premiers jours, les spécialistes de l'infrastructure et du génie de l'air sont venus effectuer des travaux (énergie électrique, merlonnage, cloture, etc) et sont déjà repartis. Environ 400 personnels supplémentaires sont actuellement sur la base, ce qui portent les effectifs à 1350. Il s'agit d'armuriers, de transmetteurs, de contrôleurs, des spécialistes SIC mais également de chauffeurs ou de cuisiniers, sans oublier les commandos, logés sous tente devant le mess. Pour les opérations aériennes proprement dites, 50 personnels navigants, 200 mécaniciens et 30 spécialistes du renseignement.

Des vols de six heures

Les vols se déroulent sur la base de deux vagues ("flow") par jour. Il s'agit de missions longues, de l'ordre de six heures. Si l'on prend en compte la préparation et le débriefing, une mission dure 10 heures pour les navigants. C'est long et cela a justifié l'envoi à Zara de moniteurs de sport, qualifiés en techniques d'optimisation du potentiel (Top)

L'idée est de relever les pilotes au bout de 45 heures de vol, soit 7 ou 8 missions. Pour l'heure, le maximum atteint est 60 heures... soit un tiers des 180 heures de vol annuelles d'un pilote de combat.

Chaque jour, une dizaine de "sorties" sont effectuées à partir de Zara, avec un minimum de huit et un maximum de quatorze, le jour de relâche du porte-avions Charles-de-Gaulle.

Link to comment
Share on other sites

  • 1 year later...

Tiens , question base , un copain me disait qu'Hao où il avait fait son service fin 80-début 90, ils étaient 250 mais la base ne servait plus que comme délestage éventuel de la Navette spatiale ou comme relai quand le président (ou Charles Hernu ) venaient à Tahiti avec le concorde qui était alors un peu court sur pattes...

D'ailleurs , le caviar en boîte de 500 g , était très bon à bord ... :lol:

Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

  • Member Statistics

    5,962
    Total Members
    1,749
    Most Online
    Mathieu
    Newest Member
    Mathieu
    Joined
  • Forum Statistics

    21.5k
    Total Topics
    1.7m
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...