Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

[Iran] projet nucléaire et conséquences / Archive


Recommended Posts

  • Replies 6.1k
  • Created
  • Last Reply

Top Posters In This Topic

Guest barbaros pacha

Ou alors, J10 VS F15 et J10 VS F22.

Non presque qu'impossible, c'est l'USnavy qui bombardera l'Iran, l'USAF ne vat pas envoyez ses F-22 qui sont a peine sorti des usines... =|

Link to comment
Share on other sites

De toutes façon à moins que la Chine soit très rapide ça prendrait du temps de livrer ces 24 avions, et si l'attaque de l'Iran est effectivement prévue pour bientôt(je n'y crois pas mais on ne sait jamais) ils ne changeront strictement rien a quelques exemplaires.

Link to comment
Share on other sites

Au derniéres nouvelles, plus de 100 F 22 était déja sorti d'usine.

Pour le J 10, c'est constradictoires  :rolleyes:

La Chine nie avoir avoir vendu ces avions à l'Iran :

http://www.iht.com/articles/ap/2007/10/25/asia/AS-GEN-China-Iran-Fighter-Jets.php

Tandis que selon des forums, les livraisons sont censé avoir lieu entre 2008 et 2010 :

http://www.abovetopsecret.com/forum/thread310965/pg1

Link to comment
Share on other sites

HS : 3 Rafales livré en 2004, 11 livré en 2005; 14 en 2006  :-[

Sept exemplaires supplémentaires de Rafale seront également livrés en 2008 , déclaration du patron de l'AdA dans http://www.assemblee-nationale.fr/13/cr-cdef/07-08/c0708012.asp#P5_250  :O

Ca vas vite en france, remarque les US pourrais en avoir un bon millier sans probléme en cas de guerre.

Link to comment
Share on other sites

Guest barbaros pacha

au contraire ce sera une bonne occasion de sortir le bébé (combat proven tout ça.....)

Personellement je voit pas l'utiliter, bah parce que le F-22 n'est pas a vendre enfin pour l'instant (pub), donc... :rolleyes:

Link to comment
Share on other sites

Guest barbaros pacha

Ca vas vite en france, remarque les US pourrais en avoir un bon millier sans probléme en cas de guerre.

En moins, ils auront pas de problemes de chomage comme en France, les chomeurs auront deux choix:

-Les usines d'armement

-L'armée

Link to comment
Share on other sites

Article sur l'Iran

http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=30825

Les nouvelles sanctions de Washington paralyseront-elles les banques et l’économie iraniennes ?

Washington ne lâche pas prise. Pas une semaine ne passe sans qu’il ne soit question de l’Iran. La secrétaire d’État américaine, Condoleezza Rice, considère que l’Iran représente «peut-être le plus grand défi» pour la sécurité des États-Unis et le vice-président américain Dick Cheney a menacé le régime de « graves conséquences» s’il ne renonçait pas à son programme d’enrichissement d’uranium. Quant au président George W. Bush, il avait évoqué récemment un risque de «troisième guerre mondiale». Une voix s’élève contre cette possible invasion de l’Iran: Jimmy Carter: «Je pense que toute attaque militaire contre l’Iran serait une horrible erreur et une tragédie», a dit M.Carter à la presse après un entretien avec le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, sur des questions de santé internationale. Cette semaine, Washington a annoncé un nouveau train de mesures contre l’Iran. Les banques sont visées. Objectif: neutraliser le Guide suprême de la République islamique, l’ayatollah Ali Khamenei, et les Gardiens de la révolution. Est-ce bien réaliste?

Il fallait s’y attendre. Vladimir Poutine, de passage à Lisbonne, a exprimé rapidement son opposition aux nouvelles sanctions imposées par les États-Unis contre l’Iran. La pression exercée contre le gouvernement de Téhéran pousse « l’Iran dans ses derniers retranchements ». Le président russe s’interroge : « Pourquoi aggraver la situation en menaçant de sanctions et en aboutissant à une impasse ? Le meilleur moyen de résoudre la situation ce n’est pas de courir comme un fou dans tous les sens comme un homme avec un couteau à la main ? »

Les États-Unis viennent de franchir une étape importante dans l’escalade des sanctions contre le pays perse. L’Iran serait d’ores et déjà un « paria de la finance » et ces nouvelles sanctions n’ont pour seul but que de le forcer à renoncer à ses ambitions nucléaires. A ce titre, les États-Unis viennent d’inscrire trois banques d’État iraniennes, Melli, Mellat et Saderat, sur la liste noire des « parias de la finance », qui interdit à toute institution financière soumise aux réglementations américaines - soit une grande part du système financier mondial - de faire des affaires avec ces entités et l’oblige à saisir tous leurs actifs.

Cette fois-ci, les États-Unis frappent fort : la banque Melli, aussi appelée Banque Nationale d’Iran, est la première institution bancaire du pays qui est largement implantée à l’étranger. Fondée en 1927, sur ordre du Majles (Parlement), la banque Melli émettait la monnaie jusqu’en 1960. Ses prêts vont essentiellement au logement, à l’industrie et au commerce et services. La Melli Central Branch, à Téhéran, est un lieu fréquenté par le tourisme en raison de la présence, dans son sous-sol, du Musée des Bijoux de la Couronne.

Le sous-secrétaire au Trésor, chargé de la lutte contre le terrorisme et du renseignement financier, Stuart Levey, déclarait en janvier 2007 que : « la banque Sepah est la cheville ouvrière du réseau d’approvisionnement iranien en missiles et a aidé activement l’Iran à se doter de missiles capables de projeter des armes de destruction massive ». Toujours selon le sous-secrétariat au Trésor américain, la banque Sepah apportait, notamment, une aide financière aux groupes industriels Shahid Hemmat (SHIG) et Shahid Bakeri (SBIG), « deux entreprises de fabrication de missiles inscrites à l’annexe de la résolution 1737 pour leur implication directe dans le programme de missiles balistiques iranien » (voir Le Blog Finance).

Déjà, en septembre 2006, les États-Unis avaient interdit toute transaction en dollars entre des entités américaines et deux importantes banques iraniennes, Saderat et Sepah, dans le but de tenter de freiner le programme d’enrichissement d’uranium de l’Iran. Ces deux banques étaient accusées de soutenir des groupes terroristes et le programme nucléaire iranien. A la suite de ces pressions américaines, la plupart des grandes banques internationales avaient cessé toutes transactions en dollars avec l’Iran. En décembre 2006, après la Russie, le Venezuela, les Émirats Arabes Unis, l’Iran s’est affranchi du dollar.

Le gouvernement iranien annonçait qu’il allait remplacer le dollar par l’euro dans ses échanges extérieurs et pour ses avoirs à l’étranger. Selon la banque centrale iranienne, les réserves en devises de l’Iran, dans les banques étrangères, avaient atteint 52,3 milliards de dollars à la fin juillet 2006. « La zone euro est une zone économique plus grande que les États-Unis et même si elle est encore jeune, sa devise semble un candidat naturel pour concurrencer le dollar. Ce n’est donc pas un choix par défaut », estimait, dans le même temps, Gavin Friend, économiste à la Commerzbank. Une facturation des exportations de pétrole iranien en euros - qui était déjà possible mais pas obligatoire - devenait dès lors un geste symbolique puisqu’il donnait naissance à des pétro-euros. « A l’heure actuelle, en octobre 2007, 65% de la vente du pétrole iranien se fait en euros et 20% en yens », selon Seyed Mohammad Khatibi, vice-président de la Société nationale du pétrole iranienne (NIOC). « Seulement 15% de la vente du pétrole se fait en dollars et nous sommes en train de remplacer progressivement cette part avec des devises plus crédibles [...] Depuis 2004, la valeur du dollar a baissé entre 30 et 35%. Par conséquent, conserver nos capitaux en dollars signifie une baisse importante de nos avoirs », a ajouté le vice-président de la Société nationale du pétrole iranienne.

Anne Gearan, de l’Associated Press, rappelait, en janvier 2007, dans le Kentucky.com, (repris par Iran-Resist) que tout au cours de l’année 2006, « l’administration de Bush avait persuadé des banquiers européens et asiatiques de mettre un terme à l’accès iranien et nord-coréen au système financier mondial. Les raisons invoquées par les États-Unis étaient le financement du terrorisme et la corruption ». Washington accusait les deux nations de se comporter en escrocs, mais également de contrefaire l’argent des États-Unis à Pyong-Yang et de cacher un programme d’armes nucléaires à Téhéran. Seuls, les USA ne pouvaient pas empêcher une entité étrangère de faire des affaires avec des institutions suspectes. C’est pourquoi ils ont décidé d’y remédier en prenant des mesures (relativement faibles) contre seulement deux banques liées à Téhéran et à Pyong-Yang. L’administration Bush avait ainsi créé une psychose de scandale pour toutes les autres banques qui font des transactions avec l’Iran et la Corée du Nord.

Depuis, la Corée du Nord a quitté l’axe du mal, laissant seul derrière l’Iran.

La filiale Lukoïl Overseas, en charge du développement à l’international du groupe russe, a confirmé à l’AFP que sa représentation en Iran « continuait à travailler » en dépit des « entraves » constituées par les sanctions financières américaines. Ce qui n’a pas été le cas pour l’entreprise Halliburton. Comme l’écrivait Elizabeth Studer dans Le Blog Finance, « il est tout de même édifiant de savoir que, mine de rien, parallèlement à toutes les attaques du gouvernement Bush contre Téhéran, les pétroliers texans étaient toujours bien présents sur le territoire iranien et, qui plus est, par le biais d’une entreprise, autrefois dirigée par Dick Cheney, Halliburton ». L’entreprise américaine de services à l’industrie pétrolière, Halliburton, indiquait en effet, en avril 2007, qu’elle avait mis un terme à toutes ses activités en Iran. Ce qui signifie qu’elle était bien présente sur le territoire iranien. Il faut noter enfin que, selon certains analystes pétroliers moscovites, Lukoil envisagerait de fusionner avec son partenaire stratégique, le géant américain ConocoPhillips qui détient déjà 20% du capital.

La secrétaire d’État américaine, Condoleezza Rice, considère que l’Iran représente « peut-être le plus grand défi » pour la sécurité des États-Unis et le vice-président américain Dick Cheney a menacé le régime de « graves conséquences » s’il ne renonçait pas à son programme d’enrichissement d’uranium. Quant au président George W. Bush, il avait évoqué récemment un risque de « troisième guerre mondiale ». La table est mise. Sauf que rien ne change dans le discours des États-Unis, pour l’instant. Ces nouvelles mesures sont destinées à sanctionner « l’attitude irresponsable de l’Iran », a déclaré Mme Condoleezza Rice à la presse, en assurant que les États-Unis restaient engagés dans une approche diplomatique pour résoudre la crise du nucléaire iranien. Le passage à l’euro de l’Iran a, bien évidemment, indisposé Washington. Donc acte.

Selon le département d’État, la banque Melli, première institution bancaire du pays largement implantée à l’étranger, finance notamment la force Al-Qods et les Gardiens de la Révolution. La banque Mellat finance l’organisation de l’énergie atomique de l’Iran et la Saderat finance les groupes radicaux palestiniens Hamas et Jihad islamique, et le Hezbollah libanais, que Washington considère tous comme mouvements terroristes. Ces sanctions visent plus largement le corps des Gardiens de la Révolution (Pasdaran), le ministère de la Défense, trois des plus grandes banques du pays, une vingtaine d’entreprises iraniennes et huit personnes impliquées dans le commerce de missiles et qui soutiennent des groupes extrémistes au Moyen-Orient.

« L’Iran continue à rejeter notre offre de négociations ouvertes », a commenté Mme Rice, « et menace la paix et la sécurité, via son programme nucléaire et de missiles balistiques et son soutien aux insurgés chiites en Irak, aux talibans en Afghanistan, au Hezbollah au Liban et au Hamas à Gaza. » Washington, qui espère que ces mesures pousseront l’Iran à accepter une offre formulée l’an dernier lui proposant des incitations économiques en échange de l’abandon de ses activités nucléaires sensibles, croit que de telles sanctions devraient isoler un peu plus le régime des mollahs sur le plan économique tout en incitant ses partenaires commerciaux à ne plus faire affaire avec lui. Les Gardiens de la révolution, visés par ces sanctions, dépendent directement du Guide suprême de la République islamique, l’ayatollah Ali Khamenei. Le sous-secrétariat au Trésor pointe l’importance des ramifications de ce groupe dans l’économie iranienne. Les Gardiens de la révolution contrôleraient des milliards de dollars grâce à des entreprises implantées dans les secteurs financiers et commerciaux, notamment dans la production de pétrole, l’ingénierie et la construction. « [ils] sont si enracinés dans l’économie iranienne et dans des entreprises commerciales qu’il est de plus en plus probable que si vous faites affaire avec l’Iran, vous faites affaire avec les Gardiens de la révolution », a affirmé le secrétaire du Trésor, Henry Paulson.

Cette décision entraîne le gel de tous les avoirs que ces entités peuvent détenir aux États-Unis et interdit à tout individu ou entreprise, et notamment toutes les banques soumises aux réglementations américaines, de commercer avec elles, sous peine de sanctions. Toutefois, dans la capitale américaine, une « solution diplomatique » est toujours à l’ordre du jour, en précisant toutefois que le président conserve « toutes les options sur la table ». Malgré les objections de Moscou et de Pékin, Washington, soutenu par Londres et Paris, pousse en faveur de l’adoption d’une troisième résolution de sanctions du Conseil de sécurité des Nations Unies.

À Londres, le Foreign Office a fait savoir « qu’il soutenait les efforts de l’administration Bush pour accentuer les pressions sur le régime iranien ». « Nous sommes prêts à montrer la voie pour une troisième résolution de sanctions et soutenir dans le même temps des sanctions plus fermes de l’Union européenne. »

À l’instar de Vladimir Poutine, certains observateurs doutent de l’efficacité de ces sanctions. L’AFP rapporte l’opinion de Alex Vatanka, de la revue spécialisée Jane’s : « Je suis sceptique sur leur impact, principalement parce que les États-Unis, unilatéralement, ont très peu de moyens de pression sur cet État islamique riche en pétrole, sur son économie et sur ses forces armées. Il suffit de regarder ce qu’ont fait dans le passé les Russes, les Chinois et dans une certaine mesure les Européens, pour douter du soutien que le reste du monde va apporter aux États-Unis là-dessus. Pour changer le comportement de l’Iran de façon positive, il faut lui donner quelque chose. Or tout ceci ce sont des bâtons. Je ne vois pas de carotte. »

Pour Manouchehr Dorraj, professeur de relations internationales à la Texas Christian University : « L’efficacité des nouvelles sanctions dépend dans une large mesure de la coopération des alliés européens comme la France et l’Allemagne, mais aussi la Russie et la Chine qui ont des liens politiques et financiers plus étroits avec Téhéran. » Et selon Manouchehr Dorraj : « Si les Iraniens restent peu réceptifs, l’administration Bush pourrait utiliser cela comme prétexte pour dire que les sanctions n’ont pas réussi à convaincre le gouvernement iranien de mettre un terme à ses activités d’enrichissement de l’uranium et que l’option militaire est la seule alternative viable.  »

En terminant, il convient de rappeler cette remarque, qui pourrait paraître anodine, du numéro trois du département d’État américain, Nicholas Burns, qui déclarait que : « La Chine a augmenté ses échanges avec l’Iran au moment même où d’autres membres du Conseil de sécurité de l’ONU les réduisaient.  »

Téhéran a réagi. A sa façon. Comme il fallait s’y attendre, le ministère iranien des Affaires étrangères a condamné la nouvelle initiative de Washington : « La politique hostile de l’Amérique contre la respectueuse nation iranienne et nos organisations légales va à l’encontre des règles internationales et n’a aucune valeur », a dit un porte-parole du ministère cité sur le site internet de la télévision nationale.

(Sources : AFP, Cyberpresse, La Presse canadienne, Le Blog Finance, Le Monde, Ria Novosti)

Link to comment
Share on other sites

Parmi les hypothèse jamais envisagée, si on imaginait que l'iran attaque en premier les USA ou du moins leurs intérêts dans le golf, en fait ne leur laisse pas l'initiative.

Citation wikipedia

La dégradation des relations entre T?ky? et Washington

Les conquêtes nipponnes en Asie orientale menaçaient les intérêts américains et Washington intervint contre le Japon, sans aller jusqu’à la confrontation armée. Ainsi, en 1921-1922, le Traité de Washington de 1922 limita le tonnage de la flotte de guerre japonaise au troisième rang mondial. En réponse aux pressions diplomatiques internationales suite à l'invasion de la Mandchourie, T?ky? décida de quitter la Société des Nations en 1933. Entre 1935 et 1937, les États-Unis choisirent la non-intervention en promulguant une série de lois sur la neutralité.

Le Japon signa le pacte antikomintern en 1936. En 1937, le président des États-Unis Franklin Roosevelt prononça à Chicago le Discours de la quarantaine dans lequel il condamnait les dictatures, y compris celle du Japon. L'année suivante, son discours sur l'état de l'Union propose d'augmenter les dépenses militaires. En décembre 1937, au moment du massacre de Nankin, les avions japonais coulèrent la canonnière américaine Panay sur le Yang-tseu-Kiang2. Washington obtint des excuses mais la tension monta rapidement entre les deux pays. En 1939, le gouvernement américain mit fin au traité de commerce signé en 1911, prélude à l’embargo commercial.

En 1940, l'Empire rejoignit les forces de l’Axe en signant le Pacte tripartite. La même année, le Quartier-général impérial, profitant de la défaite de la France et de l’affaiblissement du Royaume-Uni, autorise l'implantation de bases militaires en Indochine française. Cette implantation se produisit après une entente conclue le 22 septembre avec le gouvernement de Hanoi, suivie de violents combats à Lang Son et du bombardement de Haiphong, auxquels le Quartier-général impérial mit finalement un terme le 26.

1941 fut l'année de l’escalade entre les deux pays : en mai, Washington accorda son soutien à la Chine par l’octroi d’un prêt-bail. Suite au refus du Japon de se retirer de l'Indochine et de la Chine, à l'exclusion du Manchukuo, les États-unis, la Grande-Bretagne et les Pays-Bas décrétèrent l’embargo complet sur le pétrole et l’acier ainsi que le gel des avoirs japonais sur le sol américain3.

La conférence impériale tenue le 6 septembre 1941 décida qu'une guerre serait entreprise contre les États-Unis et la Grande-Bretagne, à moins qu'un accord ne soit trouvé à bref délai avec Washington. Le 16 octobre, le Premier Ministre Konoe, jugeant avoir perdu la confiance de l'empereur Showa et des militaires, démissionna de son poste en proposant le prince Naruhiko Higashikuni, un oncle de l'empereur, pour le remplacer. Hirohito refusa cette candidature, proposée également par les militaires, et choisit plutôt le général T?j?, un ferme partisan de la guerre mais également un homme renommé pour sa fidélité envers l'institution impériale 4.

L'empereur Showa

Sans même attendre la fin des pourparlers auxquels ils ne croyaient plus, les Japonais commencèrent à préparer l'attaque. Le 3 novembre, l'amiral Osami Nagano expliqua en détail à Hirohito la version finale du plan d'attaque contre Pearl Harbor. Le 5 novembre 1941, l'empereur approuva en conférence impériale le plan d'opération pour une guerre contre les États-Unis, la Grande-Bretagne et la Hollande prévu pour le début décembre 5. Le jour même, le quartier-général impérial mit en application la décision adoptée à la conférence et ordonna au commandant en chef de la flotte combinée, l’amiral Isoroku Yamamoto, de mettre en branle la mission sur Pearl Harbor6. Les négociations avec les États-Unis demeurant dans une impasse, Hirohito approuva finalement le 1 décembre en conférence impériale la guerre de la Grande Asie orientale 7, après que Nagano et le ministre de la Marine Shimada, l'aient rassuré la veille sur les chances de succès de l'entreprise en réfutant l'argument que la Marine ne puisse tenir plus de deux ans contre les États-Unis. 8

On constate que le clan des ultras semble s'être renforcé (nombreux changements dans plusieurs postes clefs)

On constate que le pays s'étouffe progressivement, si les iraniens se révoltent, perso je doute qu'ils fassent la différence entre les ultra conservateurs et les moins ultra conservateurs que l'on appelle modérés, pour eux c'est tout un. Un régime fondamentalement menacé, a-t-il d'autre choix que de risquer le tout pour le tout.

Exemple de simulation d'attaque.

le 25 décembre (noel) vers 4h00 du matin, tout le monde a bu, les gardes ne sont pas encore relevés, les vols sont réduits au minimum, les radaristes causent avec leur femme

Bip, bip, bip, ein c'est quoi cette connerie, ils découvrent plein d'échos, d'abord ils raccrochent à leurs enfants (2 minutes de perdu), ensuite ils commences des vérifications (2 minutes de perdu), puis ils commencent à réaliser que y a peut-être un problème, faut commencer à donner l'alerte, réveiller les amiraux.

200km pour un missile qui vole à 1000 km/h, c'est 12 minutes, ils en ont perdu déjà six. faut commencer les contre mesures

Je sais c'est très caricatural, mais bon faut pas imaginer que tous les soldats sont 100% opérationels pendant leurs gardes

Le soldat américain croit que l'iran n'osera pas l'attaquer, il pense plutôt que c'est lui qui un jour devra attaquer l'Iran...

mettons que les iraniens parviennent à lancer (tout type de missiles confondus visant les principales bases US du golf et la flotte) 3 à 400, quels sont les chances des USA de résister à la première salve...

Mettons même que les iraniens n'attaquent pas le jour de noel, à 4h00 du matin y'en a qui commence sérieusement à fatiguer...

Bon je ne demande pas combien de champignon en Iran le lendemain. Mais plutôt l'état des troupes US, après une attaque surprise, simultanée, imprévisible, et en force...

À mon sens dans un sal état...

Link to comment
Share on other sites

Parmi les hypothèse jamais envisagée, si on imaginait que l'iran attaque en premier les USA ou du moins leurs intérêts dans le golf, en fait ne leur laisse pas l'initiative.

Ouais, ils ont déjà fait le coup avec les Japonnais et Pearl Arbor, les Iranniens tomberont pas dans le piège...

Link to comment
Share on other sites

Je sais très bien que le gentil président ahmad en jihad n'attaquera jamais personne pas même la mouche qui tourne autour de lui  :lol:

Mais au cas où il serait possédé par l'esprit de Bush qui lui ordonnerait de lancer une attaque  :lol: :lol: :lol: : Quel serait l'état des troupes US dans le golf après une attaque surprise par les missiles iraniens

C'était la question.

Link to comment
Share on other sites

Les nouvelles sanctions de Washington paralyseront-elles les banques et l’économie iraniennes ?

L’Iran est sous les sanctions de Washington depuis 1979, cela ne l’empêchait de vivre

ces nouvelles sanctions ne sont que des propagandes d’électoral

On constate que le pays s'étouffe progressivement, si les iraniens se révoltent, perso je doute qu'ils fassent la différence entre les ultra

conservateurs et les moins ultra conservateurs que l'on appelle modérés, pour eux c'est tout un. Un régime fondamentalement menacé, a-t-il d'autre choix que de risquer le tout pour le tout.

Pour la révolte, je te rappelle qu’ils ont fait en 1979 pour chasser les américains & Cie en dehors d’Iran le reste ne regard que les iraniens

Il n’y a pas de risque, puisque les USA et Cie ont entraine de perdre la patience tout va dans le sens que les iraniens veulent

Pour instant c’est les USA qui sont plus en difficulté financières, baisse de dollars, le prix de pétrole et les banqueroutes de ses institutions financières sans parler de la bouse

Et enfin, le commandant en chef des forces militaires iraniennes est L'ayatollah Ali Khamenei et non président Mahmoud Ahmadinejad,

Link to comment
Share on other sites

:P Je rappelle juste que le déficit fédéral US baissent d'année en année depuis le pic de 2004

413 milliards de $ en 2004

317 milliards de $ en 2005

248 milliards de $ en 2006

163 milliards de $ (1,2 % du PIB) en 2007 (année fiscale : 1er octobre - 30 septembre)

Et que les $ rentrent à flot dans les caisses du trésor américain.  8)

2 119 milliards de $ en 2005

2 568 milliards de $ en 2007

Au fait, à qui profitent "financiérement" le plus la hausse du pétrole ? Aux états producteurs ou aux compagnies qui vendent le carburant (sans compter les taxes prévelés par l'Etat, 73,2% pour le super sans plomb 98 en 2003 en France, combien en 2007 ?)  >:(

Link to comment
Share on other sites

:P Je rappelle juste que le déficit fédéral US baissent d'année en année depuis le pic de 2004

413 milliards de $ en 2004

317 milliards de $ en 2005

248 milliards de $ en 2006

163 milliards de $ (1,2 % du PIB) en 2007 (année fiscale : 1er octobre - 30 septembre)

Et que les $ rentrent à flot dans les caisses du trésor américain.  8)

2 119 milliards de $ en 2005

2 568 milliards de $ en 2007

Au fait, à qui profitent "financiérement" le plus la hausse du pétrole ? Aux états producteurs ou aux compagnies qui vendent le carburant (sans compter les taxes prévelés par l'Etat, 73,2% pour le super sans plomb 98 en 2003 en France, combien en 2007 ?)  >:(

http://www.newropeans-magazine.org/index.php?option=com_content&task=view&id=3605&Itemid=85
Link to comment
Share on other sites

Guest barbaros pacha

Le gouvernment Americain au lieu de gaspiler son argent en rapportant "aux autres peuples la democratie et la prosperite" ferait mieux de loger et d'aidez les plus pauvres dans son pays....

Fin du hs...

Link to comment
Share on other sites

Guest
This topic is now closed to further replies.
 Share

  • Member Statistics

    5,824
    Total Members
    1,749
    Most Online
    Altocumulus
    Newest Member
    Altocumulus
    Joined
  • Forum Statistics

    21.4k
    Total Topics
    1.6m
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...