Chris.

armée de l'air égyptienne

Recommended Posts

On pourrait voir les choses comme ça: des Rafales vendus à l’Égypte provoquera le couru et surtout l’inquiétude d’Israël qui cherchera à ce que son aviation ne se fasse pas surclasser, passera de ce fait en revu les options, les offres disponibles et naturellement ils se tourneront vers les Rafales, parce que le F-35 et même la Foufoune c'est pas ça...

 

Et avec la haute probabilité de conflit entre les deux pays on aura le droit à des duelles aériens entre Rafales aussi ; ce sera de pure beauté ! artistique !!

 

 

Quoi ? vous trouvez que je délire ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

Les Israéliens ne laisseront jamais faire ils feront capoter le deal ,  des Rafales a leurs portes que nenni

 

Bof... Israël a d'autres soucis que l’Égypte (qui a aussi les siens). Et la protection d’Israël étant assurée par les États-Unis... 

Edited by Kiriyama

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ils ont quand même obtenu que les AMRAAM émiriens des F-16 Block 60 soient bridés. Pourtant les EAU c'est pas la porte à coté ou spécialement un pays belliqueux.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ce genre de méga contrat est souvent long à se dessiner, en plus si on lit l'article on s'aperçoit qu'au niveau du financement le tour de table est loin d'être bouclé.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ce genre de méga contrat est souvent long à se dessiner, en plus si on lit l'article on s'aperçoit qu'au niveau du financement le tour de table est loin d'être bouclé.

D'apres cette article c'est pour bientôt

http://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/aeronautique-defense/20141211trib5816ba911/des-rafale-et-des-fregates-fremm-pour-l-egypte-avant-noel.html

Share this post


Link to post
Share on other sites

Si c'est pour etre payer en palette de dattes, on va les laisser dealer avec les indiens, qui devraient etre en mesure de sortir leurs premiers raffies d'ici 2018/19, ca laisse le temps aux egyptiens d'entasser suffisamment de dattes... :happy:

  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

En fait, c'est toujours un plaisir d'avoir le choix dans la datte.

 

---------------> []

  • Upvote 3

Share this post


Link to post
Share on other sites

c'est un festival de blagues à deux balles

Share this post


Link to post
Share on other sites

je dirai plutôt que c'est un festival de blagues à deux dattes !...

si on pouvait m'appeler une ambulance... je crois que j'ai une grande fatigue !...

Edited by castle68
  • Upvote 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

Si c'est pour etre payer en palette de dattes, on va les laisser dealer avec les indiens, qui devraient etre en mesure de sortir leurs premiers raffies d'ici 2018/19, ca laisse le temps aux egyptiens d'entasser suffisamment de dattes... :happy:

 

 

Non, non, non, plutôt en centaines de très gros sacs de billets verts venant tout droit des deux grands papas du GCC. ;)

 

 

Les monarchies du Golfe au chevet de l‘Égypte d’Al-Sissi

 

Par François Chignac

09/06/2014 12:02 CET

 

A l’exception du Qatar, les monarchies du Golfe ont toujours exprimé un soutien sans faille à Abdel Fattah Al-Sissi, pourfendeur des Frères musulmans qu’ils redoutent sur leurs territoires. Un soutien financier non dénué d’intérêts.

 

Au lendemain de la prestation de serment d’Abdel Fattah Al-Sissi, s’il est des soutiens dont le nouveau président d‘Égypte peut se prévaloir, ce sont bien ceux des monarchies du Golfe. L’ex-chef de l’armée égyptienne a récolté 96,9% des voix au scrutin présidentiel. Un triomphe, attendu, qui a troublé les chancelleries occidentales. Elles n’ont dépêché que des délégations de second rang pour l’investiture de celui qui, il y a un an, destituait le président Mohamed Morsi. Un seul conseiller du secrétaire d‘État John Kerry représentait les États-Unis et les capitales de l’Union européenne comptaient sur leurs ambassadeurs. A l’inverse, les personnalités politiques de haut niveaux de l’Arabie Saoudite, des Émirats Arabes Unis et du Koweït étaient omniprésentes. Rien que de très normal. Dès sa victoire acquise, les messages de félicitations ont afflué de la part de la péninsule arabique. Car le fait qu’‘“Al-Sissi cherche par tous les moyens à mettre un terme aux agissements de Frères musulmans ne peut qu’enchanter les Émirats Arabes Unis, le Koweït mais aussi et surtout l’Arabie Saoudite” souligne Francis Matthews, éditorialiste du quotidien émirati Gulf News. “Ils préfèrent soutenir le régime militaire pour contenir l’expansion islamiste et éviter toute contagion interne”.

 

Mais les arrières pensées ne sont pas que sécuritaires. Le redressement économique de l‘Égypte est un dossier sensible. Les monarchies régionales ont investi il y a déjà plusieurs mois dans un pays au bord de la faillite. Tout est à rebâtir après trois années de troubles consécutifs au renversement d’Hosni Moubarak. Il est primordial de rétablir la sécurité pour relancer le tourisme, locomotive du pays qui représente 11,3% du PIB. Il y a belle lurette que les investisseurs ont déserté et les réserves en devises étrangères sont trop faibles. La croissance stagne à 2% et si l‘économie devrait croître de 3,2% en 2015, c’est trop peu au regard des chiffres du chômage et d’une démographie galopante. Un habitant sur cinq vit encore sous le seuil de pauvreté. Les défis sont donc colossaux. Mais le marché n’est pas sans promesses. Il compte 80 millions de consommateurs potentiels et le pays est riche en ressources. L’Arabie Saoudite et les Émirats le couvent donc du regard. Ils ont appelé à un conférence des pays donateurs et ont déjà fait délivrer au nouveau Raïs d‘Égypte une enveloppe d’aide globale de 12 milliards de dollars. Cinq milliards de dollars de l’Arabie Saoudite. Sept milliards de dollars de la part des Émirats Arabes Unis et du Koweït. Le message est clair. Il faut sortir l‘Égypte de l’ornière économique. Quitte à avoir un droit de regard. Abou Dhabi surveille de près ses placements. Il faut dire qu’en octobre 2013, les Émirats avaient annoncé une aide massive de 3,9 milliards de dollars après une première enveloppe d’un milliard de dollars versée trois mois plus tôt, au lendemain de l’emprisonnement de Mohamed Morsi. Il s’agissait alors de financer les besoins en produits pétroliers mais également de lancer des projets de développement dans les domaines de la santé, de l‘éducation, du logement et du transport. Pour la santé par exemple, 79 dispensaires devaient être créés avec deux chaînes de production de vaccins pour fournir à l‘Égypte 80% de ses besoins en la matière. Devait s’ajouter à cela, la construction de 50 000 logements dont 13 000 déjà en cours de réalisation. Bref, de quoi rendre aujourd’hui les investisseurs tatillons. Ils n’hésitent pas à prodiguer leurs conseils. Il y a quelques mois, le nouveau président égyptien s‘était rendu à Dubaï pour signer des contrats. On croise les émissaires des Émirats dans l’entourage du nouveau président. Un entourage qui a récemment affirmé qu’il était disposé à adopter des mesures d’austérité, ce que les dirigeants précédents ne voulaient pas faire. Il s’agit de remettre rapidement le pays sur la bonne voie comme le souhaite le FMI qui s’est dit disposé à reprendre les négociations jusqu’alors interrompues autour d’une enveloppe d’aide de 5 milliards de dollars.

 

Mais ces pétro-dollars suffiront-ils pour relever le gant de chantiers titanesques ? Le pays est exsangue. Il a connu une vague d’attentats meurtriers depuis la destitution il y a un an du président Mohamed Morsi. D’après le gouvernement, plus de 500 policiers et soldats y ont trouvé la mort. Et les partisans de l’ex président, dont 15 000 membres ont été incarcérés et dont les principaux leaders encourent la peine capitale, poursuivent leurs manifestations dans les universités sur fond d’explosion de la criminalité.

 

Euronews

 

 

Le roi d'Arabie saoudite fait une escale d'une heure en Egypte

 

Note : Des accords ont été passé depuis un an entre l'armée égyptienne (premier entrepreneur du pays) et des entreprises privées saoudiennes et du Golfe pour des contrats atteignant les 40 milliards de dollars d'ici 2020.

 

 

 

...

Edited by Gravity

Share this post


Link to post
Share on other sites

Si c'est bien le Qatar et l'Arabie saoudite qui paient c'est faisable. Parce que l’Égypte avec ses fonds propres risque d'avoir du mal.

 

Est-ce qu'il y a déjà eu demande d'officiers et de militaires égyptiens pour examiner l'avion ou assister à une démonstration ?

Edited by Kiriyama

Share this post


Link to post
Share on other sites

Si la chose se fait les Egyptiens auront sut se pointer au bon moment pour nous soulager de ces achats dispendieux, cette fois comptons sur Bercy !!!

Edited by P4

Share this post


Link to post
Share on other sites

L'Égypte a été le premier client du 2000. Ce n'est pas impossible que ce soit aussi le premier client du Rafale.

L'Égypte n'a pas besoin d'essayer le Rafale, ils ont tous les Retex de leurs financiers qatari et emirati. D'ailleurs c'est même possible que l'Égypte serve de lancement pour permettre aux EAU ou au Qatar d'avoir un premier Retex non français.

Share this post


Link to post
Share on other sites

L'Égypte a été le premier client du 2000. Ce n'est pas impossible que ce soit aussi le premier client du Rafale.

L'Égypte n'a pas besoin d'essayer le Rafale, ils ont tous les Retex de leurs financiers qatari et emirati. D'ailleurs c'est même possible que l'Égypte serve de lancement pour permettre aux EAU ou au Qatar d'avoir un premier Retex non français.

 

  c etait pas les indiens les premiers ( qui a dit ca ? )

 

 par contre que "L'Égypte n'a pas besoin d'essayer le Rafale, ils ont tous les Retex de leurs financiers qatari et emirati. D'ailleurs c'est même possible que  l'Égypte serve de lancement pour permettre aux EAU ou au Qatar d'avoir un premier Retex non français." ?? 

 

 l Egypte n a pas besoin de l essayer , car eau et quatar , l ont déjà  fait , mais si les égyptiens  l achètent en premier , ils pourront faire un retex au eau et qataris ?

 

 les EAU n ont pas besoin de retex  egyptiens pour savoir ce que vaut le rafale ,ils le  suivent le programme depuis le début et sont très bien informés ..

 

  de plus, si financer, ce sera par les seouds , et peut etre qu eux seront plus interresser par un eventuel retex histoire de comparer avec un autre coucou .

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


  • Member Statistics

    5,380
    Total Members
    1,178
    Most Online
    Charly.
    Newest Member
    Charly.
    Joined
  • Forum Statistics

    20,634
    Total Topics
    1,232,038
    Total Posts
  • Blog Statistics

    3
    Total Blogs
    2
    Total Entries