Philippe Top-Force

Ici on parle uniquement que de la société Nexter

Recommended Posts

Pourquoi les sociétés Panhard levassor ,Acmat et Auverland ne se regrouperaient-elles pas ?

Afin de créer une société commune dans le développement terrestre des blindés légers et engins à roue.

Elles seraient plus compétitives et attractives.

Quand pensez vous ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

c'est sur ca serait bien. ca le serait encore plus si giat était groupé avec d'autres sociétés européennes de l'armement. Ca la ferait sortir de ses emmerdements à n'en plus finir. Concernat les sociétes de blindés à roue, j'avoue que je m'y connais mal mais oui, ca serait sans doute bien pour contrer la concurrence des humvees américains. apres à savoir si panhard indépendant depuis si longtemps, ayant abandonné le secteur de l'automobile, devra encore se courber je ne sais pas trop. Esperons esperons.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Panhard est la sous-division défense de Peugeot ,néanmoins ils sont à la recherche d'investisseurs.

Attention, les sociétés d'armement terrestre des USA sont toujours sur le qui-vive pour exploiter la moindre opportunité et acheter des sociétés européennes.

C'est leur stratégie de contournement.

GIAT doit redevenir compétitif et résoudre ses problèmes de restructuration avant de s'allier avec les sociétés européennes.

Cependant ,il serait bon de se regrouper en France. ;)

Share this post


Link to post
Share on other sites

:arrow: Attention en Août 2004 ,les Allemands viennent de recevoir un appel d'achat de la part d'une des sociétés d'armement terrestre ou d'un fond d'investissement des USA qui veulent croquer RHEINMETALL. Il faut que je vérifie mes sources mais c'est bien une offensive agressive des US. Gerard et Jacques devraient coopérer pour commencer à construire une solide industrie européenne de matériel terrestre. Sinon les Ricains vont tout phagociter sur leur passage du vieux-continent. :oops: :o Allez MAM bouge-les ses endormis de décideurs politiques de Bruxelles. ;) :arrow: A la mi-Octobre ,lors d'une audience nous apprenons que GIAT engage des discussions d'alliance à brèves échéances au niveau national et des perspectives d'alliances internationales s'orientant vers l'Allemagne.

Share this post


Link to post
Share on other sites

C'est en janvier 2005 ,que sera connu le futur acquéreur de Panhard ,en effet ,Peugeot prépare la cession de Panhard. :o

La firme spécialiste des blindés légers étant une filiale de la division défense de Peugeot.

2 candidats postulent la Société Nouvelle des Automobiles Auverland ( spécialiste des véhicules TT militaires et des PVP) et la division systèmes terrestres de THALES ,allié à Volvo Trucks Défense.

Mais que devient ACMAT qui eux aussi était dans une position incertaine ?

Image IPB

EN VENTE

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je l'espère car MOWAG ,STEYR-PUCH ,SANTA BARBARA ,BOFORS ....des fleurons de l'armement terrestre ont tous été phagocytés par les USA.

ACMAT et Panhard Levassor sont des proies faciles pour les fonds de pensions ou d'investissements US.

C'était moins une qu 'ALVIS-VICKERS le groupe Britannique soit acheté par les USA ,avant que BAE Systems les reprennent.

En Allemagne Rheinmettal detech a failli passer à la casserole mais les Allemands viennent de sortir une loi pour éviter de se faire piller ,ils avaient perdu HDW : le N°1 Mondial des SM conventionnel.

Pour en revenir à Auverland ,comme quoi avec un contrat gagné de 274 véhicules aéroportés et 930 PVP ,ils viennent de se renflouer et ils peuvent reprendre un concurrent dans l'escarcelle. ;)

Image IPB

Auverland A3

Image IPB

PVPImage IPB

Share this post


Link to post
Share on other sites

PSA vend les blindés Panhard à Auverland LE MONDE | 13.01.05 | 14h10 A 9 heures par e-mail, recevez les titres du journal à paraître l'après- midi. Abonnez-vous au Monde.fr Le groupe PSA Peugeot-Citroën a annoncé, mercredi 12 janvier, qu'il allait vendre Panhard, sa filiale de véhicules blindés légers, à Auverland. Land & Joint Systems, division de systèmes terrestres de Thales, associé à Volvo Trucks Defense, avait aussi regardé avec attention le dossier. Le montant de cette cession, qui devrait être effective dans les toutes prochaines semaines, n'a pas été dévoilé, mais il s'élèverait à un peu plus de 20 millions d'euros. "La marque Panhard reste la propriété de PSA. Auverland ne disposant que d'une licence pour fabriquer des véhicules militaires", a précisé PSA. Avec un chiffre d'affaires légèrement supérieur à 60 millions d'euros en 2003, Panhard, qui emploie 261 personnes, est une entreprise reconnue dans son secteur. En revanche, elle n'a pas la taille critique face à des concurrents comme Alvis en Grande-Bretagne, Rheinmetall en Allemagne, GIAT Industries ou encore Renault Trucks Défense en France. Pour Auverland, il s'agit un peu d'une revanche. Cette société, créée au début des années 1980 à Saint-Germain-Laval (Loire) par François Servanin, a failli disparaître pour cause de diversification dans les véhicules civils. En 2001, les actionnaires de la Société nouvelle des automobiles Auverland (SNAA) avaient repris les actifs du dernier fabricant français de véhicules 4 × 4. Les dirigeants avaient alors décidé de se recentrer sur les "petits véhicules protégés" (PVP), destinés à l'armée. Une stratégie payante : en 2004, Auverland, qui emploie 50 personnes et réalise un chiffre d'affaires de 4 millions d'euros, a gagné un marché de 930 véhicules pour l'armée française, pour un montant de 110 millions d'euros, face à Panhard, Alvis et le groupe alsacien Lohr. Selon Christian Mons, PDG d'Auverland, le nouvel ensemble réalisera un chiffre d'affaires de 80 millions d'euros en 2006 et sera le leader européen des véhicules militaires de moins de dix tonnes. "TRÈS COMPLÉMENTAIRES" "Les deux entreprises sont très complémentaires, se félicite M. Mons. Non seulement au niveau des produits - Auverland fabriquant plutôt des véhicules non blindés et Panhard seulement des véhicules blindés -, mais aussi au niveau du réseau commercial. Auverland est très présent en France et Panhard nous permettra de nous renforcer à l'international." Le nouvel ensemble prévoit de rationaliser ses trois sites industriels. "Nous allons ramener la production sur deux sites, l'un à Saint-Germain-Laval et l'autre à Marolles-en-Hurpoix - Essonne -. Les 120 personnes qui travaillent sur le site parisien seront reclassées", affirme M. Mons. Selui lui, après l'aéronautique et le naval, la concentration dans le secteur des véhicules militaires terrestres. ne fait que commencer. "Elle devrait s'accélérer dans les cinq ans qui viennent. L'acquisition de Panhard nous met dans une bonne position pour jouer un rôle dans cette concentration future. Panhard est une étape pour nous, mais pas la dernière", dit le PDG d'Auverland.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Pour rebondir au rachat de panhard par la société nouvelle des automobiles auverland ,c'est une bonne chose que cette restructuration. Il est à noter qu'après avoir obtenu le marché du PVP de 930 véhicules ,auverland disposait de capacité réduite de production et n'ayant pas la même prestance et reconnaissance mondiale de Panhard ,Panhard étant plus célébre et connu que Auverland ,même si Auverland avait déjà vendu à l'export dans plusieurs pays. Panhard va apporter son réseau à l'exportation plus complet et plus étendu , :arrow: ironie du sort ,si Panhard a perdu le deal du PVP ,l'assemblage va se faire dans les locaux et usines de Panhard ,le chassis et les caisses seront qu'en à eux ,produits dans les locaux d'Auverland. Donc l'assemblage final se fera là ou l'on assemble le VBL. Il se murmure que le nom d'Auverland va s'effacer progressivement au profit de Panhard ,plus connu à l'international ,y compris pour le nom du PVP ,le PVP doit être présenté à l'export. Pour l'avenir ,les produits nouveaux comme le VBR et le PVP vont faire l'objet de toutes les attentions pour les placer dans l'armée de terre française et à l'export pour les armées de terre étrangères. Je ne sais plus ce que devient ACMAT qui l'été dernier devait voir son avenir ,imaginons si elle rejoignait les 2 autres.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ci-joint un résumé d'ensemble qui donne à réfléchir sur la situation de GIAT Industries ,ses perspectives et les choses qui fachent comme notamment ,les retards récurrents de nos LECLERC ,les plans sociaux et les futures commandes et programmes à venir (casear ,VBCI ,EBRC)

:arrow: la réussite du plan social de Giat restait conditionnée par les perspectives de production. En raison des difficultés de l'entreprise à obtenir des commandes de la part d'autres clients, l'État reste le principal débouché du groupe. Le ministère de la défense a globalement respecté les engagements pris dans le cadre du contrat d'entreprise signé le 26 mars 2004 :

- la commande, plusieurs fois reportée, de 72 canons Caesar a finalement été passée en fin d'année 2004, malgré six mois de retard ;

- conformément aux engagements, une commande pluriannuelle de munitions de moyen calibre a été signée, ce qui constitue une nouveauté bienvenue qui permettra à l'industriel de bénéficier d'une meilleure vision de son activité à moyen terme ;

- les commandes de munitions de gros calibre seront équivalentes en valeur à celles prévues dans le contrat d'entreprise.

Le seul engagement que l'Etat reconnaît ne pas avoir respecté en 2004 est celui des études amont. Le manque de crédits constaté lors de l'exercice précédent a conduit à réduire de 40 % les engagements au cours du second semestre.

La situation s'avère plus complexe en matière de blindés, principale activité du groupe. Le conflit social a fortement perturbé la production du char Leclerc, engin emblématique de la société.

En 2004, seuls 12 engins ont été livrés. :oops: :cry:

:arrow: Pour 2005, l'objectif de productivité a été fixé à 68 % quand il atteint habituellement 80 à 90 % dans une usine « classique ». Le site de Tarbes, où sont fabriquées les tourelles, a totalement interrompu sa production. Après avoir envisagé l'externalisation de leur fabrication, la direction a finalement mis en place une seconde chaîne de montage, dans l'établissement de Roanne. En contrepartie, c'est l'assemblage des caisses du char qui est désormais sous-traité. Malgré ces soucis, la direction considère que les 90 derniers chars seront achevés et prêts à être livrés d'ici juin 2006 avec seulement six mois de retard sur le calendrier d'origine.

Mais, il n'est pas sûr que les engins produits soient acceptés par l'armée de terre. En effet, les 90 derniers blindés, qui constituent la tranche T 11 du programme, intègrent des évolutions technologiques. En contrepartie, ils souffrent d'ennuyeux problèmes de mise au point, concernant notamment le nouveau viseur fourni par la Sagem, le fonctionnement de la tourelle et les épiscopes ; des fuites d'huiles auraient également été décelées.

Les explications de la direction de Giat ne se sont guère avérées convaincantes : la direction générale pour l'armement (DGA) et l'armée de terre se montreraient trop tatillonnes et feraient subir au matériel des tests trop poussés. Les fuites d'huiles, à peine décelables, seraient imputables à des sous-traitants, de même que les imperfections constatées sur les viseurs et les épiscopes.

La réception des chars ouvrant des délais en matière de garantie, les forces terrestres refusent d'accepter tout engin sur lequel ne sont pas levées les réserves.

Les problèmes concernant les épiscopes sont révélateurs du climat constaté et des méthodes de travail en vigueur dans l'entreprise. Ces engins, originellement fabriqués par Giat sont désormais sous-traités dans la mesure où les 45 salariés de l'établissement de Saint-Étienne, toujours payés par l'entreprise, ne produisent quasiment plus rien depuis deux ans. La direction semble rejeter la responsabilité de cet état de fait sur certaines organisations syndicales qui s'avéreraient incapables de motiver et de remettre leurs adhérents au travail. Les épiscopes ont donc été sous-traités pour partie à une société chinoise et pour partie à une entreprise tchèque. Si les épiscopes chinois qui équipent désormais les chars de l'armée française donnent entière satisfaction, ce n'est pas le cas des épiscopes tchèques, qui présentent des défauts. Un ingénieur doit être envoyé à Prague pour essayer de résoudre le problème.

Malgré ces éléments troublants, la direction continue à affirmer que les dernières livraisons de chars Leclerc auront lieu en juin 2006. Mais, tant que les dernières imperfections techniques ne sont pas résolues, il paraît audacieux de fixer une date précise de réception des engins par les forces terrestres. Un nouveau retard d'une année n'est pas à exclure. Plus de trente chars refusés par les forces terrestres attendent actuellement dans les hangars de Giat à Roanne. L'entreprise doit entretenir ces engins et les faire rouler régulièrement pour les maintenir en bon état de fonctionnement. A raison de 1 000 euros par char et par jour de retard, Giat paie actuellement 30 000 euros de pénalités par jour.

Les rapporteurs ont indiqué que cette situation les conduisait à s'interroger sur l'attitude de Giat industries qui, en tant qu'assembleur et maître d'œuvre, devrait assurer la maîtrise d'ensemble du programme au lieu de pointer du doigt les défaillances de ses sous-traitants et de rejeter sur eux, ou sur ses salariés, la responsabilité systématique des retards. L'attitude de la DGA, qui réclame sans cesse de nouvelles améliorations techniques est également discutable. Les 406 chars Leclerc sont ainsi divisés en 11 tranches différentes, ce qui ne facilitera certainement pas l'entretien de ces matériels. Le premier Leclerc a été livré en 1991 alors que le dernier le sera en 2006 ou 2007. Les 51 premiers chars des séries T 1 à T 3, livrés et facturés à l'armée de terre, sont considérés comme obsolètes et non opérationnels. Certains sont utilisés pour l'instruction, d'autres comme réservoirs de pièces de rechange...

Le malheureux contrat conclu en 1993 avec les Emirats arabes unis et à l'origine d'un abyssal déficit, n'est toujours pas entièrement honoré. Douze ans après la signature de ce contrat qui, comme les autres, n'a que trop traîné, les Emiriens constatent qu'ils ont commandé trop de dépanneurs et demandent à Giat d'annuler les 18 derniers engins non encore livrés, quitte à payer les frais engagés. Mais les pièces ont été achetées auprès des sous-traitants et il ne reste plus à Giat qu'à effectuer son travail d'assemblage. L'entreprise se retrouve dans une situation inextricable : compte tenu de l'inflation, de l'évolution défavorable du dollar et du fait que ces engins ont été vendus à perte, le coût engagé à ce stade du processus industriel dépasse déjà de 50 % le prix qu'auraient à régler les Emiriens pour des engins assemblés selon les termes du contrat originel. Mis à contribution pour tenter de trouver une solution, les bureaux d'études du groupe ont proposé de transformer les 18 engins en démineurs. Bien trop onéreuse, la transformation a été refusée par les Emiriens, la responsabilité en incombant, selon la direction, aux ingénieurs qui avaient dessiné un engin trop ambitieux.

M. Georges Siffredi, rapporteur, a ensuite évoqué la situation des programmes de rénovation des blindés sur lesquels l'Etat s'est engagé.

La rénovation de l'AMX 10 RC a été confiée conjointement à la direction centrale du matériel de l'armée de terre (DCMAT) et à Giat. Mais la DCMAT a démonté le châssis de soixante blindés avant de se rendre compte que certains joints, une fois démontés, n'étaient plus réutilisables ; Giat industries n'ayant pas conservé la documentation technique de ces engins qu'elle a pourtant vendus il y a trente ans. Deux années ont donc été perdues dans l'attente d'une solution technique. Pour rattraper le surcoût induit par le retard et les travaux supplémentaires, le parc des 256 AMX 10 RC ne sera pas rénové de manière homogène : 90 engins (dont les 60 déjà démontés) feront l'objet d'une modernisation lourde, les 166 autres étant plus légèrement rénovés, sans démontage du châssis.

Le programme de rénovation de l'AMX 10 P a souffert de tergiversations et a pris du retard. En tout état de cause, l'engin sera rénové dans les régiments et les faibles moyens consentis par le client ne fourniront pas beaucoup de travail aux salariés de Giat.

La problématique est assez proche pour la rénovation des EBG (engin blindé du génie) pour lesquels les discussions commerciales se poursuivent. Toutefois, ce projet ne fait pas partie des priorités de l'armée de terre et devrait être engagé à l'horizon 2008-2010 au lieu des années 2006-2008 comme prévu initialement.

Le retard subi par les programmes AMX 10 P et EBG va conduire à une importante baisse d'activité au cours du second semestre 2006 et au début de l'année 2007. En l'absence de tout contrat lié à l'exportation, la période 2006-2007 constituera donc une « traversée du désert » industrielle avant l'arrivée de plusieurs programmes importants : la fin de la décennie verra la mise en production du canon Caesar et, surtout, du véhicule blindé de combat d'infanterie (VBCI) dont la mise au point, bien qu'un peu lente, semble se dérouler de manière satisfaisante. La mise en œuvre des programmes encore en cours de négociation est donc plus urgente que jamais sous peine de discréditer définitivement le plan de restructuration aux yeux des salariés et des populations des bassins d'emploi. Le transfert d'une partie de la charge de travail de la DCMAT vers Giat pourrait constituer une piste de réflexion pour réduire la baisse d'activité redoutée à partir de 2006.

Paradoxalement, l'année 2006 qui connaîtra une baisse du plan de charge pourrait être la première année d'équilibre financier de la société en raison des recettes financières liées au paiement du solde des derniers chars Leclerc. Ces engins sont certes déjà payés à 95 % par l'armée de terre, mais hors TVA, celle-ci n'étant récupérée qu'à la fin. Lors de la livraison, Giat perçoit en fait 21 % de la valeur du char et réalise sa marge à ce moment-là.

L'Etat a respecté ses engagements financiers : une recapitalisation d'un milliard d'euros a été réalisée fin 2004

Share this post


Link to post
Share on other sites

J'espère quand même que cette fois ils seront tenus, parce que ça commence à vraiment devenir n'importe quoi ces retards à répétition et ces mouvements syndicaux au GIAT :cry:

Share this post


Link to post
Share on other sites

Sur 406 Leclerc prévus, 51 sont donc considérés comme inutilisables au combat, voire déjà dépecés en pièces détachées :?: :twisted: Il n'en reste donc plus que 355 de théorique, dont je n'ose imaginer le taux de disponibilité, soit l'équivalent d'UNE SEULE division de chars soviétique de la guerre froide :oops: Espérons qu'il y en aura un nombre décent en état de marche pour le défilé du 14 juillet. :cry:

Share this post


Link to post
Share on other sites

Heuresement qu'un seul Leclerc vaut 3 T-80 ou 6 T-72 - officiellement- :rolleyes: Faut pas ce plaindre, la British Army devra se contenter de 300 Challenger II :? Et comment voulez vous que l'on prenne l'Europe de la Défense au sérieux avec ces problémes, délais et coupe dans le matériel :?:

Share this post


Link to post
Share on other sites

Il a toujours été dis après la décision de réduire la commande de 1400 à 406 MBT que nous en aurions ensuite 355 pour en mettre en ligne 320 ;)

Vendredi soir ,je lisais le dernier RAIDS n°227 ,un article sur l'armée russe ,leur force terrestre est composée de 4000 T-80 ;8000 T-72 ,3500 T-64 ; et quelques T-90 mais près de 70 % de ce matériel est dans un état déplorable.

seulement 35 % des manoeuvres sont programmées.

Donc on peut toujours tergiverser mais on va pas se plaindre.

Cela dit l'état a reversé depuis des années à GIAT plus de 4milliards et demi € de recapitalisation.

Vous comprendrez ce que l'armée de terre pourrait commander avec ces 4 milliards et demi € :idea:

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je ne veux pas être désagréable mais vous compteriez en faire quoi de vos 1400 Leclercs ? Les déployer le long de la frontière allemande en attendant que quelque chose arrive de l'Est ? Plus sérieusement nous n'avons aucune menace en Europe, et nos capacités de projection ne nous permettraient sans doute pas de déployer 1400 Leclercs et toute leur logistique à l'autre bout du monde. C'est les Russes qui ne sont pas réalistes avec leurs milliers de chars, pas nous... Notre budget est loin d'etre fini alors autant se concentrer sur des programmes réellement nécessaires (je ne dis pas que le leclerc n'est pas nécessaire, mais juste qu'il ne sert à rien d'en avoir des milliers).

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je ne veux pas être désagréable mais vous compteriez en faire quoi de vos 1400 Leclercs ? Les déployer le long de la frontière allemande en attendant que quelque chose arrive de l'Est ?

Dans l'impossibilité de prévoir ce qui va se passer dans cinq ans, il vaut mieux prévoir.

1400 Leclerc pour moi, c'est une mesure préventive, une assurance.

On engloutit bien des milliards depuis des décennies dans des armes nucléaires qui ne servent jamais.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Dans l'impossibilité de prévoir ce qui va se passer dans cinq ans, il vaut mieux prévoir.

1400 Leclerc pour moi, c'est une mesure préventive, une assurance.

On engloutit bien des milliards depuis des décennies dans des armes nucléaires qui ne servent jamais.

Tu crois pas qu'elle est un peu au dessus de nos moyens cette assurance, surtout pour se protéger de l'Allemagne ? :rolleyes:

Je pense que nos soldats qui se baladeront en Afrique (comme en CI récemment) ou en Afghanistan dans des vieux amx10 non rénovés, des vab pas en état, des vieux camions, avec seulement des gazelles et des Pumas (au lieu de Tigre et Cougar/NH90) en soutien... ça leur fera plaisir de savoir qu'il y a 1400 Leclercs dans les garages de la métropole pour les protéger :twisted:

Share this post


Link to post
Share on other sites

Il se murmurait ou il se murmure toujours un déploiement de Leclerc en Afrique pour soulager les AMX 10 RC et commancer à les rénover. ;) Déployer des MBT a toujours succité un impact psychologique auprès de la population. Disposer 1400 Leclerc était la cible durant la guerre froide. Maintenant avec 4 régiments de 80 MBT est correct. Pour les projeter ,j'abonde dans le sens de Littleboy que l'on commande 10 C17 ou 10 Antonov 140 pour notre armée de l'air. Même dans leur "OBJECTIVE FORCE" les USA maintiennent leur Abrams M1 jusqu'en 2045/2050. Donc le binôme Leclerc/Tigre aura tout son sens dans la future BOA.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Il se murmurait ou il se murmure toujours un déploiement de Leclerc en Afrique pour soulager les AMX 10 RC et commancer à les rénover. ;)

Déployer des MBT a toujours succité un impact psychologique auprès de la population.

Disposer 1400 Leclerc était la cible durant la guerre froide.

Maintenant avec 4 régiments de 80 MBT est correct.

Pour les projeter ,j'abonde dans le sens de Littleboy que l'on commande 10 C17 ou 10 Antonov 140 pour notre armée de l'air.

Même dans leur "OBJECTIVE FORCE" les USA maintiennent leur Abrams M1 jusqu'en 2045/2050.

Donc le binôme Leclerc/Tigre aura tout son sens dans la future BOA.

Tout à fait d'accord avec toi pour les moyens de projection, il serait temps d'oublier notre petite fierté et d'acheter du gros avion.

Sinon concernant les projets de déployment de Leclerc en Afrique... Le terrain n'est pas vraiment à son avantage et les AMX10RC et autres ERC90 y sont comme des poissons dans l'eau, c'est peut etre pour ça que ça a pas vu le jour ce déployment de leclercs en afrique.

Share this post


Link to post
Share on other sites

c'est peut etre aussi pour des raison d'argent qu'on envoit pas de chars lourds là bas. nos troupe on du courrage d'utiliser du matériel pas remis à niveau :twisted: on se moque des USA avec leur striker et M2/M3 Bradley mais nos soldats ont des VAB!!! l'état devrait faire pression pour faire avancer les proget de GIAT ou acheter du matériel récent comme le CV 90. Ce genre de véhicule aurait été très utile. :arrow:

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


  • Member Statistics

    5,418
    Total Members
    1,550
    Most Online
    KLD
    Newest Member
    KLD
    Joined
  • Forum Statistics

    20,724
    Total Topics
    1,253,619
    Total Posts
  • Blog Statistics

    3
    Total Blogs
    2
    Total Entries