Philippe Top-Force

Ici on parle uniquement que de la société Nexter

Recommended Posts

Il y a 6 heures, Philippe Top-Force a dit :

Photographies prises par JMT chez Nexter, ce matin @Rescator

DdOI1iPW4AAca_k.jpg

DdOJ9VYXkAEunFb.jpg

Drone armé Milrem chez Nexter avec tourelle ARX20

DdOKTvaWkAAe8l5.jpg

DdOqOyhW4AA5OMF.jpg

DdOq6ZDXcAEpz79.jpg

DdOvWjQWAAAImoI.jpg

avec la perte du contrat Furious donné à Safran, nexter va ramer pour se placer dans la robotique en France même si l'effort est méritoire. Le reste c'est plus du marketing qu'autre chose. S'il y a une composante robot dans MGCS ce sera la bagarre avec Thales, safran et d'autres comme ECA

Share this post


Link to post
Share on other sites

Un papier de la CFDT Nexter Roanne avec quelques éléments intéressants: http://www.cfdt-nexter.com/images/Docs/2018

Citation

M. MONZAUGE a présenté le PDP à fin mai, « tout est au vert ». Sauf pour l’ARX25 avec un problème avec le « socle de fourche ». Cela a nécessité une évolution de définition, une cote fonctionnelle manquait, rendant le montage du casier à munitions impossible. Cela a interrompu la formation des personnels Roannais qui se faisait à Bourges. Le directeur a souligné la complexité du produit qui est, selon lui, la tourelle de ce calibre la plus légère du marché. Conséquence de cet aléa, Il est envisagé de faire travailler les salariés de la ligne ARX25 les samedi, voire pendant les vacances, pour rattraper le retard.

 

Citation

Sur le PE Champagne, l’expérimentation Next OJT a eu lieu entre mars et avril. Quinze sessions de maintien à niveau des compétences des maintenanciers militaires ont été réalisées (les personnels militaires sont intégrés dans les équipes NEXTER lors des maintenances). Le bilan est très satisfaisant.

 

Citation

Base de donnes SEQUOiA. Cette base de données recense tous les faits techniques client qui concernent l’ensemble des véhicules en contrat forfaitaire (1300 matériels). Cette base développée en interne, cruciale pour tout ce qui concerne le ravitaillement ne sera pas capable d’absorber l’arrivée du VBMR (1800 matériels). Un nouvel outil baptisé « DIGITAL SEQUOIA » est en cours de développement chez un prestataire spécialisé sur la base d’un cahier des charges précis. Les données et les serveurs seront localisés dans NEXTER. Cet outil sera opérationnel dès la fin 2018 pour les appels de pièces.

...sans oublier le manque de place nécessaire pour gérer les contrats engrangés. Prévisible.

 

Edited by Kerloas
  • Thanks 1
  • Upvote 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 22 heures, pinpon42100 a dit :

Et aujourd'hui Nexter cherche de la surface pour pouvoir tenir son plan de charge, ya pas un soucis quelque part?

Dans ma boite, on appelle ça des "bons soucis" quand on doit s'organiser pour livrer un gros contrat et embaucher / pousser les murs. Cela arrive régulièrement, on on a recours aux mêmes solutions (Portakabins, salles de réunions transformées temporairement en gros bureau, open space façon start up...). On râle un peu mais en fait tout le monde est heureux de changer un peu le train train et de se mobiliser tous ensemble pour quelque-chose de motivant. Cela donne l'occasion de bouger les équipes, expérimenter des nouvelles approches de travail en mode projet et de retrouver un peu l'esprit dynamique d'une PME.

En plus, cela vient si j'ai bien compris avec des embauches à la clé et des perspectives moyen/long terme positives. Des "bons soucis" je vous dis :smile:

  • Like 1
  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 2 heures, Rescator a dit :

ça vient de tomber, Rheinmetall veut racheter KMW (pas KNDS), le bordel commence, Il faut se tirer vite fait

www.tellerreport.com/business/--talks-on-armaments-merger--rheinmetall-wants-to-buy-tank-krauss--maffei-.ByWj6sKA7.html

Rheinmetall est-il hostile par principe à la fusion entre KMW et Nexter, ou voulait-il seulement assurer ses arrières et sa part du gâteau?
Et si tel est le cas, de quelle part du gâteau parle-t-on? Et qu'est-ce que ça veut dire pour la place de Nexter dans le bouzin?
Ne pourrait-on pas envisager une entrée au capital de Nexter d'un autre grand groupe français de défense (par exemple Thalès et ses 34000 collaborateurs en France) pour équilibrer la chose si jamais Rheinmetall KMW prenait trop de place?
Rien qu'en termes d'effectifs, Nexter c'est 3300 personnes, KMW 4000 comme mentionne l'article, mais Rheinmetall 24000!

En tout cas si ça marche, que Rheinmetall met des bâtons dans les roues à KNDS, qu'ils prennent indument une place bien trop importante dans l'alliance, et que ça met en péril le char franco-allemand au niveau du partage industriel, c'est toute l'alliance franco-allemande dans le domaine de l'armement qui menace de s'effondrer. Non pas que ça me déplairait, mais je crains juste que le gouvernement ne sache même pas défendre les intérêts de nos entreprises après-coup...

L'article complet traduit par DeepL (et corrigé parce que même en anglais il y avait des phrases mal construites et des fautes, je suppose une traduction google à l'arrache depuis un article en allemand).

La partie en gras illustre une fois de plus les psychodrames faustiens germano-allemands avec lesquels il nous faut composer... Nexter aurait-il servi de lièvre dans le cadre d'une consolidation du secteur allemand?
Le camouflet serait insoutenable.

Citation

Y aura-t-il bientôt une fusion dans l'industrie allemande de la défense ? Le fabricant de chars Rheinmetall envisage l'achat du fabricant du "Léopard" Krauss-Maffei Wegmann. Le cours de l'action Rheinmetall grimpe en flèche.

L'entreprise de défense Rheinmetall cible l'entreprise de chars Krauss-Maffei Wegmann et pourrait faire avancer la consolidation tant attendue de l'industrie. Rheinmetall a confirmé lundi des pourparlers sur l'acquisition d'une participation dans la société KNDS - et donc indirectement sur la filiale KNDS Krauss -Maffei Wegmann (KMW).

KNDS est une holding commune - la société mère - du fabricant de chars "Leopard 2" Krauss-Maffei Wegmann et de l'entreprise publique française Nexter.

La coopération avec KNDS et KMW est également possible, selon Rheinmetall. La porte est ouverte. Le groupe s'était récemment intéressé à plusieurs reprises au concurrent munichois, avec lequel il avait développé ensemble le véhicule de combat d'infanterie blindé "Puma".

À l'heure actuelle, les actions de Rheinmetall ont gagné plus de six pour cent. Selon des initiés, les deux sociétés de défense allemandes n'étaient pas parvenues à se mettre d'accord sur qui devait prendre l'initiative lors des tentatives précédentes. KMW s'est alors tournée vers les Français. L'ancien ministre fédéral de l'économie Sigmar Gabriel s'était prononcé en faveur d'une fusion des usines d'armement allemandes. L'industrie allemande de l'armement comprend également le groupe ThyssenKrupp, à l'activité duquel Rheinmetall s'était déjà intéressé.

Rheinmetall a récemment réalisé un chiffre d'affaires annuel d'environ six milliards d'euros avec près de 24 000 employés. KMW emploie plus de 4 000 personnes sur des sites en Allemagne, au Royaume-Uni, en Turquie et aux États-Unis, entre autres. "Le comité de direction de Rheinmetall AG examine actuellement la faisabilité juridique et la viabilité économique de l'opération, qui dépend d'un grand nombre de facteurs politiques, économiques et réglementaires ", a déclaré Rheinmetall. Ni le ministère fédéral de l'Économie ni KMW n'ont encore exprimé leur opinion à ce sujet.

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 8 heures, Patrick a dit :

Rheinmetall est-il hostile par principe à la fusion entre KMW et Nexter, ou voulait-il seulement assurer ses arrières et sa part du gâteau?

C'est surtout KMW qui fut historiquement hostile à son absorption par Rheinmetall. Et les détenteurs de KMW ont dû voir dans la fusion avec Nexter une option pour échapper aux appétits de Rheinmetall. Peut-être la famille Bode-Wegmann a-t-elle reconsidéré sa stratégie après avoir constaté les premières collaborations avec Nexter ?

 

Il y a 9 heures, Patrick a dit :

En tout cas si ça marche, que Rheinmetall met des bâtons dans les roues à KNDS, qu'ils prennent indument une place bien trop importante dans l'alliance, et que ça met en péril le char franco-allemand au niveau du partage industriel, c'est toute l'alliance franco-allemande dans le domaine de l'armement qui menace de s'effondrer. Non pas que ça me déplairait, mais je crains juste que le gouvernement ne sache même pas défendre les intérêts de nos entreprises après-coup...

Le désengagement français sur le terrestre pourrait vraisemblablement remettre en cause l'engagement allemand sur l'aérien.

  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

À mon avis, il faudrait éviter l'apparition de groupes trop puissants et surtout avec un statut de monopole dans l'industrie de l'armement. La possibilité, pour un état ou l'Union, de mettre les groupes en concurrence devrait idéalement éviter d'avoir des situations où un fournisseur sort de la merde un produit pas à la hauteur et s'en tire en toute impunité.

Aujourd'hui, si l'Union était son propre état, elle pourrait se permettre de jouer un fabricant contre l'autre, voire plusieurs fabricants les uns contres les autres (dépendant du domaine, par exemple Rheinmetall vs KNDS pour les MBT, Rheinmetall vs KNDS vs Patria vs Iveco pour les IFV/APC, KNDS vs CMI vs Rheinmetall pour les tourelles, HK vs FN vs Beretta pour les armes légères, Airbus Heli vs Leonardo pour les hélicoptères, etc.), elle pourrait forcer les fabricants à l'innovation ou au  polissage de leurs produits. En attendant, chacun continuera d'agir dans son coin en privilégiant son fabriquant national (quand il existe encore).

  • Like 2
  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 4 minutes, mehari a dit :

À mon avis, il faudrait éviter l'apparition de groupes trop puissants et surtout avec un statut de monopole dans l'industrie de l'armement. [...] Aujourd'hui, si l'Union était son propre état, elle pourrait se permettre de jouer un fabricant contre l'autre, voire plusieurs fabricants les uns contres les autres

Du même avis. Mais il est difficile de faire vivre 2/3 concurrents par segment à l'échelle européenne si jamais la moitié du continent va se fournir à l'extérieur.

 

il y a 7 minutes, mehari a dit :

En attendant, chacun continuera d'agir dans son coin en privilégiant son fabriquant national.

Au-delà des interventionnismes publics, les entreprises du secteur seront de toutes manières contraintes à fusionner pour survivre.

  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 18 heures, Rescator a dit :

ça vient de tomber, Rheinmetall veut racheter KMW (pas KNDS), le bordel commence, Il faut se tirer vite fait 

www.tellerreport.com/business/--talks-on-armaments-merger--rheinmetall-wants-to-buy-tank-krauss--maffei-.ByWj6sKA7.html

 

Sauve qui peut, larguer les amarres, sabotez tout ce qui doit être abandonné et cassez-vous le plus loin possible

Clairon

Share this post


Link to post
Share on other sites
4 hours ago, Skw said:

Du même avis. Mais il est difficile de faire vivre 2/3 concurrents par segment à l'échelle européenne si jamais la moitié du continent va se fournir à l'extérieur.

Au-delà des interventionnismes publics, les entreprises du secteur seront de toutes manières contraintes à fusionner pour survivre.

Certes mais ici, je suis sur un scénario où c'est l'Union qui fait ses propres achats. Si on imagine le segment des véhicules, on a par exemple le MBT et les IFV lourds (chenillés) chez KNDS, la tourelle d'artillerie chez Rheinmetall (sur le même chassis), l'AFV 8×8 chez Patria, avec une tourelle de chez KNDS (120 FER) pour la variante Tank Destroyer/Recce/Assault Gun/appelez ça comme vous voulez, les différents types de MRAP répartis entre les différents fournisseur, le 4×4 utilitaire standard chez quelqu'un en 3000 variantes, les UGV encore à attribuer, etc.

Je pense, qu'au niveau européen, il y a de quoi occuper du monde et si la PESCO abouti sur quelque chose, on pourrait voir certains de ces équipements progressivement adoptés par plusieurs pays. Par exemple, le programme EU BLOS pourrait donner l'adoption du missile MMP par un grand nombre de pays européens (dommage que l'Estonie semble prête à acheter le Spike LR2 vu que celui-ci ait été le seul candidat chez eux...)

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 26/11/2018 à 20:21, Rescator a dit :

ça vient de tomber, Rheinmetall veut racheter KMW (pas KNDS), le bordel commence, Il faut se tirer vite fait 

www.tellerreport.com/business/--talks-on-armaments-merger--rheinmetall-wants-to-buy-tank-krauss--maffei-.ByWj6sKA7.html

Il y a 8 heures, Clairon a dit :

Sauve qui peut, larguer les amarres, sabotez tout ce qui doit être abandonné et cassez-vous le plus loin possible

Clairon

Et bé si à la fois @Rescator et @Clairon le disent, et en ces termes... il doit VRAIMENT y avoir péril en la demeure. :blink:

On est vraiment dans la mouise si ça se concrétise côté allemand ou bien?

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 14 heures, Skw a dit :

C'est surtout KMW qui fut historiquement hostile à son absorption par Rheinmetall. Et les détenteurs de KMW ont dû voir dans la fusion avec Nexter une option pour échapper aux appétits de Rheinmetall. Peut-être la famille Bode-Wegmann a-t-elle reconsidéré sa stratégie après avoir constaté les premières collaborations avec Nexter ?

Non, décès dans la famille Bode, héritage, besoin/ opportunité de vendre une partie des titres... (frais d'héritage ?). Bref, histoire de famille dans laquelle Rheinmetall s'engouffre.

Je comprends l'intérêt de Rheinmetall pour fusionner avec KMW (synergies industrielles en Allemagne probablement), mais comme l'asset est maintenant logé dans KNDS, c'est quand même pas évident leur histoire. La partie française doit avoir au minimum un droit de veto, la société KNDS existe et est déjà partiellement intégrée. Cela serait plus logique que Rheinmetall s'invite au capital histoire de mettre un pied dans la porte (et éviter de se trouver marginalisé dans le projet de char du futur qui est stratégique pour eux).

 

  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 26/11/2018 à 20:21, Rescator a dit :

ça vient de tomber, Rheinmetall veut racheter KMW (pas KNDS), le bordel commence, Il faut se tirer vite fait 

www.tellerreport.com/business/--talks-on-armaments-merger--rheinmetall-wants-to-buy-tank-krauss--maffei-.ByWj6sKA7.html

 

 

On repars comme pour l'EPC, comme pour le 30t, comme pour le VBCI, à chaque fois ça par en vrille de toute façon.

Mais cette fois, est-ce qu'on va avoir les co..lles de sortir de cette coopération? Perso j'en doute, Macreux va baisser son pantalon devant les allemands quitte à perdre notre souveraineté sur les ce qui est blindés lourds.

  • Sad 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 22 heures, mehari a dit :

À mon avis, il faudrait éviter l'apparition de groupes trop puissants et surtout avec un statut de monopole dans l'industrie de l'armement. La possibilité, pour un état ou l'Union, de mettre les groupes en concurrence devrait idéalement éviter d'avoir des situations où un fournisseur sort de la merde un produit pas à la hauteur et s'en tire en toute impunité.

Aujourd'hui, si l'Union était son propre état, elle pourrait se permettre de jouer un fabricant contre l'autre, voire plusieurs fabricants les uns contres les autres (dépendant du domaine, par exemple Rheinmetall vs KNDS pour les MBT, Rheinmetall vs KNDS vs Patria vs Iveco pour les IFV/APC, KNDS vs CMI vs Rheinmetall pour les tourelles, HK vs FN vs Beretta pour les armes légères, Airbus Heli vs Leonardo pour les hélicoptères, etc.), elle pourrait forcer les fabricants à l'innovation ou au  polissage de leurs produits. En attendant, chacun continuera d'agir dans son coin en privilégiant son fabriquant national (quand il existe encore).

Totalement d'accord avec toi.

Ce qui veut dire qu'il faut mettre en place une stratégie industrielle visant à soutenir des groupes présents et compétents sur des sujets stratégiques. (ne pas oublier l'énergie ou la data).

Le buy european act que tu sembles appeler de tes vœux dans ton post ne pourra être approuvé que pays par pays en l'état actuel de l'union.

Je pense comme @Patrickque l'intervention d'un groupe aussi puissant que Rheinmetal doit trouver un contre-poids. Thalès est une possibilité qui semble très cohérente.

Mais on peut aussi envisager une dilution de Rheinmetal en faisant grimper dans le capital d'autre sociétés européennes plus nombreuses mais plus petites.

 

Dans tous les cas à vos POPCORN : le Monopoli européen dans la défense a commencé, à la sortie les états européens auront un choix beaucoup plus restreint mais aussi plus cohérent et surtout ils n'auront plus l'alibi d'acteurs trop nationaux pour ne pas acheter (enfin j'espère) 

Si Rheinmetal veut sa chance il va devoir se rebaptiser (et changer pas mal de chose en interne).

Edited by herciv
  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

http://www.opex360.com/2018/12/10/lallemand-rheinmetall-viserait-75-des-parts-de-knds-lalliance-formee-par-nexter-et-krauss-maffei-wegmann/

quand je vous dis qu'il faut se barrer vite fait, j'espère que ce coup-ci les poètes qui nous gouvernent vont enfin comprendre les vraies intentions allemandes.

quand au SCAF je lui prédit le même destin

  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
37 minutes ago, Rescator said:

http://www.opex360.com/2018/12/10/lallemand-rheinmetall-viserait-75-des-parts-de-knds-lalliance-formee-par-nexter-et-krauss-maffei-wegmann/

quand je vous dis qu'il faut se barrer vite fait, j'espère que ce coup-ci les poètes qui nous gouvernent vont enfin comprendre les vraies intentions allemandes.

quand au SCAF je lui prédit le même destin

Quote

L’allemand Rheinmetall viserait 75% des parts de KNDS, l’alliance formée par Nexter et Krauss-Maffei Wegmann

Posté dans Forces terrestres, Industrie par Laurent Lagneau Le 10-12-2018

Actuellement, la famille Bode Wegmann, via Wegmann & Co Gbh, et l’État français, via Giat Industries, sont actionnaires à parts égales de KMW+Nexter Defense Systems [KNDS], une co-entreprise franco-allemande dans le domaine de l’armement terrestre. Cette opération avait été facilitée par le fait que les deux entités avaient chacune un périmètre similaire.

Cet équilibre risque d’être bouleversé si l’allemand Rheinmetall, qui affiche un chiffre d’affaires de près de 6 milliards d’euros, réussit à mettre la main sur Wegmann & Co Gmbh, et donc sur Krauss-Maffei Wegmann [KMW], comme il l’a annoncé le 26 novembre dernier.

Cette opération est logique d’un point de vue allemand : les deux groupes étant à la fois partenaires et concurrents selon les programmes d’armement. En effet, le châssis du char Leopard est fabriqué par KMW alors que la tourelle et les munitions relèvent de Rheinmetall. Même chose pour le véhicule blindé de combat d’infanterie Puma.

D’après le journal allemand Welt am Sonntag, le comité de direction de Rheinmetall souhaiterait acquérir une participation majoritaire au capital de KNDS à long terme.

« Outre l’acquisition des actions de KNDS, d’autres activités propres pourraient être introduites. Cela permettrait à Rheinmetall de détenir environ 75% du capital de KNDS », a indiqué la banque UBS. En clair, l’équilibre franco-allemand n’existerait plus et Nexter se trouverait marginalisé, à l’heure où il est question pour Paris et Berlin de mettre au point un nouveau char de combat destiné à remplacer le Leclerc et le Leopard 2 et à l’heure où le programme SCORPION se concrètise.

« Si Rheinmetall cherche maintenant la majorité […] cet équilibre serait détruit. Ce serait une sorte de déclaration de guerre à Paris, au président français Macron », estime Gerhard Hegmann, chroniqueur de Welt am Sonntag.

D’après le quotidien Les Echos, les autorités françaises seraient « ouvertes » à une rationalisation de l’industrie européenne de l’armement, mais à la condition de ne pas bouleverser les équilibres. Ainsi, le Délégué général pour l’armement, Joël Barre, a rencontré son homologue allemand pour évoquer l’opération de Rheinmetall.

Et plusieurs options seraient sur la table : un scénario type Airbus, où la parité des actionnaires est assurée sans nécessairement prendre en compte le volume d’activité que les différentes entités mettront dans la corbeille, la vente de certaines activités de Rheinemtall ou encore l’achat d’actions KMW par l’État français, lequel détient par ailleurs une action spécifique dans KNDS.

Quoi qu’il en soit, l’actionnariat de KNDS est figé jusqu’à la fin de l’année 2020. D’ici là, le cahier des charges pour les études conceptuelles du futur char de combat franco-allemand devra être dévoilé (ce sera normalement le cas d’ici la fin 2018) et Rheinmettal ainsi que KMW auront remis « leurs propositions industrielles afin de mener avec succès les études et les activités de R&D respectives ».

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Inde, Arabie saoudite : Nexter à qui perd gagne . Nexter pourrait équiper l’Arabie saoudite avec des canons de 105 mm, tractés par le véhicule blindé Titus. Nexter semble avoir définitivement perdu tout espoir de remporter le très gros contrat Trajan avec l’Inde.https://www.lopinion.fr/blog/secret-defense/inde-arabie-saoudite-nexter-a-qui-perd-gagne-179580

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now

  • Member Statistics

    5,353
    Total Members
    1,132
    Most Online
    JohnCleese
    Newest Member
    JohnCleese
    Joined
  • Forum Statistics

    20,575
    Total Topics
    1,216,596
    Total Posts
  • Blog Statistics

    3
    Total Blogs
    2
    Total Entries