TooNs

Members
  • Content Count

    949
  • Joined

  • Last visited

Community Reputation

0 Neutral

About TooNs

  • Rank
    Connaisseur

Profile Information

  • Gender
    Not Telling
  • Pays
    Liechtenstein

Recent Profile Visitors

The recent visitors block is disabled and is not being shown to other users.

  1. Mouais, qqes remarques sur certains points: - l'AdS ne garantit aucunement les mêmes droits à tous les citoyens: les politiques du Positive Action / Black Economic Empowerment tendent à donner un sens légal à des politiques privilégiant les Noirs au dépens des autres groupes ethniques (y compris ceux qui n'étaient pas mieux lotis sous l'Apartheid, comme les Coloureds ou les Asians) ; - la redistribution des terres est un cauchemar dont on a vu les résultats au Zimbabwe et dans une moindre échelle en AdS (le peu de terres redistribuées ne sont même plus rentables à l'exploitation alors qu'elles l'étaient auparavant). Meme les jeunes Afrikaaners se barrent, il y a des communautés entières d'Afrikaaners en Australie, UK, NZ, Canada et aux Pays-Bas... et parfois les moins jeunes! Mais ce que l'auteur oublie, c'est que, souvent, quand ces Blancs se tirent d'AdS, ils emmènent avec eux leurs capitaux. Bref, quand on voit ce qui s'est passé en Rhodésie au Zimbabwé et qu'on voit que l'AdS suit le même chemin, on ne peut rien espérer d'autre qu'un meilleur avenir pour soi-même, qui se situe loin de là.
  2. Bizarrement, quand on cherche on trouve que l'article original provient du journal électronique (algérien) elmihwar.com (lien vers l'article original, en arabe)... mais bon, quand il faut "taper du Marocain" sur ce fil de discussion, qu'importe =) Bref, messieurs, vous avez transformé ce fil de discussion en vrai bor..., mais merci de garder votre salive pour vos discussion habituelles et d'éviter de chercher les embrouilles là où elles n'y sont pas. Quant au forum où tout ce qui se rapporte à l'Algérie est blanc et où tout ce qui se rapporte au Maroc est crade, vous n’êtes pas sur le bon forum.
  3. Ce sont surtout des ressources fossiles non-renouvelables... et pas spécialement rentables!
  4. Pour résumer la chose: que montrent les images et les vidéos? Quelques centaines de manifestants? Pour un territoire de 200.000 habitants? Et on nous parle de "révolte"? Franchement, dans ce cas c'est une guerre civile qui suit chaque match de football! =)
  5. Bref, pour revenir sur l'immobilisme algérien au Mali, on peut aussi penser au raisonnement du "vaut mieux les laisser squatter au Mali plutôt que de les en foutre dehors, faute de quoi ils reviendraient chez eux, à savoir en Algérie" (pas besoin de rappeler qu'AQMI c'est le GSPC version 2.0). Je crois qu'on se passerait volontiers de ce genre de réflexions...
  6. D'accord... dans ce cas, les interventions militaires algériennes au Moyen-Orient en 1973 et au Sahara occidental en 1976 se basent sur quelle "disposition pertinente de la Charte des Nations Unies"? Ou bien, n'est-on pas face à un prétexte à l'immobilisme? =)
  7. Donc, intervenir dans un conflit entre des séparatistes et un état souverain c'est OK, mais intervenir dans un conflit entre un état souverain (qui demande de l'aide) et une bande de terroristes qui menacent la sécurité de l'Algérie même c'pas OK du tout? Je crois qu'on interprète les textes de manières pas très convergentes =)
  8. Pour les épisodes où l'Algérie a bien intervenu militairement en dehors de ses frontières, outre le Moyen-Orient, on trouve aussi le Sahara occidental avec son engagement direct dans le conflit en 1976. Pour cela, je vous propose de lire les pages 185 et suivantes de l'ouvrage Le Conflit du Sahara occidental de Maurice Barbier (L'Harmattan 1982), détaillant l'implication militaire algérienne en dehors de ses frontières lors des batailles dites "d'Amgala" (I et II)
  9. Franchement, le beau discours du pays non-concerné qui fait tout cela pour la justesse de la cause, c'est bien beau pour Kerry Kennedy et les acteurs espagnols de la Bardem & cie., pas pour ici. entre 50.000 et 80.000, voir documentation plus haut sur ce même fil de discussion (idem, le chiffre de 200.000 on laisse pour les ONG mono-discours et les acteurs espagnols, même le Polisario n'ose plus avancer un tel chiffre) L'histoire est dure d'oreille... (voir la documentation présentée sur ce même fil de discussion). Supporter ce genre de revendications, c'pas la sauce de tout le monde, mais nier leur fondement historique c'est du propre des états sans profondeur historique. D'ailleurs, en parlant de ces régions, et plus précisément de Tindouf, qu'on ne peut dissocier -ethniquement et historiquement parlant- de la Seguia (nord du Sahara occidental) et du Cap Juby, ainsi que du blabla sur les droits des peuples à l'autodétermination, quel processus a permis à cette région de devenir algérienne? Ah, oui, pardon, une négociation avec la France, qu'importe l'avis de la population locale... un peu comme le Maroc avec l'Espagne pour le Sahara occidental (à la différence que le Maroc a eu recours à l'assemblée des Cheikhs locaux, et on pourra toujours discuter sans en finir de leur légitimité et tout le blabla qui va avec), non? =)
  10. Encore faudrait parler d'états, ce que le Sahara occidental n'est pas selon le droit international. =) Raté, le Maroc et la Somalie n'ont pas accepté ces "conditions". Ah oui, corrigez-moi si je ne me trompe pas, mais l'Ethiopie/Erythrée et le Soudan/Sud-Soudan n'ont pas respecté non plus ces "conditions", non? Et l'Égypte/Soudan? Et la Libye/Tchad? Et le Cabinda? Et la Guinée Équatoriale? Ou comment voir en la cause des guerres en Afrique une solution... Les pays qui ont une histoire datant de bien avant l’ère coloniale n'ont jamais accepté ces conditions établies par des états produits de la colonisation, ce qui est logique :) Lecture horizontale du droit international, la lecture verticale prônant le respect des liens historiques. Les deux se valent, chacun défend celle qui l'arrange, l'Algérie la première et le Maroc la seconde. :)
  11. Ah, donc pour ces ethnies (en grande partie nomades) il ne serait pas anormal que d'intégrer au corpus électoral leurs composantes se trouvant en dehors du "territoire du Sahara occidental" lors du recensement espagnol de 1974, non? Où se trouve la limite entre les Reguibat de Mauritanie, ceux du territoire du Sahara occidental et ceux du sud marocain (sans parler de ceux de Tindouf)? Et où se trouve la limite entre les Tekna du Cap Juby (ancienne partie septentrionale du Sahara occidental, territoire restitué par l'Espagne au Maroc en 1958) et ceux de la Seguia? Vois-tu, quand je vois la carte ethnique présentée par Maurice Barbier, j'y vois les ethnies mais pas ce "peuple sahraoui" tel que certains essaient de nous le présenter... pourrais-tu m'expliquer la chose? Nous présenter les contours de ce "peuple"? Et merci :) Rappel des cartes ethniques: - carte ethnique du territoire, M. Barbier, Le Conflit du Sahara occidental (L'Harmattan 1982) - carte du territoire des Tekna, A. Gaudio, Les Populations du Sahara Occidental: histoire, vie et culture (Karthala 1993) - "schéma tribal" du Sahara occidental, TelQuel num.161 (2006)
  12. Mouais, un ensemble de "sections d'ethnies" dont "une certaine interprétation du droit international" a fait un "peuple": http://www.air-defense.net/forum/index.php/topic,14998.msg619745.html#msg619745 http://www.air-defense.net/forum/index.php/topic,14998.msg644168.html#msg644168 Bref, une partie de la mosaïque ethnique du sud marocain et du nord mauritanien, après cela certains s'étonnent qu'aucun corpus électoral (pour le référendum) n'a pu faire consensus!
  13. Ce n'est pas de ma faute si la personne qui a écrit cette lettre les confond. Y a-t-il eu démenti de la part de ce "CNASPS" (donc un faux document, comme clamé par des "forumistes")? Ou bien est-ce tout simplement un courrier tout ce qu'il y a de plus original, comme clamé par la source (et dont l'auteur a dû sécher quelques cours de CM2)? M'est avis que la seconde théorie est la plus proche de la réalité. De rien...
  14. Concernant le nombre de "réfugiés" à Tindouf, d'anciens responsables du Polisario ayant fait défection ont déclaré devant l'ONU en 1996 les chiffres suivants: - 25.000 selon Mustapha Bazarani, ancien cadre du Polisario ; - 40.000 selon Bahir Dkill, membre fondateur du Polisario,
  15. Bizarrement les dissidents du Polisario clament un chiffre n'excédant pas 50.000... pendant ce temps le HCR n'est pas autorisé à recenser le nombre de "réfugiés" à Tindouf ;)