Toute l’activité

Ce flux se met à jour automatiquement     

  1. Dernière heure
  2. Du coup, la dernière brève m'a fait rire jaune. https://www.lemonde.fr/international/article/2019/01/16/en-belgique-un-elu-nationaliste-arrete-pour-trafic-de-visas-humanitaires_5410099_3210.html Melikan Kucam, 44 ans, un élu du NVA (nationaliste, posture anti migrants) a été récemment arrêté pour ... avoir vendu des visas humanitaires à des migrants. (entre 2000 et 10000 euros par visa) Son parti l’a suspendu en urgence. C'était un proche de Théo Francken (ex secrétaire d'état à la migration), relation qui lui a facilité la tâche. La seule cohérence par rapport à son crédo politique, c'est que ces visas étaient (censés) être pour des chrétiens de Syrie et d'Irak. Mais comme tous les traffics d'être humain dans le monde, il est certain qu'une partie de ces visas ont été "détournés" à d'autres fins.
  3. Today
  4. Ciders

    L'Inde

    C'est sans doute lié au fait que l'Antonov An-32 est un avion de conception soviétique et que beaucoup d'appareils conçus à l'Est embarquaient dans leur équipage un ingénieur de vol. Vous me direz, ceux de l'Ouest aussi mais cette pratique a progressivement disparu dans les années 1970-1980 avec le développement de l'avionique et de l'électronique embarquée. Pas du côté soviétique.
  5. Skw

    L'Inde

    Je suis tombé sur le lien suivant: http://www.brahmand.com/news/Indian-Air-Force-to-have-first-woman-navigator/1019/1/12.html. Cela laisse penser que le "flight engineer" est un membre embarqué dans l'IAF (du moins sur An-32)... sauf qu'il font apparemment la différence entre navigator et flight engineer : "But in military flying, navigators continue to play an important role. The IAF has particularly realised that navigators were an important component of cockpit. IAF An-32 transport aircraft has a four member crew which including pilot, co-pilot, navigator and flight engineer." Tu dois avoir raison : sur Rafale, c'est vraisemblablement l'ingénieur qui reste au sol. Celui-ci est le mécano embarqué sur les avions exigeant un équipage plus conséquent.
  6. BPCs

    Récupération/lancement d'UAV à voilure fixe

    Bah! Tous ces hybrides avion/auto font face à une double contrainte antinomique : Une logique de légèreté max pour un avion et une logique de sécurité minimale pour une auto... D'ailleurs leur concept Skycruiser a déjà 4 à 5 ans et ne semble pas avoir été actualisé à la différence de leur microdrone qui en est à sa deuxième version, Donc on oublie la fonction voiture... Par contre si on questionne sur un UCAV Furtif VTOL, leur système de quadcopter à rotor rétractable me semble avoir l'avantage de déplacer l'aire de rotation des rotors en dehors de la structure de l'avion : Le projet Lockheed Various avait ses Fans dans les ailes ce qui entraînait plus de volume interne perdu. Par contre, il m'a semblé que le graphe de poussée proportionnelle à la taille de l'hélice concerne le rotor tournant lentement tandis que les petites hélices tournant vite sont préférable pour la poussée à grande vitesse... Mais bon cela fait quand même ventilateurs les petites hélices arrières
  7. Picdelamirand-oil

    L'Inde

    On a "dix ingénieurs de vol et quarante techniciens" , je n'y avais pas réfléchis mais j'ai naturellement compris que c'était des ingénieurs au sol un niveau plus élevé que technicien capable de comprendre ce qui se passe en vol pour prendre les mesures nécessaires en cas d'incident.
  8. Skw

    L'Inde

    Le "flight engineer" (ingénieur de vol) c'est l'équivalent du NOSA ?
  9. Cela me semblait évident. Mais il ne faut pas oublier non plus qu'à Gembloux, il y a déjà eu la percée sur la Meuse et que la défense française prend déjà l'eau de toute part ailleurs sur le front, désorganisant tout le monde au passage. Ensuite, la supériorité aérienne a fait le reste. C'est probablement l'un des plus gros points faibles de alliés de manière générale. Même avec des unités d'une excellente qualité, sans DCA et sans couverture aérienne, tu ne peux rien faire. De manière générale, les tentatives de contre-attaques françaises ne se déroulent pas correctement tant à cause des problèmes de communications que souvent des itinéraires encombrés voire déjà détruits ou bloqués par les Belges dans leur retraite. Pour le pilonnage de l'aviation, Marc Bloch avait notamment dit dans son livre qu'il ne faisait pas tant de dégâts que cela physiquement. Mais c'était surtout psychologique. Le principal problème vient du fait, à ce niveau, que les Alliés n'ont pas totalement pris en compte les leçons de l'Invasion de la Pologne et négligent toujours l'aviation dans son rôle de soutien, appliquant leur propre mode de raisonnement aux Allemands (au moins indirectement), n'entraînant donc pas leurs troupes à ces attaques. La désorganisation de la DCA française, pourtant relativement bien fournie, n'arrange pas du tout les problèmes.
  10. Picdelamirand-oil

    L'Inde

    Over 50% of Rs 59,000 crore Rafale price already paid amid political slugfest http://timesofindia.indiatimes.com/articleshow/67607182.cms?utm_source=contentofinterest&utm_medium=text&utm_campaign=cppst [....]
  11. clem200

    Navy quiz

    Effectivement Beau bébé : 26500 tonnes, 8 canons de 333 mm, 16 canons de 130 et 4 hydravions pour le repérage et réglage des tirs. Les bâtiments de cette époque m'impressionnent, tant par leur puissance de feux, leur vitesse que par le design de leur château
  12. Non, ce n'est pas une question d'interférer avec les obligations OTAN ; c'est une question de ne pas s'engager à faire plus. La plupart des pays européens se contentent du stricte minimum, se reposant entièrement sur l'Amérique pour leur défense. Un traité de défense collective plus fort et plus contraignant que l'OTAN n'interfèrerait pas avec l'OTAN, bien au contraire. Ces formulations sont une garantie qu'ils n'ont pas besoin d'être sérieux ou utile, ils peuvent continuer à se complaire dans une situation de dépendence totale.
  13. Skw

    Composante Navale des Forces Stratégiques Françaises

    Il peut vraisemblablement se faire à vitesse nulle mais après éjection, sur sous-marin, du M-51 par chasse à air comprimé. Peut-être faut-il que l'éjection se fasse à une certaine profondeur...
  14. jeanmi

    [Camouflage] Les véhicules

    5e régiment de cuirassiers
  15. Oui bien sur Par contre les futures patrouilleurs côtiers de la GM vont surement prendre du poids et de la longueur. Avec les nouveaux règlement la zone vie n'a pas le droit de se trouver sous la flottaison. Aujourd'hui on ne pourrait plus refaire des VCSM de Raidco sans doubler la taille de façon d’aménager la zone vie en surface. Comme sur les patrouilleurs de la douane
  16. Benoitleg

    [FDI] Les Frégates de Défense et d’Intervention ex FTI

    Cette portée est sans doute utile pour les frappes sur des installations fixes. Le constructeur pourrait même pousser l'exercice jusqu'à 299 km, pour rester dans les clous des traités sur les exportations d'armement. Le passage de 180 à 200 km est peut-être lié à un allègement de l'autodirecteur modernisé dans sa version Block 3C ?
  17. penaratahiti

    Composante Navale des Forces Stratégiques Françaises

    Faut suffisamment de vitesse pour que la plate-forme de tir soit stable et contrôlable à la mer, mais pas trop pour ne pas perturber en latéral la trajectoire du missile lors de son transit sous-marin, au risque même de le faire basculer et qu'il soit incapable de rattraper sa trajectoire de montée une fois sorti de l'eau. En piscine, tu n'as pas la problématique de stabilité de plate forme, donc tu peux te permettre de tirer à vitesse nulle qui est l'idéal pour la stabilité du missile. De ce que je comprends, tu as une membrane pré découpée qui scelle le tube et qui est prévue pour céder quand la différence de pression est trop grande entre le tube et l'extérieur. J'imagine qu'avant le lancement tu égalise les pressions avant l'ouverture de les porte du tube, puis tu fais monter en pression le tube pour lancer. Le moteur du missile se déclenche quelques mètres après sa sortie de l'eau. Tu es limité en profondeur par ta capacité à monter le tube en pression. Je ne vois pas ce qui empêche un tir en surface dans ce système, hormis l'aspect masse en moins du missile non compensée par l'eau de mer, mais on peut toujours imaginer un système de remplissage de tube par le bas...
  18. Rendre à l'Amérique sa Grandeur : https://www.cbsnews.com/news/viral-video-shows-teenagers-wearing-maga-hats-harassing-native-american-vietnam-veteran-2019-01-19/
  19. Yamato

    Composante Navale des Forces Stratégiques Françaises

    Je dirai que les premiers tirs d'essai depuis le centre à terre de Biscarosse, avec des missiles toujours immergés, prouve que le tir peut se faire à vitesse nulle.
  20. Eau tarie

    Récupération/lancement d'UAV à voilure fixe

    Donc l'avion, il doit se braquer : la masse d'un véhicule roulant la masse d'un quadcopter de taille honorable. Et la masse pour tout le mécanisme pour rétracter toute la quincallerie. Et ce que j'aime par dessus tout, c'est le graph de rendement de poussée proportionnel à la taille de l'hélice,.... et sans trembler quelques secondes plus tard, les mecs t'assurent la poussée du bouzinga avec 2 hélices de ventilateurs à l'arrière.
  21. FATac

    [Rafale]

    QNX est l'OS sur lequel j'aurai été tenté de parier ... au moins comme source de départ d'une customisation maison (avec revue intégrale du code "externe" avant intégration). Sinon, vis à vis des systèmes basés sur de l'apprentissage, tant qu'ils arrivent à converger/décider dans des cycles compatibles avec le temps réel, ils restent compatibles avec cette approche. Leur seul problème est alors de "prouver leur résultat", ce que l'approche hyper-formelle a l'avantage de garantir. La logique floue est déjà validée de ce point de vue depuis le début des années 80 et son implémentation dans les différentes implantations du VAL (Lille, Orly, Toulouse). Elle offre de bons compromis performance/qualité de pilotage lorsqu'elle est basée sur une bonne définition des règles de pilotage et un bon choix des coefficients de correction. Elle offre rapidité, efficacité et robustesse. L'auto-apprentissage et autres technologies à bases de réseaux de neurones sont déjà un peu plus sujets à caution, bien qu'ils puissent être employés sans soucis dans les phases de préparation (définition des règles et choix des coefficients), leur résultat étant alors validé par l'humain, ou éventuellement prouvé par un autre calcul, avant de pouvoir être intégré avec une sécurité acceptable. Laisser ces automates "en roue libre" sur un système temps réel est peut être encore un peu risqué aujourd'hui. Demain, nous verrons ...
  22. Je sais que t'aimes bien SOCARENAM , mais ce n'est pas certain que ce soit eux qui gagnent les POM. Pour les patrouilleurs GM faut voir s'ils restent dans la gamme 32 m (oui / non ? ) Ocea est bien placé avec ses patrouilleurs 35 m (qu'ils vendent comme des petits pains) les Castor belges de Soca , comme sur la photo, font quand même 20 m de plus
  23. Boule75

    [Rafale]

    D'accord, mais au-delà : l'AI entrainée, figée donc, représente-t-elle un système logique homologable avec les méthodologies actuelles ? j'ai comme un doute !-) (et parler d'AI figée est intrinsèquement contradictoire, pas par rapport à la pratique mais par rapport à ce que ça devrait être ; c'est le début, comme tu dis ! )
  24. pascal

    [FDI] Les Frégates de Défense et d’Intervention ex FTI

    Ben guidage inertiel vers une position estimée puis AD avec un balayage champ large, sur une cible fixe (bâtiment à quai) c'est assez simple
  25. Henri K.

    [FDI] Les Frégates de Défense et d’Intervention ex FTI

    Tu guides comment après 40 bornes, sans un hélico ou un radar OTH comme équipe les frégates chinoises ? Henri K.
  26. PolluxDeltaSeven

    [FDI] Les Frégates de Défense et d’Intervention ex FTI

    A mon avis le passage de 180 à 200km de portée, c'est surtout une manière de dire qu'ils ont améliorer l'autonomie du missile. Et, effectivement, ça peut se faire par un réservoir plus gros, une cellule plus légère, un profile de vol différent, une vitesse de croisière plus faible, une amélioration du moteur, etc. Ou bien ça ne s'applique que pour certaines cibles (tir sur coordonnées pour cibles littorales) Dans la pratique, 200km de portée pour un mer-mer, ça permet de tirer de loin vers la côte sans s'encombrer de circonvolutions, ou bien d'aller taper un navire à 70km mais en lui arrivant par l'arrière, ou de plusieurs endroits à la fois. Mais c'est valable pour le Harpoon, le RBS15, etc
  27. aviapics

    [FDI] Les Frégates de Défense et d’Intervention ex FTI

    Est ce qu'on peut imaginer une ressource de l'hélicoptère pour acquérir une cible plus lointaine, avant de replonger pour se masquer et tirer sur les coordonnées acquises?
  1. Charger plus d’activité