Leaderboard


Popular Content

Showing content with the highest reputation since 03/27/18 in all areas

  1. 16 points
    http://foreignpolicy.com/2018/03/21/nobody-knows-anything-about-china/ Tradoche rapide En tant qu'étranger en Chine, vous vous habituez à entendre les autochtones vous rétorquez que "vous ne connaissez rien à la Chine". C'est souvent une réaction réflexe à un problème moderne, ou en défense de l'un des nombreux mythes que les enfants de la Chne continentale apprennent comme étant des faits indisputable sur le monde. Mais c'est vrai. Nous ne connaissons rien à la Chine. Et les Chinois non plus ; pas même leur gouvernement. Nous ne connaissons pas la Chine parce que, de manières qui ne sont souvent pas reconnues, presque toutes les informations publiées par ou à propos du pays est non-fiable, partielle, ou déformée. La taille immense du pays, combinée avec un régime de censure toujours croissante et une paranoïa omniprésente concernant le partage d'information, handicape lourdement notre capacité à connaître la Chine. Les chiffres officiels sont lissés à maintes reprises à la fois pour des raisons de propagande et pour des ambitions carriéristes. Cela concerne autant les Chinois que les étrangers ; il peut être plus facile pour des citoyens chinois d'accéder à une information, mais chercher cette information peut avoir un coût plus élevé. Par exemple, nous ne connaissons pas les véritables nombres pour la croissance du PIB. La croissance du PIB sert depuis longtemps à juger les carrières des hauts-fonctionnaires. Le résultat est que les valeurs concernées sont déformées à chaque niveau, car les personnes qui les rapportent sont les même que celles qui ont à profiter d'une valeur forte. Si vous additionnez les PIB fournis par les provinces, la somme est 10% supérieure à la valeur fournie en dernier lieu par le gouvernement national , valeur elle-même ajustée pour atteindre des objectifs politiques. Les gouvernements de provinces ont de plus en plus avoué avoir recourt à ça ces dernières années, mais la pratique dure depuis des décennies. Nous ne connaissons pas l'étendu des prêts risqués, dissimulés de manière routinière par les banques. Nous ne connaissons pas la composition des avoirs financiers chinois. Parfois nous n'apprenons pas qu'il y a une reprise parce que la dissimulation préalable des mauvaises nouvelles la rend invisible. Nous ne connaissons pas le coefficient Gini de la Chine. Mais les données économiques sont peut-être, ironiquement, plus fiables que les autres parce qu'on se méfie beaucoup plus de leur manque de fiabilité. Le Bureau National de Statistiques chinois s'est lui-même souvent plaint de rapports truqués et essaie désormais d'obtenir les données des provinces sans passer par des intermédiaires. Il y a eu des opérations de nettoyage et des tentative de correction des erreurs, toutefois la dérive idéologique et paranoïaque du Parti peut fait faire obstacle à ces efforts. Mais ce que nous ne connaissons pas s'étend bien au delà de l'économie. Prenez n'importe quel secteur en Chine et vous trouverez des informations publiques déformées ou passées sous silence ; allez voir les autorités compétentes et elles admettrons souvent les pratiques les plus choquantes en privé. Nous ne connaissons pas la véritable taille de la population Chinoise à cause de la reluctance à inscrire à l'état civil des seconds enfants non-approuvés, ou pour le bureau de planification familiale à annoncer qu'ils ont échoué à contrôler les naissances. Nous ne savons pas où ces gens se trouvent, les cantons ruraux ayant intérêt à déclarer une population supérieure pour recevoir plus de subventions des échelons supérieurs du gouvernement, tandis que les districts urbains déclarent des chiffres plus bas pour rester sous les objectifs de contrôle de la population. La population officielle de Pékin est 21,7 millions, elle pourrait être en fait de 30 à 35 millions. Des dizaines, voire des centaines, de millions de migrants sont officiellement à la campagne mais réellement dans les villes. (Peut-être. Nous ne connaissons pas l'étendue des récentes expulsions hivernales des pauvres des métropoles.) Nous ne savons pas si ces gens respirent de l'air pur et boivent de l'eau potable parce que les données environnementales sont pleines de trous. Nous ne connaissons rien à la politique de haut niveau en Chine. Au mieux, nous pouvons faires, comme moi, des hypothèses éclairées. Nous ne connaissons pas comment fonctionnent les politiques internes du Zhongnanhai, l'équivalent chinois du Kremlin. Les politiciens chinois n'écrivent pas leurs mémoires pleines de révélations ; les journalistes chinois ne peuvent pas écrire des ouvrages comme Le Feu et la Fureur, What it Takes, ou même Game Change. Nous ne savons pas si Xi Jinping cherche véritablement la prospérité et la puissance de la Chine, ou bien seulement la sienne. Nous ne savons pas si les hauts fonctionnaires ciblés dans les campagnes "anti-corruption" étaient réellement plus corrompus, lascifs, ou déloyaux que la moyenne ; ou s'ils étaient tout simplement des adversaires politique de Xi. Nous ne connaissons pas l'étendue du factionnalisme au sein du Parti Communiste Chinois, quoique nous savons combien de fois son existence est condamnée... par Xi et sa faction. Nous ne savons même pas si les hauts-fonctionnaires qui chantent les louanges de Xi croient réellement ce qu'ils disent, ou si plus simplement ils sont motivées par la peur ou l'arrivisme. Nous ne savons pas ce que les gens pensent. Nous ne savons pas si les personnes interviewées soutiennent vraiment leur gouvernement ou bien fournissent des réponses prudentes aux questions posées par un étranger dans un pays répressif. Nous ne savons pas pourquoi les Chinois disent aux instituts de sondages qu'ils font plus confiance aux autres que dans n'importe quel autre pays du monde, alors qu'en pratique la paranoïa au sujet des intentions des autres est si répandue que les personnes âgées ne reçoivent pas d'assistance dans les rues de peur que ce soit des escrocs, et que des enfants comme la petite Wang Yue sont abandonnés à leur sort quand une voiture les renverse. Nous ne connaissons pas le véritable budget de la défense. Nous ne connaissons les conditions de vie quotidienne dans l'armée chinoise car les restrictions placés sur la couverture des actualités militaires et sur la parole des soldats sont encore plus strictes que pour les civils. Nous ne connaissons pas la qualité réelle des écoles chinoises parce que les statistiques qui circulent, fournies par le PISA, et qui placent la Chine au premier rang mondial, furent prisent à une étude portant sur un petit groupe de grandes écoles à Shanghai. Dès que l'étude fut étendue à Pékin et des provinces riches, les résultats chutèrent brusquement. (La complaisance de PISA à accepter un échantillon aussi peu représentatif est typique de la naïveté et de la docilité de nombreuses ONGs étrangères, tout particulièrement dans l'éducation, dès qu'il s'agit de la Chine; j'ai vu de nombreux éducateurs se laisser berner par un Potemkinisme évident, allant jusqu'à croire que le Beijing No. 4 High School (un établissement prestigieux, comparable à Eton College) était un "lycée publique typique de la Chine".) Nous ne connaissons pas l'étendue de l'effondrement de l'éducation rurale. Nous ne connaissons pas les véritables statistiques d'alphabétisation, entre autre parce que la façon de la mesurer diffère entre les villes et les campagnes (une astuce fréquente pour de nombreux indicateurs). Nous ne connaissons pas les véritables statistiques criminelles, tout particulièrement dans les villes, qui pourraient ne représentait de 2,5% du total réel. Nous ne connaissons pas le bilan des victimes de l'insurrection Ouïghour dans le Xinjiang, où les hauts-fonctionnaires locaux, d'après les dires d'un expert gouvernemental sur le terrorisme, "tordent les chiffres autant que durant le Grand Bon en Avant"; et nous ne savons pas non plus combien de gens sont actuellement détenus dans des "camps de rééducation". (Au passage, nous ne savons pas combien de personnes périrent dans le Grand Bon en Avant, entassés dans des tranchées dans les villages ou abandonnés dans les prairies désertées : les 16,5 millions jadis officiellement reconnus, ou les 45 millions estimés par certains historiens.) Et nous ne savons pas ce que nous ne savons pas. Ce sont les inconnues connues, mais les inconnues inconnues sont tout aussi angoissantes. Les plus grands scoops, ceux qui vont secouer ou transformer la Chine et le monde, échappent peut-être en ce moment même à notre sagacité. Les reporters étrangers sont restreint à quelques cités, surtout Pékin, Shanghai, et Shenzhen ; ils sont suivis et harcelés quand ils voyagent ailleurs dans le pays et trouvent tout particulièrement difficile d'atteindre la campagne. (D'après les chiffres officiels de la population, Pékin et Shanghai, souvent décris comme la normale de la nouvelle Chine, abritent moins de 4 pourcent des habitants du pays.) La situation pour les journalistes chinois est encore pire ; une capacité très limitée à mener du journalisme d'investigation dans les années 2000 a été presque anéantie par des autorités déterminées à ce qu'il n'y ait aucune forme de supervision en dehors du Parti. La peur prend les gens à la gorge ; ceux qui donnaient des noms s'expriment maintenant de manière anonymes, là où beaucoup d'autres ne parlent pas du tout. Nos sources d'informations, qui n'ont jamais été plus qu'un ruisselet ténu, se sont asséchées presque totalement sous un régime de censure de plus en plus serrée. La plateforme de média social Weibo fut jadis une fenêtre sur les doléances et les scandales des provinces, elle est maintenant massivement censurée. Des groupes de discussions privés sur WeChat, un service de messagerie à la croissance fulgurante, l'a remplacée ; mais l'année dernière ils furent à leur tour soumis à la censure de masse. Tout cela rend d'autant plus impressionnant le travail de ceux qui arrivent à extraire des données économiques ou politiques crédibles, comme le maître chercheur Adrian Zenz. Et tandis que le gouvernement ferme toute source d'information échappant à son contrôle, nous ne pouvons que nous demander ce qu'il connait lui-même. Les hauts-fonctionnaires locaux ont toujours demandé d'énormes quantités de données ; il n'est pas inhabituel de recevoir des demandes telles que "faites la liste de quiconque assiste à des cérémonies religieuses dans votre district, et où". Mais le système a toujours déformé l'information qu'il envoie, même en interne, et peut-être plus encore maintenant que Xi a établi une dictature absolue. Li Keqiang, le Premier Ministre chinois (de plus en plus insignifiant, d'après nous) s'était plaint à des diplomates américains en 2017 de son incapacité à obtenir des informations économiques de base sur la province dont il était alors le dirigeant, et de son besoin d'envoyer des amis et des collègues dans des voyages de renseignement discrets. La solution du gouvernement est de mettre de plus en plus sa foi dans le "big data", croyant qu'en passant outre les fonctionnaires de plus bas niveau il est possible d'obtenir les informations directement à leur source. D'immenses quantités d'argent sont investies dans le "big data", y compris des efforts de police prédictive et la surveillance à grande échelle des dissidents. Le gouvernement exige des firmes chinoises, et des firmes étrangères présentes en Chine, qu'elles conservent et fournissent des données à grande échelle. Mais "big data" est aussi enclin aux distortions systématiques, à la confiance déplacée, et à la plus ancienne règle informatique : si on rentre n'importe quoi, on obtient n'importe quoi. Comme l'économiste Josia Stamp le rappelait d'une autre puissance essayant de contrôler un immense territoire pas des moyens oppressifs, "le Gouvernement des Indes Britanniques est très friand de statistiques. Il les collecte, les additionne, les élève à la nième puissance, en prend la racine cubique, et prépare de merveilleux diagrammes. Mais il ne faut jamais oublier que chacun de ces chiffre vient en premier lieu du chowty dar, le veilleur du village, qui écrit ce qu'il veut." Est-ce que la technologie va permettre, aujourd'hui, au gouvernement chinois de faire mieux ? Nous ne le savons pas.
  2. 14 points
    Je pense que nous sommes partis pour lire UNE MASSE CONSIDÉRABLE DE GROSSES CONNERIES sur ce sujet, si j'en crois les commentaires qui fleurissent ici ou là; sujet qui de toute manière restera confidentiel quant au données classifiées. Dans l'idée de conserver à ce forum une certaine tenue et une rigueur qui a souvent fait sa renommée j'invite tout le monde 1-à tourner son clavier 7 fois sur la table avant de répertorier telle ou telle info issue de la webosphère 2-à bien s’imprégner de la signature qui est visible au bas de mes posts et que nous devons au sergent instructeur Hartmann trop tôt disparu "est-ce que c'est clair tas de punaises" Je vous remercie par avance
  3. 14 points
    N'empêche, quoiqu'on en dise, avec tous leurs défauts, nos médias à nous ne peuvent quand même pas se comparer à ceux de la Syrie ou de la Russie. Prenons l'histoire un brin embarassante des MDCN qui restent en rade. L'histoire sort, elle est commentée... On chercherait bien dans l'autre camp une info ayant l'air un peu critique, mais l'on n'y trouvera que des récits héroïques des succès de la DCA syrienne. Alors, ne soyons pas naïfs, cela ne signifie bien sûr pas ( on le sait, c'est pas les précédents qui manquent) que coté occidentaux, on ne s'amuse jamais à tordre, à déformer l'information, voir à mentir purement et simplement. Mais tout de même, parce qu'il dispose de quelques anticorps, un des deux systèmes m'inspire d'avantage confiance que l'autre. Je le dis, parce que je trouve que trop souvent à mon goût ( ici et ailleurs), on renvoie les protagonistes dos à dos sans faire de distinction. A ce sujet, j'ai été un peu interloqué par quelques commentaires sur ce fil expliquant que puisqu'on les accusait en permanence de mentir, les Russes allaient désormais ne pas se priver et se permettre de raconter n'importe quoi sans plus aucune retenue. Sous entendu, les pays de l'Ouest sont fautifs et les poussent à une telle dérive. Curieux raisonement, les mensonges d'état sont l'affaire interne de la population dudit état et de sa relation avec ses gouvernants, si notre gouvernement se mettait à mentir en permanence, c'est à nous français que cela poserait un problème, lier la question aux relations internationales est une drôle de manière d'aborder le sujet. P.S: et je ne veux bien entendu pas dire qu'il n'existe pas d'opposition en Russie, mais ces derniers temps, elle n'est pas en super forme. Quant à la Syrie... et bien ceux qui disent le contraire de ce que dit le régime, quoiqu'on pense d'eux, ils se font tirer dessus.
  4. 14 points
    C'est marrant parcequ'on pourrait retourner pas mal des arguments Un pays de rouille et de déchets nucléaires à ciel ouvert ne vendant que des putes et du pétrole et que l'OTAN écraserait avec un petit doigt s'il n'avait pas son arsenal nucléaire (parceque on sait ce que vaut le matériel russe, cf Irak 1 ,2 etc) mais qui est aussi un descendant de l'ogre rouge mangeur d'enfants et prêt a envahir les gentils baltes-polonais-finlandais-norvégiens avec du super matos de la mort qui tue mon bon monsieur Il y'a juste deux logiques qui s'affrontent La Russie voulait faire partie de l'Europe à jeu égal avec les autres puissances européennes (France, Allemagne, GB) voire même, nostalgie de l'Empire, avec les US Elle a subit trois traumatismes majeurs au 20e sicèle : l'intervention alliée pendant la guerre civile (et son cortège de joyeuseté), Barbarossa et l'effondrement économique en 1990. Dans les 3 cas les promesse occidentales se sont révélées du vent avec l'impression de laisser une envie de depeçage du pays Ajoute à cela la perte d'équilibre avec l'OTAN/les US et le fait que dans l'administration US tu as toujours des faucons qui continuent a gérer le monde version guerre froide nous bons, eux méchants La Russia a alors voulu faire partie de l'Europe mais avec des garanties (les mêmes depuis Pierre le Grand et la Grande Catherine à savoir un glacis protecteur autour de Moscou et St Petersbourg cad la Russie utile/Russie de l'Ouest) et un accès aux mers chaudes pour se désenclaver Ce qu'elle a vu ce sont des anciens états satellites qui se tournaient vers les US (pour des causes politiques, historiques ou poussés par des promesses) et un encerclement progressif de son territoire d'ou un sentiment de forteresse assiégée Le tournant a été a mon avis les années 2000 riches en interventions unilatérales occidentales sans aval de l'ONU donc le fait du plus fort. A ce moment la Russie était faible, toujours dans le collimateur des faucons US (alors qu'il y'avait des occasions de rapprochement notamment contre les Talibans) Elle s'est sentie vulnérable et c'est encore probablement le cas, se sachant la cible de certains milieux décisionnaires à Washington (l'Ukraine, ce n'est pas un evenement aléatoire, il a été écris par Brezinski que pour affaiblir durabement la Russie il fallait la séparer de ses deux coeurs historiques, l'Ukraine et le Belarus) depuis comme un boxeur dans les cordes elle rue et y dépense de l'energie à mon sens sans grand espoir à moyen terme de rééquilibrer la balance mais en espérant sauvegarder ce qui peut encore l'être Les recettes sont éculées (intervention militaire, appel au nationalisme etc) mais on fait ce qu'on peut avec ce qu'on a En Europe on devrait en prendre des leçons parceque l'une des deux cibles suivantes possibles pour l'hégémon US c'est l'UE et la Chine Et ils ne nous ferons pas plus de cadeaux La Russie en Europe aurait été un atout pour nous, pas pour les américains
  5. 14 points
    Vivement que Kim jong Un et Rodrigo Duterte amènent leurs compétences de négociation sur ce conflit ....
  6. 14 points
  7. 13 points
    Fais chier.... bon ba je vais sur impôt.gouv alors ....
  8. 12 points
    il était temps que quelqu'un le dise clairement ... le contraire eut-été étonnant Je veux bien que des missiles de croisière soient interceptés ... mais ces engin volent à moins de 40 m / sol ils sont moins grands qu'un Jodel et volent à 800 km/h et sont (au moins pour les SCALP/EG et Storm Shadow) traîtés stealth ... de surcroit ils volent en utilisant les masques de terrain ... Alors vous prenez en compte ces données, vous regardez le profil du terrain survolé entre la côte Homs et Damas et vous mélangez avec l'expertise de la DCA syrienne à l'aune de ces dernières années; la qualité et les capacités de la couverture radar de ce pays (ou de ses alliés sur place) et vous rapprochez çà des chiffres annoncés par Damas. Après avoir mélangé vous laissez reposer en saupoudrant de la réputation d'humaniste de Bachar El Assad quant à l’éventualité de tirs en balistique de missiles SAM avec les conséquences quant au retombées ... Faites vous votre idée
  9. 12 points
    Ce n'est plus vrai, le budget de la défense est en augmentation et c'est l'un des seuls. Pour le reste je suis soulagé de la tournure des événements. La Russie en déclarant ne pas être intervenu laisse un message à Bachar, "arrete tes conneries avec tes armes chimiques". Pour ce qui est de dire qu'on est supplétif je l'ai déjà dis mais je ne comprends pas cette vision qui consiste à penser que si on fait quelque chose avec les américains c'est forcément en valet. L'Iran est elle le valet de la Russie ? Vous confondez indépendance et isolationisme. La France avait annoncé la couleur Il y a longtemps, elle est cohérente avec ses déclarations. Limite si il y a un valet on pourrait le dire pour le RU qui semble avoir hésité et nous a rejoint sous la pression.
  10. 12 points
    La question principale est de savoir si le message passe ... Je note que les Russes ne sont pas intervenus comme ils l'avaient dit, ce qui ressemble à un arrangement nous frappons vous n'intervenez pas on fixe des limites compréhensibles par tous. Je note aussi que les occidentaux on fait ce qu'ils ont dit qu'ils feraient et que les russes sont gentiment restés tranquilles, leur allié lui a quand même subit des frappes sans que ses "amis" n'interviennent là aussi il y a un message à décrypter l'importance des destruction apparaît dès lors secondaire par rapport à la signification de cet épisode pour Assad ... il a des alliés mais ces alliés ont eut aussi leur jeu à jouer
  11. 12 points
    Bizarre ... moi j'avais compris 103 interceptés parmi 71 lancés.
  12. 12 points
    Tu sais, les grandes gueules sont de sortie, mais de toute évidence, tout cela reste très raisonnable derrière les rideaux. C'est plus pour la galerie : Trump a fait les gros bras, les russes ont fait leurs opposants, les français ont montré qu'ils existent, les syriens font leur martyrs, les chinois ont montré leur neutralité tant qu'il n'y a rien à vendre ... Les frappes sont au final très limités : deux fois plus de missiles que la dernière fois avec un préavis important. Et on a essayé le MCDN : - un seul cela aurait fait petite b*** - deux cela aurait parut louche, juste pour dire "plusieurs" - trop on aurait tiré tout ceux disponible Donc trois car on peut dire "plusieurs" sans baisser le regard tout en s'en gardant le maximum en réserve.
  13. 10 points
    C'est pas "racé", c'est "raté". Faute de frappe ?
  14. 10 points
    Le peu de respect c'est comme l'humiliation ce sont des notions qui sont en général nourris artificiellement par la propagande des régimes et partis politiques les plus extrémistes. Et ça marche très bien (la preuve ici). En plus la propagande arrive a faire tenir deux choses complètement opposée dans la tête des gens et qu'on retrouve ici. D'un cote l'image d'une Russie forte qui va péter la gueule a tout le monde tout en présentant une Russie faible et a la merci des méchants de service (ici les occidentaux). La Russie avait beaucoup de projets de coopération dont certains très avancée avec l'UE. Ils avaient l'OTAN qui s’affaiblissait faute de menace réelle et la voie des pays les plus anti-russes qui commençaient a s'estomper. Ils pouvaient choisir de continuer dans cette voie. Ils avaient notamment une belle opportunite pour renforcer leurs liens avec l'UE et faire un doigt aux US Ils ont prit la voie du nationalisme exacerbe. Pour l'instant le plan russe s'apparente plus a essayer de mettre le bordel en Europe et de profiter de la zizanie pour avancer leurs pions. Perso c'est pas un programme qui m'enchante particulièrement et je suis toujours surpris de voir des Francais soutenir ce genre d'actions. Je comprends qu'on puisse supporter le nationalisme de son propre pays mais j'ai du mal avec le support du nationalisme qui s'affiche clairement contre notre pays. Et je t'annonce tout de suite qu'ils ne préservent pas du tout la France. Va faire un tour sur RT ou Sputnik. Les soldats Français violeurs d'enfants et autre joyeuseté ça tourne en boucle.
  15. 10 points
    Bon après tout trouver des glands sur une chaine... on reste cohérent
  16. 10 points
    Difficile de dire s il a été abattu vu qu ils finissent leur vol en s écrasant.
  17. 10 points
    Un avertissement vigoureux au président américain N'attaquez pas la Syrie, il pourrait y avoir des conséquences très négatives et les Etats-Unis n'y gagneraient rien. Je sais bien que le magnat immobilier et homme de médias Donald Trump a une réputation un peu sulfureuse, mais je me demande s'il n'a pas raison sur ce coup. Le président des Etats-Unis l'écoutera-t-il ?
  18. 9 points
    Oui. D'autant plus avec son AESA, le Meteor, Spectra, et son allonge supérieure à celle du Typhoon, notamment grâce aux bidons supersoniques (qui, on le sait maintenant, permettent même avec 3 bidons de 1250L le supersonique à mach 1.7 avec des facteurs de charge de 5.5G). Le seul domaine dans lequel l'EF surpasse le Rafale c'est l'interception BVR haute altitude et haut mach, parce que l'avion dégrade peu son énergie en virage soutenu dans ces conditions, et est réputé mieux conserver une vitesse plus importante. Et c'est tout. Pour tout le reste, du BVR au WVR jusqu'au BFM, du bas subsonique au bas supersonique, le Rafale a démontré qu'il était soit équivalent soit supérieur du fait de sa maniabilité et de ses capteurs. L'EF n'est au pire que très marginalement supérieur sur certains domaines comme par exemple sur le taux de montée à 15000 mètres (sauf que sur ce genre de scénarios il faut prendre en compte le temps de décollage sur alerte depuis le sol, et là... LOLILOL) Et à longue portée, l'armement air-air est désormais le même. Seule la volonté française de ne pas qualifier une config à 4 Meteor permettrait encore de dire que le Typhoon est mieux armé puisque sur le papier une configuration à 6 Meteors + 3 bidons et 2 missiles à courte portée est possible. Mais dans les faits, il y a de la place sur Rafale pour 8 missiles air-air dont 4 Meteor et 2x2 Mica EM/IR et 3 bidons de 1250 litres. Le point 3 n'est a priori pas ouvert pour un missile aussi lourd que le Meteor. Sur Typhoon dans les mêmes conditions ce seraient 3 bidons de 1000L, 6 meteors, et 2 missiles short range (sidewinder, Asraam, Iris T). Je ne sais pas quelles sont les qualités dynamiques du Typhoon dans ces conditions, mais son allonge doit être inférieure. Et il n'a rien entre la très longue et la courte portée. Première image en haut à gauche pour la config 6 Meteors (ici 6 AMRAAMS) sur Typhoon. (Car oui, n'oublions pas que le Meteor a été conçu pour avoir le même encombrement que l'AMRAAM et tenir dans les emports semi-ventraux du Typhoon) Comme le mentionne @Darkjmfr au dessus, rapport de l'évaluation Suisse sur la police de l'air: Certains ont argumenté que la police de l'air était la moins demandeuse de performances, la belle affaire! Il n'en reste pas moins que dans les domaines clés de la détection, identification, acquisition, servant à obtenir une solution de tir, le Rafale domine. Pire, dans le domaine de la réaction rapide sur alerte, le Rafale obtient 8.5 sur 9 quand le Typhoon est à 6. "Le lièvre et la tortue", ça ne te rappelle rien? *** Quant au fameux "two ways datalink" seule planche de salut des trolls anglo-saxons argumentant de l'infériorité du Rafale, les pistes très solides générées par le radar du Rafale le rendent inutile dans l'immédiat, même si ce sera une réalité avec le standard F4 et que les missiles sont identiques. Pas le plus dur à intégrer donc. Et quant au HMD, le Rafale est d'ores est déjà compatible avec ce genre de systèmes qui ne demanderont par ailleurs pas des plombes pour être pleinement acquis et utilisés par les pilotes. En quelques semaines ou mois au pire, les pilotes de Rafale auront pris le pli. C'est un manque oui, mais il pourrait sans doute être traité dès à présent en urgence opérationnelle. Mais quand on parle des modes d'un AESA et de sa bibliothèque, qu'il faut raffiner pour les uns, et enrichir pour l'autre, là il faut voler beaucoup, s'entraîner beaucoup, et aller absolument partout renifler le c*l de tout le monde... Ça peut prendre du temps. Alors il n'est pas infondé de dire que le RBE2 AESA qui a déjà 6 ans dans les forces et 3 ans en nombre significatif, ET qui a été enrichi dès le départ de la bibliothèque du RBE2 PESA, a une avance TRÈS sérieuse sur son concurrent. Le Captor E part de pas loin de zéro. Ça change que personne n'a besoin d'avions surnuméraires. Pourquoi remplacer des système arrivés à pleine maturités et que les pilotes connaissent parfaitement (M2000-5)? D'autant plus que ces avions pourront aisément être remplacés par des Rafales déjà en unités et équivalents à supérieurs en défense aérienne et interception? (sauf sur la vitesse maximale en palier) Pour faire plaisir aux allemands qui EUX ont BESOIN de remplacer leurs Tornados? D'autre part la rationalisation des flottes est plus qu'un enjeu purement logistique. Surtout pour des pays qui sous-investissent dans leur défense de façon chronique comme l'Allemagne. Parce que justement on a pas besoin d'un avion "spécialisé A2A" quand on a déjà le Rafale qui fait amplement le job à ce niveau, et est même supérieur à l'EF sur une partie du spectre? Non on créerait juste une autre chaîne logistique ex-nihilo, pour un avion cher, au concept daté, arrivé déjà presque au bout de son évolution, qui ne tient pas ses promesses, est une reine des hangars, est abandonné et sous-financé par les pays partenaires de son programme, dont les nombres sont sabrés dans les forces aériennes qui l'emploient, avec des avions envoyés au REBUS voire à la CASSE après à peine 12 an de service (imaginez la même avec le Rafale le scandale que ça ferait!!!) et coûte un bras à l'entretient. Pour ceux qui sont coincés avec, ils peuvent se tourner vers le F-35 pour faire pire que pire (version soft: "l'épauler", version hard "le remplacer", parce que oui, sur le papier, quand on a des F-35 on a pas besoin de Typhoons) nous, nous n'avons pas besoin de ce genre de pitreries. Il l'est quand on prend la totalité de ses capacités en compte et de ce qu'elles permettent pour générer une solution de tir suivie d'un tir, même uniquement en air-air. Les capacités dynamiques du Typhoon lui permettront d'avoir un léger avantage en engagement pur, mais de peu. Relire l'évaluation Suisse. Et oui le Typhoon a de belles qualités, mais elles sont insuffisantes pour justifier son achat quand on a des Rafale. Sauf si on s'appelle "Qatar" bien entendu. Cas unique au monde, et lié à des intérêts très politiques. Le cas de son AESA est emblématique: le repositionneur est bien joli, mais les antennes conformes du Rafale F4.2 vont rendre ce concept totalement surfait.
  19. 9 points
    C'est surtout devenu un repaire d'antifas qui font pousser du shit et élèvent des bêtes non vaccinées, non suivies médicalement, ne paient ni impôts ni taxes, sont totalement hors-cadre, sans numéro SIRET etc... Cela s'appelle une zone de non-droit. On est loin de la tentative de monter une coopérative agricole bio. J'ai une amie dont la famille habite à proximité immédiate, les nuisances subies par le voisinage sont bien réelles, et les problèmes sécuritaires à l'avenant. Aujourd'hui pour la question de "l'après-ZAD", il y a deux solutions: soit les gens qui ont vendu leur terrain/maison à Vinci veulent récupérer leur bien. soit ils veulent le laisser à Vinci. Parmi les gens qui sont partis et veulent récupérer leur bien: ceux partis de leur plein gré rachètent plein pot avec une décote pour faciliter leur réinstallation. Vinci prend en charge les frais si leur habitat a été détruit par les actions de l'entreprise pour préparer le terrassement. Ceux qui ont voulu rester mais ont du vendre sous la pression rachètent avec une plus grosse décote au titre du préjudice moral et financier, puisqu'ils auront du engager des frais pour se reloger voire se reconvertir. Vinci prend en charge les frais si leur habitat a été détruit par les actions de l'entreprise pour préparer le terrassement. Les gens (très rares!) propriétaires qui ont refusé de partir et ont vécu avec la ZAD regagnent la pleine et entière propriété de leur bien. Et donc la responsabilité de ce qui s'y passe. S'ils ne sont pas en mesure de faire cesser des activités illégales qui y auraient lieu, ils se doivent de faire intervenir les forces de l'ordre et de saisir la justice le cas échéant. Ne pas le faire les exposant à des poursuites, exactement comme si monsieur Lambda décidait d'inviter des mafieux colombiens à faire pousser de la coca dans le jardin de son pavillon de banlieue! Ce que Vinci fera de ses terrains s'il en conserve, c'est un autre débat. À AUCUN MOMENT DANS CES HYPOTHÈSES LES SQUATTEURS N'ONT LEUR MOT À DIRE. ILS NE SONT PAS CHEZ EUX. Argumenter qu'ils ont "empêché" le chantier de se faire et devraient donc recevoir une compensation de la part des propriétaires légitimes s'assimilerait à du racket pur et simple, malgré le poids politique de leur action. C'est triste pour eux, oui, mais si l'objectif était de bosser dans une coopérative bio, voire d'en monter une, ils devraient y arriver. Dans certains coins de France ça pousse comme des champignons. Par contre, c'est du boulot. Et on ne peut pas amadouer les inspecteurs du travail et les contrôleurs du fisc en jouant du jembé. Finalement, je les trouve très "ultra-libéraux" tendance capitalistes sauvages, "les régulations on s'assoit dessus" "les impôts c'est pour les autres" etc, ces "anarchistes antifascistes" "no pasaran" "on va partager les richesses". Pas vous?
  20. 9 points
    Pour la nouvelle loi, il faut croire qu'en Syrie, il est plus simple de changer de peuple que de changer de président...
  21. 9 points
    Oui, mais ils ont été tirés par les anglais . Rien que ça ça doit changer la SER des missiles
  22. 9 points
    J'ai l'impression, qu'il y a eu beaucoup de bruit pour rien. Les russes ont laissé l'occident détruire quelques cibles syriennes. Tout ça, sent l'arrangement entre puissance au dépend d'un turbulent allié, les différentes parties jouant leurs partitions dans le jeu diplomatique et médiatique. Après libre à chacun d'entre nous de voir ce qu'il a envi de voir.
  23. 9 points
    Du coup est ce je fais ma déclaration d'impôt ou c'est inutile ????
  24. 8 points
    L'hybridation sert à compenser la dérive de la centrale inertielle. Ca ne sert pas à l'initialiser. Le calage initial de la centrale, au démarrage de l'avion, doit se faire selon un référentiel connu de façon à ce que cette centrale se retrouve dans la situation qui aurait été la sienne si elle n'avait pas été stoppée. Sur la terre ferme les coordonnées du point de stationnement et l'axe d'orientation de l'avion suffisent. En mer il faut en outre prendre en compte la vitesse et les accélérations en roulis et tangage puisque l'avion est en mouvement par rapport au référentiel terrestre. D'où la recopie des paramètres d'une centrale inertielle de référence, celle du porte-avions.
  25. 8 points
  26. 8 points
    De fait. Je n'aime pas du tout certaines réponses de Macron devant le parlement européen ce matin, rapportées plus haut par @jojo (lo savoyârd) C'est placer la question sur le terrain de la morale. Or, ayant reçu bras dessus bras dessous l'autocrate saoudien, qui tue par milliers les civils du Yémen et organise une famine artificielle pour les mater, on n'est pas exactement en bonne position pour se draper dans la morale. "On vous connait à vos amis", comme le disait Donald Trump dans son discours annonçant le début du raid du 14 avril - il ne croyait pas si bien dire, sans doute. L'argument du droit est ici utilisé de deux manières : - Par le mensonge, réitéré par Macron devant le parlement européen après l'avoir déjà proféré devant les Français dimanche soir, comme quoi le raid du 14 avril aurait été conforme au droit international - le fait est que c'est faux - Encore plus pernicieux sans doute, Macron après avoir assimilé devant les Français la communauté internationale (l'ONU compte 193 Etats membres) au seul trio du raid sur la Syrie c'est-à-dire aux seuls pays de l'OTAN, assimile le droit à un "camp". C'est-à-dire qu'il affirme de façon totalement éhontée que certains pays ont par nature le droit pour eux Ici, nous allons au-delà de l'hypocrisie, même massive, dont La Rochefoucauld disait qu'elle est "l'hommage que le vice rend à la vertu". Nous sommes dans la théorie du "ma volonté est par essence juste, parce que c'est la mienne". C'est le cri du croisé, du djihadi, du révolutionnaire et du totalitaire : "Gott mit uns". Du fanatisme, purement et simplement.
  27. 8 points
    Je ne savais même pas, et je le dis sans ironie, que les Brits avaient encore des sous-marins capables de prendre la mer... C'est une bonne nouvelle pour eux.
  28. 8 points
    Elle est balèze quand même l'armée syrienne, alors que ça fait des décénnies que le ciel syrien est un gruyère pour les appareils israéliens qui violent sans cesse l'espace aérien de ce dernier pour bombarder en profondeur divers objectifs sans être généralement réellement inquiétés (le F-16 restant une exception) , on se retrouve désormais à 70% d'interception de missiles de croisière avec des systèmes datant des années 70 !
  29. 8 points
    Ridicule. J'espère que la prochaine fois on reprendra celles qu'on a refilé à d'autres margoulins bien plus salauds que Bachar. Et aux meutes de courtisans sans importance qui l'ont eue après un caprice.
  30. 8 points
    Les effets de politique internationale de ces frappes je les résumerais ainsi : Personne (d'important...) n'a été humilié, encore moins agressé, bien au contraire - Il était essentiel que l'avertissement clair de Gerasimov le chef des armées russes en mars comme quoi la mort de soldats russes sous des attaques occidentales provoquerait une riposte de Moscou soit entendu. Il l'a été, la ligne rouge de la Russie a été respectée, grandes précautions ont été prises de ne toucher aucun militaire russe - En sens inverse, avoir frappé des sites présentés comme liés au programme chimique clandestin syrien sauve la face des pays qui avaient annoncé une riposte dans ce cas, les Etats-Unis et la France - Cela répare aussi l'humiliation britannique d'avoir subi une attaque chimique russe sur leur territoire à laquelle il leur était fort difficile de répondre directement. Avoir tiré au missile sur des installations chimiques d'un pays protégé par la Russie, sans que Moscou ne puisse l'empêcher, est une réponse adéquate sur le terrain de force où se situait l'attaque chimique de Salisbury Tout le monde s'est cependant vu placé devant certaines limites de son pouvoir - La Russie peut dissuader même la superpuissance d'attaquer ses militaires, elle a pu créer une situation où les Etats-Unis ne peuvent raisonnablement remettre en cause la victoire de la Syrie contre les islamistes que Moscou a aidé à créer. Cependant, certaines proclamations exagérées de pouvoir protéger au-delà de soi-même contre la superpuissance, certaines interprétations d'ailleurs semi-délirantes comme quoi la Russie serait de nouveau une superpuissance... sonnent plutôt creux désormais - Les Occidentaux peuvent attaquer tous les pays qu'ils souhaitent et leurs armes classiques sont pratiquement imparables. Enfin tous les pays, sauf ceux qui comptent vraiment, bien sûr ! Pas la Russie, de toute évidence. Non plus que la Corée du Nord ni l'Iran, pour cause d'armement nucléaire et de levier sur le détroit d'Ormuz respectivement. Et le résultat de la guerre civile syrienne, la victoire du gouvernement sur les forces islamistes et djihadistes, ne sera pas remis en cause Personne n'a été agressé ? Personne... d'important, s'entend. L'effet de long terme sur la prolifération nucléaire est sujet à caution - Ces frappes, en dehors de leur effet démonstratif et de dissuasion sur l'utilisation d'armes chimiques, sont aussi une (nouvelle) publicité de l'intérêt pour un Etat à acquérir le genre de protection contre des bombardements et d'autres interventions de la superpuissance dont disposent Russie, Chine ou Corée du Nord. Bref, l'arme nucléaire. - Bien sûr, il ne suffit pas d'être motivé pour réussir à constituer un armement atomique... La destruction par Israël du réacteur nucléaire syrien de Al Kibar en 2007 en fut un rappel. Il est possible que la publicité supplémentaire en faveur de la prolifération nucléaire qu'a constitué le raid du 14 avril n'ait guère d'effet, par manque d'opportunité pour agir. Il s'agit cependant d'un risque Et pour la France - Positif = Démonstration de force et de capacité technique, du fait que la France "peut mordre", préventivement utile dans le contexte international dégradé actuel Contribution à la limitation du raid aux seules capacités chimiques clandestines syriennes, dans le sens défendu par le général Mattis à la suite de la France, aidant à contrebalancer les pressions pour une extension inutile et dangereuse des objectifs Avertissement contre de nouvelles utilisations de l'arme chimique, en Syrie ou - surtout - ailleurs - Négatif = Violation du droit international, inconvénient particulièrement ennuyeux pour une puissance qui n'est pas du nombre des superpuissances Publicité en faveur de la prolifération nucléaire, moyen le plus sûr pour un pays de se sanctuariser contre les bombardements - A surveiller = Le risque d'être embringué dans des attaques plus larges contre la Syrie, risquant au pire un affrontement armé avec la Russie ou une nouvelle chance pour les islamistes et les djihadistes, semble maîtrisé pour l'instant Il demeure nécessaire de s'en garder, car les forces poussant à l'affrontement n'ont certainement pas dit leur dernier mot
  31. 8 points
    Je ne sais pas si tu as vu le match en Syrie, mais vu comment le régime syrien appuyé par la Russie et l'Iran ont repris un paquet de terrain au niveau du territoire national, je me demande bien où les occidentaux ont empêché cela de manière concrète... Les occidentaux en sont revenu des groupes rebelles qui sont quasiment tous passé chez les islamistes... On s'est surtout focalisé sur Daesh. Donc oui vu le terrain repris par le régime, j'ai des doutes sur ta vision... Sans le chimique la reprise du terrain est possible comme on a put le voir ailleurs... Alors bon... Je pense surtout que les russes subissent les conneries du régime qui n'a pas apprécié de ne pas être invité à la réunion entre russes, iraniens et turcs. Moi je pense surtout que le régime syrien n'aide pas beaucoup les russes... C'est pas non plus la grande romance entre Poutine et Assad... Il y a la politique étrangère ou l'on parle sur scène, et il y a la diplomatie en coulisse. Moi je crois surtout que les occidentaux ont compris que s'était plié en Syrie avec trop de barbus hystérique et des alliés ayant joué un jeu trouble ( à l'instar du régime avec les russes) mais que les armes chimiques c'était pas possible. Surtout quand on observe que les russes ont largement maîtrisé le commandement et le soutien à l'armée syrienne. Mais pourquoi ce pb d'armes chimique te pousse à croire que c'est un prétexte ? La Chine compte employé des armes chimique pour envahir le Vietnam ? Non je déconne . Allez je sors ....
  32. 8 points
    Ce ne sont pas des missiles de croisière, ces images de missiles air air apposées par le bataillon de Trolls qui pullulent sur la toile sont là pour faire de la contre communication, de la propagande et des autosatisfactions. On a même eu droit au drapeau de la France libre avec la croix de Lorraine
  33. 8 points
    Ça veut dire qu'ils n'ont que ça à montrer et qu'ils n'ont pas abattu de missiles occidentaux.
  34. 8 points
    Ca sert à quoi de garder des M2000-5 si c'est pour les laisser sur le parking et prendre des Rafale chaque fois que c'est "pour de vrai" ? La supériorité aérienne c'est le coeur de métier des -5, ils ont encore de beaux arguments à faire valoir dans ce domaine, et le branleur de manche qui monte dedans est un expert dans ce genre de mission. Par ailleurs ils étaient essentiellement là pour protéger les gros culs (tankers et AWACS).
  35. 8 points
    En tout cas en termes de planification / coordination c'est une opération de haut vol. Une vraie démonstration de puissance et de savoir faire. Trois zones de tir : Mer Rouge, Golfe, Méditerranée. Synchronisation des vecteurs : surface , sous-marin, air Pratiquement toute la Med utilisée par les AWACS et ravitailleurs, couverture de ceux-ci par chasseurs. Il semble qu'une F100 a participé à la couverture ainsi que des chasseurs US partis des bases espagnoles.
  36. 8 points
    Encore une victoire de SPECTRA!
  37. 8 points
    L'efficacité historique des armées arabes est bien connue... Surtout équipées de matos ruse.
  38. 8 points
    Bravo, c'est exactement le genre de raisonnement des terroristes tuant des civils car ils sont passivement complices indirects de ce qu'ils considèrent comme des crimes. En Syrie, les gens sont mobilisés, c'est leur devoir et sinon c'est la désertion qui peut coûter cher. Et quand on t'attribue un poste, tu ne peux pas faire pas la fine bouche en disant préférer garder une maternelle. Pour ma part, toute les morts, sauf celles de criminels condamnés en procès équitable me désolent. Et encore, on pourrait discuter de la peine de mort et de l'équité de la justice ...
  39. 8 points
    Douter de son gouvernement en France c'est une tradition Douter de son gouvernement en Russie c'est une trahison
  40. 8 points
    Car dans la proposition russe il est refusé qu'un auteur soit designé à la fin. Forcément...
  41. 8 points
    Un coup à s’emmêler les pinceaux tout ça...
  42. 8 points
    Donc, en gros , l'allemagne et l UK arrive pas à se mettre d'accord, pour un 'simple' radar. Et on veut refaire un avion de combat à l'echelle europeenne tout en diluant nos competences, savoirs faire et souveraineté???? A oui, super idée, il y a qu'à voir le succès de l'eurofither
  43. 8 points
    Et le sale gosse est déjà menteur et préfère devenir voleur et dealer plutôt que de faire l'effort de devenir un bon professionnel.
  44. 8 points
    Pour tous les missiles, le propulseur est avant tout un accélérateur qui ajoute une vitesse (quasiment constante) à celle du vecteur au moment du tir. Donc, déjà, parler de Mach 4 ou Mach 3 ne veut pas dire grand chose sans préciser le contexte ; Accélération ou vitesse terminale ? Pour certains missiles, le propulseur est façonné de sorte qu'il ne brûle pas avec la même constance. Le début de la combustion sert à obtenir une accélération, puis le régime est réduit (poussée plus faible en jouant sur la forme du front de flamme) pour entretenir la vitesse obtenue. Ce sont ce qu'on appelle des propulseurs à double régime. Pour autant, la phase d'entretien de la vitesse est courte, de l'ordre d'une dizaine de secondes, parce que par la force des choses il n'y a plus grand chose à brûler après l'accélération. Ou alors il faut accélérer moins fort, et donc aller moins vite pour pouvoir entretenir cette vitesse plus longtemps. C'est là qu'intervient le Meteor. La tuyère de son statoréacteur contient un propulseur à poudre qui lui donne l'impulsion initiale (accélération). Puis ce stato entretien la vitesse (ou la modifie, augmentation comprise) pendant un temps beaucoup plus long que la dizaine de secondes d'un propulseur à poudre. Du coup il accélère quasiment aussi bien, mais ralenti beaucoup plus lentement et maintien par conséquent un haut niveau d'énergie beaucoup plus loin qu'un missile classique. Qui dit haut niveau d'énergie dit forte capacité de manoeuvre, et c'est pourquoi le Meteor a une NEZ (mais aussi une portée) largement supérieure aux missiles à propulseurs pyrotechniques.
  45. 8 points
    Le F-35 aura son film "F-35" réalisé par M. Night Shyamalan auteur du "sixième sens" et de "Signs". Son but explorer les profondeurs du complexe militaro-industriel. “Remarkable. A tour de force,” hailed Richard Roeper of the Chicago Sun-Times. “The plot was crafted so meticulously that he fooled an entire defense industry into thinking that the plane would actually work.” Ca semble pas mal.
  46. 8 points
    Bonne nouvelle pour Donald Trump, sa popularité va augmenter.
  47. 7 points
    Les taoistes ont une très belle notion, le Wuwei ou le non agir qu'on pratiqué de nombreuses générations d'empereurs chinois. Souvent ne rien faire est la meilleurs politiques qui soit, et dans l'absolu il va falloir se rendre à l'évidence que les interventions à répétitions dans cette région du monde ne fait qu’aggraver la situation à chaque une d'entre elle.
  48. 7 points
  49. 7 points
    Il y a une grosse différence entre l'espace en système métrique et en système impérial.
  50. 7 points
    Un coup d'Etat qu'il a sans doute un peu favorisé et contrôlé et une bénédiction pour se débarrasser de toute l'opposition.... il peut dire merci au coup d'état des pieds nikelés.