Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Leaderboard

Popular Content

Showing content with the highest reputation since 12/29/2021 in all areas

  1. Dans mon nid, on ne fait pas de Politique: parce que ça me casse les cou*lles. (Rien de personnel dans le propos, je précise) Après, je vois et je lis plusieurs choses intéressantes dans tout ceci: 1/ La mobilisation russe est un fait indéniable, son volume - certes important - n'est pas une première... et ne sera pas une dernière. 2/ Les exercices en cours (VMF/VKS/VS) sont une réalité tangible dont... une bonne partie sont annoncés de longue date. Après, les lieux de leur réalisation ne sont pas anodins. 3/ Militairement parlant, si la Russie voulait REELLEMENT balayer l'Ukraine: ce serait déjà fait et (presque) personne n'aurait eu le temps de broncher (même avec de la bombe lisse et du T-72: il y a quoi en face? Rien ou presque... n'en déplaise à certains). Dis autrement, vu la concentration "normale" de matériels à proximité immédiate de l'Ukraine, les russes avaient largement de quoi balayer Kiev sans faire une telle pub et attendre un armement plus conséquent en face. Il y a des TB2 en Ukraine? Oui, 12 appareils... directement, l'équilibre des forces est foutu hein 4/ Politiquement parlant, il n'y a rien ou presque qui tient la route... Pourquoi se mettre à dos l'UE maintenant? Alors que les russes mettent le pressing pour l'homologation de NS2? Ce serait complètement c*n de la part des russes. L'effet des sanctions? Mouais, elles ne font pas du bien, mais l'économie russe est largement passée outre... on reparle de l'excédent budgétaire fédéral russe de 2021? 5/ Sociologiquement parlant, les russes (la société) NE veulent PAS se battre contre l'Ukraine ou n'importe qui d'autre... (Ils ont d'autre priorités comme tout le monde). Par contre, ils veulent des garanties que l'on va arrêter de les prendre pour des c*ns deux minutes avec de fausses promesses et/ou des accusations à la c*n (non pas qu'une partie de celles-ci ne sont pas justifiées, ne me fais pas dire ce que je n'ai pas dit). 6/ Médiatiquement parlant, là on atteint un climax. De toutes parts, on donne la parole à des gens qui n'en touchent pas une et on n'écoute pas assez ceux qui devraient l'être... Accessoirement, on est tombé dans une espèce d'hystérie médiatique où l'on a l'impression qu'il faut une bonne guerre pour l'audimat avec des gros méchants bien costauds (ouais, le Talibans, ce n'est pas sexy hein...). On parle potentiellement d'une guerre avec une puissance nucléaire, désolé si je ne partage pas l'enthousiasme de certains (ailleurs et... ici). Par contre, et AMHA: la situation actuelle n'est pas neuve et ne va pas aller en s'arrangeant. Il est temps de refondre complètement les relations UE/Russie ainsi que OTAN/Russie (je rappelle à certains rêveurs que l'OTAN est clairement identifié comme menace PRINCIPALE pour la Russie dans sa doctrine militaire). Sans cette refondation, on finira un jour par se mettre sur la gueule. Oui je sais Crimée et Donbass: ce sont des points qui devront in fine être solutionnés à un moment donné... mais pas dans le contexte actuel. On manque de véritables hommes/femmes d'état que pour ce faire ainsi que de sang froid. Et ce, que ce soit avec ou sans Poutine. Ce serait un autre mec à la tête de la Russie (sauf un Eltsine: trop beurré que pour être dangereux) que la situation actuelle serait identique... et je ne relève même pas le point sur "la Russie a peur d'une démocratie en Ukraine" ou "la Russie a le PIB de l'Italie": aligner des poncifs sans les mettre en perspective, c'est le meilleur moyen de se prendre un Boulava sur la gueule sans comprendre pourquoi on en est là Bref, lisez et comprenez ce que vous voulez dans mon propos (alors qu'il n'y a rien à en conclure sur mes opinions perso, qui n'ont certes aucun intérêt ici ou ailleurs) mais mettez les choses en perspective. TOUJOURS. Que ce soit en ce qui concerne la Russie ou n'importe qui d'autre... #My2Kopeck
    28 points
  2. D'après le cousin de la femme du gardien de nuit du parc attenant au siège de Saint-Cloud: L'affaire est verrouillée depuis une dizaine de jours ...
    19 points
  3. Rafale International
    18 points
  4. Moi il me fait penser à Clint Eastwood dans « Impitoyable » : au bout du rouleau, plus de souffle, dépassé, mais quand faut y aller il y va et fait le boulot que pas grand monde peut faire. Je suis tombé là-dessus ce matin : Un jour dans un train en Provence, un Anglais, un Français et une jolie Norvégienne sont dans le même compartiment d'un train. Ils roulent comme ça, sans se parler, depuis des heures quand un tunnel vient plonger le train dans l'obscurité la plus totale. On entend alors un bruit de bisou immédiatement suivi d'un bruit de baffe dans la face. Quand le tunnel se termine, que la lumière revient, le Français et la Norvégienne sont assis comme si de rien n'était et l'Anglais se tient la tête à deux mains, tête visiblement très amochée. L'Anglais se dit... "Le Français a dû embrasser la Norvégienne, elle a cru que c'était moi et elle m'a collé un pain." La Norvégienne pense... "L'Anglais a dû vouloir m'embrasser mais il a loupé son coup et embrassé le Français qui n'a pas apprécié." Le Français se dit... "Au prochain tunnel, je refais le bruit du bisou pour coller une autre mandale à cet enculé d'Anglais."
    17 points
  5. Merci pour votre soutien Une autre nouvelle qui n'avait pas été évoquée auparavant était la fuite d'informations sur la coopération sécuritaire entre la France et l'Égypte, survenue après l'entrée en vigueur du contrat égyptien, et les anglo-américains voulaient influencer l'accord, les chasseurs Rafale. les avoir, et cela a été fait lors du dialogue stratégique en août de l'année dernière, mais la conclusion de l'accord a été accélérée et il a été convenu d'activer uniquement le contrat de développement Falcon pour le bloc 52 pour 72 chasseurs conjointement avec le Portugal et non en Amérique Entre la France et l'Égypte, c'est plus que des relations militaires Le volume de formation entre les deux pays est très important ces dernières années Une exposition navale égyptienne aura lieu en décembre 2022 cette année, et ce sera une catastrophe majeure pour l'alliance anglo-américaine car l'accord naval franco-égyptien est très important. Sonar Captes 4 est très excellent, et il a été testé sur des sous-marins turcs en Méditerranée orientale, et leurs communications avec les systèmes de brouillage égyptiens ont également été perturbées.Nous n'oublions pas qui nous a soutenus jusqu'à ce moment. J'avais précédemment parlé du contrat maritime grec et du contrat EAU qui auront lieu au cours de l'année écoulée et les deux contrats ont déjà été signés.Vous constaterez que l'Egypte est celle qui a convaincu les Emirats du contrat lors de l'entraînement du Rafale dans l'exercice Zayed aux Emirats et ils ont examiné la capacité du combattant et l'excellent développement qu'il a atteint. Et le prochain est meilleur
    14 points
  6. Et bien! Une page et demie de défaitisme et de déclinisme, bravo les gars! Pour un peu j'ai cru être en 2010 et qu'on avait vendu zéro Rafale à l'export tandis que les Sea Gripen et Sea Typhoon menaient des opérations depuis les multiples porte-avions européens à énergie photovoltaïque et éolienne (il y a de la place sur le pont d'envol après tout). Sur la question du "pourquoi se priver de l'Allemagne?": parce que mieux vaut être seuls que mal accompagnés: les allemands ne nous apportent rien, et prétendent nous prendre tout. Je ne sais pas pour vous, mais moi, leur suprémacisme larvé voire larvaire, me casse prodigieusement les roustons. Comme le dit Francis Tusa, qu'ils apprennent leur place. Et elle n'est pas au top. OUI Dassault Thalès Safran et le GIE Rafale de manière générale sont le "best athlete", et si les allemands veulent remettre ça en cause et bien qu'ils fassent leur propre prototype, qu'on puisse se marrer un bon coup. Sur la question du "pourquoi l'acquisition de F-35 interdit de faire partie du NGF?": c'est simple: parce que personne ne va acheter deux avions qui font la même chose, et que quand on prétend FAIRE soi-même, on ACHÈTE pas en même temps, sinon on est pas crédible. Et oui, je mets le Japon et la Corée du Sud dans le même sac, puisque les ATDX F-3 Shinshin et K-FX me semblent tous deux répondre à la question de ces fameuses "17 technologies sur 22" que représente un avion de combat, et par conséquent à un besoin de faire exister un produit pour assurer un débouché technologique. La France n'est pas dans ce cas-là. Elle a besoin de débouchés technologiques MAIS AUSSI de moyens militaires de demeurer indépendante. Sinon pas de soucis si vous voulez participer en tant que supplétifs des USA à la future "guerre contre les aliens" en Irak (oui après Saddam et le terrorisme il faudra trouver un nouveau filon). Il n'y a donc aucune différence entre laisser nos "partenaires" acheter des F-35, et en acheter nous-même si on continue dans le même temps à faire le NGF avec eux. Et oui. Même si on achète pas nous-même des F-35, laisser-faire nos "partenaires" leur offrirait un levier délirant sur nous avec un plan B vers lequel ils pourront constamment menacer de revenir s'ils n'obtiennent pas ce qu'ils veulent, et au pire des cas ils repartiraient avec des technologies et des savoirs-faire gratuitement, exactement comme ce que Navantia a acquis sur le S-80, Navantia qui prétendait pourtant rester partenaire de DCNS sur le Scorpène sur lequel ils prétendaient aussi faire leur beurre! C'en est à un point que le "S-80" fait directement référence aux "S-60", "S-70" et "S-90" de la classe Agosta! La justice internationale a tranché en faveur de DCNS, mais ça n'a pas empêché un transfert de compétences partiel, heureusement sans effets jusqu'à aujourd'hui. On verra d'ici 1 an ou deux ce qu'il en est réellement, mais quelque chose me dit qu'il ne faut pas s'attendre à des miracles. Pendant ce temps la France et Dassault multiplient les succès à l'export. Les clients veulent que l'option française résiste et demeure accessible. L'avion est apprécié et est de plus en plus l'appareil à abattre pour les USA avec même des sorties hallucinées de LM en Indonésie qui recommande "d'acheter plutôt des Su-35 que des Rafale" à ses clients potentiels indonésiens! Nous. N'avons. Besoin. De. Personne. Ni pour des technologies (laissez-moi rire par pitié) Ni pour de l'argent que les espagnols n'ont pas, et que les allemands se contentent d'agiter devant notre nez sans jamais le dépenser, comme un zazou qui ferait le kéké avec une Ferrari de location. Ni pour l'influence diplomatique puisque ces gens mangent déjà dans la main des USA. Si vraiment nous ne pouvons rien faire d'autre que nous aligner sur les USA, et succomber nous aussi à leur influence, alors ce sera en tant que partenaire PRIVILÉGIÉ, et certainement pas en tant que sous-fifres de subalternes des USA jouant à leur profit les seconds couteaux de troisième zone, et dont la seule plus-value à l'heure actuelle est JUSTEMENT de nous rendre, éventuellement, dépendants des USA. En clair: si on doit vraiment faire notre prochain avion en coopération, alors nous devons avoir un rang de partenaire de "rang 0" avec les USA, bien plus intime que le "partenaire de rang 1" du F-35 qu'est la Grande Bretagne, plutôt que celui de bête de somme d'une allemagne qui se donne corps et âmes aux USA au mépris même de sa propre industrie. C'est même pas une affaire d'ambition ou d'arrogance ou de prétention, juste de basse logique. Et c'est ainsi que, même en imaginant un futur où la France perdrait son indépendance, on a, là encore, pas besoin de partenaires allemands pour nous accompagner. Cf: MTU qui jusqu'à preuve du contraire ne fait pas partie de CFM. (Et je n'ai pas le sentiment que CFM ait fait PERDRE de l'influence industrielle à la France, soit-dit en passant...) Fermez le ban.
    13 points
  7. Enième rappel que malgré le financement des partenaires allemand, italien, et espagnol, le Royaume-Uni a dépensé à lui tout seul autant sur le Typhoon que la France sur le Rafale. Avoir des partenaires ne permet pas de réduire le financement ! Ça veut juste dire que le programme final est plus cher, plus difficile à exporter, et plus difficile à faire progresser -- et que les retours, par contre, sont eux bel et bien partagés, donc on paie autant mais on gagne moins.
    13 points
  8. Puisqu’on est dans le HS, j’aimerais quand même savoir ce que la trouée de Fulda comporte comme mythe et malentendus. Môme, en pleine guerre froide, on m’expliquait que c’était par là qu’allait débouler les méchants soviétiques avec tellement de chars, d’artilleries et d’avions que les bons petits gars de l’OTAN seraient à 10 contre 1. Il semblait acquis que les méchants Yvan attaqueraient les premiers dans le seul et unique but de nous envahir. Or il me semble qu’en réalité le Pacte de Varsovie amassait surtout du matériel dans une optique extrêmement défensive. Il ne me semble pas que leur doctrine eusse été basée sur l’invasion de l’Ouest. A mesure que je vieillis il me semble réaliser que c’était plus l’OTAN qui adoptait une attitude offensive vis à vis des cocos. Les rouges plus ils voyaient du matos offensifs s’accumuler à l’Ouest plus ils empilaient des T72 côté Est pour résister à une offensive des grands méchants capitalistes. Sinon, pour en revenir à la Luftwaffe, à quoi ça leur sert d’avoir une bombe H dont la doctrine d’emploi est dépassée et qui ne leur appartient pas ? La réponse est simple : c’est du fétichisme. Ni plus ni moins. On parle de la force aérienne d’un peuple dont la psyché est éparpillée mais à la mémoire longue. Peur irrationnelle du Russe, culpabilité d’avoir été le peuple du mal absolu, remonté incontrôlée de testostérone du temps où ils avaient des burnes, bref un cocktail indigeste qui leur fait naître des envies et des désirs contradictoires. La B61 et leurs atermoiements concernant le F35 sont symboliques de leur histoire. Le F35 est un monomoteur Lockheed, donc l’hémisphère droit allemand est révulsé ça lui rappelle le F104 (jamais plus jamais), le F35 et la B61 sont les symboles ultimes de l’égide américaine et l’arme du guerrier absolu, l’hémisphère gauche allemand en fait des rêves humides la nuit. Au réveil, la conscience ayant pris le dessus, le cerveau allemand, tiraillé entre deux injonctions inconscientes contradictoires, décide de ne pas décider et finalement équipera un avion pas fait pour, l’EF, avec une bombe américaine. Ce qui permet au cerveau allemand de pouvoir continuer de fonctionner sans sombrer dans la folie. Bonus son surmoi se trouve flatté par le fait que ça lui permet d’évacuer son obsession française en ne lui achetant pas de matos qu’il rationalise comme étant inférieur. Ce qui nourri l’hystérie de la psyché française qui ne comprend pas pourquoi elle se fait rejeter par l’allemand alors qu’elle lui accorde tous les passes droits et que l’autre au lieu de l’aimer continue à lui pisser dessus. Bref, si ça ne tenait qu’à moi pour que la France aille mieux on les envahit, on les démembres, on vide la rhénanie de ses habitants et on y installe des centrales nucléaires et des parcs à éoliennes.
    13 points
  9. A moins que l'on ne soit en 27xx, l'Ukraine n'est pas russe depuis 1000 ans. Ce qu'il faut comprendre, c'est que tout descend du royaume de la Russ de Kiev. Si on la fait en gros traits simplificateurs : un peu comme Charlemagne, le royaume sera séparé entre les deux fils du Prince (ce n'était pas des rois). Plus tard le Sud sera envahi et dévasté par les hordes mongoles, le Nord résistera (de mémoire à Vladimir). Le Nord reconquerra le Sud aux Tatars/Ottomans lors de l'extension vers les mers chaude. Le territoire ukrainien "historique" sera rattaché sous Catherine 2 avec le traité entre cosaques zaporogues et Empire Russe et puis élargi vers le Sud et l'Est . Donc dire que l'Ukraine est russe depuis 1000 ans est factuellement faux, par contre dire que Russie et Ukraine sont Rus depuis 1000 ans devrait être correct. Notons que les deux pays se rattachent à la Rus, mais que celui du Sud, sous l'influence des régions de l'Ouest prises sur le tard se dit Rus mais différent. Je me souviens d'engueulades avec des nationalistes ukrainien prêt à me pendre quand je leur demandais quelle était la différence pour eux entre nationalisme et régionalisme.... C'est d'ailleurs amusant de voir la réécriture culturelle, surtout au Sud vu qu'au Nord le problème ne se pose pas en ces termes. Prenons un exemple, Gogol (et son livre Taras Boulba) : est ce un auteur ukrainien écrivant en russe mais décrivant les terres zaporogues et leur culture (aka Ukraine), ou un écrivant russe tout court vu que la province fait partie de l'Empire ? Une chose que ce forum ne saisit pas, et encore moins les fameux politologues experts (quant aux journaleux, n'en parlons pas), c'est l'influence de la religion dans l'affaire. si la culture "russe" est né en Ukraine actuelle, sa religion est née à KIEV. Si vous allez visiter un jour, vous passerez forcément par la Cathédrale Sainte Sophie de Kiev, et surtout par la Laure de Kiev. Dites vous bien que c'est ici que l'orthodoxie slave est née, que c'est là bas que sont enterrés et conservés les premiers moines naturellement momifiés, et que c'est un lieux de pèlerinage. En ces lieux, il y a de ferveur... De plus au moins un de ces deux monuments (la Laure) est géré directement par le Patriarche de Moscou. Je me souviens il y a quelques années sous Porochenko que les nationalistes les plus extrêmes parlaient de restreindre cet accès voire de le confisquer pour le faire dépendre du Patriarche de Kiev.... Vous imaginez l'hystérie que ça a donné dans les familles : pour Jérusalem / la Mecque, on est parti en croisade / Jihad pour moins que cela... Dites vous donc que Kiev est le berceau historique ET religieux. donc il y a énormément d'affect en plus des vues géopolitiques et sécuritaires plus cartésiennes
    12 points
  10. LoL aux postS de Jesus A le lire on croirait lire les analyses de neocons US sous Reagan Poutine n'agit pas pour la grandeur de la Russie, c'est un leurre de le croire (même si ce discours peut avoir un certain écho interne dans les cercles nationalistes et nostalgiques) Poutine n'a pas de politique différente de celle de la majorité des dirigeants russes avant lui depuis Ivan le terrible A savoir avoir un glacis protecteur qui évite les saillants dangereux donnant directement sur St Petersbourg, Moscou et le Caucase (on pourrait rajouter Vladivostok mais c'est calme de ce point de vue pour le moment) Et tenter un désenclavement maritime vers les eaux chaudes Même politique depuis des siècles parceque même réaction de l'Ouest à savoir considérer les russes comme des arriérés potentiellement dangereux pour la civilisation des lumières Cette politique n'est pas différente de celle des USA qui se créaient un glacis protecteur maritime en controlant les approches de l'Amérique du Nord et du Sud si ce n'est que la Russie n'a pas deux océans comme barrière et qu'elle doit se créer un écran protecteur d'états soit alliés, soit clients soit finlandisés, soit neutralisés Sous ce regard le controle de la Crimée et la neutralisation des l'Ukraine qui est une immense autoroute à chars est tout a fait logique Le reste c'est pour la galerie de gogos qui ne regardent jamais une carte ni ne font des analyses rétrospectives sur l'histoire russe qui a vécu 3 traumatismes majeurs au 20e siècle : intervention occidentale dans la guerre civile, invasion allemande et effondrement sous couvert d'ouverture à l'Ouest et ses valeurs en 1990 Du coup, comme les israéliens se sont construits sur la Shoah et qu'on ne le reprendra pas à aller vers les fours crématoires passivement, on ne reprendra pas les dirigeants russes à laisser des voies d'invasion faciles du pays. Point barre C'est pourtant pas difficile a comprendre
    12 points
  11. J'ai finalement mis la main sur l'article payant d'ESUT concernant le remplacement des Tornados , le début concerne ce que l'on sait déjà sur le F35 mais la fin concerne le SCAF et en particulier les relations conflictuelles avec Dassault, je vous laisse découvrir: https://esut.de/2022/01/fachbeitraege/31899/tornado-nachfolge/ Il est pour l'instant difficile d'évaluer le rôle que jouent les sensibilités de la France pour le nouveau gouvernement fédéral. Mais il semble que le ministère fédéral de la Défense ne soit guère disposé à aller plus loin dans le FCAS avec ses partenaires d'outre-Rhin. En effet, la signature du contrat industriel pour la phase 1b du FCAS n'a toujours pas eu lieu, les deux entreprises Dassault et Airbus Defence and Space ne parvenant pas à se mettre d'accord sur le champ technologique ou le pilier 1 du FCAS, le New Generation Fighter (NGF). Les Allemands craignent que les exigences de Dassault en matière de commandes de vol, par exemple, ne débouchent sur des restrictions d'accès à la technologie pour des tiers, voire sur des "boîtes noires". Cela serait toutefois contraire à l'esprit de l'approche FCAS, selon laquelle les trois partenaires doivent avoir accès à la technologie développée en commun. Apparemment, Airbus a reçu l'annonce du ministère fédéral de la Défense de ne plus faire de concessions à Dassault. Les travaux sur les six autres piliers, pour lesquels des contrats ont déjà été conclus, ne pourront donc pas commencer. Pour les entreprises concernées, cela pourrait signifier qu'elles devront payer le personnel affecté au FCAS sans pouvoir avancer dans le projet. Et les médias internationaux spéculent déjà sur le fait qu'en raison du récent contrat de plusieurs milliards de dollars pour la livraison de Rafale aux Emirats arabes unis, la France dispose de suffisamment de moyens financiers pour poursuivre seule le développement de l'avion et se retirer du FCAS. Dans ce contexte, de plus en plus d'observateurs estiment qu'il est réaliste de penser que le contrat industriel FCAS ne sera pas signé avant les élections présidentielles françaises d'avril. La ministre française de la Défense, Florence Parly, avait déclaré lors d'une audition à la fin de l'année dernière qu'elle s'attendait à une signature au cours du premier semestre 2022. Enfin, le FCAS est considéré comme un projet hautement politique, qui a été convenu au niveau de la direction par le président Emmanuel Macron et la chancelière Angela Merkel. Alors que la chancelière n'est plus en fonction, il reste à savoir qui sera le prochain président en France. Traduit avec www.DeepL.com/Translator et moi même
    12 points
  12. On n'est plus vraiment dans le sujet Loufftevaffe, mais bon. Tout d'abord, il y a un premier présupposé ici qui est "que nous ne pouvons suivre" les gros. Ah bon ? Il me semble qu'on a bien réussi à faire le Rafale, le Suffren, et Ariane 5. Ensuite, il y a un second présupposé qui est que si on abandonnait tout ça, on pourrait faire autre chose. L'expérience, amère, montre bien que non. Dans les autres domaines industriels, ceux que la France n'a pas surveillé de près au nom de la souveraineté nationale, quel est le constat ? Les entreprises françaises ont revendues leurs brevets aux Américains et leurs usines aux Chinois, parce que sur le court-terme ça faisait beaucoup de plus-value. Et sur le long terme ça les envoyait au dépôt de bilan, mais entretemps les actionnaires (en grande partie Américains et Chinois) s'en sont mis plein les fouilles donc c'était de la saine gestion selon les dogmes économiques en vigueur.
    12 points
  13. On pourra difficilement se moquer des journalistes ou de leurs stagiaires. Bon, il est plus spécialiste des coucous de la 1ère ou de la 2nde GM, mais tout de même
    12 points
  14. Je voudrais commencer ce sujet ici pour apporter un témoignage sur un des aspects les plus problématique de la 1ère guerre mondiale à savoir le reproche récurrent fait aux généraux d'avoir utiliser leur troupes sans considération pour elles. Beaucoup de témoignages existent concernant la vie des soldats ou des officiers au front mais peu de témoignages parlent de généraux. Le Général Paul Maistre n'est certainement pas le plus connus de ces généraux de cette guerre mais c'en est un des majeurs. D'autre part il est mon aïeul et mon père vient d'en terminer la biographie publiée sous compte d'auteur. Plusieurs exemplaires ont été produit dont un déposé à l'école de Saint Cyr et l'autre à la BNF. J'ai son autorisation pour vous présenter ici de large extraits de cette biographie. Ce forum en plus d'être un lieu de discussion est également un lieu de mémoire ou des passionnés se retrouvent pour partager des informations qu'ils ont glané ici et là. Parler de mon aïeul pourra certainement paraître égocentrique et orgueilleux mais les archives que mon père a exhumées sont vraiment très riches et sont passionnantes à plus d'un titre. Pour en juger voici déjà certains des faits qui ont jalonné sa carrière. Paul Maistre est un homme de son temps issue d'une famille lambda du nord est de la France, il était marié à une espagnole et leur échanges épistolaires est une des sources les plus intéressantes de sa biographie. Il est sortie premier de sa promotion de Saint Cyr, promotion dont laquelle un certaine Pétain faisait également partie. Il a travaillé avec le capitaine Dreyfus et été un des témoins de cet affaire, on verra si çà vous intéresse que s'il n'avait pas d'atomes crochus avec l'homme il ne voyait pas en lui un espion. Il a écris une étude sur la bataille de SPIECHEREN et à introduit l'art des jeux de guerre dans les armées française. En temps que chef de guerre il a participé à la plupart des batailles en France mais aussi en Italie. Son avis sur ses collaborations avec d'autres généraux et en particulier américains sont vraiment une découverte pour moi et je tâcherais de vous en dire le plus possible. Il commence la guerre en tant que Chef d'état Major de la IV armée puis prend très vite le commandement du 21ème corps. Il survit aux différentes purges de généraux pendant deux ans, prend le commandement de la VIème armée en 1917 dans laquelle il mène notamment les bataille du chemin des dames et de la Malmaison et y vit des mutinerie, puis part commander la Xème armée en Italie (épisode fort méconnu) puis fini par commander le groupe des armées du Nord. Il meurt en 1922 alors qu'il est Inspecteur Général du ministère des armées. Il n'aura jamais eu de bâton de maréchal alors qu'il pouvait y prétendre mais politiquement çà aurait fait de l'ombre à un autre maréchal. Je pourrais vous apporter des témoignages dans l'ordre chronologique mais on peut aussi fonctionner par théme ou extrait. Il y a des centaines de photos dont des photos aériennes et des plans d'état major que je mettrais en copie si çà vous intéresse.
    12 points
  15. Du haut de tes 29 messages tu commences bien l'année toi... Edit : Et j'ajouterai "T'es qui ?". Va donc faire un tour en case présentation !
    12 points
  16. C'est gentil pour lui, dommage qu'en ce qui te concerne ça mette en lumière une méthode partisane peu compatible avec la recherche de la vérité (arguments d'autorité, refus de contradiction, biais de sélection et de confirmation, etc). D'un point de vue méthodologique, donc, Tytelman comme Chuet ont des compétences indéniables qui justifient leur écoute. Mais cette écoute doit seulement venir nourrir une réflexion et non s'y substituer. Par ailleurs, l'un comme l'autre ont parfois tendance à se faire happer par le tourbillon médiatique, forcent leur talent pour ratisser plus large et occuper la scène, avec pour conséquence quelques dérapages (approximations, erreurs, etc), heureusement rares et souvent liés à des détails. Sur ce dernier point, Chuet me paraît néanmoins plus "fiable" parce que plus précautionneux dans sa phraséologie. Voilà. C'était mes 2 centimes pour dire que le monde n'est ni noir, ni blanc, et que l'esprit critique ne se limite pas à sélectionner une source, même de confiance.
    12 points
  17. Pourrais tu définir ce qu'est pour toi un "pro-russe" ? Parce qu'à titre personnel je n'ai vu que peu de troll qui chantaient du Poutine sur un air de traviata ici, et pas non plus de "pro-russe" (ce terme délimite déjà bien la vision du monde). Par contre il y avait pas mal de contributeurs originaire de, bi nationaux, marié avec, ou ayant juste des amis et/ou un centre d'intérêt qui touchait ces régions. A ce titre ils essayaient de faire comprendre que : l'autre n'était pas méchant mais avait des intérêts différent des notres, que ces intérêts étaient aussi valables que les notres (qu'ils soient bons ou mauvais, intelligents ou cons), que le poids de l'histoire et de son assimilation avait son importance, importance qui n'était souvent pas perçue (pire, ignorée) par les journalistes et faiseurs d'opinions. tu remarqueras que la plupart d'entre eux/nous n'interviennent que peu voire plus sur ces sujets... Un peu par manque de temps, surtout parce que quoi qu'on puisse dire...
    11 points
  18. Je ne sais pas ce que ça vaut, mais ça accrédite la thèse qu'il n'y a pas eu de revirement de dernière minute, l'article du Basler Zeitung juste après est encore plus interessant sur les négociations préalables à la décision, c'est bien la Suisse qui a fait des demandes tous azimuts à la France et non l'inevrse : https://www.20min.ch/fr/story/la-france-aurait-promis-3-5-milliards-a-la-suisse-pour-vendre-ses-rafales-647261373255 Avions de combat: La France aurait promis 3,5 milliards à la Suisse pour vendre ses Rafales Une enquête de «Republik» dévoile le dessous des négociations sur les avions de combat et comment la France a réagi froidement à la préférence suisse pour les avions F-35 américains. La ministre française des Armées Florence Parly (à gauche) avait rencontré Viola Amherd en mars 2021 à Berne. AFP Un article publié ce mercredi sur le site d’informations alémanique «Republik», et repris par la «Basler Zeitung», montre comment le choix des nouveaux avions de combat de l’armée suisse a pesé dans la balance diplomatique entre la France et la Suisse. Du côté de l’Elysée, on espérait conclure un contrat avec Berne pour la vente de Rafales. Au bout du suspens, le Conseil fédéral s’est finalement décidé à acheter les F-35 américains. L’enquête révèle par exemple que la France, à condition que le marché soit conclu, s’était engagée à verser à la Suisse une part plus importante de ses recettes fiscales issues des salaires des frontaliers français. Un geste qui aurait pu rapporter 3,5 milliards de francs à Berne en 30 ans. Rencontre avec Bruno Lemaire L’article lève aussi le voile sur les rouages des négociations menées en amont de la décision. Les ministres français et suisse des Affaires étrangères se sont bien rencontrés pour négocier des arrangements politiques en complément du contrat d’armement. Le ministre français de l’économie, Bruno Le Maire, s’est même rendu en Suisse fin mars 2021, apprend-on. Il a rencontré les conseillers fédéraux Ueli Maurer et Guy Parmelin, près de Berne, pour conclure des accords politiques. La Suisse aurait ainsi laissé croire à la France jusqu’à l’été qu’elle était encore dans la course. Décision prise depuis des semaines Mais l’enquête révèle également que la conseillère fédérale en charge du dossier, Viola Amherd, avait demandé, plusieurs semaines avant d’annoncer sa décision, à ses collègues Guy Parmelin, Ignazio Cassis et Ueli Maurer de cesser toutes négociations avec la France, car le choix des F-35 était déjà clair à ce moment-là. Selon «Republik», quand la Suisse a officialisé le contrat avec le fabricant américain, les autorités françaises ont rompu les contacts diplomatiques. C’est ce qui ressort d’une note confidentielle du Conseil fédéral, citée dans l’article. Il est écrit que le gouvernement soupçonne qu’il y ait un lien entre la réaction française et la décision sur les avions de combat. Enfin, on apprend encore que la France, qui préside cette année l’Union européenne, sur la base de ces négociations, avait laissé entendre qu’elle soutiendrait son voisin dans le dossier Suisse-UE. Les deux Etats avaient élaboré une feuille de route précise qui aurait permis de parvenir à des accords. Et ce, en tenant compte d’un haut degré de souveraineté de la Suisse, souligne l’article. (jba) ------------------------------------------------------------ L'article du Basler Zeitung : https://www.bazonline.ch/verstaendlich-dass-frankreich-die-schweiz-nun-ignoriert-493103384940 Analyse Il est compréhensible que la France ignore désormais la Suisse Berne et Paris ont conclu au printemps 2021 des accords sur des contreparties politiques à l'acquisition d'avions de combat. Le résultat est un désastre diplomatique. Beni Gafner Publié : 13.01.2022, 20:17 Le Rafale français a perdu en Suisse face au jet américain F-35. Photo : Keystone Avec l'avion de combat français Rafale, la Suisse aurait profité politiquement, économiquement et financièrement de la France au-delà d'un simple contrat d'armement. Les membres du gouvernement et les plus hauts cercles diplomatiques des deux pays avaient conclu des accords contraignants avant la décision de la Suisse sur le type de Rafale. C'est ce que révèlent les recherches du magazine en ligne "Republik", qui recoupent en grande partie les informations de ce journal. Ce qui, à première vue, n'a rien d'explosif, s'avère être un véritable problème au vu de la situation difficile dans laquelle se trouve la Suisse en matière de politique européenne. C'est la Suisse qui a exigé Jusqu'à présent, les médias partaient du principe que les Français faisaient de leur propre chef des concessions politiques et financières à la Suisse afin de pouvoir lui vendre leurs jets. Ainsi, la NZZ a rapporté en juin "des idées plutôt aventureuses que la France aurait déposées auprès de certains conseillers fédéraux". Or, les dernières recherches montrent que c'est exactement l'inverse qui s'est produit. Les conseillers fédéraux suisses et leurs diplomates de haut rang ont sans cesse confronté la France à de nouveaux souhaits et exigences. Les promesses orales ne suffisaient pas ; Berne exigeait des garanties écrites qui seraient automatiquement entrées en vigueur après un choix de type en faveur de la France. La France a accepté. Ce ne sont donc pas les Français qui ont fait des offres immorales à la Suisse. C'est plutôt la Suisse qui a réfléchi à la manière dont le nouvel avion de combat pourrait déployer sa force au-delà de l'aspect militaire, avant même qu'il n'atterrisse pour la première fois en Suisse. Le personnel de négociation mériterait des éloges si tout pouvait être mis en œuvre comme convenu. Or, avec la décision de type en faveur des Américains, c'est le contraire de ce qui était prévu par les départements de l'économie, des finances et des affaires étrangères, qui négociaient politiquement avec la France, qui s'est produit : Paris limite les contacts avec la Suisse au strict nécessaire. Dans ce contexte, il ne faut pas s'attendre à de la bienveillance envers Berne dans les relations bilatérales. Une occasion en or manquée Il y a six mois, le Conseil fédéral a interrompu ses négociations avec l'UE sur un accord-cadre. Depuis, la question se pose de savoir comment la Suisse peut parvenir à un accord contractuel avec l'UE dans des domaines importants tels que le commerce de l'électricité, la recherche et les échanges d'étudiants, sans pour autant devoir reprendre le droit européen. La possibilité d'y parvenir de manière raisonnable semble plus éloignée que jamais. Paris, Berlin et Bruxelles signalent que la Suisse n'a plus beaucoup de crédit auprès d'eux. Ce qui est particulièrement grave, c'est que le gouvernement d'Emmanuel Macron, en raison des négociations politiques en marge de l'accord sur les avions de combat, n'est pas seulement un peu en colère, mais se sent totalement floué. Que Paris se sente floué est compréhensible au vu des nouveaux éléments. La Suisse a perdu une occasion en or de s'entendre avec un voisin et de trouver ensuite un modus vivendi avec l'UE. Les achats d'armement sont toujours politiques. Le Conseil fédéral, à l'instar du Département de la défense, commet une erreur lorsqu'il dit qu'un achat d'avion de combat peut se faire uniquement sur la base de considérations techniques et financières, mais qu'il n'y a pas de place pour des considérations politiques globales. Benjamin Gafner est rédacteur au Palais fédéral depuis 2000. Ses reportages portent principalement sur des sujets de politique de sécurité et de migration.Plus d'infos Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)
    11 points
  19. La DGA réalise un essai majeur SCAF https://www.defense.gouv.fr/dga/actualite/la-dga-realise-un-essai-majeur-pour-prefigurer-le-prochain-moteur-du-scaf
    11 points
  20. Apparemment, c'est difficile de comprendre que sur 22 technologies essentielles pour l'avenir industriel de la France, 17 ont pu être développées grace au programme Rafale. Et c'est encore plus difficile de comprendre qu'une société qui produit des armes, n'est pas tenues de les donner gratuitement à l'état qui les lui commande, et que donc on ne peut pas dire qu'une société qui produit des armes conformes aux spécifications contractuelles, dans les temps et dans le budget et à un prix moitié de ce que les concurrents européens pourraient faire, ne vit qu'avec l'aide des fonds publics. En plus un contrat pour 80 Rafale de 16 Milliards apporte plus de travail en France que la vente de 640 Airbus A 320 ou de 800 000 automobiles produites en France.
    11 points
  21. C'est seulement le deuxième ou troisième article sur "la guerre civile arrive" que je lis aujourd'hui. Je ne pense pas que ce soit si grave que ça. Politiquement, je suis à peu près là où j'en étais dans les années 1990. J'aimais bien Bill Clinton. Si j'avais la possibilité de voter à nouveau pour lui demain, je le ferais. Le problème cependant, et je ne pense même pas que notre langage politique ait été capable de suivre tout cela, même le paradigme "droite" contre "gauche" ne le décrit pas vraiment. Je suis centriste, mais j'ai vu le parti démocrate évoluer vers ce domaine très bizarre du "woke" et de la "justice sociale". Une grande partie des choses que l'"extrême droite" Donald Trump a dites était ce que Clinton disait il y a 20 ans, et la plupart des Américains d'alors et d'aujourd'hui sont d'accord avec elle. mais le parti s'est complètement écarté des normes de base. donc, en gros, ce à quoi cela ressemble d'ici, c'est que la "fenêtre d'Overton" s'est déplacée si loin vers la gauche, que même la "droite légère" est maintenant quelque chose comme le 3ème Reich en quelque sorte. Je ne suis pas sûr que ce soit une "projection" ou non. Peut-être que cela fait partie d'un plan, d'accuser les autres de ce que vous faites vous-même. et peut-être que c'est tout simplement stupide (plus sur ce point dans un moment). J'ai vu le parti démocrate embrasser des choses qui étaient complètement exagérées, des folies "marginales". Seuls les libertaires anti-gouvernementaux extrêmes voulaient abolir les écoles publiques. Même les républicains de droite purs et durs ne voulaient pas fermer les écoles, mais dans de nombreux États et villes bleus, les écoles ont effectivement été fermées. Je connais en fait des gens qui ont quitté des États démocrates pour aller dans des États républicains, parce que même si le système scolaire n'était pas aussi bon, les écoles étaient au moins ouvertes aux enfants. Encore une fois, c'est maintenant une idée "extrémiste". Les enfants doivent aller à l'école et y être scolarisés. Quand les enfants sont à l'école, ils doivent apprendre des matières scolaires. Pas la politique. Il s'agit là encore d'une autre idée qui était si répandue qu'elle allait de soi il y a seulement cinq ans, mais qui est aujourd'hui considérée comme "de droite". Cela m'amène à la notion libertaire adoptée par les démocrates de "défiscalisation de la police". C'est une autre idée marginale extrêmement bizarre que ce parti a adoptée. Les cinglés qui défendaient cette idée ont été ridiculisés et on leur a dit de "déménager en Somalie", où le modèle de "non-application de la loi" ne fonctionnait pas. C'est ce que je veux dire par l'idée (et j'utilise déjà un traducteur, mais même en anglais je n'ai pas de mots pour vraiment décrire cela) que les noms politiques et autres que nous utilisions auparavant ne s'appliquent plus. Si vous me disiez il y a 10 ans que le parti qui voulait arrêter les écoles, et défiscaliser la police, (ce serait les types de "petit gouvernement"), et mettre fin à l'autonomie corporelle, je vous répondrais que c'était les Républicains qui faisaient tout cela pour garder leurs impôts bas, et être classiquement anti-avortement. les 10 premiers états économiques sont tous démocrates. Les démocrates sont meilleurs pour le capitalisme. Ils se sont alliés aux riches des deux côtes. La Californie, en particulier, est l'un des États les plus riches, mais elle est misérable. Les inégalités y sont endémiques et la vie y est extrêmement chère. Mon État et bien d'autres sont maintenant remplis de "réfugiés californiens", qui fuient surtout vers le Texas. Le parti de la classe ouvrière a abandonné la classe ouvrière et Trump l'a récupérée. très simple. T Michael Schellenberger, un progressiste (qui ne s'appelle plus ainsi, car même lui en a assez des nouveaux progressistes) a fait remarquer que la criminalité noire était en fait plus faible lorsque la ségrégation existait. En d'autres termes, la criminalité était plus faible lorsque le racisme systémique existait ouvertement. Je ne plaide pas pour le racisme, et le racisme systémique est mauvais. Le problème, cependant, c'est lorsque nous commençons à croire que mettre fin au racisme systémique va résoudre le problème de la criminalité. Le racisme systémique est mauvais, mais ce n'est pas un remède contre la criminalité. La Californie est un État démocrate progressiste bleu et très riche, mais même les remèdes qu'il préconise ne sont pas vraiment des remèdes. Et c'est là que réside le problème. On nous dit que toutes ces choses doivent être faites parce qu'elles vont "guérir" ces problèmes alors que nous les avons déjà essayées et qu'elles ne fonctionnent pas. Dans de nombreux cas, les politiciens américains vendent des rêves. Ils vendent la lune et les étoiles et quand cela échoue (presque toujours), ils ne disent plus "c'était notre faute, et je suis désolé". Ils disent plutôt "vous deviez faire plus. vous deviez voter plus fort. si seulement nous avions gagné juste un peu plus, nous vous donnerions ce que vous voulez" et maintenant le dernier cri est "nous vous le donnerions, mais c'est la faute de vos voisins si nous ne pouvons pas" et c'est pourquoi nous avons des articles sur les guerres civiles. Les politiciens pourraient y mettre fin demain, mais ils choisissent de ne pas le faire, car c'est trop facile à utiliser. La Californie est présentée comme un modèle alors même qu'elle commence à sombrer. Beaucoup de membres du parti démocrate pensent que si nous pouvions tous être californiens, tout irait mieux, mais même la Californie n'est pas à la hauteur du rêve californien. Donc nous avons essentiellement décidé de mettre le cap sur une "île paradisiaque" dont nous savons déjà qu'elle n'est même pas paradisiaque. Le parti démocrate est devenu encore plus égorgé que les républicains les plus vicieux du marché libre. Il est essentiellement devenu le "bon flic" des riches sans pitié qui disent toutes les bonnes platitudes, et intensifient une campagne de propagande selon laquelle ils étaient tout ce qu'ils disent, et non ce qu'ils sont réellement. Beaucoup de gens y croient, c'est donc une bonne chose pour eux, je suppose, et une mauvaise nouvelle pour les "petites gens" qui confondent la "justice sociale" avec une véritable réforme de la justice pénale et d'autres mesures concrètes et finales. et je dis cela en tant qu'ancien démocrate. Merci d'avoir posté les articles de Matt Taibbi, je pense qu'il est merveilleusement informatif et qu'il essaie d'éduquer sur des sujets très compliqués.
    11 points
  22. Pour l'Allemagne historiquement et idéologiquement, il était préférable à la fin de la seconde guerre mondiale d' accepter l'occupation américaine , d'épouser le point de vue américain que d'admettre que deux peuples voisins qui se sont toujours dressés contre leurs hégémonie les occupent et procède à une dénazification... ce n'est par rien que dès que le régime d'occupation s'est assouplie, les dirigeants allemands se sont empressés de mettre Adenauer à la retraite ( jugé Trop européen, trop pro- français et pas assez pro-us), c'est le début du cheval de Troie européen*. Il y a eu des avions français et britanniques qui ont été pris en compte par la Luftwaffe, mais à mon avis cela a été effectué pour faire plaisir à deux forces occupantes. La sélection du F-104 au détriment du M III, même entachée par un scandale financier, n'était que le début d'une prise en main de Luftwaffe par les Américains...canadair Sabre, F-104 et F-4, le Tornado tout comme l' Eurofighter ont été acceptés par les Allemands que comme moyen de pouvoir à terme possédés des technologies clefs pour pouvoir jouer dans la cour des "grands". Ne pas oublier aussi que les officiers et pilotes de la Luftwaffe sont formés aux USA, donc idéologiquement, ils sont déjà formatés pour les appareils américains, même s'ils savent que les appareils acquis seront de moindre qualité que leurs homologues américains( F-4 Allemands avec radar de F-8 ), en gros ils souffrent pour être assez simplistes d'un complexe "Pavloviens" pour tout ce qui provient des USA. *Tropisme pro US qui procède aussi qu' une grande partie de la population américaine de l'époque était issue de l'Allemagne ou de pays nordiques donc "racialement" plus acceptable qu'une occupation russe et Française et idéologiquement préférable qu'une occupation Britannique, un "peuple" qui s'est dressé contre un peuple "frère"... Ne pas oublier aussi que le BND est une création des américains avec "l'aide" d'anciens du réseau Canaris et d'autres sinistres personnages trop heureux de se racheter une virginité sociale et politique. Avec tout cela ne nous étonnons pas de l'attitude Allemande et surtout de leurs politiques qui ont une morale perverse. Pour les Allemands de l'Est le problème est exactement le même que pour beaucoup de dirigeants d'Europe de l'est, ce sont les Américains qui les ont délivrés des rouges donc allégeance d'office... Ouf: j'espère que vous m'avez compris, j'ai du mal parfois à coucher mes idées sur papier ou ordinateur.
    11 points
  23. Ferry a été un mauvais ministre et depuis lors, il pérore avec Red Dany sur une émission de début de soirée. Niveau parole indépendante, je peux trouver un vieux cousin fanamili en Corse, il me dira pareil et avec l'anisette offerte.
    10 points
  24. @Lordtemplar on en a déjà discuté, il faut trouver la place pour mettre ce genre de bébé : Pour chaque brin d'arrêt, donc x 3 au minimum. Ce sont les presses de brin d'arrêt (du CDG en l'occurence) qui permettent d'absorber l'énergie et de stopper l'avion. Voir : http://www.netmarine.net/g/dossiers/appontages/ Du coup, il est impossible de trouver une réserve de place aussi conséquente à bord d'un navire qui n'a pas été conçu pour ça
    10 points
  25. C'est vrai que, dit comme ça, ça ressemble à une mauvaise blague (climatique, pas aéronautique).
    10 points
  26. @gargouille Bah en l'occurrence oui, c'est une manipulation puisque ça n'a, jusqu'à preuve du contraire, jamais eu lieu. Et même si ça a eu lieu, il n'y a absolument aucune vérité absolue à tirer d'une confrontation entre un avion à peine entré en service et un avion bien maîtrisé par ses cochers ! (parce que sinon je peux aussi faire la liste de toutes les roustes que ce sont pris les premiers Rafale M lors de leur entrée en service.) Mais on va pas encore une fois refaire cette histoire. De manière générale, et je l'ai déjà dit par ailleurs, je pense également que le Rafale se présente aujourd'hui comme la principale alternative crédible aux avions de Lockheed Martin. Pas uniquement la "principale alternative occidentale", mais bel et bien la "principale alternative tout court". Et si pour les fanboys français ça peut sonner comme une évidence, c'était encore loin d'être gagné il y a quelques années ! Pour moi, ça tient à une série de facteurs concordants: D'une part, à force de vouloir absolument coller des avions Lockheed Martin de partout, le département d'état US a fini par plomber la crédibilité de Boeing à l'export. Certes, l'Advanced Eagle est là, et va bénéficier un peu des commandes passées par l'USAF, mais le Super Hornet semble définitivement coulé par le F-35. Finalement, en FMS, il ne reste que deux alternatives: le F-35 (ou éventuellement le F-15X) en option lourde et très coûteuse, et le F-16V en option légère meilleur marché. Le Super Hornet étant hors jeu à l'exportation, le segment de marché du biréacteur intermédiaire est virtuellement abandonné par les Américains. Ce qui ouvre un pont d'or pour la concurrence européenne. D'autre part, justement, cette concurrence européenne s'est cassé la gueule en beauté. Si le Typhoon bénéficie de quelques marchés captifs et pourrait encore créer la surprise avec des avions d'occasion ou des petits marchés défensifs taillés sur mesure (genre le Bangladesh), il ne tient plus la route par rapport à la concurrence européenne, que ce soit sur le plan industriel ou technologique. Côté Suédois, et je trouve ça triste pour eux, c'est encore pire. Le Gripen E devait être un glorieux chant du cygne, et au final ça ressemble plus à un canard boiteux. L'avion est trop lourd et trop cher pour un monoréacteur, et surtout trop en retard. Il coûte presque aussi cher qu'un Super Hornet, et n'offre pas beaucoup plus de performances qu'un monoréacteur coréen, pakistanais ou chinois vendu considérablement moins cher. Enfin, et on en revient à l'article de Al Monitor, le Rafale bénéficie surtout d'une perte de vitesse assez hallucinante des Russes sur le marché des avions de combat ! Et, pour le coup, je pense que CAATSA est une bonne excuse pour ne pas voir que l'industrie aéronautique russe, à l'exportation, n'est que l'ombre de ce qu'elle était il y a un quart de siècle. Le MiG-35 n'a jamais réussi à s'imposer sur ce segment de marché, qui est justement celui du Rafale, et les éventuels clients du Su-35 sont pour la plupart déjà équipés de Su-30 fonctionnels, et préfèrent attendre l'arriver d'un Su-57 à l'exportation. Alors peut-être que les choses seront effectivement amenées à changer avec l'arrivée du Checkmate et d'une version export du Su-57. Mais pour l'instant, le Rafale bénéficie d'un alignement des planètes absolument inédit, et qui risque de ne pas s'éterniser non plus.
    10 points
  27. Les allemands qui parlent de "concessions faites à Dassault", non mais on croit rêver! ils ont rejeté le principe du "best athlete" qu'ils avaient eux-même posé comme condition et qu'ils brandissent par exemple sur le char MGCS ils ont refusé d'avancer les fonds depuis bientôt 3 ans ils ont réclamé un droit de regard sur le projet tous les 3 mois avec la possibilité de le bloquer comme ils le voudraient ils ont acheté des P-8 plutôt que soutenir le MAWS alors que les français leur proposaient des ATL2 Standard 6 pour patienter ils refusent tout "partage" sur la question des Remote Carrier qui sont 100% Airbus 0% Dassault alors que Dassault a l'expérience du Neuron ils sont occupés à essayer de piquer la technologie de Dassault en prétendant que les technologies doivent être "partagées" ce que les contrats n'ont jamais dit Et comme ça marche pas ils sortent l'arme ultime: la menace de tout arrêter... alors que c'est EUX qui sont venus nous chercher après que les anglais aient décidé de ne pas financer le drone FCAS-DP en 2017 au profit du Tempest, et que, Brexit et nouveau gouvernement Macron aidant, la France a préféré accepter un rapprochement avec l'Allemagne qui s'est fait via Dirk Hoke président d'Airbus D&S, qui déclarera même "Dassault a fait du bon boulot sur le Rafale". ...Et sinon, quand ils achètent US, les américains leur font-ils des concessions? @Stark_Contrast Par pitié, que LM vende le plus vite possible 100 F-35 aux allemands! Ils ont l'argent pour se les payer. Qu'on puisse tous sortir de cette affaire idiote et que les choses reprennent leur cours normal: les français indépendants et solitaires mais sans argent et tentant de survivre comme ils peuvent, et les allemands volant sur des avions américains comme il est de coutume depuis 1955, ce qui depuis le retrait du F-4 Phantom était donc une anomalie historique.
    10 points
  28. Bonjour à tous. Je commence bien l'année 2022 . J'ai gagné au tirage au sort de Nexter via Twitter ou je suis abonné à leur compte,. Un superbe cadeau ! Une vitrine avec en modèles réduit le Griffon, le Serval, le Jaguar et le Leclerc Là je ne m'y attendais pas du tout ! Une bonne surprise Ils ont pris contacte avec moi pour mon adresse Cool, moi l'ex pilote VAB du 11ème de Marine, ça me fait super plaisir d'avoir ces modèles réduits !
    10 points
  29. Le GaN pour SPECTRA était prévu pour F3R il a été repoussé parce que le seul avantage qu'il permettait était de gagner de la place ce qui était favorable à une augmentation de l'électronique pour faire des traitements plus rapides. Et ils ont trouvés une approche moins chère pour gagner cette place. Maintenant que le prix du GaN a baissé, il va être utilisé avec F4, pour SPECTRA et sans doute pour le RBE2. La portée d'un radar se calcule en tenant compte de sa puissance et de la taille de son antenne qui apporte un gain qui est proportionnel à sa surface. Il n'y a aucune raison pour qu'un radar à balayage mécanique ait une portée plus faible qu'un Radar AESA. Par contre un Radar PESA subit des pertes de puissance et peut avoir une portée plus faible. Donc quand Thales a fait son PESA, il a été difficile d'avoir une bonne portée, parce que l'antenne était petite et qu'en plus il y avait des pertes de puissance. Thales a au moins essayé de compenser les pertes de puissance, pour cela il a mis au point une extraction de chaleur top niveau qui a permis d'augmenter la puissance du Radar. Cette extraction de chaleur explique les bonnes performances de l'AESA et sera encore là pour l'antenne GaN. Comme le rendement du GaN en rayonnement est meilleur que le rendement du GaS, il produit moins de Chaleur et on pourra donc encore augmenter la puissance du Radar. Les "concurrents" n'ont pas eu besoin de mettre au point une extraction de chaleur top niveau....
    10 points
  30. si je comprends bien, le "non" de Patrick concerne le Scalp. l'article sous-entend que les Suffren embarquent des SCALP-EG navalisés avec des caractéristiques Low-Observable ; or, le MdCN est un missile différent du SCALP-EG, et il n'est d'ailleurs plus appelé SCALP Naval (ce qui prête effectivement à confusion). Le MdCN reprend des composants du SCALP-EG, mais il est dimensionné pour être tiré par les TLT des Suffren et les VLS des FREMM ; il a une section circulaire à la Tomahawk, différente de la section sensiblement à facettes du SCALP-EG ; d'un point de vue purement géométrique, et quand bien même il serait traités avec des matériaux/peintures furtifs, il ne peut selon moi prétendre à la même discrétion radar.
    10 points
  31. Moi je dis l'Autriche, juste parce que ça aurait de la gueule...
    10 points
  32. Je bois du thé mais c'est tout comme! Allez je prends les paris, les prochains envois: - des boites de pansements - des psychologues spécialisés en soin des troubles post-traumatiques - une troupe d'aumôniers militaires - des cercueils STANAG
    9 points
  33. Nucléaire, histoire d’un sabotage d’État Dans un livre au vitriol, Bernard Accoyer dénonce la lente infiltration des antinucléaires au cœur du processus de décision. Explosif. Dans un livre enquête fouillé, Bernard Accoyer dévoile les dessous ahurissants de cette patiente tentative de « sabordage » d’une filière d’excellence, le nucléaire.© LAURENT CIPRIANI / POOL / AFP Par Géraldine Woessner Publié le 25/01/2022 à 17h00 Janvier 2022. Alors que les prix de l'électricité flambent, une dizaine de réacteurs nucléaires sont mis à l'arrêt pour maintenance et le vent ne souffle pas, rendant les éoliennes inutiles. Pour éviter des black-out, la France est contrainte d'importer massivement de l'électricité et de booster ses centrales à charbon. Le gouvernement, au pied du mur, fait mine de découvrir un fiasco dont nos autorités ont pourtant écrit le scénario, du premier accord politique signé entre Lionel Jospin et les Verts en 1997 à la fermeture de la centrale de Fessenheim par Emmanuel Macron. Dans un livre enquête fouillé*, l'ancien président de l'Assemblée nationale et cofondateur de l'association Patrimoine nucléaire et climat dévoile les dessous ahurissants de cette patiente tentative de « sabordage » d...
    9 points
  34. https://peterbeinart.substack.com/p/americas-generation-gap-on-ukraine (24 janvier 2022) À Washington aujourd'hui, si vous vous opposez au maintien des portes de l'OTAN ouvertes à l'Ukraine, vous êtes considéré comme une sorte de cinglé. Je ne connais pratiquement aucun membre du Congrès, quel que soit son parti, qui soit de cet avis. Il y a dix ou vingt ans, pourtant, c'était une position épousée par les piliers de l'establishment américain. Que s'est-il passé ? En partie, c'est une histoire de changement de génération. La politique étrangère américaine est désormais dominée par des personnes qui ont grandi dans un monde unipolaire. Et c'est une chose dangereuse. En 2014, Henry Kissinger, la personnification de l'establishment de la politique étrangère américaine, soutenait : "L'Occident doit comprendre que, pour la Russie, l'Ukraine ne pourra jamais être un simple pays étranger." Si "l'Ukraine doit survivre et prospérer, a-t-il insisté, elle ne doit pas être l'avant-poste de l'une ou l'autre des parties contre l'autre - elle doit fonctionner comme un pont entre elles." Au lieu d'adhérer à l'OTAN, l'Ukraine "devrait adopter une position comparable à celle de la Finlande", dans laquelle elle "coopère avec l'Occident dans la plupart des domaines, mais évite soigneusement toute hostilité institutionnelle envers la Russie." Zbigniew Brzezinski, qui, lorsqu'il était conseiller à la sécurité nationale de Jimmy Carter, était connu comme un faucon de la guerre froide, a néanmoins adopté le modèle finlandais. L'Ukraine, insistait-il, ne pouvait avoir "aucune participation à une alliance militaire considérée par Moscou comme dirigée contre elle-même". Néanmoins, comment se fait-il que personne ayant le prestige d'un Kennan, d'un Moynihan, d'un Kissinger ou d'un Brzezinski ne se fasse l'écho de leurs arguments aujourd'hui ? Je pense qu'une partie de la réponse est liée à l'expérience de la vie. Ces hommes ont grandi pendant la guerre froide. Par conséquent, ils ont considéré comme normal - tragique, mais normal - que la Russie possède une sphère d'influence. C'est lié aussi au déclin des études russes dans les universités américaines : http://www.air-defense.net/forum/topic/6454-russie-et-dépendances/?do=findComment&comment=1479988
    9 points
  35. VAUBAN remet ça ! "À chaque croisement, c'est la voie américaine qui est choisi : Patriot hier, P-8 Poseidon aujourd'hui, F-35 demain...sans oublier, face à la France, de défendre ses intérêts industriels." https://www.latribune.fr/opinions/du-neant-de-la-relation-strategique-franco-allemande-au-divorce-necessaire-902628.html "Du néant de la relation stratégique franco-allemande au divorce nécessaire Après la diffusion le 23 mars 2021 de la tribune sur les erreurs allemandes de la France, le groupe Vauban, qui rassemble une vingtaine de spécialistes en activité des questions de Défense, revient sur l’échec de la politique allemande menée depuis 2017." ARTICLE EN CLAIR ! QQ EXTRAITS Trois ans après la signature du Traité d'Aix-la-Chapelle (22 janvier 2019), le constat est sans appel : la relation franco-allemande dans la défense et l'armement est un échec cuisant. Il est vrai qu'entre méprises françaises et traîtrises allemandes, l'échec était d'emblée prévisible et même annoncé dans ces mêmes colonnes depuis 2020. Alors que la nouvelle coalition au pouvoir en Allemagne a adopté son contrat de gouvernement (24 novembre 2021) et que la France prend les rênes de la présidence européenne, il est nécessaire d'en revenir aux causes premières de cet échec pour en tirer la conclusion que l'Allemagne n'est décidément pas le bon partenaire de la France dans la défense. France-Allemagne : de méprises en traîtrises La première méprise française est de considérer que l'Allemagne pourrait, un tant soit peu, se détacher des Etats-Unis au profit d'une Europe de la défense : c'est aussi la traitrise allemande que de le laisser croire.... La deuxième méprise de Paris - et la deuxième traîtrise allemande -, est de croire que la politique des moyens parviendra à combler les divergences.... Troisième méprise de la France et troisième traîtrise allemande : donner à penser que la relation bilatérale peut changer France - Allemagne : deux identités stratégiques différentes Sur le plan diplomatique, le contraste est saisissant... Sur le plan idéologique, le contrat de coalition confirme que l'Allemagne demeure foncièrement anti-nucléaire (la poursuite de la mission nucléaire de l'OTAN sous tutelle américaine est compensée par la volonté d'une Allemagne sans armes nucléaires à terme), neutraliste (acceptant paradoxalement la tutelle de l'OTAN pour se défausser de toute réflexion géopolitique) et pacifiste (pour les missions de son armée encore plus sévèrement encadrées à l'avenir). Sur le plan militaire, la plateforme de gouvernement adoptée le 24 novembre 2021 renforce la doctrine allemande - atlantiste d'abord, européenne ensuite -, qui lui fait embrasser des conceptions stratégiques dépassées France - Allemagne : les fruits amers d'un Traité Trois ans après le Traité d'Aix la Chapelle, on voit bien ce que ce dernier a apporté à Berlin - le soutien de Paris dans la conquête d'un siège permanent avec droit de veto au Conseil de sécurité des Nations-Unies et l'industrie aéronautique, spatiale et terrestre française sur un plateau d'argent - mais que l'on voit mal ce qu'il a eu de bénéfique pour la France.... Le bilan pour un passé si récent en est édifiant : qu'en sera-t-il pour l'avenir ? ... Face à un tel bilan, la voie de la raison imposera en avril prochain d'en venir à la seule issue possible et souhaitable : le divorce du couple franco-allemand faute de consentement ou par nullité constatée du consentement. France-Allemagne : l'heure du retour à la liberté... Trois ans après le Traité d'Aix-la-Chapelle et trois mois après le contrat de coalition, après tant de méprises françaises et de traîtrises allemandes conduisant à tant d'abandons, comment ne pas voir le néant d'une relation franco-allemande qui nie aussi puissamment l'identité stratégique profonde de la France ? Comme l'Antigone de la pièce d'Anouilh, il est temps de dire : "je suis ici pour vous dire : "non !". "
    9 points
  36. Alors j'ai pas accès à l'article, mais connaissant le gonz et sa façon de travailler, c'est clairement du pifométrique ++. Il faut vraiment pas lui attribuer plus de mérite que n'importe quel bloggeur ou fana défense sur Twitter. La seule chose qu'on peut dire de cette photo (si elle n'a pas été retouchée), c'est qu'un Rafale en configuration lourde a décollé, et que la photo a, "à n'en point douter," été prise AVANT un appontage simulé (la crosse est sortie). Le fait qu'elle ait été prise APRÈS un décollage ski jump est possible, et même plausible, mais simple conjoncture pour le moment. Euh... ça date de 2015 hein ! Alors, dans le genre "unpopular opinion", lors des premières opérations en Afghanistan, les Harrier anglais décollant STOL des porte-aéronefs classe Invincible faisaient plus de sorties, avaient une meilleure portée opérationnelle et embarquaient plus d'armement que nos Super Etendard CATOBAR. Ça faisait mal à l'égo ! Tout ça pour dire que tout le débat CATOBAR vs STOBAR vs STOVL ne vaut la peine que si les navires embarquent des avions aux capacités similaires. C'est là qu'une éventuelle utilisation opérationnelle du Rafale par l'Indian Navy pourrait nous offrir un point de vue intéressant (oui parce que je suis pas sûr que les données sur les différentes variantes du J-15 chinois soient super transparentes) Mouais... On compare pas vraiment la même chose. Un PA STOBAR (avec Rafale ou autre) reste aussi limité qu'un PA STOVL sur beaucoup de choses: pas d'avions de guet aérien, pas de grosses configurations d'emport pour les chasseurs, etc. A ce petit jeu, le PA STOVL peut même avoir quelques avantages: capacité à opérer des décollages et appontages simultanés (selon les doctrines d'emploi, Short ou Vertical), capacité à agir comme navire amphibie, meilleures performances comme porte-hélicoptères (si on part sur un vrai pont plat, sans tremplin notamment), possibilité de se contenter de navires vraiment petits (classe 20.000t) et donc moins chers, etc. Bref, chaque solution a ses avantages et ses inconvénients, et la comparaison entre les deux concepts atteint bien vite ses limites. Si le Rafale M est sélectionné par l'Indian Navy, ce sera son seul et unique prospect export, il ne faut pas se faire de films.
    9 points
  37. Ah ben si c'est les anglais, on va attendre un vrai calcul...
    9 points
  38. Un site grec a mis la main sur une vielle présentation sur le Rafale avec plein de choses intéressantes: https://defencereview.gr/dassault-rafale-i-epicheirisiaki-diastasi-gia-ell/
    9 points
  39. Du même type qui avait pris les 1ères photos.
    9 points
  40. Le dernier qui s'est aventuré à devancer une annonce officielle se mort encore les doigts d'avoir vendu des Rafale a la Suisse.
    9 points
  41. Dans la vidéo postée hier par Dassault sur sa chaîne Youtube relative à l'année 2021 pour l'entreprise (https://youtu.be/4KiLxXskYmI) on découvre des images intéressantes: Encadré rouge "1": un second grand hangar en construction à côté du premier grand hangar de 150 mètres de long. Encadré rouge "2": un Mirage 2000 aux couleurs indiennes qui laisse supposer un travail de DRAL sur cet avion en service dans l'IAF, alors que jusqu'ici c'est HAL qui s'occupait de sa maintenance. Un signe que les choses bougent? Je suis donc allé vérifier, et surprise! Googlemaps a été mis à jour avec des images de Nagpur de 2022, d'il y a donc quelques jours! Pour mémoire voici le site il y a un an! Ces nouvelles images de "2022" laissent voir un nouveau hangar "moyen" à côté de celui existant, entouré d'un ciment de propreté. Malheureusement on ne trouve pas trace du début de la construction d'un second "grand hangar" ce qui me laisse penser que l'image plus haut est une image de synthèse ou une vue d'artiste. Plus au sud du site industriel, quelques minuscules modifications sur le site de THALÈS également présent à Nagpur! Avec des indices du commencement de l'implantation d'un futur bâtiment sous la forme de petit terrassement en préparation pour des fondations. Hypothèse corroborée par le "nouveau" ciment de propreté blanc dont les deux extrémité nord-ouest et sud-est donnent sur un parterre bitume avec accès au bâtiment principal, et sur... rien. Indices que d'autres constructions sont probablement à venir.
    9 points
  42. Et oui. Ces règles étant le principe d'avoir une vision claire de qui est maître d'oeuvre, avec des responsabilités clairement définies ; d'attribuer les tâches selon le principe du meilleur athlète ; et de conserver leur propriété intellectuelle sur tout ce qu'ils ont produit auparavant. Les Allemands font donc un chantage du style "vous nous donnez le beurre et l'argent du beurre, avec le sourire, sinon on change de crémerie" et bien changez de crémerie. Il y a des compromis que l'on ne peut faire qu'avec des gens de toute confiance ; et l'Allemagne -- après le piétinement des accords Debré-Schmidt, le sabotage de l'AlphaJet, les emmerdes de l'EPR, les problèmes de développement de l'A400M, le Dolchstoss du MAWS, les exigences aberrantes de l'EuroMALE, l'abandon du Tigre Mk.3, et j'en passe -- n'est pas un partenaire de confiance.
    9 points
  43. Le Conseil fédéral peut faire ses déplacements longue distance sur simulateur. Rien de bien grave, donc Oui, il y a des excuses qu'il vaut mieux manier avec parcimonie si on ne souhaite pas se les reprendre en pleine figure plus tard....
    9 points
  44. Il est pas super agile mon Rafale ?
    9 points
  45. Avec la réponse
    9 points
  46. Mais le nôtre est un bon, et qui a su en prime ne pas céder toute la priorité aux aspects purement commerciaux.
    9 points
×
×
  • Create New...