Leaderboard


Popular Content

Showing content with the highest reputation since 19/01/2017 in all areas

  1. Jarod

    Armée de l'Air du QATAR

    La déco des Rafale Qatar :
    28 Points
  2. Kovy

    [Rafale]

    Probablement pas avant que le standard F4 ne soit qualifié... donc je dirais 2023-2025 d'après les plans actuels.
    13 Points
  3. Oxcart

    [Rafale]

    Photo prise par hasard par un drone de loisirs qui faisait des photos/vidéos, du côté de Moulins :
    11 Points
  4. Sur air-voyance.net, on aime bien tenter de prédire le futur n'est-ce pas ? Alors voici un fil pour jouer à prédire l'imprévisible (et faire le kéké ensuite si vous avez vu juste ) Le règlement est le suivant : Règle 1 : Pour être valides, les prédictions doivent être sérieuses et décrire des évènements notables, non évidents au moment de la prédiction, et se réalisant avant la fin de l'année 2020 Règle 2 : Pour être valides, les prédictions doivent être postées sur ce fil, être claires, courtes, relativement précises, et être en gras et en vert. Les justifications et précisions les accompagnant sont les bienvenues mais doivent être écrites normalement. Exemple : "Trump va s'arranger pour attaquer l'Iran en 2019 pour tenter d'être réélu parce qu'il aura tellement fait n'importe quoi que même les rednecks en roulotte se moqueront de lui" Règle 3 : Les prédictions strictement humoristiques sont autorisées, mais en violet et pas en gras. Exemple : "Je prédis que trump va mourir un soir à la maison blanche, dans son peignoir doré, écrasé par une statue en marbre de lui-même, a laquelle il s'était agrippé pour tenter de l'embrasser sur la bouche". Les prédictions humoristiques ne comptent normalement pas, sauf si elles se réalisent et que le jury a envie de rigoler. Règle 4 : Les exemples concernent Trump, mais vous êtes invités à ne pas vous focaliser sur le truc orange à houpette, la planète ne manque pas de fous furieux Règle 5 : Il est autorisé de prédire un truc puis l'inverse, mais certainement pas en même temps, et ça donne un malus. C'est bien entendu la dernière prédiction qui compte. Si ni le truc ni son exact inverse ne se produisent, le jury pourra décider de vous décerner un prix spécial. Règle 6 : Si l'humanité, internet et ce forum existent encore fin 2020, un jury sera constitué avec les rares individus qui se rappelleront de l'existence de ce fil, ou si le fil a du succès, des rares individus qui auront le courage de le relire depuis le début. Il se débrouilleront pour savoir comment évaluer les prédictions et déterminer le gagnant, les nous du présent n'en savent rien et s'en foutent, les nous du futur n'ont qu'à se démerder avec ça et leur dette à 150% du PIB. Règle 7 : Si l'humanité, internet et ce forum existent encore fin 2020, l'auteur du ou des meilleures prédictions gagnera une clé steam fallout 4 ou mad max, d'une valeur probable de moins de 3€* (oui, ça vaudra plus grand chose et il devra en plus attendre les soldes). Sinon, chaque participant pourra mentir et se vanter d'avoir gagné auprès de ses quelques proches survivants dans un abri quelconque, et se rappellera entre 2 bastons pour un morceau de rat le bon vieux temps où il pouvait s'amuser à prédire le futur bien au chaud devant son ordi. Messieurs, mesdames, à vos claviers ! * : montant absolument non contractuel, indexé sur la valeur de l'euro au 31/01/2017, potentiellement très différent au moment de la remise du prix en cas d'hyper inflation ou hyperdeflation en zone euro, d’avènement du 4eme reich ou encore de 3eme guerre mondiale (liste non exhaustive).
    11 Points
  5. prof.566

    USA

    Humour suisse
    11 Points
  6. Rufus Shinra

    Qui sera le quatrième client export du Rafale?

    Ben, en fait... Après, est-ce que ça va être lu par les décideurs, j'en sais rien. :-P
    11 Points
  7. PolluxDeltaSeven

    [A-400 M] le défi stratégique européen

    Le discours de l'Armée de l'Air, c'est que l'A400M a les défauts de sa jeunesse, ni plus, ni moins. Avec n'importe quel nouvel appareil (Rafale, Mirage, Transall, Caïman etc.) on a des problèmes de ce genre, qui mettent plusieurs années à se résoudre. A dire vrai, vue la gestion du programme et sa genèse, beaucoup s'attendaient à nettement pire. Le vrai soucis, c'est qu'on a tiré au delà de la limite de la corde pour les Transall et C-130H, et que le calendrier irréaliste des livraisons de l'A400M ne peut souffrir du moindre retard. Mais franchement, l'A400M n'est pas moins bien né que le C-130J ou le C-17. Dans une certaine mesure il est même mieux conçu au départ que ces concurrents US. C'est juste que l'Armée de l'Air n'a pas une vaste flotte d'appareils avec un potentiel correct pour faire la soudure avec les nouvelles livraisons. Quant aux Allemands, ils jouent aux cons, comme d'habitude. Ils ont eu le plus gros workshare, et maintenant ils vont trouver n'importe quelle excuse pour diminuer leur commande sans en payer les pénalités, ni réduire leur participation industrielle. Typique...
    10 Points
  8. zx

    L'Inde

    des fois , ca aide de regarder les offres d'emplois de Safran Engine :P on en apprend plus qu'en lisant une semaine de presse indienne. Gnarf ! http://safran.profils.org/offre-de-emploi/emploi-directeur-directrice-programme-kaveri-moteurs-militaires-h-f_50805.aspx
    10 Points
  9. Dorfmeister

    L'avenir de MiG

    En fait on se retrouve avec une conjonction de facteurs et un mauvais timing (comme avec l'Ulyanovsk). Lorsque l'URSS disparaît; Sukhoï se retrouve avec la plate-forme "lourde" (le Su-27/Su-30) et MiG avec la plate-forme "légère" (le MiG-29). La décision de faire disparaître rapidement des effectifs des VKS les monomoteurs a signifié la fin rapide des MiG-21/23/27 toujours présents. Par conséquent, tout travail - hypothétique - de modernisation/maintien des capacités de ces derniers a disparu en même temps (le marché, bien que réduit, a été repris par les Israéliens notamment) ce qui a fait perdre pas mal de boulot à MiG. Le MiG-29 n'est pas un mauvais appareil - même si j'adore taquiner @Ciders sur le côté brouette de la bestiole - mais c'est un appareil avec de sévères limitations: jambes très courtes, radar basique, moteurs jetables. Pourquoi? Parce que la doctrine d'emploi de l'appareil lui demandait d'être employé sur le théâtre européen donc ne nécessitait pas de survivre longtemps et d'être "très" abouti. Un peu à l'image d'un F-16A de base. Le MiG-29 se retrouvait donc "à poil" sur un marché extrêmement concurrentiel et où les arguments qu'il pouvait mettre en avant étaient légers (je n'ai pas dit nuls non plus!). Le Su-27 de son côté était une plate-forme bien plus aboutie et pointue vu la doctrine d'emploi envisagée. Par conséquent, l'appareil était plus grand, avec des jambes très longues (pour rappel, il était conçu initialement pour travailler sans ravitaillement), un emport conséquent, un radar pointu et de bons moteurs même si à la durée de vie faiblarde. Bref, le potentiel d'évolution de l'appareil était tout simplement "monstrueux". "On" a quand même décliné le Su-27 en Su-27K (Su-33) en Su-27IB (Su-34) en Su-30/Su-30MK, en Su-35S, en Su-27KUB, etc... Techniquement parlant, le Su-27 était mieux positionné. Après intervient également la politique: il ne fait aucun mystère que certains dirigeants de l'OKB Sukhoï et des usines liées avaient un accès direct au gouvernement Russe. Ca aide lorsque les budgets sont inexistants ou presque, les dirigeants de RSK MiG n'ont pas eu cette "chance". De plus, il faut admettre que certains dirigeants de Sukhoï ont su "vendre le produit" et ont très vite compris les principes du marketing à l'Occidentale. Les nombreuses (et parfois bordéliques) dénominations de Su-27/30 ne sont pas présentes par hasard. Ceci a permis notamment de vendre l'appareil à l'export et ainsi de financer (merci les Indiens) la mise à jour et le développement de variantes modernes (le Su-30MKI) qui vont ensuite se muer en version "locale" (le Su-30SM) à bas prix (bah ouais, ce sont les Indiens qui ont financés le développement). Et une fois que les vannes des budgets ont été réouvertes: l'OKB Sukhoï disposait d'un produit "relativement state of the art" tandis que RSK MiG était un peu perdu dans un looooooong marasme sans fin. Le regroupements des bureaux d'études et usines de production sous la tutelle de UAC Russia a mis à la tête de ce holding Mikhaïl Pogosyan, l'ancien boss de Sukhoï... je fais un dessin où tout le monde a compris? Cependant, tout n'est pas noir pour MiG; ils ont su tirer leur épingle du jeu en capitalisant sur le MiG-29K/KUB (v2.0, pas la version d'origine) qui grâce à la vente à l'Inde (ils sont partout ces gens-là) a pu financer une grosse mise à jour de son produit phare (le MiG-29) avec le pognon du MiG-29K/KUB. C'est pour ça que les MiG-29M2/K/KUB/35 partagent tous la même nouvelle cellule. L'état Russe suit une politique dont j'ai déjà parlé, SJNMB: ils maintiennent sous perfusion certains constructeurs/usines (VASO, KAPO, Aviastar) car ils veulent impérativement conserver les capacités de production, les compétences et le personnel. Les années nonante ont été un massacre sans précédent dans les capacités russes dont ils paient toujours maintenant les conséquences (en gros, une génération de techniciens/ouvriers/ingénieurs perdue) et même si le coût peut paraître important à première vue; c'est un calcul rationnel de la part de l'état Russe qui souhaite maintenir les compétences pour un redéploiement à moyen-terme (on le voit très bien avec l'IL-96 notamment). Et accessoirement, ce n'est jamais bon d'avoir un constructeur en position monopolistique. (Désolé, c'était un peu long comme explication) P.S: je devrais en faire un article, il y a matière à discuter...
    10 Points
  10. TMor

    Armée de l'air des E.A.U

    9 Points
  11. SinopeMT

    USA

    La dialectique de la poutre et de la paille s'applique bien au Brésil. D'ailleurs l'élite brésilienne est souvent binationale, et passe beaucoup de temps aux EUA, en Italie, ou en Allemagne (je connaissais des gens de 4ème génération allemande qui continuent à parler allemand à la maison et mettent leurs écoles dans les lycées internationaux/allemands/américains etc...). C'est très vrai, de même que la forte diminution des empregadas à cause de obligations réglementaires qui ont fortement renchéri leur coût (à Sao Paulo, le salaire minimum d'une empregadas est supérieur à celui des enseignants du public, sans compter les coûts divers et la mise à disposition d'un logement). La mentalité du Brésil est de "despachar", c'est-à-dire ordonner à quelqu'un de faire à sa place. Par conséquent historiquement toute la société a des domestiques, comme par exemple la femme de ménage des beaux quartiers va également employer quelqu'un dans sa favela. Concrètement j'ai été témoin de situations qui paraissent embarrassantes avec des gens qui ne savent pas qu'est un lave-vaisselle, des maîtresses de maison incapable de cuire des pâtes etc... Sans oublier que le travail fait par d'autres pour un patron méprisant et irrespectueux (c'est le cas de beaucoup d'entre eux, par atavisme car leur supériorité est évidente, méritée, inaliénable) est rarement bien exécuté. Malheureusement ça se traduit également au travail où il est difficile d'avoir de la précision, de la responsabilisation et de la progression de la part de la MO en général (les écarts de capacités individuelles sont le marché du travail sont énormes mais la moyenne est faible par rapport à la France). Le statut est très important de façon générale, un sujet de conversation récurrent et les codes sont très riches. Par exemple, l'épouse du consul (ex maintenant) est d'origine comorienne et adorent s'habiller de blanc. Pas de bol, les tenues des domestiques sont blanches, donc tous les brésiliens de la haute faisaient la confusion.
    9 Points
  12. Chaps

    Russie et dépendances.

    On a le droti de dire que vouloir savoir ce qu''il y a dans la tête et les programmes des candidats est différent de manipuler et diffuser des infos pour faire élire ou faire battre un candidat ou cela fait de moins un horrible suppot des USA?
    8 Points
  13. Dorfmeister

    [Russie] Sukhoï Su-34

    Petit (sic) résumé du Su-34 en 6800 mots... Je pense que je n'ai rien oublié sur la bestiole. Bonne lecture! https://redsamovar.com/2017/02/17/dossier-sukhoi-su-34-le-couteau-suisse-de-larmee-russe/
    8 Points
  14. Kovy

    Gripen

    Le Autrichien seront heureux d'apprendre qu'il vont devoir se taper le créneau 17h30 - 08h30
    8 Points
  15. Henri K.

    USA

    J'ai failli m'étouffer tout à l'heure... Henri K.
    8 Points
  16. FATac

    La Composante Air belge

    Mais il y a des liens forts entre la Belgique et la Suisse. On parle d'un jumelage pour permettre aux bouchons de Liège d'obstruer le trou de Bâle.
    8 Points
  17. FATac

    USA

    Tu veux parler de ça ?
    8 Points
  18. Akhilleus

    USA

    Non parceque entre le texte tel qu'il apparait et l'application initiale il y'a eu un rétropédalage (citoyens avec une carte verte acceptés maintenant, ainsi que binationaux avec passeport canadien, anglais ou australien ou personnel de l'ONU) ce qui n'etait pas le cas initialement que même restreint, le ban concerne du jour au lendemain à peu pret 20 000 personne d'origine iranienne aux USA (je ne sais pas pour les autres) dont 17 000 étudiants que l'interdiction du jour au lendemain sans préavis s'apparente à quelquechose de nouveau (seuls les états totalitaires interdisent totalement telles ou telles nationalités, pour le reste on applique des visas, plus ou moins contraignants mais les normes internationales ne permettent pas les interdictions pures et simples sauf circonstances particulières) que le listing, si c'est pour protéger du terrorisme ma bonne dame, est ridicule un moment quand un geste est con c'est encore plus con de ne pas le qualifier comme tel
    8 Points
  19. Akhilleus

    USA

    Par contre l'Arabie Saoudite, le Qatar, l'Egypte ???
    8 Points
  20. Bat

    Ukraine 3

    D'autant que, le plus souvent, cela revient à dire "les médias dominants mentent alors je les lis pas" ou "les médias dominants mentent parce que je ne suis pas d'accord avec eux", avec peu (voire pas) d'arguments, et très souvent une vision assez mal informée (voire fantasmagorique ou complotiste) de ce que sont (ou ne sont pas) les médias, générant des "analyses" et spéculations sans fin résultant du "plaquage" a-critique de préconceptions sur un discours médiatique mal perçu et mal compris (exemple typique: "je n'ai pas trouvé d'article disant que... donc c'est bien la preuve que la presse veut nous le cacher"). Donc je plussoie à la remarque d' @Alexis, en ajoutant quelques conseils car il ne suffit (hélas) pas d'aller voir un journal qui dit "blanc" et un autre qui dit "noir" pour prétendre être bien informé ou avoir fait le tour d'une question : Privilégier les médias aux reporters clairement identifiés aux articles sans signature ou d'origine indéterminée; Privilégier les articles aux sources clairement identifiées (par opposition à "on dit que", "il semble que", "on murmure que"): Sur ce qui se passe sur le terrain, privilégier les reportages (écrit par des journalistes sur place) aux copier-coller de dépêches d'agences ou tweets; Sur ce type de sujet hyper-passionnel, s'amuser à vérifier les sources qu'on a: le type qui est dit "vice-ministre de machin" l'est-il vraiment?, qui est "l'expert" cité par le journal truc?, etc.; Prendre avec d'immenses pincettes ce qui est véhiculé sur les réseaux sociaux, en particulier les images: souvent utilisées comme "preuves", ne pas oublier qu'une image n'a du sens que dans un contexte, vérifier d'où viennent ces images (c'est simple avec des outils comme Tineye ou Google Image, on peut démonter en 3 clics une intox quand elle est basique, de voir les recadrages, etc.).
    7 Points
  21. Et pis c'est mieux pour l'environnement Sinon, le joueur du grenier est devenu le nouvel animateur du dessous des cartes.
    7 Points
  22. Skw

    USA

    Je ne te suis pas forcément sur la plus ou moins grande violence entre mondes politiques et économiques. Je pense que la violence prend des formes différentes. En revanche, le monde économique présente peut-être par endroits une plus grande brutalité. J'avais pu lire, dans un éditorial en anglais me semble-t-il, le développement suivant. Trump vient certes du milieu économique, mais il vient de secteurs qui sont en fait très réglementés, à savoir l'immobilier et le casino. Autrement dit, ce sont des secteurs dans lesquels les mécanismes classiques de marché sont en fait très largement mis au second plan. Celui qui s'en sort dans ces milieux est généralement celui qui parvient à empocher la mise en obtenant une autorisation, un terrain, voire une information auprès des autorités publiques, ou sinon d'acteurs influents. D'où l'intérêt d'une certaine culture de l'influence, du deal, voire du rapport de force lorsque nécessaire. Or, de nombreux secteurs économiques ne fonctionnent pas de la sorte et s'avèrent beaucoup plus ouverts, ou autrement dit difficiles à piloter. Y compris d'un point de vue économique, il est probable que Trump soit en décalage avec les acteurs de secteurs souvent bien plus ouverts que ceux de l'immobilier et du casino.
    7 Points
  23. Sovngard

    Le grand jeu des prédictions - Edition "Le monde en 2020"

    * 2018 : WikiLeaks reçoit différents documents révélant que le vol MH370 s'est crashé au large de l'atoll de Diego Garcia , après que ce dernier ait été abattu par un missile sol-air. * 2019 : La prochaine zone de tension s'avérera être en Asie, le Pakistan agira comme l'élément déclencheur d'une guerre entre la Chine et l'Inde, d'autres pays asiatiques, alliés avec les deux belligérants participeront au conflit. * En 2020, il y aura pas moins de cinq contributrices actives sur le forum Air-Defense.net, dont trois qui le seront journalièrement.
    7 Points
  24. max

    Où en est l' EBRC ?

    L’empattement surdimensionné condamne cet engin à activer ses deux essieux de franchissement pour trop d’obstacles. De mémoire de (vieux) mécanicien, il n’a pas transcendé nos amis cavaliers et surtout pas les mécaniciens. La « subtilité » du réglage de la tringlerie avant/arrière (coordination et affinement des jeux fonctionnels) ajouté à la fiabilité du douze cylindres à plats essence (excusez du peu ; une dynamo d’allumage par cylindre ...) ont failli me couter le passage en troisième années à Issoire (vielle école fermée d’ancêtres vidangeurs). Je me demande si les pneus n'étaient pas à alvéoles (pleins). Non, même après toutes ces années, je ne lui pardonne pas, à l’EBR. Pour la petite histoire, l’EBR c’est comme une F1, pour prendre position au poste pilotage, il faut enlever le volant...
    7 Points
  25. DEFA550

    Le F-35

    Il faut surtout arrêter de penser que la furtivité est une immunité contre tout. Ce n'est qu'un moyen de discrétion ; Avant d'abattre une cible, il faut d'abord savoir qu'il y en a une, puis savoir où elle est et où elle va pour pouvoir l'engager, puis affiner la précision des paramètres pour pouvoir tirer avec une bonne probabilité de réussite. La furtivité dissimule la cible en cachant son existence. Utiliser un radar UHF ou VHF donne un renseignement essentiel (présence d'un intrus) et permet de diriger des moyens aériens sur l'hostile (selon le même principe qui envoie la PO sur un liner égaré à l'autre bout du pays), en suivant éventuellement une route d'approche moins exposée aux ripostes, ce qui permet au final de s'approcher suffisamment pour intercepter les intrus ou à minima en perturber la mission. De fait, l'impunité recherchée par ce moyen afin de faciliter l'exécution des missions prend un sérieux coup.
    7 Points
  26. floflo7886

    MBT Leclerc : Genèse/Vie opérationnelle/Futur

    La bête et son GTIA blindé du 5ème cuirassiers (quasi totalement au complet) dans le sable émirati (c) Armée de Terre et doc perso
    7 Points
  27. Tancrède

    USA

    Allez, avant de replonger dans le "gloom and doom" de ce pouvoir ploutocratique néo-féodal si emblématique de ce que le futur semble amener, une petite note d'espoir sous l'angle de vue des geeks de SF, nombreux sur ce forum (et beaucoup sont encore dans le placard: allez, n'ayez pas honte).... Trump n'a pas été assassiné avant ou pendant son inauguration, ce qui n'a logiquement que 3 conclusions possibles: - sa présidence ne sera pas si catastrophique et dévastatrice que cela - le voyage dans le temps ne sera jamais inventé (NNNNNOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOONNNNNN!) - le futur nous a envoyé une vraie équipe de bras cassés qui a complètement foiré son coup.... A tel point qu'il a été décidé de ne pas envoyer d'équipe B "Nous ne voyons pas d'autre explication"
    7 Points
  28. Rob1

    USA

    La compagnie qui a fourni les figurants pour applaudir Trump lors du lancement de sa campagne électorale en 2015 a dû porter plainte pour que son client honore finalement sa facture : https://www.washingtonpost.com/news/the-fix/wp/2017/01/20/even-the-firm-that-hired-actors-to-cheer-trumps-campaign-launch-had-to-wait-to-be-paid/?postshare=591485118672833&tid=ss_tw&utm_term=.8e1f1a2c39a8 Je n'en peux plus de découvrir comment cet homme d'affaires est complètement en toc
    7 Points
  29. Skw

    On prend les paris ,les british quittent/ou pas l'Europe

    On parle aussi de l'Union qui sert de fusible à tout homme politique national souhaitant pouvoir se dédouaner - non, le terme ne cache pas de référence à l'Espace Schengen - des critiques émises par les électeurs nationaux à son encontre. En cela, l'UE est une invention absolument géniale.
    6 Points
  30. mehari

    On prend les paris ,les british quittent/ou pas l'Europe

    Je sais pas... Si tu aimes payer une surtaxe pour passer un coup de fil depuis l'étranger libre à toi. Personnellement, ça me tente beaucoup moins... Ou avoir deux ans de garanties sur mon GSM. Ou pouvoir emprunter un chargeur GSM à qui je veux et pas seulement à ceux qui en ont un de la même marque. Ou le fait de ne pas à avoir à changer mon argent quand je pars en voyage. Ou de ne pas avoir besoin de patienter trois heures à la frontière pour passer la douane. Etc... Si tu trouves ça chiant, c'est comme tu veux... Que l'UE soit une machine chaotique, soit. Je suis europhile mais il faut reconnaître que son fonctionnement n'est pas optimal. Ceci dit, est-ce que l'UE est chaotique parce qu'elle existe ou est-ce qu'elle est chaotique parce que certains se sont arrangés pour qu'elle ait le moins de pouvoir possible tout en donnant l'impression qu'ils faisaient des concessions?
    6 Points
  31. HK

    BPCs

    De mémoire les chantiers russes n'ont construit qu'une demi-coque vide (la moitié arrière du navire, radier + hangar). Comme ils n'ont jamais levé l'option pour les navires #3 et #4, je doute fortement qu'on leur ai transmis tous les plans et le savoir faire pour aménager les parties arrières (ascenseurs avia par exemple), et encore moins pour construire les parties avant qui incluent tous les systèmes critiques (systèmes de commandement, gestion de plateforme, réseaux de communication etc), qu'il leur faudra remplacer. Ils n'ont même pas les moteurs (diesels générateurs + pods), donc il leur faudra aussi réviser toute la propulsion et l'agencement interne. ...Bref ce n'est pas crédible.
    6 Points
  32. Tancrède

    USA

    Première affaire impliquant les conflits d'intérêts de la famille Trump à trouver une issue juridique: je l'avais mentionnée bien plus haut, mais l'histoire a trouvé une conclusion, au moins temporaire, avant-hier soir. Il s'agit d'une "petite" histoire puante (au -mal-propre et au figuré) d'un business qui a fait faillite en Caroline du Sud, et qui appartenait à Donald Trump Jr (qui semble, comme son paternel, collectionner les foirades). Une entreprise repreneuse s'était pointée, annonçant vouloir récupérer ce qu'il restait et re-développer (pour obtenir l'appui de l'Etat).... Mais contesta le fait d'avoir à nettoyer le site principal de la dite entreprise, très pollué par toutes les saletés chimiques laissées sur place depuis la faillite, ce qui serait légal en Caroline du Sud (et donc avec un nettoyage à la charge de la collectivité, si le précédent proprio est dans l'incapacité de financer le nettoyage), et aurait coûté quelques millions..... Si et seulement si l'entité repreneuse n'était pas liée ou, dans les faits indistinctes, de l'entité défaillante. Or, le repreneur n'était autre que.... L'actuel président des USA, aussi connu dans le business (de reprendre les foirades du rejeton, une tradition familiale) sous le nom de code de "papounet". l'Etat refuse donc de se faire refiler la note, l'organisation Trump conteste et va en justice; mais entre-temps, le plaignant devient président.... Oups. Des fonctionnaires de niveau moyen, et un juge local, ont donc la délicate tâche de dire oui ou merde à l'homme le plus puissant du monde, qui a la gâchette revancharge plus que facile, l'orgueil chatouilleux et un sens bien compris et on ne peut plus égoïste de ses intérêts (et tant pis pour la collectivité), même quand il s'agit de "clopinettes" (je crois que la facture en question est autour de 2-3 millions). Quoiqu'il en soit, la procédure a suivi son cours, et mardi soir, il a été décidé que la loi était claire, et le cas on ne peut moins contestable: l'entité repreneuse est Trump, l'entité faillie est Trump, donc Trump doit payer. Maintenant, l'Etat doit-il craindre pour ses subventions fédérales? Trump semble quand même en train de se mettre l'intégralité du pouvoir judiciaire des USA à dos (même son nominé pour SCOTUS s'est fendu d'une légère critique sur le fait d'insulter des juges en exercice), en multipliant les insultes en addition de ses mesures cavalières et executive orders rédigés par des glandus. Ca semble pas une bonne idée de transformer, surtout aussi ouvertement et directement, les cours de justice en champ de bataille politisé. Ca non plus, c'est pas bon pour l'Etat de droit et la démocratie.
    6 Points
  33. Picdelamirand-oil

    Le F-35

    C'est parce que vous avez votre propre idée et vous ne voulez pas la modifier avec ce qu'on vous dit. Le problème est que la liaison a sa propre logique qui est antagoniste de la logique qui sous tend la fusion. La logique de la liaison est de prendre la meilleure piste et de supprimer toutes les autres. La meilleure piste pour la liaison c'est celle qui a la meilleure TQ (Track quality). Il y a des raisons fondamentales pour lesquelles toutes les liaisons qui font intervenir plus de 2 participants se comportent comme cela. La logique de la fusion c'est de prendre dans chacune des pistes (quand on est au niveau système) ou chacune des mesures (quand on est au niveau capteur comme SPECTRA) les informations les meilleures. Pour la direction de la piste, par exemple, une mesure optique peut être meilleure qu'une mesure Radar, alors que pour la distance on gardera la mesure Radar et pour la vitesse radiale de la piste, peut être que l'ESM sera plus précis que le radar. Donc d'un coté il y a une logique d'exclusion et de l'autre une logique qui consiste à exploiter tout ce qu'on peut. Lorsqu'on le fait avec des pistes locales il n'y a pas cet antagonisme puisque on n'utilise pas la liaison. Même si tous les avions utilisent les mêmes mesures de capteur étendu, le fait que chacun va créer une piste locale lui permettra ensuite de l'utiliser dans une fusion locale, avant d’émettre le résultat en tant que piste soumise à la gestion de la liaison. Tu comprend pourquoi les Américains n'y arrivent pas
    6 Points
  34. Tancrède

    Histoire et avenir des armées privées

    Résurrection de sujet suite à un article qui m'a profondément dérangé: https://www.nytimes.com/2015/08/02/magazine/who-runs-the-streets-of-new-orleans.html Grosso modo, l'article se penche sur l'évolution récente des services de police à la Nouvelle Orléans, avec toute l'emphase "le privé c'est génial, le public, c'est naze par essence" qu'on peut trouver dans un texte américain. Un très riche local a pris en charge le travail de police dans la "Big Easy", son apport initial consistant en une appli sécuritaire et un mode d'organisation du travail, et s'étant étendu ensuite à la gestion d'une force de police. Dans sa façon de présenter son apport, il a cette tendance souvent constatée à surmultiplier les avantages de son truc, et à nier l'existence de coûts et problèmes résolus pour lui par le fait qu'il n'a pas créé beaucoup de choses ex nihilo (simple exemple: les flics qu'il emploie sont déjà formés et expérimentés.... Aux frais de la ville).... Et il n'évoque évidemment pas les conséquences de ce système dual qui, comme dans le cas des "charter schools vs public schools" (ou des prisons privées vs publiques), est sous-tendu par une vampirisation des crédits de la police régulière au profit de sa force (nettement plus chère par tête de pipe), qui tend à créer et aggraver un différentiel de performances. On voit aussi la tendance à critiquer, dans le pur style des patrons à gros égos et/ou implication en politique, les "lois et règlements inutiles" qui empiètent sur l'efficacité et les résultats, oubliant allègrement que les dits lois et règlements correspondent le plus souvent aux contraintes d'un Etat de droit pour mieux mettre en avant les critères de jugement qui l'intéressent (on sombre rapidement dans une politique du chiffre, surtout du chiffre qui arrange celui qui présente les résultats).... Et on n'évoquera même pas le problème massif sous-jacent: une telle force de police, surtout avec le temps, répond à son patron avant de répondre au corps politique dont elle est censée être l'émanation: même si la ville fournit tout ou partie du budget, les flics ainsi employés touchent leur chèque de la main du boss, et c'est lui qui les gère au quotidien, qui leur donne leurs contraintes, qui offre des primes, qui écoute leurs difficultés, leur donne un équipement (apparemment meilleur que celui du NOPD), qui couvre certaines méthodes tant que ça procure "du résultat" (et qui a de l'influence pour étouffer l'affaire en cas de problème).... Et c'est ainsi que les dérives peuvent sérieusement commencer. Aux USA aujourd'hui, il y a 3 flics privés pour un public; la très grande majorité sont ce que les Américains appellent, souvent avec mépris, des "rent a cop" (une traduction plus que simplement littérale en ferait un croisement entre "flic à louer" et "flic en solde"): des vigiles (notamment de "gated communities", quartiers ou villes enclos, très nombreux aux USA; mais aussi évidemment de toutes sortes de commerces), des gardes de sites industriels ou de bureaux, des enquêteurs privés (individuels, assurances, cabinets juridiques....), des "flics de campus" universitaires, gardiens d'espaces verts, gardiens de prisons privées.... Mais on trouve aussi un nombre important et croissant de tels opérateurs ayant des attributions plus ou moins entières de policiers, en concession de service public (flics de campus et gardes de "gated communities" entrent souvent dans cette catégorie), que ce soit de droit.... Ou de fait. Et j'avoue que c'est un truc qui me travaille, comme la création de ce topic l'avait montré initialement: me penchant sur l'un des cas historiques les plus significatifs de la façon dont la force publique pouvait passer imperceptiblement aux mains d'intérêts particuliers, tout en gardant les formes et apparences du monopole d'Etat, voire même en ayant les applaudissements du public pour ce mode opératoire, j'avais étudié la façon dont la chose s'était passée sous la République romaine, ou comment, de fait, les armées en étaient venues, au cours du Ier siècle avant JC, à répondre plus à leurs généraux qu'à l'Etat Romain. C'est au final un processus assez simple, qui commence à être véritablement lancé quand Marius introduit massivement comme norme le recrutement pour les légions d'hommes issus des plus basses strates de la population romaine, les capite censi ("ceux comptés par tête"), situés sous les 5 classes du recensement romain (le cens, exécuté tous les 5 ans, qui compte la population et la répartit en 5 classes fiscales, sociales et politiques, plus les capite censi) et qui n'ont pour eux que la citoyenneté et un droit de vote qui ne pèse rien malgré leur nombre (le suffrage à Rome passant par diverses procédures priorisant et pondérant en faveur des plus riches). Sans propriété, sans même un esclave (un esclave étant à Rome le gage et le symbole du seuil de pauvreté), ils sont exempts d'impôts (ne pourraient pas en payer de toute façon) et d'obligations militaires, et constituent pour l'essentiel une main d'oeuvre corvéable au quotidien, selon les besoins, qui vivote comme elle peut, se reproduit, et bénéficie d'une aide sociale alimentaire offerte par l'Etat (qui achète du grain en masse et le revend à un prix bas et constant). Le changement vient quand la Rome de Marius est confrontée au résultat de plusieurs phénomènes: - la concentration des richesses, liée aux abus de position dominante de l'élite romaine, aux guerres incessantes et toujours plus lointaines et constantes au cours des IIIème-IIème siècles av JC et à la généralisation du travail servile comme premier moteur de l'économie (alimenté par les conquêtes), a déconstruit l'édifice socio-économique sur lequel est basé le socle de la politique romaine, fondé sur une "classe moyenne" variée de petits propriétaires agricoles, ce qui résulte dans un appauvrissement généralisé des classes (sauf la première, celle des familles sénatoriales, des "équestres" -les "1800" ayant le cheval public, et les équestres, plus nombreux, sans ce privilège-, les "tribuni aerarii" et le reste de cette classe) constatée par l'abaissement continu des seuils d'appartenance aux classes sur la période (si les anciens montants avaient été gardés, au temps de César, il n'y aurait quasiment plus eu que la première classe et les capite censi, avec une micro classe moyenne entre les deux). Or, les 4 classes sous la première sont celles qui ont toujours fourni les effectifs militaires de la république romaine, selon la norme gréco-romaine qui ne fait confiance qu'aux gens ayant de la propriété pour combattre (eux ayant quelque chose à défendre et un devoir à remplir pour le groupe, en conséquence). L'abaissement du cens répondait à ce besoin de garder de quoi alimenter les légions, et ce d'autant plus que les besoins étaient en expansion constante depuis la première guerre punique et le développement de territoires et intérêts hors de la péninsule italienne. Mais même là, la tendance n'était pas favorable au maintien du vivier, tant la taille des classes (surtout les 2èmes et 3èmes) diminuait et celle des capite censi augmentait. Au global, malgré une population en expansion, après la très longue récupération post 2ème guerre punique (il faut attendre le milieu du IIème siècle pour retrouver un niveau démographique équivalent, soit un demi-siècle de récupe), l'effectif militaire disponible de Rome tend à baisser tout au long du IIème siècle. - à cette époque, il y a aussi une grave crise conjoncturelle: les guerres cimbriques (face aux peuples germaniques et celtes migrants des Cimbres, Teutons, Ambrones et Tigurini) ont littéralement saigné le corps social romain: entre 113 et 104 av JC, la république subit une série de déculottées monumentales, essentiellement auto-infligées (via l'envoi de chefs incompétents, corrompus, prétentieux, incapables de travailler ensembles), qui culminent dans la spectaculaire branlée d'Arausio (Orange) en 105, en soi un cas d'école de toutes les gaffes qu'un commandement peut faire avant que le premier javelot ne soit lancé.... Ou comment choisir de se faire poutrer au détail, essentiellement par prétention et petites antipathies personnelles. En tout, pendant cette courte période, entre 120 et 150 000 citoyens-soldats romains sont perdus (et leur équipement avec eux), soit plus d'hommes d'âge militaires que pendant toute la 2ème guerre punique (dont les ravages furent parmi les pires de l'Antiquité sur un pays, vécus comme une apocalypse à Rome). Le tout sur un Etat qui compte, au cens de 115/114, un peu moins de 400 000 hommes en âge de porter les armes (toutes classes et capite censi confondus): autant dire qu'il n'y a plus d'hommes disponibles pour la mobilisation en 104 (celle pour la campagne d'Arausio avait déjà raclé les fonds de tiroirs, forçant des gens ayant leur quota de campagne, pressant des recrutements....), et ce alors même qu'il y a désormais un besoin outre mer constant (les 2 Espagnes, la Macédoine, l'Asie et la guerre jugurthine en Afrique, où Marius mobilise ses premiers capite censi): Rome est vide de troupes (surtout que ce sont les meilleurs qui sont pris: la majorité de ceux qui restent sont les plus vieux des "réservistes", et les moins aptes), sauf si on se met à compter les capite censi, qui doivent à cette époque représenter la moitié de l'effectif recensé. Mais personne ne veut, ou ne peut même concevoir, de les utiliser, et seuls les échecs répétés, le vide total du réservoir, l'urgence absolue (le "danger germanique" devient une menace existentielle dans toutes les consciences à cause de ces circonstances, créant un croquemitaine politique dont César usera plus tard), la déconsidération de la majorité conservatrice et la position de force dans laquelle Marius se trouve propulsé, permettent de commencer à taper dans le réservoir des "proletarii". Mais, et là on en vient au sujet, ces soldats d'un nouveau type posent de nouveaux problèmes: contrairement aux soldats-citoyens traditionnels, ces gens ne peuvent se payer ni leur équipement ni leur intendance. Si au fil des siècles, l'armée romaine avait évolué pour inclure une partie de financement public pour l'équipement, un embryon de solde, et une part déterminée de l'approvisionnement et de certains équipements spécifiques, autant en raison de l'allongement des campagnes, d'un besoin croissant de sophistication militaire et de développement du modèle militaire romain, et d'un appauvrissement constaté d'une part croissante du corps civique, le soldat gardait à sa charge la grande majorité du coût de ce qu'il portait (vêtements, équipement, armement), une partie (en réduction) de l'équipement collectif (désormais très important et sophistiqué) et une part variable (selon la campagne) de ce qu'il mangeait, et sa solde n'était qu'un minimum à but plus complémentaire que compensatoire, tout comme la plus grande part de son entraînement (en tout cas individuel et pour le petit groupe de combat de base, le contubernium, avec en plus quelques manoeuvres régulières à plus grande échelle) était réalisée sur son temps, à sa charge, comme part de son devoir de citoyen, depuis l'enfance. Un soldat qui n'a rien à la base a donc besoin de tout: être équipé de pied en cap, être entraîné depuis le niveau zéro ou presque, avoir une logistique constituée à partir de zéro, le lourd train d'une légion (équipements et appros, plus le personnel non combattant qui va avec, lui aussi désormais "professionalisé" avec des capite censi), et, plus encore -et coeur du problème-, il doit être payé une solde décente, de même que doit être prévu une forme de retraite/d'aide à la reconversion, sous peine de relâcher dans la nature, à l'issue du temps de service, des hommes armés et très qualifiés pour la violence (voire avec un goût pour elle, et l'expérience du combat, mais aussi de la conquête et de ses conséquences), sans aucun horizon d'emploi ou de propriété. L'armée "new style" que Caius Marius et les circonstances introduisent est donc un joujou soudain très cher (difficile d'évaluer le facteur par lequel le coût moyen d'une légion est multiplié, mais c'est beaucoup: je vais essayer de trouver des éléments pour une estimation) pour une Rome qui n'a pas un budget facilement extensible: les Romains n'ont pas beaucoup d'impôts, ont même eu tendance à les baisser à mesure que les conquêtes outre-mer s'accumulaient et qu'elles pouvaient être pressurées par les "publicanii" (les "contractors" publics chargés avant tout de lever le tribut: Rome n'emploie pas de fisc organisé, sauf pour la comptabilité au sommet: tout est affermé à des opérateurs privés qui se rendent coupables d'abus immenses, grugent le trésor, et causent en fait une hostilité dans les provinces qui en vient souvent à coûter cher à l'Etat), et, dans ces sociétés très rétives au changement et très inégalitaires (avec ceux qui peuvent payer qui sont aussi ceux qui décident de l'impôt), la politique fiscale ne peut être bouleversée, sauf à la baisse. On ne verra la pression fiscale revenir que pendant le 2ème Triumvirat (Antoine, Octave et Lépide), dans une situation d'urgence absolue, et pour une brève période seulement, mais qui mit la société romaine en situation explosive, seulement évitée par la force armée (et donc des principes républicains foutus aux chiottes). Sur un Etat romain qui dispose d'un revenu annuel d'environs 200 à 220 millions de sesterces (8 à 8 800 talents, l'unité de compte des "grandes" sommes. 1 talent = 25 000 sesterces), dont la moitié venant de la province d'Asie (Anatolie Occidentale) et de Grèce, au moins 10-15% doivent alimenter le Trésor principal (temple de Saturne: au moment du premier Consulat de Marius, il doit y avoir quelque chose comme 30 000 talents en réserve) et quelques annexes servant de réserves d'urgence liées à des cas spécifiques (temples d'Ops et Juno Moneta, surtout), et sans doute 20-25% doivent servir à acheter du grain (très variable suivant les récoltes, sachant que le prix de revente, lui, ne change pas); des montants non négligeables doivent aller aux travaux publics dans la ville de Rome et pour l'entretien des routes et grands ouvrages d'arts, toujours plus nombreux avec l'expansion, et ces montants sont toujours très insuffisants (les grandes familles sont censées aussi financer des ouvrages, surtout ceux qui portent leur nom, et les localités sont aussi mises à contribution, mais là aussi, on arrive souvent loin du compte). Et le reste va à l'armée. Soit un modèle budgétaire complètement dépendant d'une armée en bonne partie autofinancée, n'attendant pas de vrai revenu (juste une compensation partielle), et comptant sur une part du butin pour sa vraie récompense (d'où le fait que le butin soit le premier motif de guerre à cette époque). Du jour au lendemain, Marius bouleverse la donne (même s'il reconnaît et acte, dans les faits, la simple réalité de l'évolution socio-économique et militaire romaine), et crée LE problème qui aura finalement la peau de la république, via ce choc infligé à un budget et une structure fiscale pas prévus pour ça, et un nouveau modèle militaire. Parce que tout n'est pas dans les réformes initiales: Marius devra batailler ferme toute sa carrière pour obtenir compensation pour "ses" soldats, et surtout leur obtenir leur retraite/reconversion, essentiellement via une somme d'argent et des terres appartenant à "l'ager publicus", les terrains appartenant à l'Etat romain (et âprement défendus par l'establishment romain qui se les accapare et les louent à vil prix pour les exploiter), soit ce qu'on appellerait en termes économiques, les "biens communs" ((hérités du droit de main morte de l'Etat, de donations, d'un capital initial, de confiscations, et surtout, de la conquête). Et les soldats veulent des terres en Italie, pas dans les provinces, ce qu'ils peuvent revendiquer par légitimité (ce sont culturellement des Romains, et Rome n'a pas alors de mentalité de "romaniser" son monde, étant comme tous les peuples d'alors, exclusivistes et pas encline au mélange: s'installer en Italie hors du latium est le maximum tolérable pour ces gens), mais surtout parce qu'avec ce changement, ils cessent d'être du petit peuple méprisé et atomisé pour devenir des groupes soudés et conscients de leur force politique potentielle. Et ces groupes deviennent surtout plus loyaux à leurs généraux qu'à l'Etat: c'est pourtant l'Etat qui paie leur solde et leurs "retraites", mais c'est le général qui recrute les hommes ou reprend en main des garnisons positionnées loin de Rome, qui les entraîne, qui leur donne ces sommes d'argent, et, bien souvent, c'est lui qui les obtient de l'Etat, souvent au prix de batailles politqiues âpres et très longues (les vétérans attendent parfois des années). Marius, et après lui Sulla, Pompée, César, et surtout Octavien, se sont retrouvés avec des dizaines, parfois des centaines de milliers de vétérans attendant les arriérés de paie, et surtout leur solde de tout compte et leur lot de terre, face à un Sénat faisant des pieds et des mains pour diminuer les sommes induites, renvoyer le paiement aux calendes grecques, mettre les généraux trop auréolés en porte à faux avec leurs vétérans.... Il y avait de la légitimité aussi du côté du Sénat: les soldats abusaient souvent (demandaient des augmentations, voire, après César, négociaient tout, et beaucoup abusaient d'un système mal foutu avant qu'Octave/Auguste ne le régule: ils voulaient un lot de terre et/ou une prime après CHAQUE campagne, et rempilaient aussi souvent que possible pour ainsi gruger), mais surtout, les dits généraux tendaient à trop promettre, à augmenter arbitrairement (même si c'était justifié) les sommes et terres promises, à accroître les effectifs qu'ils recrutaient sans demander l'avis du Sénat (soit en passant par la Plèbe, soit carrément en le faisant d'office en accroissant les effectifs de légions existantes, en formant des cohortes supplémentaires non liées à une légion....), à prendre beaucoup de libertés avec les mandats qu'ils recevaient (poussant la guerre plus loin, transformant une défense de zone en conquête des zones à côté....) pour forcer l'Etat à leur voter des légions en plus... Voire même, avec le cas de Pompée, par exemple, à lever des légions par eux-mêmes, sans autorisation, parce qu'ils en avaient les moyens et/ou disposaient de clientèles suffisamment vastes pour les appeler sous les aigles sans les payer, via le devoir clientéliste et la confiance qu'il y aurait une récompense au bout du compte (Pompée, très grand propriétaire terrien -sans doute la première ou deuxième fortune romaine de son temps-, commence ainsi sa carrière en 83, joignant la marche de Sulla sur Rome avec 3 légions ainsi levées). Le fait est globalement que si c'est l'Etat qui paie la note, la décision passe graduellement dans la main des généraux/leaders politiques (même chose à Rome) oeuvrant effectivement aux armées et étant en contact avec elles: le rapport plus ou moins direct du chef (surtout victorieux) avec les troupes écrase le rapport d'allégeance au corps politique ou à l'abstraction qu'est l'Etat ou le principe républicain. Le fait était ensuite entériné dans la coutume et la loi, les vétérans devenant, dès qu'ils quittaient le service (souvent temporairement seulement), des clients de leur général (quand ils ne l'étaient pas au départ). Et ce que je vois avec l'exemple évoqué plus haut de la Nouvelle Orléans ressemble beaucoup, je trouve, au principe ainsi décrit: la concession de service public recrée les mêmes dynamiques, avec des individualités de type PDG/entrepreneurs qui joueraient le rôle des sénateurs "militaires" ambitieux de Rome. Mais pour la même raison que les généraux font généralement de mauvais dirigeants et/ou des tyrans quand ils commencent à se mêler de la gouvernance, ces personnages qui, à notre époque, commencent à se médiatiser lourdement et à se façonner des images de grands chefs du temps, posent exactement le même problème: leur "efficacité" est en grande partie affaire de communication, cachant trop de zones d'ombres et niant trop de réalités, adressant juste la partie des problèmes qui les arrange, impliquant des bouleversements tout sauf démocratiques, avantageant leur segment de la population, et visant surtout à une forme ou une autre de prise de contrôle personnel ou de caste. Les USA semblent être le laboratoire de la chose dans le monde occidental (ce type "d'entrepreneur", l'appropriation de la politique locale et nationale par quelques grands "barons", des Etats recourant plus souvent à des "emergency managers" non démocratiques....): à quand des mouvements de ce genre pour ce qui concerne l'usage des forces militaires? Les évolutions constatées récemment dans le recours aux "contractors" pour des fonctions opérationnelles n'incitent pas à la quiétude. Et des personnages comme Erik Prince, dont la soeur est la nouvelle Secrétaire à l'Education de Trump, non plus.
    6 Points
  35. ARMEN56

    Flotte saoudienne

    En partie déjà répondu ( voir post précedant ) ; moteurs et GE idem Cassard ...... Sinon Frégate construit suivant corpus normatif MNF ( instructions STCAN de l’époque) , pas d’équivalent marine nationale , plateforme et topside adaptés au besoin client : Radar veille aérienne sea tiger Radar de nav decca TM1226 Détecteur radar 4000 3S Brouilleur radar Janet 50 Lance leurre dagaie Sonar de coque Diodon B , avec 2 transducteurs un sous dôme et l’autre remorqué Crotale Mer mer Canon de 100 mm + 2 breda de 40 mm A la vue de la vidéo , on devine la frégate virer légèrement en esquive sur tribord , et le coup porté sur l'arrière bâbord . Je me demande si cette manoeuvre n'a pas limité les dégats en protégeant le safran unique forcement en incidence tribord............De toute façon cette explosion a ,sous le choc ,mis en vitesse pas mal d'équipements ...dont le sonar remorqué , serai curieux de voir ce que çà donne coté bâbord .
    6 Points
  36. Picdelamirand-oil

    Eurofighter

    J'ai côtoyé au siège d'EADS la personne qui a fait sa thèse de doctorat en développant l'aérodynamique du Typhoon. Ils ont testés des tas de formules et celle du Typhoon était prévue avec des TVC, puis ils ont attendus des budgets...
    6 Points
  37. Skw

    USA

    Pour moi c'est... une caricature. Non pas de Trump, mais de l'attitude caricaturale d'une certaine presse "libérale", "progressiste", bien-pensante. Je trouve au contraire que c'est très bien trouvé... même si je suis déçu par les choix graphiques. Autrement dit, je trouve que l'idée originale est excellente et que la réalistion l'est bien moins. L'Amérique, à travers Trump, a finalement refusé d'endosser une certaine stature mondiale et a décidé de tirer un trait sur l'image dont elle pouvait jouir très largement à l'échelle du globe. D'où cette tête décapitée de la Statue de la Liberté, ou même plus précisément de cette Liberté Eclairant Le Monde (Liberty Enlightening The World), puisqu'il s'agit du nom exact de l'oeuvre. Cette tête décapitée fut également la première image qu'ont pu avoir de l'Amérique des millions de migrants. Tu peux analyser également ce dessin sous un angle géopolitique et ainsi l'interpréter comme le refus des USA de se comporter comme le chef de file du monde libre, avec notamment une remise en question de l'Otan et un bouleversement des grandes logiques géostratégiques. L'expression "chef de file du monde libre" fait tout à fait anachronique aujourd'hui, mais elle avait un sens il y a de cela quelques décennies. C'est pourquoi je ne te comprends pas vraiment lorsque tu expliques que derrière Trump, il y a des électeurs. C'est justement parce qu'il y a des millions d'électeurs derrière Trump que ce dessin prend d'autant plus de force. Des millions d'électeurs ont décidé à travers Trump de renoncer à une certaine stature, à une certaine image et à un certain rôle pour leur pays dans le monde. Personnellement, cette caricature me fait penser par certains aspects à cette gravure bien connue des citoyens français mais de facture anglaise : Une tête est tranchée et c'est un autre monde qui s'annonce.
    6 Points
  38. pascal

    menaces intérieures

    Je ne voudrais pas être méchant mais franchement ... on s'en bat les roubignoles; l'autre ahuri est mis hors de combat, pas de blessés grave chez nous ni chez les civils le reste c'est de la littérature !
    6 Points
  39. Boule75

    USA

    @Carl je comprend mieux la notion de Trump, homme de paix si pregnante dans certains discours. Je pensais à "Fichez moi la paix !", j'aurais dû penser à "Reposez en paix." Suis-je bête.
    6 Points
  40. Berezech

    USA

    90 jours de freeze pour les citoyens de 7 Etats. 120 jours de freeze total pour les réfugiés (toutes nationalités) Freeze à durée indéfinie pour les réfugiés syriens. Aucune proportionnalité, aucune base légale, aucun fair process vis à vis des administrés, aucune concertation ou annonce préalable dans un délais raisonnable, et je vais pas y venir sur les libertés fondamentales violées. Que le General Attorney ait décidé de ne même plus le défendre ne relève même pas d'une stratégie politique, c'était tout simplement contraire à l'institution même de la justice (pour ne pas tout simplement dire de la raison). Trump est en train de semer le désordre dans son pays à vitesse grand V. Petit récap perso de 10 jours de démences : La seule cohérence que je vois c'est la volonté de "tester" les résistances de la société, des médias (en intimidant, en créant des alternate facts ... et sa scène médiatique propre sous contrôle), des corporations (en les montant les unes contre les autres) et de l'appareil d'état en interne (ce dernier pour le purger).
    6 Points
  41. Wallaby

    USA

    Si le but de Trump est de donner un os à ronger à son électorat, puis - dans 90 jours - de tourner la page et de passer à autre chose, ce n'est peut-être qu'un mauvais moment à passer. J'ai été préoccupé par l'article suivant : Cela donne l'impression que Trump se tire une balle dans le pied, puisqu'il n'essaie pas de maintenir l'outil diplomatique en état de marche, et qu'il se prive des comptes-rendus des diplomates qui partent, alors que le manuel du Département d'État prescrit ces comptes-rendus, de façon à ce que les nouveaux responsables sachent l'état des dossiers et où sont les "cadavres dans les placards". Si Trump déteriore l'outil diplomatique, alors il ne pourra pas bien l'utiliser. Or comme souvent on a le choix entre la diplomatie ou la guerre, si la diplomatie ne marche pas, il ne restera plus que la guerre. Dans ce sens on peut craindre que Trump ne mette son pays en guerre. Ce ne sera pas parce qu'il est ou qu'il n'est pas Hitler ou Mussolini. Ce sera parce qu'il a cassé son outil diplomatique.
    6 Points
  42. Chachnaq

    Le YEMEN en voie de "Somalisation"

    Non je comprends très bien l'arabe et je connais le slogan des Houthis répétés à chaque fois et on l'entend cette fois à partir de 0.25 minute dans la vidéo et le slogan en français c'est "Dieu est grand, mort à l'Amérique, mort à Israël, malédiction sur les juifs, victoire pour l'islam" Je parle de la minute 0.44 dans la vidéo le mec cri à haute voix et dit regardez l'ennemi américain entrain de brûlé grâce à Dieu et sa volonté et sa puissance, nous l'avons brûlé puis il dit Dieu aide nous, puis il redit cet ennemi américain ses navires brûlent à la mer.
    6 Points
  43. hadriel

    USA

    Là, c'est vraiment grave: https://www.theguardian.com/us-news/2017/jan/28/lobbying-ban-trump-executive-order-isis-strategy Trump nomme Bannon comme membre permanent du National Security Council. Le chef d'état major des armées (chairman of the joint chiefs) et le directeur du renseignement (director of national intelligence) se font par contre éjecter des membres permanents du même conseil. Edit: Le DNI et le chairman of the joint chiefs deviennent membre "qui sont conviés quand le sujet les concerne". Bizarre quand même.
    6 Points
  44. Boule75

    On prend les paris ,les british quittent/ou pas l'Europe

    Ta réaction est bonne évidemment. Tentative de résumé les éléments dont on dispose et présentés comme expliquant le vote pro-Brexit : sentiment de perte de souveraineté (soumission aux Cours européennes de justice et aux normes), immigration importante, notamment en provenance de l'UE, appauvrissement des classes populaires (considéré comme renforçant le point précédent, à tort ou à raison), crise du système de santé, des chemins de fer, de l'armée, de beaucoup de service publics, défaut de protection des industries, trop de bureaucratie à Bruxelles et trop de français et d'allemands dans la bureaucratie bruxelloise, et qui coûtent cher, etc..., pas assez de libre-échange, la zone Euro est toujours passablement en crise. Le premier point me semble un peu légitime, : une part de la souveraineté juridique a effectivemet été transférée à l'échelon européen, et la CEDH, par exemple, a eu tendance à accepter de juger des cas alors qu'elle aurait pu ou dû le refuser. Les avocats, partout en Europe, l'utilisent comme niveau supérieur de recours à tort et à travers. Problème : la CEDH n'appartient pas à l'architecture de l'UE et, d'ailleurs, le RU songe à la quitter, elle aussi, en montant en épingle le fait que ça l'aurait empêché de traiter à sa guise tel ou tel vilain barbu, ce qui me semble vaguement spécieux... Pour le reste, évidemment et par principe, l'UE édicte des normes pour l'UE, et elles n'ont pas tout le temps l'air simples ni bien fichues, mais les gouvernements anglais ont donné leur accord. Les points 2 à 6 correspondent à des politiques que les gouvernements anglais ont promues, ou sur lesquelles ils ont pleine responsabilité. Pour l'émigration spécifiquement, la promotion de la doxa ultra-libérale (au sens français) fournit un cadre favorisant le travail des clandestins comme des autres immigrés de l'UE : le RU est un appât à réfugiés, français, polonais, de son propre fait. L'appauvrissement de leurs classes populaires est largement auto-infligé ; ils ont toute autonomie sur leurs services publics, NHS et autre ; le défaut de protection des industries est largement imputable à la position anglaise à Bruxelles et à la politique interne de Londres (cf. acier) ; ils ont pris une place majeure dans la bureaucratie bruxelloise. Le point 7 est une galéjade et certainement contradictoire avec les reproches 2-6. Le point 8 est hors-sujet même si j'admet que le dysfonctionnement de la zone Euro ne donnent pas trop envie d'UE. Et dans la série des politiques ou non-politiques de l'UE qui la rendent peu désirable à mes yeux, on a énormément de points qui ont été activement promus ou défendus par le RU et quelques alliés : concurrence fiscale, libre-échangisme à tout crin oscillant souvent (pas tout le temps) entre la naïveté et la trahison, refus d'homogénéisation progressive des normes sociales, privatisation de services publics éventuellement désastreuse, refus d'avancées communes sur nombre de sujets (défense...), etc. Pour ma part, je trouve dommage qu'ils se barrent ; je n'exclue pas qu'ils ne se barrent pas, finalement ( ! ) ; je pense que l'UE serait infiniment plus désirables s'ils ne l'avaient pas autant bloquée et cantonnée en une zone de libre-échange, de concurrence interne, et s'ils n'avaient pas suivi Bush jr. en 2002. Ils sont en pleine "dissonance politico-cognitive" interne. Ca ne nous dédouane pas, l'UE doit avancer si elle doit être attirante ! EDIT : j'ai oublié de parler de l'évasion fiscale, mais ça ne change fichtrement rien au raisonnement, si vous voyez ce que je veux dire...
    6 Points
  45. 6 Points
  46. Arka_Voltchek

    AASM

    Oui et en même temps non. l'intérêt de la gbu-49 est d'être moins chère. Si l'aasm voie son prix baisser, elle n'a plus guère de raison d'être. Basculer ce budget sur l'aasm permet d'augmenter la série et baisse le prix. Une sorte de cycle vertueux. D'autant qu'une partie du prix reviens dans les caisses de l'état car fabriqué en France (TVA, taxes sociales, etc).
    6 Points
  47. Benoitleg

    Allemagne

    C'est du flan. La Croix, 16 juin 2016 Réfugiés: l'Allemagne veut s'attaquer à la polygamie et aux mariages d'enfants Déclaration du ministre allemand de la Justice, Heiko Maasau (dont l'avis pèse..). "Aucune des personnes immigrant [en Allemagne] n’a le droit de placer ses racines culturelles ou ses convictions religieuses au-dessus de nos lois" Le ministre allemand de la Justice a annoncé mardi vouloir durcir la législation contre la polygamie et les mariages avec des mineurs contractés à l'étranger, dont de nombreux cas ont été recensés parmi les réfugiés accueillis dans le pays. http://www.la-croix.com/Monde/Refugies-Allemagne-veut-attaquer-polygamie-mariages-enfants-2016-06-14-1300768533 Le Temps (Suisse), 12 octobre 2016 Mariages précoces: vers une interdiction stricte en Allemagne Le projet de loi que prépare le gouvernement prévoit de supprimer l’exception du mariage à 16 ans en Allemagne, tant au niveau civil que religieux. En clair, il ne sera plus possible à un imam d’unir une jeune fille mineure même consentante. Par ailleurs, le texte prévoit de ne plus reconnaître les unions avec un(e) mineur(e) conclues à l’étranger. https://www.letemps.ch/monde/2016/10/12/mariages-precoces-vers-une-interdiction-stricte-Allemagne Ps : étrangement, ces nouvelles là ont été beaucoup moins reprises par "Valeurs conflictuelles", "Insistance républicaine", "Egalité et reptation", "l'union fait la farce" ou autres du même type.
    6 Points
  48. Fenrir

    USA

    Le pire c'est que l'on va commencer à trouver des bons côtés aux deux mandats de Bush si cela continue...
    6 Points
  49. Tancrède

    USA

    Une information qui n'a pu être diffusée que parce qu'un employé l'a faite fuiter: ce serait passé inaperçu sinon (pour un certain temps au moins), ce qui permet de soupçonner que beaucoup d'autres choses du même genre sont en train d'arriver dans toutes les agences gouvernementales. L'activité de la Environmental Protection Agency a été de fait gelée en totalité, sans le moindre avertissement: l'essentiel du travail de l'agence consiste en des analyses et inspections (et la définition de normes), et surtout la concession de contrats et subventions pour plus de 6 milliards de dollars annuellement (contrôle de la qualité de l'air, nettoyage de sites pollués....). En plus de cet arrêt complet de l'activité pour une durée indéterminée, les employés ont été enjoints de ne parler à personne (conversations, médias sociaux, interviews, emails....), et d'annuler tous les colloques, conférences, missions d'information et allocutions prévues, il a été ordonné de renoncer à la publication de tout nouveau contenu écrit, sur papier ou online; il est tout sauf sûr que ces choses soient très légales, d'ailleurs (c'est pas une agence de renseignement), notamment parce qu'une bon nombre d'employés sont des savants qui ont par ailleurs le droit d'exercer leur liberté académique (on me dit que c'est un truc important), mais aussi, tout connement, parce que.... Liberté d'expression, quoi (et encore une fois: 99,999% de ce que fait l'EPA ne contient pas d'informations sensibles ou de secrets industriels). Cette "fuite" renvoie aussi à ce qui s'est passé autour du "Inaugurationcrowdgate" : le National Mall est géré par le National Park Service (les rangers avec des chapeaux genre police montée ), et le service a osé se mêler de la chose ce WE en envoyant un tweet essayant de donner quelques faits..... Avant d'être apparemment obligé de se rétracter et de publier un truc qu'on aurait cru sorti d'une officine de propagande soviétique. Le service a du effacer plusieurs tweets publiant des chiffres (officiels pourtant: rien de polémique) sur le réchauffement climatique, une heure après leur publication. De fait, on commence à pouvoir percevoir une méthode derrière le bruit: celle du "ferme ta gueule" (et change ses louanges). L'affaire de l'EPA arrive alors même que les pipelines controversés sont relancés sans même un moment de pause ou de discussion, et l'existence de l'agence semble être sur la sellette. Mais le procédé se retrouve ailleurs: des ordres similaires (silence radio, gel de l'activité même pour les affaires courantes et les contrats en cours....) auraient été adressés au Department of Transportations, à plusieurs services du Department of the Interior (dont le National Park Service), du Department of Health and Human Services et du Department of Agriculture (notamment le Agriculture Research Service). Ces services se sont aussi vus interdire de transmettre la moindre information au Congrès (pas sûr que ce soit légal non plus, ça). Il y a environs 2000 scientifiques à l'ARS (la recherche agricole, donc), qui ont tous reçu l'instruction de ne rien publier ou communiquer du tout (je le signale parce que là aussi, il y a eu une fuite donnant une copie du mail). Ce genre de procédés discrets, pour l'instant "en coulisses", mais un peu partout, donne une mauvaise impression et commence déjà à créer une atmosphère générale malsaine. Certains font déjà des rapprochements avec la "méthode poutine" (un communiqué du DNC disait carrément "Putin would be proud"), ce qui est évidemment exagéré, mais pas non plus totalement déplacé vu la façon de faire, loin de toute transparence: une démocratie établie, avec une scène publique vivante, a un seuil de tolérance limité à ce type de méthodes déjà très mal vécues sous Nixon (qui fut, détail amusant, le créateur de l'EPA). Toutes les agences visées, notamment tout ce qui concerne la recherche dans les domaines de l'environnement, des transports, de la santé, de l'agriculture.... Avaient déjà senti venir la chose et s'empressaient depuis novembre de sauvegarder leurs données (ce qui représente une masse considérable) pour les mettre hors de portée du nouveau gouvernement. On ne sait pas si tout a pu être "sorti", mais vu ce qui se passe depuis vendredi, leur agitation ne semble plus si paranoïaque.
    6 Points
  50. chaba

    [UK] Renouvellement de la dissuasion nucléaire

    Mais on le sait ce qui a cloché : Ce qui a cloché, c’est pour commencer la communication du MoD britannique qui annonce un « succès » du test en jouant sur les mots puisque ce qui a été un succès c’est la démonstration de la capacité du sous-marin modernisé et de son nouvel équipage à faire sortir le missile de son tube, et rien de plus… Avec de tels critères de réussite, le tir de M51 par LeVigilant le 05 mai 2013 fut aussi un bien beau succès. Et de même, les russes sont plutôt bons avec leurs Bulava, qui ont la plupart du temps au moins pu décoller lors de leurs essais (et qu’ils ne soient jamais arrivés est un point qu’il faut être bien mesquin ou viceralement anti-russe pour avoir le culot d’en parler…). La deuxième chose qui a cloché, c’est un premier ministre qui a menti à son parlement et un MoD qui ment dans ses communiqués au public. Ça c’est bon pour la confiance, quand demain il faudra parler de Libye ou de l‘Irak... Au fait, le Trident II D5, c’est bien un produit exceptionnel signé Lockheed-Martin, isn’t it ? Comme le futur avion exceptionnel-de-la-mort-qui-tue de la RAF, le tant attendu, tant espéré, tant promis, j’ai nommé le F-35… Eh bien, cela promet !
    6 Points