Leaderboard


Popular Content

Showing content with the highest reputation since 01/23/18 in all areas

  1. 12 points
    Pour avoir travaillé sur d'autres simulateurs destinés à nos forces armées, je confirme : tous les équipements avec lesquels l'opérateur est susceptible d'interagir sont issus des mêmes approvisionnements que les équipements montés au réel sur les appareils. Par contre, le monsieur a indiqué un coût du siège à six chiffres avant la virgule. Pas un chiffre avec 6 zéros. On n'est donc pas à plus d'un million d'euros pour le siège mais plutôt à moins d'un million. Le siège serait à 100 000 ou 200 000 €, ça fait cher, mais c'est la contrepartie de l'utilisation d'un matériel réel, qualifié pour le vol, bien que certainement dépourvu de sa pyrotechnie - mais pour autant, porteur de toutes les mises en sécurité qui vont bien histoire de "répéter" les procédures d'embarquement et de débarquement, en plus du reste. Pour l'expérience que j'ai d'autres simulateurs, plusieurs chosent participent au coût de manière très significative : la modélisation de l'appareil et des lois de comportement de celui-ci. La qualité de simulation demandée, côté modèle physique, est quand même un cran au dessus de celle de Falcon 4.0. les campagnes de mesures et d'acquisitions de données expérimentales pour recaler le modèle vu ci-dessus par rapport à la réalité. les campagnes de test et de validation du modèle, et notamment lorsque des phénomènes physiques sont correctement restitués d'un point de vue numérique, mais que la sensation n'est pas au rendez-vous. On "tweeke" alors le simulateur en remplaçant le modèle physique par un effet spécial. Généralement, on évite, c'est le dernier recours et cela signifie que l'on a déjà tout essayé auparavant (pour plusieurs centaines de milliers d'euros de développement, vu les équipes impliquées) la génération d'images : on est sur des solutions haut de gamme, très peu tolérantes à la panne ou avec des conditions de remplacement/maintenance en extrême urgence, voire avec un parc de remplacement préconfiguré/prépositionné. Ca coûte un rein, en plus du bras. C'est pas la ATI Radeon sur un vidéoproj de salon. Ce sont des fermes de SGI (Silicon Graphics, rappelez vous les années 1990) sur des Barco hors catalogue grand-public ou voire des projecteurs à techno-laser, dont les champs de projection ont été calés au millimètre sur les écrans de plusieurs mètres de diagonale, disposés en dodécaèdre sur une structure indéformable. Les premiers points relèvent du développement. Le dernier concerne l'installation et l'exploitation, et à lui seul représente plusieurs millions d'euros - dont quelques centaines de milliers rien que pour la qualification/certification/recette/preuve de fonctionnement.
  2. 11 points
    Le niveau de cette menace russe a quand même étrangement été amplifié bien au-delà du crédible: les médias en redemandent à l'infini, et continuent de pousser cette trame narrative qui aurait bouleversé les élections précédentes, avec un refus entêté de réellement dimensionner le phénomène: des clips youtube (et autres) à peine regardés, des chiffres de flux sur des comptes facebook censés impressionner (ils se gardent bien de parler de la fréquentation effective, juste des flux de référencements parce que ça chiffre en millions et donc sonne fort), des scans de quelques listes électorales transformés dans le récit en "attaques" (sans réellement dire en quoi consisterait une "attaque"), et des artifices sans fin pour "démontrer" le soi-disant impact des révélations de Comey sur les choix des électeurs (et ça fait franchement peine à voir quand on réfléchit deux secondes à ces "raisonnements"). A côté de ça, les préoccupations dominantes des électeurs, leur haine des deux candidats, la rancoeur à l'égard du système politique, et le matraquage constant pendant près de deux ans de campagne et pré-campagne, à coups de plusieurs milliards de dollars dépensés (au moins 5 des deux campagnes, des candidats de primaires, et des organisations associées) et de milliards supplémentaires de couverture médiatique permanente et "gratuite" (façon de parler, mais disons qu'il n'y a pas eu achat d'espace en cash), non, ça ne compte pas par rapport aux quelques dizaines de millions que les Russes ont foutu dans une opération d'asticotage sans réel plan, improvisée au fur et à mesure, accompagnée de quelques centaines de milliers de dollars en achats de pubs inefficaces (pas/peu vues). Tout au plus le trollage des principaux médias sociaux (bots, fermes à trolls) a t-il pu jouer un rôle marginal en soufflant sur les braises d'une polarisation de toute façon déjà absolument dominante sur les plates-formes numériques. Mais cette idée d'une Russie pouvant influer significativement sur le vote des Américains semble désormais trop tentante pour l'élite washingtonienne: après tout, les Russes n'ont jamais cessé de sentir le souffre depuis 91 (c'est devenu trop pavlovien, et les Russes eux-mêmes ont trop besoin de se sentir "rivaux" de la superpuissance.... Et trop envie de se méfier des ricains), et c'est pas comme si Daesh constituait un épouvantail suffisamment impressionnant pour justifier les dépenses et lois qu'on veut voir passer.
  3. 11 points
    Non. Ce n'est pas une controverse scientifique. Une controverse scientifique, c'est quand il y a deux théories scientifiques qui s'affrontent, et la communauté scientifique ne sait pas encore laquelle est juste. Un exemple de controverse scientifique, c'est le débat au début du 20ème siècle sur la dérive des continents, commencé dans les années 1910s par Wegener et qui finira par être tranchée dans les années 1950s avec la tectonique des plaques. Un autre exemple est la question de l'âge de la Terre au 19ème siècle, où il y avait une incompatibilité manifeste entre la thermodynamique de Kelvin et la datation des couches géologiques de Lyell. Ce conflit fut résolu bien plus tard par la découverte de deux éléments changeant complètement les données sur lesquelles Kelvin avait fait ses calculs : les phénomènes de convection dans le manteau de la Terre, et la radioactivité du noyau. Le débat sur le réchauffement climatique n'est pas une controverse scientifique, pas plus que les études bidons démontrant l'innocuité totale et parfaite de l'essence plombée. Ah ben oui le saturnisme, connu depuis l'antiquité romaine, tout d'un coup n'existait plus grâce aux efforts du bon docteur Kehoe. C'est une question purement politique ; il n'y a rien de scientifique dans le débat. Car ce n'est pas, même si ça peut en avoir l'allure, un débat entre deux thèses scientifiques ; c'est un conflit entre la science et l'obscurantisme. Les méthodes de Kehoe pour décrédibiliser et censurer toute étude démontrant la nocivité d'un produit sont toujours en vigueur, et on les retrouve dans le soi-disant débat sur le changement climatique. Tout comme on les a retrouvées en France, pour défendre Éternit qui vendait son amiante-ciment, et il a fallu attendre 1996 pour que l'amiante soit enfin interdite en France. De la même manière que "ce qui est bon pour General Motors est bon pour l'Amérique" a été employé pour justifier que l'essence plombée devienne le standard de l'automobile, "ce qui est bon pour Éternit est bon pour la France" alors n'allez pas vous inquiéter de l'asbestose. Dans un domaine moins industriel, on a la même chose avec la soi-disant controverse entre le Créationnisme (ou sa variante "scientisée", le dessein intelligent) et l'évolution. Ou alors le négationnisme sur les crimes nazis. Tout cela revient toujours au même : tenter de dissimuler la vérité aussi longtemps que possible, par tous les moyens, inventant des prétextes et des explications bidons pour semer le doute dans l'opinion publique. Allons bon, une magnifique théorie du complot : une cabale d'affreux climatologues ont inventé que le temps se détraque afin d'établir une dictature bureaucratique totalitaire de l'écologie. Heureusement, on peut compter sur des vaillants défenseurs de la liberté, de la démocratie et des tartes aux pommes pour défendre la vraie vérité que brûler tout plein de charbon, c'est bon pour l'environnement, la preuve les plantes ont besoin de CO2. (Le gars qui tient ce site d'information comme quoi avoir plus de CO2 dans l'air c'est bien et en réduire la production serait horrible est un ancien d'Enron, détail curieusement omis de sa bio sur le site.)
  4. 11 points
    En souvenir du dernier survivant de ces 96 volontaires qui est décédé en 2017. Ce rafale va garder cette couleur jusqu'au défilé du 14 juillet 2018. Il sera également l'invité d'honneur du défile de la victoire du 9 mai 2018 à Moscow Gael Taburet 1919 2017 Gaël Taburet, engagé à 18 ans dans l’armée de l’air et breveté pilote en 1939, rejoint le front russe en avril 1944. Il termine la guerre avec 6 victoires dont une probable. Il poursuit sa carrière en Indochine puis en Algérie à Meknès. Il revient en France puis passe dans les forces françaises en Allemagne. Il part ensuite en opérations en Algérie puis est affecté en France en prenant deux ans plus tard le commandement de la base aérienne d’Orange RIP
  5. 10 points
    Mouhahaha, me faire confiance alors que je bosse en cachette pour Leonardo depuis des années ! Pauvre fou ! :D (plus sérieusement, merci pour ton opinion de moi, qui est tout à fait réciproque) Bon, je suis pas intervenu depuis moultes temps ici, alors session de rattrapage: -Pour le Typhoon au Qatar, ça n'a absolument rien de surprenant. J'en parlerais plus longuement dans le prochain DSI, mais en gros je rejoins Jon Lake sur certains points (et certainement pas sur d'autres !!), sans trop de surprise: le Qatar achète des alliances, cherche à casser les partenariats privilégier de l'AS et des EAU, et montre qu'il gère bien mieux la com politique et la diplomatie du portefeuille que ses adversaires EAU et AS (qui ont tenté d'isoler le Qatar de la Turquie, et échoué pathétiquement). -La triple ligne d'approvisionnement, c'est avant tout politique, un peu comme Taïwan à une époque. Et il faut être bien naïf pour croire que Washington, Paris et Londres, c'est kif kif sur la scène internationale, et que ça le restera, surtout au Moyen-Orient ! Trump est passé par là, le Brexit est passé par là, le Printemps Arabe aussi, tout comme le pic de production mondial du pétrole. Et s'il y a bien un pays capable de comprendre comment tous ces éléments s'articulent, et le risque de déstabilisation à très grande échelle des alliances occidentales (au moins sur le plan commercial) dans un laps de temps relativement court (mettons, la durée de vie d'un programme d'armement, soit quelques décennies), c'est bien le Qatar. Le Qatar achète des alliances partout: il privilégie pour l'instant les fournisseurs historiques de ses adversaires immédiats, l'AS et les EAU (achat de navires à Rome, d'avions américains, anglais et français, de blindés français etc.), mais ne néglige pas non plus de s'ouvrir à de nouveaux acteurs de cette scène commerciale (achat de missiles balistiques en chine etc.) -Opérationnellement, combien de fois faudra-t-il le répété: le Typhoon est un bon choix d'appareil défensif pour des petits pays comme le Qatar, le Koweit, Bahreïn, etc. !!! Le Qatar se contrefout du coût de la MCO. Croyez moi, son principal problème sera la main d'oeuvre qualifié, pas le coût des pièces ou les lignes logistiques. Par contre, disposer d'appareils polyvalents, tous capables d'exceller dans un domaine particulier, ça a du sens. Il suffit de regarder ce qu'ils comptent mettre sous les ailes de leurs avions, même si pour l'instant on manque un peu de détail, ça transparaît dans les grandes lignes. Tous les appareils seront relativement polyvalents, capables d'assurer la protection aérienne, la frappe au sol etc. Mais dans les détails: Le Rafale équipé du pod Sniper et d'un viseur de casque, d'une excellente suite de guerre électronique, et armé d'AASM, c'est un parfait outil de projection type OPEX, sur le modèle de ce que les EAU ont fait en Libye avec leurs 2000-9. Si le Qatar entend un jour soutenir directement des groupes armées non-étatiques alliés, ou ses forces spéciales, nul doute que c'est le Rafale qu'on verra orbiter autour. Capable d'embarquer du SCALP et de l'Exocet, le Rafale sera aussi utilisé pour des missions de pénétration et de frappe dans la profondeur "discrètes". Je n'ai pas de détail sur les équipements reco potentiellement achetés par le Qatar, mais l'emploi reste assez similaire. (on pourrait parler aussi du Meteor, mais l'usage en sera moins spécifique, vu que je suppose que leurs Typhoon en embarqueront également) Le F-15QA capable d'embarquer une trentaine de SDB et une paire de missiles HARM ou de SLAM-ER, c'est un outil idéal pour démolir des systèmes A2/AD adverses. Ce sera aussi une plate-forme de tir stable, puissante et endurante pour des missions d'interdiction plus conventionnelles. En gros, je verrais bien la même complémentarité entre le Rafale EQ/DQ et le F-15QA qu'entre le F-35A et le F-15E de l'USAF, plus ou moins. Le Typhoon est une EXCELLENTE plate-forme défensive, en tous cas sur le papier. Son potentiel dans le domaine est vraiment impressionnant. Alors on peut continuer de se gausser (à raison) sur ce qu'il ne sait pas faire et qu'un Rafale peut faire, lui. Mais on pourrait aussi regarder ses qualité intrinsèques pour des petits pays sans profondeur stratégique (ah bah oui, forcément, c'est pas les mêmes besoins). Un Typhoon monte haut et vite. Et quand il est haut, c'est une vraie teigne, je le tiens de pilotes de Rafale. Alors j'imagine qu'avec un Rafale AESA, c'est beaucoup plus équilibré, déjà qu'avec le PESA ils arrivaient sans trop de mal à éviter les pièges du Typhoon (mais pas forcément à le déloger). Mais le Typhoon aura aussi son AESA. Et surtout, quand bien même, on s'en fout complètement. Le Qatar ne va pas faire affronter ses Rafale et ses Typhoon. Ce qui compte, c'est que les Typhoon soient capable de monter haut et vite, de voir loin, et d'empêcher les adversaires de s'approcher. Or, bah les seuls appareils "low observability" capable de passer sous un parapluie de Typhoon dans la région, ce sont les Rafale... qataris ! Donc face aux F-15, Typhoon, F-16 et autres Hornet de la région, ça reste une bonne plate-forme. Qui, encore une fois, pourra fonctionner parfaitement en collaboration avec des Rafale, capable de gérer plus sournoisement les interceptions dans les couches plus basses de l'atmosphère, exploitant les trois dimensions au mieux, ce qui est essentiel quand on manque de profondeur stratégique. Et pour le reste.... Bah le Typhoon, c'est quand même théoriquement l'emport de 12 à 18 Brimstone 2 (et plus tard, peut-être, des SPEAR 3) pouvant être tirés en salves autonomes, contre des cibles au sol ou en mer. Et dans ce registre, le Typhoon pourrait bien emporter 4 à 6 Marte-ER un de ces jours, un missile déjà acheté par... le Qatar ! Alors oui, le Typhoon ça porte pas loin, mais si l'armée d'invasion saoudienne ou iranienne est à moins de 20km, c'est franchement pas le critère déterminant ! Et le jour où vous serez capable d'embarquer 12 à 18 armes courte-portée autonomes sous un Rafale, ou 4 à 6 munitions anti-navire, vous m'appelez !!! Et, en soit, c'est largement à la portée du Rafale. La SmartGlider de MBDA propose très exactement ça, et ça ne couterait pas grand chose d'avoir un VRAI autodirecteur IIR/Vidéo sur une AASM plutôt que du "simple" laser. Mais, en l'occurence, ces capacités sont bien plus proches d'être intégrées sur le Typhoon (pour le Brimstone, elles le sont déjà en fait) que sur le Rafale. Et, si on n'y prend pas gaffe et qu'on ne finance pas un Brimstone/SmartGlider like, on perdra un avantage compétitif net par rapport au couple Typhoon/Brimstone-Spear ou F-15/SDB-2.
  6. 10 points
    Eux ils prennent feu, c'est différent. LCA: Light Combat Aircraft. Baptisé Tejas (ce qui veux dire "brillant"), il sert à l'Inde à apprendre à faire des avions de combat (presque) toute seule. Bon, la majeure partie de son équipement est importé, mais ils ne perdent pas espoir de mettre des trucs made-in-India dedans quand ce sera prêt. Conçu par le DRDO (organisme de recherche et développement de la défense) et construit par HAL, il a un retard considérable due à l'incurie des administrations indiennes, la paresse de HAL, et un taux excessif d'optimisme vis-à-vis du temps nécessaire pour tout réinventer tout seul comme des grands. Donc en gros, c'est un peu le F-35 indien pour ce qui est de la gestion du programme. L'objectif était de rattraper leur retard au lieu de gagner de l'avance, mais c'est un peu pareil en fin de compte; il leur fallait apprendre à maîtriser tout un tas de technologies nouvelles pour eux et ça , ça prend toujours plus de temps que prévu. AMCA: Advanced Medium Combat Aircraft. L'idée est de développer un chasseur multirôle furtif. Comme pour le LCA, le but est de rattraper le retard, retard qu'ils ont accumulé pendant le développement du Tejas. Il y a possibilité de coopération avec la France parce que le cahier des charges correspond un peu à ce qu'un successeur du Rafale pourrait être. Après, faut voir si ça tient debout politiquement. Le partage des tâches avec des pays cherchant à profiter d'une collaboration pour développer des compétences, ça ne marche pas toujours... LSA: Light Stealth Aircraft. Projet mégalomane d'un pilote de Harrier devenu chef d'une petite entreprise de transport aérien, et qui s'imagine être plus intelligent que tous les ingénieurs aéronautiques du reste du monde (parce qu'il est Brahmane et donc d'une intelligence supérieure de part sa caste, pour vous dépeindre le personnage). D'après ses dires, le LSA serait meilleur marché que le JF-17, plus performant que le F-22, d'une masse inférieure au Gripen, avec une capacité d'emport supérieure au F-15, et une autonomie rendant superflue le ravitaillement en vol. Je suis plutôt dubitatif. MSA: Medium Stealth Aircraft. Une version bimoteur et plus grosse du LSA. Même capacités mirifiques. Même scepticisme. LCA Tejas et AMCA sont des projets officiels du gouvernement indien. LSA et MSA sont les délires d'un type sur Internet et sont à peu près aussi crédible que l'AeroGavin.
  7. 9 points
    On a parlé à plusieurs reprises de relectures audacieuses de l'histoire, voire de révisionnisme historique de la part des indépendantistes, au prix de la création d'une histoire alternative largement anachronique, surinterprétée voire carrément fictionnelle. Juste pour illustrer la chose, voici ce que mes connaissances indépendantistes partagent en masse sur tous les réseaux possibles depuis ce matin: Ce qui est très fort, c'est l'inversion orwélienne des normes dans l'affirmation que ce qui ne suit pas cette lecture relève de la manipulation, alors que cette présentation est, disons, assez... euh... discutable et simpliste (pour rester poli), tant dans la manière de sélectionner et présenter les faits "documentés" que dans les implicites et les non-dits (très nombreux: qu'est-ce qu'un parlement, un drapeau de quoi, c'est quoi "l'Espagne" ou "la Catalogne" à l'époque, l'idée implicite que parlement + drapeau + constitution = état, etc.). Mais c'est parfaitement calibré pour le matraquage sur les réseaux sociaux (la preuve). Je me demandais: l'histoire telle qu'enseignée dans les programmes catalans est-elle de cet acabit ou est-elle plus subtile et surtout faisant une large part (comme dans toutes les grandes démocraties occidentales) à la critique historique, aux méthodes de critique des sources, etc.?
  8. 9 points
    Pour ce qui ne savent pas attendre : http://www.opex360.com/2018/02/12/contrat-vehicule-blinde-multi-roles-leger-a-officiellement-ete-attribue-a-nexter/ Il a une belle gueule ce Griffounet ! Ici il parle de 2000 ex à l'horizon de 2030. http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/
  9. 9 points
    Ca fallait peut etre en parler aux neocons US et surtout aux barbus sunnites du Golfe. La Syrie même si hostile sous Haffez était loin d'être aussi inféodée à l'Iran qu'elle ne l'est aujourdhui par la force des choses
  10. 9 points
    Le fait de cristalliser la chose dans une loi sur un tel sujet est un acte politicien plus encore que politique, sans doute en grande partie dans le registre du "coup de pub" pour l'essentiel, mais aussi, il faut le souligner (et là c'est plus politique que politicien), une manière de cogner du poing sur la table (sur un sujet dont je ne sais pas à quel point il est épidermique/psychologiquement important dans l'opinion publique/politique polonaise) et de montrer qu'un choix est fait et que le décideur va s'y tenir (éviter du chantage façon "shoah business" dont Israël a su moultement abuser?). Pour l'essentiel, cela reste néanmoins de la cascade cocardière, dans le registre du nationalisme et du montrage de couilles. L'Etat polonais a de fait cessé d'exister pendant la guerre, et c'est d'ailleurs une grande part de la cause des tragédies en Pologne et dans tout ce qui se trouve, en fait, entre l'Allemagne d'alors et les grandes zones marécageuses constituant le glacis physique de la Russie: tous les Etats de cette zone, toutes les formes d'organisations humaines de grande échelle (et souvent même d'échelon local) ont cessé d'exister, d'être opérantes, ce qui a renvoyé les groupes humains occupés par l'Allemagne et pris entre deux feux à un état de fait tribal, pour l'essentiel: chacun pour soi et pour son groupe de "pairs" avec lequel une solidarité est concrètement ressentie, le reste est passé par pertes et profits, même si on n'a rien de personnel contre eux. Et les Allemands ont joué là-dessus. Mais de fait, l'absence d'Etat et de toute forme d'organisation de grande échelle fait de tout ce qui se passe dans ces territoires des réalités avant tout locales, et même plutôt micro-locales (et à cette échelle, des faits d'individus ou de petits groupes, coordonnés ou non), donc un fait qui élimine toute possibilité de pointer des doigts sur une population en général, ou même des pans très significatifs de cette population (région, ville, organisation). Dans l'ensemble, ce qui me dérange le plus dans les deux positions qui s'affrontent sur cette loi débile (mais pas injustifiée dans l'indignation qui suscite l'intention, c'est là l'ironie) et liberticide (comme toute loi mémorielle), c'est que le débat est fondamentalement mal posé dès l'abord: les Polonais se mettent sous la bannière du ras-le-bol face au caractère insultant d'une expression ("camps de la mort polonais") et de l'enseignement superficiel et faux devenu monnaie courante qui va derrière (qui se résume à dire que "Les" Polonais ont aidé les Allemands, une généralisation quasi criminelle, et certainement hautement stupide), et les Israéliens sous celle de l'indignation face au whitewashing de l'histoire de la période. Les deux ont une grande part de mauvaise foi dans leurs intentions et surtout dans l'expression de leur position politique (et les empoignades médiatiques -surtout sur les médias sociaux- vont monter aux extrêmes pour "résoudre" le débat, ce qui n'arrivera évidemment pas), et personne n'a au fond l'intention de présenter une opinion fondée sur une réalité historique complexe. Plus de 6 millions de Polonais sont morts aux bons soins des Allemands (un chiffre qui en évoque un autre, très similaire.... Mais signalons que la moitié des Polonais ainsi tués étaient juifs) et des Russes (une petite portion), et la violence antisémite post-nazie (quelques milliers de gens) dans le pays n'est pas vraiment le fait d'une volonté collective quelconque, ou d'actions ciblées ou voulues par des organisations, mais du fait de l'anarchie totale qui règne dans un territoire sans Etat, sans autorités, et où en plus se déroule une quasi-guerre civile de 2 ans (entre pro et anti-communistes) qui fait son lot de victimes dont celles qui sont juives ne sont qu'une toute petite partie (d'ailleurs les historiens sont généralement d'accord pour dire que l'essentiel des victimes juives de cette période sont tuées pour des raisons politiques -participation au conflit- ou crapuleuses -anarchie ambiante-, comme les autres victimes). Des violences spécifiquement antisémites ont lieu, mais à très petite échelle. La Pologne d'avant-guerre était tout sauf blanc-bleu sur le sujet, et l'antisémitisme n'y était pas rare, mais de là à présenter la chose comme ce contre quoi s'indigne le gouvernement polonais actuel (et qui lui sert de justification pour son nationalisme aigri: vraiment dommage de lui offrir ce prétexte), c'est vraiment plus qu'exagérer (et Israël a l'habitude d'abuser dans ce domaine). Nier la complexité (sauf évidemment dans les discussions d'académiques.... Que personne n'écoute ou ne connaît, mais que les gouvernants ressortent quand la tension est forte, pour dire hypocritement "on sait que c'est compliqué et on ne pointe pas de doigts" tout en utilisant et abusant des versions grand public complètement fausses et simplistes le reste du temps) ne sert au final personne, sauf des politiques, idéologues et profiteurs en tous genres pour qui ce genre de sujets est, d'ordinaire, du pain béni pour de petits profits (politiciens, matériels, moraux, de vanité, de carrière....). En ce sens, je me dis que c'est pas si mal que ces cons agressifs au gouvernement polonais tapent du poing sur la table: peut-être que ça remuera un peu ce cocotier malsain et imposera un peu de tenue aux débats ultérieurs, et surtout à la façon dont les glandus lambda évoqueront le sujet ou recourront à des expressions toutes faites pour en parler.
  11. 9 points
    Moi je vous le dit , cette région est un nid à emmerde ... Tout le monde veut avoir raison et personne n'a jamais tord ... C'est toujours la faute des autres ... Et peut importe le pays de la région ... Si on critique on est forcément contre un camps , si on ne critique pas on est forcément pour l'autre camps ... et vice et versa ... Si tout ses braves gens dans cette région n'arrivent pas à ce parler , avec comme seul horizon le cycle de vengeance permanente ... Il n'y a pas de place pour le juste milieu , donc cette région ne sera jamais capable de voir de la raison aérer les esprits ... Les affaires de famille , c'est toujours le bordel ... Enfin voilà mon ressentit sur le sujet ...
  12. 9 points
    C'est fait : Macron l'a emporté. La puissance d'influence française s'exerce à plein outre-Atlantique ! Trump a ordonné au Pentagone de préparer un défilé militaire à Washington "L'ordre de bataille était le suivant : je veux un défilé comme celui de la France" Bon, bien sûr, y a toujours des pisse-froids, comme ceux qui font remarquer qu'en dehors de la France, ce genre de parade est de coutume plutôt dans des nations comme la Corée du Nord, ou bien la Russie et la Chine. Mais qu'on se le dise, ce n'est pas de Xi Jinping ni de Vladimir Poutine que The Donald compte s'inspirer
  13. 9 points
    hé les gars, faut que tout le monde arrête de faire semblant : - Dany40 de faire semblant de n'être qu'un passionné lambda qui croit honnêtement que le F35 est un super avion et que le Rafale n'est pas si mal, - aux autres de faire semblant de ne pas voir que Dany40 est téléguidé dans son argumentaire...(ou de faire semblant de croire que c'est un forumer lambda) C'est un peu une insulte à notre clairvoyance. Depuis des mois Dany40 s'en vient avec un nouvel axe sensé montrer les qualité du programme F35, avec des argumentaires en apparence solides relevant du sophsme, et il le sait très bien. S'en suit toute une discussion ou les plus au fait des réalités de l'aéronautique militaire prennent le temps de démonter et contredire les affirmations de Dany40. Qui feint ensuite de faire l'outré de service. Il disparaît ensuite, le temps de monter (ou qu'on lui monte) un nouvel argumentaire basé sur des faits déformés. Une fois fait, il revient, et c'est reparti pour un tour... Ca m'amuse, mais ça me fatigue aussi...
  14. 9 points
    Tu as entièrement raison. Par capacité opérationnelle, j'imagine bien que tu entends "au combat". Du coup dès que le F-35 montrera la moindre capacité opérationnelle, fait moi signe, on pourra commencer à discuter.
  15. 8 points
    Le feuilleton catalano-flamand par Pierre Kroll, un célèbre caricaturiste belge:
  16. 8 points
    On m'indique dans l'oreillette le cas d'un cloué qui aurait bel et bien connu une ascension. -------> [ ]
  17. 8 points
    @rendbo Tu voulais de la lecture, non? T'as un petit (sic) résumé en 13.000 mots sur le Su-57/T-50/PAK FA. Enjoy! https://redsamovar.com/2018/02/16/dossier-sukhoi-su-57-pak-fa-la-releve-de-la-garde/
  18. 8 points
    Rafale : smart fighter for smart presidents.
  19. 8 points
    Dassault, c'est un peu le Chuck Norris des constructeurs aéronautiques : eux, ils ne font pas des promesses qu'ils ne peuvent pas tenir. Mais, ils tiennent les promesses qu'ils n'ont pas faites !
  20. 8 points
    C'est le manchon anti arcure ... si le soleil chauffe un coté du canon celui ci se dilate. La partie a l'ombre recevant moins de chaleur se dilate moins. ca crée un arcure sur le canon vers le soleil ... et donc les obus on tendance a se barrer de ce coté... Pour limiter ces arcure ... on met un isolant autour du fût.
  21. 8 points
    Faut qu'on arrête avec l'argument du droit international, on est complètement inaudible sur ce sujet. Qu'on parle plutôt de l'apport précieux qu'on était les kurdes dans la guerre contre l'EI, qu'on mette en lumière les contradiction turc qui s'allient avec des islamistes pour attaquer une faction au valeurs beaucoup plus proche des nôtres, qui était une zone calme et qui n'est pas en lien avec les troubles que connaît la Turquie dans ses territoires à l'Est. Mais l'argument de la légalité est juste le pire qui soit niveau crédit vu ce que les acteurs du coin nous reproche sur ce sujet (a tord ou à raison)
  22. 8 points
    un peu d'humour Voici le contenu du mémo, selon une caricature du New Yorker
  23. 8 points
    Tu crois que les dirigeants africains qui ont signé les contrats chinois ignoraient le genre de trucs qui se préparaient? Z'en ont juste rien à foutre tant que leur compte en banque est alimenté. C'est pas eux qui passent sous tutelle, juste leurs pays.
  24. 8 points
    "Archaïque"? Ce n'est archaïque dans notre partie du monde QUE parce que ça ne s'est pas fait depuis un certain temps, mais que doit être la réponse d'un gouvernement central face à un processus tel qu'on a pu l'observer en Catalogne, fait d'initiatives locales hautement idéologiques et ne respectant quasiment aucune forme légale ou démocratique, contournant beaucoup des nécessaires étapes pour légitimer l'action dans le principe et la forme? On peut certes arguer que, au niveau "tactique", maladresses et accidents, voire quelques choix stupides, ont été largement observés côté gouvernement, aux côtés de manipulations médiatiques de l'autre bord, mais ces gens qui critiquent sont assez incroyables dans le genre "post moderne" déconnectés des réalités de base de ce qui fait un Etat: c'est pas parce qu'on a perdu l'habitude de même se rappeler à quoi tient un pays et sur quoi se basent des institutions que ces réalités ont disparu. S'il faut en arriver au contact, faut aller au contact, y'a pas de finasseries procédurières éternelles qui changeront la donne: une autorité locale a forcé un processus en bonne partie irrégulier et faussé son propre débat public sciemment et de façon très travaillée depuis longtemps, et l'Etat central est censé faire quoi? Dire "c'est pas bien" et attendre de voir le résultat parce que certaines personnes n'aiment pas voir des policiers et du contact physique, et que "l'espèce humaine a évolué" ou un truc du genre? Si le pouvoir indépendantiste catalan avait joué la partie honnêtement, cette critique aurait de la pertinence, mais....
  25. 7 points
    Oui, oui aussi appelé en France le LW (Laurent Wauquier) Clairon
  26. 7 points
    C'est médisant limite mensonger de dire ça. Surtout que les belges du forum essaie de nous expliquer depuis 165 pages que politiquement la Belgique n'est pas la France.
  27. 7 points
    Ca dépend de quel endroit, espaces, on parle... L'Université c'est sérieux, plus scientifique, les livres de texte scolaires sont déjà plus tendancieux. Exemple, transformer la Couronne d'Aragon en Couronne Catalano-aragonaise, puis les histoires de drapeaux, parlements etc. Puis il y a les conférences et la popularisation de certains thèmes. Dans ce domaine il y a "L'Institut Nova Historia" (financé par la Generalitat) c'est de la pseudo histoire. Mais, ils font des conférences dans les milieux de l'ANC, Omnium, etc... Le noyau du discours c'est l'histoire cachée de la Catalogne . Exemple : conférence le 27 février sur, je cite, "nouveau cycle de printemps sur la censure et la manipulation de l'histoire de la Catalogne" . Parfois, c'est outrancier , genre découverte de l’Amérique par les catalans (Colomb étant catalan off course...) https://www.inh.cat/ Sur l'exemple que tu mets, c'est 4 anachronismes historiques... A l'époque, 11e siècle il n'y a pas de drapeaux, ce sont des enseignes royales, et dans le cas d'espèce l'enseigne du Roi d'Aragon, le Comte de Barcelone à pour enseigne une croix de Saint Georges (qui apparaît dans les armes de la ville) Les barres d'Aragon ne sont incluses dans les armes de la maison de Barcelone (et pas de Catalogne...) qu'après le le mariage du Comte avec Petronile d'Aragon. D'ailleurs, le première apparition des barres c'est sur un sceau du roi d'Aragon dans un document sur des terres en Rouergue, à l'époque possession du Roi d'Aragon. Le Comte n'a jamais été roi, seulement "prince consort" , c'est le fils qui devient roi par le sang de la mère. En fait la maison de Barcelone se fond dans la maison d'Aragon (procédé dit des "épousailles dans la maison" selon le droit aragonais) et disparaît. idem pour le "parlement" "les "Cortes de Catalogne" (organisées par le roi d'Aragon...) sont l'organisation "régionale" , au même tître que les Cortes (particulières) d'Aragon, ou de Valence, le tout étant chapeauté par les "Cortes Générales d'Aragon" qui réunissent les 3 cortes régionales. D'ailleurs les cortes aragonaises sont plus anciennes 1162. Mais assimiler tout ça à des démocraties modernes c'est du délire... C'est comme les "généralités" , institutions qui géraient entre deux réunions des cortes, en fait surtout la récolte de l'impôt , ça n'a rien de particulièrement catalan, cela existait en Aragon, Valence, dans les comtés catalans. La "constitution" .... tous les royaumes de la péninsule étaient gérés par des "Fueros" , Fuero de Castilla 1248 / 1252, Fuero de Zaragoza 1129 (souvent référent dans la Couronne) Bref, je ne vais pas vous faire un cours d'histore médiévale
  28. 7 points
    Le délire concernant l'histoire de France est assez évident pour ne pas qu'on y insiste. Concernant l'histoire de Catalogne - que je ne connais guère - je me suis posé la question de savoir à quoi par exemple le début d'un parlement en 1192 fait allusion. Wikipédia fait partie du complot contre la Catalogne puisqu'il fait démarrer son parlement en 1932. 1283 correspond effectivement à la première "constitution" catalane définissant un "parlement"... dans le sens où les Etats-Généraux en France étaient un "parlement" Il s'agit de la Cort General de Catalunya, rassemblant comme en France autour du roi des députés du clergé, de la noblesse et des bourgeois. Cette version catalane des Etats-Généraux est légèrement antérieure à celle de France en 1302 - laquelle précède l'anglaise - mais très postérieure à celles d'Aragon en 1162 et de Léon en 1188. Même en comptant 1192 comme la première fois où le tiers-état - les députés bourgeois - est inclus dans la cort comtale le prédécesseur de la cort general... il reste que la Catalogne était à la traîne d'autres régions d'Espagne. Mais ça c'est pour être "gentil" avec les étrangers. La réalité bien sûr c'est que les "parlements" ne sont que les descendants de la Cour d'origine franque. Eh oui, la démocratie en France c'est depuis Clovis 496 ! Alors les pauvres Américains avec leur "révolution" du XVIIIème siècle, et même les Espagnols avec leur démocratie du XIIème siècle... excusez, c'est nous les plus mieux !
  29. 7 points
    @jean_ : vu la teneur de tes 5 premiers messages, on sent clairement que tu as un message à faire passer au niveau de l'Europe et presque un agenda pour le diffuser. Ca peut être un sujet de discussion intéressant. Mais pour cela, il faudra rester ouvert à la discussion, choisir le bon sujet pour en parler, et je crois qu'il serait judicieux de participer aussi aux thèmes principaux des fils de discussion, plutôt que de s'en servir comme prétexte d'introduction de ton opinion. Tu est le bienvenu parmi nous, mais je crois qu'il va être urgent de passer te présenter dans la section idoine : http://www.air-defense.net/forum/30-presentez-vous/
  30. 7 points
    Bizarrement, quand tu lis des commentaires pro-israéliens sur les sites grand public, ce genre de détails ne leur effleure pas l'esprit. Enfin, ça ne marche que dans un sens, pas dans l'autre. Si tu vois ce que je veux dire. L'avantage, c'est qu'on ne parlera plus des frasques de Bibi junior ou de cette étrange affaire de détectives venus surveiller les enquêteurs israéliens dans ce cas de corruption potentielle au niveau du pouvoir.
  31. 7 points
    Pour le dire de façon plus soft, la question n'est (ici) pas de savoir quelle vision européenne tu veux, mais quelle est celle des Belges et de leur gouvernement, et la manière dont ils réfléchissent le rapport à l'Europe dans leur conception de la défense, et du coup dans la manière d'envisager le remplacement des F-16. Si tu veux promouvoir en Belgique une vision différente de l'Europe, ne te gène pas pour te présenter aux élections en Belgique: comme ressortissant de l'UE, tu en as le droit et un article dans la presse de ce matin pointait que cette possibilité était peu employée des européens. Petit topo sur tes (principaux) adversaires potentiels (qui vont changer selon la région où tu te présentes - c'est un des problèmes et aspects compliqués de la Belgique: il n'y a plus de partis "nationaux"): En Flandre: L'Open-VLD est un parti libéral pro-européen, qui revendique une Europe fédérale forte, autonome, aux valeurs libérale et ancrée dans l'OTAN mais non dépendante des USA. L'idée qui semble être la leur est celle d'un gouvernement européen (en lieu et place du combo Conseil/Commission) qui a en charge un certain nombre de politiques transversales (diplomatie, défense, politique commerciale, fiscalité globale, environnement), et les états membres, entités fédérées, prendraient en charge les matières de gestion concrète (économie, aménagement, etc.) et personnalisables (enseignement, santé, culture, etc.). Pour y arriver, il faut pour eux travailler au niveau européen, et notamment du parlement, à un nouveau modèle d'intégration explicitement fédéral avec le spays membres qui accepteraient de sauter le pas (et dégager les autres, ou du moins ne pas se laisser bloquer par eux). En matière de défense, ils ne disent pas grand chose, mais leur chef de file européen, Gui Verhofstadt, a plusieurs fois prôné pour une "communauté de défense européenne" qui implique à terme une "armée européenne" et une politique d'équipement décidée par le gouvernement européen (et plus par les états). Son idée est de mutualiser les budgets nationaux de défense pour le faire, ce qui représenterait la moitié du budget de la défense américain, soit de quoi faire quelque chose d'asse badass avec les économies d'échelle qui en découleraient. Le CD&V est un parti héritier de la démocratie-chrétienne à la belge, plutôt social-conservateur et implanté dans les terroirs et corps intermédiaires. Il est à la fois pro-européen et atlantiste, défendant une Europe un peu plus fédérale, mais surtout où les "petits" pays seraient écoutés et respectés par des mécanismes garantis. En d'autres termes, il s'agit d'éviter une Europe qui serait politiquement et institutionnellement à la remorque d'un grand pays (France, Allemagne ou autre) qui donnerait le tempo et la direction. Son (ancien) chef de file européen (et ancien président de l'Union) Herman Van Rompuy pousse surtout une vision d'institutions qui permettent la discussion de compromis où chacun a son mot à dire, mais en plus efficace qu'aujourd'hui (donc avec des règles de fonctionnement pour "fluidifier" et empêcher les logiques de blocage). En matière de défense, le parti est clairement atlantiste et conçoit la défense européenne comme devant être pensée au sein de l'OTAN. La N-VA est un parti nationaliste flamand libéral-conservateur. C'est à la base le résultat de la recomposition de différents mouvements nationalistes flamands. Son principal objectif est le développement de l'autonomie de la Flandre sur un modèle confédéral et, à terme, l'indépendance d'une république flamande par évaporation de fait de la Belgique. Surtout structuré autour de cette question communautaire et d'enjeux plus locaux (thèmes du renouvèlement politique, de la démocratie locale et de la bonne gestion), il est libéral économiquement, plus conservateur en matière sociale et sociétale. Il voit l'Europe comme l'espace d'émancipation naturel de la Flandre. Il se dit pro-européen mais sa vision de l'Europe reste assez floue si ce n'est qu'il faut "l'améliorer", faire qu'elle soit "plus efficace" et surtout qu'elle reconnaisse à ce qu'ils estiment être leur juste place les régions qui souhaitent s'émanciper, comme la Flandre, la Catalogne ou la Padanie. Ils sont pour une défense européenne structurée comme partie de l'OTAN. Ils ont un discours paradoxal sur la défense car d'un côté ils estiment que toutes ces dépenses devraient être prises au niveau européen (et non plus national, dont ils ne voient pas l'utilité puisque le point 1 de leur programme est de défaire ce niveau) mais sont en même temps le premiers demandeurs de l'armée dans les rues et acteurs de la modernisation actuelle de l'armée belge. Le SP-A est le parti socialiste flamand issu de l'ancien PS national. Il a abandonné la lutte des classes et tout ce qui va avec, et pleinement intégré l'économie de marché. Il se veut de gauche progressiste, sociale et écologiste avec un gros accent sur les politiques d'équité et de redistribution, si possible à un niveau proche des gens (communes, région...). Ils sont pro-européens, mais entendent promouvoir une Europe plus sociale, plus solidaire, axée sur des minimas communs, une fiscalité redistributive européenne et un socle de droits sociaux. L'Europe est aussi pour eux le niveau auquel doit se penser la politique climatique, et donc guider les politiques de transition écologique. En matière de défense, celle-ci doit s'européaniser, mais pour être une force de promotion de la paix et non une armée d'opérations extérieures. Groen est un parti écologiste qu'on peut situer dans la gauche progressiste et écologiste. Ils partagent dans une certaine mesure la vision du SP-A (il ssont également proches et pendant du Ecolo francophone, mais un peu plus à gauche), mais avec un accent fort sur l'écologie, la qualité de vie et la démocratie participative. Avec Ecolo, ils sont pour une relance de l'Europe dans un modèle fédéral, mais avec un accent important mis sur les mécanismes de solidarité et la démocratie participative et locale. La défense doit être européenne, non tournée vers les interventions extérieures, et surtout pas développée au détriment des politiques écologiques et sociales (par exemple, pour eux, il vaut mieux ne pas acheter d'avions de chasse pour remplacer les F-16 car c'est trop cher). Le VB est un parti nationaliste flamand héritier des mouvements collaborationnistes et de l'extrême-droite flamande traditionnelle, xénophobe, islamophobe et flirtant parfois avec le racisme. Ils sont pour une république de Flandre indépendante, blanche et de culture chrétienne. Ils flirtent avec nombre de mouvements eurosceptiques d'extrême-droite populiste (comme le FN, le FPÖ ou la Lega Nord), est plutôt contre l'Europe au nom de la nation, mais approuve l'UE ou l'OTAN quand on peut y voir un instrument de contrôle des frontières ou pour bombarder les Arabes (à condition que ça ne leur donne pas l'idée de venir en Europe, bien sûr). Leur vision de l'Europe est celle de la coopération volontaire sur des sujets délimités, si possible sécuritaires. En Wallonie: Le MR est un parti libéral. Il se revendique traditionnellement du libéralisme social, même s'il est depuis quelques années un peu plus à droite. Il est pro-européen et aspire à un modèle fédéral tout en étant conscient de la difficulté à y parvenir. Donc dans l'attente, il promeut une relance de l'UE sur la base de volontaires et d'un projet renouvelé. Le premier ministre Charles Michel est proche d'Emmanuel Macron et partage une partie importante de sa vision pour l'Europe, mais souhaite des mécanismes garantissant le poids des "petits" pays pour ne pas avoir une Europe qui ne serait que à la remorque d'un grand imposant sa vision. Il n'est par contre pas opposé à l'idée d'Europe à plusieurs vitesses. Le parti est pour une défense européenne dans l'OTAN, mais est en interrogation depuis l'élection de Trump et tend à se rapprocher de la proposition d'Europe de la Défense qu'Emmanuel Macron tente de lancer sur un axe franco-allemand, et prétend y jouer un rôle moteur. Le CDh est le parti francophone issu de la démocratie chrétienne à la belge. S'il est le pendant francophone du CD&V, il est plutôt plus à gauche que ce dernier. On pourrait le qualifier de parti centriste social-conservateur. Il se déclare pro-européen et veut "réenchanter l'Europe" de sorte à y faire un "espace d'épanouissement" fondé sur le "mieux-vivre ensemble" et "la solidarité". L'UE doit pour eux se construire au départ des membres de la zone Euro et se penser comme espace démocratique de développement humain à côté de l'espace économique qu'elle est déjà, ce qui passe par le développement d'une citoyenneté européenne, le développement de mécanismes européens d'assurance et sécurité sociale, des instances européennes de dialogue social, une politique fiscale européenne harmonisée, etc. Le parti pense la défense européenne comme devant être liée à une diplomatie européenne à construire, la priorité est donc de renforcer la représentation extérieure de l'Union avant de construire sa défense intégrée. Celle-ci doit être autonome et ne pas se baser que sur l'OTAN, même si elle devrait en être membre, et se structurer sur une vision commune et à long terme articulée à la diplomatie européenne. Le PS est le parti socialiste très implanté en Wallonie. S'il a lui aussi abandonné la rhétorique de la lutte des classes et accepté l'économie de marché, il est tiraillé entre une vieille garde partisane d'un socialisme "d'état" et encore très proche du socialisme des années 1970, et une jeune garde plus axée sur les nouvelles solidarités et l'écologie. Economiquement, il est dans une vision qu'on pourrait qualifier de "l'état stratège", assez proche de la conception de la plupart des partis français (en gros: le rôle de l'état est d'initier, organiser et planifier les grands axes de développement économique tout en laissant la place aux entreprises). Il est pro-européen, partisan d'une "construction européenne, facteur de progrès, de sécurité et de paix". de ce point de vue, sa vision rejoint dans les grandes lignes celles du CDh évoquées ci-dessus, à savoir une Europe qui ne peut se limiter à un marché et doit intégrer des mécanismes européens de solidarité et de protection, avec un fort accent mis sur la nécessité d'une politique sociale européenne. En matière de défense, le PS est plutôt partisan d'une défense au service de la population (doctrine Flahaut), avec des mutualisations et spécialisations au niveau européen. La défense est surtout vue comme un levier de politique économique et sociale: donner des emplois et des marchés à nos industries. Ecolo est le pendant francophone de Groen, mais peut-être un peu plus centriste (même si tiraillé entre un mouvement traditionnellement plus gauchiste et un mouvement plus social-libéral). D'abord écologiste mais aussi fortement inspiré par Dany Cohn-Bendit, le parti développe une vision de l'Europe commune avec Groen promouvant une Europe fédérale intégrée avec un accent fort mis sur la justice sociale, l'environnement et la démocratie locale. La défense doit pour Ecolo nécessairement être pensée au niveau européen, dans le cadre d'une politique européenne négociée entre les états membres (et non emmenée ou imposée par l'un ou l'autre grand pays). Contrairement à Groen, ils ne sont pas contre le remplacement des F-16 par principe, mais pensent que celui-ci devrait être pensé et fait dans le cadre d'une politique européenne commune (et non dans le cadre d'un accord avec un membre de l'Union - d'où l'opposition au Rafale de son chef de file européen, Philippe Lamberts, qui est vu comme le contraire du résultat d'une politique européenne). Le PTB est un parti initialement marxiste-léniniste qui ne s'est détaché du stalinisme que dans les années 1990 (!) et qui oscille entre la gauche radicale et le populisme. Il tente de se repositionner (avec un certain succès public si on en croit les sondages, c'est pourquoi je le mentionne comme parti de gauche radicale progressiste, écologiste et internationaliste. Il prétend incarner le peuple et la classe ouvrière contre les multinationales, veut l'abolition du capitalisme et du libéralisme est évidemment contre l'Union Européenne vue comme leur principal bras armé, et contre l'OTAN qui est pour eux la même chose en pire car aux ordres des USA. Ils prônent une Europe construite sur "la convergence des vraies gauches" et contre "les multinationales", les nationalismes et la Banque centrale, et veulent une Europe "au service des gens". Une défense européenne n'est pas utile car cela revient à promouvoir la guerre, et ils sont contre le remplacement des F-16, exigeant que le budget soit quasi-intégralement consacré à la construction de logements sociaux. Ils proposent que cette idée soit étendue à toute l'Union. Bon, ouf, j'espère que je n'ai rien oublié d'important ni écrit trop de bêtises (je me suis autant que possible basé sur ce que ces partis déclarent sur leur site). J'espère que cette contextualisation large sera utile car je préviens que je ne la répèterai pas! Je vais dormri!
  32. 7 points
  33. 7 points
    Pour le plaisir, 3 captures du live :
  34. 7 points
    Là, ils me navrent franchement. Les membres du congrès qui sont derrière ces questions sont soit malhonnêtes, soit complètement stupides. Et je n'exclue pas les combinaisons ! Le prix négocié par appareil au cours du processus d'acquisition précédent était établi à 81 M$. Le prix dans l'accord G2G "revient" à 242 M$. On passe de côté la stupide règle de 3 qui donne le prix de 242 M$ (8,6 Mds$ / 36) ? Et la différence qu'il peut y avoir entre l'acquisition de 36 appareils et celle de 126 ? Et le fait que la R&D et le ToT pèse significativement plus lourd sur 36 appareils que sur 126 ? Et les infrastructures (2 bases), elles étaient comprises dans le MMRCA à 10 Mds$ pour 126 appareils ? Choux, carottes, on pourrait raisonnablement s'attendre à un avis plus éclairé de la part d'une représentation nationale. La Defence Procurement Procedure est un pavé de 450 pages pondu par les services de Manohar Parrikar et favorisant le Make in India. A ce stade, il serait étonnant qu'il ait été totalement ignoré, tant par le PM Modi que par Dassault et ses juristes. De plus, l'accord G2G a été négocié concomitamment. Comme il a été signé à l'Elysée bien avant que la vente du Rafale ne soit réellement signée, je ne vois pas où est le problème. Dans l'annonce précoce, peut être ? Pourtant, de l'annonce à la signature, tout pouvait être remis en cause à tout moment. Les 36 avions n'ont pas été achetés le 10 avril 2015, mais le 23 septembre 2016. Entre temps, il me semble aussi que le Cabinet Comittee on Security a eu l'occasion de se prononcer. Euh ... avril 2015, ce n'était toujours qu'un accord inter-gouvernemental et une intention d'achat, donc une entrée en négociation. Ce qui s'est passé durant ces deux jours relève donc davantage de la diplomatie que de la négociation commerciale. Juste une question : lors de l'évaluation du MMRCA, quel avion était classé devant ? Ils étaient vraiment à égalité ? Ils ont tous les deux décollé à Leh ? Quitte à négocier en G2G, autant ne le faire que sur celui qui était le mieux placé ... même si l'autre fourni un rabais de dernière minute (qui laisse croire qu'auparavant il tentait de plumer le pigeon indien ...) Le fameux work-share agreement passé entre HAL et DA n'est pas devenu caduc quand le MMRCA a été annulé ? Cela devrait être une évidence, non ? Il s'agit d'une structure qui n'a pas d'expérience dans la construction aéronautique, mais qui s'est montrée malléable et évolutive vis à vis du processus industriel envisagé pour produire le Rafale. Entre HAL incapable d'évoluer et qui fait reposer la responsabilité de ses problèmes internes sur ses partenaires, et Reliance qui prend la pleine responsabilité de sa production, production qu'il feront selon les process qui leur seront présentés, et non comme ils voudraient le faire, eh bien entre ces deux extrêmes, il y a tout un monde qui fait naturellement pencher la balance du côté qui fâche ... il serait temps de remettre en cause le mammouth HAL qui, s'il a eu une pertinence dans les années 60, 70, n'est actuellement, clairement plus capable de faire face aux enjeux modernes. Achat sur une base urgente ... oui. Mais signé en septembre 2016. Le délai jusqu'à aujourd'hui n'est donc plus de 35 mois, mais de 16 ... Ce qui laisse le temps de réaliser les travaux d'infrastructure, sur place, et de pousser la production de l'autre côté, pour les premières livraisons en 2019, au terme d'un délai normal de près de 3 ans. Pour que ça vienne plus vite, il fallait se décider plus tôt. La décision, c'est la signature, pas l'annonce de l'intention. Consternant ...
  35. 7 points
    les études d'efficacité menées sur différents calibres face à différentes menaces (hélicoptères, avions d'assaut, drones, C-RAM, missiles sea skimmer) établissent une corrélation entre le calibre, la cadence de tir et la nature des fusées qui équipent les projectiles tirés. Il n'y a donc pas une solution universelle pour traiter toutes ces menaces. Ensuite il y a un aspect intégration système qui impose des masses limites et des encombrements. Et tout ça finit par des COMPROMIS ! j'illustre par deux exemples: - WW2 la Flak allemande face aux bombardiers qui volent à 8000 mètres, pas de salut si le calibre n'est pas supérieur à 100 mm avec des obus équipés de fusées réglées pour exploser à une certaine altitude. - défense anti-missiles subsoniques anti-navires : Phalanx ou Goalkeeper en 20/30 mm tirant à plus de 3000 cps minute qui font du "hit to kill", ou 76/100 mm avec fusée de proximité qui engage le missile à plus grande distance et qui fait du kill par explosion d'un gros obus passant à proximité et qui poivre le missile de dizaines d'éclats. pour revenir au 40CTA, le choix de Thales n'est évidemment pas stupide, c'est un COMPROMIS qui permet d'avoir un affût pas trop lourd ni trop encombrant, suffisamment polyvalent pour faire de l'anti-aérien contre un nombre limité de menaces en particulier les drones et de l'anti-navires légers/anti-embarcation rapides. c'est toujours mieux que le petit Narwahl aux performances très limitées (portée, pénétration, efficacité terminale). quand je dis que pour faire de l'anti-aérien sérieux il faut 2 tubes, ce n'est pas une lubie, c'est le résultat des études mentionnées plus haut et qui ne faisaient rien d'autre que confirmer les choix américains de feu le Sergeant York ou du Flakpanzer Guepard ou de la tourelle bitube italienne de 40 mm à usage naval ( ce qui n'a pas empêché Otomelara de mettre récemment sur le marché la Forty Light monotube pour concurrencer les affûts de 30 mm de la concurrence). Le récent automoteur turc anti-aérien est aussi un bitube de 35 mm tirant des obus préfragmentés. les choix d'artillerie dans le domaine naval sont très compliqués car il n'y a plus que des navires légers, les frégates, qui doivent embarquer des tas de choses sur une coque limitée. On n'est plus au bon vieux temps des cuirassés et des croiseurs avec toute une gamme de canons de 12,7 à 380 mm en passant par 127/155 et 25/40/57 mm. On cherche donc les canons les plus polyvalents possibles mais les lois de la physique sont les mêmes pour tout le monde. L'année dernière le CEMM hollandais s'est déclaré en faveur du 127 à la place du 76 trop limité selon lui pour faire de l'appui feu amphibie. Les britanniques qui restent attachés à une forme d'opérations amphibies ont conservé les 114 mm sur les Type 23 et projettent du 127 sur les Type 26 (et ils y ajoutent 2 phalanx et 2 X30 mm). Je dis et redis que la MN néglige trop les canons et n'a qu'une approche logistique (limitation du type de munitions au 20x139 et au 76 ) ou budgétaire (plus c'est petit moins c'est cher). Quand une FREMM se prendra une cigarette blindée bourrée de 300 kg d'explosif que rien n'aura pu arrêter, on en reparlera mais ce sera trop tard (mais je vais au-delà du sujet anti-aérien, pardon).
  36. 7 points
    Smedley Butler, le doublement décoré de la Médaille d'Honneur.... Et sa marche des vétérans sur Washington. Sinon, d'après un sondage de Bankrate (une agence de conseil financier), seuls 39% des Américains seraient en mesure de faire face à une dépense non anticipée de l'ordre de 1000 dollars avec leurs économies..... Les autres n'auraient d'autre choix que de subir ou d'accroître leur endettement. Cette estimation renvoie à beaucoup d'autres du même genre qui soulignent à quel point les Américains, tant du fait de la faiblesse des revenus (et de leur stagnation/décrue depuis plus de 30 ans), de l'augmentation des coûts de la vie (sur les trucs importants; à part ça, oui les smartphones et gadgets sont bon marché) et de la faiblesse de l'épargne (principalement parce que beaucoup ne peuvent pas épargner), sont littéralement dans la mouise et à la merci des événements. Plus des deux tiers vivent (et pour beaucoup pas très bien, ou mal) d'un salaire sur l'autre (souvent deux ou trois salaires de "Mcjobs"), sans marge de sécurité, et même chez les mieux lotis, le niveau d'endettement est trop lourd (et les prix de trucs comme l'immobilier trop élevés) pour offrir assez de sécurité/visibilité. Signe d'un modèle économique qui tend à plus dévorer (la majorité de) ses participants qu'il ne leur donne de trucs (référence aux "phases" du capitalisme telles que dépeintes par Marc Bloch: phases créatrices vs phases prédatrices)? Dans la même veine, selon la Federal Reserve, 44% des adultes américains seraient incapables de faire face à une dépense non anticipée de 400$ sans avoir à emprunter, vendre quelque chose ou encaisser le choc sans amortisseur (quelle que soit la raison de la dépense). Ce chiffre a néanmoins connu une légère décrue depuis 2013 (il était à 50%) mais semble s'être stabilisé (marquant plus un seuil maximum séparant les classes sociales et leurs espérances concrètes de progrès économique). 44% balayés par une dépense de 400$, 61% par une de 1000$, deux tiers des adultes ayant peu ou pas d'épargne (mais des dettes, principalement d'emprunt immobilier, d'emprunt étudiant, de frais médicaux et de crédit conso), des frais médicaux constituant la première raison d'accroissement du nombre de gens passant sous le seuil de pauvreté en 2016 (Census Bureau report: 10,5 millions d'individus sont passés sous la barre pour cette raison) et la 2ème cause de faillite personnelle (après les emprunts immobiliers).... Rappelez-moi qui promet quoi dans une campagne électorale? Et cela à l'heure où l'administration Trump met des pompiers pyromanes aux manettes . Le dernier en date? Un M. Retig, qui va prendre la tête d'un IRS déjà sous-staffé et visiblement en plein "plan social". Qui est-ce? Un avocat fiscaliste connu depuis les années 90 comme la tête de file de l'aide à l'évasion fiscale, qui s'était notamment fait remarquer en 2003-2004 à l'occasion de la première opération d'amnistie fiscale pour les fonds expatriés, multipliant les effets d'annonce sur la normalité et la quasi sainteté du processus et des gens concernés, ainsi que sur les retombées économiques à attendre (qui ne sont jamais venues). Dans le genre, une autre joyeuseté sur le mandat de Mick Mulvaney (que j'ai déjà évoqué sur ce topic.... Avec ses petites affaires et ses conflits d'intérêts) dans son mandat à la tête du Consumer Financial Protection Bureau (créé par Obama, notamment pour limiter la prédation des institutions financières sur les consommateurs); http://www.ibtimes.com/political-capital/cfpb-drops-investigation-payday-lender-contributed-mick-mulvaneys-campaigns Les "payday loan" sont des prêts gagés sur les revenus (en théorie) et de fait non réellement sécurisés pour la plupart de ceux qui en ont besoin. C'est de facto des prêts sur gages, accordés par un secteur financiers d'usuriers qui ont connu une ascension phénoménale ces 20 dernières années (avec la précarisation d'une grosse moitié de la population) pour constituer un secteur financier secondaire et très peu régulé qui agit en tant que pur prédateur, mais constitue pour la finance un moyen commode de recycler des mauvaises dettes. Ce sont ces gens qui iront se payer sur la bête (les insolvables/peu solvables) en arrachant tout ce qui peut être arraché, en accélérant leur précarisation, en les empêchant de relever la tête, souvent avec la complicité des autorités locales.... Et ce secteur est devenu très actif dans le lobbying local et national ces deux dernières décennies, afin d'être encore moins réglementé et de pouvoir encore plus développer ses pratiques abusives. L'exemple évoqué par le journal concerne ainsi une compagnie de ce type (et oui, l'enrichissement a converti les prêteurs sur gage avançant du fric dans leur arrière boutique en personnes "respectables" ayant des réseaux d'agence copiant l'apparence des banques) sur laquelle le CFPB enquêtait depuis 4 ans: M Mulvaney, que cette compagnie a arrosé quand il était un élu, vient de mettre fin à la dite enquête sur les pratiques marketing et financières puantes de l'entreprise dont le but était, comme tant d'autres "systèmes" existant de fait aux USA (y compris des systèmes judiciaires locaux), d'enfermer des clients vulnérables dans un cycle perpétuel de dettes (on pourrait dire que les universités américaines ne sont actuellement plus rien d'autre pour un grand nombre d'étudiants). Ben tiens Encore mieux: le toutou renvoie la baballe à son maître Ou comment un système s'organise pour pressurer les plus vulnérables, et encore parvenir à en tirer quelque chose, en profitant de l'impasse dans laquelle ils se trouvent et en y creusant un trou La preuve qu'il n'y a pas tant de gens que ça qui ont besoin de pouvoir se regarder en face dans le miroir.
  37. 6 points
    Back in time... Les négociations continuent donc, presque 30 ans plus tard.
  38. 6 points
    Pourquoi pas changer de nomenclature? Je verrais bien des noms de prises et coups.... Le Direct, la Baffe, la Mandale.... Ca irait avec les futurs blindés lourds qu'on baptiserait alors le Pain, le Roundhouse, le Coudboule, ou encore le Combo. Simulation: - comment on s'est démerdé avec ces jihadistes? - pas de problème, chef, on leur a envoyé 3 Mandales et on les a fini avec un Coudboule. C'est clair, c'est net, pas d'acronymes foireux, et même pas besoin de décrire l'action: tout est dit avec le hardware.
  39. 6 points
    A coté de ça le Golan c'est pas à Israel. Je comprends l'aspect stratégique de ce plateau, je comprends la géopolitique et la géographie, les problèmes liés à l'eau et tout le tintouin, mais sans un minimum de justice et de respect des règles, faut pas s'attendre à ce que ceux d'en face envoie des rafales de bisous... Tu me diras que c'est eux qui ne veulent pas de paix, mais quelle paix possible quand tu as un merkava au milieu des ruines de ton salon ? Et quand en plus tu lis des articles comme celui-ci, pour ce qu'il vaut, faut pas demander à vivre en paix. Ces deux sources sont à prendre avec de grosses pincettes, mais il y un fond de vérité et d'histoire sous la rhétorique http://www.comite-valmy.org/spip.php?breve467 & http://www.cercledesvolontaires.fr/2016/08/26/israel-syrie-liban-guerre-petrole-golan/ et après on peut dire sur la Chine ou la Russie mais hum quoi :
  40. 6 points
    Un tweet qui m'a fait sourire et qui montre que pour l'instant les combats se déroule vraiment sur un mouchoir de poche sur des objectifs finalement assez insignifiant, et au combien il faut relativiser les grandes annonces de capture de village qui arrive à droite et à gauche:
  41. 6 points
    le sherpa medium peut être produit puisque c'est le châssis du Higuard. Il n'y a pas de pb d'obso des composants. avis perso sur le Caesar 8x8: il n'apporte aucune amélioration significative opérationnelle (l'équipage est toujours dehors pour servir la pièce) et ajoute un microparc supplémentaire pour le MCO. l'emport en munitions est un peu supérieur ainsi que la protection du système (mais pas de l'équipage, la cabine du caesar 6x6 peut atteindre le même niveau que celle du 8x8) le 8x8 coche les mêmes cases capacitaires que le 6x6. Si l'adt veut d'autres capacités il lui faut du K9 ou du PZH2000. mais c'est pas près d'arriver... ça ne veut pas dire que le Caesar 8x8 ne soit pas un bon produit, bien au contraire, c'est sûrement le meilleur automouvant du marché . Quand vous n'avez rien, vous choisissez le 8x8 comme l'ont fait les Danois. Mais si vous avez déjà 77 6x6, vous continuez à prendre du 6x6 (même formation , MCO, etc) bien sûr ce beau raisonnement rationnel ne tient pas compte d'autres facteurs qui se passent en coulisse
  42. 6 points
    Une bonne synthèse par médiapart du programme f-35 et quelques bonnes questions par Henri de Waubert de Genlis. "La vraie question qu'il faut donc se poser : La furtivité d’un avion de combat se suffit-elle au point d’accepter un appareil aux performances nettement inférieures à celles des autres ? Et combien de temps cette furtivité va-t-elle durer ?" "Mais s'il n'y avait que ça... C'était sans compter sur les défauts mis en évidence au cours des évaluations effectuées par différents pays : la faible autonomie due à la capacité réduite de carburant interne, l’inquiétant et handicapant « buffeting » en virage sous fort facteur de charge ou encore la faible accélération de Mach 0,8 à Mach 1,2... Ces problèmes ne se régleront pas de sitôt car ce sont là des problèmes de conception." "En revanche, les nombreuses critiques à savoir : les bugs de logiciels, la mauvaise fusion des données des différents capteurs, la fiabilité du moteur victime de surchauffe, du système d’oxygène, du siège éjectable, du visuel de casque du pilote, des risques d’incendie... sont des problèmes de mise au point qui se régleront après des mois et des mois additionnels de retards et quelques milliards de dollars supplémentaires. Mais ils se régleront." => Je le trouve optimiste sur la partie logiciel pour le reste par contre je pense qu'effectivement ça peut se régler. "Le parlement britannique, le 19 décembre dernier, lassé de n’avoir que des réponses imprécises de la part du ministère de la défense, a exigé dans un document rendu publique de mettre fin au manque de transparence tant technique que financier qui entoure ce programme qualifié par l'ancien ministre de la défense britannique d' « éléphant blanc ». La Grande Bretagne, qui s’est engagée sur 48 F35B pour ses deux porte-avions à venir et qui devait commander un total de 138 F35, a revu à la baisse les quantités autour de 70. Il en va de même pour l’Italie qui devrait passer de 131 (dont 30 F35B) à 90, les pays Bas de 85 à 35, l’Australie de 100 à 70...Même l’armée de l’air américaine, qui devait recevoir 80 appareils par an, se limitera finalement à 60 exemplaires." => les commandes sont passés de 450 à 250 (sans compter le canada). "Le premier est que cinq pays Européens ont investi des fonds importants pour le développement et l’achat du F35. Ces fonds manqueront sans doute lorsque l’Europe décidera, espérons-le, de lancer le futur développement de son propre avion de combat. " => sans compter la volonté, mais il manqueront surtout au autres composantes des armées de ces pays. "Au-delà de l’aspect purement financier, la souveraineté des pays utilisateurs de ce système - hors USA - risque d’être bridée et cela pose de nombreuses questions. Pour conserver leur souveraineté, les pays acheteurs qui ont encore les ressources nécessaires, devraient ne pas rester pieds et poings liés avec ce produit. Ainsi, ils devraient dès maintenant limiter leurs engagements avec le F35 aux missions de type OTAN et à asseoir leurs propres missions de souveraineté sur un autre type d’appareil." Nous engageons les pays qui n’ont pas encore basculé vers ce programme à bien relire le communiqué d’Ellen Lord, adjointe du secrétaire d’État à la Défense et responsable du tout nouveau département « acquisition et maintien en condition opérationnelle », lorqu’elle a déclaré le 31 janvier dernier :« Pentagon can’t afford the Sustainment cost on F-35s ». =>SI seulement les belges pouvait l'entendre mais il n'est de pire sourd que celui qui ne veut entendre ... https://blogs.mediapart.fr/emilie-durand/blog/080218/jsf-35-un-fiasco-pour-les-usa-et-un-danger-pour-leurope
  43. 6 points
    C'est la raison pour laquelle en général quand on est bienveillant on fait tout pour éviter les guerres civiles... ... évidement quand on est malveillant et qu'on veut liquider la Syrie c'est différent.
  44. 6 points
    Je vois que Barbaros Pacha a enfin trouvé un endroit où il s'épanouit pleinement
  45. 6 points
    Imaginez bien que si l'aéronavale avait eu ses Hornet, aujourd'hui ils en seraient à chercher comment se payer une trentaine de F-35 pour les remplacer.
  46. 6 points
    Le monde se divise aussi en deux autres catégories : ceux qui connaissent l'accord du participe passé et les autres....
  47. 6 points
    Toi tu creuses.
  48. 6 points
    Forcément qu'ils nient, tu mords pas la main qui te nourris et surtout tu évites de passer pour un con après avoir accepté sans broncher un cadeau empoisonné! Cela met à mal l'image du gentil Chinois qui souhaite juste commercer face aux méchants occidentaux colonialistes et fouteurs de merde. Les Africains se sont encore fait avoir alors qu'ils ont appris à la dure que l'argent n'était pas tout... L'article du Monde ne cache pas que l'UA est espionnée de toute part et aussi par les Occidentaux (oui il faut lire l'article en entier).
  49. 6 points
    Bon je pense que cela intéressera peu mais bon , sait-on jamais cela pourrait intéresser . Depuis quelques temps je suis intéressé par l'histoire des USA , fin 19ème siècle jusqu'à la fin de la seconde guerre Mondiale. La période de l'entre deux guerres fut très intéressant du point de vue sociétal . Je suis tombé sur ces 2 personnages , Smedler Butler qui eu une longue carrière dans l'USMC , puis après dans le civil avec une approche sur la politique étrangère américaine. Il a aussi servi comme patron de la sécurité publique de Philadelphie ( un intermède durant sa carrière dans les marines). Sur ce lien on peu observé les différents avis sur la lutte anti criminalité et anti corruption dans la police . https://en.m.wikipedia.org/wiki/Smedley_Butler Il a écrit un bouquin : https://en.m.wikipedia.org/wiki/War_Is_a_Racket Puis d'un lien sur Butler je suis tombé sur ce personnage , Huey Long . https://en.m.wikipedia.org/wiki/Huey_Long Personnage intéressant au vu de son parcours politique ou il tapait sur les grosses compagnies pétrolières entre d'autres , dans un contexte où les USA traversé une crise économique grave . La grande dépression à vue une misère qui mettait les gens sur la route . Bon il y aussi un côté qui sentait le souffre , enfin dans le fait qu'il est croisé des personnages au profil "space" . Mais quand on observe l'évolution de l'état de Louisiane , des avancées sociale ( routes , scolaire, santé, etc ...) de facto il y a eu du bon malgré des dérives. J'ai découvert cela aussi , il me fait pensé aux systèmes qui sort des électeurs ayant eu des petits pb , on en avait parlé sur un file . https://en.m.wikipedia.org/wiki/Poll_taxes_in_the_United_States Bon il faut sûrement prendre du recul avec ces personnages, mais ils restent intéressant au vu de leurs visions , ressenties etc ... dans le contexte de cette époque . Enfin voilà , je me dis que rien que cette période de fin du 19ème siècle jusqu'à 1945 est très riche qu'un file dans la partie histoire pourrait-être créé.
  50. 6 points
    Il me semble que tout le monde est très "chaud" sur cette discussion (je m'inclus dans le lot) or il apparaît urgent d'attendre de plus amples informations ; les items du contrat VBMR-L ont beaucoup changé ces derniers temps - nombre, masse, rôles et donc véhicules remplacés, etc. - et le choix de Nexter (s'il est vérifié ?) a été fait hors du cadre transparent qu'on a pu avoir pour l'AIF par exemple. Rescator nous a apporté ses lumières, on a accès également à ce que certains blogueurs et journalistes défense ont pu entendre, tout n'est pas cohérent, soit. Les informations finiront bien par arriver, de même que les photos et prototypes. J'ai l'impression - mais je peux me tromper - que l'on a fait le tour de ce qui pouvait être discuté dans les quelques pages qui précèdent, et il n'est peut-être pas souhaitable de s'écharper davantage