Leaderboard


Popular Content

Showing content with the highest reputation since 06/19/2019 in all areas

  1. 16 points
  2. 14 points
    Patience ! Il va en avoir, en coûts et en délais.
  3. 13 points
    Pour ceux qui voulaient avoir une vue de dessus :
  4. 13 points
    Procédure dite Tigrex, développée par le 4è RHFS puis généralisée à l'ensemble de l'ALAT (malgré quelques heurts...) Tigrex et Gazellex sont les deux mamelles de l'IMEX rapide (extraction immédiate) - et très drillées durant Harmattan notamment Quelques kilomètres sanglés ainsi puis ils posent et attendent l'hélicoptère de manoeuvre (Puma, Cougar ou autres) qui réalise la phase d'IMEX puis d'évacuation Procédure Tigrex sur un Tigre "sauveur" : position 1 sur les marchepieds au niveau du train principal et position 2 sur les ailettes d'emports d'armements (illustrations d'expérimentations)
  5. 12 points
    Si on mettait des M-88 9,5 t sur un Rafale il n'irait pas plus vite. Le rapport poussée poids à vide du Rafale est de l'ordre de 1,5 et celui d'un mirage 2000 à vide est de l'ordre de 1,31 et pourtant le mirage fait M 2,2 et le Rafale M 1,8. La réalité c'est que si on mettait des parties mobiles aux entrées d'air du Rafale il atteindrait facilement mach 2,5, mais les autres limitations resteraient qui interdiraient d'utiliser cette vitesse sauf à détériorer l'avion. Donc on s'est passé de parties mobiles sur les entrées d'air ce qui est très favorable à la furtivité.
  6. 11 points
    Je lis beaucoup de choses sur cette page depuis pas mal de temps, et à chaque fois j’ai le sentiment que l’on perd de vue certains point particuliers. J’ai déjà dit quels étaient les intérêts des USA, d’Israël et de l’AS pour « attaquer » l’Iran, je n’y reviendrai pas ici. Par contre, pour compléter ce point, il est évident que le but d’une « entrée en guerre » avec l’Iran (je reviendrai sur sa forme ensuite) n’aurait pas pour objectif de « gagner », mais simplement de créer un bordel monstre et très durable en Iran. => la guerre économique actuelle, puisque c’en est une ? Le but est d’étrangler l’Iran pour que le pays n’ait certes plus les moyens de soutenir un effort militaire, et encore moins de redresser sa situation économique, et ultimement pour pousser le peuple à faire tomber le régime. Mais l’étranglement en soi est déjà très bien (du point de vue des objectifs de la coalition) => des attaques aériennes ciblées sur l’Iran ? (Par l’AS, Israël et les USA, chacun ciblant des points d’intérêt personnels) : en détruisant des capacités, le but n’est pas simplement de limiter les possibilités de défense ou de riposte mais d’aggraver encore la situation économique. Aucun raison par exemple qu’Israël n’applique pas la même méthode que celle qu’il pratique au quotidien avec les Palestiniens, s’il en a la possibilité. => créer une guerre civile en poussant d'éventuelles minorités à se soulever et prendre les armes, façon guérilla ? S’ils le peuvent, ils ne s’en priveront pas. Là encore, l’essentiel est que le bordel soit durable. Pourquoi cela ? - Parce que Israël ne veut plus être menacé : il doit donc détruire les sites d’enrichissement, mais aussi et surtout casser le lien entre l’Iran et le Hezbollah d’une part, et le Hamas d’autre part. Si ces 2 derniers ne reçoivent plus de soutien militaire, ils auront moins de capacités à faire face à une éventuelle intervention musclée de la part d’Israël (ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit : le Hezbollah d’aujourd’hui, même si le soutien iranien vient à cesser, a d’ores et déjà largement les capacités de donner beaucoup de fil à retordre aux israéliens, voir même à les mettre en échec. Ce ne serait pas la 1ère fois). Dans la durée, Hezbollah comme Hamas se retrouveront forcément affaiblis, ce qui changera significativement le rapport de force. - Parce que l’AS ne veut plus que l’Iran chiite s’oppose idéologiquement au wahhabisme, et pas uniquement à l’échelle régionale, et qu’il cesse de contrecarrer ses plans aussi bien en Syrie qu’au Yémen et au Liban (entre autres). Un Iran en guerre civile ou avec un changement de régime empêcherait nécessairement la voix des Mollah de porter, et le Guide Suprême se retrouverait à parler au milieu du bruit des combats contre lui. Plus la guerre civile durera, plus l’AS sera en position de force. - Parce que les USA tiennent absolument à finir de mettre en coupe réglée le Moyen-Orient, et que si la Syrie leur a résisté notamment du fait du soutien russe, il n’en serait pas de même avec l’Iran, très isolé finalement. Cette main-mise pour sécuriser les ressources énergétiques passe par un affaiblissement significatif des capacités de production de l’Iran - ce qui a pour effet d’augmenter le prix du baril, ce qui arrange aussi bien l’AS que les USA (et la Russie, mais c’est un dommage collatéral, vu des États-Unis) - mais aussi possiblement par le passage sous pavillon américain de certaines compagnies iraniennes. Les champs gaziers partagés avec le Qatar sont selon moi une cible évidente et trèèès tentante. Dans tous les cas et pour tous ces objectifs, il est évident qu’à aucun moment des ressources « sur le terrain » ne sont nécessaires, hors commandos. Le vrai problème de ce plan génial, c’est que toute intervention de l’un des protagonistes génèrera des représailles, et c’est contre celles-ci qu’ils se demandent tous comment s’en préserver. La réponse est simple : ils ne peuvent pas. Même avec des troupes au sol, même avec une protection constante sur mer du détroit d’Ormuz, même avec l’intervention de Casques Bleus dans certaines parties du Moyen-Orient, ils ne pourront pas empêcher les sabotages des navires comme des oléoducs ou des sites de production, ni des commandos chiites d'attaquer les assets AS, en venant du Yémen ou d’ailleurs, impactant la production mondiale de pétrole. Et l’on ne parle pas ici de troubles sur une petite année, mais bien de véritables opérations de guérilla qui dureront pendant 20 ans. Pour Israël ceci dit, ça ne devrait fondamentalement pas changer grand chose quant à ses amicales relations par roquettes interposées avec le Hamas, si ce n’est la question de la crise énergétique mondiale, évidemment. A moins bien sûr que le Miracle advienne : le régime iranien tombe, les iraniens reconnaissants envers les USA qui les auront étranglé pendant 40 ans et privé le pays du moindre moyen de se defendre décident de voter pour une marionnette américaine, et tout d’un coup tout le monde s’aime et se fait des bisous. Bolton, Pompéo et MBS semblent croire aux miracles. C’est bien. La meilleure carte américaine, s’ils avaient su en faire bon usage, était la population Kurde (je rejoins ZX en cela). Véritable cheval de Troie en Syrie, en Turquie, en Irak et en Iran, elle a le potentiel pour déstabiliser n’importe lequel de ces États, pour peu qu’on lui en donne les moyens. En Irak et en Syrie, on a bien vu ce qu’ils étaient capables de faire, mais aussi de perdre dès lors que le soutien politique cessait. En attendant, ils sont toujours en place dans ces 2 pays, sont structurés politiquement et les régions sous leur gouverne ne sont plus contestées dans leur globalité, même s’il reste quelques bisbilles à la marge (le cas de Kirkouk par exemple est très représentatif). C’est une épée de Damoclès au-dessus de la Turquie, ce qui géopolitiquement est toujours intéressant sinon à manier, du moins à maîtriser (les populations kurdes en Turquie continuent de parler du Kurdistan du Nord, là où les kurdes en Irak font partie du Kurdistan du Sud... et ceux d’Iran du Kurdistan iranien), et c’est aussi potentiellement un élément fort contre le régime des Mollahs, les kurdes n’y étant pas spécialement bien traités.. 2 cartes ici pour comprendre un peu mieux ce point de vue : (La carte date de 1998, donc le « kurdistan irakien » n’a plus la même couverture, mais les autres informations demeurent parlantes) Faire se soulever le Kurdistan iranien, c’est priver directement l’Iran de Kermandshah et donc de l’une de ses principales raffineries, ainsi que des champs de pétrole autour d’Azar. Cela ne suffirait pas à faire tomber le régime, mais ça le déstabiliserait suffisamment pour qu’avec les sanctions économiques, il ne puisse pas s’en relever. Certes, ça ne se ferait pas en un jour. (Et la CIA semble quand même avoir pas mal perdu la main sur ces techniques, elle qui avait une véritable expertise en la matière il fut quelque temps) Toujours aussi cyniquement et sur un autre front, les USA finiront par comprendre qu’ils ont intérêt à faire la paix avec les talibans et même à les soutenir, contre le développement par ceux-ci d’exactions aux frontières iraniennes, ce qui continuerait d’affaiblir le régime iranien, sans que dans les 2 cas l’Iran puisse réellement répliquer en s’en prenant fortement à la production pétrolière de l’AS ou à la circulation dans le Détroit d’Ormuz. (Il y aura bien quelques attentats de-ci de-là, mais on est bien d’accord qu’en géopolitique, tout le monde s’en fiche. Ce sont juste de petits soubresauts) Bref, les USA se sont coincés d’eux-mêmes là-bas, et d’une façon tellement naïve et court-termiste que j’ai du mal à ne pas nommer Trump et ses conseillers du nom de ce met délicat que le groin d’un cochon révèle en sous-bois.
  7. 11 points
    Les débris du drone BAMS-D La seule phrase qui est passée dans ma tête en lisant ça c'est un très vieux proverbe chinois qui dit "Une pute qui veut être décorée pour sa chasteté" (既要当婊子又要立貞節牌坊)... No comment. Henri K.
  8. 10 points
    Nouvel article de Meretmarine... je vous encourage de l’acheter, il est de bonne facture: FUTURS PORTE AVIONS FRANÇAIS: QUELLES OPTIONS? https://www.meretmarine.com/fr/content/futurs-porte-avions-francais-quelles-options Avec ce dessin exclusif d’une des options, intriguant a plusieurs niveaux: On note la coque beaucoup plus longue à l’avant (longueur au pont d’envol ~300m?) avec une étrave fine, quasi inversée, pour des raisons hydrodynamiques. Cela permet aussi de faire des catapultages/appontages simultanés, mais seulement pour des Rafale, pas des Hawkeye. Aussi notons les échappements comme sur les vieux PA de la 2ème Guerre Mondiale. Cela permet de déplacer l’îlot vers l’arrière, et d’avoir une circulation optimale vers les ascenseurs devant l’ilot (y compris dans le hangar). A comparer au CVF FR et PA2 DCNS... noter ou s'arrête la catapulte avant par rapport aux ascenseurs et marquages appontage.
  9. 10 points
    les norvegiens trouvent la pillule amère:
  10. 10 points
    L'Air Fan spécial Rafale donne plein d'infos sur les différents standards: F3R: - IFF mode 5 & mode S - système anticollisition avec le sol AGCAS - Meteor - GBU-16 - AASM block 3 (avec choix de la fusée airburst/contact/retard pendant le vol) - Talios - amélioration RBE2, Spectra et L16 (avec introduction d'un chat) - Nacelle ravitaillent NG Narang (2x plus de débit) F4.1 (au CEAM en 2023): - viseur de casque - nouvelles visu latérales couleur (pour les images Talios) - améliorations spectra (localisation rapide 3D, nouveaux modes de brouillage, extension dans les bandes hautes) - nouvel IRST - amélioration des modes SAR et GMTI du RBE2 (je crois qu'à chaque standard ils annoncent ça, je me demande si c'est de l'amélioration continue ou si c'est décalé à chaque fois) - amélioration IFF - aide à l'appontage "magic carpet" (comme l'US Navy) - AASM 1000 - Scalp RNV (durci contre le brouillage GPS) - ASMP-A RNV F4.2 (au CEAM en 2025): - récepteur Galileo - satcom - radio omnidirectionnelle VHF haut débit Contact - routeur interne durci contre les menaces cyber - voie infrarouge identification sur l'OSF (la voie TV ne fonctionnant que de jour) - améliorations de la rapidité de Spectra - amélioration des capacité RBE2 pour détecter les drones civils - brouilleur stand-in propulsé, embarqué dans l'emplacement d'un lance-paillettes (!) (j'imagine que c'est parce qu'on n'a pas envie de requalifier des configurations avec un brouilleur en point avant gauche) - Mica NG Futurs standards: - leurres électromagnétiques actifs - liaison haut débit directionnelle en bande Ku (on attend la définition d'un standard OTAN) - antennes tuile en GaN - FMAN/FMC Y'a aussi la liste de PEA: CAPOEIRA (connectivité), CARAA (radar), MELBAA (radar), INCAS (spectra) et DEDIRA (furtivité + spectra) En parallèle il y a une roadmap Talios indépendante avec: - détection automatique de cibles par réseau de neurones - fusion de l'imagerie sur un fond de carte
  11. 10 points
    Source: https://plus.lesoir.be/231491/article/2019-06-18/f-35-lindustrie-belge-refuse-detre-le-dindon-de-la-farce?fbclid=IwAR3W9vIFDzG6LM89y6V0h4FQtjalRKI-ekq_SGaFdjJS9N1JCCQXZFZNY6Q
  12. 9 points
    Je suis allé y prendre quelques photos
  13. 9 points
    Je vais devoir t'envoyer la facture d'hôpital, parce que je me suis fait un facepalm tellement intense à la lecture de ce commentaire qu'il me faudra plusieurs points de suture.
  14. 9 points
    Sauf que tu te contentes de réécrire l'histoire... Les mig Mig MiG-29 ex DDR ont été "adaptés" pour être compatibles NATO mais leur carrière au sein de la Luftwaffe "consolidée" a toujours été en sursis: parc minoritaire (24 avions) aux performances plus que limitées (uniquement air-air en gros) dont les armements n'étaient pas standardisés avec le reste de la flotte, dont les moteurs Klimov en carton avaient la même durée de vie que celle du mâle de la Mante Religieuse lors de l'accouplement et avec des pièces de rechange disponibles en quantités limitées. Bref, face à la flotte totale de 263 F-4 Phantom-II exploitée entre 1971 et 2013 (dont 110 F-4F modernisés fin des années 1980 au standard ICE et toujours en service en 1992) : il n'y a aucune comparaison possible. Et une partie des F-4 ex Luftwaffe sont toujours en service en Grèce en 2019... Les Polonais ont repris les MiG-29 tchèques et allemands pour les simples et bonnes raisons que: 1/ Ils disposaient des centres logistiques pour les entretenir (ce dont les tchèques ne disposaient pas d'où le retrait rapide de service). 2/ Ils avaient besoin de consolider leur flotte sans disposer des moyens (malgré quelques tentatives antérieures) d'acheter des appareils occidentaux. Une partie des avions allemands ont été cannibalisés d'ailleurs. On peut ne pas aimer le Typhoon (chacun ses marottes après tout), mais très clairement avant même l'arrivée de ce dernier au sein de la Luftwaffe: la flotte de MiG-29 était prioritaire pour le retrait de service.
  15. 9 points
    Qui a dit à Trump qu'il fallait faire la guerre du golf ? On va trouver des bunkers partout maintenant !
  16. 9 points
    Bon est-ce qu’on peut recentrer la discussion un peu là? Écologie/décroissance @g4lly @Rufus Shinra -> Créer un autre fil PIB / Budget défense @DEFA550 @web123_2 -> Il me semble qu’il existe déjà un fil pour ça B61 vs. ASMP-A -> Je ne sais pas si s’est le sujet ici, sauf sous l’angle de ce que les allemands veulent faire de leur FCAS Moi je cherche encore des infos sur le NGF... par exemple quelle puissance du nouveau moteur Safran/MTU? Moi j’ai lu dans la presse “classe des 30,000lb”... c’est confirmé? 14 tonnes donc?
  17. 9 points
    Bah c'est simple : en vendant notre arrogance à l'étranger. Il parait que nos partenaires n'en n'ont pas assez par rapport à notre surplus, donc les lois de l'offre et de la demande sont très claire à ce sujet. D'après mes sources, ni l'Allemagne ni les États-Unis n'ont d'arrogance à revendre contrairement à nous, ergo nous avons un statut de monopole dont les bénéfices seront suffisants pour financer le space Rafale, le AT-AT-Leclerc et les frégates spatiales supraluminiques. Et oui, mon gars. En France, on n'a pas d'argent, mais on a de l'arrogance !
  18. 9 points
    Pour rire parce que Teenytoon parle de ça: http://psk.blog.24heures.ch/archive/2019/06/21/eurofighter-bisbille-sur-le-radar-aesa -867614.html Florilège de commentaires du cave incriminé, à dessein d''illustration: Postulat de départ: comme les américains sont cons de présenter 3 avions différents il faudrait que l'Europe soit moins conne et présente 1 seul avion! Bon sang mais c'est bien sûr! Mais alors... pourquoi ça n'arrive pas? Allez, à votre avis? Donc l'arrogance des français est établie par le fait... qu'ils existent! Damned. On passe sur le Rafale "un vieil avion vendu dans les pays du tiers-monde". Drôle j'ai déjà lu cet """""argument""""" chez des trolls anglo-saxons. C'est marrant quand ils vendent leurs avions aux mêmes pays, là ces pays deviennent "de grandes nations essentielles pour la stabilité régionale de blablablabla". Mesdames et messieurs, l'expert a parlé! En fait si le Rafale a perdu à Singapour, en Corée du Sud, aux Pays-Bas, en Belgique (souvenons-nous de l'offre "trop belle pour être vraie" ) c'est parce que les français ont "une grande gueule"! Mais oui vous savez, Dassault qui ne communique jamais, l'armée française surnommée chez nous "la grande muette" (si c'est pas une preuve qu'ils parlent trop...) et les gens qui croient des âneries à propos du Rafale et s'avèrent être en réalité désinformés jusqu'à l'os par des propagandistes anglo-saxons rageux... dernière en date Jon Lake et ses pilotes pakistanais au Qatar... En fait c'est parce que les français... parlent trop! Et qu'ils ne sont pas humbles contrairement aux américains et leur F-18 SH aux ailes foirées qui a un range comparable au legacy alors qu'il a une fuel fraction bien supérieure, au F-35 et son légendaire respect des délais des coûts et des performances vendues sur papier! Décidément ces français sont si arrogants! En plus ils sont même pas américains! Alors que si ils étaient américains le Rafale se vendrait partout! Si ça c'est pas une preuve! Aaaah, la tchatche et l'assurance enseignées dans les écoles françaises! Les élèves de prépa qui se sont tous mangé des quasi-insultes de la part de leurs profs à longueur de temps et où récolter un 12 relève toujours aujourd'hui du miracle peuvent en témoigner! Voilà comment former des ingénieurs arrogants, sûrs d'eux-mêmes, qui ne vérifient pas leurs calculs et qui rigolent quand leurs fusées explosent! La culture de l'échec érigée en modèle du genre, le manque d'investissements par pessimisme extrême, le cantonnement à des technologies éprouvées qui menance l'innovation, la question nodale que pose Éric Trappier quand on lui parle "business jet supersonique" et qui répond "oui mais c'est quoi le business plan si on peut pas le faire voler à cause des lois sur le bruit?" Et bien tout ça mesdames et messieux c'est parce qu'on a de la tchatche et de l'assurance! Non non, on est pas prudents, on fait pas attention à notre argent, on est pas des penseurs qui réfléchissent longtemps avant de bouger! La moindre nouvelle merde sort? Hop on l'adopte! Un truc ne marche pas? Pas de panique! Ça va marcher! Pourquoi? Parce que... "C'est trop gros pour échouer!" Quelqu'un émet des doutes sur la qualité de nos produits? Voyons! Nous sommes "la qualité française! Hein, on fait souvent ça nous, non? Non? On m'aurait menti? ... Putain ce qu'il faut pas lire. Oh bordel j'en peux plus.
  19. 9 points
    Pas un "cloud" ! Un Saint Cloud. C'est du Dassault, il ne faut pas l'oublier.
  20. 8 points
    Très schématiquement (parce que ce type de système ne se résume pas en deux lignes): c'est un S-400 auquel on intégré l'option ABM en remplacement du système A-135. Donc oui, les systèmes peuvent se compléter (principe de base de la bulle A2/AD russe) mais l'un doit à terme remplacer l'autre.
  21. 8 points
    @Lordtemplar Très accessoirement, pour atteindre Mach 2, le M88 n'est pas en cause - cette vitesse a bien été atteinte par le Rafale A, plus gros, plus lourd, lorsqu'il était doté de 2 M88, et des vitesses supérieures ont été atteintes par des appareils plus gros, plus lourds, dotés de réacteurs moins puissants (Mirage IV et ses ATAR 9K). La limitation opérationnelle à Mach 1.8 a donc une autre cause ou une autre raison. Et là, les possibilités ne manquent pas : limitation du vieillissement, économie sur le MCO ou sur le coût de fonctionnement, utilité opérationnelle, emports qualifiés pour cette vitesse, etc. Si le choix de limiter la vitesse a été fait, c'est parce que "plus n'est pas toujours mieux".
  22. 8 points
    J'ai fini par enfin me procurer l'article MM in extenso https://www.meretmarine.com/fr/content/futurs-porte-avions-francais-quelles-options « Ce design de proue partiellement inversée avec bulbe intégré résulte des travaux d’optimisation des carènes conduits par les Chantiers de l’Atlantique. Il présente l’avantage de permettre au navire de mieux franchir la vague, en diminuant les effets de soulèvement, et donc de tangage. Un résultat évidemment très intéressant pour faciliter la mise en œuvre de l’aviation » L’effet anti-tangage des bulbes n’est pas nouveau ; fin des années 80 le bassin des carènes avait justement travaillé tout ces aspects , c’est d’ailleurs en partie pour cette raison que les hydros du STCAN d’alors avaient légèrement bulbé l’étrave du CdG. Ils avaient même prévu d’y intégrer des ailerons anti tangage ( euh pardon pour les formules ) https://www.atma.asso.fr/fr/page-16/produit-568/modelisation-hydrodynamique-et-lois-de-commande-du-systeme-de-stabilisation-du-porte-avions-a-pro.html
  23. 8 points
    Ah, c'est sûr que si on le compare à un AMX, le F-35 vole très bien. --> [ ]
  24. 8 points
    Ils prévoient de l'améliorer pour qu'il puisse voler ?
  25. 8 points
    C'est un concept de réalité, qui veut que ce qui sort des usines russes n'est pas au même prix que ce qui sort des usines espagnoles, et donc que pour un même PIB les russes produisent davantage. Et c'est pourquoi la comparaison n'a pas de sens tant qu'on ne l'évalue pas à parité de pouvoir d'achat.
  26. 8 points
    Ça c'est des raisonnement d'Anglo-saxon: Le PIB de la Russie au taux officiel de change est de $ 1578 Milliards mais il est de $ 4016 Milliards en parité de pouvoir d'achat. Si pour l'Inde qui ne produit pas ses armes il faut considérer le taux de change officiel pour évaluer sa capacité militaire, pour la Russie qui produit ses armes c'est le taux de change en parité de pouvoir d'achat qui compte. D'ailleurs on se rend bien compte que cette capacité est plutôt comparable à deux fois la France (et même 4 fois si on tient compte du pourcentage de 4,24% du PIB consacré au militaire) et non pas à moins que l'Espagne.
  27. 8 points
    Non, je dois l'avouer, et je crois que je n'irai pas. J'ai pris un jour la peine de vérifier et recouper je-ne-sais-plus-quelle assertion d'Asselineau qui m'avait parue douteuse et qui était pourtant au centre de son discours ce jour là. La conclusion avait été assez nette : du vent appuyé sur des fautes de logique et des causalités capilotractées, tellement de vent en fait que le gars ne pouvait être que fou, hypnotisé ou malhonnête, la probabilité la plus forte pointant vers un mélange des deux dernières propositions. Pour son délire d'UE nazie, je pense qu'il n'est même pas nécessaire d'aller chercher aussi loin. Les juifs, les tziganes, les hommosexuels, les pas-assez blancs-blonds, les humanistes, les chrétiens engagés, les communistes sont-ils persécutés, pourchassés et mis à mort dans l'UE ? L'UE a-t-elle méthodiquement mis au pas et fusionné toutes les institutions de jeunesse ? Y trouve-t-on des camps, des goulags, des sites de travaux forcés où sont éliminés les soit-disant sous-hommes ? En profite-t-on pour y étudier l'eugénisme ? Non. L'UE affiche-t-elle des projets dans ce sens ? Non. L'UE est-elle un projet nazi ? Non. Une thèse de fou parmi d'autres. Des foutaises. Un idiot utile.
  28. 8 points
    finalement pour un pays vendant des avions servant à s’entraîner à la guerre (voire à faire la guerre) mais qui joue les vierges effarouchées quand leur avion sert à ce pour quoi il est conçu, choisir et acheter le F35 aurait une certaine logique : un avion de guerre qui, à l'heure actuelle, ne peut pas la faire, ou alors de façon très limitée.
  29. 8 points
    C'est aussi qu'un quelconque fil aérien sans pouvoir parler du Rafale, c'est un peu comme une tarte tatin sans pommes...
  30. 8 points
    Et le Tejas, alors, tu l'oublies ?
  31. 8 points
    Comment ? T'étais pas au courant ? Regarde pourtant ce document d'époque plutôt révélateur...
  32. 8 points
    "Turquie : le candidat du président Erdogan concède sa défaite aux municipales d'Istanbul" : http://www.lefigaro.fr/flash-actu/turquie-le-candidat-d-erdogan-concede-sa-defaite-a-l-election-d-istanbul-20190623 "Turquie : Imamoglu estime que sa victoire marque «un nouveau début» pour la Turquie" : http://www.lefigaro.fr/flash-actu/municipales-d-istanbul-imamoglu-estime-que-sa-victoire-marque-un-nouveau-debut-pour-la-turquie-20190623
  33. 8 points
    Ne serait-on pas passé à côté du Rafale Fox Three N°20 ?
  34. 8 points
    Le FCAS c'est un système de système, alors on a le droit de considérer que l'ASMP et le M51 feront partie du FCAS en étant interconnecté avec les autres vecteurs.
  35. 8 points
    C’est un roc !… C’est un pic !… C’est un cap !… Que dis-je, c’est un cap ?… C’est une péninsule !
  36. 7 points
    Tous les appareils export sont équipé d'AESA soit 24 pour l’Égypte et 10 pour le Qatar (pour l'instant) et pour la France il y a 120 PESA (y compris les avions perdus) donc 32 AESA (pour l'instant). Ça peut sembler très faible 1 AESA pour 4 PESA, mais comme ils sont plug and play et que la disponibilité globale des Rafale est de l'ordre de 50 % tu peux gérer pour avoir 2 PESA pour 1 AESA et même plus en OPEX car tu n'as pas besoin d'AESA pour faire la PO. En plus avec la L 16 un AESA sur le théatre peut bénéficier à tous les Rafale. Lorsque le CDG part en opération, l'armée de l'air prête des AESA à la marine....
  37. 7 points
    J'ai traduit un document fort intéressant: The "New Energy Economy": An Exercise in Magical Thinking https://www.manhattan-institute.org/green-energy-revolution-near-impossible Dont voici le résumé: SOMMAIRE EXÉCUTIF Depuis des décennies, un mouvement s'est développé pour remplacer les hydrocarbures, qui fournissent collectivement 84% de l'énergie mondiale. Tout a commencé par la crainte que nous n'ayons plus de pétrole. Cette crainte s'est depuis déplacée vers la croyance qu'en raison des changements climatiques et d'autres préoccupations environnementales, la société ne peut plus tolérer de brûler du pétrole, du gaz naturel et du charbon, qui se sont tous révélés abondants. Jusqu'à présent, l'éolien, le solaire et les piles - les alternatives préférées aux hydrocarbures - fournissent environ 2 % de l'énergie mondiale et 3 % de celle des États-Unis. Néanmoins, une nouvelle affirmation audacieuse a gagné en popularité : nous sommes à l'aube d'une révolution énergétique axée sur la technologie qui non seulement peut remplacer rapidement tous les hydrocarbures, mais qui le fera inévitablement. Cette "nouvelle économie de l'énergie" repose sur la conviction - une pièce maîtresse du Green New Deal et d'autres propositions similaires ici et en Europe - que les technologies de l'énergie éolienne et solaire et le stockage des batteries subissent le même type de perturbations que l'informatique et les communications, réduisant considérablement les coûts et augmentant leur efficacité. Mais cette analogie fondamentale fait abstraction des différences profondes, fondées sur la physique, entre les systèmes qui produisent de l'énergie et ceux qui produisent de l'information. Dans le monde des personnes, des voitures, des avions et des usines, l'augmentation de la consommation, de la vitesse ou de la capacité de charge entraîne l'expansion et non la contraction du matériel. L'énergie nécessaire pour déplacer une tonne de personnes, chauffer une tonne d'acier ou de silicium, ou cultiver une tonne de nourriture est déterminée par les propriétés de la nature dont les limites sont fixées par les lois de la gravité, de l'inertie, de la friction, de la masse et de la thermodynamique - pas un logiciel intelligent. Cet article met en lumière la physique de l'énergie pour illustrer pourquoi il n'y a aucune possibilité que le monde subisse - ou puisse subir - une transition à court terme vers une " nouvelle économie énergétique ". Parmi les raisons : Les scientifiques n'ont pas encore découvert, et les entrepreneurs n'ont pas encore inventé, quelque chose d'aussi remarquable que les hydrocarbures en termes de combinaison de faible coût, haute densité énergétique, stabilité, sécurité et portabilité. Concrètement, cela signifie qu'en 30 ans d'exploitation, chacune des éoliennes ou des panneaux solaires d'une valeur de 1 million de dollars produira environ 50 millions de kilowattheures (kWh), tandis qu'un montant équivalent de 1 million de dollars consacré à un appareil de forage de schistes produit suffisamment de gaz naturel sur 30 ans pour produire plus de 300 millions de kWh. Les technologies solaires se sont considérablement améliorées et continueront à devenir moins chères et plus efficaces. Mais l'ère des gains décuplés est révolue. La limite physique des cellules photovoltaïques (PV) au silicium, la limite Shockley-Queisser, est une conversion maximale de 34 % des photons en électrons ; la meilleure technologie PV commerciale actuelle dépasse 26 %. La technologie de l'énergie éolienne s'est également considérablement améliorée, mais là aussi, il ne reste plus de gains de 10 fois. La limite physique d'une éolienne, la limite de Betz, est un captage maximal de 60 % de l'énergie cinétique dans l'air en mouvement ; les éoliennes commerciales dépassent aujourd'hui 40 %. La production annuelle de la Gigafactory de Tesla, la plus grande usine de batteries au monde, pourrait stocker trois minutes de la demande annuelle d'électricité aux États-Unis. Il faudrait 1 000 ans de production pour fabriquer suffisamment de batteries pour répondre à la demande d'électricité des États-Unis pendant deux jours. Entre-temps, de 50 à 100 livres de matériaux sont extraites, déplacées et traitées pour chaque livre de batterie produite. Maintenant je me demande si je peux poster les 35 Pages traduites ou si il y a une possibilité technique de rendre accessible un document word sur le site?
  38. 7 points
    Y a de ça mais l'intervention du "monde proche" de chaque individus a aussi diminué massivement, il suffit de comparer avec les pays asiatique ou cela existe encore (mais de moins en moins). Il y a pas si longtemps quand un môme se comportait mal en l'absence des parents les adultes intervenaient. Et ils interpellaient les parents si ceux-ci n'intervenaient pas.Les gens se sentaient responsables de ce que faisaient le voisin. Le comportement d'une personne (bon ou mauvais) rejaillissait sur tous ceux associé d'une façon ou d'une autre (voisin, même quartier, même ville et même simplement même pays..). Les gens se sentant touché ils intervenaient. La carence éducative éventuelle était compensé par des gens (et à commencer par l'école) qui aujourd'hui n'interviendrait à aucun prix. Du coup le poids social était bien plus présent (avec tout les soucis que cela pose pour qui est pas exactement dans la norme) et l'individualisme a ravagé toutes les "filets de sécurité" de contrôle social en échange de liberté. Peut être sommes nous entrain d'apprendre que la liberté est une illusion quand on est pas construit en tant que personne et que se construire en tant que personne ça exige de sacrifier sa liberté pour un temps. C'est juste une réflexion je prétend pas avoir de réponse pour l'équilibre souhaitable sur un sujet aussi complexe.
  39. 7 points
    Les quatre Su-30 MKI de la force aérienne indienne sont arrivés vendredi dernier afin de participer à l'exercice Garuda 19, réalisé cette fois-ci sur la base aérienne 118 de Mont de Marsan. Ils sont accompagnés par un avion ravitailleur Il-78. Le Régiment a la charge de la préparation, la coordination et l'organisation des missions, de type COMAO. D'autres pilotes de la 30e Escadre de Chasse participeront aux vols qui permettront d’accentuer l’interopérabilité entre nos unités dans les missions de défense aérienne et d’attaque au sol. Le but est de favoriser la connaissance et l’échange des procédures ainsi que poursuivre le travail de coopération engagé depuis des années. L’exercice a lieu alternativement tous les deux ou trois ans, en Inde ou en France. Il donnera lieu à une multitude de missions spécifiques qui impliqueront divers appareils de transport ou de chasse. Nos pilotes auront aussi la possibilité de ravitailler sur l’Il-78, un vol que nos plus jeunes pilotes attendent avec une certaine impatience. Nous espérons, en fonction de la discrétion nécessaire à notre travail, vous montrer quelques images de nos vols au cours des prochains jours. Régiment de Chasse 2/30 Normandie Niémen J’aime cette Page · 22 h · Modifié · Les échanges comme #Garuda favorisent la rencontre entre les cultures aéronautiques. C’est ainsi qu’un de nos pilotes a eu l’occasion de voler en place arrière d’un Su-30 MKI. Vous pensez bien qu’il était ravi de voler sur une pareille bête et son retex est des plus sobre : « ça manœuvre pas mal... ». Pour ceux d’entre vous qui n’ont pas pris « Chassous LV2 », ça veut dire que pour un engin aussi large qu’un terrain de foot et long comme deux, c’est une machine qui tourne sacrément bien et qu’il a, au cours du vol, émis quelques gloussements de contentement ainsi que quelques ricanements joyeux. Pour autant, et c’est un avis d’une objectivité massive, « le Rafale reste quand même l’arme ultime du combat moderne ». Voilà #ExGaruda2019: Indo-France joint exercise gives us a great opportunity to interact, exchange views, experiences & knowledge. A French Air Force Pilot got an opportunity to fly in the Su-30MKI aircraft, during the integration flying training week. source : https://www.facebook.com/armeedelair/?pageid=176770602367245&ftentidentifier=2445171808860435&padding=0
  40. 7 points
    Je parle du merveilleux engin biréacteur qui volait plus vite que sa peinture à propos duquel une mauvaise blague imprudemment énoncée faillit me valoir une reconduite au poste de garde de la BA 115 dans les années 90 ...
  41. 7 points
    10 000 heures de travail chaque année pour estimer le coût du f-35 en norvège. https://www.dagbladet.no/nyheter/10-000-arbeidstimer-hvert-ar/71271236 Combien coûte l'avion de chasse que la Norvège achète aux États-Unis? Les forces armées utilisent 10 000 heures de travail chaque année pour trouver la réponse. NEW FLY: Le chef de la défense Haakon Bruun-Hanssen, puis le ministre de la Défense, Ine Eriksen Søreide (H), étaient clairement fiers du lancement du premier avion de chasse F-35 de Norvège dans l'usine Lockheed Martin de Fort Worth, au Texas, en 2015. Le Comité de contrôle et constitutionnel du Storting a demandé au ministre de la Défense nationale, Frank Bakke-Jensen (H), de déterminer le prix total de l'achat de l'aéronef basé sur le taux de change du dollar actuel. "L'ensemble du processus prend du temps (environ 5 mois) et implique à la fois des acteurs norvégiens et américains. Les ressources nécessaires à la réalisation des analyses annuelles d'incertitude sont estimées à environ 10 000 heures de travail », écrit le ministre dans sa lettre de réponse. Dans la lettre, il promet de donner au Storting une "estimation actualisée", mais d'abord dans le budget de l'Etat pour l'année prochaine. - Absolument absurde La réponse de Bakke-Jensen oblige Torgeir Knag Fylkesnes, vice-président du SV. - Il est absolument absurde que le gouvernement passe 10 000 heures de travail chaque année simplement pour calculer le coût réel du vol de l'avion, ont déclaré les conseils de comté, qui siègent au comité de contrôle et constitutionnel. - Une demande illimitée de réponses pour les avions de combat - Une demande illimitée de réponses pour les avions de combat - Cela montre à quel point ils contrôlent peu les coûts, ajoute-t-il. Le comité de contrôle a commencé à s'intéresser aux coûts du projet d'avions de combat après que Bergens Tidende eut concentré ses recherches sur les projections. Le calcul d'Avisa s'est conclu par un écart de coût de 16 milliards de NOK. Le dirigeant du SV, Audun Lysbakken, a dû demander à Bakke Jensen de rencontrer le Storting pour répondre à ses questions. Jusqu'à présent, ce n'est pas arrivé. Certaines parties du calcul de BT sont contestées par le ministère de la Défense, mais cela n’est nullement dû au fait que le Storting considère que l’affaire a pris fin avec la lettre de réponse du ministre de la Défense adressée à la Commission du contrôle et de la constitution. L'article continue en dessous de l'annonce Vouloir une enquête totale SV a critiqué l'acquisition des avions de combat F-35 depuis le début, mais le gouvernement et la majorité parlementaire ont jusqu'à présent adhéré à la décision d'acheter jusqu'à 52 avions américains à Lockheed Martin. TOUT: Bjørnar Moxnes, chef roux, veut que le Bureau du vérificateur général enquête sur l’ensemble de l’achat d’avions. Photo: Terje Bendiksby / NTB scanpix TOUT: Bjørnar Moxnes, chef roux, veut que le Bureau du vérificateur général enquête sur l’ensemble de l’achat d’avions. Photo: Terje Bendiksby / NTB scanpix De plus, Red est depuis le début opposé aux achats d’avions de combat américains. Bjørnar Moxnes, représentant de la tête rouge et représentant parlementaire, a affirmé devant le Dagbladet que le Bureau du vérificateur général enquêtait sur l’ensemble de l’achat d’avions de combat. "Les scandales ont été annoncés pour cet achat de scandale depuis que le gouvernement rouge-vert, avec le soutien de la bourgeoisie, a lancé la bombe animale P-35, qui est bien mieux adaptée à une guerre d'attaque menée par les États-Unis que la défense de la Norvège", affirme Moxnes. Jusqu'à présent, le Bureau du vérificateur général a tenu compte de la capacité opérationnelle de l'aéronef lors de la transition du F-16 actuel au F-35. Le rapport est cacheté secrètement, mais sera traité par la Commission de contrôle et constitutionnelle. Hysh-report donne le mal de tête au Storting Hysh-report donne le mal de tête au Storting Le poinçon secret donne mal au crâne au Storting, admettant le président du comité de contrôle, Dag Terje Andersen (AP), lors de la remise du rapport au début du mois de mai. Bakke-Jensen répond En ce qui concerne la question du comité concernant les estimations de coûts, Bakke-Jensen a la réponse suivante à la raison pour laquelle il est si exigeant de répondre à la question du coût actuel de l'aéronef en dollars canadiens: ACTUENT: Le ministre de la Défense, Frank Bakke-Jensen (H), a déclaré qu'aucun élément n'est fixé lorsque les coûts doivent être calculés pour les achats d'avions de combat. Photo: scanpix de Terje Pedersen / NTB ACTUENT: Le ministre de la Défense, Frank Bakke-Jensen (H), a déclaré qu'aucun élément n'est fixé lorsque les coûts doivent être calculés pour les achats d'avions de combat. Photo: scanpix de Terje Pedersen / NTB "Si nous mettons le cours actuel sur les éléments de coût de l'année dernière, nous devons supposer que seul le taux de change du dollar peut changer et que tout le reste est fixe. Ce n'est pas le cas, car les coûts sont en train de changer. Ils ont une dépendance mutuelle et doivent être calculés dans le contexte. Il est tout à fait possible de faire des calculs lorsque des éléments individuels dans le calcul sont modifiés, mais de tels calculs ne montreront que la sensibilité des éléments modifiés. Afin de parvenir au coût prévu pour l’acquisition dans son ensemble, tous les éléments de coût doivent être mis à jour sur la même période. " - Très prudent "Il s'agit d'un travail qui implique bien plus que de déterminer le coût des avions de combat", explique le ministre de la Défense, Frank Bakke-Jensen, à Dagbladet. - Pensez-vous qu'il y en a beaucoup avec 10 000 heures de travail par an? Aucune fissure sur les avions de combat Aucune fissure sur les avions de combat débat - Je pense qu'il est extrêmement prudent de bien suivre les coûts, les risques et les besoins budgétaires. Il s’agit d’un programme dont les coûts s’élèvent à un peu plus de 85 milliards de couronnes norvégiennes et dont les paiements annuels dépassent 7 milliards de couronnes norvégiennes, a-t-il déclaré. Les soi-disant analyses d'incertitude sont exhaustives et nécessitent beaucoup de temps et de ressources, selon le ministre de la Défense. Il déclare que le travail comprend des employés du ministère de la Défense, du matériel de défense, de l'armée de l'air, du FLO, du bâtiment de la défense et de l'institut de recherche sur la défense. - Un noyau d'un peu moins de 10 personnes a cela dans leur travail tout au long de l'année. Aux travaux les plus exigeants en main-d'œuvre, environ 30 personnes effectuent l’analyse dans un processus de groupe, précise Dagbladet. Solberg vole sans honte Solberg vole sans honte. Bakke Jensen dit que les forces armées récupèrent des chiffres et des antécédents américains, mais que le travail lui-même est effectué par du personnel norvégien. Dans le même temps, il admet que les exercices de calcul auraient pu être facilités: - Il y a des moyens plus faciles de le faire. Mais pour un achat de cette complexité et de cette ampleur, il est absolument crucial et minutieux. Il existe également des exigences découlant de la réglementation en matière de gestion financière dans l'État. - plus faible que prévu Selon Bakke Jensen, la production des avions de combat les a rendus moins onéreux au fur et à mesure de leur sortie du hall de production. Il dit que le prix de base du soi-disant modèle A du F-35 qui doit être livré en 2021 devrait maintenant être inférieur à 80 millions de dollars. Numéros de catastrophe Numéros de catastrophe - Nous sommes très satisfaits de ce résultat. Le prix est inférieur aux prévisions et résulte de bonnes négociations et de mesures de réduction des coûts. L’analyse d’incertitude telle qu’elle est effectuée aujourd’hui porte sur l’acquisition d’avions de combat depuis 2006 et a lieu annuellement depuis 2012. Selon le plan, elle sera réalisée de la même manière jusqu’à ce que le contrat du dernier avion de chasse de la passation du marché ait été passé. Une estimation approximative indique que le seul travail d'analyse de l'incertitude coûte environ 5 millions de NOK.
  42. 7 points
    C'est quand même dingue de se poser se genre de question primordiale, après décision ... Hallucinant !
  43. 7 points
    Pour les possesseurs de Command: Modern Air/Naval Operations, je viens de tomber sur un très joli scénario de Guerre des Malouines à la Française. https://steamcommunity.com/sharedfiles/filedetails/?id=1679578385&searchtext=french Le scénario se passe en 2020, avec Maduro se lançant dans une poussée expansionniste pour garder le contrôle de son économie en effondrement. La Russie et la Chine pèsent politiquement et réussissent à éviter des interventions étrangères quand il envahit le Suriname et la Guyane non-Française. Le Venezuela lorgne désormais la Guyane Française, et essaie d'agir rapidement. Des attaques "terroristes" causent des pertes importantes parmi les troupes de la garnison en Guyane, et tout le monde bouge ses forces aussi vite que possible. Le GAN et une force amphibie sont lancés depuis la France pour renforcer la Guyane, tandis que sont déployés en urgence une demi-douzaine de Mirage 2000-5 et une paire de... nEUROn sur un aérodrome local (non-dit mais plus ou moins sous-entendu, ces forces sont assez sacrifiables, car si elles doivent agir seules, elles ne tiendront pas longtemps). Les forces navales sont à une journée ou deux de la Guyane lorsque le Venezuela lance une attaque pour tenter de forcer la décision avant que toute la puissance de feu ne soit sur place. Au programme, deux ou trois douzaines de Sukhoi, des hélicoptères qui viennent faire chier de tous les côtés, des colonnes de blindés passant la frontière, des sous-marins diesel-électrique, des mines et quelques navires de surface. Le côté Français a le GAN (avec le Suffren), deux Mistral avec leur escorte un peu âgée, chargés d'hélicoptères de transport et de combat, des troupes au sol, les deux drones furtifs, et un tas d'A400M plus d'A330 MRTT basés en France. Si on peut amener les A400M, ils sont en mesure de larguer du matériel pour faire une piste de fortune (mais sans ravitaillement en munitions pour quiconque se pose dessus). Je ne peux que le recommander car il permet de bien mettre en avant les capacités de la Royale et l'intérêt d'un avion omnirôle : à pas mal de reprises, mes Rafale revenant d'une mission de bombardement ont été cruciaux pour repousser des attaques aériennes ennemies. La paire de drones furtifs a elle aussi été étonnamment utile, de par ses caméras embarquées, parce que entre la jungle dense et la couverture nuageuse à altitude basse, c'est particulièrement chiant de trouver les cibles au sol avec la précision nécessaire pour guider les frappes aériennes. A l'heure où l'on parle à fond du SCAF, c'est une jolie mise en scène illustrant ces effecteurs déportés. Autre point très intéressant, la distance à laquelle le GAN se trouve de la Guyane fait que le trio d'A400M qui est en position sur place au début du scénario est on ne peut plus critique pour permettre un maintien sur position des Rafale du CdG. Le scénario implique donc de bien gérer ses ravitailleurs pour permettre l'arrivée des renforts ainsi que la suprématie aérienne, mais aussi la gestion des drones furtifs pour de la reconnaissance en douceur en préparation des frappes aériennes (une colonne de blindés qui se prend six Rafale avec bombes à guidage laser et AASM sur des cibles localisées par le nEUROn, ça fait très mal), et surtout un affrontement initial David contre Goliath entre cinq Mirage 2000-5 et une bonne douzaine de Su-30 et Su-35 accompagnant des hélicoptères : ils sont foutus, mais une bonne partie de la victoire dépend de la capacité de ces Mirage à protéger leur aéroport des premières frappes. Mais trêve de plaisanteries, place à... Danger Zone ! @Patrick @collectionneur La situation tactique à quelques minutes du début de l'invasion. Le poste de police à la frontière du Suriname va être attaqué par de l'infanterie mécanisée, lançant une guerre de 48 heures. Près de ce poste, sur la côte, se trouve la zone de débarquement où je dois déployer mes troupes héliportées et amphibies. Elles sont, avec une dizaine de Tigre HAD de l'ALAT, dans le groupe Mistral qui est au centre de la carte, avec le Suffren en avant-garde. Un groupe de reconnaissance constitué d'une FLF et d'une vieille frégate presque obsolète est au sud, pour surveiller les approches par d'éventuels sous-marins hostiles, le Venezuela ayant dans ce scénario un Type 209 et... deux Lada armés de Kalibr, particulièrement dangereux s'ils peuvent tirer leur salve sur le groupe amphibie, car la portée efficace des SM1-MR et des Aster 15 ne leur permettra pas une interception avant le départ de leur second étage supersonique. Le GAN est au Nord-Est, en approche rapide. Une partie de son groupe aérien, sur le pied de guerre, est présenté dans la fenêtre blanche, tandis que la liste des munitions et le carburant du GAN est sur la droite. Les 6 mirage 2000-5F, 2 nEUROn et 3 A400M sont sur l'aéroport Félix Eboué, dans le cluster de bâtiments stratégiques. A l'Est, la zone de largage du matériel pour faire une piste de fortune, matériel présent dans 4 A400M en France, et j'ai toute la flotte de A330 MRTT à ma disposition depuis la France. Sur la gauche, les forces françaises, sur la droite, celles du Venezuela : Ouais, ça va chier ! Première action, je lance mes trois Hawkeye dans la mission Arabesque, ils vont se relayer pour assurer la surveillance active et passive de la zone, tandis que des Rafale chargés en air-air décollent. Mes deux A400M prêts en Guyane sont lancés vers le large pour les mettre à l'abri et servir de ravitailleurs tactiques. Les Mirage 2000-5F sont encore en cours de préparation, les pilotes reçoivent les derniers sacrements : ils vont devoir faire payer leur peau aussi cher que possible avant l'arrivée des renforts. Le polygone jaune que vous voyez est la zone estimée d'un émetteur radar inconnu (un PATMAR ennemi), zone qui va s'affiner au cours du temps et des déplacements de l'avion comme de mes capteurs. Je n'ai pas de sauvegarde faite durant le Verdun des Mirage, mais une heure plus tard, ils sont tous descendus, mais après avoir bouffé du Su-35K, des F-16 et quelques hélicoptères : Tout d'abord, hommage aux morts, le premier échange s'est fait, et les pertes sont visibles pour les deux camps dans la fenêtre blanche. Un Rafale M F3R est sélectionné, et vous pouvez voir son cône radar en blanc, à comparer avec le cône beaucoup plus fin, en jaune, d'un Su-30MK2. Cela a une importance capitale en combat aérien, car le Rafale est à même de réactualiser la solution de tir de ses missiles en faisant des manœuvres beaucoup plus larges. Le Su-30MK2, en duel, va soit devoir foncer sur le missile, soit dégager et laisser son engin voler en balistique jusqu'au point d'activation, là où le Rafale peut partir à 70°, guider son missile et être loin du dit point d'activation. Méchant et efficace, le RBE2-AA. Discret, aussi. Plusieurs Su-30 et Su-35 abattus par les premiers avions du CdG, et on prépare une force d'attaque pour annihiler la première colonne d'infanterie mécanisée qui est rentrée sur le territoire. Autre avantage capital du Rafale M : le Meteor. Portée maximale supérieure à celle des missiles embarqués sur Su (modélisée à 75 miles marins, pour 60 chez les Su et 45 côté MICA), mais aussi et surtout un statoréacteur. Dans C:MANO, une fois qu'un missile dépasse 50 % de sa portée, sa probabilité de coup au but en cas d'interception décroit progressivement, puisqu'il n'a plus d'énergie (en gros, si le missile trouve un lock et intercepte sa cible, on teste les ECM défensifs contre les capteurs du missile pour savoir si le missile dégage, puis les leurres, et enfin l'agilité pour une esquive bien virile). Pour le Meteor, cette agilité commence à décroitre... au bout de 75 % de la portée maximale, en faisant un missile non seulement de très longue portée, mais aussi beaucoup plus efficace dans ces tirs au loin que toute la concurrence. A noter que le MICA IR s'est révélé être un adversaire particulièrement vicieux pour les Su, souvent plus efficace que sa version EM dans les combats à distance. A noter aussi, une salve de 8 MdCN sur un site radar au Suriname, qui s'est terminée en un échec complet lorsque les missiles ont été repérés puis abattus par l'aviation ennemie. Dans les rapports en bas à gauche, on voit l'efficacité des capteurs du Rafale M, SPECTRA localisant les hélicoptères de transport ennemis avec leurs radars actifs, tandis que le mode NCTR du RBE2-AA permet de classifier automatiquement les cibles. Pratique. Mais parce qu'une image vaut mille mots :  Chaque contact aérien se voit indiquer les radars qu'il utilise, détectés et classifiés par SPECTRA ainsi que par le Hawkeye et le groupe de nEUROn qui est en vol, au sud du Su-35K sélectionné (c'est le double demi-cercle bleu près de la côte, dans les terres). Il vient au passage de balancer 4 AASM sur la colonne pour épicer la vie des envahisseurs. Deux drones furtifs volant en haut-subsonique au-dessus de la canopée et balançant des bombes sans avertissement. C'est vil et sadique, mais mérité. Les Rafale ayant tiré tous leurs Meteor, jouent avec les Su-35K, cherchant à forcer des tirs à distance maximale qui ne feront pas grand-chose. Notons, dans les rapports, ceux en rouge indiquant la détection de missiles assaillants par OSF-IT à plus de 50 miles marins. Très pratique aussi pour mieux préparer ses esquives.  Ici, vous voyez sélectionné un Mi-35 qui a fourbement attaqué l'aéroport maintenant sans défense. Dans une scène à la Ace Combat, le dernier A400M a réussi à décoller littéralement durant l'attaque, et le Mi-35, non content d'avoir loupé l'avion de transport et de ravitaillement, a touché les mauvais hangars, détruisant le dernier Mirage 2000-5F en maintenance (injouable pour le scénario, donc), mais ratant... le nEUROn survivant (l'un des deux a pu se poser sous le feu pendant que le deuxième s'est pris des missiles des Su). Monumentale erreur qui va coûter particulièrement cher aux forces ennemies par la suite. Un peu plus à l'ouest, près de la côte, la colonne mécanisée ennemie avance aussi vite que possible, mas au nord-est, un groupe de Rafale chargé de bombes se dirige vers la dite-colonne. Oh, et en profite pour descendre un Su-30MK2 sur son chemin. Omnirôle, baby. Bon, un Rafale a été perdu en plus des 6 Mirage 2000-5F et l'un des deux nEUROn, mais en face, 2 F-16, 3 Mi-35, 6 Su-30MK2 et 9 Su-35K sont au tapis. 17 voilures fixes contre 8 pour le moment. Le score va grimper dans les prochains posts. Oh, et pendant ce temps, à Vera Cruz... ou quelque part au-dessus de l'Atlantique, les A330 MRTT et les A400M se baladent, faisant leur bout de chemin vers la Guyane. VAMPIRE VAMPIRE VAMPIRE ! Au sud-ouest du groupe Mistral, un "flaming DATUM" vient d'apparaitre, un lancement de missile par sous-marin. La couverture aérienne du CdG le détecte dans l'instant, et fournit une position approximative du sous-marin lanceur. D'après la DRM, un Lada, donc six tubes, et les missiles sont des Kalibr, une belle saloperie qui file en subsonique avant de larguer le corps principal pour foncer en supersonique sur les dernières dizaines de km. L'Aquitaine n'est pas en position pour utiliser ses Aster 15 correctement, et seul le Cassard pourrait tirer, mais avec des SM-1MR Block VI semi-actifs uniquement. La seule chance de survie repose dans les Rafale, et l'un d'entre eux est à portée de tir, avec un seul back-up raisonnablement disponible, s'il active sa post-combustion. Ce qu'il fait bien entendu, sachant qu'il y a un A400M pour le ravitailler après l'interception. Le premier Meteor plonge à la verticale ! Il a un verrouillage radar sur l'un des Kalibr, 95 % de précision de base pour le Meteor, mais angle d'interception à 110° réduisant la probabilité d'impact à 58 %, et la faible signature radar du missile assaillant réduisant encore de 10 % la chance d'une interception réussie, les marins du Mistral récitent une prière laïque à Saint MBDA... Le D100 est lancé et fait un 18, inférieur ou égal à 48, c'est un impact ! Les marins s'apprêtent à jeter plein de papier partout dans le CIC avant de se rappeler que : 1) Ils ne sont pas dans l'US Navy ; 2) Faut tout nettoyer après ; 3) Il y a encore trois missiles en approche ; 4) On est passé au tout électronique, dans la Marine Nationale, oui monsieur. Bref, nouvelles prières à Saint MBDA... Les missiles suivants font mouche encore plus facilement, le Rafale tireur ayant plongé pour permettre des tirs plus directs sur ses cibles, finissant le dernier Kalibr à coup de MICA. Le pilote de Rafale enfile ses lunettes de soleil, et commence à chanter "Highway to the Danger Zone", sachant très bien qu'il n'aura plus jamais à payer un verre de sa vie en Bretagne et en Provence. Sérieusement, sans les Rafale, c'était un coup à se faire couler un à deux navires directement. Oui, c'est bâtard à ce point, le Kalibr. Pendant ce temps, Chaussette (embarqué au titre des quotas handicapés dans la fonction publique), se met à traquer le Lada à bord du Suffren : Un Lynx a localisé parfaitement le Lada, et le Suffren est en approche rapide. Les marins ont décidé de traiter le problème eux-mêmes plutôt que de laisser ça aux aviateurs. Faudrait pas louper une belle occasion d'avoir le premier kill officiel de sous-marin par un autre sous-marin depuis la deuxième guerre mondiale, pas vrai ? Deux F21 en approche finale à 1 600 mètres du futur tombeau. C'était une de trop. Les leurres de fabrication russe n'avaient que 15 % de chance de faire perdre son verrouillage à la F21... qui pourrait de toute façon recommencer une nouvelle attaque et ce jusqu'à être à court de batterie... ce qui ne risque pas d'arriver, la F21 ayant une portée supérieure à celle de la Mk48 la plus récente et de l'UGST. Et encore, C:MANO est pessimiste, lui donnant le même niveau de bruit alors qu'elle est beaucoup plus silencieuse dans la réalité, étant purement électrique. Il est temps de lancer la contre-attaque. Une attaque à triple niveau est lancée sur la base avancée la plus proche de la frontière guyanaise : tout d'abord, des MdCN vont détruire les SA-17 (Buk-M) protégeant la base aérienne maintenant sans avion ou presque, pendant que le nEUROn va filer en rase-mottes, sous la couverture nuageuse, pour localiser et désigner les cibles tactiques, un régiment d'infanterie mécanisée, à une formation de Rafale. Les frappes continuent, et Maduro tente une attaque de la dernière chance avec une douzaine de Su-30MK2 armés en anti-navire. Les Flanker sont repérés bien avant d'arriver à portée et... c'est le carnage. Sur une quinzaine, seuls cinq réchappent au scramble de Rafale M. État des pertes après une journée, un Rafale M et un NH90 supplémentaire de perdus, contre... 14 Su-30MK2, 15 Su-35K, 2 F-16 et une multitude d'hélicoptères. Plus le sous-marin. Oh, et deux frégates ont essayé de s'approcher discrètement pour tirer leurs Otomat. Elles se sont chacune prises six AASM, il ne restait plus rien après. Même pas fait de sauvegarde et de screenshot à ce moment-là. Après, ce n'est plus qu'une question de nettoyage, le Mistral s'avançant assez près pour déployer des Tigre HAD par la douzaine sur la dernière colonne d'infanterie mécanisée ennemie, puis le Venezuela tente un baroud d'honneur pour contrer mon débarquement avec une contre-attaque de parachutistes (mes Rafale étaient en réarmement à ce moment-là, donc indisponibles pour anéantir les C-130 ennemis). La volonté politique n'était plus là, cependant, et après des échanges nourris, une solution politique a été trouvée et le Venezuela a battu en retraite. Bref, un bon petit scénario de Guerre des Malouines à la française, et on voit la puissance du GAN avec le standard F3R. Mention spéciale à l'interview de Justin Bronk à la fin qui explique que le Sea Typhoon aurait été encore plus efficace, et Jon Lake démontrant qu'un seul F-35 parti depuis l’Écosse aurait fait tout le travail tout seul. Le pilote de Rafale qui a sauvé le Mistral devient le premier spationaute partant de Kourou à bord du Rafale F5 et détruira une invasion extraterrestre, malheureusement quelques secondes après que le vaisseau-mère ennemi ait tiré son rayon de la mort sur l'Angleterre (le dit-pilote ne voulait pas tirer avant d'avoir fini de chanter Highway to the Danger Zone, une explication qui a satisfait la commission d'enquête parlementaire à son retour sur Terre).
  44. 7 points
    Alors j'aime pas trop faire mon chieur, et pour le coup c'est pas le modo mais le gars qui vit de sa plume (enfin de son clavier d'ordinateur) qui s'exprime. Mais franchement, alors qu'il y a un lien vers un PDF, téléchargeable en plus, est-ce vraiment nécessaire de copier-coller l'article entier? Bon, dans ce cas présent, c'est sans doute pas le plus gênant rapport au mode de distribution de la plateforme, d'autant plus que le lien vers l'article est présent, mais c'est une habitude que je trouve de plus en plus répandue sur le forum. Qu'on copie des extraits, ok. Mais copier-coller des articles entiers et donc priver les éditeurs (et, derrière eux, les rédacteurs et journalistes) des précieux clics et des revenus qui en dépendent, je trouve ça quand même un peu dommage, surtout quand l'article est dispo gratuitement. Enfin bon, c'était ma minute vieux con. Que ça parte pas en HS mais bon, si le message est passé ;) ;)
  45. 7 points
    C'est le fruit d'une coopération entre Anglais et Allemand : rien que le fait qu'il vole est déjà pas mal.
  46. 7 points
    Certains ont l'air de tomber de cheval... Il y a longtemps que l'industrie aéronautique est mondialisée. A une époque Issoire produisait même pour les F 16 et de nos jours ça bosse pour Airbus, Boeing, Bombardier et même Embraer ; faut dire que des spécialistes de l'alu et alliages qualité aéro et les presses hydrauliques de grandes dimensions ça ne court pas les rues , la 65 000 t d'Interforge (Aubert & Duval) achetée en Russie il y a 40 ans... est la plus puissante du "monde occidental" (1 de 50 000 t au Canada 1, récente, de 60 000 t en Californie) Issoire a un savoir faire unique et rare, la présence sur le même site d'une deux usines les plus importantes au monde (en termes de toilerie et profilés aéro) et d'une presse (en fait plusieurs) de grande puissance...
  47. 7 points
    Il faut quand même nuancer. Si la question est de savoir si ces crimes seront un jour jugés par une juridiction internationale ou les juridictions des pays dans lesquels ils ont été commis, la réponse est clairement non, les Etats-Unis ne reconnaissant pas la compétence de la CPI pour ses ressortissants, et ayant conclu des accords avec l'Irak ou l'Afghanistan pour empêcher le jugement de ses ressortissants dans ces pays. Si la question est de savoir si, de manière générale, les auteurs de crimes de guerre sont poursuivis en justice, la réponse est plutôt oui: les cours militaires américaines instruisent plusieurs dizaines d'affaires impliquant quelques centaines de soldats (et de contractors civils, mais je ne sais pas s'ils sont poursuivis par la justice militaire ou civile, ce n'est pas toujours clair), et des condamnations tombent régulièrement. Ce qui relativise l'impossibilité de mener ces poursuites au niveau de la CPI, par exemple, puisque ses statuts (imaginant que les USA la reconnaissent) spécifient que la Cour est compétente lorsque les justices nationales ne sont pas en mesure d'assurer ces poursuites elles-mêmes, ce qui n'est pas le cas de la justice américaine qui fonctionne plutôt bien. Je ne dis pas que c'est parfait, qu'on ne peut pas critiquer le choix des affaires jugées (il y a nécessairement un filtre), le fait qu'on poursuive surtout des lampistes plutôt que des décideurs ou encore les chefs d'accusation ou l'échelle des peines en regard des crimes, l'abandon des poursuites parfois discutable, ou encore l'usage parfois très large de du droit de grâce, mais il est assez faux de considérer qu'il y aurait une sorte d'impunité généralisée des forces américaines. Par contre, ce pour lequel il y a clairement une impunité de fait, c'est pour le haut commandement (à quelques exceptions: l'ex-chef des opérations spéciales des Navy Seals Edward Gallagher est par exemple sous le coup de poursuites pour sa responsabilité indirecte dans l'assassinat de plusieurs civils dont femme tuée au couteau par ses hommes en Irak) et la responsabilité politique.
  48. 7 points
    Des années qu'on te dit que c'est l'avion du futur. Quoi d'étonnant d'apprendre qu'il ne sera jamais l'avion du présent ?
  49. 7 points
    Sauf que l'infos vient des iraniens et pas du côté US ( pour ne pas dire de Trump lui même que j'aurais bien vu tweeté ça...). Sans compter qu'en plus, si il accepte de discuter dans ces conditions, pour le coup, c'est le guide suprême qui se déjuge... voir... il passe pour une grosse mauviette. C'est jamais bon ça quand l'intitulé de ton job, c'est "guide suprême"... A la rigueur, le mec aurait été "modérateur suprême" ou "discuteur suprême"... mais un "guide suprême", c'est supposé en imposer un chouya.
  50. 7 points
    Un avertissement sans ambiguïté, "fort et clair" de la part du premier ministre irlandais Leo Varadkar aux Britanniques et à leur futur premier ministre. Le dirigeant du pays parmi les 27 le plus intéressé à éviter la sortie brutale sans accord, celui dont la patience à l'égard des atermoiements britanniques est donc la plus forte, "infinie" suivant ses mots, qui envoie un message aussi clair et abrupt... ... Si les Britanniques ne comprennent pas ça, ils ne comprendront jamais