Rob1

Members
  • Compteur de contenus

    7160
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Days Won

    21

Rob1 last won the day on June 10

Rob1 had the most liked content!

Réputation sur la communauté

2136 Excellent

À propos de Rob1

  • Rang
    Héros

Profile Information

  • Gender
    Not Telling
  • Pays
    France

Visiteurs récents du profil

2961 visualisations du profil
  1. Rob1

    Guerre du Golfe (1990-1991)

    En regardant rapidement dans le petit bouquin du général Robert Gaget : - l'équipe était une de celles du 13e régiment de dragons parachutistes chargées de suivre un changement de dispositif (la division française Daguet était repositionnée en seconde ligne, et remplacée par des forces arabes sur la frontière face à l'Irak) et observer s'il y avait des réactions sur la frontière. - le 29 octobre 1990, l'équipe de trois dragons en observation voit un véhicule leur foncer dessus. Leur P4 étant bien chargée (et pas très puissante), les dragons ne tentent pas de s'enfuir et attendent en espérant parlementer. 7 gusses capturent les dragons, leur véhicule et le matériel. Ils retenus huit jours avant d'être remis à l'ambassadeur français à Bagdad. - l'enquête de l'inspecteur-général de l'armée de Terre a conclu que l'équipe du 13 n'avait pas franchi la frontière, que le groupe irakien avait utilisé une brèche non-décelée dans le fossé anti-chars de la frontière pour tomber sur la patrouille par surprise. Évidemment, les médias n'ont pas attendu la fin de l'enquête pour broder sur les paras égarés ou en mission secrète.
  2. Rob1

    force spéciale Britannique .

    La prévisualisation d'un magazine m'a fait me poser quelques questions. https://www.facebook.com/LeFanaDelAviationMagazine/photos/a.273499812716817.66147.273495002717298/1816923068374476/?type=3&theater Les infos sur les opérations spéciales britanniques n'étant pas légion, j'ai un peu cherché autour, il y a divers articles sur le web parlant de cette journée particulière de messieurs Zurkowski et Cisneros, mais je n'en ai trouvé aucune qui précise que les troupes au sol étaient britanniques (un flou artistique est entretenu à ce sujet, ce qui en soit est une raison de s'y intéresser). Je ne vois pas ce que peut être ce 16th SBS2, si jamais quelqu'un a le magazine et qu'il y a des explications dedans, je suis preneur (je n'ai plus de librairies presse près de chez moi). Mais du coup, j'ai un peu regardé les infos circulant sur les UKSF en Afghanistan, et elles semblaient déployées seulement dans la zone des forces conventionnelles UK, le Helmand dans le sud de l'Afghanistan (avec ponctuellement des opérations pour la libération d'otages brits ailleurs). Je viens de réaliser que le joli briefing sur le déploiement du JSOC en Afghanistan que j'avais posté il y a quelques années ne parle que d'unités US : https://www3.centcom.mil/FOIA_RR_Files/5 USC 552(a)(2)(D)Records/Wardak CH-47 Investigation/r_EX 29.pdf Du coup je me demande, après tout le foin fait à propos de la Task Force Black en Irak où SAS/SBS opérait avec le JSOC et personne d'autre, dans quelle structure opéraient-ils ensuite en Afgha ? Sous le commandement des forces spéciales "normales" des autres contingents de l'ISAF, voir carrément sous le commandement de l'opex britannique dans le Helmand ? (Ce n'était pas aussi à cette époque qu'un général US avait cité la France et je ne sais plus quels pays dans le top 3 des FS mais pas le Royaume-Uni ?)
  3. Quelques divagations de ma part alors que je ré-examine l'histoire du SEAL Team 6. Déjà il y a une pré-histoire du SEAL Team 6 avec le MOB 6 du SEAL Team 2 mais aussi des sections (platoons) du SEAL Team 1, mais les détails divergent : - selon Marcinko, apparemment le premier à en avoir parlé, 4 des 12 sections du ST1 avaient reçu un entraînement contre-terroriste à la fin des années 70. Le ST2 était allé plus loin en dédiant 2 de ses 10 sections à cette mission, en faisant une unité permanente appelée MOB 6 pour "Mobility 6". En plus, par son positionnement géographique (côté atlantique), le MOB 6 s'était entraîné avec le SBS, les danois, le GSG-9, le GIGN, etc. Marcinko dit avoir choisi le numéro six pour le nom de son unité en référence aux 6 sections qui avaient déjà reçu un entraînement CT. - Denis Chalker, avant d'être au Team 6, était à la Echo platoon du ST1, qui était selon lui la section CT de l'unité (il n'en parle pas d'autre). - Orr Kelly dans Brave Men - Dark Waters dit que le ST2 avait 5 sections, et que le nom MOB 6 viendrait de la "mobilisation d'une sixième section". Bref les détails sont pas très clairs et même contradictoires. L'unité elle-même a finalement les mêmes traits que n'importe quelle unité CT créée de zéro à l'époque : mission axée sur la libération d'otages, mise au point des procédures, entraînements divers (anecdote stage en milieu désertique aux USA chez Chalker), échanges avec des unités étrangères notamment le régiment SAS australien (qui, pour une raison qui m'échappe, semble avoir plus d'affinités avec le SBS et le SEAL Team 6 qu'avec les SAS britanniques ou Delta)... Le ST6 était aussi la seule unité de contre-terrorisme naval, mais n'étant pas une unité policière, le département de la Justice n'aimait pas l'idée de les employer dans les eaux américaines (navires, plate-formes pétrolières dans le golfe du Mexique), mais n'aurait pas vraiment eu le choix. Marcinko ayant quitté l'unité avant la création du HRT du FBI, il n'est pas clair si ce dernier a repris la mission CTM ou pas. Un point mis en avant est le développement de la chute opérationnelle pour des équipes relativement grosses (une cinquantaine d'opérateurs), j'ai l'impression que jusqu'alors la chute n'était envisagée que pour des unités de reconnaissance. (En revanche, rien sur le parachutage HALO d'embarcations comme je l'avais vu sur un site web). Marcinko parle de sauts depuis des Boeing 727 de ligne... pourquoi pas comme méthode mais à l'entendre il n'y aurait aucune modification à faire pour ouvrir la rampe arrière en vol. Plus douteux, il commence son bouquin avec un exercice "full mission" où son unité reçoit une mission du JSOC peu après son activation sans savoir que c'est un exercice, perçoit des munitions de l'extérieur ce qui fait qu'il ne sait pas que ce sont des blancs. Je trouve ça louche pour de multiples raisons 1) à l'époque les balles à blanc ne devaient pas ressembler aux vraies 2) quand bien même, le ST6 ne gère pas ses munitions en interne ??? 3) il y a des plastrons vivants sur la zone d'exercice, comment on s'assure qu'ils ne soient pas abimés si, par exemple, dans un bâtiment les SEAL se retrouvent au corps-à-corps avec un plastron à mains nues... ou s'ils ont l'idée d’éliminer une sentinelle au couteau ? (Je sais que Charlie Beckwith avait fait un exercice en faisant croire à ses Delta que c'était une opération réelle pour s'assurer qu'ils tireraient sans hésiter, mais là c'était autrement mieux maîtrisé.) Sinon, jusqu'ici ce que je croyais savoir venait surtout du vieux site www.specialoperations.com et de globalsecurity.org. Lire des sources originales permet de constater que pas mal d'infos se sont déformées en cours de route ("All 12 platoons in SEAL Team One on the West Coast had completed this training"... "SEAL Team Six was declared mission-ready just 6 months later" on dirait du Marcinko mais mal lu - il parle de trois mois). Comme quoi remonter directement aux sources originales est toujours préférable. En revanche, specialoperations.com était surprenant à donner très précisément l'organisation de l'unité alors que je n'ai vu de source ouverte sur ce point que des années après... Dans le même genre, contrairement à ce que disait un auteur anglais, on ne voit guère d'inspiration britannique dans l'unité, évidemment ils ont bénéficié de l'expérience du SBS sur les plate-formes pétrolières de la mer du Nord, mais rien à avoir avec la manière dont le SAS a inspiré Delta pour l'organisation, la sélection, le vocabulaire... Autre réflexion, quand Sean Naylor parle de l'unité dans ses livres (Not a Good Day to Die, Relentless Strike), il laisse entendre que l'unité avait une réputation de qualité médiocre sous Marcinko et que c'est revenu à la normale ensuite ; ailleurs, c'est nettement moins évident : si le style de commandement du personnage est incontestablement particulier, on entend de tout sur la qualité de l'unité... avant comme après son départ.
  4. Rob1

    Royal Marines Commando et SBS

    Les rôles d'équipes d'abordage, CSAR, formation sont effectivement des rôles qui tombent parfois chez les FS mais pas toujours. J'ai l'impression que ce 42 Commando sert à regrouper certaines spécialités pour casernement/formation/etc, qui sont ensuite dispatchées par petits groupes selon les besoins. Par contre les opérations raids et reco, je ne vois pas le besoin... si un commando (bataillon) de Royal Marines en a besoin, il doit pouvoir le faire sur ses propres moyens, et à plus haut niveau il y a des unités spécifiques pour ça (Brigade Patrol Troop si elle existe toujours, UKSF).
  5. Rob1

    Guerre de l'information et propagande

    Le musée du Goulag de Moscou a découvert que les archives russes ont reçu l'ordre secret en 2014 de détruire les fiches de prisonniers qui sont nés il y a plus de 80 ans - c'est à dire tous ou presque. Et je n'ai vu que des médias étrangers reprendre l'info...
  6. Toujours début années 1980 : Entraînement au tir (d'après le bouquin Weapons of the Navy SEALs, leurs armes de poing de choix étaient le Smith & Wesson 66 et le Beretta 92S aux débuts. Plus tard dans la décennie, ils passeront au SIG P226, qui sera ensuite adopté par les autres unités SEAL.) Entraînement au tir au M79 (à ses pieds, un fusil avec un M203 ouvert). Des exercices des missions fondamentales de l'unité : prendre d'assaut une plate-forme pétrolière ou un navire et y libérer des otages.
  7. Je ne m'étais jamais beaucoup intéressé au SEAL Team 6, qui était entouré de controverses quand j'ai commencé à me documenter sur les FS début des années 2000, mais je m'y suis mis récemment. Je posterais quelques infos/remarques qui me sont venues à l'esprit. Déjà quelques photos et vidéos des jeunes années : Les 76 fondateurs ("plankowners") devant les baraques qu'ils avaient à leurs débuts. https://www.deseretnews.com/article/865627442/Founding-member-of-SEAL-Team-Six-shares-journey-to-LDS-Church.amp?pg=all Deux photos dont je n'ai jamais pu retrouver l'origine... mais il n'y a pas grand-monde qui fait de l'assaut de navire en MH-6. Probablement ST6 précoce (l'Ingram a été vite remplacé par le MP5). Un reportage vidéo sur la Red Cell, une équipe fondée par Marcinko le premier commandant du ST6 pour tester la sécurité des installations de la Navy. L'essentiel est sur la Red Cell, mais le ST6 est évoqué à 2min40 4min20 et à 8min18, et là on voit plutôt de l'assaut CT. Photo présentée comme étant de la Grenade, je n'ai pas pu trouver la source, mais le style des gars et du bâtiment semble crédible. Le CO du ST6, le capitaine Gormly, avec Bucky Burruss, le commandant en second de Delta, à la Grenade.
  8. Rob1

    Les services de renseignements dans le monde

    L'émission est disponible en replay ici : https://www.pscp.tv/MediapartLive/1BRKjrwAaPpKw ne vous attendez pas à des scoops majeurs, mais c'est bien fait.
  9. C'est trop court. Donald Stubborn of the House Trump, First of His Name, King of the American White Men, Khal of the Golf Courses, Builder of Towers (and Walls), the Unindicted, Slayer of (Chinese) Dragons, currently sitting on the Golden Throne.
  10. Tiens, je me pose des questions existentielles parfois, mais est-ce que quelqu'un sait quand les SEAL Team 3, 4, 5 et 8 ont été créées ? Apparemment peu après la décision de transformer les UDT en unités SEAL, mais je n'ai jamais trouvé de date précise. Sinon, à toutes fins utiles, un numéro du magazine de l'US Navy All Hands de 1987 consacré aux SEAL : http://www.navy.mil/ah_online/archpdf/ah198712.pdf (avec des photos couleur à partir de la page 17)
  11. Les médias parlent plutôt de bérets verts, 3rd Special Forces Group, mais l'info ne semble pas encore annoncée officiellement. Edit : confirmé : Apparemment un soldat non-badgé béret vert, si j'en crois sa photo. Décidément... (deux des quatre tués au Niger l'étaient également.)
  12. Rob1

    Spetsnaz

    Quelques questions que je me pose à propos des Spetsnaz époque soviétique : - on dit souvent que leur mission était la reconnaissance et la recherche-destruction des armes nucléaires de l'OTAN (missiles Lance,...). Comment voyaient-ils ce genre de mission, par quelle méthode espéraient-ils être infiltrés ? (et, soyons fous, exfiltrés) - quelle relation entre Spetsnaz et GRU ? A priori, il y a subordination des unités spetsnaz au bureau renseignement des commandements, mais les Spetsnaz appartenaient-ils à un autre corps - probablement l'infanterie ?
  13. Rob1

    Que va devenir le MiG-31 ?

    Le Backfire c'est le Tu-22M. "Tu-26" est un nom supposé/imaginé par l'Ouest pendant la guerre froide, quand on ne connaissait pas le vrai nom du Backfire, et on s'est planté. Dans le même genre : - le "Su-21", pour certains Flagon à nouveau radar (en fait, Su-15TM) - le "Su-19", nom donné initialement au Fencer (en fait, Su-24)
  14. Aïe, les taupes ça fait mal, encore plus si elles travaillent dans le contre-espionnage... Il me semble que les articles de JDM deviennent en accès complet après quelques jours.
  15. Rob1

    La flotte soviétique durant la Deuxième guerre

    Les fameux fusiliers marins n'ont pas fait de petites opérations de débarquement en soutien à des opérations terrestres ? Globalement, j'ai l'impression que la marine soviétique a joué un rôle très secondaire, ce qui est logique pour un conflit à la dimensions "continentale" aussi gigantesque. Je me souviens surtout que des sous-marins soviétiques ont fait quelques cartons sur des navires remplis de civils allemands de l'Est (Prusse-Orientale ?) fuyant devant l'avance de l'Armée rouge. Cependant, pendant la campagne-éclair contre le Japon, les Soviétiques ont réussi à débarquer à Sakhaline et aux Kouriles si je ne dis pas de bêtises.