ARPA

Members
  • Content Count

    10,072
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    1

ARPA last won the day on May 6 2016

ARPA had the most liked content!

Community Reputation

2,446 Excellent

About ARPA

Profile Information

  • Gender
    Not Telling
  • Pays
    France

Recent Profile Visitors

5,138 profile views
  1. Pour la génération précédente, on avait estimé que le meilleur équipement de défense aérienne, c'était des F8 Crusader. Maintenant on a des E2 et Rafale. Si on rajoute un E2C qui détecte la menace de loin et une ou deux patrouilles de 2 Rafale M avec leurs 6 missiles air-air (en plus du canon), on augmente le coût d'une attaque saturante.
  2. Bah... on fait le plein comme pour l'avion. Je ne pense pas que ça changera grand chose au temps de réaction ou à la durée de l'alerte vu que l'avion ne pourra pas rester éternellement en alerte. Sinon, le missile est dans son dépôt prêt à l'emploi avec sa tête nucléaire ? Franchement un peu de sérieux...
  3. En contre exemple, sur l'ASMP, il y a bien un booster à poudre... Personnellement, ce que j'avais compris, c'était que les moteurs à poudre sont plus facile à conserver (plusieurs semaine/mois/années) alors que pour les moteur utilisant du liquide, il faut faire le plein avant de s'en servir. En missile sol-air, la poudre (enfin le solide) est presque indispensable si on veut rester en alerte prêt à tirer pendant plusieurs jours. Pour un missile aéroporté, vu qu'il faut de toute façon un certain temps pour l'installer sur l'avion, ce ne sera pas très contraignant de devoir faire le plein. Maintenant si on veut comparer le rendement entre un comburant solide et liquide ... je ne suis pas sur que la différence soit beaucoup plus importante qu'entre 2 comburant solide ou 2 liquide.
  4. Est-ce que ce qui était valable il y a plusieurs années/décennies en France l'est toujours aux USA ? Vu le nombre d'anomalies de catégorie 1 et le nombre d'heures de vols annuelles ou de missions réalisées, je me permet d'espérer qu'il ne s'agit pas de la même chose. Ils ont peut-être aussi une "catégorie 0" ou plusieurs niveau de catégorie 1.
  5. La version "optimiste" c'est aussi qu'une anomalie a pu être partiellement corrigé. On avait des anomalies de "rang 1" avec une panne toutes les 10 heures, mais suite aux progrès de LM, on est passé à une panne toutes les 100 heures. Bon, on a aussi la version ou l'anomalie devient moins grave si le pilote a appris à gérer cette panne...
  6. Dassault pourrait envisager des configurations à plus qu'un unique Exocet. Une configuration "armée de l'air" à 2 exocet serait déjà plus crédible. En plus, vu qu'il s'agit de missiles plus léger que les SCALP, même pour la marine, ce serait envisageable. On respecterait la masse max à l'appontage, il faudrait peut-être développer une gestion asymétrique du carburant pour compenser si un seul exocet a été tiré. Avec des CFT, on garderait un rayon d'action correct même avec plus de 3 Exocet. Déjà Dassault pourrait (au moins sur PPT et avec le devis associé) proposer des configurations avec plus qu'un seul missile anti-navire. Sinon pour la "qualité" de l'Exocet, ce que je ne comprend pas, c'est qu'un de ses gros défauts, c'est sa faible portée. La solution technique, ce serait juste de permettre à l'exocet AM39 block 2 de passer en block 3 comme l'exocet MM40 qui est passé des 50 km à 180 km de portée en passant au block 3 et au réacteur plutôt qu'au moteur fusée.
  7. Les anomalies "sérieuses" peuvent devenir des anomalies "mineures" sans être (complètement) résolues.
  8. Si je ne me trompe pas, seul le guidage laser permet d'atteindre des cibles mobiles. On se retrouve donc dans une configuration où les 2 Exocet de la patrouille servent à mettre HS le (ou les 2) navire(s) le plus dangereux puis les Rafale prennent de l'altitude et se maintiennent à plus de 30 km pour larguer les 12 AASM qui détruisent le reste de la flotte. Si on doit affronter une flotte de petits navires côtiers, les AASM seront redoutables.
  9. Initialement, en mer, la limite se faisait à 6 NM, la portée des canons basés à terre. Avec les progrès de l'artillerie, on est passé à 12 NM. Pour l'espace, suivant les sources/pays époques, on est passé de 100 000 ft (soit 30 km) à 100 km voir jusqu'à 40 000 km (donc orbite géostationnaire comprise) En pratique, si on n'est pas capable d'assurer un contrôle de notre espace, il devient international.
  10. L'alternative, c'est de dépenser 10 milliards pour développer son avion qu'il pourra ensuite se construire pour 120 millions... Le commerce des armes ne répond pas exactement aux mêmes règles que le reste du commerce.
  11. En occident, le biplace sert à faciliter les vol de longue ou très longue durée (plus de 10 heures) Pour la Chine, jusqu'à il y a peu de temps, le nombre réduit de ravitailleurs chinois ne devait pas permettre d'envisager beaucoup de missions de très longue durée donc ce n'est pas forcement un argument très pertinent. Mais vu la production actuelle de Y-20, on peut tout à fait imaginer qu'à moyen/long terme la Chine dispose d'un nombre suffisant de ravitailleur.
  12. ARPA

    [Rafale]

    Avec des ordres clairs... Et si possible avec des bombes plutôt que des roquettes ou des roquettes plutôt que des canons. Et de préférence avec l'effet de surprise. C'est en tout cas les Retex qu'on a pu obtenir, mais je ne vois pas le lien avec la discussion... Et normalement, la patrouille de 2 Rafale aura 12 AASM à utiliser avant de passer au canon. À une époque, on parlait même de missiles légers polyvalent air-air ou air-sol, ça rajouterait 4 à 12 munitions avant de devoir passer aux canons. Le Rafale est très loin des capacités de feu les Jaguar...
  13. ARPA

    Mirage 2000

    Je crois qu'il y a quelques temps un seul A330MRTT a suffit pour convoyer 2 Rafale vers la réunion (12 heures de vols) On peut se dire que le Rafale consomme moins, surtout en haute altitude et en croisière que des mirage 2000 en TBA et/ou en combat et que vu la consommation prévue, il fallait un peu plus qu'un MRTT donc 2 plutôt que 1,1 pour accompagner les 4 mirage.
  14. ARPA

    Le successeur du CdG

    Je me pose aussi la question de la définition d'une panne pour une catapulte ou un brins électromagnétique. On parle de 22 pannes (des catapultes et 83 de brins), mais je n'ai pas entendu parler de 22 (105 ?) crash. Est-ce que ça veut dire que la Catapulte envoie un message d'erreur et se déclare HS avant le début du catapultage ? Il suffit donc de perdre 5 minutes pour passer sur une autre catapultes ? Est-ce que ça veut dire que sur les 90 m d'accélérateur magnétique, il y a eu une portion de plus de 50 cm en panne ? Ce qui fait perdre 1 km/h en vitesse de sortie donc est transparent ? Et pareil pour les brins. Ils ont cassés ? Ils ont freiné, mais pas assez fort, juste assez pour que l'avion ne puisse plus voler mais pas assez pour l'arrêter en 240m ? Ils ont freiné un peu trop brutalement ou pas assez fort ce qui fait un écart de 10m sur la distance d'arrêt ou de 1G que se prend le pilote ? Ou avant l'appontage, la dernière vérification annonce qu'un des brins est inutilisable ? C'est quoi l'impact de la panne ? J'ai l'impression qu'il y a une nuance qui explique qu'une panne n'est finalement pas si grave.
  15. ARPA

    Mirage 2000

    En air-air, le Rafale ne fait pas beaucoup mieux que le Mirage 2000-5F. Il faisait peut-être même un peu moins bien. En air-sol, le Rafale fait deux fois mieux que le mirage 2000D. Justement, ton exemple confirme un peu ce que je disais. On a pris 4 mirage -5F et 5 Rafale. On aurait pu prendre 4 mirage 2000-5F, 2 mirage 2000D et 4 Rafale. Le fait qu'on ait justement décidé de ne pas impliquer les 2000D à cette mission alors qu'il s'agit de l'unité qui a le plus d'expérience sur l'utilisation des SCALP est à mon avis un signe. On ne reconait pas officiellement qu'il s'agit d'un avion de seconde ligne, mais en pratique c'est le cas.