Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

ARPA

Members
  • Content Count

    10,308
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    1

ARPA last won the day on May 6 2016

ARPA had the most liked content!

Community Reputation

2,622 Excellent

About ARPA

  • Rank
    Héros

Profile Information

  • Gender
    Not Telling
  • Pays
    France

Recent Profile Visitors

5,392 profile views
  1. Ça doit se calculer. Mais si l'économie est significative (mais j'ai du mal à voir ce qu'on va économiser en passant d'un conducteur à un supraconducteur) on pourrait y gagner à produire du froid. Enfin je n'ai pas l'impression que sur les avions électriques le plus gros de l'énergie soit consommé par effet joule par les câbles reliant le moteur à la batterie. Si on parle de réduire de 50% ce qui ne représente que 1% de consommation, on va réduire de seulement 0,5 % la consommation totale... mais c'est toujours ça de gagné si le froid est gratuit.
  2. Sur les FDI, on envisage un moteur classique qui fournit 30MW, ça veut dire qu'il faudrait 30 MWe à la sortie du réacteur. Vu le rendement on est plus proche des K15 que du K48. Maintenant la plupart des navires qu'on envisage auront aussi besoin de carburant (pour le moteur de secours, les avions ou hélicoptères...) la solution serait peut-être d'avoir un réacteur assez peu puissant, juste suffisant pour permettre d'atteindre la vitesse de croisière économique et on le complète par une turbine au pétrole légère et puissante qui servira rarement. On perd l'intérêt théorique d'avoir
  3. Le travail de plastron n'est pas toujours très formateur. On peut par exemple avoir un combat déséquilibré ou le plastron simule un vieux MiG (ce qui a permis à un Phantom d'abattre virtuellement un Rafale) J'avais lu que la mission de plastron n'était utile pour le plastron que dans XX% des cas. Donc le reste du temps on pourrait faire des économies à utiliser un autre avion... enfin si nos pilotes qui servent de plastron n'ont pas besoin de ses vols comme plastron pour justifier leur quota d'heure de vols (il s'agit habituellement de pilotes "anciens" qui ont déjà fait leur quota d'entr
  4. ARPA

    [Rafale]

    Voir même le 50eme si on considère que les M01 et M02 sont des Rafale M. 58ème ? J'ai loupé des passages, finalement, on a combien de cellules de Rafale ? (hors export... quoique pour les B/C on a eu des Rafale prévus pour la France qui ont finit ou finiront à l'étranger)
  5. Tellement proche des KC-130J et C130J-30, que je soupçonne que le cahier des charges soit un peu trop orienté. En plus ça nous permettrait de ne pas avoir de micro-flotte. Il faut aussi demander nettement au dessus des C295 pour ne pas devoir s'en contenter pour remplacer les CN235. Et même si les italiens n'existent pas en aéronautique, il ne faudrait pas prendre le risque que les autres européens se rappellent l'existence du C27J et ses 11,6 tonnes de charge utile.
  6. Le sujet était le nombre d'avions à haute performances (et relativement économiques) dont on aurait besoin comme plastrons pour remplacer les Rafale qui servent de plastrons. Logiquement on n'aurait pas dû parler de la partie basique qui n'est pas assurée par les Rafale. Donc répondre que des cap10 servent aussi de plastrons n'était pas faux, mais c'était HS vu que ça ne concerne qu'une (petite) partie de la mission de plastron qui n'est déjà pas assurée par les avions performants.
  7. Faudrait qu'il pense à se renseigner, on m'a expliqué la semaine dernière sur ce forum qu'un cap10 suffisait pour servir de plastrons et qu'on n'avait pas besoin d'avions performant pour ça, alors utiliser du 2000, même les vieux 2000C, c'est trop cher... Ou alors il a eu accès aux mêmes infos que moi et trouve ça relativement cohérent de renforcer nos red air quitte à avoir une flotte spécialisée pour cette mission (les alpha jet et 2000C ne pourront bientôt faire que ça)
  8. Thèse : non Mais : aucun rapport Conclusion: vraiment non Je ne vois pas où on parle de respect du cahier des charges ou de la capacité opérationnelle du drone. Concernant la surveillance des coûts... on vérifie surtout que les industriels allemands auront des surcoûts au moins équivalent à leurs collègues français ou espagnols. Le ministre de la défense allemande va devoir vérifier que ses industriels récupèrent plus d'argent que ceux des partenaires, qu'ils sont moins compétents que ceux des voisins... Désolé, j'ai du renverser le verre.
  9. Vu complexité associée au tir de SCALP, je pense que 16 missiles sur une frégate, c'est plutôt la possibilité de faire 4 salves de 4 missiles. Soit l'équivalent de seulement 2 Rafale. Pour rappel pour Hamilton, on avait 3 fregate dont 2 devant tirer 3 missiles et une en secours. Finalement on n'a eu qu'une seule frégate d'utilisable et elle n'a pas pu tirer plus de 3 missiles.
  10. J'ai du mal à comprendre l'intérêt réel de tirer des SCALP depuis une frégate quand on a des Rafale qui font la même chose. Pour la France, ça peut se justifier pour des tirs lointains (pour Hamilton, on était quasiment à notre maximum) mais pour la Grèce qui prévoit d'utiliser ses frégates à proximité, l'intérêt se réduit. Pour la Grèce, le tir de SCALP depuis un camion serait presque suffisant.
  11. C'est une histoire que j'ai lu plusieurs fois. Enfin même si c'est vrai, si l'armée de l'air n'a pas d'exocet, n'a pas de pilotes qualifiés et qu'en plus la Marine a des pilotes et avions de disponible dont c'est la spécialité... il devient improbable d'utiliser ou même de planifier l'usage de cette capacité. Éventuellement pour un détachement en OPEX (Djibouti ? ) cela aurait pu être cohérent. Maintenant qu'il y a le Rafale, ça me paraît clairement inenvisageable. En cas de besoin les Rafale B/C pourraient assurer la mission et leurs pilotes peuvent facilement se faire briefer par l
  12. ARPA

    Le F-35

    Je me demande si le problème ne vient que du F35A ou s'il ne peut pas aussi concerner les ravitailleurs (voir les avions logistique) On parle d'une simulation de conflits à très grande distance des USA. Il y a une première phase de projection de puissance pour que les avions basés aux états-unis soient utilisables. Pour cette phase, il fait des ravitailleurs ou justes des avions à très long rayon d'action (type F15 qui ont été conçus pour aller en Europe sans l'aide des ravitailleurs). Ensuite on se retrouve soit sur Taïwan (trop vulnérables) soit beaucoup plus loin (pour les F35) La
  13. ARPA

    Le successeur du CdG

    Pour 75% du tonnage, 75% du nombre d'avions sur le pont et à peine plus de 25% du personnel aéronautique...
  14. ARPA

    Le successeur du CdG

    D'ailleurs si les plans sont faits, il ne faut pas 15 ans pour produire un deuxième porte-avions. Le PANG aura une IPER tous les 10 ans, ça veut dire qu'on peut attendre presque 10 ans après le lancement du PANG pour lancer le "PA2NG". Vu qu'on vient à peine de commander le PANG, je pense qu'il faudra plutôt attendre la loi de programmation 2030 pour parler (sérieusement) du nombre de PA.
  15. Les EMALS prévues pour "40 tonnes", ça veut dire qu'elles peuvent catapulter 40 tonnes à une vitesse compatible pour le décollage d'un jet. Si on prend un Transall ou un Atlantique, je crois qu'il ne faudrait pas plus d'énergie pour catapulter leurs 46 à 51 tonnes à une vitesse compatible avec leur décollage que pour catapulter un A-3 de 37 tonnes à une vitesse compatible à son décollage. On va avoir un PA particulièrement grand donc avec une surface de pont nettement plus importante que celle du CDG. On se rapproche de la surface des CVN américains pour un nombre nettement plus réduit d'
×
×
  • Create New...