ARPA

Members
  • Content Count

    8,448
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    1

ARPA last won the day on May 6 2016

ARPA had the most liked content!

Community Reputation

1,334 Excellent

About ARPA

  • Rank
    Héros

Profile Information

  • Gender
    Not Telling
  • Pays
    France

Recent Profile Visitors

3,419 profile views
  1. Pour l'expérience, je ne veux pas être méchant, mais qui en a ? Presque aucun des ingénieurs qui a connu le programme précédent n'est encore en service. Quand il y a presque 30 ans entre 2 programmes, c'est dur de parler de Retex. En fait à part la Chine (qui avait du retard) et les USA (et encore l'expérience des F22 ou F18 SH n'a pas pu être exploitée) aucun pays n'a eu une vrai production de chasseurs. PS: cette absence d'expérience me fait aussi douter sur notre capacité à produire mieux que nos "anciens" qui ont produit le Rafale après avoir constaté les défauts d'une dizaine de mirage. L'amélioration continue du Rafale et une politique "des petits pas" serait peut-être plus efficace.
  2. ARPA

    Le successeur du CdG

    Si on a 2 PAN la durée de fonctionnement des réacteurs n'a plus trop d'importance. C'est juste une donnée à prendre en compte pour la rentabilité économique du réacteur. Si on veut faire des économies de carburant, il faudra aussi vérifier s'il n'est pas possible d'opérer les avions juste en nucléaire. La masse maximale (au catapultage et à l'appontage) sera probablement réduite, mais ce sera peut-être suffisant pour la plupart des configurations. Et si le PA conserve une vitesse correcte avec la moitié de sa puissance (juste en nucléaire) le contraire est aussi vrai. On pourrait même après avoir utilisé le réacteur garder le navire "opérationnel" (au moins en réserve ou comme porte-hélicopteres) en attendant de commencer l'IPER. On perd tout l'intérêt du nucléaire, mais on n'a plus la contrainte de l'IPER qu'on ne peut pas reporter. Et si on a 2 PA, il devient possible de retarder l'IPER et donc de réduire le coût d'exploitation.
  3. C'est quoi la limite en longueur d'un missile emporté sous une aile ? L'ASMP pouvait être emporté par les SEM, le passage au Rafale devrait permettre un progrès plus important que juste le -A. Une configuration dissymétrique avec un ASN4G fixé sur les 2 points d'emport lourds d'une aile (compatible donc avec un missile de plus 3 tonnes) contrebalancé par 2 bidons sur l'autre aile (donc 3250 L) me paraît crédible. Par rapport à la configuration ASMP-A actuelle qui emporte 4000 L de carburant externe (et jusqu'à 6500L), on pourrait emporter entre 3250 et 5250 L externe et éventuellement 2300L en CFT. Ce ne sera pas une configuration très pratique, mais ça permet d'emporter un missile assez énorme et une quantité de carburant conséquente. Ce serait évidemment plus sympa de faire un nouvel avion, mais ce n'est pas utile. Ou alors on parle d'un missile vraiment énorme qui risque de toute façon de ne pas rentrer sous le SCAF. Le développement d'un nouvel avion peut se justifier, mais l'AS4NG ne me paraît pas le meilleur argument. D'ailleurs avec une telle configuration, je me demande s'il n'est pas possible d'embarquer le Brahmos.
  4. Dans la partie dissuasion nucléaire du forum, le K22 se justifie dans une logique industrielle pour maintenir les compétences des architectes nucléaires. Et la version développée pour les SNA est trop proche de celle des SNLE pour permettre un vrai travail de développement. Personnellement je ne sais pas trop quoi en penser. S'il s'agissait juste de développer un nouveau réacteur qui est inutile pour nos sous-marins (les K15 et dérivés étant suffisant ? ) on aurait pu développer un réacteur pour PAN donc prévoir un K44 plutôt que 2 K22. En plus un "gros" K44 aurait plus de chance d'être compétitif comme centrale électrique à terre que des petits K22.
  5. ARPA

    Le successeur du CdG

    Honnêtement, je n'en sais rien. Mais un des avantages du CdG est d'avoir une propulsion nucléaire qui permet de passer d'atteindre la vitesse max (de catapultage) en 7 minutes alors que sur les Clemenceau, il fallait plusieurs dizaine de minutes pour accroître la puissance (donc encore plus pour voir la vitesse augmenter...) Il n'est peut-être pas utile d'être tout le temps à la vitesse de catapultage, mais il faut au minimum avoir les turbines sous chauffe pour atteindre cette vitesse en quelques minutes. Pourquoi pas... mais à ma connaissance, il n'y a pas encore de "petits réacteurs modulaires" donc le sujet n'a pas trop de sens. DCNS et Areva avaient envisagé un Flexblue qui étaient quasiment un K15 (donc pas trop de frais de développement), mais je n'ai pas l'impression que ce soit rentable (pourtant on a nos "îles" qui ont de gros problèmes d'énergies et qui auraient pu servir de sites de tests)
  6. ARPA

    Le successeur du CdG

    Pour la consommation, je ne suis pas sur du tout qu'on verrait une grosse économie de carburant. Sur les navires à propulsion conventionnelle (ex frégate Tourville) on a une consommation (horaire) qui varie de 1 à 4 entre la vitesse de croisières (18 noeuds) et la vitesse maximale (30 noeuds) Si on a un réacteur nucléaire qui remplace les diesel lent (croisière à 18 noeuds) et qu'on garde les turbines qui consomment beaucoup, on va juste réduire la consommation d'un quart à la vitesse "de croisière en opération" (permettant les catapultages) On aura une consommation en convoyage qui sera plus réduite, mais une fois sur la zone d'opération, on va avoir quasiment (à 75%) la même consommation. Ou alors, c'est que le porte-avions conventionnel ou hybride va être moins performant vu qu'il va ralentir pour économiser du carburant au dépend de sa capacité aéronautique. A mon avis le porte-avions est justement un navire qui a besoin de toute sa puissance et longtemps. Le porte-avions doit être presque tout le temps à une vitesse compatible avec le catapultage, donc il est presque tout le temps à sa vitesse "maximale". Il n'y a donc pas vraiment d'intérêt à avoir 2 type de propulsion. Pour une frégate (ou un croiseur) je suis d'accord qu'une propulsion hybride serait l'idéale. On obtient une autonomie illimité pour un coût raisonnable (un petit réacteur) et on garde la possibilité d'avoir de bonnes accélération et une bonne vitesse de pointe. Le problème, c'est qu'à l’échelle d'une frégate il faudrait un réacteur de (très) faible puissance. Pour les horizons, (nos plus grosses frégates) elles se contentes de 2 moteurs de 5800 ch. Il faudrait qu'on ait un réacteur nucléaire de 11000 ch alors qu'à cette époque nos SNLE ou PAN avaient des réacteur de 40 000 ch. Bon c'est vrai qu'on a aussi les plus SNA du monde qui devaient avoir les plus réacteurs nucléaire du monde d'à peine 9 500 ch... Des horizons hybrides K48/turbines à gaz pour escorter le CdG auraient eu de la gueule. A mon avis, une propulsion hybride se retrouve avec la plupart des problèmes d'une propulsion thermique. L'intérêt du nucléaire finit par se limiter à un intérêt économique vu que ça permet d'économiser du carburant. Malheureusement si à terre pour une centrale fournissant une puissance de 1 GW, il est plus économe d'avoir un réacteur nucléaire qu'une centrale thermique, pour une puissance 100 fois plus réduite, ça reste à démontrer.
  7. L'Allemagne compte bien sur l'aide américaine en cas de besoin. Bon c'est vrai qu'ils étaient présents lors du débarquement en Normandie...
  8. Je n'irai pas jusque là. Cela pourrait vouloir dire que comme chasseur/intercepteur le F35B est plus crédible que l'AV8B. Et c'est sur que la différence entre un F35B et un F35 A ou C est plus réduite qu'entre un AV8 et les F14, F15, F16 ou F18. Mais surtout ça veut dire que les USA ont besoin d'augmenter leur nombre de GAN et qu'ils n'ont pas d'autres PA de (rapidement) disponibles. Et vu comment ça se passe pour la prochaine génération de CVN, c'est possible qu'ils subissent une réduction du nombre de CVN opérationnel pour les prochaines années. Si c'est pour servir de porte-avions, je ne comprends pas pourquoi ils n'ont pas de catapultes. Le même navire pourrait être équipé de F35C et de C2 donc être aussi performant mais avec des avions nettement moins cher.
  9. Petite remarque... on parle de PA CATOBAR. Cela voudrait dire qu'un pays équipé de 2 et bientôt 3 PA STOVL ne va pas s'équiper d'une aéronavale à base de F35B mais construire de nouveaux PA pour pouvoir opérer des avions un peu plus performant. Pour l'instant, on reste dans le F35 (version C) qui devrait permettre de convaincre les américains de vendre des catapultes. Personnellement je le vois comme un désaveu du F35B pour les aéronavales. Et c'est peut-être aussi un signe que le F35 n'est pas suffisant et qu'il faudrait au minimum les compléter par des E2D et des MQ25 pour avoir des performances correctes. L'objectif du porte-avions coréen risque d'être d'affronter un porte-avions chinois (STOBAR pour l'instant) et le F35B est peut-être insuffisant.
  10. Depuis quand le F35 a besoin d'être STOVL pour justifier ses surcoûts ?
  11. ARPA

    Le F-35

    J'ai pas encore eu le temps d'écrire, mais il y a du potentiel dans la partie marine coréenne...
  12. Ils ont choisi de ne pas le faire pour quelques EG qui restent donc compatibles avec l'exocet (contrairement à leurs -5) je ne pense pas qu'une modernisation soit vraiment envisageable. Éventuellement en -5 comme le reste de la flotte et plus ou moins suite à une cannibalisation, mais ça ne répond pas à la mission anti-navire. Le Rafale n'est dangereux qu'avec son armement. Un Rafale sans bidons de 2000L, AASM, SCALP ou Exocet (et sans météor ?) deviendrait nettement moins impressionnant. On peut vendre du Rafale défensif si le client le souhaite.
  13. Les 2000 EG commencent à se faire vieux. La Grèce pourrait vouloir une petite quantité de Rafale pour les remplacer comme vecteur de l'exocet. Ce serait un contrat financièrement acceptable.
  14. ARPA

    Marine Japonaise

    Si on n'exclut pas les anglais post Brexit, je ne vois pas pourquoi on ne compterait pas le Canada, la Turquie ou les USA. Par contre, je ne sais pas comment ils comptent, à première vu, les 5 marines européennes ne seront pas dépassées. À minima, on aura 4 "porte-avions", au moins 5 navires amphibies...
  15. On compare du neuf et du retrofit. S'il y a déjà le système tournant, on le conserve. Mais on ne va pas en installer sur les nouvelles frégates. Vu comment sont conçus les FDA, il est peut-être préférable de conserver la même technologie plutôt que d'installer des radars plaques qui seront plus petits.