Bat

Members
  • Compteur de contenus

    2988
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Days Won

    9

Bat last won the day on October 17 2016

Bat had the most liked content!

Réputation sur la communauté

1440 Excellent

À propos de Bat

  • Rang
    Vétéran

Profile Information

  • Pays
    Belgium

Visiteurs récents du profil

1063 visualisations du profil
  1. Chine

    Suite: http://www.liberation.fr/planete/2017/08/22/les-presses-universitaires-de-cambridge-dans-le-piege-de-la-censure-chinoise_1591237
  2. Chine

    Un impérialisme intérieur, en somme? Plus sérieusement (encore que), ça n'est pas sans rappeler la constructions de certains états-nations européens, notamment en France, même s'il y a aussi des différences.
  3. [Chine] J-15 Avion de chasse embarqué

    Hypothèse personnelle: la même raison que pour laquelle l'USMC veut un avion STOL/VTOL, à savoir disposer d'appareils d'appui déployables à l'avant sur des terrains sommaires, notamment dans des contrées exotiques. La Chine bétonne et construit des pistes sur nombre d'atolls occupés en Mer de Chine, et les voisins évincés ou revendiquant les mêmes atolls grondent. Par ailleurs, la Chine revendique quantité d'autres atolls dans la région. Peut-être que les stratèges chinois estiment cette capacité STOL nécessaire pour faire face à une éventuelle neutralisation des pistes construites dans la région et ou dans le cadre d'une sorte de nouvelle "guerre du Pacifique" avec les différenst pays ayant des revendications sur les zones conquises par Pékin?
  4. Je tombe par hasard dans mon fil twitter sur cette infographie produite par l'EAVI (European Association for Viewers Interests), une association internationale basée à Bruxelles et promouvant la participation des citoyens dans les médias et la littératie médiatique. Je n'ai pa sle temps de chercher maintenant sur quoi cette typologie est basée (et notamment la "mesure" de "l'impact"), mais elles est intéressante aussi je partage ici:
  5. Une étude sur la désinformation et propagande relatifs à l'élection présidentielle américaine sur les médias en ligne (ou, plus exactement, sur les relais en ligne de médias non nécessairement en ligne): Suite: https://cyber.harvard.edu/publications/2017/08/mediacloud
  6. En fait, ce qui est recommandé est généralement de ne pas se préoccuper des croyants convaincus, considérant qu'il sont quelque part "irrécupérables" (au sens de: dès lors qu'ils seront convaincus, rares sont les arguments et actions susceptibles de les faire changer d'avis, au contraire) pour se focaliser sur le sgens qui s'interrogent, se tâtent, reprennent ces thèses sans y croire fermement (mais qui les considèrent), pour les empêcher de "basculer". Ce qui n'est pas sans poser diverses questions, pratiques (comment identifier ces gens, comment les toucher, comment communiquer avec elles sans provoquer de dégâts collatéraux sur les autres segments de population —par exemple ceux qui n'avaient jamais entendu parler de la rumeur/théorie—) et philosophiques/éthiques (car si "laisser tomber" les convaincus peut être légitime pour une entreprise qui défend sa réputation ou un parti en campagne, c'est beaucoup plus discutable —voire inacceptable— si on parle par exemple de l'école). Notons quand même —sans nier le fait— que ce n'est pas l'objet du papier: ils se contentent de mentionner le fait, mesuré par d'autres, dans une revue de la littérature/problématisation (qui fait l'essentiel du papier, qui est plus une compilation de la littérature qu'une étude stricto sensu) servant de contexte à leur apport spécifique: Lewandowsky et Cook sont d'abord des psychologues sociaux (je ne connais pas les autres, je suppose qu'ils le sont aussi) spécialistes des mécanismes cognitifs d'adhésion aux croyances, pas tellement de la sociologie des croyants. Oui, la fin est particulièrement intéressante et pensée "opérationnel" (bien davantage de ce qu'on peut souvent lire dans les papiers de psycho sociale ou de psycho cognitive!).
  7. C'est un phénomène bien connu qui pose problème depuis des décennies à toutes les organisations (états, administrations, entreprises, sociétés savantes, etc.) confrontées à la rumeur. En réalité, face à la rumeur, aucune stratégie n'est bonne: en parler pour la démentir, c'est lui donner une exposition supérieure (y compris en la portant aux oreilles de ceux qui ne l'auraient sans doute pas entendue sans cela), donc risquer de la voir se répandre; ne pas en parler, c'est donner à ses partisans un argument indirect quant à sa véracité (en gros: la preuve que c'est vrai, c'est que les autorités n'en parlent pas, donc qu'elles veulent le cacher), et donc renforcer l'adhésion. C'est pour cela qu'il est si difficile de combattre efficacement des phénomènes rumoraux (ou complotistes, assez similaires), ou encore de faire de la "déradicalisation" (dès lors que la radicalité se fonde sur un ensemble de théories bancales et fausses).
  8. Si je suis entièrement d'accord avec le côté fourre-tout du concept d'alt-right, la manipulation me convainc encore mois: cela supposerait que depuis des années il y a des gens qui pousseraient ces mouvements dans le but de, peut-être, un jour, pouvoir s'en servir contre Trump afin de le ridiculiser, alors qu'il y fût-ce un an, Trump présidenté tait loin d'être une évidence et qu'il se ridiculise très bien l-même (au sens où il n'y a pas vraiment besoin de le trouver, lui on son entourage, platiste pour pour pouvoir l'attaquer). Les vraies conspirations qui marchent sur plus de quelques semaines sont déjà très rares, alors avec une vue à si long terme et autant d'inconnues pour un gain si faible et des objectifs aussi flous... (À moins de ne tomber dans la posture classique des conspirationnistes qui voient des conspirateurs "hypercompétents": rien n'arrive par hasard car les conspirateurs ont tout maîtrisé et tout anticipé sur le très long terme, et ont maîtrisé et même organisé les hasards et rebondissements faisant qu'à un moment, tel élément allait devenir —par exemple— un argument.) Ce qui est possible, et même probable, c'est que si des gens de son entourage à la Maison blanche s'avéraient demain platistes, cela sera exploité par leurs adversaires, pour moquer et décrédibiliser (un peu plus) le président mais le fait qu'on saute sur l'occasion ne signifie pas pour autant que c'est une manipulation montée en vue d'exploiter cette occasion. Les gens qui sont bons en politique sont généralement ceux qui parviennent à saisir les opportunités dans un délais de quelques heures/jours, pas tellement ceux qui planifient des pièges contre des adversaires potentiels à plusieurs années d'écart.
  9. Il y a deux aspects: la diffusion d'une part, les liens avec l'extrême-droite américaine d'autre part. Concernant la diffusion, un ami historien me faisait remarquer que les deux grandes "vagues" précédentes de terre plate (Parallax et Samuel Rowbotham en Angleterre et aux USA au XIXème siècle, puis celle des années 60) s'inscrivent pleinement dans des mouvements que nous qualifierions aujourd'hui de "médiatiques" de diffusion des savoirs à destination des classes populaires. Au XIXème siècle, les platistes s'appuient surtout sur des conférences publiques, ne noyautage de sociétés d'éducation populaire et des livres très grand public. Dans les années 60, ils s'articulent aux nombreuses publications de vulgarisation qui fleurissent dans la course à la Lune. Aujourd'hui, disait cet ami, c'est sur Youtube qu'on les retrouve, s'inscrivant à leur manière dans les mouvements de savoir partagé et plus ou moins participatif, mais en recyclant largement (même si pas uniquement: de nouveaux arguments sont apparus avec la conquête spatiale, comme la paranoïa envers la NASA qui nous ment) les arguments de Parallax, même chez les platistes musulmans. Vu sous cet angle, le phénomène n'est pas particulièrement suspect: il émerge de manière visible quand cette idéologie rencontre des moyens de diffusion qui permettent de toucher les classes populaires là où elles se trouvent (quand la terre plate ou autres visions complotistes se limitent à publier des revues cryptiques et confidentielles, ça reste groupusculaire). De ce point de vue, Internet joue un rôle capital dans cet effet boule de neige présumé. Concernant les liens avec l'"extrême-droite américaine, ça n'est pas si étrange. Le platisme repose finalement sur deux grands piliers: un certain fondamentalisme religieux (Dieu a créé la terre plate en séparant les eaux d'en bas des eaux d'en haut > lecture littérale des textes religieux, qu'il s'agisse de la Bible ou du Coran) et une vision conspirationniste du monde (qui serait trompé par les scientifiques "officiels" cachant la vérité pour des motifs inavouables). Or, si être religieux et/ou conspirationniste ne fait pas automatiquement de vous un platiste, la plupart des religieux et conspirationnistes se situe plutôt dans la mouvance de l'alt-right américaine. Ensuite, on sait que le GOP (et en particulier ses courants les plus radicaux, comme aujourd'hui les Tea Parties et l'alt-right) s'est structuré notamment (même si pas exclusivement) sur la défiance envers l'état fédéral qui ferait des trucs pas nets dans le dos des citoyens et qu'il faut dénoncer (d'où le succès plus important de certaines thèses conspirationnistes sur la NASA, les OVNI ou la CIA dans la base électorale de ce parti, en comparaison des démocrates). Enfin, différents travaux en psychologie et psychologie sociale (de mémoire, Lewandowsky, notamment) ont montré que les croyances conspirationnistes étaient souvent liées: les gens qui croient fortement à un complot donné sont plus enclins à croire à d'autres, et c'est également politiquement marqué, même si pas de manière nette. En résumé, si des auteurs, comme Bellingcat, mettent en avant des liens entre platisme et alt-right américaine, ce n'est pas nécessairement parce qu'il y aurait un complot visant à décrédibiliser cette droite en lui prêtant des thèses farfelues, mais parce que le platisme circule avant tout dans ces réseaux (pour le platisme non musulman en tout cas): tous les tenants de l'alt-right américaine ne sont pas platistes, loin de là, mais la plupart des platistes épousent totalement ou partiellement les vues et les réseaux de l'alt-right. Ils font plus ou moins partie de la même nébuleuse, en tout cas en ligne. Ce qui explique pourquoi certains mèmes ou symboles passents i facilement de l'un à l'autre, et inversement.
  10. Disons que l'histoire de la terre plate est ancienne et très américaine (même si pas exclusivement). Il y a effectivement un courant musulman tout-à-fait contemporain qui défend cette vision au nom du Coran, mais il est intéressant de constater que même ces mouvement "musulmans" s'abreuvent principalement aux sources américaines: ce sont leurs vidéos, leurs photos, leurs arguments et leur obsession pour la NASA qui sont mis en avant sur les sites platistes musulmans (les imams qui font rire périodiquement le web citent eux-mêmes régulièrement ces sites). Il est donc relativement pertinent de s'intéresser au mouvement platiste américain dès lors qu'il essaime dans les autres courants (indépendamment de al question religieuse, comme les platistes actifs en ligne s'alimentent tous aux quelques mêmes sites américains, ce qui fait polémique dans ces milieux américains est généralement repris, avec plus ou moins de retard, dans les autres sphères platistes —jeu de mots!—). Par ailleurs, il est intéressant de voir les nombreuses connexions entre les platistes fondamentlistes chrétiens et les platistes fondamentalistes musulmans, qui débattent ensemble sur les mêmes forums (ayant de nombreux points d'accord, notamment le rejet de l'évolutionnisme). Finalement, la terre plate va peut-être réussir à la réconciliation des peuples!
  11. [Chine] J-20

    Ce n'est pas un pilote, c'est un acteur: c'est la promotion de ce qui s'annonce comme le Top Gun chinois, à la gloire du régime, de son armée et de la technologie chinoise. Le trailer:
  12. Ukraine 3

    Ne vous cassez pas trop la tête: "les bombes continuent de tomber (ou pleuvoir)", formule passive sans complément d'agent, est, typiquement, une formule journalistique clichée et passe-partout pour dire "ça bastonne avec du gros calibre". À mon avis, écrivant cela, le journaliste ne veut rien dire de plus, sinon il aurait donné des détails (pour dire quoi, qui, où: "le gouvernement continue épisodiquement de bombarder" ou "les rebelle...", etc.). Ici, il décrit un contexte conflictuel général, toile de fond dans laquelle il développe son propos, qui n'a rien à voir avec les combats, qui tape sur qui ou leurs aspects techniques: l'effondrement des moyens de lutte contre le VIH dans l'est. Par exemples (vu sur Google Actualités): les "bombes continuent de pleuvoir" sur Damas, sur Alep, sur Kaboul, sur la Libye (en 2016), et même Verdun! Je ne dis pas qu'il n'y a pas d'aviation utilisée ici dernièrement, je dis juste que je serais très étonné que le journaliste qui a écrit ce papier-là le sache simplement parce que ce n'est pas sur ça qu'il a bossé: ça explose, ça détruit, ça fait des victimes et ça déstructure le tissus social et les infrastructures de santé est tout ce qu'il veut dire.
  13. La Composante Air belge

    Dossier RTBF complet: https://www.rtbf.be/info/economie/detail_candidat-au-remplacement-des-f-16-belges-le-f-35-coute-une-fortune-aux-britanniques?id=9663509&utm_content=buffer89409
  14. Ukraine 3

    Suite: http://www.lalibre.be/actu/international/l-est-rebelle-de-l-ukraine-face-a-un-risque-d-epidemie-de-vih-5972e743cd706e263ef23589
  15. Eurofighter

    Non, d'eux-mêmes, de leurs opinions et plus marginalement des pays voisins membres de l'UE: "le couple franco-allemand est de retour, c'est nous qu'on est le moteur de l'Europe sur des des projets concrets, c'est nous qu'on est les chefs". Ou quelque chose comme ça. De toute façon chacun avait besoin d'annonces: Macron pour mettre en avant le succès supposé de son activisme européen, Merkel en campagne pour montrer que les Français vont casquer aussi (puisqu'ils vont cofinancer le truc) et que l'Europe c'est pas open-bar sur le budget allemand. Le tout sur fond de défense qui inquiète nombre d'Européens, surtout à l'est et au nord. De la bonne communication politique, quoi.