Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Shorr kan

Members
  • Posts

    10,948
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    82

Shorr kan last won the day on September 15

Shorr kan had the most liked content!

Reputation

9,950 Excellent

1 Follower

About Shorr kan

  • Birthday 12/31/1899

Profile Information

  • Location
    En fuite
  • Interests
    Les brunes aux gros seins
  • Pays
    Aruba

Recent Profile Visitors

29,277 profile views
  1. Quelques éléments lancés en vrac. Sans ordre particulier. Couvrir une grande partie de l’Ukraine d’une NFZ par l’OTAN avec des avions devrait être de l’ordre du possible en partant des pays frontaliers, Pologne en tête. Les russes eux, peuvent compter sur la Biélorussie pour le guet aérien. Dans quelle mesure l’OTAN pourra perturber cette activité de surveillance ? Brouillage ? Pressions politiques sur Minsk ? La Russie a des outils de veille arienne aussi sur son territoire même, donc relativement hors de portée. D'ailleurs le territoire russe est-il sanctuarisé ? Et celui des pays de départs des avions ? Il faudra organiser une rotation permanente de patrouilles au-dessus de l’Ukraine plutôt que de lancer des appareils sur alerte, si la NFZ se veut efficace. Ce sera un gros effort, mais je pense accessible. Comment régira l’OTAN si ses appareils se font abattre dans une ou des confrontations aériennes avec l’armée de l’air russe ? Des bombardements en représailles seront-ils à l’ordre du jour ? La défense anti-missile c’est toujours bof bof, mais il y aurait peut-être un effet d’apprentissage bénéfique. Dans le camp d’en face il n’y a plus grand chose à balancer. De tout ça, j’en conclu qu’une NFZ serait un symbole fort, mais de peu d’utilité par manque de réactivité. Ça se résumerait à un jeu de chat et de la souris, les appareils russes passant à travers les trous pour revenir dardar à la maison. Ce qui serait d’autant plus facile qu’ils ne s’éloigneraient pas trop de la frontière comme c’est déjà le cas. Pour être efficaces, les avions de l’OTAN devraient décoller le plus près possible du front, c’est à dire depuis l’Ukraine ; c’est-à-dire aussi en prenant beaucoup plus de risques de se faire abattre, voir détruire au sol. Et dans ce cas comment régirait la Russie ? Probablement par la mobilisation totale. Et l’Otan de son coté, comment régiraient elle à des attaques frontales ? Deviendrait-elle « cobelligérante » comme le veut l’expression ? Lancerait-elle des frappes massives ? Bref, les conditions d’efficacités (c’est-à-dire pas juste de l’agitation) d’une NFZ me semble porteur d’un gros risque d’escalade et de guerre généralisée. Je sais, c’est un peu brouillon, mais je vous avaient prévenus !
  2. C'est mieux que la pure panique, en effet. Faut dire qu'il y a tellement de niveaux de lectures dans cette satire... Et la fin !......la fin !
  3. Il y a deux jours, j'ai vu Don't Look Up : Déni cosmique... ...Et c'est une vraie tuerie Bon, c'est pas parfait, il y a quelques longueurs, mais je conseil vraiment. C'est clairement une allégorie qui tourne autour du réchauffement climatique et la façon dysfonctionnelle dont la société y répond. Et on a encore eu droit à du grand Léo ! C'est un prodige ce type
  4. Réflexions d'Armasuisse sur le soldat "low tech" consécutive à la guerre en Ukraine, à télécharger ici : https://theatrum-belli.com/le-soldat-low-tech-armasuisse/
  5. Je vais en avoir des trucs à raconter à mes p'tits enfants ....................comment ça No futur ?
  6. Ce n'est pas vraiment le propos. Il s'agit de souligner l'existence d'une asymétrie outrageusement en faveur de la défense , et qu'il suffit de peu de choses pour faire dérailler une offensive. Le constat étant que les champs de batailles contemporains ont gagné en "viscosité".
  7. Ah oui, j'oubliais ! J'ai vu les 5 épisodes déjà diffusés de Game of Thrones : House of the Dragon. Pour la faire courte ........vraiment cette fois......j'ai eu l'impression de regarder un mélange entre une telenovela et Caméra Café. Pas de vrais enjeux, plusieurs crans en dessous de la série mère. Bref, assez fadasse dans l'ensemble. La meilleur - ou Le pire plutôt...- c'est qu'ils ont réussie à faire des anachronismes dans une série de Fantasy........Salut l'artiste ! Entre ça et la catastrophe qu'a été The Wheel of Time, je crois que je vais lâcher l'affaire et m'abstenir pour le nouveau Seigneur des anneaux, dont les échos ne sont pas fameux.
  8. Rapport de suivi de la série For All Mankind , qui narre une uchronie autour de la course à l'espace qui se demande ce qui ce serait passé si ça avait été les soviétiques les 1er sur la Lune ! les comptes rendus de la saison 1 et 2 par moi ,sont ici: J'avais la flemme de faire le troisième, mais par acquis de conscience je me met au turbin. Je vous préviens ce sera court... - En gros l'URSS existe toujours vu que la Perestroïka de Gorbatchev (RIP) a été un succès dans cette réalité là. - La fusion nucléaire est maitrisé et provoque un boom économique qui est un parallèle à notre boom internet à nous. Sauf que ça se passe un peu plus tôt sur la timeline avec des progrès technologiques plus précoces. Le champion de cette nouvelle économie a des accents très muskien (oui, comme Elon Musk, vous savez...) - La NASA est devenu une institution incontournable de la vie économique -elle s'autofinance- et politique américaines. La NASA c'est un peu l'EDF de l'âge d'Or dans cette réalité là : une entreprise à la fois publique et bien géré. La Lune étant pacifié par un accord de partage américano-soviétique ( de quel droit ?), le pitch tourne autour de la course vers Mars cette fois ; avec les trois protagonistes que je viens de citer, qui rivalisent pour arriver le 1er. Et c'est simple : - Même si ce ne sont plus des spectres malfaisants qui rodent autour du scénario, les soviétiques n'ont toujours aucune décence. - L'entrepreneur visionnaire et baba cool, ne l'est pas tant que ça. La fin justifie les moyens dirais-je. Critique pas spécialement subtile des milliardaires à l'assaut d'un espace privatisé. - Enfin, la NASA au air de gentil pachyderme qui sauve la mise à tout le monde à la fin, y compris aux commies et aux capitalistes pourtant fautifs. Babar l'éléphant est un membre de la NASA ! Voilà, le scénar est cousu de fil blanc et use et abuse de cliffhanger, même si le dernier est pas mal tellement il est WHAT A FUCK. Bien Entendu, la série a sa dose de wokisme. Mais c'est devenu tellement mainstream, que je ne fais même plus attention. Plus grave : la vraisemblance technique a été purement et simplement jeté par la fenêtre. S'ils continuent comme ça, ils vont passer aux voyages interstellaires plus vite que la lumière dans la S4. Dommage, c'est ce qui faisait la charme de la série à la saison 1 et avait pas mal été entamé dans la deux. Que dire pour conclure ? Et bien assez déçus dans l'ensemble, d'autant que j'avais promis de ne pas être aussi prolixe... PS: - malgré tout les examens médicaux qu'ils font passer aux astronautes, non seulement il n'y a pas d'alcotests comme dans les saisons précédentes, mais il n'y a pas non plus de tests antidrogue ! - Celui qui joue Edward Baldwin, joue toujours aussi mal...
  9. Le boulot des tirailleurs*historiquement. * unités qui ont recouvert de nombreuses formes à travers les âges.
  10. Oui, ce ne sera pas la fin des opérations en tout genre. Comme le dit Goya, les ukrainiens doivent continuer à "choquer" les lignes russes et frapper leurs arrières pour rendre ces secteurs les plus intenables possibles et attendrir la viande, le jour où viendrons les grandes offensives. Il s'agit de mettre les russes dans le même genre de dilemme impossible quand ils devaient avoir à défendre leurs positions près de Kharkiv et Kherson simultanément. Ce que les américains appel "la mise en forme du champ de bataille".
  11. La région va redevenir est redevenue un grand tas de boue, et ce, pendant quelques mois. Après c'est l'hiver propice à la mobilité hors piste avec le gel, mais je doute que les protagonistes se battent par mauvais temps, sauf si cet hiver est doux. Après, rebelote, il y en a encore pour 3 mois de plus de boue. C'est pas pour rien qu'il y a plusieurs Russie : l'impraticabilité des routes 6 mois de l'année pendant des siècles ont permis le développement de particularismes culturels. Donc je ne vois pas de grosses opérations de part et d'autre avant la fin du printemps/début de l'été, soit 6-9 mois. ça donne un ordre d'idée sur le temps disponible pour former ces petits bons hommes, et en toute probabilité ça se fera tranquilou à l'arrière. La priorité des russes c'est de recompléter/renforcer certaines unités/secteurs du front, et surtout disposer d'une petite réserve contre les surprises, genre tentative de reprise de Kherson. Mais pour ça la fournée doit être en route, en formation quelques part en Sibérie. Améliorer la coordination interarmes est leur autre gros chantier. Le reste du temps ça va être comme avant, avec duel d'artillerie pour gêner la logistique adverse et de taper sur les concentrations de troupes.
  12. Commissaire politique est un métier d'avenir... D'ailleurs est ce que ça existe toujours dans l'armée russe, sous une forme ou une autre ?
  13. Un peu comme les jeux vidéo, les ukrainiens ont gagné un "skill" supplémentaire et particulièrement précieux : la capacité à mener des offensive limités avec succès. Capacité qui ira en se renforçant et qui vaut son pesant de cacahouète dans ce conflit. Pour faire face à cette menace, les russes vont probablement chercher à densifier les différents fronts et surtout à se constituer une réserve mobile - qui leur a cruellement manqué dernièrement- pour boucher les éventuels trous. Et pour ça ils vont avoir besoin de main-d'œuvre. Mais 300000 hommes c’est peu….. suffisant pour renforcer les défenses et même lancer des attaques limités histoire de maintenir la pression et attritionner l’adversaire (un jeu auquel les ukrainiens vont probablement aussi beaucoup s’adonner dans le futur) ; mais pas pour mener des offensives d’envergures. Dans les conditions actuelle du combat, et vu l’asymétrie en faveur de celui qui défend une position contre celui qui mène l’offensive -condamné à se faire attritionner ; ce serait du pur gaspillage de ressources humaines et matérielles avec une aussi faible supériorité numérique. M’est d’avis que pour ces raisons, les lignes ne devraient pas trop bouger les prochaines années. Ça ne veut pas dire qu’il n’y aura pas de pression de part et d’autre. Juste que les forces seront en relatives équilibres. My 2 cents.
×
×
  • Create New...