Rob1

Members
  • Content Count

    7,918
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    22

Everything posted by Rob1

  1. Deux lectures récentes : - un gros article sur les "attaques soniques" avec une multiplication des cas (Australie, Taiwan et même une assistante de la Maison-Blanche à Washington) et un faisceau d'indices sur sa nature et ses responsables : https://www.gq.com/story/cia-investigation-and-russian-microwave-attacks Les indices circonstanciels sont assez cohérents, mais l'absence de logique dans les cibles (beaucoup de vrais diplomates + l'assistante) et le risque de déployer un tel truc dans des pays "hostiles" m'étonnent. - un petit article slovaque, à la traduction pas toujours nette, sur un colonel autrichien qui a espionné pour le GRU pendant une trentaine d'années : https://dennikn.sk/2082755/russian-spys-manual-send-a-secret-message-to-the-strela-3-satellite-and-betray-nato-allies/
  2. Ben moi, elle ne m'avait pas marqué, Anya. Pourtant j'étais fan des blondes à l'époque.
  3. Je parlais de Yoda, d'ailleurs j'ai cité ce à quoi je répondais
  4. 'Marrant, j'ai tout de suite senti la patte de JMT à faire ses jeux de piste... Comment ça ? C'était un indicatif radio, une immat'... ?
  5. IGI mission 11 (nid d'aigle - le téléphérique) mission 12 (nid d'aigle 2 - le château) et mission 13 (infiltration du centre nucléaire) réussies. J'avais réussi la 11 une fois dans le temps et à peine tâté la 12, du coup je ne m'en souvenais pas trop et j'ai eu l'impression de les découvrir. Ben j'ai commencé à m'amuser dans l'esprit du jeu, à repérer la map, planifier mon trajet, mettre en oeuvre les techniques et tactiques apprises précédemment. Je les ai réussies en 1 ou 2 essais, donc ce n'est pas la géhenne. Par contre la mission 14 (trouver Ekk et la bombe), deux fois je suis arrivé à la bombe mais le jeu a planté Je ne sais pas si j'aurais la possibilité de le finir pour de bon. Un peu surpris par la fois je suis tombé nez à nez avec Ekk près de la bombe. J'avais le Jackhammer à la main, je lui ai vidé le chargeur dessus en m'attendant à ce que ça ne serve à rien (j'avais entendu dire qu'il fallait 10 headshots de Dragunov pour la tuer, ou garder le LAW 80), ben elle est morte très vite. Peut-être que le pompe a une puissance démesurée à bout pourtant ? (faudra que je voie ce que donne le Jackhammer à bout portant sur un blindé pour voir, tiens.) Delta Force 2 avait été mon premier jeu de shoot avant IGI, j'ai du tout le finir ou presque, mais je ne sais pas si j'adorerais y rejouer aujourd'hui. Ce qui me fait réaliser qu'IGI était quand même vachement mieux sur certains graphismes (les paysages neige, les textures de l'intérieur des bâtiments, impacts, le modèle des armes en 3D avec effets de lumière et quand on est proche d'un obstacle) et le son. Comme quoi, il y avait une base de départ prometteuse. Dommage que le reste ne soit pas à la même hauteur : les bâtiments et les bots répétitifs, le scénario et les personnages pas du tout prenants. Qu'est-ce que c'est que cette ogive que Ekk a volé, et pourquoi ? Le personnage de David Jones n'est guère charismatique (les cinématiques en anglais n'aident sans doute pas). Quant à Ekk et Anya, elles n'ont aucune personnalité et leurs skins font limite personnages de manga. Pourtant le joueur ne demande pas plus qu'une femme fatale... Côté décors, dans la mission finale, on sent l'inspiration de Half Life quand on passe dans l'espèce de laser géant puis dans la centrale nucléaire, mais l'immersion n'y est pas. Idem pour le château pas très inspiré dans la mission 12 - d'ailleurs, il y a des trucs qui ressemblent à des châteaux comme ça en Russie ? Surtout isolés au fond de la Sibérie avec rien à défendre... A la mission 11, je note le bâtiment des gardes qui a été équipé de trois mitrailleuses de 12,7 aux fenêtres assez inutiles tant pour l'adversaire (pas de bots pour les manier) que pour le joueur (pas vraiment d'utilité). Mais ça montre qu'il y avait sans doute d'autres possibilités dans la conception des niveaux qui n'ont pas été totalement exploitées. D'ailleurs on s'est embêté à programmer les 12,7 pour qu'elles soient utilisables par le joueur mais on n'en aura jamais l'utilité... A la réflexion, l'arsenal proposé est correct, ni trop faible pour faire cheap ni trop pour faire étalage inutile. Mais il y a une grosse disparité dans leur utilité : la plupart du temps je n'en emploie que quelques-unes : MP5SD, Dragunov, AK47 qui est précis, puissant et parce qu'on lui "trouve" facilement des munitions. Dans une moindre mesure, le M16 quand je n'ai pas le choix ou pour son M203, le LAW pour les blindés, les grenades et les mines. Rarement les fusils à pompe, trop limités en portée, on ne sait jamais sur quoi on peut tomber, un AK47 permettra de faire face à tout, tout en faisant presque aussi bien le job à courte distance. La Minimi, je ne l'ai jamais utilisée : trop imprécise, si elle a des avantages je n'en ai jamais eu besoin. L'Uzi non plus, trop imprécis. Les Flashbangs, j'ai essayé quelque fois mais elles sont chaudes à manier, on se flashe soi-même trop facilement. Les grenades aussi faut faire gaffe, on a vite fait de se blesser, en fait elles sont plus puissantes que le coup du M203 (ce qui est réaliste). Et puis elles ont un délai d'explosion très long qui ne se déclenche qu'au lancer. Le Colt Anaconda et le dual Uzi devraient être des récompenses, mais on les trouve à des moments où on n'aura pas l'occasion de s'amuser (et pour les Uzi ça ajoute une incohérence : j'ai ramassé cent fois des Uzi et à chaque fois, ça ne prenait que leurs munitions, pas de 2e arme). Bref, il aurait sans doute été possible d'avoir un arsenal de la même taille mais mieux pensé. Et, soyons fous, sans ce pot pourri d'armes occidentales/ex-soviétiques chez les adversaires. Je t'aurai remplacé les Desert Eagle/Anaconda, Uzi, Jackhammer (un truc qui en réalité n'a existé qu'en 2 prototypes), LAW 80 par des Makarov, Stetchkin, Saiga-12, RPG-je ne sais pas combien. Un VSS ou un Accuracy AWS aurait été plus crédible dans le rôle du snipe silencieux. Ah au fait, j'ai essayé de "rentabiliser" les balles chèrement comptées du Dragunov en faisant des "brochettes" pour tuer plusieurs adversaires alignés d'un seul coup. Utile pour nettoyer les tours des bases. Pas réussi à faire plus de 2 kills d'une balle cependant. J'ai aussi pas mal utilisé le couteau récemment, en fait tous les bots n'entendent jamais quand on les approche de l'arrière, même les spetsnaz (c'est bien Anya qui les appelle comme ça dans une des missions), même en courant, bon à savoir vu la pingrerie en munitions. Et il me semble que quand on ramasse des munitions pour lesquelles on n'a pas encore d'arme, ben les munitions sont perdues. D'ailleurs je suis tombé plusieurs fois sur des 5,56 qui ne servent à rien : début de la mission 12, et dans le poste de garde de la mission 11 (mais là, j'ai l'impression que ce sont les concepteurs qui prévoyaient qu'on entre par ailleurs et qu'on ramasse un M16 d'abord dans l'entrepôt, vu les flèches sur les murs).
  6. Never Fight Fair! de Orr Kelly Ce n'est pas que je sois devenu fan des phoques, mais bon, j'ai fini ce livre-là aussi. C'est un recueil de témoignages, et non un documentaire qui déroule la narration d'un sujet précis. Il y a un peu de tout, des histoires qui illustrent tel grand conflit ou tel aspect maritime, aérien ou terrestre de leur entraînement. Mais peu d'action, à tel point que ça a dû nuire aux ventes (il n'y a que quelques récits de missions du Viêt-nam et deux sur la Grenade, pour un livre paru en 1995). Visiblement c'est retranscrit avec peu de modifications, ce qui fait que c'est parfois un peu long pour en venir au sujet. Bref, intéressant mais pour ceux qui cherchent des anecdotes variées et inattendues.
  7. 2019 vs 2020 2019 : « Je jure que je ne suis pas un alcoolique ! J'organise une fête ce soir, c'est tout. » 2020 : « Je jure que je n'organise pas une fête ce soir ! Je suis un alcoolique, c'est tout. »
  8. Mon uchronie c'est juste pour explorer l'interrogation : si Hitler avait attaqué l'URSS plus tôt, pouvait-il aller plus loin ? Disons, atteindre Moscou, objectif à la fois symbolique et d'intérêt (carrefour des communications est-ouest et nord-sud) et espérer établir un semblant de quelque-chose. Je ne parle pas de conquérir l'URSS jusqu'au Pacifique. Ni ne me fais d'illusions sur la facilité de l'occupation. (Accessoirement, selon mon scénario imaginé pour permettre cette idée folle, j'étais parti sur l'idée que l'Allemagne sécurisant ses approvisionnements n'aurait pas eu à envahir la Norvège, et qu'elle pourrait se contenter de tenir face aux Alliés sans forcément envahir l'Europe de l'Ouest. Et sans cela, Benito ne devrait pas aller faire l'idiot de son côté. Bon, y'a des trucs qui clochent, mais me dire que l'URSS c'est grand, c'est HS.)
  9. Merci pour vos réponses à tous. Je n'avais pas envisagé les conséquences positives pour la France et ce qui fait que cette option ne permet pas à l'Allemagne de s'en tirer. Certes. D'un autre côté, l'état de l'URSS n'est pas trop brillant non plus, et dans ce scénario l'Allemagne n'a pas subi les pertes de la campagne de France. Ah oué quand même... c'est le concept du scénario, mais je n'avais pas idée des chiffres concrets. Effectivement. Question cruciale qu'il faudrait creuser.
  10. Voyant les performances catastrophiques de l'armée rouge contre la Finlande pendant la guerre d'Hiver 1939-1940, Hitler dit qu'il y a une occasion à exploiter... "Mais, mein Führer," dit un général paniqué, "nous sommes déjà en guerre contre la France et l'Angleterre à l'Ouest, et les bolchéviques vont tirer les leçons de leur conflit et réviser leur doctrine, leur matériel..." "Justement," répond Hitler, "il faut donc attaquer la Russie aussi tôt que possible." Après tout, le Reich sera probablement tôt ou tard en conflit avec l'URSS, alors autant y aller maintenant pour se donner un maximum de chances. A l'Ouest, la France et l'Angleterre n'ont pas bougé quand il a envahi la Pologne, alors pour cette Russie communiste honnie, ils n'auront ni l'envie ni les moyens de faire quelque-chose. Donc on met le paquet à l'Est pour abattre le régime en une offensive-éclair au printemps-été 1940, en laissant le minimum de forces nécessaires derrière le Westwall au cas où - de toutes façon, à supposer que ces démocraties décadentes interviennent, elles n'arriveront pas à se décider et à improviser une offensive sérieuse avant que tout soit fini. Ainsi, le Reich s'assure qu'il n'aura pas à faire combattre simultanément sur deux fronts. Ses ennemis occidentaux la verront faire main basse sur les ressources naturelles d'URSS. La France et l'Angleterre feront face à une Allemagne qui pourra tenir l'état de guerre à l'Ouest indéfiniment, dont la Wehrmacht aura montré son efficacité, et puis eux comme le reste du monde seront très contents d'être débarrassés du péril rouge. Ils finiront par se résoudre au fait accompli après quelques temps. Vous en pensez quoi ? Barbarossa au printemps ou à l'été 1940, ca change quoi sur le rapport de forces Allemagne/URSS ?
  11. Et deux autres missions de faites. Finalement, il a l'air possible, ce jeu. Mission 9 le dépôt ferroviaire de missiles : à l'époque, pensant qu'il fallait liquider tous les gardes sur les voies au début de la mission, je galérais. En fait il suffit de flinguer le garde qui patrouille au bout du pont, foncer se mettre à couvert du sniper contre le quai, avancer flinguer les deux gardes sur le quai puis le sniper. Les gardes qui patrouillent sur les voies de l'autre côté du quai ? Ils se fichent qu'on se mitraille à 20 mètres d'eux (parce que pour cette mission d'infiltration, notre service über spécial nous a donné un... M16A2 sans silencieux). Tant qu'à se simplifier la vie, sachez qu'on peut facilement liquider les deux miradors au tout début au M203, personne sur la base ne s'émouvra des explosions . Et à la fin, quand il faut monter dans le train, au lieu de monter à l'arrière et devoir "nettoyer" tous les wagons, foncez directement via le quai gauche au dernier wagon, un seul garde à liquider et c'est win. Sinon, dans le bâtiment qui contrôle les caméras, on a là aussi la joie d'avoir des bots qui "respawn" dans une pièce qu'on vient de quitter nettoyée. C'est tellement absurde que je me demande toujours si c'est une idée des concepteurs pour présenter un nouveau challenge, ou juste un fichu bug. Cette mission est un exemple typique de partie qui peut être un cauchemar si on n'a pas compris certaines données, ou qui se fait en 3-4 minutes sans transpirer si on a une bonne technique (oui, je l'ai refaite). Mission 10 défendre Priboï et s'exfiltrer : j'avais oublié cette mission "escape & evasion" (& survie à beaucoup d'ennemis bien méchants) qui change de la sempiternelle infiltration de base, contrairement à la mission où on commence avec notre hélico abattu. Dommage qu'il faille d'abord traverser un énième entrepôt miteux. Cette mission peut aussi être frustrante par la difficulté présentée par les nombreux adversaires, et par le manque de lisibilité des scripts qui les déclenchent. Je n'ai aucun remords à me planter là où un camion va déposer ses spetsnaz (c'est comme ça que j'appelle les bots cagoulés) et les exploser au M203 dès qu'ils apparaissent. Ni à flinguer les autres alors qu'ils sont "gelés" parce que le script qui les active ne s'est pas encore déclenché. Il y a 20 ans, je restais à essayer de tenir le siège à l'intérieur du "fort alamo" à la fin, face à des bots qui réapparaissent à l'infini et un char qui m'atomisait dès que je pointais le bout de mon nez à une ouverture. En fait il faut foncer tout le temps, aller flinguer les cagoulés qui débarquent au 203, foncer aux étages (je crois que c'est ça qui active le script suivant), ressortir poser des mines entre deux vagues de cagoulés, foncer pour détruire le char dès qu'il apparaît pour ne pas lui laisser l'occasion d'approcher et pointer son canon. Le ressenti passe du long calvaire au challenge presque amusant. Quelques idées en vrac qui doivent n'intéresser que moi : - les boutons d'alarme, c'est définitivement crucial et je suis étonné qu'il n'y ait pas une soluce du jeu qui décrive leurs emplacements dans les maps. Le seul truc qui peut aider à les trouver, c'est quand un bot alerté fonce ailleurs que vers vous en ayant l'air de savoir qu'il fait : il va vers le bouton, flinguez-le avant qu'il ne l'atteigne. - il y a, en fin de compte, une certains ouverture des levels. Le 1er bâtiment dans la mission 6, on peut passer dedans, ou derrière via un câble qui monte sur son toit, ou devant en crochetant un portail (solution qui me semble la plus simple, mais qui empêche d'y prendre un LAW 80). - contrairement à ce que j'avais dit, les gilets pare-balles sur les bots ont peut-être plus de sens en mode intermédiaire/difficile. Mais bon, je n'irai pas vérifier, de ce que j'ai vu dans ces niveaux les bots ne pardonnent pas grand-chose, on démarre avec une quantité ridicule de munitions, et ce n'est pas les médipacks en plus qui compenseront. - le graphisme des montagnes enneigées est pas mal réussi, ça aurait mérité plus de passages dans les reliefs pour en profiter. Et puis les reliefs, c'est justement un point fort du jeu, dommage qu'on n'en profite pas plus pour donner des possibilités au joueur. - les codes sur les caisses ou conteneurs, je me demande si ce ne sont pas des clins d'oeils à quelque-chose, il y a aussi un code bizarre sur notre hélicoptère. - je me demande toujours d'où vient le look des mines de proximité, ça ne ressemble à rien, je pense que c'est une invention totale
  12. L'US Army teste des lunettes permettant de guider un chien à distance. Jusqu'ici les chiens étaient guidés par signes ou pointeur laser, ce qui oblige le maître à rester à proximité. Là, l'idée est d'afficher un indicateur visuel sur les lunettes du chien pour le guider. Et le chien est équipé d'une caméra pour que le maître voit ce qu'il voit. Tellement évident qu'on se demande pourquoi on n'y a pas pensé plus tôt. https://www.bbc.com/news/technology-54465361
  13. Les Iraniens se vanteront d'avoir 2 fois mieux avec le même matériel mais en tenant compte des leçons du 'Nam, notamment sur les conditions de stockage et d'entretien de ces joujoux délicats. Les versions s'améliorent et l'AIM-7M fera nettement mieux dans le Golfe (cela dit, j'avais souvenir d'avoir lu 33% ici et je trouve 65% là). Heureusement qu'il n'a pas fallu attendre l'AMRAAM. Pour le Têt, les nord-vietnamiens ne sont pas très loquaces mais les auteurs semblent s'entendre sur l'idée qu'il y avait espoir de déclencher un soulèvement général... espoir complètement déçu par les évènements, et les exécutions de Hué n'ont pas dû aider. Ensuite Hué est reconquise et Khé Sanh ne tombe pas. Reste l'impact psychologique sur le public et, en conséquence, les dirigeants US. Mais l'ampleur du truc ne pouvait pas être prévue. Et ça a été obtenu en sacrifiant une bonne part des forces principales VC et NVA présentes au sud - ce qui soulagera un peu leurs adversaires et les aidera à se focaliser ensuite sur la destruction de l'infrastructure clandestine du VC et sur la vietnamisation. Pour l'offensive de Pâques, en cherchant un peu, effectivement le but n'était pas de conquérir le Sud façon 1975, j'ignorais cela, et elle réussit donc son objectif d'entamer la défense du Sud. Mais là encore, ce qui semble courant chez les régimes communistes, avec peu de considération pour les vies humaines et de l'efficience des actions.
  14. Si ce Hind c'est pas du clien d'oeil pour le gear-geek... Sinon, pour revenir au thème (action, guerre...), j'ai vu passer cette BA d'un film chinois :
  15. Les nord-vietnamiens se sont quand même lancés dans les deux grosses offensives du Têt et de Pâques qui ont complètement échoué... Il y a une citation qui traîne sur le web (attribuée à Sun Tzu mais je n'arrive pas à la trouver dans un livre sur le personnage) : "une stratégie sans tactique est la plus lente route vers la victoire. Tactique sans stratégie, c'est le bruit avant la défaite." J'ai l'impression que ça correspond bien aux stratégies des Nord-vietnamiens et des US, respectivement : les premiers avaient la bonne stratégie mais ont gagné à un prix délirant, les seconds ont gagné toutes les batailles mais perdu la guerre.
  16. Moi j'avais galéré et je ne l'avais jamais terminé... (bon, on m'avait prêté le CD-ROM, je ne me souviens plus pendant combien de temps, mais forcément un temps limité). Missions 7 (franchir la frontière) et 8 (récupérer la console tactique) réussies ce soir. J'avais raté plusieurs fois la 7 près de la fin, encore une fois probablement à cause d'une caméra pas repérée qui a sonné l'alerte. Truc bizarre, aujourd'hui, après avoir passé l'infirmerie on m'alerte pour la 2ème fois qu'un Mi-24 va passer et... cette partie-ci je n'ai rien vu passer. Ca fait partie de ces trucs peu compréhensibles qui donnent une impression d'aléatoire... La mission 8 a son équivalent : ne serait-ce pas une bonne idée de liquider les deux guetteurs dans la tour en plein centre de la 2ème base ? Oui, sauf si l'un d'entre eux respawn à l'infini... Finalement la difficulté, outre l'absence de sauvegardes, c'est surtout une conception du jeu qui n'est pas toujours intuitive ou, je pense, pas bien chiadée. Maintenant je comprends mieux ce qui déclenche telle alarme dans telle zone, et éviter certaines gaffes ça aide pas mal. Ca permet aussi de savoir qu'il n'y a pas de risque dans telle ou telle phase et d'y aller sans psychoter ou s'embêter à toujours chercher l'élimination discrète. Avant je n'utilisais pratiquement jamais les grenades, maintenant j'en ai utilisé délibérément en trois endroits différents où elles ont été bien pratiques pour éliminer des "obstacles" gênants. Ca permet aussi de tenter le coup d'y aller en bourrinant (du moins, en mode facile) : dans la mission 8 j'ai déclenché l'alarme sur la fin, j'avais deux LAW 80 je me suis dit "ça se tente"... et c'est passé.
  17. Je signale avoir vu en rayon le HS n°40 de Ligne de Front sur les snipers (à croire que le topic ne sert qu'à parler de ça ) J'ai seulement feuilleté, c'est essentiellement un catalogue de biographies de snipers, mais assez varié avec des noms pas célèbres et notamment un certains nombre de TE britanniques, US ou canadiens outre les inévitables "stars" germano-soviétiques. Il y a aussi quelques pages sur la formation des TE allemands, je ne sais pas s'il y a autre chose dans le genre car il m'a semblé que le sommaire ne liste que les biographies... Il me semble que, contrairement aux as de la Luftwaffe qui ont souvent nourri leurs palmarès à l'époque des temps faciles de Barbarossa, les snipers allemands eux ont surtout fait leur "scores" alors que les choses avaient mal tourné sur le front de l'Est.
  18. "Airbus et la start-up Earthcube ont développé un logiciel ultrapuissant de surveillance des sites militaires, destinés aux services de renseignement. Airbus apporte les images satellites haute résolution, Earthcube ses algorithmes d’IA permettant d’identifier automatiquement les types d’avions ou de navires." https://www.challenges.fr/entreprise/defense/airbus-earthcube-la-dream-team-francaise-du-renseignement-spatial_731661 (je n'ai pas accès à l'article entier)
  19. Bon, j'ai craqué et fait un nouveau profil niveau facile. Tout refait jusqu'à la mission six. Mission 3 et mission 6 dans la même soirée, ce fut un peu tendu. A vue de nez, le niveau de difficulté change la quantité de munitions qu'on a au départ *, leur puissance sur les adversaires, et j'ai l'impression que les soldats de base sont plus réactifs et tirent mieux (et que les alliés dans la mission 4 sont moins bons ? en tout cas, ils se font poutrer) * à ce sujet, l'IGI est le service spécial US le plus minable côté matos. On part presque toujours en mission sans l'arme qu'il faudrait (mon royaume pour un Dragunov et 2 chargeurs), sans parler de la forte proportion des objectifs qui consiste à aller chourer, dans un entrepôt ennemi, le camion, le C4 ou je ne sais quel autre truc dont on a besoin. Il y a certains trucs que je comprends un peu mieux. Les alarmes ont toujours une cause, mais parfois ce n'est pas évident de comprendre laquelle. Reste d'autres choses pas évidentes... notamment savoir à partir de quelle distance un adversaire va me voir. L'emplacement des boutons d'alarme est un truc crucial (pour empêcher les adversaires de les actionner), mais le seul moyen de les repérer est d'explorer la map... Deux débuts de mission sont mal chiadés : mission 2 je démarre sous les yeux et le feu d'un mirador (celui de l'autre côté des caisses), mission 4 pratiquement la même chose avec le garde à la minimi à la fenêtre... Dans la mission 3, mon cauchemar était de parvenir au bâtiment-prison, à cause de ces fichus gardes "bérets rouges" dans le baraquement à côté qui semblaient me voir à chaque fois. Today j'ai fait une bêtise bien avant : en snipant depuis le château d'eau, j'ai flingué quelqu'un sous l'oeil d'une caméra hors d'atteinte et ça a déclenché l'alarme. Normalement une alarme transforme la mission en enfer, mais là, les bérets rouges sont sortis et ont tourné en rond sans savoir quoi faire. Du coup je les ai alignés comme au stand de tir, puis je me suis rendu à la prison comme un prince. Ce serait drôle si ça ne montrait pas les limites du level design. Mission 6, j'ai renoncé à comprendre la philosophie du premier bâtiment à passer. Un bâtiment avec un bouton d'alarme, et des bots qui respawn (délibéré ou bug ?), what could go wrong ? Ca aide un peu d'aller, en restant à l'extérieur de la grille, flinguer préventivement la caméra qui se trouve derrière le bâtiment, mais passer tous ces bots sans déclencher d'alarme reste un coup de bol. Une des fois où ça s'est le mieux passé, c'était en n'y entrant pas et attirant les bots à l'extérieur... Plus loin, affronter les 4 gars du stand de tir c'est aussi assez chaud et je n'ai pas trouvé de technique fiable : j'ai foncé et des fois c'est passé. Perso je ne fais pas trop attention aux graphismes, mais ce qui m'a frappé c'est la... monotonie. - Monotonie des paysages : c'est de l'est-européen terne. J'aurai bientôt la joie de passer au second et dernier type : l'est européen enneigé. - Monotonie des bâtiments : tout les joueurs de Project IGI comprennent ce que je veux dire. Et aucun bâtiment n'a un "quelque-chose" qui le rendrait intéressant, que ce soit en possibilité de jeu, ou un truc visuellement original. - Monotonie des missions : infiltrez une base, point. Même la mission "escape & evasion" ne s'en distingue pas. Il n'y a que celle de sniping qui change la donne, fallait pas la mettre en 3ème. - Monotonie des bots : ils se comportent tous pareil, et c'est beaucoup dire puisqu'ils n'ont pratiquement aucune IA : à part être de garde ou de ronde... Ca risque d'être lassant. Ne me parlez pas de le rejouer dans les autres niveaux de difficulté... Pour comparer, je m'étais refait Half Life premier du nom il y a quelques années et ça reste passionnant. (D'ailleurs IGI2 semble avoir bien identifié le problème des paysages et bâtiments et tenté de corriger le tir.) Il y a aussi des petits détails, mineurs mais qu'il aurait mieux valu éviter : les marques sur les caisses ou conteneurs qui sont toujours les mêmes, les skins qui montrent souvent un gilet pare-balles qui semble n'avoir aucun effet, et toujours ce mix de baraquements et de bureau avec PC même au fond de la pampa.
  20. JW GROM polonais et SAS s'entraînant à l'assaut d'un train, début années 90. Visiblement un train qui sert régulièrement à l'entraînement CT du SAS.
  21. Tweet qui a été supprimé... ... mais je l'avais senti venir et j'avais fait une copie :
  22. J'ai découvert que le 1er du nom était en abandonware : https://www.abandonware-france.org/ltf_abandon/ltf_jeu.php?id=2760 (Pour info, chez moi la "version automatique" ne marche pas, par contre la version image de CD-ROM une fois montée marche nickel.) Je n'ai pas pu résister à l'envie de voir comment je m'en tirerais par rapport à l'époque où j'étais collégien. Project IGI ça a dû être le 2ème jeu de shoot auquel j'ai touché... Curieusement j'ai un peu ramé sur les premières missions, que je croyais être du gâteau. La 3ème, ancien cauchemar traumatisant de mes jeunes années (réussie une seule fois je crois), faite en environ 5 tentatives. La 4ème où on se prend pour Dieu (ça sent l'inspiration avec un film de série B ça), en y allant en touriste puisque de mémoire c'est une mission facile, je l'ai ratée plusieurs fois - de mémoire ça ne m'était jamais arrivé Et soudainement, j'ai réalisé que j'ai démarré le jeu sans choisir de niveau de difficulté. Je suis sur un profil par défaut, sans doute pas en niveau facile comme au bon vieux temps... pour ce jeu dont la difficulté est légendaire... et alors que je n'ai pas encore commencé les levels où il y a les spetsnaz et les tanks... Je crois que je vais comprendre ma douleur... ... et que je suis parti pour passer beaucoup de temps à faire du coup d'oeil dans les coins et à scruter ma vue satellite.
  23. Pour ceux qui, comme moi, ne suivraient pas Mars Attaque de près : https://www.facebook.com/187734184597229/posts/3264419653595318/ Echanges commandos marine / GIGN djiboutien - Arta / Djibouti Fusiliers marins et commandos marine / Forces Françaises stationnées à Djibouti / Ambassade de France à Djibouti