FATac

Members
  • Compteur de contenus

    8 012
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Days Won

    39

FATac last won the day on February 15

FATac had the most liked content!

Réputation sur la communauté

3 934 Excellent

1 abonné

À propos de FATac

  • Rang
    Classiciste orthodoxe - Canal historique
  • Date de naissance January 31

Profile Information

  • Gender
    Not Telling
  • Location
    A l'ouest, complètement ...
  • Pays
    France

Visiteurs récents du profil

4 628 visualisations du profil
  1. FATac

    armée de l'air égyptienne

    Même ... perplexe je reste. Des F-35I au dessus du Liban seraient déjà dans une posture agressive, à tout le moins non respectueuse de la souveraineté du pays survolé. Qui dit posture agressive dit aussi vigilance maximale pour éviter de se faire choper. Dans ces conditions, le moindre radar un peu chatouilleux motiverait des évasives, du brouillage, des leurres pour s'y soustraire, voire un tir d'auto-défense en cas d'accrochage persistant, perçu comme une menace non voilée, non ? Et un verrouillage depuis la mer (eaux et espace aérien internationaux), d'un appareil survolant les terres, ça fait une bonne distance, non ? 20 nautiques, dans le cas le plus optimiste ? Ca me semble trop beau pour être vrai.
  2. FATac

    AIRBUS MILITAIRE

    C'est moche de te servir d'une partie de mon propos seulement pour exprimer tout le contraire de ce que j'avais dit. Je le rappelle :
  3. FATac

    armée de l'air égyptienne

    Des Rafale égyptiens au dessus du Liban ?
  4. FATac

    [Tempest] Nouvel Avion de Combat Britannique En Partenariat !

    Oui. Il l'a dit. Mais était-ce une menace ou un constat ? Moi, quand je vois les programmes, je penche pour la seconde hypothèse (question de délais, de budgets, et d'appareils à remplacer), là où la prise de position italienne montre une inclination pour la première piste - ce qui fait fi, au passage, de toute la nuance diplomatique du propos. Et de la manière dont on prend l'affirmation, on peut tirer des conclusions très divergentes en fonction de l'opinion que l'on veut exprimer.
  5. FATac

    FCAS SCAF et connexes (NGWS, drone FCAS - DP etc.)

    Oui, mais si on doit faire des ajouts, il ne faut pas oublier, non plus, de mentionner que le projet a été mené à un rythme relativement modéré, notamment pour éviter que le moteur ne soit prêt sans avoir un appareil pour l'accueillir. Il aurait été possible de le figer beaucoup plus tôt, avec un décalage dans le temps des moyens qui lui ont été affectés. Le moteur aurait alors certainement eu une définition différente de celle qu'il a actuellement, mais aurait pu arriver sur le marché 4 à 5 ans plus tôt. Bon, les premiers tours du Volvo RM12 datent, eux, de 1978 ... il faut admettre que le choix de l'architecture du F404 était déjà fait depuis un certain temps.
  6. FATac

    FCAS SCAF et connexes (NGWS, drone FCAS - DP etc.)

    Premiers tours au banc en janvier 1984 pour le M88 (dont les premières études - et les premières publicités dans les revues - datent de la fin des années 1970). Mais ce moteur a, à l'époque, un gros défaut ... il est français, et la position diplomatique française est très peu lisible dans les années 1980.
  7. FATac

    [Tempest] Nouvel Avion de Combat Britannique En Partenariat !

    Globalement, je me demande qui pourrait acheter sérieusement l'argument comme quoi le projet franco-allemand laisserait les autres pays disposant d'une industrie aéronautique à la marge et affaiblirait l'Europe de la défense. Honnêtement, il faut quand même remettre cette association sous l'éclairage de l'introduction du F-35 en Europe : la France et l'Allemagne, qui n'ont pas choisi d'inféoder leur industrie aérospatiale au projet de Lookheed-Martin, ont alors des échéances de remplacement des flottes actuelles qui sont différentes. Elles ont besoin d'autres équipements et de développements nouveaux. Associer les Italiens (par exemple), c'est prendre le risque d'un projet plus tardif (pour succéder au Lightning II ?), et donc du maintien de flottes potentiellement obsolètes, et donc affaiblir la défense de l'Europe (et pas seulement son industrie aérospatiale, laquelle a bien souffert des choix britanniques, italiens et hollandais, bien avant que le FCAS ne commence à être ébauché). Le projet franco-allemand pourrait alors être vu davantage comme un projet de rattrapage pour ces deux pays (à supposer qu'industrialiser le F-35 donne une avance quelconque), et pas comme un projet d'éviction des autres. Evidemment, pour quelqu'un qui ne tirerait, finalement, aucun avantage industriel et scientifique du F-35, le point de vue serait différent - mais cela supposerait d'admettre avoir fait une erreur en prenant cet appareil et cette posture est bien plus difficile à tenir que celle qui consiste à rejeter la faute sur les autres et à crier à la menace que leurs projets représenteraient.
  8. FATac

    FCAS SCAF et connexes (NGWS, drone FCAS - DP etc.)

    Là encore, tout est question de choix et de compromis. On pourrait estimer, au contraire, que la configuration air-sol doit être la plus furtive possible, donc avec tous les emports en soute, là ou la configuration de supériorité aérienne pourrait se la jouer camion à missiles de longue portée avec des packs de METEOR en emport externe, voire une plate-forme de désignation de cible discrète et déportée. La chose la plus nuisible, dans la conception d'un tel projet, ce sont les certitudes ... Rester souple et envisager d'autres options permettra, in fine, de faire le choix qui correspondra le mieux à nos habitudes opérationnelles et notre doctrine, sans avoir besoin d'adopter une démarche étrangère et de s'y plier.
  9. FATac

    FCAS SCAF et connexes (NGWS, drone FCAS - DP etc.)

    Très accessoirement, une perche fixe bien conçue est un faible contributeur à la SER. Une perche rétractable déployée est, elle, systématiquement un gros contributeur (logement, trappes ouvertes, vérins et tringlerie). Une perche déployable rétractée reste discrète, mais présente un risque en terme de fiabilité et constitue un surpoids qu'il faut accepter comme une contrainte de la furtivité. Il faut voir à quel niveau placer le curseur, c'est tout.
  10. FATac

    FCAS SCAF et connexes (NGWS, drone FCAS - DP etc.)

    Tu permets que je te corrige ? Le réceptacle est systématique sur les avions de l'USAF qui a abandonné le système panier/perche pour simplifier les qualifications des pilotes au profit d'une technicité accrue des boomers (population moins nombreuse).
  11. FATac

    Armée de l'air Russe

    J'adore l'idée de la silhouette de drone sur le camo pixel du T-50 !
  12. FATac

    LUFTWAFFE

    Sauf qu'un problème lié à l'ébavurage des tôles, dans la section arrière de l'appareil, provoque des criques dont l'apparition limite le potentiel de l'appareil à 1500 heures de vol (au lieu de 3000). Ca date de 2014 si ma mémoire est bonne.
  13. FATac

    [France] Armée de l'Air

    Globalement, ce que je retiens de ce débat sur les bidons, c'est que dans la guerre - aérienne, mais pas seulement ; moderne, mais pas seulement - la planification doit être la colonne vertébrale des opérations. L'improvisation ne trouve sa place qu'à la marge, pour réagir à une surprise ou une inadaptation opérationnelle avérée. Tout le reste doit être envisagé à l'avance, avec les multiples combinaisons de facteurs défavorables et les plans de remédiations correspondants.
  14. FATac

    [France] Armée de l'Air

    Je me demande dans quelle mesure cette idée ne découle pas directement des vols d'escortes des raids de bombardiers américains durant la 2e GM. Les P-51 et P47 décollaient avec des bidons "jetables" (parfois en composite de papier-cellulose/colle) et les larguaient une fois vides. Certes, l'allongement du rayon d'action était là, mais au prix d'une logistique importante pour fabriquer les bidons sacrifiables à bas coût. Accessoirement, le jeu adverse était aussi d'intercepter l'escorte le plus tôt possible pour les dépouiller de leurs bidons et déshabiller ainsi les grosses bagnoles, rendues plus vulnérables une fois sur leur objectif. Quoi qu'il en soit, les chasseurs d'escortes allaient ainsi, avec des bidons sur une partie de l'aller, beaucoup plus loin que sans. Maintenant, à l'ère du jet, avec le ravitaillement qui bouscule ces habitudes, on peut voir les choses différemment. Le rayon d'action doit s'entendre "entre le dernier ravitaillement aller et le premier retour", avec juste une protection des ravitailleurs pour les tenir hors d'atteinte des coups ennemis.
  15. FATac

    FCAS SCAF et connexes (NGWS, drone FCAS - DP etc.)

    C'est peut être une connerie, mais les pneus tubeless ne viennent pas de l'automobile avant de rejoindre l'aviation ? Je me pose aussi la question pour les freins à disque. Mais ce sont des technologies assez périphériques ...