Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

FATac

Members
  • Posts

    12,528
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    95

FATac last won the day on September 19 2023

FATac had the most liked content!

Reputation

15,170 Excellent

1 Follower

About FATac

  • Birthday January 31

Profile Information

  • Gender
    Not Telling
  • Location
    A l'ouest, complètement ...
  • Pays
    Spain

Recent Profile Visitors

14,800 profile views
  1. C'est purement sémantique, mais je préfère dire que ça vole avec du lest, ou à la limite un ballast. J'aime pas avoir à distinguer le faux du vrai.
  2. FATac

    Durée à la mer

    Qui pisse au vent, se rince les dents...
  3. Viktor Belenko n'a pas exactement eu une existence discrète aux USA, en tant que transfuge. A l'issue de sa période d'interrogatoires et d'une période probatoire, après avoir obtenu l'asile, il a été successivement consultant puis conférencier - donc exposé - sur des sujets en rapport avec son passé, sans pour autant être devenu une cible manifeste. Autre temps et autres rapports de puissance, sans aucun doute.
  4. Mais non... les autres couplent l'exterritorialité de leur droit avec une diplomatie forte (devant laquelle d'autres s'écrasent). Là, dans le cas russo-estonien, la sphère diplomatique est évincée, et c'est la mise en accusation et les poursuites policières qui tiennent lieu de diplomatie - ce qui élimine tout dialogue parallèle, fusse-t-il à sens unique.
  5. Si, si, quand même... si l'on remonte l'arbre généalogique de Nobel Sport, comme du Prix Nobel, on les croise au niveau d'Alfred Nobel, inventeur de la dynamite, et créateur du prix Nobel pour se faire pardonner des méfaits des détournements d'usage de son invention.
  6. Non, effectivement. Alors parlons du démantèlement des monuments aux morts pour la France, en Tunisie, en 1957, à l'initiative de certaines municipalités désirant effacer ce reliquat du colonialisme... Cela a appelé des protestations diplomatiques, une crispation temporaire des relations, mais la souveraineté tunisienne a finalement été respectée, même si ça n'a pas plu en France. Là, la Russie avait aussi cette voie à sa disposition : une crispation diplomatique, une désapprobation publique, histoire de s'attirer des sympathies internationales. Le choix qui a été fait est celui de la poursuite et de la judiciarisation, en créant deux précédents dangereux : Une exterritorialité de son duo Police/Justice sans le filtre de la diplomatie. Une négation de la souveraineté Estonienne : l'ex-colonie n'a pas de liberté d'action sans devoir rendre des comptes à la métropole.
  7. Pour ma part, j'ai toujours eu du mal avec le taux de fécondité qui m'apparait comme un indicateur démographique passéiste et dépassé. Qu'à la limite, on l'emploie pour juger de la "vigueur" démographique avant 1950 en occident, ou bien dans les pays grandement sous-développés et où l'espérance de vie reste faible, pourquoi pas. Mais vu la réduction de la mortalité infantile, d'une part, l'entrée de plus en plus tardive dans la vie active et l'augmentation de l'espérance de vie, d'autre part, j'ai tendance à considérer l'indice de descendance finale comme un indicateur bien plus pertinent de l'état démographique d'un pays. Ce qui compte, c'est bien le renouvellement des générations, pas la fréquence de ce renouvellement (ou l'écart d'age entre deux générations). Certes, "écarter" les générations pourrait être un indicateur de décroissance démographique, mais l'allongement de l'espérance de vie est là pour compenser et conserver un effectif global stable (qui doit rester économiquement soutenable pour le pays).
  8. J'en suis persuadé aussi. Et je me demande si ce n'est pas une des conditions "morales" du soutien occidental : tant que la défense et le pouvoir ukrainien ne se sont pas effondrés, le soutien occidental est acquis, en volume variable, mais acquis quand même pour maintenir une forme de parité limitée avec la Russie - à condition de rester dans les règles d'un conflit classique. Hybrider le conflit avec des actions de guérilla ne doit pas avoir la faveur des chancelleries occidentales tant que l'issue d'un règlement "classique" reste envisagée avec une perfusion de dopants pour les forces ukrainiennes. Se lancer dans cette voie risque fort de voir les Ukrainiens se retrouver sans soutiens. Par contre, tout comme aux premiers jours de l'offensive de 2022, avec une forte domination russe sur le terrain, si les forces Ukrainiennes se faisaient soudainement démonter et que le pouvoir central s'effondrait, alors je suis persuadé que le conflit s'hybriderait franchement, et avec le soutien occidental qui va bien (en livraison de MANPADS, ATGM, moyens de communication, etc.) pour causer une nuisance maximale à l'occupant. Je crois vraiment que c'est une question de morale, donc avec une appréciation à géométrie variable en fonction de l'évolution du cours de la guerre. Inacceptable tant qu'il a l'illusion d'une résistance classique, même couteuse, mais totalement assumé si le déséquilibre des forces devient brutalement trop défavorable.
  9. Le marquage RDY est à l'aplomb de la perche, une vingtaine de centimètres en aval du radôme, à vue de nez. Qu'est-ce qui est le plus probable : Un 2000H avec un équipement de test ? Un 2000I incomplet, avec des équipements absents ? Un hybride à la sauce HAL parce qu'ils ont manqué de temps pour tout faire, mais que ça marche comme ça ?
  10. Ok, merci. Après, le cliché est amusant : il doit y avoir un peu de dérapage ou de vent de travers, ou une amorce de break (impossible à "lire", la prise de vue n'étant pas horizontale non plus), car la veine bâbord est en dépression, contrairement à la veine tribord : sa trappe d'alimentation additionnelle est ouverte.
  11. À ce propos, dites-moi : il s'agit bien d'un Mirage 2000H (non rénové) ? Je vois un Pitot sur le radôme. Le passage en Mirage 2000I est équivalent à un passage au standard -5, avec un radar RDY-3. Est-ce que ce changement de radar implique aussi le passage à une anémomètrie pariétale et la disparition du Pitot, comme sur les -5 et -9 ?
  12. Pour rappel, en 1989, la situation de l'armée n'avait, finalement, pas grand-chose à voir avec celle de maintenant : si 3% de PIB partaient dans ce budget, celui-ci couvrait une gestion RH avec des appelés, une gestion de la conscription, 80% d'effectifs non-professionnels, mais un effectif bien plus conséquent, et des matériels en parc dont le coût (d'achat, de maintenance et d'opération) était moindre. Je ne suis pas certain que rappeler la situation de 1989 soit plus pertinent que d'invoquer celle de n'importe quelle autre année en 9 du XXe siècle.
  13. Et sinon, une fois dronisés, de tels appareils ne risquent pas d'annuler un départ en mission si les installations de viabilisation (pressurisation, conditionnement, éclairage, etc.) diagnostiquent un défaut. Sur des appareils de cet âge, ce n'est pas nécessairement anodin. Et par ailleurs, les règles de sécurité et autres dérogations liées à l'embarquement d'un équipage peuvent certainement être aménagées dans le cas d'un appareil qui n'embarque pas d'équipage.
×
×
  • Create New...