Janmary

Members
  • Content Count

    837
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    1

Janmary last won the day on May 27 2018

Janmary had the most liked content!

Community Reputation

906 Excellent

About Janmary

  • Rank
    Connaisseur
  • Birthday 01/10/1942

Profile Information

  • Gender
    Not Telling
  • Location
    Touraine
  • Interests
    Supprimés par Janmary
  • Pays
    France

Recent Profile Visitors

2,337 profile views
  1. Les Soviétiques, à cette époque terrible pour leur pays, avaient besoin de mettre en évidence le patriotisme de tout à chacun, exaltant les sacrifices pour la "Mère patrie" (Voir l'ouvrage 'La Grande guerre Patriotique") y compris l'engagement des femmes qui furent utilisées dans des unités combattantes indépendantes, tel des formations de pilotes, des tireurs d'élites, etc. La propagande de l'Armée Rouge fut intense pour démontrer la combativité des Soviétiques. Au point que nombre d'archives sont tronquées par de la surenchère. C'est sans doute la cas pour cet ouvrage. Un point cependant, c'est les lieux. J'ai connu plusieurs anciens combattants aux USA revenant sur les lieux de l'action qu'ils avaient menés en leur temps (Gi's dans les Ardennes notamment) et peu ont reconnus les lieux après tant d'années.Mais ce n'est pas la généralité et les historiens retrouvent bien des lieux y compris de 14-18. Qui est l'auteur de cet ouvrage, Kiriyama ?
  2. Merci Rochambeau sur ce rappel concernant la Bleuite:. Pratiquement, deux à six mille cadres et militants FLN. furent exécutés par leurs frères de combats, cassant littéralement la résistance intérieure du FLN. Lors de l'indépendance, ce fut l'armée des "frontières" (Basée en Tunisie et au Maroc de l'ordre de 20.000 hommes)) qui pris en main les décisions du fait de la quasi disparition de la résistance intérieure. Un document assez complet est passé il y a quelques mois sur la Bleuite:dans le cadre de l'Histoire / Toute l'Histoire à la télévision.
  3. Exact. Mes excuses Pascal. Une série de sites sur le Ju 290 = https://www.google.fr/search?source=hp&ei=YceEXcK2GqGSlwSGrr3QCQ&q=ju+290&oq=ju+290&gs_l=psy-ab.1.0.0j0i22i30l9.446222.448796..452212...0.0..0.560.2406.2-1j2j2j1......0....1..gws-wiz.......0i131.DS9h6lCENjQ
  4. Oui, c'est une information qui à couru longtemps. Un Ju 390 examoteur (rien ne le laisse supposer), peut-être un FW "Condor" amélioré comme cité plus haut. J'ai lu les deux versions.Il y a eu parfois des "Condor" basé à Biscarosse (Erreur, il s'agit de Mérignac. Mes excuses.) et sur des aéroports sur le littoral atlantique pour la recherche et l'attaque des convois alliés..Rien n’a confirmé, soit par des archives, soit des compte rendus de missions de pilotes. Il serait parti de la base de Biscarosse en France.Compte tenu des rayons d'action de ces appareils, cela était réalisable en particulier sans charge autre que du carburant en sus des réservoirs propres à l'appareil (supplémentaire).. Mais - par exemple - le décès de Saint Exupéry disparu sur un P38 de reconnaissance sur les cotes de la Méditerranée - fut longtemps inconnu. Hors Pierre Closterman (premier chasseur de France) avait rencontré plusieurs pilotes allemands qui lui indiquèrent la date, le lieu et le nom du pilote qui abattit notre pilote et écrivain.Cela fut relaté dans une revue aéronautique que je ne retrouve plus parmi mes revues. A partir de la, ce fut aisée de retrouver les archives de l'escadrille du pilote et de constater qu'il abattit bien un P38 "Lightning" le jour indiqué; Il faut donc être toujours un peu méfiant sur le manque d’information officiel. C'est sur cette base 'et d'autre) que fut retrouvé l’appareil et la montre de l'écrivain.Bien des archives de 14-18 ou de 39-45 dorment sans être ouverte et l'on retrouve régulièrement des informations oubliées ou méconnues. Il y avait aussi le projet ci-dessus décrit par Capitaineconan
  5. Oui, en effet. Et en attendant la bombe atomique, ce bombardier devait transporter une bombe "sale" de résidus atomique. Les plans des destructions on bien été retrouvés avec les cercles de contamination de la ville portée sur un plan, mais rien ni aucune source ne peut en dire plus sur ce sujet. La soute avait été agrandie pour tenir compte de l'épaisseur des parois de la bombe pour éviter la contamination extérieure. Un test de radioactivité aurait été effectué en Allemagne par un petit engin, mais les contradictions des mesures sur le site reste improbable à ce jour. Rappelons que l'Allemagne Nazi possédait beaucoup de minerai d'Uranium (saisi par les armées américaine et soviétique) et que c'est les savants Allemand Otto Hahn et Lise Meitnerqui qui ont découvert la fission nucléaire, a savoir, un neutron lancé sur un atome d'Uranium provoque la scission en deux de cet atome par émission de deux neutrons et en provoquant une formidable énergie et le cycle recommence avec les deux neutrons, etc. http://www.laradioactivite.com/site/pages/ladecouvertedelafission.htm https://fr.wikipedia.org/wiki/Recherches_atomiques_sous_le_régime_nazi
  6. Effectivement, c'est vrai. Dans son délire, il exposait et décrivait sa vision de New-York en feu et croulant sous les bombes devant des auditoires un peu stupéfait (témoignages au Procès de Nuremberg).. La Luftwaffe créa même un bombardier pour frapper les USA. Il s'agissait du Me264 dit "Amerikabomber" qui fit son premier vol le 23 décembre 1943. Il pouvait emporter 2 équipages de 3 hommes, 3 tonnes de bombes, 3 mitrailleuses de 13 mm et deux canons de 20 mm et recevait l'assistance de 6 fusées pour les décollages en surcharge. Il devait faire l'aller-retour de New-York, soir 30 heures de vol au départ des cotes Françaises.Une version hexamoteurs avec envergure agrandie et une version avec des turbines à vapeur furent prévues Le prototype fut détruit lors d''un bombardement allié.en juillet 1944. Selon diverses sources, un appareil modifié issu des "Condor" - sans charge de bombes - aurait décollé de Biscarosse (Landes) (Erreur, il s'agit de Mérignac. Mes excuses.) et serait allé jusqu'à 10 kms des cotes américaines. Ce ne fut jamais confirmé à ce jour. Oui, ce fut un modèle d'absurdité. Je ne dis pas "Amateurs" car des amateurs auraient mieux fait ! Méconnaissance absolu des USA, de la langue et surtout bonne initiative de jeunes américains en observation des plages. La corde fur le résultat de l'opération.
  7. Avant guerre , un concept de torpilles fusées fut présentés (toujours dans l'ouvrage précité sur "L'aviation de bombardement). C'était des roquettes de 100 ou 200 kgs propulsées par poudre sur une partie de la la trajectoire aérienne. Le nez se brisait à l'impact sur l'eau pour présenter un nouveau nez tronqué pour éviter les rebonds sur l'eau. La distance sous-marine devait être courte (car sans propulsion), de l'ordre inférieur d'une centaine de mètres pour avoir la possibilité de frapper la coque. La tête explosive, était celui d'un canon, c'est à dire que la charge 'sous calibré était propulsées par une charge permettant de percer la coque et le blindage et d'exploser dans les œuvres vives. La multiplicité des coups étant la règle pour ces torpilles légères emportés par avions. Cela donne une idée du problème et de la densité importante de l'eau (probleme des torpilles qui ne bénéficient pas d'une forme propre à la vitesse qui plus est) vis à vis de l'air. Les Nazis avaient commencés à étudier ce genre d'armes à la fin du conflit.
  8. Un petit comparatif avec les caractéristiques des "bombes sismiques" de Barnes Wallis de chez l’avionneur Vickers, qui créa ces engins. Ces informations sont issue de l'ouvrage de Paul Brickhill "Les briseurs de barrages". = I° - La bombe sismique de 10 tonnes (dite "Poing géant") , dont 7 tonnes d'explosif, prévu pour un largage de 13.000 mètres, devait atteindre la vitesse de 480 m/s (1728 km/h) et devait s'enfoncer à une profondeur de 48 mètres dans le sol. Il n'y aurait pas eu de cratère a partir de 43 mètres de profondeur. A 13 mètres de profondeur, l'explosion devait créer un cratère de 33 mètres pour un diamètre de 85 mètres avec 12.000 tonnes de terre déplacée ! Les hauteurs de lancement par Avro Lancaster de ces bombes furent en fait de 6.000 mètres car le bombardier proposé par Barnes Wallis - appelé "Bombardier de la Victoire" - ne fut pas réalisé ! II° - La bombe de 6 tonnes (dite Gros cigare), larguée à 6000 mètres, longue de 7 mètres, pourvue d’ailettes de rotation, créait un entonnoir de 25 mètres de profondeur et de diamètre de 30 mètres. Sa profondeur de pénétration pouvant être de 30 mètres dans le sol avec un déplacement de 10.000 tonnes de terre. Sur un toit en béton de 7,50 mètres, le "Poing Géant" créait un trou de 10 mètres (fortifications navales pour sous-marins). III° - Les comparaisons entre bombes accélérant par l'effet de gravité et celle d'obus tirés avec une vitesse initiale élevé n'ont pas le même résultat sur l'objectif dû à des différences balistique. Mais c'est toujours intéressant d'étudier ces différences. > Un obus de Marine de 406mm pesait une tonne. > L'obus du canon sur rail Nazi de 800 mm "Schwerer Gustav" était de 4,8 tonnes et tirait à 47,1 km. > Les mortiers Nazi "Mörser Gerät 040" tiraient des obus de 2,2 tonnes au calibre de 600 qui pénétrait 2,50 mètres de béton. Janmary
  9. Et par Hitler lui même qui répugnait à des attaques suicides par ses pilotes ! Cas du V1 piloté. .La vitesse résultante des obus ayant un prolongement de trajectoire sous-marine est parfois suffisante pour percer un blindage. 1° - C'est le cas des bateaux à voiles dont la vitesse résultante du boulet était suffisante - sous l'eau - pour percer la coque du vaisseau. Cela était même conseillé de tirer les boulets de cette façon. 2° - Lors du premier conflit mondial, (et même avant) des bâtiments de guerre furent endommagés et coulés de cette façon, par des tirs courts d'obus explosif explosant parfois dans les ouvres vives du batiment, munitions ou machines... Il existe des explications dans les ouvrages de Camille Rougeron, ingénieur du Génie Maritime, qui fut un grand innovateur en matériels de guerre et rattaché au Ministère de l'Air avant la seconde guerre mondiale sous la forme de = L'aviation de bombardement en deux volumes de 1936 (!) réédité chez Lavauzelle en 2003 qui explique les fondements de base des armes tels bombes, torpilles, perforation, dégâts, etc.). Un vrai cours d'armement ! 3° - En ce qui concerne le dépôt de munitions sous l'eau, je doute, en effet, Rob1 . Dans l'Armée, pour se débarrasser de matériels divers et de munitions, on jette à l'eau. La baie de Nouméa (matériels US) et celle d'Alger (lors de notre départ) en 1961/1962 en sont l'exemple. Sous l'eau, les munitions doivent être - normalement - protégées par un ouvrage ou par caisson dument étanché. D'autant qu'à 30 mètres sous l'eau, la pression est de 30/10,33 = environ 3 kg par mètre carré !. Sous terre, l'onde de choc d'un obus ou d'une bombe à une atténuation de 10 fois moindre qu'à l'air libre (dont la loi d'atténuation du souffle décroit comme la racine cubique de la distance). Ce phénomène fut appliqué par Barnes Wallis de chez l’avionneur Vickers, qui créa les bombes dite "sismique" explosant à grande profondeur sous terre, contre les barrages de la Ruhr et bien d'autres applications comme les fondations des viaducs qui s’effondraient par suppression de leurs fondations, etc. Sans compter tout ce qui était sous terre ! > Un obus de gros calibre, avec un détonateur à déclenchement retardé afin de pénétrer assez profondément dans le sol, peut donc faire exploser un dépôt souterrain à cette profondeur. > Sous l'eau, les variables sont le poids de l'obus (donc gros calibre) et vitesse résultante importante au contact de l'eau.Les lois du hasard y sont aussi pour quelque chose à mon avis ! Bonne question Rob1
  10. Il y avait également le Fieseler Fi 103 R "Reichenberg", version pilotée de la bombe volante V1. Il était construit avec le fuselage de la V1, du pulsoréacteur, avec un cockpit, un poste de pilotage et de pédales de commandes du gouvernail. Les premières versions étaient instables et tuèrent plusieurs pilotes lors des essais. Ce fut la célèbre aviatrice Hanna Rieitsch qui le testa, trouva la cause du problème (un décentrage) et se blessa grièvement lors de l’atterrissage. Cet engin n’a jamais volé au combat. https://fr.wikipedia.org/wiki/Fieseler_Fi_103R_(Reichenberg) https://fr.wikipedia.org/wiki/Hanna_Reitsch
  11. Il s'agissait d'une ile flottante ou aéroport(s) dans l'Atlantique pour la traversée de cet océan sans passer par l’itinéraire Nord (Canada, Groenland, Irlande et Écosse). Il(s) étaient constitués de flotteurs de forme hexagonales en liège de plusieurs mètres de hauteur (fonction des charges des appareils pouvant utiliser cet aéroport). Ils étaient réunis par des tendeurs et une grosse toile formant raidisseur de surface pour qu'à l’atterrissage (et décollage) , le poids de l'appareil repose sur une grande surface. Un petit aéroport à été construit pour tester la validité du système qui ne fut pas entrepris du fait de l'immensité nécessaire pour un trafic important d'avions lourds (bombardiers, transports, etc.) . Des photos existent toujours car celles que je possède sont de 1945/1946 dans diverses revues de l'époque..
  12. Quand le général Mac Arthur pris le commandement des forces d'occupations au Japon, il pris plusieurs mesures assez rapidement dans le cas du traitement des militaires Japonais et du Japon = 1° - Il ne poursuivi pas en Justice les principaux acteurs de l'Unité 731 sous réserve de collaborer avec les Autorités US (comme les scientifiques Nazis d'ailleurs comme Von Braun et bien d'autre) sur leur réalisations et les travaux futurs à développer !.. 2° - Il fit ramasser tous les sabres de Samouraï y compris des plus anciens et les fit immerger en fosse profonde dans l'Océan Pacifique. 3° - Il fit détruire les synchrotrons et synchrocyclotron croyant que ces appareils de recherche atomique pouvaient contribuer au développement et à la réalisation d'armes atomique ! Ainsi vont les événements !
  13. https://fr.wikipedia.org/wiki/Far_Away_:_Les_Soldats_de_l'espoir Sur la chaine OCS "ACTION" (N° 58 d'Orange) = aujourd'hui à 15h01 Rediffusion Mardi 10 sept. 2019 à 14h41 Rediffusion Samedi 14 sept. 2019 à 13h01 Rediffusion Lundi 16 sept. 2019 à 22h38 Rediffusion En Replay Sur Action jusqu'au 05 octobre Replay
  14. Merci Kiriyama. Vos commentaires sur cet ouvrage m'incite à l'acheter. Je connais un peu les éditions Heimdal car il y a fort longtemps, j'avais rencontré un auteur dans une librairie de la cote Normande à Blonville dans le Calvados avec lequel j'avais discuté des livres et éditions diverses et de la visite des ouvrages souterrains à visiter avec précaution dit de la "Corniche" . Il était souhaitable d'avoir un guide pour ne pas se perdre dans ces ramifications importantes de ce contexte ! J'avais acheté les deux volumes de "Randonnées et patrimoine en pays D'Auge" dédicacé par cet auteur, Mr Jacques Lalubie en septembre 1983 !
  15. Merci Pascal pour cette information. Je vais acquérir cet ouvrage de ces éditions. Passionné d'Histoire, c'est quand même les conflits du Pacifique et de la Chine qui reste en tête de mes pôles d'intérêts ! Guérillas et aéronautique en Chine et les combats sur de vastes océans mêlant bateaux et avions de tous types avec des troupes aguerris aux débarquements et au combats de jungle me semble des plus difficiles à coordonner dans le cadre d'opérations combinées aéronaval ou aéroterrestre. Nombre de sujets traitants ces sujets sur ce forum sont des plus passionnants et instructifs. N'est pas Pascal ?