Janmary

Members
  • Compteur de contenus

    590
  • Inscription

  • Dernière visite

Réputation sur la communauté

474 Excellent

À propos de Janmary

  • Rang
    Connaisseur
  • Date de naissance 10/01/1942

Profile Information

  • Gender
    Not Telling
  • Location
    Touraine
  • Interests
    Supprimés par Janmary
  • Pays
    France

Visiteurs récents du profil

988 visualisations du profil
  1. Bonjour Bienvenue sur le forum Bonne chance pour vos projets. Au plaisir de vous lire Janmary
  2. Bonjour Bienvenue sur le forum Bonne chance pour vos projets. Au plaisir de vous lire Janmary
  3. Hors Sujet Je fais suite à l’excellent post d’Ioki et de cracou concernant les Bombardiers B-17 = « Le B17 en décembre 1941 n'est pas au sommet de la lutte antinavires (voir les résultats déplorables à Midway) ni en appui au sol : le bombardier est certes peu vulnérable mais sa précision est déplorable sur des cibles mouvantes ou petites et évidemment il est très vulnérable au sol » De tout temps, et ce depuis l’Antiquité, dans la stratégie et la tactique militaire, il y a lieu de distinguer les tirs de précision et les tirs sur zone. > Tir de précision = Sur la flèche qui éborgna Philippe de Macédoine, on trouva – dit-on – un message précisant qu’elle était destiné à son œil droit. Le général Thiebault rapporte qu’au camp de Tilsitt, doutant de la valeur des archers bachkirs de la Garde Russe, il perdit 3 sur 4 des écus offerts à qui les atteindraient à cent pas. Au pays de Guillaume Tell ; un demi-million de citoyens-soldats se croiraient déshonorés s’ils ne consacraient pas leur matinée du dimanche à s’entrainer au stand de tir. > Tir sur zone = Ce sont les prouesses des cavaliers parthes lançant leurs flèches par-dessus l’épaule à la limite de portée – dans des conditions excluant toute précision - qui furent les seuls adversaires de la Légion qui aient pu l’arrêter a l’époque de sa splendeur. C’est Carnot qui démontra par la suite la supériorité du tir sur zone en dépouillant « les journaux de siège » pendant l’avènement de Bonaparte. Carnot compara les consommations de munitions du défenseur et les pertes infligées à l’assiégeant. Il conclut que les résultats seraient bien meilleurs si on lançait au hasard – en tir courbe – des projectiles dans le secteur de l’attaque. Ce fut le début des mortiers. >> A l’époque de la construction des premiers bombardiers lourds, c’est le tir sur zone qui leur était alloué contrairement à toutes les prétentions des Etats-majors voyant un bombardier invulnérable aux chasseurs et à l’artillerie anti-aérienne et capable de stopper toute flotte en mouvement se dirigeant vers les Etats-Unis. Le tir de précision était exclu qu’il soit dirigé contre des navires, des ponts, voies ferrées, etc. Par contre, leur succès fut celui de flottes au mouillage (objectif fixe) tel la flotte Française renfloué à Toulon et bien sur des villes. >> Le tir de précision était celui des bombardiers en piqués ou en semi-piqués dont le plus connu fut le « Stuka ». Le pilote « faisant corps » avec son appareil pour larguer a bout portant sa bombe. Pour les passionné, je conseil la lecture des 2 ouvrages de Camille Rougeron (ingénieur du Génie Maritime et spécialiste de armements novateurs) «L’aviation de bombardement » de 1936 qui eu un gros succès à l’époque ou il fut invité en Union Soviétique entre autre ou il explique tous les types de bombardement, sur zone, de précision, voies de chemin de fer, barrages, centrales hydroélectriques, immeubles d’habitations, gros canons sur chasseurs, bombe fusées, bombe planantes, attaque du navire protégés, des convois, des torpilles avions a fusées, etc.etc.Il est toujours réédité et disponible chez Lavauzelle. (Par internet). Pour la petite histoire, mon père, ingénieur radioélectricien dans ses jeunes années, travaillait à cette époque au sein de la société Nardeux en Indre et Loire. Le directeur était un ancien officier de l’Armée de l’Air et cette firme travaillait beaucoup avant et après guerre pour l’armée. Voulant prouver ce que pouvait donner les nouvelles techniques de radioélectricité et plus particulièrement les télécommandes, ils présentèrent une voiture au salon de Tours (en 1938 je crois) – sur un banc – ou les roues tournaient, le volant également et le moteur accélérait et décélérait. Stupeur totale du public. Dans la foulée, la guerre approchant et ne voulant pas rester immobile, ils décidèrent que le dénommé Hitler devait être « neutralisé » et....peut-être pas de guerre ! Donc, ils s’attaquèrent à une bombe (en bois) radioguidée. Petite hélice pour l’énergie, et gros tubes radio à l’époque noyé dans de la cire pour éviter chocs et trépidations. Sur l’établi, tout fonctionnait normalement y compris l’amorçage de l’engin après un certain de tours de la petite hélice Présentation au service du matériel aéronautique comme ébauche de projet. Réplique sans appel = Que la société se contente de fabriquer le matériel pour lequel l’armée l’honorait de ses contrats. Le projet était impossible à réaliser, etc.etc. Quand on veut tuer son chien, on lui trouve toute les maladies ! C’était l’époque ou l’ingénieur Suisse Mohaupt présentait la charge creuse à nos services qui refusèrent ayant assez de canons antichars pour ce travail, etc. etc. Ce furent finalement les parachutistes allemands qui l’employèrent sur les coupoles du fort d’Eben Emaël en Belgique. Il fallut attendre les bombes radiocommandés AZON (AZimut ONly) employés en Birmanie en 1944 contre les ponts, puis les bombes planantes BAT équipés d’un RADAR en 1945 et se dirigeant automatiquement vers les navires et l’arsenal de bombes allemandes utilisées en Méditerranée en 1943 /1944 avec succès (contre le cuirassé ROMA entre autre) avant leurs brouillages radio les rendant inefficace. A l’arrivée des troupes allemandes, mon père s’éclipsa de la société ce qui lui évita d’aller travailler en Allemagne comme « technicien » et en rentrant à la sncf ou le personnel restait en place et à son poste car la sncf était vital pour les allemands en matière de transport. Ce fut une autre « aventure » La vie n’est pas toujours un log fleuve tranquille ! Janmary Fin du Sujet
  4. Bonjour Bienvenue sur le forum Bonne chance pour vos projets. Au plaisir de vous lire Janmary
  5. Hors Sujet RENAUD Patrick-Charles a beaucoup écrit sur l'Algérie, en particulier au niveau des actions individuelles. Il a recherché des contacts au niveau des militaires (professionnel et du contingent) ayant servi dans ce pays afin d'avoir de multiples informations. Historien indépendant, il fournit une dédicace - si demandée - à chaque commande de ses ouvrages. On peut citer, parmi ses livres = > "Se battre en Algérie", > "Guerre d’Algérie, une génération sacrifiée", > "Algérie, chronique d'une guerre amnésique", > Etc.Etc. Fin du Hors Sujet
  6. Bonjour Bienvenue sur le forum Bonne chance pour vos projets. Au plaisir de vous lire Janmary
  7. Bonjour Bienvenue sur le forum Bonne chance pour vos projets. Au plaisir de vous lire Janmary
  8. Ce n'est pas dans ce sens vraiment que je formulais mon post, Collectionneur. Visiblement, nos parlementaires n'avaient pas étudiés les enseignements de la guerre de sécession aux États-Unis, c'est à dire concentration et les déplacement par chemin de fer, l'observation aérienne par ballon, transmission par télégraphe, tranchées parfois recouvertes et barbelés, uniformes neutre (bleu pour la Fédération et gris pour la Confédération), canons d'appuis de l'infanterie et début d'utilisation des mitrailleuses. L’Allemagne, quand à elle, avait développé la tenue Felgrau pour ses militaires avec le casque avec le tissu anti-visibilité, les mitrailleuses en première ligne, etc. C'est donc dans l'esprit de nos parlementaires (et des généraux haut placés) qu'il y avait un manque de réflexions a part la charge à outrance (Clemenceau "l'Offensive sied à nos soldats", etc).. Du reste, cela est bien mis en évidence par le texte ci-dessus = A l'instar de la tenue böer, nous avions là une tenue de campagne simple, pratique, hygiénique, peu coûteuse. Malheureusement cette tenue, promise à un brillant avenir, perd son plus farouche défenseur, le ministre de la guerre Maurice Berteaux, tué par un avion lors d'un meeting aérien. Ainsi l'essai tourne court après les manœuvres du 6° corps en septembre. Son successeur, Messimy, se laisse convaincre par les nombreux opposants au vert réséda, de continuer les essais sur le nouvel uniforme. Il écrira pourtant dans ses mémoires: L'expérience ayant été concluante du point de vue tactique, j'estimais qu'elle était sans réplique et je me proposais de passer à l'exécution des marchés. Mais j'avais compté sans les journaux et surtout sans les commissions de la chambre; les uns et les autres furent d'accord pour réclamer "patriotiquement" le maintien du pantalon rouge et s'opposer à l'adoption de la nouvelle tenue... Je décidais donc qu'on devrait rechercher dans les teintes neutres une couleur plus plaisante que le vert réséda, auquel on avait opposé des critiques unanimes, et une tenue plus seyante que celle utilisées aux manœuvres. Si ce ministre a aussi écrit: Cet attachement aveugle et imbécile à la plus voyante de toutes les couleurs devait avoir de cruelles conséquences, on ne peut qu'être étonné qu'il n'ait pas plus insisté pour faire adopter la tenue réséda. A mon avis, un beau sujet, Gibbs le Cajun avec de belles photographies.
  9. J'ai le livre d'Histoire de mon Grand-père paternel et des coupures de journaux de débats de l'Assemblée Nationale. C'est irréaliste. Nos soldats devaient porter le pantalon rouge, couleur du sang (!!!). Les parlementaires demandant ou exprimant des avis tel que l'uniforme devaient être adaptés à l'environnement étaient considérés comme anti-patriotes, et ce terme n'était pas terne l'époque car synonyme littéralement de traite à la Nation et à la Patrie. Débat intéressant à plus d'un titre !
  10. Bonjour Une historienne ? Alors un plus pour le forum ! Bienvenue. Quel partie de la seconde guerre mondiale plus spécifiquement ? Bonne chance pour vos projets. Au plaisir de vous lire Janmary
  11. Bonjour Bienvenue sur le forum Bonne chance pour vos projets. Au plaisir de vous lire Janmary
  12. Bonjour Bienvenue sur le forum Bonne chance pour vos projets. Au plaisir de vous lire Janmary
  13. Bonjour Bienvenue sur le forum Bonne chance pour vos projets. Au plaisir de vous lire Janmary
  14. Les vieux n'aiment pas les changements ils préfèrent la politique de l'immobilisme. Merci pour l’appellation de vieux. Je viens d'avoir 75 années et je suis obligé de constater au fil du temps la lente dégradation de la politesse et de la courtoisie. Sur un forum de qualité tel que le notre, je pense que l’appellation "ancien" ou les "plus anciens" pourraient être plus appropriés. Je laisse là la controverse car pour l'immobilisme, la aussi il y a à redire au vue de nos activités de Président d'Associations ou de gestion de nos copropriétés ! Les "jeunes" ne se précipitent pas. Cordialement.
  15. Bonjour Bienvenue sur le forum Bonne chance pour vos projets. Au plaisir de vous lire Janmary