Janmary

Members
  • Compteur de contenus

    626
  • Inscription

  • Dernière visite

Réputation sur la communauté

531 Excellent

À propos de Janmary

  • Rang
    Connaisseur
  • Date de naissance 10/01/1942

Profile Information

  • Gender
    Not Telling
  • Location
    Touraine
  • Interests
    Supprimés par Janmary
  • Pays
    France

Visiteurs récents du profil

1 164 visualisations du profil
  1. Ce qui est noter, c'est que dans l'Armée Britannique, un officier,ou un officier général peut-être nommé à titre provisoire à un grade supérieur pendant une bataille, un conflit ou une fonction particulière que ce soit en temps de guerre ou en temps de service . Durant le second conflit mondial, en Asie du Sud-Est, en Birmanie, plusieurs colonels furent nommés "général" à titre temporaire. On peut citer le successeur du général Orde Wingate, décédé lors d'un crash aérien durant la campagne et l'offensive des Chindits en Birmanie. Ce fut le général James Michael Calvert (Lieutenant-colonel à "Brigadier" pour général de brigade dans la terminologie Britannique) qui était de son État-major et commandant d'une des brigades engagés dans l'offensive, à savoir la 77° brigade. https://en.wikipedia.org/wiki/Mike_Calvert .
  2. 1° - Il y a le général Leclerc, le général Juin et le général Koenig également pour la période post second conflit mondial. Le général Leclerc de Hautecloque, le général de Lattre de Tassigny et le général Koenig furent fait Maréchal à titre posthume. 2° - Pour la première guerre mondiale, voir Wikipedia = > Les maréchaux des années de guerre : Joffre, Foch, Pétain > Les maréchaux de l'après-guerre (1921) : Franchet d'Espèrey, Lyautey, Fayolle, Gallieni > L'élévation tardive de Maunoury (1923) http://www.livresdeguerre.net/forum/sujet.php?sujet=1356 3° - La liste des Maréchaux sous les divers régimes. https://fr.wikipedia.org/wiki/Maréchal_de_France
  3. Gibbs le Cajun J'ai vu que la France avait participé à la modernisation de la flotte nipponne avant la 1ère guerre Mondiale ainsi que de la création de leur armée de l'Air . Est-ce que cette influence s'est ressenti dans la construction des navires nippon qui combattront durant la WW2 ? HORS SUJET Oui Gibbs le Cajun. Ce fut au moment de la guerre russo-japonaise de 1905. 1° - Il y eu des facteurs qui ont permis la victoire surprise des Japonais (dont Louis-Emile Bertin, ingénieur naval Français). Il y a des ouvrages dont le but est l’étude des stratégies politique et militaire Chine-Japon depuis les origines et parlant de ce conflit. Je pense à l’ouvrage – qui vient d’être réédité – qui part de l’ouverture du Japon aux Bombes atomique, c'est-à-dire la Grande Histoire du Pacifique. La Guerre du Pacifique Nouvelles histoire à partir d’archives restées jusqu’ici secrètes. Volume 1 = Des Origines u conflit aà Midway et Guadalcanal Volume 2 = Des Prémices de la Victoire à l’Apocalypse d’Hiroshima De John Costello Chez Pygmalion 1982 Note = Réédité en un seul volume récemment 2° - Dans l’ouvrage en question, il est fait mentions d’officiers Russes des plus compétents et tués dès le début des combats. Au sein de l’État-major Russe, le terme pouvant les définir était « des ganaches » dont un général chargé des défenses et qui jeta l’aprobe sur les forces de son pays. Néanmoins, les combats furent dures et Russes et Japonais très combatif. Les Russes furent perdus par une stratégie déficiente et moins efficace que celle des Nippons dont les pertes furent lourdes. Je puis essayer de relire le chapitre et écrire un résumé éventuellement. 3° - En ce qui concerne le coté navale de ce conflit, c’est Louis-Emile Bertin, Français, ingénieur naval du Génie Maritime, qui – détaché au Japon - assista les Japonais lors de la création et de la construction des croiseurs dit « protégés » qui furent engagés dans cette bataille, et dont les officiers étaient....britanniques. Inventeur du caisson cellulaire et ceci sur une grande longueur du bâtiment, il insista lors de son départ du Japon, pour que les Japonais – au lieu de combattre sur une ligne de front comme depuis l’époque de Lissa – attaqua avec le retour au combat en ligne de file et n’eurent au Yalu, que de se féliciter d’avoir fait choix de cette proposition de Louis-Emile Bertin. Pour plus d’information = http://fr.wikipedia.org/wiki/Louis-Émile_Bertin http://ecole.nav.traditions.free.fr/pdf/1_bertin2012.pdf http://ecole.nav.traditions.free.fr/pdf/2_bertin2012.pdf http://ecole.nav.traditions.free.fr/pdf/3_bertin2012.pdf http://ecole.nav.traditions.free.fr/pdf/4_bertin2012.pdf http://ecole.nav.traditions.free.fr/pdf/5_bertin2012.pdf FIN DU HORS SUJET Janmary
  4. Oui, en effet, Arka_Voltchek. Du reste, les phénomènes décrits devaient être plus important sur des tourelles comportant du 406 que du 380 ou du 380 par rapport aux 340. Car la puissance d'un canon s'exprime mathématiquement par le cube du calibre du canon. Ainsi le 406 fournit une puissance de 66 923 416 (unités). Ainsi le 380 fournit une puissance de 54 872 000 (unités) Ainsi le 340 fournit une puissance de 39 304 000 (unités) On voit donc que la puissance et l’énergie à la bouche du canon augmente vite suivant les augmentations de calibre. Les problèmes de dispersion devaient donc s'aggraver à mon avis avec la puissance de l'arme qu'était le canon. J'ignorais ces éléments. Merci pascal.
  5. Oui, en effet, Benoitleg. Les classe Normandie et Lyon avaient des affuts de 340 mm (380 mm pour le Richelieu), donc avec des vitesse de l'obus moins importante et une énergie plus faible que ceux du Richelieu. C'est la raison pour laquelle je disais que l'étude n'avait pas été réalisée sur ce type nouveau de tourelles avec les problèmes survenus par la suite au moment des tirs du Richelieu. Cordialement..
  6. Mon père a fait son service militaire sur le Richelieu (après la guerre). Marqué à jamais. Ce qu'il m'a raconté c'est qu'il y avait aussi à l'origine une dispersion très importante lors d'un tir en salve d'une tourelle 380, le souffle des tubes se perturbant les uns les autres. La solution a été de décaler (de mémoire 0.5 seconde) les tirs des tubes (1+3 puis 2+4). Les tubes sont effectivement très proches comparé aux autres tourelles de l'époque. C'est exact Ponto Combo. Ce fut une innovation de réaliser une tourelle quadruple dans notre marine avec des canons aussi prés les uns des autres. Les perturbations engendrées par cette proximité des tubes lors des tirs n'ayant pas été anticipées pour diverses raisons. qu'il s'agisse de la classe Dunkerque ou celle du Richelieu ce n'était pas des bons navires alors ? Cette idée de concentrer toute l'artillerie sur 2 tourelles ce n'était pas un peu saugrenue ? Risque de perdre la moitié de son artillerie sur un seul coup au but .. Les soucis étant la limitation des tonnages des cuirassés d'une part (35.000 tonnes dit Washington) et le calibre de l'artillerie (380 mm,) des accords de Washington entre les deux guerres en 1922 (qui limitèrent également les les tonnages et les calibres de l'artillerie sur les croiseurs dit lourds et légers et le nombre par Nations) . Ce sont donc les paramètres vitesse (cuirassé lent à 22/23 nœuds tel les Nelson et Rodney et artillerie puissante tel le 406 mm ou les cuirassé rapide tel le Dunkerque et le Richelieu à 28/30 nœuds et une artillerie de 380 mm) et la protection des cuirassés qui interviennent dans "l'équation" du cuirassé. Le nombre de cuirassé (et croiseurs), leurs tonnages, leurs artilleries (ainsi que les porte-avions) étant limités en nombre par pays. Pour arriver au maximum autorisés de ces paramètres, l'une des solutions fut la concentration de l'artillerie en deux tourelles quadruple. En cas d'échange de tirs au combat c'était effectivement , Lézard-vert, une possibilité que de voir la moitié de la puissance détruite par un coup bien placé. Les Britanniques, du reste conçurent le Nelson et le Rodney en 3 tourelles triples de 406 mm concentrées sur la plage avant et ce dès le lancement de ces bâtiments en 1925. Janmary
  7. Bonjour Bienvenue sur le forum Bonne chance pour vos projets. Au plaisir de vous lire Janmary
  8. Zamorana "Quand à la possibilité d'une invasion par les soviétiques, les japonais y croyaient vraiment". Il suffit de lire les archives Japonaises pour s'en convaincre. L'Empereur fut persuadé avec l’entrée en guerre des Soviétiques et le lancement de la première bombe atomique (avant le lancement de la seconde) que les Soviétiques avaient pour but l'occupation du Japon avant le Américains et la fin de la dynastie Impériale. Les Japonais avaient dès 1944 demandés aux USA les conditions de la reddition du Japon avec le maintien de la Souveraineté de l'Empereur du Japon. La réponse fut "Condition inconditionnelle de l'Empire du Japon" Quand les Japonais renouvellent la reddition du Japon en 1945, ile récidivèrent avec la clause Impériale. Même réponse. Les Japonais acceptèrent la reddition. Quelles furent les conditions émises par le général Mac Arthur en tant que "Consul" et commandant en chef des Forces d'occupation concernant la famille Impériale ? La famille Impériale fut exonéré de rendre des comptes à un tribunal (dit de Tokyo, pendant de celui de Nuremberg en Allemagne). L'Empereur perdit son statut de "divinité" et le général fit sa politique d'occupation avec le soutien de l'Empereur. et par son intermédiaire.. Ce fut une politique pragmatique basé sur les réalités concernant le peuple Japonais envers son souverain défendu par les connaisseurs de l'Asie et du Japon, tel l'Ambassadeur américain Crew en poste à Tokyo. A Washington,ce fut un autre son de cloche. Le résultat fut que la politique du général ne fut pas entravé par les Japonais car ayant le soutien de l'Empereur (forcé certes mais réel). Par contre, Mac Arthur fit quelques gaffes" aujourd’hui décriées tel = > L'accord concernant les recherches Japonaises en matière de guerre plus particulièrement biologique et le résultat des expérimentations en Chine de l'Unité 761. Les scientifiques et militaires - en contrepartie des informations données - ne furent pas poursuivis devant le tribunal de Tokyo en tant que criminels de guerre. > La destruction du cyclotron de recherche scientifique fondamental sur l’énergie atomique. > La confiscation de tous les "katana" (sabre Japonais), "tanto" (couteaux Japonais), armes des plus anciennes, et plusieurs fois centenaires furent jetés dans la plus grande fosse marine de l'Océan Pacifique. Comme chacun sait, il fut relevé de son commandement par le Président Truman durant la guerre de Corée (1950-1953) pour avoir informé les Chinois, les Soviétiques et la Corée du Nord qu'il allait employé la bombe atomique pour régler le conflit, alors que la politique du Président était la "temporisation" Il y a un sujet à écrire sur ce chapitre sur les erreurs voulues et non voulues du général et de ses décisions brillantes et moins brillantes sur ce champs de bataille, mais c'est une autre histoire.
  9. Eh ! Oui ! Collectionneur ! Le pire fut le retour du Bataillon du Pacifique (et des troupes dite "indigène" vers l'Afrique) qui n'avaient pas de bateaux pour le retour (il y en a eu pour leur départs vers le front occidental pourtant) qui couchaient à même le sol et ou l'intendance n'avaient pas les moyens de les nourrir !!! C'est la rapine de ces soldats envers leshabitants et les commerçants qui décidèrent les autorités a prendre des mesures après plus d'un an d'attente !!! Il y eu beaucoup d’amertume de ces engagés volontaires des années plus tard alors que leur indemnités d'anciens combattants leurs furent retirées (comme ceux d'Afrique du reste). Bir-Hakeim n'était pas rien et ils eurent l'impression d'être traités comme des inutiles de la République après tant de sacrifices !!! Janmary
  10. Une émission passionnante sur les chaines Histoire, Toute l'Histoire et National Géo, viennent de diffuser "l'occupation" de la Nouvelle Calédonie par l'armée américaine, avec une division, puis une armée entière, pour faire face au déferlement éventuel Japonais vers l'Australie et la Nouvelle Guinée. Hallucinant ! > Le Capitaine de vaisseau, puis amiral d'Argenlieu ayant la prétention d'en prendre le commandement. > Les Américains construisirent les routes et ponts inexistant avant leurs arrivées. > Le personnel des usines de d'extraction et de traitement du nickel quittèrent en partie leurs emplois et travaillèrent pour l'Armée US car très bien payés. > Quand les hommes du Bataillon du Pacifique (Polynésiens et Nouvelle Calédonie) revinrent (en 1946 car pas de bateau pour les ramener) sur l'ile avec une maigre solde, ils furent stupéfiés du changement et du niveau de vie. > Quand les américains repartirent en 1945 et 1946, les forces US ne pouvaient pas tout ramener le matériel , et laissèrent Jeep ( et camions ainsi que divers matériels). Le général de Gaulle, assez ulcéré du comportement "Américain" des habitants de l'ile, fit mettre dans le lagon tous ce matériel au nom que cela pouvait nuire au développement et la reprise du travail !!! Et il vint seulement 10 ans plus tard en visite !!! > C'est le contingent Néo-Zélandais qui eut les pertes les plus importantes dans cette zone Pacifique et l'ile de la Nouvelle Calédonie entretien l'immense cimetière (magnifique) des combattants tombés de cette Nation. Janmary
  11. Bonjour Bienvenue sur le forum Bonne chance pour vos projets. Au plaisir de vous lire Janmary
  12. En effet Rob 1. Il est établi que les Britanniques sont des spécialistes du combat en jungle. Concernant le CLI, le 5° RIC, les Marsouins, il existe 4 fascicule édités par les éditions Heimdal, 39-45 magazine, en photos, avec texte, évoquant les combats avec le général Leclerc et la 2° DB et le "Punch" commandant Ponchardier, et écrit par René Bail et Jean-Pierre Bernier.. > Indochine 1945-1954 1 - La reconquête (225 photos) > Indochine 1945-1954 2- Haïphong - Hanoï > Indochine 1945-1954 3 - La guerre > Indochine 1945-1954 4 - Le tournant
  13. Quand on évoque la guerre dans la jungle, nous pensons bien sur aux "Chindits" mis sur pied par le général Orde Wingate sur le front Birman, un original ayant pratiqué avec succès la guérilla avec les colons Juifs de Palestine contre les Arabes (déjà !) et la guérilla contre les Italiens en Éthiopie qui se termina par la capitulation de ces derniers. Il mis au point diverses techniques dont la pénétration en profondeur ravitaillé par avions de transport pour toute la logistique.Il détruisit les arrières Japonais (source Japonaise des généraux Nippons). Bien sur, il fut particulièrement critiqué par sa hiérarchie, qui ne voulait pas entendre parler de lui tout comme Sterling en Libye avec la création du SAS ou Spécial Air Service mais il fut soutenu par Churchill lui même et le général Wawell qui venait d'être nommé Vice-Roi des Indes. Il mourut prématurément dans un accident d'avion sans voir le résultat de son offensive. Il faut savoir qu'il fut créés des aérodromes avec des avions de combats et de transports dans les zones (bastions) tenus par les unités "Chindits" arrivés massivement par planeurs et qui pouvaient plier bagage pour aller s'implanter ailleurs. Un Biên Biên Phû mobile.en sorte. On comprend que sa hiérarchie le pris pour un fou ! Les Britanniques avaient également mis sur pied la Force 136 qui exécuta des opérations de destructions dans des territoires tenus par les forces Japonaises tel Bornéo, etc. Après la guerre, ce fut la Malaisie pour les Britanniques, l’Indochine pour les Français, etc. Les ouvrages Britannique et Japonais sur ce type de conflit sont passionnant.
  14. Bonjour Bienvenue sur le forum Bonne chance pour vos projets. Au plaisir de vous lire Janmary
  15. Bonjour Bienvenue sur le forum Bonne chance pour vos projets. Au plaisir de vous lire Janmary