MIC_A

Members
  • Content Count

    645
  • Joined

  • Last visited

Community Reputation

301 Excellent

About MIC_A

  • Rank
    Connaisseur

Profile Information

  • Gender
    Not Telling
  • Pays
    France

Recent Profile Visitors

The recent visitors block is disabled and is not being shown to other users.

  1. Tiens, pourtant j'avais réagis à un de tes messages ! Alors explique nous de quoi il en retourne sur cet article si ce nest pas de la biologie moléculaire? Posté hier à 17:41 (modifié) Le 03/04/2020 à 17:15, Akhilleus a dit : Le fait qu'ils ne sont pas habilités à manipuler des échantillons humains nin a rendre des résultats de biologie médicale à la fois pour des raisons administratives (il faut soit un pharmacien soit un médecin biologiste qui valide), techniques (ils n'ont jamais manipulés d'échantillons humains, ils ne sont pas reliés aux logiciels de rendus de laboratoires privés/hospitaliers) et procéduraux (quid de la validation de leur machine, je sais ca parait incongru en cette période mais je rappelle que pour changer UN réactif dans le test -et même pas le plus "sensible " techniquement parlant, aux USA il a fallut passer par une validation par la FDA) C'est au cas par cas, et au moins un labo qui fournit en réactifs l'IHU depuis la 3ème semaine de mars aurait eu les autorisations (non sans mal !). Depuis peu le labo réalise aussi des tests. Néanmoins, rien ne "transpire", dans la presse généraliste ! Article le plus récent dans la presse spécialisée : http://www.agra.fr/tests-covid-19-le-recours-aux-laboratoires-v-t-rinaires-est-l-tude-art461267-2488.html?Itemid=339 Mince, le lien donné est 'limité" en lecture ! Copie du texte : Vendredi 03 avril 2020 Tests Covid-19 : le recours aux laboratoires vétérinaires est à l’étude Cela fait trois semaines que les laboratoires vétérinaires et fabricants de diagnostics ont proposé leurs services pour réaliser, mais aussi produire des tests Covid-19. Ils ont les équipements et les compétences pour produire des centaines de milliers de tests par semaine. Mais les autorités sanitaires tardent à donner les autorisations. Le ministre de la Santé précise que la proposition est à l’étude « laboratoire par laboratoire ». Certains laboratoires vétérinaires ont proposé leurs services au monde médical pour la réalisation de tests Covid-19 à grande échelle, mais cela leur a été refusé par les autorités sanitaires pour motif juridique. L’Académie vétérinaire de France (AVF) a soutenu leur offre, dans un communiqué du 28 mars. « Les producteurs français de réactifs vétérinaires ont l’expertise du diagnostic des coronaviroses chez les animaux et la capacité de produire plusieurs centaines de milliers de tests virologiques et sérologiques par mois, souligne l’AVF. Par ailleurs, les laboratoires vétérinaires sont capables d’effectuer un très grand nombre d’analyses grâce à leurs automates et outils de diagnostic ». L’Académie nationale de médecine est venue le 30 mars renforcer cette demande dans un communiqué « dans le cadre de l’urgence sanitaire actuelle ». Des autorisations au cas par cas Lors de l’audition, le 1er avril, de la mission d’information de l’Assemblée nationale sur l’impact, la gestion, et les conséquences de l’épidémie de Coronavirus-Covid19, le ministre de la Santé, Olivier Véran, a précisé que le recours aux laboratoires vétérinaires et départementaux « pour augmenter nos capacités PCR » était à l’étude « laboratoire par laboratoire ». « Cela pourrait passer, ou par un transfert d’automates PCR vers des laboratoires de biologie médicale destinés aux humains, ou par l’autorisation de la réalisation de biologie médicale au sein de laboratoires expérimentaux qu’ils soient départementaux ou vétérinaires, ou par l’autorisation des laboratoires qui ne sont pas reconnus comme des laboratoires destinés aux humains à réaliser eux-mêmes ces examens », a-t-il précisé. Les vétérinaires ont une expérience des pandémies Le territoire français compte environ 80 laboratoires publics et une dizaine de groupes privés, mais aussi dizaine de sociétés qui fabriquent des diagnostics vétérinaires. Pour Jean-Luc Angot, président de l’Académie vétérinaire de France, « il est très dommage que, dans cette crise, les autorités sanitaires françaises n’utilisent pas les compétences du monde vétérinaire sur les pandémies, sur une approche par population et non par individu, et sur sa connaissance des coronavirus responsables de nombreuses maladies des animaux domestiques ». D’autres pays n’ont pas attendu. C’est le cas des États-Unis, de l’Allemagne, de la Belgique ou encore de l’Italie. « On parle beaucoup de la continuité entre santé humaine et santé animale, avec le concept ‘One health’. C’est le moment de le mettre en œuvre », poursuit Jean-Luc Angot. Jusqu’à 300 000 tests PCR par semaine Qu’attend donc la France pour faire sauter son carcan réglementaire ? Pour Jean-Louis Hunault, président du syndicat de l’industrie de la Santé animale (SIMV), il est normal que chaque fabricant de diagnostics disposant d’un test Covid-19 doive déposer un dossier auprès du laboratoire national de référence afin que ce kit soit validé (pour les coronavirus, c’est l’institut Pasteur). « En revanche, c’est incompréhensible que l’État tarde tant à faire appel à nos unités de production de tests PCR qui sont mobilisables immédiatement. Trois groupes ont répondu positivement (Idexx, Biosellal et IDVet) et ils peuvent produire 150 000 à 300 000 tests par semaine ! Nos kits peuvent être produits en 14 jours et ils seront utilisables par tous les laboratoires d’analyses humaines et vétérinaires », explique-t-il. À noter que la capacité actuelle de tests en France est de 20 000 par jour selon Edouard Philippe. « Nous sommes en guerre ou pas ? Nous avons le sentiment d’être sur un porte-avions et de nous occuper à refaire la peinture ! Nous attendons un message clair de l’État sur la mobilisation de nos entreprises. Il nous faut un encadrement juridique.
  2. Bah, alors faudra que tu te contentes de la communication de ceux qui savent ! Bah, reste sur la communication de ceux qui savent ! Les bonnes questions faudra les leurs poser à eux !
  3. Je viens de te l'expliquer, oui on avait tout à disposition et les intéressés s'étaient proposés voilà 3 semaines, mais .... Notre ministre de la santé viens de confirmer que dès lundi ils seront enfin mis a contribution et ça va changer d'échelle. Les réactifs vétérinaire fonctionnent pour les tests usités et sont compatibles avec les machines des labos officiels, on dispose de fabricants en France capables d'en produire de grosses quantités. D’où ma remarque sur ton post, j'ai posté des liens bien avant qui détaillent une partie de la problématiques et tergiversations alors que d'autres pays les ont mis à contribution sans sourciller très tôt ! Il serait temps de se focaliser sur l'éradication de cette pandémie que l'on peine à contenir avec tout les moyens à disposition et définir une ligne claire en haut lieu pour avoir enfin un coup d'avance plutôt que deux de retard ! Ce qui importe c'est que quels que soient les traitements proposés on sauve un maximum de vies. Rien à battre qu'un tel fasse mieux ou moins bien que l'autre du moment que tous travaillent à l'unissons et là on est loin du compte !.
  4. Ceux qui n'ont pas de symptômes sont soit des porteurs sains soit ils ne l'on pas ou la charge virale n'est pas assez élevée pour la détecter ! Hormis les porteurs sains qui ne présentent aucuns symptômes de la maladie, personnes ! Mais ça reste ton interprétation et je ne l'ai pas compris comme tu le sous entends ! Dépister et isoler plutôt que confiner (pis aller) ou on nous montre en exemple Singapour ou Taïwan ! Tester un maximum de personnes présentant des symptômes et les orienter suivant le degré d'atteinte et surtout détecter les asymptomatiques vecteurs de la propagation de la pandémie et isoler tout ce petit monde plutôt que de voir des vagues continues submerger les hôpitaux dans certaines régions ! Prioriser les tests des personnels en premières lignes certes mais avait t'on mis toutes les ressources disponibles du pays à contribution ? Apparemment, non, puisque il apparait aujourd'hui que l'on aurait pu faire des centaines de milliers de tests par semaine via toutes ces ressources à notre disposition à l'instant "T". Comme d'autres pays l'ont fait mais il me semble que ce n'était pas la stratégie de départ ! Alors, si c'était une question d’Éthique/juridique, pourquoi ne par avoir étudié la solution proposée depuis trois semaines par des scientifiques et responsables vétérinaire (Académie, labos publics/privés, fabricants) ? Ces derniers disaient haut et fort qu'ils pouvaient grandement soulager les labos hospitalier et produire en masse des tests et des réactifs ! C'était quoi la communication déjà : "Ce n'était pas la stratégie de départ de la France" et ensuite : "On manque cruellement de réactifs et de tests, donc on en fait moins" ! Le premier ministre, il devrait arrêter de raconter des craques et détourner l'attention par la même occasion, en attendant, contraint et forcé il y viens avec toujours beaucoup de retard à l'allumage. Mais il n'est pas dit que la stratégie de départ varie beaucoup.
  5. Il ne le conseille plus dis-tu ? Revois tes sources, il l'a en live régulièrement ! L' information est tombée, Olivier Veran, dès lundi tous les labos : Hospitalier, de ville, départementaux, vétérinaire de recherche seront mis à contribution pour tester le covid-19! Merci qui ?
  6. Des sources j'en ai aussi, mais là ça tourne au règlement de compte ! En attendant, faudra que les autres le remercient pour avoir débloqué une situation plus tenable qui aurait pu être fait bien plus tôt. Le "temps de guerre" est-il toujours d'actualité ou on serait passé à autre chose entre temps ?
  7. Faux, lui est passé par un canal alternatif en secouant le cocotier, c'est pas faute de l'avoir écrit "x" fois ! Si les autres avaient appuyés au lieu de s'évertuer à le dézinguer, ils auraient pu en faire une palanqué ! Le résultat est que ça avance, doucement, les autorisations commence à être données aux labos vétérinaire.
  8. Toi tu suis pas correctement le fil, sinon tu saurais que les solutions existent mais le GVT tergiverse !
  9. A Marseille soit c'est la "bonne Mère" qui les protège, soit St Raoult y est pour quelque chose ! Va quand même falloir un jour arrêter de dénigrer systématiquement et déformer les propos de Raoult ! Le traitement ne fonctionne plus sur les cas graves, dit et répété par l'intéressé lui même, il a posé les jalons et est parti sur du dépistage massif et un triage si contaminé suivant un niveau d'atteinte précis (affection pulmonaire naissante) et soulager les hôpitaux. A croire que beaucoup de gens dans ce pays lui souhaitent un échec patent, hors depuis le début il propose quelque chose (contrairement à d'autres) et il met en application. Les moyens, il sait les obtenir et dans ce domaine ça fait grincer beaucoup de dents ! https://www.laprovence.com/article/papier/5951340/25-des-marseillais-depistes-cest-mieux-quen-coree.html Regarder sur le suivi du Figaro au jour le jour par départements et en se basant seulement sur les malades hospitalisé, à différent stades (réanimation) et décès ! Peut être un nouveau haut lieu de pèlerinage à Marseille !
  10. Henry, pas de soucis de ce coté là et entièrement d'accord avec toi sur les moyens déployés par le régime pour enrayer l'épidémie. J'ai partagé mon inquiétude sur ce fil dès le début, et on m'a rie au nez en comparant les chiffres de mortalités communiqués similaire à la grippe saisonnière (certains se reconnaitrons). Donc, si c'était perceptible à mon niveau avec les informations nous venant de Chine, notre GVT devait en savoir un peu plus sur la question ! Mais, apparemment, l'énergie de ce dernier était focalisée sur les réformes et les élections ! Ajouté au sacrosaint déficit de 3% imposé au niveau Européen et aux coupes réglées partout ou les GVT depuis plusieurs mandatures se sont adonnés ! On récolte ce que l'on a semé et à la fin, on fera l'addition des centaines de milliards (voire bien plus) et du coût en vie humaine! Après les chiffres communiqués par le Chinois sont tellement bas rapportés à la mobilisation de tels moyens que je ne peux m'empêcher de tiquer et je ne suis pas le seul ! Les courbes de mortalités sont quasiment identique d'un pays à l'autre du coté des plus touchés avec un nombre bien inférieur au départ de contaminés par rapport à la Chine ! Ta propre étude elle est basée sur des chiffres rapportés par la population de ces régions ou seulement par les voies "officielles" ?
  11. C'est au cas par cas, et au moins un labo qui fournit en réactifs l'IHU depuis la 3ème semaine de mars aurait eu les autorisations (non sans mal !). Depuis peu le labo réalise aussi des tests. Néanmoins, rien ne "transpire", dans la presse généraliste ! Article le plus récent dans la presse spécialisée : http://www.agra.fr/tests-covid-19-le-recours-aux-laboratoires-v-t-rinaires-est-l-tude-art461267-2488.html?Itemid=339 Mince, le lien donné est 'limité" en lecture ! Copie du texte : Vendredi 03 avril 2020 Tests Covid-19 : le recours aux laboratoires vétérinaires est à l’étude Cela fait trois semaines que les laboratoires vétérinaires et fabricants de diagnostics ont proposé leurs services pour réaliser, mais aussi produire des tests Covid-19. Ils ont les équipements et les compétences pour produire des centaines de milliers de tests par semaine. Mais les autorités sanitaires tardent à donner les autorisations. Le ministre de la Santé précise que la proposition est à l’étude « laboratoire par laboratoire ». Certains laboratoires vétérinaires ont proposé leurs services au monde médical pour la réalisation de tests Covid-19 à grande échelle, mais cela leur a été refusé par les autorités sanitaires pour motif juridique. L’Académie vétérinaire de France (AVF) a soutenu leur offre, dans un communiqué du 28 mars. « Les producteurs français de réactifs vétérinaires ont l’expertise du diagnostic des coronaviroses chez les animaux et la capacité de produire plusieurs centaines de milliers de tests virologiques et sérologiques par mois, souligne l’AVF. Par ailleurs, les laboratoires vétérinaires sont capables d’effectuer un très grand nombre d’analyses grâce à leurs automates et outils de diagnostic ». L’Académie nationale de médecine est venue le 30 mars renforcer cette demande dans un communiqué « dans le cadre de l’urgence sanitaire actuelle ». Des autorisations au cas par cas Lors de l’audition, le 1er avril, de la mission d’information de l’Assemblée nationale sur l’impact, la gestion, et les conséquences de l’épidémie de Coronavirus-Covid19, le ministre de la Santé, Olivier Véran, a précisé que le recours aux laboratoires vétérinaires et départementaux « pour augmenter nos capacités PCR » était à l’étude « laboratoire par laboratoire ». « Cela pourrait passer, ou par un transfert d’automates PCR vers des laboratoires de biologie médicale destinés aux humains, ou par l’autorisation de la réalisation de biologie médicale au sein de laboratoires expérimentaux qu’ils soient départementaux ou vétérinaires, ou par l’autorisation des laboratoires qui ne sont pas reconnus comme des laboratoires destinés aux humains à réaliser eux-mêmes ces examens », a-t-il précisé. Les vétérinaires ont une expérience des pandémies Le territoire français compte environ 80 laboratoires publics et une dizaine de groupes privés, mais aussi dizaine de sociétés qui fabriquent des diagnostics vétérinaires. Pour Jean-Luc Angot, président de l’Académie vétérinaire de France, « il est très dommage que, dans cette crise, les autorités sanitaires françaises n’utilisent pas les compétences du monde vétérinaire sur les pandémies, sur une approche par population et non par individu, et sur sa connaissance des coronavirus responsables de nombreuses maladies des animaux domestiques ». D’autres pays n’ont pas attendu. C’est le cas des États-Unis, de l’Allemagne, de la Belgique ou encore de l’Italie. « On parle beaucoup de la continuité entre santé humaine et santé animale, avec le concept ‘One health’. C’est le moment de le mettre en œuvre », poursuit Jean-Luc Angot. Jusqu’à 300 000 tests PCR par semaine Qu’attend donc la France pour faire sauter son carcan réglementaire ? Pour Jean-Louis Hunault, président du syndicat de l’industrie de la Santé animale (SIMV), il est normal que chaque fabricant de diagnostics disposant d’un test Covid-19 doive déposer un dossier auprès du laboratoire national de référence afin que ce kit soit validé (pour les coronavirus, c’est l’institut Pasteur). « En revanche, c’est incompréhensible que l’État tarde tant à faire appel à nos unités de production de tests PCR qui sont mobilisables immédiatement. Trois groupes ont répondu positivement (Idexx, Biosellal et IDVet) et ils peuvent produire 150 000 à 300 000 tests par semaine ! Nos kits peuvent être produits en 14 jours et ils seront utilisables par tous les laboratoires d’analyses humaines et vétérinaires », explique-t-il. À noter que la capacité actuelle de tests en France est de 20 000 par jour selon Edouard Philippe. « Nous sommes en guerre ou pas ? Nous avons le sentiment d’être sur un porte-avions et de nous occuper à refaire la peinture ! Nous attendons un message clair de l’État sur la mobilisation de nos entreprises. Il nous faut un encadrement juridique. »
  12. Tu peux aussi inclure les balayeuses de voirie (fonction aspirateur) et les souffleurs de feuilles utilisé par le petit personnel qui ne remontent pas que de la poussière. Dans ma commune, ils ont mis un certain temps avant de le comprendre après qu'une personne réfléchie leur aurait "susurré" à l'oreille ! Yes, dans le dernier cas, n'oublies pas l'option "pour l'éternité " coté échappatoire !
  13. Ça viens de loin et ce mec était un vrais salopard ! J'aurais parié sur du plus "classique" utilisé par les Nazis (pistolet) : Luger P08, Mauser C96, Walther P38 ou PPK ! Il est vrais que le révolver connait moins de soucis à l'utilisation (barillet)!
  14. On lui souhaite une contamination comme ça il pourra appliquer sa recette et vérifier si c'est efficace !
  15. Yes, "saisi" on a appliqué notre droit souverain, Mosieur, sur notre territoire pas comme ces "Ebayeur US" sur le territoire Chinois ! Saisi = rendu si tout est ok, avec un peu de retard car l'administration comme partout est plutôt tatillonne !