Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Akhilleus

Members
  • Posts

    18,955
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    74

Akhilleus last won the day on May 7

Akhilleus had the most liked content!

Reputation

11,210 Excellent

2 Followers

About Akhilleus

  • Birthday 02/05/1973

Profile Information

  • Gender
    Not Telling
  • Pays
    Macedonia

Recent Profile Visitors

The recent visitors block is disabled and is not being shown to other users.

  1. Surpopulation masculine avec le cortège d'estropiés, de PTSD, d'habitués à la violence et sous population de 30% féminine Ouaip ca va pas être jojo, ni dans les foyers, ni dans les rues de grandes mais aussi petites villes le soir
  2. Pas mal d'armées de l'air sont en déficit de pilotes depuis des années (y compris l'USAF). Conséquence, le vivier partis à la retraite n'est pas si large que l'on puisse imaginer pour les pilotes de F16 De plus pas mal d'entre eux sont reconvertis sur des liners ou des jets privés. Pas certains que beaucoup, qui avaient basculés pour une histoire de confort de vie/salaire veuillent risquer leurs fesses dans une zone riche en SAM et hostiles air Enfin, le gros pool sortis des armées de l'air riches en F16 (age d'or des années 90-2000) commence a être agé (et encore une fois a passé X années sur liners donc doit être reformé zone de combat / opérations aériennes ... ce sera certes plus rapide que pour élève pilote puisque les acquis sont là mais on parle de gens qui ont la 60aine passée, au moins) Pour les pilotes civils ukrainiens, même problème. Ils ont volé des années sur liners et 2 ans qu'ils ne volent plus (une eternité en terme de reflexe et maitrise de vol) Souvent d'ailleurs ce sont des ex pilotes armée de l'air reconvertis plutot que l'inverse. Le chemin est beaucoup plus facile dans un sens que dans l'autre
  3. Certainement pas 60 encore moins 120 Ils n'avaient déjà pas ce volume pré guerre. Or ils ont envoyé des pilotes déjà certifiés vols (bien que vieux) tout en continuant a voler des missions de combat. Donc, les pilotes formés (ou plutôt requalifiés qui est le bon terme ici sur F16 ou 2000) ça doit pas faire bezef (pré-guerre, ils devaient avoir dans les 50-60 appareils de chasse actifs donc entre 60 et (peu probable) 120 cochers. Je ne compte pas les pilotes d'attaque au sol ni de transport Pour les néo-formés, je le redis mais partir d'un élève pilote qui commence pour lui laisser une chance de survie sur un appareil évoluant en HI, c'est plus qu'un an, plus que 2 ans et probablement plus proche de 3 ans -de mémoire dixit ATE- (et encore ça équivaut à avoir un conducteur avec un A au cul)
  4. Sauf que ca fait beaucoup de pilotes a former (si en plus on prend en compte les F16) Une flotte aérienne de 80 F16 et 40 M2000 ca aurait de la gueule mais les ukrainiens n'ont pas le volume de pilotes pour ça Et une formation de novo c'est pas 6 mois, c'est pas 1 an c'est long (en tout cas si on veut faire autre chose que décoller et atterrir - en particulier dans un environnement dense en menaces AA, SA et GE
  5. Pour les Mirages 2000-5 ca peut aussi être un moyen d'envoyer des forces aériennes sous fausse cocarde (ukrainienne) avec des pilotes français sur appareil français (comme les soviétiques l'avaient fait en Corée) Mais ça on ne le saura (éventuellement) que bien plus tard Par contre, même problème que pour les F-16 (même si moindre), les 2000-5 c'est pas des Jaguars, pas des F-1 et donc pas trop des appareils faits pour décoller de pistes non aménagées correctement (même si il me semble que des exercices de poser/décollage sur autoroute ont été effectués avec succès en Pologne il y'a quelques années ..... mais avec des volants et rampants sélectionnés pour l'échange donc la crème de la crème)
  6. 1- pour les pertes c'étaient effectivement lAfghanistan dès que l'engagement a été officiel (on avait perdu des FS avant Uzbin, c'est passé sous le radar, par contre Uzbin a été assez dommageable au PR de l'époque en politique intérieure) 13 mecs par ans si c'est étalé sur un an, ça ne se voit pas. 10 gus d'un coup c'est pas pareil (cf Uzbin ou Bouaké) 2- Pourquoi les russes viseraient nos instructeurs ? Y'a maousse de points politiques a se faire (en interne pour se renforcer et en externe pour affaiblir notre PR). Quant aux rétorsions, si ils restent sous le radar comme certaines proposées (cibler des mercs/PMC en Afrique, ouais bof, je ne pense pas que ça fasse ni chaud ni froid à l'armée régulière russe, cf l'Irak et Wagner) ca risque de ne pas compenser la dégradation d'image potentielle. D'autres sont politiquement délicates (stopper le GNL et tu risques une crise sociale, mettre Orban hors jeu n'est pas du seul ressort ded la France). D'autres enfin sont purement de l'ordre de l'escalade militaire avec la prise de risque afférente (no fly zone, réseau DA franco-français autour des bases d'instruction etc)
  7. C'est probablement l'objectif cad un objectif politique Militairement cela aura une incidence négligeable voire quasi nulles (qu'est ce que ca change au fond d'instruire les ukrainiens dans les pays périphériques ou chez eux, mis à part gagner peut être 24h de transport) Par contre, soit le président agit 1- pour un but de politique interne en particulier à l'approche des européennes (risqué, à voir le timing) 2- veut enclencher un effet boule de neige comme il y'a pu y avoir avec les "chars" (même si les X10RC n'en sont pas) Le problème c'est que là, il mets ses couilles sur le billot en politique intérieure. Si des cercueils reviennent en pagaille, ça va lui être lourdement reproché Par ailleurs, la majorité des militaires avec qui j'ai discuté trouve l'idée con, ils préfereraient faire leur travail tranquille à Canjuers voire en Pologne/Roumanie plutôt qu'en Ukraine avec en plus un cible qui vient d'être peinte sur leur dos et pas de moyens de s'en protéger ni de riposter de manière crédible Les Polonais suivront surement, les Allemands, c'est beaucoup moins sur (tout déploiement officiel de la Bundeswher à l'étranger même pour des opérations de MdP ou d'interposition sont fortement scrutées et discutées, alors en zone de guerre HI, comment dire) Mais là, on vient d'offrir une cible à haute plus value politique aux russes. M'étonnerais qu'ils n'en profitent. Ils savent faire et agir politiquement aussi (pour rappel en 2008, ils ont sciemment évités les unités géorgiennes au sein desquelles se trouvaient des instructeurs US, ici, on risque d'avoir l'effet proprement inverse) Quant à savoir ce que nous nous pourrions faire en rétorsion, pas grand chose raisonnablement On est dans une situation (presque) inédite cad que l'on va employer pour la première fois de notre histoire moderne des éléments des forces armées françaises en zone de guerre pour et dans un pays avec lequel nous n'avons pas d'accords de défense actifs (à la différence du Tchad) pour des opérations non cinétiques (à la différence de la Libye) mais de façon officielle (à la différence des "volontaires" soviétiques en Angola ou Vietnam et US au Vietnam pré-65) Ca risque de mettre nos soldats dans une situation casque bleu like cad à prendre des coups sans pouvoir faire grand chose
  8. Sortir ces 2 exemples comme bastion de la démocratie, on va loin sur ce forum Et pourquoi pas le Soudan du Sud tant qu'on y est
  9. ILs se retrouvent alors dans une situation de air parity (c'est dans le manuel aussi)
  10. Super tu nous as sorti les def wiki Bravo (3 claps d'applaudissement) Les def OTAN/NATO (voir les manuels correspondants) : Air superiority : degree of dominance in [an] air battle ... that permits the conduct of operations by [one side] and its related land, sea and air forces at a given time and place without prohibitive interference by opposing air force Air supremacy : degree of air superiority wherein the opposing air force is incapable of effective interference Malheureusement, les traducteurs anglais vers wiki français semblent avoir autant de problèmes que toi avec les nuances sémantiques Etant donné que les russes font effectivement entre 100 et 150 sorties avia par jour en appui à leurs opérations au sol, au dessus ou à proximité immédiate du champ de bataille (et encore ici ne sont pas comptés les HdC ni les drones MALE qui entrent en compte y compris dans la definition OTAN) sans opposition "prohibitive" (cad forbidding-preventing ce qui en bon français veut dire interdire) à ces actions, qu'elles se répétent en continuité (il y'a aussi un notion dynamique temporelle et spatiale de la supériorité aérienne que tu peux avoir un jour et pas l'autre, au dessus d'une zone et pas sur la zone d'à coté) je laisse le soin au lecteur de tirer sa conclusion de qui à raison ici et qui a tort
  11. Revois déjà tes définitions : les russes ont la supériorité aérienne au dessus de l'Ukraine, ce qu'ils ont pas c'est la suprématie aérienne Et si, le rendement est toujours intéressant à rechercher car il impacte le niveau de nuisance ou d'efficience ou d'efficacité du système (bien saisir la gradation des termes en français qui je viens de mettre ca peut aider aussi) Je rappelle qu'au Kosovo malgré une suprématie aérienne totale OTAN avec des moyens bien supérieurs et un front bien plus concentré qu' en Ukraine, des appareils serbes (avions et hélicos) ont continué à voler et opérer (y compris des attaques au sol) jusqu'à la fin. Appareils hors d'age également (Mig29S et Galeb/Jastreb) C'est très compliqué d'intercepter un appareil en décollage hors piste et TBA pour tout le monde. Par contre les ukrainiens se plaignent régulièrement d'avoir systématiquement une accroche radar de 6 à 8 intercepteurs dès qu'ils montent une opération. Si c'est à l'aller le pilote doit bien souvent avorter la mission. Donc oui le rendement ca compte Ce qui écrit au dessus est la base de la base des opérations aériennes au dessus d'un champ de bataille
  12. Tel que je le vois, la montée par pallier (à chaque fois d'initiative française en Europe mais également utilisée par les USA) est une erreur. Elle assume qu'il y'a une échelle d'escalade claire et équivalente des 2 côtés. Hors, historiquement ce type de démarche s'est toujours planté dans les grandes largeurs (voir le process d'escalade au Vietnam) par incompréhension mutuelle des limites de chacun. On ne comprend pas mieux la Russie que le Vietnam (l'inverse est vrai également) et en plus, les contacts sont relativement coupés depuis le début de l'OMS (au point que ce doit être des déplacements physiques de Burns pour rencontrer Naryshkin qui doivent avoir lieu). Il y'a une risque de dissociation entre nos paliers d'action et leurs paliers d'acceptation. J'entends d'ici "mais gnagna ils sont déjà à fond, pourront pas faire grand chose de plus". Il y'a toujours moyen de faire plus sur le plan conventionnel ou non conventionnel (je n'entends pas spécialement le nucléaire par là d'ailleurs) De plus, de mon point de vue (qui ne sera pas partagé par ceux qui veulent croire à la victoire ukrainienne à tout prix) ces 2 dernières semaines montent trop vite dans l'escalade pour que cela reste sain pour tout le monde, en particulier si on compare à la vitesse d'escalade des 2 dernières années. On sent également une fébrilité chez les occidentaux à autoriser "tout et n"importe quoi" avec une sorte de tapis ce qui me fait m'interroger sur les capacités réelles de défense des ukrainiens (pour leur accorder ici et maintenant en moins de 10 j tout ce qu'ils réclament depuis 2 ans, ce n'est peut être pas un hasard opérationnel ou politique [de politique intérieure française et US] voire les 2) je mets ici un extrait d'article de Friedman (qui est pourtant pro ukrainien mais qui lui aurait été pour une escalade moins echelonnée) Relire : L.Friedman, H. Khan et et A. Dallin
  13. Tellement de certitudes ........mal placées Je le rappelle encore une fois X = Y mais parfois (souvent) X= Z Rien n'interdit par exemple un sursaut des indécis et un remplissage même transitoire des bureaux de recrutement militaires ou une crispation et un "faire bloc" autour de l'autorité de Poutine par la société civile (cf toute proportion gardée les effets des bombardements, même initiaux, sur l'Angleterre et l'Allemagne pendant la 2e GM) Donc si toi tu t'en fout, d'autres qui regardent avec un oeil macro s'en foutent peut être un peu moins
  14. C'est fou comme tout à l'air très simple pour certains derrière leur écran -Attaquer un territoire de l'OTAN? il y'a plein de manière de le faire et tant que pas vu, pas pris, pas d'article 5 (qui n'implique d'ailleurs pas automatiquement une réaction militaire). Je ne sais pas moi, demain un système de fabrication OTAN tombe sur les 2 radars Voronejh couvrant le flanc nord de l'approche russe, les Flyingdales peuvent tout a fait ramasser un camion "dont le chauffeur aurait perdu le controle", les terminaux gaziers d'Hambourg ou Marseille peuvent prendre feu (encore une cigarette mal éteinte), des AK/grenades/RPGs peuvent finir dans les cités ... etc (c'est pas les scénarios qui manquent) -Faire un tir nucléaire en Russie ? personne du coté russe n'a proposé cela - Faire un tir nucléaire en Ukraine. On tire sur leur flotte si jamais un pelot de 10 kT tombe sur l'île aux Serpents qui est vide ? (en particulier si c'est un ultime avertissement suite à la destruction de certains de leurs moyens d'alerte avancée stratégique ?) - Et si ils prennent quand même le risque (parceque leur flotte de la Mer Noire est déjà bien entamée) on fait quoi, on avoine leur flotte de la Mer de la Baltique aussi ? Et celle du Pacifique? On risque de faire descendre les DEFCON vitesse grand V ? Où à tout le moins à se retrouver en conflit ouvert officiel Faut penser à réfléchir un peu plus large que X=Y parceque souvent X=Z
  15. La discussion sur les instructeurs est assez vide de sens Il y' en a déja qu'on les appelle instructeurs, conseillers, formateurs ou support technique. Qu'ils soient britanniques, américains, français (je parierais moins sur les allemands) Que feraient en plus des instructeurs (au sens sémantique du terme cad chargés de l'instruction des recrues) en Ukraine qu'ils ne font pas déjà à Suippes ou Mailly (ou dans le Sud de l'Angleterre) Il y'a également des bases d'instruction en Pologne, en Lithuanie et des instructeurs australiens et néozélandais qui font le déplacement sur ces bases Donc à part le feel good et risque politique d'envoyer officiellement des soldats français en zone de combat (cad l'Ukraine) à quoi ca peut bien servir ? La "perte de contact" (façon officielle de ne pas dire ce qu'il faut) avec des instructeurs officieux n'a jamais trop posé de problème( cf Tchad et pré-opérations Epervier et Manta). Une "perte de contact" avec des instructeurs officiels est d'une autre magnitude
×
×
  • Create New...