Phacochère

Members
  • Content Count

    1,439
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    1

Phacochère last won the day on May 4 2019

Phacochère had the most liked content!

Community Reputation

1,281 Excellent

About Phacochère

Profile Information

  • Gender
    Male
  • Pays
    France

Recent Profile Visitors

2,736 profile views
  1. L'Azerbaïdjan et l'Arménie se déteste. D'oû l'appui des russes ou des Turques. Tres honnêtement, ce sont des peuples qui se massacreront sans changer la face du globe. Ça peut paraître gratuit, mais c'est vrai. À moins qu'Ankara reconnaissent..
  2. Mr. le Juge, @Ciders m'a tuER
  3. On sait lors des travaux que le risque incendie est important mais dernièrement c'est l'hécatombe. Quand je pense que tout le monde grogne quand se présente la nécessité d'obtenir un permis feu...
  4. Je te rejoins totalement sur le constat et la conclusion. Impossible de s'entendre sur un cahier des charges réaliste pour structurer une filière commune alors que les européens ont pratiquement tous investi le Reaper - UK, Belgique, Espagne, France, Pays-Bas, pas l'Allemagne qui a préféré se faire enfler sur le eurohawk-. C'est pas une histoire de fou ! L'industrie aurait été clairement capable de proposer un "predator ou reaper like" et ce n'est pas une histoire de compétences. Cela dit comme évoqué, elle a sa part de responsabilité. Encourager les solutions et les acteurs européens, Investir les briques techno, dégrossir et délimiter les risques: ok. Mais il faudrait parfois aboutir à une solution pragmatique et opérationnelle pour les utilisateurs. Sans parler du signal envoyer à l'export. Les ressources sont là mais ça se termine toujours en eau de boudin. C'est l'échec probant du politique et de l'industriel. On se dit "on a raté le coche, on investie sur les générations suivantes mais l'on arrive déjà pas à définir le simple... Dans ces conditions, je ne suis pas fâcher si la ministre renvoie tout le monde dos à dos en forme d'un constat d'échec. C'est à se demander si l'Europe ne se contente pas de la situation. On parle de drone d'attaque furtif ou de loyal wingman...
  5. D'ailleurs le chandail sur les épaules c'est pas un signe de radicalisation ça ! (Allez "une petite sortie vélo" pour voir si au retour j'ai tjrs autant la force de ma connerie. Mon papounet c'est le Erdogan de la discipline malgré les protestations, il roule )
  6. Effectivement c'est du Erdogan / AKP dans le texte et pas de circonstance. Mon propos est de dire que pendant qu'il fanfaronne, il sous-estime la portée du symbole à l'international et que cela pourrait lui revenir dans les pattes à terme et face à son peuple.
  7. Parly, elle-même, communique dans ce sens depuis des mois: Pas question d'acheter un mouton à cinq pattes moins éfficient que la solution dispo sur étagère. J'ai comme l'impression que les opérationnels sont heureux du Reaper solution éprouvée qui monte en puissance. À mon sens, c'est un message de plus envoyé à bon escient. Quand on sait que le retard accumulé sur les drones tient notemment au fait que les industriels n'ont cessé de se tirer dans les pattes au grand désespoir des opérationnels... La France ne doit pas assumer un truc à deux moteurs 30% plus cher, aux coûts d'exploitations inconnus et sans garanti de performances, qu'elle sera certainement la seule à mettre en œuvre. C'est bien de privilégier l'industrie européenne mais il ne faut pas que celle-ci perde de vue l'essentiel.
  8. C'est clairement dans son discours un message à vocation interne qui flatte le nationalisme et ses coreligionnaires. "on fait ce qu'on veut, quand on veut, on est les défenseurs de l'islam vrai. Votez bibi". Le quidam ne sait pas ou se fout de savoir que le régime d'Erdogan dérouille du kurde en Syrie, importe du djhadiste en Lybie ou partitionne Chypre. Sainte Sophie risque bien de mettre en exergue à l'internationnal et dans les opinions ces faits par effet loupe. Le symbolique ça touche parfois à l'irrationnel. Ca pète dans les mains quand on pense pouvoir le manipuler. Je prends peut être mes désirs pour des réalités. Mais c'est jamais désagréable de se tripoter.
  9. Opex360 / Exit l’EuroMale? L’armée de l’Air parle d’acquérir 12 drones MQ-9 Reaper supplémentaires d’ici 2030 http://www.opex360.com/2020/07/11/exit-leuromale-larmee-de-lair-parle-dacquerir-12-drones-mq-9-reaper-supplementaires-dici-2030/ "L’armée de l’Air a-t-elle anticipé un abandon du projet EuroMale? On peut se le demander à la lecture du dossier de presse [.pdf] qu’elle a publié à l’occasion du prochain 14-Juillet." "Dans ce document, le terme « Reaper » est cité à 34 reprises, alors que le drone européen est ignoré. D’ailleurs, l’armée de l’Air indique que, « dans un contexte de montée en puissance de la 33e escadre de surveillance, de reconnaissance et d’attaque (ESRA) de la base aérienne 709 de Cognac, et d’intensification des missions des drones Reaper », elle « va acquérir, d’ici 2030, quatre systèmes de drones Reaper supplémentaires » et qu’ele « disposera allors de 24 appareils au total ». Exit, donc, l’EuroMale…" Pdf armée de l'air
  10. Phacochère

    [Rafale]

    Voilà, autant que ce ne soit pas l'avion et son pilote.
  11. Maintenant 11h00 Direct France culture - Le monde des espions les nouveaux corsaires S2 / E2: Tim Spicer, le pionner de la guerre privée https://www.franceculture.fr/emissions/le-monde-des-espions-saison-2-les-nouveaux-corsaires/tim-spicer-le-pionnier-de-la-guerre-privee [podcast dispo dans la journée] "Quand le modèle libéral et capitaliste atteint aussi les fonctions que doivent assumer les Etats, le monde de la guerre se libéralise aussi. Tim Spicer est notre second corsaire de l'été, un businessman de la guerre privée, qui a même fondé une entreprise devenue multinationale Syrie, Libye, Irak, Yémen... Sur presque tous les champs de bataille, on trouve aujourd'hui des soldats privés. A Idlib ou à Tripoli, ce sont les salariés russes de la nébuleuse Wagner. En Irak, ce fut, longtemps, les recrues de la société américaine Blackwater. Autant de condottiere modernes qui louent leur savoir-faire à des Etats dépassés. Comment, en moins de vingt ans, ces bataillons de fortune en sont-ils venus à remplacer les armées de métier sur les lignes de front ? Nous avons voulu comprendre et remonter à la genèse d'un phénomène en pleine expansion. Car si la guerre froide avait vu des artisans du mercenariat sillonner l'Afrique pour le compte des deux grands camps, soviétique et occidental, à l'instar du célèbre français Bob Denard, le XXIème siècle va être celui de l'industrialisation des armées privées. De nouveaux chefs d'entreprise militaire sont en train d'émerger, à l'instar de l'Américain Erik Prince, fondateur de la célèbre compagnie Blackwater, ou du russe Yevgeny Prigozhin, opérateur du conglomérat Wagner. Mais si Prince, ou Prigozhin, sont les Bill Gates de la guerre privée, c'est parce qu'il y a eu, avant eux, un Steve Jobs. Et c'est à cet homme que nous sommes allés parler. Pour cela, il nous a fallu aller à Londres à la rencontre de Tim Spicer le vétéran multi-décoré des forces spéciales britanniques qui a véritablement inventé, au milieu des années 90, l'entrepreneuriat militaire. Discret et - officiellement - retiré des affaires, l'homme, aujourd'hui sexagénaire, n'aime pas la presse : il a, depuis vingt ans, fait tellement de "unes" de journaux, il a connu tellement de commissions d'enquête qu'il semble avoir fait une croix définitive sur les journalistes. Ces dernières années, il n'a donné que deux interviews, dont une à son insu. Après plusieurs approches via des amis communs, il a finalement accepté de nous rencontrer une première fois à Paris, en plein hiver, à l'hôtel Costes. Dans une atmosphère glaciale, nous avons été longuement jaugés, jugés, pesés, soupesés. Et ce n'est qu'à l'occasion d'une deuxième série d'entrevues à Londres, entre lobbys d'hôtel et arrière-salles de pub embrumées, que l'homme s'est ouvert et a accepté de revenir pour nous sur sa carrière militaire, son basculement dans le privé et la genèse d'Aegis, la multinationale militaire privée qu'il a mise sur pieds."
  12. Le Point / Deux anciens agents de la DGSE condamnés à 8 et 12 ans de prison pour trahison https://www.lepoint.fr/justice/deux-anciens-agents-de-la-dgse-condamnes-a-8-et-12-ans-de-prison-pour-trahison-10-07-2020-2383916_2386.php Les deux ex-agents secrets français étaient jugés aux assises pour avoir trahi au profit de la Chine, dans un procès rare qui s'est tenu à huis clos. " Les anciens agents ont été mis en examen et placés en détention provisoire en décembre 2017, alors qu'ils étaient déjà à la retraite. Vingt ans plus tôt, Henri M. avait été nommé représentant officiel de la DGSE à Pékin. Mais il a été rappelé en France dès début 1998, après avoir entamé une liaison avec l'interprète chinoise de l'ambassadeur. Il a pris sa retraite quelques années plus tard et est retourné en Chine en 2003, où il a épousé l'ex-interprète. Pierre-Marie H. s'est fait arrêter à l'aéroport de Zurich avec de l'argent liquide après avoir rencontré un contact chinois sur une île de l'océan Indien. Lui n'a jamais été en poste à l'étranger. Comme l'a souligné lundi l'avocate générale, c'est un procès « rare par les qualifications, rare par la qualité des accusés, rare par la période de prévention ".
  13. Le monde / Enquête sur la mort du président rwandais : une instruction longtemps polluée par les manipulations https://www.lemonde.fr/afrique/article/2020/07/10/enquete-sur-la-mort-du-president-rwandais-une-instruction-longtemps-polluee-par-les-manipulations_6045875_3212.html « Le Monde Afrique » a pu consulter l’arrêt rendu le 3 juillet par la cour d’appel de Paris confirmant l’abandon des poursuites contre neuf proches de Paul Kagame. "Dans ce dossier ultrasensible, des témoins ont été assassinés, d’autres ont mystérieusement disparu. En vingt-deux années, l’instruction a aussi connu son lot de mensonges et de manipulations. Vendredi 3 juillet, la cour d’appel de Paris a finalement rendu un non-lieu dans l’enquête sur l’attentat perpétré le 6 avril 1994 à Kigali contre le président rwandais Juvénal Habyarimana, validant ainsi la décision prise en 2018 par les juges Jean-Marc Herbaut et Nathalie Poux..."