Patrick

Members
  • Compteur de contenus

    2971
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Days Won

    5

Patrick last won the day on May 26

Patrick had the most liked content!

Réputation sur la communauté

2064 Excellent

À propos de Patrick

  • Rang
    Vétéran

Profile Information

  • Gender
    Not Telling
  • Pays
    Galicia

Visiteurs récents du profil

Le bloc de visiteurs récents est désactivé et il n’est pas visible pour les autres utilisateurs.

  1. Patrick

    La Composante Air belge

    Ouais enfin, personne ne veut lui rappeler que le Gripen a "CLAIREMENT" (private joke) été écarté de la compétition belge et que du coup ça sert à rien de rager sur les autres participants? Le melon XXL et l'arrogance de ces gens, mon dieu... Qu'on me montre des twitts d'un employé de Dassault aussi à l'ouest, s'il vous plait. Et en plus le type raconte de la m*rde. Non Richard... Non. Le Typhoon n'a pas été conçu pour être multirole. Swing role peut-être, et encore. A la base c'est un pur intercepteur/chasseur de supériorité aérienne. Et rien d'autre. Et non le Typhoon n'est pas "cheaper". Il aurait du l'être, mais la dérive des coûts est passée par là. Il ne le sera sans doute pas non plus à terme. Au moins à l'achat. Ensuite il essaie de faire le malin: Ah ben on sait pas si la Belgique veut ou pas le Rafale, mais une chose est sûre c'est que SAAB ne voulait pas de la Belgique... Pour un "Head of Marketing and Sales for Gripen" qui balance dans son profil que "You Lose If You Give Up...Go 100% all in." (excusez-moi je meurs de rire et je reviens, le gars s'est cru dans une publicité Adidas) ça la fout quand même un peu mal... Les posts de Parikrama sur le "single engine" me manquent mais à un point... Et en plus il se fait rabrouer par un de ses compatriotes. Mesdames et messieurs admirez: le "Head of Marketing and Sales for Gripen" de SAAB se plaint des buzzwords! De la part des mecs qui prétendent que le Gripen E est "de 6e génération"! Une assertion qui sort sans doute de son propre bureau! Il serait le frère caché de Justin Bronk que ça ne m'étonnerait pas.
  2. Oui et dans l'article on apprend qu'il golfe avec des fers FRANÇAIS. De marque Argolf, fabriqués en Bretagne. http://sport24.lefigaro.fr/le-scan-sport/2018/01/30/27001-20180130ARTFIG00169-donald-trump-joue-au-golf-avec-des-putters8230-fabriques-en-bretagne.php Alors on ne va pas se plaindre. Qu'il continue, ça leur fait du business.
  3. Patrick

    Les FREMM de la Marine Nationale

    Et ben on aurait plus qu'à commander nos missiles chez "Badaboum SARL, pétards et feux d'artifices de fête pour particuliers". Ça coûterait moins cher. Idem pour Ariane 6. Oui enfin... En petits morceaux. De plus je pense que les russes préfèrent être en mesure d'intercepter les missiles plutôt que savoir ce qu'il y a dedans... Ce qu'ils savent sans doute depuis un bail s'ils ne sont pas trop manchots d'ailleurs.
  4. Patrick

    Les FREMM de la Marine Nationale

    Parce que l'idée qu'un missile de croisière fasse "long feu" est en soi une ânerie sans nom? Alors 3 à la suite... Ils imaginent quoi chez France Inter? Que le booster initial c'est un pétard du 14 juillet à 5 euros? Que la techno française est à ce point pourrie? Que le système de guidage c'est un pigeon qui picore une vitre? La raison du non-tir de la seconde Fremm a été donnée par d'autres personnes un brin plus compétentes: sortie du périmètre de tir prévu par les paramètres de l'équivalent du TERCOM. La première étant a priori marquée à la culotte par une frégate russe classe amiral Grigorovitch attendant patiemment tout senseurs dehors d'avoir accès à la SER et signature IR du missile... Pour l'instant le seul dysfonctionnement qu'on connaisse c'est celui du SCALP EG non tiré et largué en mer.
  5. Patrick

    Les FREMM de la Marine Nationale

    Les experts en armement de France Inter ils les ont recruté chez BFM?
  6. Patrick

    [Remplacement des PA PAMAS et MAC50]

    Je ne comprends toujours pas ce qui ne te plaît pas dans le HS2000/Springfield XD.
  7. Patrick

    [France] Armée de l'Air

    Autant je suis amateur des théories plus ou moins complotistes sur les supposés armes à énergie dirigée tirant depuis l'orbite qui auraient été utilisés en Irak (avec les anecdotes des G.I.s qui bronzent en pleine nuit après avoir aperçu de gros traits lumineux descendus du ciel https://www.youtube.com/watch?v=GBdFEDnyTks) autant l'Airborne Laser n'était pas opérationnel à l'époque. Donc ce passage de l'histoire me semble tiré par les cheveux. Ou alors les ricains avaient déjà un proto fonctionnel et ne l'ont révélé que plus tard.
  8. Patrick

    PARIKRAMA Story

    Il a peut-être aussi des problèmes personnels tout à fait banals. Edit: j'avais pas vu le post de bon plan. Bon ben voilà...
  9. Patrick

    [Rafale]

    Et ça s'est borné à des pré-études et des achats de liasses de plans semble-t-il. Non, Dassault a fourni des plans à Vought qui a développé une solution approchante de celle mise en oeuvre sur le Mirage G (tout court) puis Vought a revendu ces plans à Grumman qui a lui-même développé une solution à partir de celle de Vought, mais dimensionnée et adaptée à leur F-14. Puis cette solution sera elle-même revendue à Panavia qui l'adaptera en la modifiant pour le Tornado.
  10. Patrick

    La Composante Air belge

    Un lien?
  11. Patrick

    Ici on cause VCI ....

    Autant j'aime beaucoup la ligne du CV90, autant je trouve ce KF41 d'une laideur sans nom. Bon certes on s'en fout c'est une arme pas une œuvre d'art. M'enfin on dirait un peu un bunker sur chenilles... Comme dit @Asgard il fait peur. Disons surtout qu'il renvoie une image très froide du fait des besoins en furtivité expliquant son design. Je ne sais pas si c'est un plus ou pas, mais à l'heure des guerres asymétriques et de la projection de puissance, ce n'est peut-être pas le genre de designs qu'il faut rechercher pour des missions de maintient de la paix... Sachant qu'on a souvent parlé de l'impact de la chenille sur la vision fantasmatique des caractéristiques d'une l'arme dans l'esprit des civils par exemple. Où Chenille = tank et roue = véhicule blindé. Mais derrière, c'était bien de l'aspect des engins dont il était question. En allant au delà, on peut supposer que le côté trop lisse et anguleux de ce design qu'on croirait issu d'un jeu vidéo de guerre futuriste, risque de renforcer cet effet "d'appréhension", au sens premier du terme: on a du mal à "l'appréhender" (au sens littéraire). C'est très "allemand" dans l'esprit en tout cas.
  12. Patrick

    Qui sera le quatrième client export du Rafale?

    En apparté parce qu'on est déjà très largement hors-sujet et ça va énerver les modos: le coût du canon représente certes de l'ordre de 25 à 35% du total du coût de fabrication de l'arme totale, mais ce coût inclut surtout l'usinage de ce canon (martellage à froid/rayurage/chromage, etc) qui représente sans doute aux alentours de 90% du coût total. Donc si la valeur des barreaux d'acier forgés mais non usinés vendus par Aubert & Duval représentent 3% du total du prix de vente moyen d'une arme H&K à la fin, ce serait déjà très bien. Ce qu'il faut applaudir en revanche c'est que cette coopération fonctionne depuis 40 ans, alors que ce ne sont pourtant pas les aciéristes qui manquent en Allemagne, ni le lobbying de leur part qui doit faire défaut! Il y a donc bien une technicité française reconnue, et un lien de confiance entre les deux entreprises que je trouve admirable en tant que tel.
  13. Patrick

    menaces intérieures

    En fait je pense que c'est même encore pire que ça. Je développe: L'auteur ne tient pas compte du fait que le décret-loi de 1939, qui est encore aujourd'hui le socle de nos lois sur la détention d'armes par des civils, a été mis en application à cause de conditions politiques et sociales spécifiques qui prévalaient à l'époque dans la société française. Or nous vivons des temps qui, quoique moins violents en apparence, sont néanmoins tout aussi troublés et possèdent le même potentiel de dangerosité une fois les logiques et idéologies impliquées dans ces troubles arrivées à leur terme. Donc, son raisonnement se tient, ses conclusions sont justes, MAIS elles font fi des difficultés colossales qui s'imposeraient si l'on souhaitait réintroduire une variable "first responders civils armés" dans un tel contexte. En fait, de mon point de vue, ce serait même aller au devant de graves problèmes. Ce pour plusieurs raisons: Parce qu'on ne vient pas à la possession d'armes vues comme un but de défense de la patrie, de soi-même, et des autres autour de soi, sans avoir franchi certains jalons culturels et intellectuels qui, quoique parfaitement républicains dans la lettre et l'esprit, appartiennent malgré tout à une époque où cette république était en gestation. Pour le militaire, le policier, le gendarme, l'arme est un moyen. Pour l'individu accédant à l'arme pour être en mesure de s'en servir, elle est une fin. Parce que justifier l'existence du concept de "citoyen en armes", est en soi un pamphlet politique. Que certains trouveront même connoté. Et ce d'autant plus lorsque les armes en question sont adaptées et/ou dotées de caractéristiques spécifiques à un usage en situation de combat (calibre par puissance et par classification administrative, fonctionnement, ergonomie, volume de feu utilisable, etc) qui devront nécessairement être mis en adéquation avec le désir exprimé de disposer d'une capacité vulnérante significative. Parce que c'est envisager la confrontation létale d'individus non-astreints aux mêmes serments que des membres des FdO face à des criminels et terroristes comme un recours. Un recours ultime peut-être, mais recours quand même, dont il faut saisir TOUT les tenants et les aboutissants avant d'ouvrir la boîte de Pandore. En l'occurrence on pourrait presque parler ici d'un risque "d'ubérisation de la force publique". Parce que ce n'est pas neutre de posséder des armes et de s'astreindre à exercer une maîtrise, un contrôle de sa violence personnelle, tout en maintenant l'agressivité et l'état d'esprit d'un combattant prêt à aller au feu. Dichotomie nécessaire, mais fragile pour qui tient ce rôle sans qu'il soit encadré par le pouvoir régalien au sein d'une mission spécifique et d'une structure sociale construite pour cela (commissariat, caserne, régiment...) Notons aussi l'immense défi pour un individu seul, non formé ni habitué à travailler en équipe, que représente le service de ces armes, surtout du point de vue de la sécurité et de coordination des feux, presque systématiquement nécessaire à l'usage de la force en premier lieu lors du type d'intervention auxquelles la nature de leur port d'arme les destine. Or, ce n'est pas un hobby de maintenir ce genre de compétences. A qui vont-elles s'adresser en premier lieu? A ceux et celles qui en auront les moyens professionnels, financiers, temporels, physiques, etc. Créant de facto des conditions trop drastiques pour permettre à tout un chacun d'accéder à un droit réputé dans l'esprit être accessible à tous. Cette vision du port d'arme citoyen, quoique efficace et bien pensée, est donc aussi fondée sur un nuage d'hypocrisie, parce qu'elle créée les conditions d'apparition d'une caste. On est à des années lumières de l'idée d'une garde nationale. Bien entendu ce discours peut paraître presque choquant tant il relativise voire fait l'impasse sur les agissements de "l'ennemi" (j'aurais presque envie de dire "l'adversaire" au sens occulte du terme, vu le contexte) qui à l'origine justifient le recours à cette doctrine de "défense distribuée" via le recours au citoyen armé. Cet "ennemi" est en effet par définition complètement hors-cadre et hors principes, ou alors on ne saurait envisager l'usage de la force létale sans autre forme de procès contre lui. Mais si le terroriste se moque des balles perdues, et pas le "first responder", ce dernier commettant une erreur sur le terrain se verra malgré tout proportionnellement plus désavoué et déconsidéré que ce criminel. C'est une évidence. C'est donc un fardeau extrêmement stressant à porter et qui est en lui-même de nature à faire oublier prestement ses principes au citoyen armé. Qui protège-t-il? A quoi est-il astreint? L'altruisme est-il quantifiable? Et à l'égard de qui? *** Je pense donc que le raisonnement tenu dans ce document se défend, que ses conclusions sont justes, mais que le cheminement intellectuel y menant est erroné, et que les solutions proposées sont inadaptées. Le problème sous-jacent auquel souhaite répondre l'auteur est que, au sein des corps dont c'est pourtant théoriquement la charge, l'absence de gouverne idéologique ou la déconnexion d'avec les réalités du terrain, amènent naturellement à une augmentation de la dangerosité réelle ou perçue de chaque prise de décision. Qu'on s'en rende compte ou pas, c'est cette variable là qui explique l'infantilisation du public: on cherche à le déresponsabiliser pour le protéger à son corps défendant, en inhibant son "sentiment d'insécurité" (comme le dit la novlangue afférente). Pour faire un parallèle osé et hors-sujet avec les finances de l'état, c'est le même principe que celui qui fait rembourser les intérêts de la dette au lieu de s'attaquer aux raisons structurelles de l'augmentation de celle-ci. En clair: les élites font défaut. Et comme la nature a horreur du vide, c'est la volonté du peuple qui ressuscite comme elle peut, de manière désorganisée, déconcentrée, des "solutions" vues comme étant sécurisantes. Il apparait de fait, qu'armer les citoyens en ayant recours à un droit de port dissimulé, ne serait qu'un pis-aller. Techniquement inapplicable, tactiquement inutile voire contre-productif, judiciairement bancal, générateur potentiel d'incertitudes et de confusion dans l'action. Aujourd'hui, en France, le seul élément pertinent dont il faut à mon sens discuter, c'est la "castle doctrine", car elle est le socle de toute forme de justice dans une civilisation sédentarisée: la sanctification de la notion de foyer. Et pourtant, cette simple notion poserait déjà en elle-même des défis tellement conséquents à l'appareil judiciaire, que ce serait un miracle en soi de pouvoir la faire appliquer sur le territoire national. Tout le reste est beaucoup trop dangereux. Je suis pro-armes, je suis pro légitime défense, mais je suis également conscient que pour que la notion de "citoyen armé" renaisse sans psychodrames et drames tout court, c'est toute la société française qu'il faut repenser. Les codes, les rites, l'état d'esprit. Un chantier de plusieurs décennies, même pour un pays de taille moyenne comme le nôtre. Ce mémoire donne donc des pistes de réflexion, mais en l'état, il accumule surtout les vœux pieux.
  14. Patrick

    Eurofighter

    Oui mais on parle du (futur) Captor E là, pas du M. Sinon je rejoins ton analyse. À quoi ça sert de chercher à ne pas alerter des RWR adverses quand on a déjà un radar LPI ou des capteurs passifs? Ou bien on nous aurait menti et les probabilités d'interception ne sont pas si "low" que ça? C'est une philosophie différente. À voir si ça fonctionne.