Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Alzoc

Members
  • Posts

    439
  • Joined

  • Last visited

Reputation

877 Excellent

Profile Information

  • Gender
    Male
  • Interests
    Énergie Nucléaire
    Géopolitique
    Technologie véhicules terrestres et maritimes
  • Pays
    France

Recent Profile Visitors

2,071 profile views
  1. Effectivement ça me paraît faible pour les missiles balistiques et de croisière. Je verrais plutôt légèrement au dessus du million par missile balistique et légèrement en dessous par missile de croisière. Je pense que l'Iran a plutôt dépensé de l'ordre de 100 à 300 millions de dollars mais effectivement ça reste bien moins cher que le coût pour Israël et ses alliés.
  2. A mon avis, la leçon principale c'est surtout que la défense aérienne repose principalement sur la chasse et sur des capacités de détection à grande distance pour avoir assez de temps pour réagir. Sur ces points là, on est pas trop mal lotis. Reste deux menaces qu'un avion va avoir du mal à contrer : Les missiles balistiques et hypervéloces de part leurs profils de vol : La ça nécessite de l'ASTER, du Patriot, etc, qui sont capable de traiter des cibles complexes. Les munitions rodeuses et drones kamikazes lancés à courte portée (5-30 km) qui laissent peu de temps pour appeler la chasse et doivent donc être traités par des défenses de points et de zone (Mistral, CIWS, MICA, Lasers, etc) : Et c'est là où on a actuellement un gros trou dans la raquette. L'autre leçon (et c'est plutôt un rappel) est qu'il est illusoire de vouloir mettre en place un bouclier anti-missile à l'échelle d'un pays. Israël y arrive à peine avec une surface à défendre ridiculement petite et une densité de systèmes AA délirante. Il va falloir faire des choix sur ce qu'on veut défendre et ce ne sera hélas probablement pas la population dans les villes.
  3. Non effectivement. Mais pour le moment ça reste au niveau du désagréable mais gérable. Le plus gros problème est que ça immobilise 8 navires rien pour l'UE plus les navires britanniques et un GAN américain. Ce sont autant de plateformes qui ne sont pas disponibles ailleurs.
  4. Peut être en échange de certains de leurs F-16 aux anciens standards pour l'Ukraine? Ou à minima des pièces détachées et systèmes d'armes. Edit : Ou effectivement si le Maroc ne veut pas se séparer de ses F-16 et qu'il compte tous les moderniser, peut-être en échange des Mirage F1. Ils sont déjà modernisé et peuvent emporter des AASM et des MICA en auto-défense. Ça ferait des plateformes supplémentaires pour l'Ukraine qui pourrait leur permettre de conduire plus de missions de bombardement.
  5. En soit ce n'est pas si cher payé si tu réparti ça sur l'ensemble de l'Europe surtout comparé à la valeur équivalente du flux qui y transite en temps normal. Le vrai problème c'est la logistique et le fait que ça va immobiliser des plateformes pour sécuriser la zone en permanence.
  6. Pour moi ils ont atteints le summum avec le coup des 3 cartes SIMs retrouvées chez un dangereux néo-nazi pro-ukrainien qui voulait assassiner le propagandiste en chef :
  7. Oui et non, ça peut aussi traduire un sentiment d'urgence à Moscou car ils sentent qu'ils approchent leur limites et que leur situation ne fera que se dégrader après ça. Donc ça peut aussi être un signe encourageant car ce genre de dictature s'est souvent effondrée de manière rapide et brutale avec peu de signes avant-coureurs. Ça reste cependant parfaitement hypothétique, donc il ne faut pas trop compter dessus (et ça présuppose également que l'Ukraine arrive à résister cette année effectivement).
  8. Oui c'est un vrai problème et la loi sur la mobilisation qui vient d'être votée par le parlement Ukrainien n'arrange probablement pas les choses. Le texte initial incluait une une échéance pour la démobilisation des conscrits. Cette échéance a été supprimée dans le texte voté et remplacée par un truc du genre "le gouvernement devra proposer des solutions au problème de l'épuisement de la 1ère vague". Forcément ça n'encourage pas les vocations. Par contre sur l'échelle de temps de 3 à 5 ans, c'est effectivement ça qu'il va falloir envisager. Il a fallu 4 ans pour épuiser l'Allemagne et ses alliés pendant la 1ère guerre mondiale et 6 ans pendant la 2nde. On est probablement même pas arrivé à la moitié du conflit. Il faudra maintenir la résilience côte Ukrainien pendant encore au moins 2 ans (tenir en 2024 avec un espoir d'inverser la tendance à partir de 2025) et pour ça il faudra que nous maintenions et intensifions le soutien industriel de notre côté. Si les Ukrainiens ne voient pas d'espoir de vaincre à l'horizon (intensification du soutien occidental et usure des Russe) alors effectivement leur moral risque de s'effondrer.
  9. Le gros avantage de la Lixiviation in situ c'est que ça permet d'exploiter des gisements où le minerai d'intérêt est trop faiblement concentré, où les veines sont trop profondes ou encore réparties sur une trop grande superficie. C'est une technique qui est avant tout utilisée pour des considérations économiques (autrement le gisement n'est tout simplement pas rentable). Le problème est évidemment que ça va contaminer les eaux souterraines avec l'acide et tout ce qui sera parti en solution. Ça se marie également très bien avec la fracturation hydraulique qui est une belle saloperie aussi^^ Certes les conditions de travail sont à prendre en compte dans l'analyse FOH. Un travailleur qui est dans des conditions pénibles pendant longtemps (typiquement le port du masque c'est 3h max) aura plus facilement tendance à faire des erreurs. Dans notre cas de figure, au lieu de vouloir faire les découpe dehors, elle auraient du être faites à l'intérieur d'un sas ventilé, en dépression par rapport à l'extérieur et munis d'une filtration THE sur l'extraction (ça c'est pour le risque environnemental et la protection des personnes environnantes). Pour la protection des travailleurs, si le port du masque est vraiment trop pénible, on utilise des combinaisons ou des haumes ventilés dans lesquels il est très confortable de travailler : Les solutions existent, mais elles ont un coût et pour les mettre en place encore faut il ne pas prendre le risque par dessus la jambe.
  10. Pour l'extraction minière ce sera toujours crade. Une mine propre ça n'existe pas. Pour le niveau de rigueur des Russes sur la sûreté et la RP je n'ai pas d'étude sous la main. C'est plus un consensus dans l'industrie nucléaire. Que ce soit mes profs durant mes études ou les collègues qui sont partis en mission là bas j'ai toujours eu des échos disant que c'est le grand n'importe quoi. Je me souviens d'une anecdote où sur de la découpe de déchets à l'extérieur (déjà c'est merdique) le seul moyen que les travailleurs avaient pour se protéger des poussières c'était d'arroser au tuyau en continu. En soit c'est vrai que c'est mieux que rien vis à vis des opérateurs, mais par contre ça va lessiver toute la merde qui va se retrouver dans l'environnement et in fine dans la chaîne alimentaire. Bref on est plutôt sur de l'anecdotique et ce n'est pas impossible qu'il y ait une part de cliché du type "Ils sont cons ces Russes quand même" qui se perpétue. D'un autre côté, il y a un vrai consensus partagé par tous les acteurs du nucléaire sur le fait que les Russes sont dans un je m'en foutisme géneralisé.
  11. Les contrats ne sont absolument pas indispensables Rosatom fait du ré-enrichissement d'uranium retraité à la Hague (URE). C'est une volonté d'EDF pour optimiser la matière mais ce n'est en aucun cas un impératif technique ou économique. C'est juste que ça coûte moins cher à faire en Russie car ils sont très en dessous des normes occidentales (et surtout française) d'un point de vue radioprotection et sûreté. Il y a des projets pour rapatrier cette activité en France mais on pourrait arrêter de traiter avec les Russes du jour au lendemain et ça n'aurait pour ainsi dire aucun impact. L'autre "contrat" en cours avec Rosatom est la production sous licence de combustible VVER (technologie REP Russe) en Europe afin justement de ne plus dépendre des Russes! C'est important pour les pays de l'Est et la Finlande qui exploitent ce type de réacteur, mais n'a absolument aucun impact sur la production électronucléaire française. Le partenariat avec Rosatom se fait simplement pour profiter du fait que les agréments des diverses autorités de sûreté existent déjà pour ce combustible (donc pas de dossier à monter pour faire valider un nouveau design) et d'éviter de se faire piquer les contrats par les Américains (Westinghouse) qui avaient un peu anticipé le truc et ont déjà un design validé par l'autorité de sûreté de je ne sais plus quel pays. Oui Rosatom est un acteur dominant au niveau mondial sur le cycle du combustible du fait de leurs surcapacité en terme d'enrichissement qui sont absolument démentielles et également du fait qu'ils ne sont pas cher car en dessous de tout niveau sûreté-radioprotection pour leurs travailleurs. Le fait que les Américains aient quasiment laissé disparaître leurs capacités industrielles dans le cycle du combustible et que l'industrie européenne soit dimensionnée pour approvisionner l'Europe et pas beaucoup plus participe aussi grandement aux succès exports de Rosatom. Il y a un autre domaine de compétition qu'est la vente de réacteurs clés en mains sur lequel Rosatom est par contre parfaitement au niveau d'un point de vue technique et compétitif d'un point de vue financier (car produisant des clients captifs de leur design de combustible). En résumé ils ne sont en rien indispensables et toutes les technologies sont maîtrisées en France. Il s'agit "juste" de faire monter en puissance notre outil industriel pour remplacer les Russes sur le marché Européen (et potentiellement plus tard à l'export). Et si autant sur l'industrie de l'armement c'est urgent et on est à la bourre, autant pour l'industrie nucléaire on a le temps de voir venir vu la facilité de stocker plusieurs années de consommation en Uranium.
  12. Le pouvoir politique est dans une fuite en avant complète et on a l'impression que ceux qui freinent le plus sont les hauts gradés de l'armée qui voient bien qu'il n'y a pas de stratégie de sortie de crise et que la situation post-guerre va être ingérable. Il y a un inversement complet du mode de fonctionnement qui devrait primer dans une démocratie (Le pouvoir politique défini des objectifs et le militaire propose des options).
  13. Certes mais le problème reste le même pour les jeunes actifs (dans une moindre mesure car il ont plus de ressources financières que des étudiants) et en particulier pour ceux dont les métiers ne sont pas très bien payés mais pour autant souvent essentiels pour que la ville puisse fonctionner. A terme ça peut avoir des effets très délétères sur l'économie d'un pays et sur sa démographie. Si on prends les exemples extrêmes en Asie que sont la Chine et la Corée du Sud on a des personnes qui sont coincés chez leurs parents parfois jusqu'à 40 ans, non pas par volonté mais par impossibilité de trouver un logement. Ça limite leur mobilité professionnelle (et donc souvent leur développement de carrière), rends plus difficile de faire des rencontres et de fonder une famille avec parfois des couples où les deux personnes vivent encore chez leur parents respectifs faute d'avoir les moyens de déménager (même à deux).
  14. Effectivement se loger est devenu dur dans la plupart des grandes métropoles européenne. Surtout pour les étudiants dont la famille ne peut pas les aider et qui ont donc des ressources financières très limitées. Je payais 580€ (charges comprises) pour un 18 m² (meublé et remis à neuf récemment) à Lyon il y a moins de 5 ans. J'avais la chance d'avoir ma bourse de thèse qui me garantissait des revenus réguliers et des réserves sur mon compte en banque. Mais même avec ça et deux parents pouvant se porter garants j'ai galéré à trouver de quoi me loger. Il y avait souvent 6 ou 7 personnes pour chaque visite d'appartement, résultat c'étaient systématiquement les plus "riches" comme moi dont les dossiers étaient acceptés (et encore j'ai du faire 3 semaines en auberge de jeunesse avant de trouver). Un étudiant lambda non boursier et/ou dont les parents sont trop riches pour bénéficier de la CAF mais pas assez pour payer un loyer supplémentaires n'ont aucune chance de trouver. Il y a des pénuries de logement qui font qu'on se retrouve avec des T1 parfois insalubres loués à des prix délirants. C'est un peu moins le cas quand on passe sur des T2 ou T3 mais ça reste cher en valeur absolue. Effectivement il va falloir à la fois décentraliser l'activité économique vers des métropoles secondaires qui ne sont pas encore complètement saturée et à la fois densifier les zones urbaines existantes. Une grosse partie du problème reste quand même la bulle immobilière qui est devenue complètement indécente et qui commence à peine à dégonfler.
  15. Les compétences et connaissances sont probablement parfaitement équivalentes. Par contre là où il y une différence c'est que les Américains ont essayé de monter leur L58 sur une tourelle pouvant tirer à 365° ce qui ne doit certainement pas faciliter les choses en terme de vibrations et d'arcure du tube. J'imagine que de monter ce genre de canons sur un système de type Caesar (débattement limité et soutien du tube possible sur sa longueur) pourrait simplifier le problème et réduire quelques peu l'usure (je suppose qu'un tube qui vibre ou pas parfaitement rectiligne va augmenter les frottements lors du passage de l'obus). Celà étant dit, la problématique de l'augmentation de la puissance des charges restera présente. Après il n'y a aucun projet concret pour aller au delà du L52 pour le moment (au mieux on commence à y réfléchir) et tout ce qu'on sait c'est qu'on a la capacité d'usiner au maximum du L62.
×
×
  • Create New...