Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Bocket

Members
  • Posts

    481
  • Joined

  • Last visited

Reputation

908 Excellent

Profile Information

  • Gender
    Male
  • Interests
    Aeronautique, actualités défense
  • Pays
    France

Recent Profile Visitors

2,058 profile views
  1. Selon le NY Times (libre) " Pour bombarder les positions russes sur l'île des Serpents, par exemple, les Ukrainiens ont placé des Caesar, d'une portée de 40 kilomètres, sur des barges et les ont remorquées sur 10 kilomètres pour frapper l'île, qui se trouvait à 50 kilomètres, ce qui a étonné les Français. " Le journaliste insiste sur le fait que les arsenaux des européens étaient déjà à moitié vides au début de la guerre, situation encore compliquée par de trop fréquentes incompatibilités : Les pays de l'OTAN ont fourni à l'Ukraine - souvent en grande pompe - de l'artillerie occidentale avancée, qui utilise des obus de 155 mm conformes aux normes de l'OTAN. Mais les systèmes de l'OTAN sont rarement certifiés pour utiliser des munitions produites par d'autres pays de l'OTAN, qui fabriquent souvent les obus différemment. (C'est un moyen pour les fabricants d'armes de s'assurer qu'ils peuvent vendre des munitions pour leurs canons, de la même manière que les fabricants d'imprimantes font leur beurre sur les cartouches d'encre). Bref il faut que les Ukrainiens et les occidentaux optimisent! https://www.nytimes.com/2022/11/26/world/europe/nato-weapons-shortage-ukraine.html?smid=nytcore-ios-share&referringSource=articleShare Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)
  2. La BBC sur le US cyber command en Ukraine (mais aussi en Lituanie, Croatie et d'autres pays Européens non précisés)- extraits de l'article (merci à B Tertrais qui les circule) https://www.bbc.com/news/uk-63328398 Début décembre de l'année dernière, une petite équipe militaire américaine dirigée par un jeune major est arrivée en Ukraine pour un voyage de reconnaissance avant un déploiement plus important. Mais le major a rapidement signalé qu'elle devait rester. "En l'espace d'une semaine, toute l'équipe était prête à partir à la chasse", se souvient l'un des membres de l'équipe. Ils étaient venus pour détecter des Russes en ligne et leurs partenaires ukrainiens leur ont fait comprendre qu'ils devaient commencer à travailler immédiatement. Elle a examiné la situation et m'a dit que l'équipe ne partirait pas", a déclaré à la BBC le major-général William J. Hartman, qui dirige la US Cyber National Mission Force, "Nous avons presque immédiatement reçu la réponse que "c'est différent en Ukraine en ce moment". Nous n'avons pas redéployé l'équipe, nous l'avons renforcée." Le Cyber Command de l'armée américaine voulait découvrir si des pirates russes avaient déjà infiltré les systèmes ukrainiens, se cachant au plus profond . En l'espace de deux semaines, leur mission est devenue l'un de ses plus grands déploiements, avec une quarantaine de personnes issues de tous les services armés américains. En janvier dernier, l'équipe en Ukraine .. a observé en temps réel une vague de logiciels dits "wiper", qui rendent les ordinateurs inutilisables, frapper plusieurs sites gouvernementaux. "Ils ont pu contribuer à l'analyse de certaines des attaques en cours et faciliter le partage de ces informations avec leurs partenaires aux États-Unis", explique le général Hartman. L'objectif était de déstabiliser le pays avant l'invasion de février. Quelques heures avant le début de l'invasion, le 24 février, une cyberattaque a paralysé un fournisseur américain de communications par satellite qui soutenait l'armée ukrainienne. Beaucoup ont prédit qu'il s'agirait du début d'une série d'attaques visant à détruire des secteurs clés tels que les chemins de fer. Mais cela ne s'est pas produit. L'une des raisons pour lesquelles les Russes n'ont peut-être pas eu autant de succès est que les Ukrainiens étaient mieux préparés", explique le général Hartman. Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)
  3. Un point sur les achats massifs Polonais en Corée qui déplaisent aussi bien aux Américains qu'aux Français . Même si beaucoup de ces annonces pourraient être remises en question après les élections législatives de nov 2023 , elles sont également une tentative de pression politique sur les Européens : Extraits: Rencontrez la future superpuissance militaire de l'Europe : Pologne. Varsovie se tourne vers d'importants contrats d'armement avec la Corée du Sud pour asseoir sa suprématie en Europe continentale. Même si Washington a salué les promesses de dépenses de défense de la Pologne, on se demande également si Varsovie va vraiment les respecter, ainsi que la frustration que le pays se tourne vers la Corée du Sud pour certains de ses plus gros achats. Au printemps dernier, la Pologne a signé un contrat de 23 milliards de złoty (4,9 milliards d'euros) pour l'achat de 250 chars Abrams aux États-Unis - un remplacement rapide des 240 chars de l'ère soviétique envoyés en Ukraine. Son armée de l'air est équipée de F-16 américains et en 2020, Varsovie a signé un contrat de 4,6 milliards de dollars pour 32 chasseurs F-35. Mais ses récentes dépenses militaires se sont concentrées sur la Corée...la Pologne a commandé pour 10 à 12 milliards de dollars d'armements à la Corée, a déclaré Mariusz Cielma, rédacteur et analyste de Nowa Technika Wojskowa, un site d'information et d'analyse sur la technologie militaire. Les contrats portent sur 180 chars K2 Black Panther, 200 obusiers K9 Thunder, 48 avions d'attaque légers FA-50 et 218 lance-roquettes K239 Chunmoo. .. En complément des livraisons immédiates, les Coréens devraient fournir un total de 1 000 chars K2 et 600 obusiers K9 d'ici le milieu ou la fin des années 2020. L'attrait de la Corée réside dans le fait que son équipement militaire est généralement moins cher que les alternatives américaines et européennes et qu'elle peut le produire selon un calendrier serré. Ces achats sont, bien sûr, un coup de pied dans la fourmilière du président français Emmanuel Macron, qui rêve d'une "autonomie stratégique" et imagine une Europe capable de se défendre avec des armes fabriquées sur place (très probablement en France). Mais les dirigeants polonais n'ont pas caché que la pression exercée par l'Europe sur la Pologne au sujet de ses réformes judiciaires controversées et d'autres questions a également joué un rôle dans la décision de faire du shopping à Séoul. Nous sommes prêts à acheter des armes dans d'autres pays de l'UE, mais ils doivent arrêter leur guerre contre la Pologne", a déclaré le président du PiS, Jarosław Kaczyński, au début du mois. "Nous sommes prêts à distribuer des accords et de l'argent, mais pas quand on nous dit qu'il n'y a pas d'État de droit en Pologne." Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)
  4. Si tout se passe bien (pas toujours le cas..) la fin novembre va être spectaculaire en remontée du parc . Source données Nuclear monitor, en rouge les premières date cibles (suivies à partir de début novembre)
  5. Une "confirmation" de plus que le retrait de Kherson n'était pas en mode panique et que les russes ont essentiellement laissé des miettes, mis au crédit du nouveau général. A noter que depuis le retrait de Kherson, les bilans quotidiens publiés par les Ukrainiens sont en baisse pour atteindre quasiment zéro aujourd'hui (3 blindés). Certains intervenants à la TV (LCI pour ne pas citer) avaient d'ailleurs souligné que ces bilans n'étant pas causés géographiquement , il était très possible que les gros chiffres revendiqués (25 blindés en moyenne par jour du 5 au 11 novembre !) étaient liés en grande partie à cette évacuation. Ordonnée mais couteuse.
  6. @Robert, j'ai bien peur que ce soit une ancienne vidéo ..
  7. J'étais très surpris par la différence entre la conso de 155 via les livraisons et la prod actuelle aux Etats unis mais évidemment s'il n'y a qu'une usine en prod. France 24 reprenant une dépêche AFP, indique une commande de 250 000 obus à des fournisseurs étrangers, cela risque d'être un peu juste. Boosting production : The Pentagon has furnished some 800,000 155mm artillery rounds to Ukraine, while United States has just one factory making them, the General Dynamics plant in Scranton, Pennsylvania that produces only 14,000 rounds a month. "We have plans... to get that in increments ultimately up to 36,000 a month in about three years," said LaPlante. But that would take annual production to just over half of what Washington has given the Ukrainians in less than six months. The Pentagon wants allies to ramp up their own production lines to help replenish stockpiles. The US military has recently announced a slew of new contracts with arms manufacturers inside and outside the United States to do this. It includes $364 million for 250,000 rounds of 155mm artillery ammunition from multiple makers, $624 million for Stinger anti-aircraft missiles, $324 million for Javelin anti-tank missiles, and millions more for other weapons systems, ammunition and defense supplies. https://www.france24.com/en/live-news/20220912-western-arms-production-to-ramp-up-as-ukraine-burns-through-stockpiles
  8. L'A320 heurte 1 camion de pompier au décollage : Vidéo spectaculaire de l'incident, selon les commentaires par de blessés mais fin de partie pour l'avion.
  9. La sous anticipation des besoins en pièces de rechange va handicaper sérieusement le MCO des PZH2000 livrés à l'Ukraine. Trainer les pieds volontairement ou anticipation d'une fin rapide du conflit ? À la fin de l'été, le bureau des achats de la Bundeswehr avait averti en vain le ministère de commander de nombreux lots de pièces de rechange pour les obusiers et les lance-roquettes multiples Mars II, car le matériel spécial avait de longs délais de livraison. Jusqu'à présent, cependant, il n'y a pas eu d'instructions correspondantes de la part du soi-disant état-major spécial en Ukraine. Le manque de pièces de rechange paralyse désormais également le soi-disant centre de réparation, que l'Allemagne veut mettre en place en Slovaquie d'ici la mi-décembre pour réparer les armes qui y sont livrées Certes, six obusiers allemands ont récemment été amenés en Lituanie pour une révision technique. Cependant, comme les pièces de rechange nécessaires pour les obusiers n'étaient disponibles ni auprès de l'industrie ni auprès de la Bundeswehr, les techniciens ont dû cannibaliser l'un des obusiers et le laisser en Lituanie pour le moment. (Trad DeepL) https://www.spiegel.de/politik/deutschland/ukraine-panzerhaubitzen-2000-wegen-ersatzteilmangels-ausser-gefecht-a-a9056b03-3c01-40cb-b495-611817741b21
  10. C'est vrai mais quelque part, ça me rappelle le renard de la fable "ils sont trop verts dit il et bon pour des goujats.."
  11. Les systèmes IRIS-T dont l'efficacité est vantée par les UKR (10/10 hier), avaient été considérés comme insuffisants par la Suisse . Pas adapté aux conditions météo, un peu comme jadis, les skis Français n'étaient pas adaptés à la neige japonaise.. Et voila obligés d'acheter des Patriots et de finir avec un trou dans la raquette. l y a quelques années, la Suisse était confrontée à la question de savoir s'il fallait se procurer Iris-T . Le système protège désormais le territoire ukrainien des raids aériens russes - Iris-T n'est pas venu ici. Depuis lors, il y a eu une lacune dans le système de défense aérienne suisse , rapportent les titres « Tamedia » . Alors que le Premier ministre ukrainien Denys Schmyhal a salué le système Iris-T produit par la société allemande Diehl Defence comme "extrêmement efficace", le ministre de la Défense de l'époque, Guy Parmelin, a arrêté le processus de sélection en 2016 du jour au lendemain. Cela a été précédé par des reportages médiatiques sur une "débâcle de fusée": Iris-T ne répondrait pas aux exigences de la Suisse, entre autres parce qu'il n'était pas adapté à toutes les conditions météorologiques, a-t-on dit. Annulation incompréhensible : Parmelin a estimé que les responsables du projet ne lui avaient pas donné les bonnes informations à l'époque et, selon un rapport d'enquête parlementaire, a pris les mesures appropriées sans consulter ses employés responsables. Cependant, la fin de l'exercice n'était "ni factuellement ni politiquement compréhensible", avaient rapporté les commissions d'audit des entreprises des deux conseils.... https://www.bluewin.ch/de/news/schweiz/die-schweiz-sucht-jetzt-eine-luftabwehr-die-sie-kuerzlich-noch-ablehnte-1465781.html
  12. Des grandes manœuvres commencent dans l'industrie d'armement pour fournir et reconstituer les stocks de munitions, à noter le "petit" budget de 20 milliards qui serait alloué par l'Allemagne à cet effet : Rheinmetall réagit à la demande croissante de munitions et rachète le concurrent espagnol Expal Systems pour 1,2 milliard d'euros.. le PDG Papperger a déclaré qu'Expal pourrait produire 250 000 à 300 000 obus d'artillerie par an. Rheinmetall lui-même a une capacité d'environ 80 000...La production de munitions sera l'un des sujets les plus importants pour Rheinmetall dans les années à venir. Après la fin de la guerre froide, de nombreux pays occidentaux avaient vidé leurs arsenaux et cherchent maintenant à les reconstituer. La Bundeswehr ne dispose également que d'un approvisionnement très limité en munitions. Le gouvernement fédéral prévoit de reconstituer les stocks et, selon les informations des politiciens, de dépenser jusqu'à environ 20 milliards d'euros.. https://www.handelsblatt.com/unternehmen/industrie/ruestungsindustrie-rheinmetall-kauft-munitionsfirma-mehr-gepard-munition-fuer-die-ukraine/28806920.html
  13. Après les Allemands, ce sont les 300 Anglais qui s'en vont du Mali : La Grande-Bretagne a annoncé lundi qu'elle retirait ses casques bleus du Mali, affirmant que la dépendance croissante du pays d'Afrique de l'Ouest à l'égard des mercenaires russes compromet la stabilité. Le ministre des Forces armées, James Heappey, a déclaré que la force britannique de 300 hommes qui est stationnée au Mali depuis 2020 dans le cadre d'une mission de maintien de la paix des Nations unies partira plus tôt que prévu. Il n'a pas donné de calendrier. M. Heappey a déclaré aux législateurs de la Chambre des communes que "la responsabilité de tout cela se trouve à Bamako", la capitale du Mali. "Deux coups d'État en trois ans ont sapé les efforts internationaux pour faire avancer la paix". Les tensions se sont accrues entre le Mali, ses voisins africains et l'Occident après que le gouvernement malien a autorisé des mercenaires russes du groupe Wagner à se déployer sur son territoire.M. Heappey a qualifié les forces de Wagner de "bande de voyous meurtriers et violateurs des droits de l'homme"."Le Groupe Wagner est lié à des violations massives des droits de l'homme et le partenariat du gouvernement malien avec le Groupe Wagner est contre-productif pour une stabilité et une sécurité durables dans leur région", a-t-il déclaré. Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite) https://www.washingtonpost.com/politics/uk-withdrawing-troops-from-mali-peacekeeping-mission/2022/11/14/17c2948c-6439-11ed-b08c-3ce222607059_story.html Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)
  14. Ah le fameux Serguei qui s'était distingué lors du conseil de sécurité précédant les reconnaissances d'indépendance. Pas sur qu'il ait maintenant une grande latitude vis à vis de quoi que ce soit. Semble-t-il désemparé et refusant de répondre directement aux questions du président russe, le patron du SVR (pour Sluzhba vneshney razvedki, les renseignements extérieurs) s’est ainsi retrouvé à bredouiller quelques mots confus, perdant totalement ses moyens face à un Vladimir Poutine carnassier et pris d’une colère froide. Ce qui a donné un échange lunaire: - Vladimir Poutine: “Dites-le clairement: est-ce que vous soutenez la proposition de reconnaissance de l’indépendance des deux Républiques?” - Sergueï Narychkine: “Je soutiendrai cette proposition.” - “Vous la soutiendrez ou vous la soutenez? Parlez sans détour!” - “Je soutiens la proposition de les intégrer à la Russie.” - “On ne parle pas de cela. Dites-le: est-ce que vous soutenez la reconnaissance de leur indépendance? Oui ou non?” - “Je soutiens la proposition quant à la reconnaissance de l’indépendance des Républiques de Donetsk et de Lougansk.” - “Merci, vous pouvez vous rasseoir.” https://www.huffingtonpost.fr/international/article/vladimir-poutine-glacant-face-a-serguei-narychkine-patron-du-renseignement-exterieur-russe_192948.html
  15. Une allure de petite casse, visiblement, les russes ont eu le temps de faire le ménage avant de partir.
×
×
  • Create New...