Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

MoX

Members
  • Posts

    1,604
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    1

MoX last won the day on October 19 2014

MoX had the most liked content!

Reputation

1,559 Excellent

About MoX

  • Birthday June 10

Profile Information

  • Gender
    Male
  • Pays
    France

Recent Profile Visitors

The recent visitors block is disabled and is not being shown to other users.

  1. Pour un type de gros pruneau défini, un largage par l'arrière cela reste "le rêve" pour la conception de la cellule ... la section à ouvrir pour le passage est ridicule quand comparée à une section de soute, et si dirigée vers l'arrière, les conséquences en terme de SER sont moins pénibles. Par contre en effet le Vigi n'a jamais su faire fonctionner ce concept. A voir si il peut être remis au goût du jour... les lois de la physique n'ont pas beaucoup changé entre temps, par contre on les connaît peut-être avec un peu plus de détail, et nous sommes surement un peu plus expérimenté dans les commandes de vol et formules aéro ...
  2. Ce que je pense aussi. L'Ukraine se doit d'être agressive intelligemment (càd frappes limitées aux installations militaires). Le pouvoir russe a une très forte probabilité de répondre (contrainte politique interne), et en maintenant la pression, on peut espérer voir l'ennemi faire un moins bon usage de son potentiel offensif. Une mission coordonnée d'attaque multi-axes, multi-vecteurs (missiles de croisière, missiles tactiques et drones) c'est une opération complexe à organiser (de la détermination des cibles à la couverture cap/sead au moment très "crucial" de pénétration des missiles). Mettre la pression sur une riposte "à l'émotion" (/politiques interne), c'est probablement la meilleure carte à jouer quand on sait que les mêmes munitions nous seraient de toutes façons destinées, mais dans un emploi plus dangereux.
  3. Comme dirait @Clairon , recentrage sur les opérations svp... à ce rythme là, ça sera bientôt pire qu'à Bakhmut ici.
  4. Oui enfin, entre ce qui est écrit et ce qui sera fait... et si c'était un élément de communication pour préparer à l'avènement d'un arrêt des combats, tout en donnant aux USA le rôle d'un hegemon méchant, peu fiable et mal intentionné ?
  5. Et du coup, dans une ecrasante majorité des scénarios, circulez, y'a rien à voir. Ici, on se prend les effets secondaires (au pire moment) de ce type de gestion, avec des répercussions macro-économiques réelle et des conséquences humaines quasiment garanties, pour s'acheter bonne conscience face à de l'hypothétique. Remarquez, d'expérience c'est malheureusement la même façon de penser aujourd'hui dans certains grands groupes industriels, et cela donne son lot de situations ubuesques avec des surcoûts bien réels et garantis très nettement supérieur au calcul pondéré [fréquence x gravité] associé au problème initial ...
  6. Ça reste un sujet très complexe qui dépasse nettement la question de capabilité capteur. Un guidage sur source IR, ce n'est plus la même trajectoire d'interception qu'un guidage radar. Je suppose que développer un missile avec quelques cas d'emploi pertinent peut être possible, mais j'imagine que c'est jugé comme étant très peu efficace en terme de dépense.
  7. Vu la portée considérée, j'imagine que le missile n'a pas d'acquisition IR de la cible au départ. Il faudrait considérer un missile tiré sur coordonnées datalink et qui ferait son guidage terminal sur une acquisition IR ... un peu à la manière d'un Fox-3 mais en plus compliqué sur le guidage initial et en moins garanti sur le guidage final. Probablement déjà étudié et rejeté pour une foule de bonnes raisons techniques et doctrinales.
  8. Ce qui semblait le plus vraisemblable hier. Et cette polémique a masqué un point important : à nouveau, les frappes en profondeur sont employées après un succès ukrainien important (reprise de Kherson). Les dernières grandes bordées avaient été envoyées suite à l'attaque sur Sébastopol, et avant cela, ce fut suite à l'attaque du pont de Kertch. Cet usage discontinu et frappant principalement les infrastructures civiles, est calibré pour satisfaire, voir exciter, les ultra russes (et c'est pas triste à lire ), mais j'ai l'impression que c'est trop peu articulé (ou en fait, trop articulé autour d'un emploi conçu pour être affiché/communiqué comme une riposte) pour avoir une efficacité maximale.
  9. Et une idée approximative de la distance de tir en sol-sol ? Car sauf si départ du territoire bielorusse, pour tomber en Pologne ça me paraît bien loin Belgorod... Ou alors intercepteur ukrainien égaré...
  10. Oui je pense que je j'ai pas apporté assez d'explication vue la question de Deres, le point n'étant pas d'entamer des discussions sérieuses aujourd'hui, mais plutôt de les faire miroiter comme source de découragement pour les populations d'en face, en gros ce que les russes ont tenté de la fin du printemps à la fin Août. D'un certains côté cela permet d'atténuer l'effet sur les opinions occidentales ("ça finira par se terminer"), de l'autre côté, sur une partie de l'opinion russe, cela peut avoir un effet démobilisateur fort ("ça va se figer sur les grosses lignes d'aujourd'hui, hors de question de crever pour Pervomaisk-sur-Molotchna"). Ma plus grande réserve étant que la partie russe perméable à ce genre d'information risque d'être assez limité.
  11. Intéressante la séquence actuelle. Bruissements de mains tendues, de "fenêtre de tir pour la paix", venant de la part de l'occident au sens large, et de l'Ukraine (VZ) en particulier. Ne serait-ce pas aussi mis en avant pour "infuser" dans la population russe et stimuler mécontentement et exaspération de la population proche des mobilisés ?
  12. Journaliste de la Pravda, je n'en attend pas grand-chose. A suivre pour comprendre la soupe servie au russe de base.
  13. Ça rappelle surtout que dans le monde des armes, contraindre est déjà un résultat Au final, cela reste l'image déjà connue - faible effet au sol sur le déroulement des combats. Par contre, cela souligne un résultat autrement peu visible : les CAP russes seraient efficaces et dissuasives sur les actions aériennes ukrainiennes.
  14. Attention, ceci est vrai ici et aujourd'hui, mais ça ne l'est pas là-bas et/ou hier. Je pense que c'est toujours le marquage en vigueur pour émissions radars en Russie, et je crois que c'eût aussi été notre marquage par le passé, j'imagine que le distinguo avec introduction du signe "rayonnement non ionisants" a du être nécessaire pour contenter les individus intellectuellement fragiles, les emotionnels du nucléaire et autres esprits complotistes de toutes sortes que nous subissons par chez nous...
  15. Bonjour Gianks, à votre avis, c'est l'aboutissement au temps attendu d'un procédé de sélection long, ou c'est une décision plus conjoncturelle prise/permise par la nouvelle structure politique ?
×
×
  • Create New...