Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Bocket

Members
  • Posts

    405
  • Joined

  • Last visited

Everything posted by Bocket

  1. Elle ressort cette video de 7 secondes , aujourd'hui sur le compte de "J.comme Jéjé" . C'est vrai que le gars est pénard fumant sa clope, tapant la discute avec ces nouveaux arrivants Selon la traduction fournie "He is smoking and saying smth “first time see troops here” our guys answer “we are as well, but we are banderovtsyi
  2. Super design des années 70, avec des pièces aujourd'hui de collection. Je me demande si les soums actuels bénéficient encore de ce type d'aménagements haut de gamme.
  3. Dans la liste des saboteurs possible de Nord stream, il y a aussi ce grand ami de l'Allemagne, qui la suspecte de chercher s'entendre indirectement avec la Russie pour les questions énergétiques
  4. La publication des résultats du referendum commentée simplement par G Araud (ex ambassadeur aux USA). Intéressant d'ailleurs à suivre pour profiter , un peu, de sa vaste expérience diplomatique.
  5. Le piège tendu par ceux qui avaient besoin d'une catastrophe à grande échelle humanitaire et économique afin de .. voyons voir.. comment dire .. là comme ça je ne vois pas ..mais ça va me revenir. V Poutine a été piégé à l'insu de son plein gré. C'était pas le genre à envahir ses voisins . On l'a forcé , je ne vois pas d'autre explications .
  6. Un grand convoi détruit à Djibo au Burkina, mais je le poste là car les attaquants viennent probablement du Mali (Djibo pas loin de la frontière)
  7. L'article de V Lamigeon est tellement à charge que l'on se demande bien comment ce projet continue : retards et couts pharaoniques, hybride de la carpe Allemande et du lapin Français, si loin des besoins opérationnels Français, moteur de conception américaine donc suspect de pouvoir être limité à l'export. Et enfin, les compétiteurs vont plus vite et sont beaucoup moins chers. Bref sur l'intérêt de ce projet, c'est un gradé anonyme de l'AAE qui en parle le mieux : "Peut-on vraiment se permettre, dans le contexte ukrainien, de mettre 7 milliards dans un engin qui reste une tondeuse à gazon volante, et n'arrivera au mieux qu'en fin de décennie?" . Pour Lamigeon on est collé avec, donc autant développer à coté du matériel plus adapté "Ces sujets menacent-ils l'avenir du programme? La signature du contrat en février dernier rend le scénario improbable. Mais le développement de drones de taille plus modeste, moins chers et disponibles plus rapidement apparaît indispensable. "L'Ukraine et le succès des drones turcs le montrent: il nous faut des drones plus rustiques, moins onéreux, qu'on pourrait qualifier de “consommables”" , assure le sénateur Cédric Perrin (vice président de la commission défense au Sénat)
  8. Ces drones iraniens ont une certaine efficacité. Les ukrainiens n'ont pas (suffisamment ?) de moyens de défense contre ces objets volants à relativement basse altitude . Hier il y avait des tweets mentionnant un essaim de 5 drones lancés sur un bâtiment militaire d'Odessa (et le touchant en partie) .
  9. A propos de mauvaise météo et des impacts terrifiants des tirs d'artillerie, cette video qui pourrait être prise ,selon les commentaires , au nord ouest de Lyman (vu la forêt)
  10. Coté Lyman, cela parait plutôt difficile. Aujourd'hui War Monitor indique "Heaviest fighting continues in Novoselivka and Drobysheve". C'était déjà quasiment le cas il y a 5 jours quand Drobysheve était déjà disputé (Carte d'un tweet de Bryan, telle que , juste rajouté la date).
  11. L'article cité par Paschi mentionne un programme d'acquisition de 1400 camions. La DGA aurait l'intention de passer par un fournisseur unique. Problème dans la short list qui aurait émergé , pas de "poids lourds" Français ni de Renault, ni Peugot, mais uniquement Arquus (pour un tel marché ?)
  12. Cedric Mas rappelle qu'il existe des armes "conventionnelles" majeures, encore non utilisées, qui pourraient l' être avant un saut nucléaire. Il cite vers 2'50 la Father of All bombs. Si je comprends bien , effet colossal sur un rayon de 300m (wikipedia: effet d'une petite bombe nucléaire) . Quoi d'autre ?
  13. Le front atteint l'aéroport de Donetsk. Cette vidéo montre 2 véhicules ukrainiens (détruits) à quelques centaines de mètres des pistes (publication hier). https://dnr-news.ru/society/2022/09/20/111000.html
  14. La maintenance difficile des matériels étrangers, sur utilisés et pour lesquels les pièces ne sont pas dispos directement. Reportage sur un centre américain a été installé en Pologne pour conseiller et commander les pièces, disposant de 14 chats , un par matériel. L'intensité d'utilisation des canons est la grosse surprise ": l 'usure de ces canons est une chose à laquelle nous n'étions pas préparés en raison de la cadence à laquelle [les Ukrainiens] tirent ces obus. Leur dépendance à l'égard de ce système d'artillerie de campagne est ce qui les maintient dans ce combat". "Quand ils les tirent de cette façon, vous voyez des tendances, vous voyez des défauts communs. Ils n'ont pas été testés de cette manière... parce qu'ils sont juste, ce ne sont pas des chiffres [de tir] que le produit ou les gestionnaires du programme utilisent même pour nous stresser." Certaines pièces difficiles à obtenir requièrent toute la gamme de l'ingéniosité ukrainienne. Ils utilisent la conception assistée par ordinateur pour dessiner des modèles, les soumettent à des spécialistes américains pour obtenir des conseils et fabriquent eux-mêmes les pièces. Les Ukrainiens n'ont pas de ligne directe avec les fabricants d'armes américains et il n'y a pas de personnel américain dans le pays pour commander des pièces de rechange ou coordonner les expéditions, Il n'y a aucun approvisionnement pour beaucoup de choses. Et donc... nous ne nous arrêtons pas pour essayer de résoudre ces problèmes. . https://www.defenseone.com/technology/2022/09/us-soldiers-provide-telemaintenance-ukrainians-macgyver-their-weapons/377306/
  15. Wanted 1 million de roubles (17K USD) pour la capture d'un THeMIS en bon état selon la chaine telegram BMPD du Centre d'analyse des stratégies et des technologies (CAST). Un post ancien 4 septembre. Quelle peut être la technologie qui justifie un prix pareil ? La machine THeMIS est le produit de démarrage et la "signature" de Milrem Robotics. À ce jour, les plates-formes THeMIS ont été acquises par les armées de 11 pays, dont sept sont membres de l'OTAN, notamment l'Estonie, l'Allemagne, la France, les Pays-Bas, la Norvège, le Royaume-Uni et les États-Unis, et sont utilisées principalement à des fins d'essai et d'expérimentation. Bien que THeMIS ait été utilisé dans le cadre de l'opération militaire de l'Union européenne au Mali, l'Ukraine sera probablement le premier pays à tenter une utilisation à grande échelle de la plate-forme dans des opérations de combat. Ce dispositif présentant un intérêt technique indéniable, le Centre d'analyse des stratégies et des technologies (CAST) annonce une récompense de 1 million de roubles à tout militaire ou agent d'agences de sécurité, ou à un groupe de ceux-ci, qui s'emparerait d'une plate-forme THeMIS en état plus ou moins complet en Ukraine et la mettrait à la disposition du ministère russe de la Défense. Cette offre a été convenue avec les autorités compétentes. Le paiement sera effectué par la CAST sur la base d'un rapport sur l'inspection du trophée, qui sera fourni par des spécialistes du profil pertinent du ministère russe de la défense. Terad Deepl https://t.me/bmpd_cast/12945
  16. Premières victimes des drones tueurs iraniens ? A prendre avec des pincettes .
  17. La gloire du panzerhaubitze 2000, trés versatile dans son utilisation . Extraits de l'article T One line Des armes allemandes ont déjà été utilisées lors de la première contre-offensive à Kharkiv en mai, comme l'a rapporté t-online sur place à l'époque . Alors qu'à l'époque il s'agissait encore d'armes légères comme la mitrailleuse MG 42 de la Seconde Guerre mondiale,, Pour Frank Ledwidge de l'Université de Portsmouth, le Panzerhaubitze 2000 est une pièce importante du puzzle de la stratégie de guerre de l'Ukraine. C'est le système d'artillerie « le plus puissant et le plus moderne » au monde. Les trois grands avantages sont : la précision, la cadence de tir et la fiabilité. "L'obusier automoteur atteint la cible à une distance de 30 kilomètres avec une déviation maximale de cinq à dix mètres." Le journaliste et expert en sécurité Thomas Wiegold qualifie l'arme de "changeur de jeu", bien qu'il y ait jusqu'à présent des "preuves anecdotiques". La précision de l'obusier automoteur s'est avérée un facteur décisif dans l'avancée rapide des Ukrainiens sur Kupyansk, l'officier d'artillerie Kovalenko en convient : « Nous avons eu besoin de 12 obus pour briser le pont. Avec l'artillerie à tubes soviétique ou russe, nous aurions pu avoir 50 ou plus d'obus nécessaires." Ce n'est pas seulement un problème logistique car davantage de camions de munitions non blindés devraient se rendre au front. Le danger serait également plus grand pour l'équipage : "Plus on doit tirer longtemps sur une cible, plus on est une proie facile pour les drones russes et l'artillerie ennemie." Selon Kovalenko, l'obusier automoteur a également fait ses preuves dans les échanges de tirs directs contre les chars russes: "Nous utilisons des obus SMArt d'un calibre de 155 millimètres contre les chars de combat principaux ennemis." Cette grenade de précision à la pointe de la technologie explose au-dessus de la cible et tire ses munitions en parachute. Des capteurs radar et infrarouge guident les engins explosifs en toute sécurité vers la cible. C'est une autre raison pour laquelle l'obusier de char allemand est une "cible élevée pour l'ennemi", explique le soldat. Des drones russes fouillaient régulièrement le front pour éliminer les systèmes d'artillerie allemands. Les obusiers allemands ont déjà été touchés et endommagés, "mais nous n'en avons pas encore perdu. Le blindage est bon, surtout au sommet de la caisse et de la tourelle." https://www.t-online.de/nachrichten/ukraine/id_100051946/gegenoffensive-der-ukraine-deutsche-panzerhaubitze-half-bei-rueckeroberung.html
  18. La position de la France en matériel de formation de l'armée ukrainienne selon "un conseiller de S Lecornu", des formations "plus spécialisées: , forces spéciales ? Extraits de l'article concernant la France "La France, l'autre grande puissance militaire d'Europe occidentale, a décidé de ne pas lancer un programme d'entraînement de masse des soldats ukrainiens, a déclaré un conseiller du ministre français de la Défense, Sébastien Lecornu, conformément au "souhait du président français Emmanuel Macron de rester une "puissance d'équilibre"". Selon les chiffres officiels du gouvernement français, la France a formé un grand total de 40 soldats ukrainiens depuis le début de la guerre, principalement sur l'utilisation des canons automoteurs français Caesar. ... Le fonctionnaire a également laissé entendre que d'autres formations "spécialisées" dirigées par la France pourraient avoir lieu dans l'ombre. Le Royaume-Uni a choisi d'aller de l'avant avec la formation de base. Nous faisons une formation plus spécialisée", a-t-il déclaré. "Nous n'allons pas vous dire tout ce que nous faisons". Il est certainement vrai qu'"un manque de transparence" sur l'activité française fait obstacle à des jugements éclairés sur ce que fait réellement la France, selon un chercheur travaillant dans une institution militaire française. "Tout est classifié", se plaint le chercheur, qui souhaite rester anonyme. "En France, nous ne savons pas ce qui se passe... Même la stratégie qui se cache derrière, ce n'est pas clair. Nous ne savons pas si c'est la politique, ou l'armée - ou si des programmes d'entraînement seront lancés plus tard", a-t-il ajouté. Le colonel français à la retraite et consultant militaire, Michel Goya, ne doute pas que la position de la France sur la formation soit un choix politique direct ... Mais le général français à la retraite Jérôme Pellistrandi a déclaré que les forces françaises sont également prises dans des déploiements à l'étranger au Sahel et au Moyen-Orient, et sont donc moins en mesure d'accueillir des programmes de formation à grande échelle sur le territoire national. "La question est de savoir quelles forces sont disponibles en ce moment. [Les Britanniques] ont moins d'engagements à l'étranger que les Français. Nous avons donc visé la qualité, et non la quantité, en matière de formation militaire", a déclaré M. Pellistrandi. Les responsables français ont déclaré que la France participerait à un programme de formation militaire au niveau de l'UE mis en place par Josep Borrell, l'envoyé principal de l'UE, mais ces discussions n'en sont qu'à leurs débuts. "C'est l'UE classique en termes de rapidité", a déclaré Ed Arnold, chargé de recherche sur la sécurité européenne au Royal United Services Institute (RUSI), un groupe de réflexion basé à Londres. "Ce n'est pas une décision très difficile pour l'UE, mais elle prend un peu de temps. Les membres de l'UE qui ont rejoint le cadre britannique l'ont probablement fait par opportunisme." Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite) https://www.politico.eu/article/uk-and-france-at-odds-over-military-training-for-ukrainians/
  19. Quand le passage doit se faire maintenant à gué: ici quelques centimètres de plus et il restait sur place.
  20. La Chine tiraillée entre le soutien " stratégique "à la Russie histoire de contrer les USA et le rapprochement "tactique" avec les républiques d'Asie centrale , en particulier le Kazakhstan, qui ne voient pas du tout d'un bon d'oeil l'invasion de l'Ukraine. Cette opposition avait déjà eu lieu lors des réunions de 2008. Rien n'est simple. "Par exemple, lors du sommet de l'OCS de 2008 à Douchanbé, au Tadjikistan, le président de l'époque, Dmitri Medvedev, a tenté sans succès de faire approuver par le groupe les actions de la Russie en Géorgie, où elle a envahi puis détaché l'Abkhazie et l'Ossétie du Sud. Les autres membres de l'OCS ont refusé, la Chine ralliant une grande partie de l'opposition, notamment parce que le précédent que constitue le détachement de parties d'États souverains pourrait, du point de vue de Pékin, affaiblir sa revendication de "souveraineté" sur Taïwan. Aujourd'hui, la Chine s'est considérablement rapprochée de Moscou sur le plan stratégique, mais les membres d'Asie centrale de l'OCS ont également plus de pouvoir et d'influence qu'en 2008." Conclusion : D'une part, la Chine apportera un soutien diplomatique à la Russie et s'engagera largement en faveur d'une entente Pékin-Moscou dont la principale raison d'être et le principal objectif sont de faire contrepoids à Washington et de faire obstacle aux institutions mondiales et aux préférences politiques de l'Occident transatlantique et du Japon. D'autre part, la Chine continuera à se conformer de facto aux sanctions occidentales afin d'éviter de se faire une cible sur le dos, et elle déploiera un langage peu nuancé sur la "paix" et la "stabilité" afin d'apaiser les nations d'Asie centrale et les partenaires du Sud qui sont inquiets de la guerre de Moscou en Ukraine. Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite) https://carnegieendowment.org/2022/09/13/wrong-way-to-view-xi-putin-meeting-pub-87908
  21. On serait passé tout prés de la paix au début du conflit selon cette dépêche de Reuter : * Deux des trois sources (proches du pouvoir Russe) ont déclaré qu'un effort pour finaliser l'accord a été fait immédiatement après l'invasion russe du 24 février. Dans les jours qui ont suivi, Kozak pensait avoir obtenu l'accord de l'Ukraine sur les principales conditions recherchées par la Russie et a recommandé à Poutine de signer un accord, ont indiqué les sources. "Après le 24 février, Kozak a eu carte blanche : ils lui ont donné le feu vert, il a obtenu l'accord. Il l'a ramené et ils lui ont dit de dégager. Tout a été annulé. Poutine a simplement modifié le plan au fur et à mesure", a déclaré l'une des sources proches des dirigeants russes. *La troisième source - qui a été informée des événements par des personnes qui ont été mises au courant des discussions entre Kozak et Poutine - diffère sur le timing, disant que Kozak a proposé l'accord à Poutine, et l'a fait rejeter, juste avant l'invasion. Les sources ont toutes requis l'anonymat afin de partager des informations internes sensibles Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite) https://www.reuters.com/world/asia-pacific/exclusive-war-began-putin-rejected-ukraine-peace-deal-recommended-by-his-aide-2022-09-14/
  22. Les répercussions ce sont aussi aussi des oligarques de plus en plus maladroits : I Pechorin s'est tué en tombant d'un bateau dans la mer du Japon . C'est le deuxième accident du mois après celui du président de Loukoil tombé par la fenêtre. Il devient le septième oligarque depuis le début de l'année qui n'a pas supporté cette gerre. https://www.lindependant.fr/2022/09/13/guerre-en-ukraine-il-est-tombe-dun-bateau-a-grande-vitesse-le-nouveau-suicide-suspect-dun-oligarque-russe-proche-de-poutine-10540976.php
  23. Une guerre par proxy à qui on peut faire porter le chapeau, possible selon le Jerusalem Post . L'article publié à 16h40 " Russia is losing in Ukraine - who will it blame? " se conclut en anticipant une réaction sur les villes "Si la Russie estime qu'elle perd trop de matériel, elle pourrait répondre par de nouvelles attaques contre les villes ukrainiennes. La question est de savoir si les puissances de l'OTAN ont équipé l'Ukraine des armes et des défenses adéquates pour arrêter toute réaction russe. Quelle est la valeur de la defense anti missiles Ukrainienne aujourd'hui, pas si clair contre des vagues de missiles. Extrait : La Russie participe cette semaine à l'Organisation de coopération de Shanghai aux côtés d'autres régimes autoritaires. Elle ne voudra pas être perçue comme perdante en Ukraine. Toutefois, si Moscou peut rejeter la responsabilité de l'échec sur ses partenaires séparatistes ukrainiens et prétendre qu'elle mène la guerre avec ces mandataires, elle pourra peut-être sauver la face. Moscou a été réticent à engager un grand nombre de troupes et d'avions en Ukraine, préférant mener une opération avec une main attachée dans le dos. Cela s'explique par le fait que la Russie veut mener cette guerre en utilisant d'autres personnes. Elle espère détruire l'Ukraine sans avoir à sacrifier des Russes ordinaires, et risquer de remettre en question le leadership du président Vladimir Poutine. En bref, la Russie veut une guerre facile dans laquelle les autres paient le prix de ses politiques". Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite) https://www.jpost.com/international/article-716886
  24. Il doit y avoir quand même un peu de vrai sur le souhait d'en terminer "par le haut" (enfin si possible). VP l'aurait souligné aux parlementaires: Négociations : La Russie « ne rejette pas » les négociations avec l'Ukraine, mais il y a des « retards qui compliquent le processus de négociation ». C'est ce qu'a déclaré le ministre des Affaires étrangères Serghei Lavrov cité par TASS. Dans une interview accordée à la télévision Rossiya-1, Lavrov a rapporté que Vladimir Poutine avait convoqué une réunion avec la Douma, la chambre basse du Parlement, et les dirigeants des différentes factions. "Le président a dit aux participants que nous ne rejetons pas les négociations", a souligné Lavrov, mais a accusé les Ukrainiens de retarder le processus de négociation. Kiev, a déclaré Poutine selon le récit de Lavrov, "devrait comprendre que plus le processus est retardé, plus il sera difficile de négocier avec nous https://www.ansa.it/sito/notizie/mondo/2022/09/11/ucraina-le-truppe-di-kiev-continuano-ad-avanzare-nel-sud_a8467585-5e33-4df3-a041-93e703970259.html
×
×
  • Create New...