Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Boule75

Members
  • Posts

    15,683
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    87

Boule75 last won the day on October 22

Boule75 had the most liked content!

Reputation

14,730 Excellent

Profile Information

  • Gender
    Male
  • Location
    Paris
  • Pays
    France

Recent Profile Visitors

13,661 profile views
  1. Non. La presse de Murdoch a braillé à la dérive des coûts, des délais, a comparé les choux et les carottes, et c'était n'importe quoi. Ah ouais.... Tu les prends vraiment pour des abrutis complets. Ca n'était pas très clair lorsqu'Albanese est venu à Paris. Il avait l'air de ne pas nous prendre pour des singes, pourtant. Si ce sont les prochaines élections, elles ne sont pas encore passées ! Je ne te suis pas. Donc ils achèteraient des sous-marins chinois pour se protéger de la Chine, par anti-gallicisme maladif ? Il faudra peut-être songer à cesser la paranoïa, ça altère le discernement. Elle ne s'est pas fait "enfler" : il y a avait des clauses au contrat, Naval Group avait engagé des frais, passé déjà des contrats en Australie (qu'il a probablement fallu dénouer), probablement déjà transmis des éléments de savoir-faire de haute valeur en formant les Australiens sur place et en affinant la conception des classe Attack. C'est un dédommagement conforme au contrat après une négociation qui a semblé satisfaire les deux parties. La proposition commerciale serait différente : pas de fabrication en Australie, seulement de l'entretien. Et livraison 5 ou 10 ans avant la livraison des premiers machins de l'Aukus. On a probablement désormais une connaissance des capacités australiennes beaucoup plus fine que les allemands, et des contacts qui ont, eux aussi, été trompés par l'Aukus. Naval Group part avec un avantage concret monumental. Rien n'empêche de trouver un prix raisonnable (pour peu que les clauses d'annulations soient claires... ) TKMS s'est (re-)positionné ?
  2. Mais pourquoi donc reprends-tu les éléments de langages mensongers des anglo-américains ? Il y a eu une campagne d'intox médiatique lourde, méthodique, prolongée critiquant le projet. Projet qui se déroulait très bien, d'après le propre avis du Ministère de la Défense australien, de son directeur de programme, de l'ambassadrice en France, et même au final - tadaaa ! celui de Scot Morisson. Aukus est à 300% l'élément déclencheur, et d'ailleurs s'il est déclenché trop tôt et n'importe comment, c'est parce que le programme de Naval Group se déroulait très bien et allait franchir un jalon majeur (lancement de phase suivante après achèvement réussi de la précédente). Quant à la "sortie par le haut"... Rendez-vous en 2045, disons.
  3. Ah mais ça, c'était un préalable pour - éventuellement - la suite, et qui a vraisemblablement été traité avec un grand sérieux. Le montant très significatif (550 millions d'€ quand même !), négocié en bonne entente, me laisse à penser que le gouvernement australien a souhaité que cette partie-là soit soldée proprement.
  4. Tu confonds entre deux mécanismes : celui où l'on se serait fait jeter par consensus ; le terme est précis et on a bien vu dans la presse australienne qu'il n'y avait pas de consensus, d'ailleurs Morisson s'est fait virer. celui où l'Australie, après s'être faite retourner et s'être dédite stupidement, n'a pas voulu se re-dédire. Et tu vas vite en besogne en affirmant que la proposition pour 4 sous-marins intérimaires, dont tu ne veux pas par ailleurs, est morte-née. Les soums US ne sont pas signés non plus.
  5. Revenons à l'essentiel : y a-t-il des toilettes à bord ?
  6. Ah... Enfin des buts de guerre clairs ! Prise de Kiev, suppression de la démocratie ukrainienne conçue comme une anti-Russie dont la continuation provoquerait la destruction de la Russie. "Nous ou eux".
  7. Tu oublies à mon sens deux points capitaux et dont la complexité ne fait que croître : la compatibilité des protocoles applicatifs et des formats de données, de leur maintien dans le temps, la gestion de leurs évolutions ; tout ce qui a trait à l'identification/authentification, au renouvellement des clés, à la gestion des autorisations (qui a le droit de voir/écrire quoi, qui a le droit de le décréter et comment, et comment on le contrôle), à la délivrance et au suivi des accréditations (qui rentre/sort de tel groupe). Plus le système grossit, plus il y a de données échangées, plus il y a de monde qui en produit et qui les utilise. Le tout interfère avec des principes qui sont souvent profondément structurants mais disparates et propres à chaque logiciel et à chaque organisation, avec des impacts évidemment majeurs. Une véritable tannée.
  8. Hum... Personne ne doute qu'ils soient bons dans la crypto, mais ça n'est qu'un tout petit bout de la chose, en fait, un bout important, peut-être même cher, mais petit.
  9. C'est la télé : ils orientent peut-être le discours en fonction du type d'audience.
  10. Elle va être d'autant plus "versatile" qu'elle sera biberonnée par les bonnes nouvelles sauce Kremlin.
  11. Tu peux parfaitement avoir deux parties qui ne se font pas confiance mais qui tiennent leurs engagements après négociation : ça arrive tous les jours dans le commerce. J'ai bien l'impression qu'on ne se comprend pas, là... Tu affirmes que le préalable à une négo c'est la confiance : ça me paraît évidemment faux et tu en donne d'ailleurs au moins un exemple criant, Doha. Doha, une négociation où personne n'avait confiance, personne n'était dupe et qui s'est soldé par une espèce de succès désastreux : les US sont partis avec très peu de morts (ce qui était leur objectif premier voire unique), les talibans ne leur ont pas tiré dessus et ont le pouvoir (comme ils l'escomptaient).
  12. Par exemple ! On n'a pas la séquence qui précède ces accusations de "Zelensky antéchrist" dans cette émission-là mais, pour en avoir entr’aperçu une ou deux autres du même tonneau, il me semble que le procédé est tout de même particulièrement grossier : il n'y a même pas de tentative d'explication ni aucun élément fourni auquel le destinataire du message pourrait se raccrocher pour adhérer à la thèse proposée. Pas d'intro, de thèse, ou d'antithèse, non : on assène directement la conclusion et on brode autour.
  13. Gagner du temps, se résoudre à vouloir cesser un massacre insupportable, espérer que, cette fois-ci, on parviendra vraiment à un arrangement durable tout en se préparant à ce que l'adversaire remette le couvert : il y a a toute une palette des possibles. La confiance était-elle ce qui domainait les discussions entre l'Egypte et Israël à Camp David ? Ca m'étonnerait lourdement. Mais ça n'a pas empêché que des négociations aient lieu. La bonne foi, postérieurement à un accord, me paraît autrement plus importante pour la réussite de ce dernier que la confiance préalable à la négociation.
  14. Je suis pourtant souvent d'accord avec toi, mais pas là, non : la confiance en l'autre partie n'est nullement un préalable à la négociation.
  15. Mais encore ? De l'OpenStack monté hors Internet ? De quelle taille, avec quels services ? Tenus à jour ? Capables d’accueillir des travaux de tiers ou développés dans un mode totalement verrouillé avec trois applications, certes critiques, qui se battent en duel et une rigidité relevant beaucoup plus de la jambe de bois que du nuage ? On a tellement entendu de pontes se gargariser de tout le vocabulaire kikoolol du cloud pour tout et n'importe quoi, surtout pour n'importe quoi d'ailleurs, que je demande à voir.
×
×
  • Create New...