Boule75

Members
  • Compteur de contenus

    9 150
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Days Won

    50

Boule75 last won the day on May 11

Boule75 had the most liked content!

Réputation sur la communauté

5 330 Excellent

Profile Information

  • Gender
    Male
  • Location
    Paris
  • Pays
    France

Visiteurs récents du profil

3 376 visualisations du profil
  1. Boule75

    Politique étrangère des USA

    Attendez, laissez-moi deviner : ils veulent augmenter le budget du Pentagone, c'est ça ? Idée rare, idée brillante ! Comme l'an dernier en fait.
  2. D'un autre côté c'est pile-poil dans la ligne de ce qu'il était demandé à Berlin : qu'on n'ait pas besoin d'un processus parlementaire long pour seulement débuter le recensement des boutons de guètres. Bref...
  3. Boule75

    FCAS SCAF et connexes (NGWS, drone FCAS - DP etc.)

    Restons concrets : maîtresse de qui ?
  4. Boule75

    MBT Leclerc : Genèse/Vie opérationnelle/Futur

    Vos deux explications ne sont pas exclusives, notes bien : la tour ronde est censés mieux résister aux projectiles, optimiser le rapport superficie intérieure / périmètre et limiter les angles morts. En revanche, elle est a priori plus complexe à contruire.
  5. Sur-résumé de ce résumé des "sujets qui pourraient fâcher au RU" du Guardian, après première lecture : la "période de transition", durant laquelle un accord sur l'Irlande est recherché, peut être renouvelée indéfiniment. Si pas de prolongation et pas d'accord, retour sur le backstop (union douanière UE-Irlande du Nord, douanes maritimes avec le reste du RU), obligation au RU de s'aligner sur les législations EU, y compris leurs évolutions, en matière de droit du travail, de l'environnement, et fiscal. Intégration explicite immédiate de 3 directives fiscales (échanges d'info, rapport sur les investissements, code de conduite fiscale). Clauses de non-régression : interdiction faite au RU de tendre vers le moins-disant (par exemple en dégradant son droit social pour chercher plus de compétitivité, etc...), le futur traité-d'après-divorce en matière commerciale est censé être bâti sur les principes de l'accord intérimaire, pêche : on verra plus tard, primauté de la Cour Européenne de Justice, mais création d'un organe d'arbitrage préalable de 5 juges, services financiers : le RU n'aurait qu'un accès limité seulement, du même type que les accès autorisés aux firmes US ou Jp. Et donc interdiction pour le RU d'appliquer quelque nouvel accord commercial avec des tiers tant qu'on reste dans la phase intérimaire. Ils ont le droit de - tenter de - négocier leurs futurs accords. Pas très loin du statut norvégien, en quelque sorte...
  6. Boule75

    [A-400 M] le défi stratégique européen

    18 atterrissages sur différents types de terrains : est-ce que c'est significatif pour une qualification ? Y a-t-il plusieurs qualifications ? (on ne sait pas s'ils ont fait varier la charge et simulé des pistes plus ou moins courtes à chaque fois, et je ne sais pas non plus combien de fois il faut répéter chaque manœuvre pour considérer que l'avion est qualifié dans un ensemble de paramètres donné. D'où la question)
  7. Boule75

    La Composante Air belge

    Est-ce bien toi qui affirmait péremptoirement que la France proposait un avion différent du sien à la Belgique ? Les as-tu lues, finalement, ces 3000 pages ? C'est signé ?
  8. Boule75

    La Composante Air belge

    Toi, tu as eu une copie des 3000 pages ! Non ? Si non je dirais que, précisément, la France proposait à la Belgique d'acquérir exactement le même avion que les siens, vu qu'il s'agissait de les définir ensemble... C'était d'ailleurs un pré-requis du RfGP (qui est probablement passé à la trappe dans le cas du F-35) : "même avion que le pays vendeur, même doctrine d'emploi". Mais on n'va pas r'commencer à râler : la procédure a été limpidement opaque, c'est déjà ça .
  9. Edit2 : en fait il semble qu'un autre document soit également là, cette fois-ci publié par l'UE . Le doc anglais vient de Word sous Mac. Le doc de L'UE vient de Word 2010 et a été apparemment modifié pour la dernière fois aujourd'hui par un certain Jonathan UPHOFF. 585 pages dans les deux cas, en A4 : jeu des 7 erreurs.... Ca c'est d l'info, coco !
  10. Oh non : ça doit leur interdire toute négociation indépendante d'accords commerciaux, toute voix au chapitre à Bruxelles ou Strasbourg, etc... Plus aucun pouvoir de blocage par les institutions. Et rien ne dit que (toute) la finance soit concernée par l'accord, par exemple, qu'ils aient le droit de brider les mouvements de personnes, etc... Edit : le texte complet du projet d'accord intérimaire est là.
  11. C'est toujours comme ça ("concurrence sauvage") que ces termes de "concurrence libre et non-faussée" ont été interprétés à la fois par les ultra-libéraux et par l'essentiel des tenants du "non" au référendum de 2005. Je n'ai jamais trop compris la thèse de ces derniers en matière de concurrence : faut-il n'en pas parler ? Si on en parle : quelle doctrine ? "Libre" n'est pas trop contestable ; c'est déjà le cas en France et dans l'UE dans la plupart des domaines : liberté de commerce encadrée par la Loi. On ne voudrait pas en venir au Plan, n'est-ce pas ? Reste donc le terme de "non-faussée" qui déplaît. Faudrait-il que la concurrence soit "faussée" ? "Un peu faussée", "suffisamment faussée" ? "Au sein du marché unique européen, la concurrence est libre et assez faussée" : ça aurait eu de la gueule... Si on en parle, je pense que beaucoup de monde serait d'accord pour inclure des aspects de "respect des régulations", de "prise en compte des externalités négatives", etc... D'autres, allant plus loin, auraient carrément pensé à une harmonisation générale fiscale et juridique, mais les tenants du "non" n'étaient pas trop sur cette voie. J'ai toujours trouvé que les derniers manquaient cruellement d'imagination juridique. On peut certainement affirmer, par exemple, que les divergences fiscales faussent la concurrence et qu'en conséquence elles doivent être éliminées (par exemple ). Mais bon, c'est compliqué ; au final, c'est la concurrence sauvage qui est la norme. Pourquoi voter pour un progrès imparfait quand on peut juste refuser de changer un statu quo totalement imparfait ?
  12. Boule75

    USA

    Les medias US ont écouté le verbatim de Macron : quand il parlait de se protéger au niveau européen de la Russie, de la Chine et des USA , c'était spécifiquement en matière de cyberwarfare. Fichtre rien de scandaleux. A la limite, il manquait les anglais Maintenant qu'on serait interdits de vendre des armes aux alliés faute d'appartenir aux Five Eyes (ça n'a toujours pas grand sens, mais bon...).
  13. Bah ! Le "président" US qui fait monter la cote du président français, gratuitement et sans le comprendre, c'est déjà pas si mal. Macron fait profil "moyen", pas profil bas. L'autre tanche en rajoute du coup, sans trop comprendre ce qui se passe : la séquence n'est pas si mauvaise...
  14. [J'ai coupé pour raccourcir, pas pour signifier] C'est ça qui est bien ici : on peut discuter, les points de vue sont pris en compte Autre passage important me semble-t-il, dans le résumé du Figaro : Ca, ça répond à une forme de carrence identifiée dans la la direction militaire en Allemagne. Est-ce que ça répond parfaitement, c'est une autre question, mais c'est le pendant "européen" du chef d'état français, légitime pour prendre des décisions majeures à court préavis. L'air de rien, c'est une sacré évolution allemande. A voir si ça passe la Cour Constitutionnelle de Karlsruhe. Ce serait bien. C'est aussi une sacré marque de confiance envers les partenaires. En attendant, ce que j'aimerais bien voir, c'est un sondage en Allemagne, aux Pays-Bas, en Belgique (si, si), au Luxembourg et en Espagne sur le sujet. Que le Danemark, le Portugal et les autres m'excusent. L'oubli de l'Italie est volontaire : Salvini après Berlusconi, merci, on va attendre qu'ils redescendent, au sens drogue : vous avez voulu la merde, vous l'avez : what else ?
  15. Boule75

    La Composante Air belge

    100% d'accord. Qu'un billet d'opinion [il me semble que le terme est plus exact qu'éditorial, non ?] n'engage pas le journal, sur la dite opinion elle-même : soit. Mais si le billet égrene les billevesées, l'affaire est différente : y a-t-il alors matière à diffuser ? Au moins convient-il alors d'accompagner le texte en signalant ses imprécisions ou ses erreurs évidentes. Dans le NyTimes, les billets des éditorialistes réguliers ("op-ed" pour open editorials j'imagine) sont soumis à vérification et à rectification le cas échéant : les raisonnements étranges sont acceptés, les sentiments ou intuitions présentées comme telles aussi, les mensonges francs ou les imprécisions factuelles, non. (en théorie).