Lame

Members
  • Content Count

    939
  • Joined

  • Last visited

Community Reputation

386 Excellent

2 Followers

About Lame

  • Rank
    Connaisseur

Profile Information

  • Pays
    France

Recent Profile Visitors

The recent visitors block is disabled and is not being shown to other users.

  1. C'est bien le problème. Parce que les Européens n'avaient pas de défense autonome, ils n'ont pas été capables d'intervenir en Yougoslavie. Tu penses que cela a contribué au prestige de l'Europe dans le monde ou de l'UE auprès des Européens? Si l'Europe n'a pas été capable de régler le problème yougoslave seule, c'est la conséquence de son absence de défense autonome en grande partie induite par les Américains et un défaut de l'Europe. Faut-il donc maintenir le défaut pour que les Américains doivent revenir la prochaine fois afin que l'image de l'Europe et de l'UE soit encore plus écornée. Ou bien faut-il corriger le défaut au cas où les Américains choissiraient de rester chez eux? Il n'est pas question de faire la guerre aux Américains ou de rejetter toute relation mais de faire preuve de prévoyance, de responsabilité. Mais comme tu le soulignes, ce ne serait possible sans résoudre les dissensions entre Européens et certains dénis de réalité sur les USA et la protection américaine. Donc, peut-on développer une défense européenne autonome dans le cadre d'un "Zollverein européen" dont les institutions communes sont anti-démocratiques, désireuses de déconstruire les Etats fédérés dont elles ne peuvent prendre la relève et source d'antagonismes nouveaux par le biais de sa politique ultralibérale? Pas de défense européenne autonome sans réforme politique de l'UE. Pas de réforme politique de l'UE sans esprit de corp entre les Européens. Pas d'esprit de corps entre Européens sans une Europe dotée d'un arsenal anti-dumping et plus axée sur les compétences de soutien et de complément. J'en profite donc pour rappeler que la Conférence sur l'Avenir de l'Europe est toujours en cours et que l'on a toujours pas fini de négocier l'ACCIS. Il faut continuer à compter sur les USA en raison de l'absence de défense européenne autonome voulues par eux ou bien on essaye de changer de donne? Je préfère une Europe plus autonome et plus proche des BRICS. En tout cas, je ne veux pas d'Europe contrainte de lutter aux côtés des USA contre la Chine/l'Iran/le Vénézuella, etc...
  2. Nos liens avec l'OTAN renforcés par la Guerre d'Afghanistan? Il serait plus juste de dire que les Européens ont été obligé d'aller s'enliser aux côtés des Américains, sous couvert de la solidarité atlantique, par crainte de perdre la promesse de protection des USA. Autrement dit, il se comporte comme des vassaux sans les garantis des vrais vassaux, les Etats libres associés. Chacun pourra constater qu'en dépit de la participation des Européens à l'occupation de l'Irak et l'Afghanistan, les Américains n'ont pas cessé de les menacer de quitter l'OTAN, menace plus visible sous l'Administration Trump. L'OTAN sert à organiser le soutien européen aux OPEX des USA contre de fragile promesse de protection. Les USA qui ont le regard tourné vers l'Asie et de plus en plus de problèmes intérieurs. Concernant les opérations Harmattan et Serval, il faut plutôt parler de soutien américain pour la première et russo-américain pour la seconde. Le soutien européen était faible même en faisant abstraction du manque de volonté politique. Donc, si l'on part du principe qu'Harmattan et Serval contribuait à l'intérêt général de l 'UE (si...), il faut constater que les Européens auraient été incapables d'engager des OPEX nécessaires sans soutien extra-européen. Est-ce la preuve de l'utilité de "l'OTAN"/des puissances étrangères ou la marque d'une faiblesse à corriger pour l'avenir? Si d'autres Harmattan ou Serval devaient être engagés à l'avenir, pourraient-on compter sur les soutiens américains et russes? Il faut donc choisir. Soit devenir des Etats libres associés pour obtenir la protection du suzerain, soit se doter de moyens communautaires crédibles. Evidemment, l'existence de troupes européennes aptes à suppléer "l'OTAN"/les USA en cas de besoin ne signifient aucunement que les Français obtiendront les renforts espérés en cas d'OPEX. Il faut aussi la volonté politique. Souvenons-nous de la tiédeur de la Présidence Hollande par rapport à l'intervention au Mali et des pressions exercées par l'Union africaine pour les vaincre. Ce n'est qu'après le succès de la contre-offensive qu'Hollande est devenu un chaud partisan de l'intervention au Mali, surtout parce que c'était le seul pays où il était perçu comme un grand chef d'Etat...
  3. Un renforcement européen dans l'OTAN? Rien que cela suffit à faire bondir une partie des atlantiste. Mais, au fait, de quel renforcement on parle? S'il s'agit d'acheter plus de matériel américain, ce n'est pas un renforcement mais une dépendance accrue. S'il s'agit de doubler les armées nationales d'une armée communautaire dotée de matériel américain, c'est une autre forme de dépendance accrue avec la Commission comme interlocuteur intermédiaire entre les USA et les Etats. S'il s'agit d'augmenter les effectifs des troupes européennes, avec du matériel européen, ce sera compliqué pour pas mal d'Etats membres (dont la Belgique) et beaucoup préfère la solution précédent car leurs dirigeants croient garantir la protection des USA par la servilité et les achats d'équipement. S'il s'agit de doubler les armées nationales d'une armée communautaire dotée de matériel américain, c'est une application de la stratégie de Thémistocle. Cela peut marcher si l'Armée est présentée comme un outil d'assistance aux Etats pour satisfaire à leurs obligations dans l'OTAN. Une dépendance accrue aux USA n'a de sens qu'avec des garanties de protection plus concrètes qu'une participation à l'OTAN: il faut devenir un Etat libre associé des USA, ce qui les engage officiellement à protéger le vassal en cas d'attaque. Seulement, il est évident que le pays en libre association doit jouer le jeu et devenir un bon vassal, toujours aligné sur les USA. Par exemple, en cas d'attaque américaine contre des territoires chinois, il faudra s'aligner sur la position américaine et envoyer des troupes sous peine d'être lâché. Une défense européenne autonome offre plus de débouchés diplomatiques. Une Europe armée est une Europe qu'on ne peut conquérir sans coup férir. C'est une Europe avec qui il vaut mieux s'associer à défaut de la conquérir. Les Chinois ont de bonne raisons de se rapprocher d'une Europe armée pour gagner des soutiens dans le cadre de la rivalité sino-américaine ou sino-russe. Les Russes ont intérêt à se rapprocher d'une Europe armée pour des tas de raisons dont la rivalité sino-russe ou russo-américaine. Les Américains râleront en cas d'émergence armée et seront peut-être gouverné par un président assez bête pour claquer la porte: ils comprendront qu'il existe des alternative. Car la liste n'est pas exhaustive Quand on est assez armée pour gagner le respect, les partenariats potentiels sont plus nombreux. G4lly faisait sans doute référence aux hégémonies russe, chinoise, allemande ou française. Avec une mention pour cette dernière: il est évidemment ridicule de proposer à une Europe gallophobe de se placer sous le protection nucléaire française au lieu de la protection américaine. Bien que je comprenne ta colère, mieux vaut employer un ton plus diplomatique pour ne pas pousser les gens à se braquer sur des positions absurdes par fierté. Tu t'offusques que certains ne puissent concevoir la défense européenne autrement que sous l'égide des Américains mais ceux-ci te répondront simplement que personne n'empêche les Français d'organiser leur défense seuls. Comprend bien que si tu attends des Européens qu'ils organisent une défense autonome avec les Français, c'est toi qui est demandeur et qui doit vendre le concept.
  4. La position de l'Italie est celle de la majorité des pays européens. Les gouvernements, comme cela a déjà été souligné plus haut, préfèrent croire à une protection garantie des USA. Ou faire semblant de croire. Néanmoins, se persuader que les USA feront ce qu'on attend d'eux ne crée aucune obligation et le prix d'une promesse de protection est déjà exhorbitant.
  5. Il est vrai que le Brexit n'a pas transformé le Royaume-Uni en Paradis. Surtout que le R-U reste très dépendant du commerce avec l'UE. Néanmoins, si effondrement il y a, il me semble plus imputable à la gestion du coronavirus qu'au retrait de l'UE. Le R-U n'est pas plus isolé ou effondré que la Norvège ou la Suisse. Et donc, je pense que le fait de ne pas vouloir quitter l'OTAN ne garantit pas l'aide des USA. Je pense également que le paiement d'une "prime d'assurance protection" aux USA ne garantirait pas leur intervention. Sur cette base, si l'on met en balance le manque de scrupule des Américains, le chaos croissant dans leur pays, les avantages d'une alliance russo-américaine contre la Chine, l'UE désarmée, de plus en plus pauvre et de plus en plus désunie n'est pas si essentielle. Après tout si la Russie se rapproche des USA, notamment pour favoriser la protection de la Sibérie et son accès aux marchés asiatiques, il est évident que l'Union eurasienne et "ses extensions" ne vont pas opposer un blocus continental aux USA. On voit bien que l'incapacité des Européens à mettre en oeuvre une défense commune autonome, c'est une faiblesse à de nombreux points de vue: -l'UE est un allié moins attractif, -elle est moins sanctuarisé, -elle est incapable de réagir aux crises même dans sa périphérie. Cela n'aide pas, même dans une perspective atlantiste.
  6. C'est quoi un TAG? Je n'ai jamais parlé de produire l'hydrogène à proximité du champ de bataille. Produire l'hydrogène localement, cela signifie le produire sur le Territoire national (comme l'énergie nucléaire) au lieu de l'importer. Mais il est vrai que certaines armées expérimentent des équipements permettent la production d'électricité à l'aide des énergies intermittentes et à la production d'hydrogène par électrolyse. Dans le cadre d'une production industrielle autochtone, j'envisageais plutôt la production d'hydrogène biosourcé. Merci.
  7. Lame

    L'holographie

    Holographie tactile et holographe portable Source: Gentside Source : Futura Tech A lire sur Star Wars Holonet // De vrais holocrons sont-ils faisables? A vous de jouer Source: Hologramme.org A lire sur Hologramme.org // Qu’est-ce qu’un ventilateur holographique ? A lire sur Holopix // Hologramme, quelle technologie choisir ?
  8. Lame

    L'holographie

    Sur l'holographie mémorielle et les assistants holographiques Source: Le Journal du Geek A lire sur 01.net // Microsoft utilise l’holographie pour révolutionner le stockage dans le cloud Source: Kombini A lire sur Gameblog // LovePlus : le jeu de drague qui enflamme le Japon
  9. Lame

    L'holographie

    J'ouvre ce sujet pour parler de tout ce qui a trait à l'holographie. A propos de la transcription holographique Source: Trust My Science A propos des hologrammes volumétriques Source: 3Dnative Source : Extrait de l'article Armée américaine: les dix meilleures innovations de 2019 publié sur Futura Tech
  10. Source: BFMTV A lire sur ZDnet // L'UE ne veut pas laisser l'internet satellitaire à Starlink A lire sur What is 6G // Early Predictions on What Lies Beyond 6G Technology: 7G and 8G
  11. Lame

    ordinateur quantique

    Source: 45Secondes Note: Dans le domaine de l'informatique quantique, il faut distinguer: -L'ordinateur quantique (basé la superposition quantique des états). -L'internet quantique (basé sur la modification du spin de particules en relation d'intrication quantique) -La cryptographie quantique (basée sur les photons) A lire sur l'Institut Pandore // L’ordinateur quantique : tout comprendre en partant de zéro Source: 01.net
  12. On disait la même chose avec le Brexit: il a eu lieu. Il est évident qu'aucun gouvernement européen n'a pour projet de quitter l'OTAN. Par contre, cela ne veut pas dire que ce n'est pas un déni de réalité. L'incapacité des Européens à créer leur propre défense, qu'ils contrôlent et dont ils disposeront en cas de besoin, ne change pas la réalité. Les Américains ne sont pas à leur service. Leur aide n'est pas garantie en cas de problème. En outre, on ne peut pas dire que l'OTAN soit d'une efficacité redoutable pour préparer une défense combinée de qui que ce soit contre n'importe quel type d'attaque. En supposant qu'on puisse compter sur l'OTAN (les USA), l'OTAN ne suffit pas: c'est essentiellement un badge.
  13. C'est ta vision des choses mais le fait est que les USA ont des élections, des électeurs qui ne voient pas les choses ainsi (à tort ou à raison), des élus qui se retrouvent à choisir entre l'Asie (où ils sont en rivalité avec la Chine), l'Afrique (courtisée par la Chine) et l'Europe (de plus en plus pauvre). Comme les USA ne peuvent pas être partout, les dirigeants font des choix. Et puis, ce n'est pas comme si ils ne pouvaient pas abandonner l'Europe (de plus en plus désarmée et désunie) à la Russie, histoire de s'allier avec la Russie contre la Chine qui menace à la Sibérie et la full spectrum dominance ambitionnée par le Bureau ovale. Faire de la Chine une cible commercial n'est effectivement pas un des objectifs des USA: le marché est bien trop fermé et compliqué pour cela. Leur but serait plutôt un changement de régime qui permettrait d'en faire un cible commerciale. Concernant le Japon, c'est certainement une cible commerciale dans le domaine de l'armement et de l'informatique. Euh non. Il y a aussi l'extrême-gauche et une partie des eurofédéralistes ou des personnes se présentant sous cette étiquette. Sans doute mais la France et l'Allemagne n'ont pas les moyens de forcer les USA à rester dans l'OTAN à leurs conditions ou, simplement, à se comporter en membre loyal de l'OTAN qui s'engagerait dans un conflit pénible pour sauver l'Europe sans contrepartie.
  14. Je précise que le hors série 75 de DSI "Technologies militaires 2021" de décembre 2020/janvier 2021 est sorti. Ce HS est intéressant car il évite à la fois les articles peu éclairant en technobabla façon DSI HS 65 sur l'Intelligence artificielle ou des articles technophobes sous couvert de critique de la gadgétologie. En attendant un éventuel HS sur le conflit du Haut Karabagh, le Hors série prolonge l'analyse du conflit par un article sur l'emploi des drones azéri: Voir "Munitions rôdeuses, le vrai game changer" page 78. Les articles suivants mettent en évidence les nouvelles capacités droniques de la Turquie, qui dispose d'une gamme de plus en plus étendu de drones avec un bon rapport qualité/prix et le retard européen bien que l'UE ne soit pas véritablement "l'Indien d'Amérique" de la guerre dronique. A ce sujet, je recommande également l'article de la page 36 "2020, Année robotique?" Mettons bout à bout l'emploi des drones civils par Daech, l'emploi des drones classiques et de munitions rôdeuses par la Turquie et l'Azerbaïdjan, le potentiel du drone Themis de Milrem (Estonie), le recul de la robotisation de l'armée américaine à partir de 2010. Ce hors série, comme d'autres publications de DSI, met en évidence le fait que l'Europe n'a pas encore compris la nature de la guerre moderne: il s'agit de se creuser la tête pour mettre en oeuvre des procédés innovants, pas de se ruiner pour développer des machines à gagner à coup sûr. Les USA tentent de développer des technologies qui ne laissent aucune chance de victoire à l'ennemi au lieu de réfléchir à des emplois innovants de ce qu'ils possèdent déjà et de développer des outils à coût raisonnable au profit de procédés innovants. Ils sont en train d'évoluer mais très lentement car leur statégie génétique les rends accros aux innovations high tech. En Europe, on tente de suivre les USA. La plupart des programmes visent plus à entretenir une image de modernité ou répondre aux goûts de la clientèle pétromonarchique qu'à créer des capacités. Le drone TheMis estonien et Bayraktar TB2 turcque ne sont pas des armes absolus: ce sont des équipements accessibles, adaptable et des marche-pied technologique vers des équipements plus évolués. Ils sont la preuve d'une certaine rationnalité et capacité d'adaptation que je ne retrouve pas dans les programmes français sur l'IA ou le soldat augmenté. Quand d'autres complètent leur arsenal et développent des capacités, la France développe des technologies de propagande (ex: combinaison Félin) au détriment de la conception et de la production équipements fondamentaux
  15. Donc, Macron essaye d'exploiter la force de dissuasion française pour promouvoir "la Communauté" française dont n'ont pas voulu les anciens colonisés au lieu de proposer une coopération égalitaire. Sans surprise, il se fait tacler par des pays gallophobes et atlantistes avant tout qui préfèrent forcément la protection nucléraire de l'hégémon le plus fort. Néanmoins, les Européens finiront par payer leur incapacité à s'allier, combiné au désarmement de l'Europe et à la perte des capacités de guerre frontale. Source: Challenges Les erreurs commises avec les chars se répètent avec les drones.