Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Fusilier

Members
  • Posts

    27,409
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    119

Everything posted by Fusilier

  1. Ou alors ils n'avaient pas assez de pots de peinture pour finir Mais, c'est vrai qu'il est sur des marcheurs...
  2. C'est vrai que c'est curieux ces deux couleurs. Je ne comprends pas la logique, pourquoi l’aileron antiroulis en avec peinture et le stab actif avec ce revêtement (si c'est ça) C'est antifouling le machin anéchoïque. Par ce que, autant un soum va être assez loin de la lumière, voir traverser des couches plus froides, autant un navire de surface sans antifouling...
  3. Faudra expliquer à I 24, la différence entre des Rafales M et des Rafales, je cite, "des Forces aériennes et spatiales françaises"
  4. On verra bien. Mais, notez l'emplacement des stab, bien avancés...
  5. Je ne connaissais pas. Au-delà des buts exprimés, c'est une bonne idée pour prévenir les accidents sur voiliers; l'angoisse de taper sur gros cétacé, avec un navire plastoc est réelle, tout comme contre un OFNI.
  6. Il a pensé, cet homme, aux pauvres poissons et autres dauphins, lesquels au lieu de profiter de la vague d'étrave, vont atterrir sur le pont du navire?
  7. oui, enfin, l'Army sans la Navy.. essaye de penser aux campagnes de MacArthur sans les forces de la Navy, ou encore les opérations en Europe, AfdN, la Corée, le Vietnam, etc, etc... Je ne dis pas que ton questionnement est dépourvu de sens. Mais, sur le fond les choses ne sont pas aussi différentes que tu sembles le penser. Même si j'ai l'impression que les choses de la mer, sont devenues plus présentes, au moins dans les discours. On a toujours l'impression que les français sont des "paysans" entourés d'eau et qui ignorent complètement ce qu'il y au-delà du rivage. Pourtant de nos jours, ça voyage, ça prend l'avion, la France est un grand pays de marins, que ce soit en plaisance, 1 million de bateaux de toutes tailles, ce n'est pas rien; des centaines de bateaux français naviguent au loin, en Atlantique, Pacifique, Canaux de Patagonie, etc.. en course, pêche, navires spécialisés, ferrys, en construction navale, armateurs...
  8. Ce n'est pas tout à fait exact. Si je compte depuis 1999 (années de nomination) les CEMM je trouve : 1 artilleur-missilier, un détecteur, 1 aero, 2 sous-mariniers, 1 "touche à tout" 1 aéro. On pourrait remonter au-delà de 1999, mais ça ne changerait pas fondamentalement, peut-être plus de surfaciers... Faut aussi savoir qu'un officier de marine, au-delà de sa spécialité, va occuper différent postes, un sous-mariner, un aéro, vont servir en surface, un plongeur démineur, un fusilier, etc, commander un navire. Puis l'EMM, comprend des bureaux qui représentent ses composantes, et il existe des EM : guerre des mines, sous-marins, aéro, fusiliers- commandos... La gestion des différentes composantes de la marine, c'est loin d'être un truc simple, tant en termes de planification -construction, qu'en termes de RH... Une marine, c'est forcement inscrite dans le temps long, il faut regarder loin et les impasses d'un moment, ça se paye un peu plus loin, et nous sommes dans le temps où il faut rattraper le temps perdu... Ce qui te parait comme des incohérences c'est aussi l'effet de devoir arbitrer dans le rattrapage. On est train de renouveler, au même temps, toute la ménagerie des remorqueurs portuaires et côtiers, les vedettes plongeurs démineurs, la batellerie des amphibies, des vedettes et patrouilleurs pour la Gendarmerie Maritime (et oui c'est au budget de la Marine) les chalands portuaires (dits multi missions) les vedettes fusiliers, la trame frégates, les SNA, les POM, les ravitailleurs de forces, et je dois en oublier. Et il faut prévoir les bâtiments guerre des mines, les hydros, les remplaçants des ETRACO, et il faut déjà commencer à penser aux remplaçants de HRZ et au PA... Tout ceci sans parler de l'aéro, hélicoptères, avismar, surmar, drones... Est-ce que tu crois qu'un britannique, un américain, poseraient la question de cette manière. La mer domine la terre, tout le reste en découle... L'intermittence politique dans l'affaires de la marine française , les questions du "type à quoi sert la flotte", "c'est trop cher" etc... c'est un tropisme qui vient de loin. Ca ne se vérifie pas. Depuis 99 deux CEMM sous-mariniers et un "touche à tout" qui est aussi en partie sous-marinier...
  9. Je dirais rien de nouveau sur les missiles. La question de l'interdiction par missiles, est sur la table depuis de nombreuses années; toutes les marines étudient des systèmes et tactiques de contournement; le "nouveau" modèle des US Marines dans le Pacifique y est directement lié et ils ne sont pas les seuls. Les "canoës-torpilles" des UKR, c'est inventif. Maintenant, faut y regarder de plus près, contexte géographique, tactique etc, avant de tirer des conclusions générales. C'est bien ça le problème, en mer c'est deux fois la guerre... Les expériences de la guerre terrestre en Ukraine, ne sont pas forcement transposables. Quand à la question des grands fonds, il me semble que la MN se la posait depuis un moment, bien avant le sabotage du gazoduc. Mais l'effet, la réalité, de la problématique HI, est posée, par la guerre, de manière immédiate, alors que l'on raisonnait à un horizon de 10 / 15 ans, et du coup tout est à faire au même temps. Petit souci, les choses de la marine ça demande du temps. C'est pourquoi il faut garder le calme des vieilles troupes, fabriquer 15 PO armés de deux pétoires (comme certains députés proposent... ) ne va rien changer ni au rapport de forces ni à la masse. Le CEMM, à mon sens très intelligemment dit, dans l'immédiat, il vaut mieux renforcer ce qu'existe (il est bien conscient des faiblesses ) en armement ainsi que les stocks de munitions... Par ce qu'une réponse à la hauteur des enjeux tels que posés, ça va demander du temps (et des sous...) sauf à mettre tous les chantiers français sur pied de guerre.
  10. Les "normes civiles" on n'en sait rien, en fait. Mis à part ça, des navire armés que pour l'autodéfense, je me demande bien à quoi peuvent-ils servir... A toutes fins utiles, une marine de guerre c'est différent d'une organisation garde-côtes et ça n'a pas vocation à l'organisation de croisières.... Avec l'US Navy on ne peut jamais jurer de rien... Un A. Burke c'est entre 8300 et 9300 tonnes selon versions, ce ne sont pas vraiment des frégates... Les 3 Zumwalt tournent dans les 14 000 / 15 000 t. Leurs "frégates" Constellation (FREMM) vont taper dans les 7000 t... A voir qui met la main au feu pour parier que la Navy ne fera plus de croiseurs... Pour l'instant mis à part la guerre de mines, et ce n'est pas un saut conceptuel et pratique aussi grand que ça, tout le reste me semble encore dans les limbes, sauf les petits drones de reconnaissance. Tu est marin, tu sais bien que la mer c'est un milieu compliqué qui ne pardonne pas. Et comme j'ai dit un jour, le fond de la mer est tapissé de théories...
  11. La non priorité de qui? Est-tu certain que c'est l'avis de l'Etat Major de la Marine. Si tu suis bien ce que dit le CEMM, en outremer il faut des "presque" 1er rang pour remplacer les FS, en particulier dans le Pacifique.
  12. Oui, comme les SNLE la justifient, parait-il... Ce sont également des "capital ship" , pour reprendre les termes de @pascal Même un SNA peut-être considéré comme un "capital ship". Peut-être même les PHA... Selon où tu mets la focale. Pour le deuxième item, joli renversement dialectique. 1° on n'a pas besoin de croiseur, car on a un PA ; 2° sans PA pas de survie budgétaire des croiseurs...
  13. Oui, mais cela fait des années, que la programmation militaire et le positionnement stratégique ressemble à un dicton espagnol : "querer y no poder" (quelque chose comme "vouloir et ne pas pouvoir") Je finis par me dire que l'on est complètement barjots de vouloir un PA, surtout un grand nuk et toussa... (un peu comme la dissuasion, mais c'est une autre affaire...) On dirait que par moments (toujours?) on est davantage dans le symbolique, que dans le "réel opérationnel". On abouti à des raisonnements du genre : on ne peut pas se payer deux croiseurs (voir on n'a pas besoin) parce que on a un PA. C'est loin d'être dépourvu de sens. Mais, c'est oublier justement que c'est UN (1) PA et qu'il ne peut pas être partout ni de manière permanente. Notez que le raisonnement pourrait s'appliquer dans d'autres secteurs de la défense...
  14. Les hélicos manquent aussi et comme dit Pascal, vaut mieux ne pas comparer avec la MM.... Mais, disons que c'est moins problématique, en termes de planification et volume financier, que les coques. La MN a aussi une part de responsabilité, quand elle a renoncé à la capacité de transport tactique / assaut avec la dissolution de la 33 F en 1999. Elle dépend maintenant des hélicos FS ALAT ou AdA pour transporter ses Commandos (sauf peut-être pour le CTM) et pour armer ses PHA... Au passage perdu aussi la capacité CSAR sur le PA.
  15. Le PA ça ne me parait pas un vrai argument. A une époque on avait 2 PA et même 3 (ou 2,5...) deux croiseurs et un croiseur PH.... Faut voir les éventuels "croiseurs" à l'horizon du remplacement des HRZ, voir un chevauchement, si MLU mi vie à minima (ce qui semble se dessiner pour les italiens...) et il faut vite réfléchir, c'est une histoire de 5 / 6 ans de construction, après études. Quand aux sous-marins, c'est des aujourd'hui évident qu'ils ne sont pas assez nombreux. A l'époque, si me souvenir sont bons, c'était 8 SNA prévus et des diesels en sus.. On peut s’accoutumer à une marine "rétrécie". Je peux entendre les arguments budgétaires (l'argent ne pousse pas dans les arbres...) C'est pourquoi je plaise pour des diesels... Mais, à un moment donné faut accorder les violons, soit on adapte les ambitions / missions aux moyens, soit on adapte les moyens aux missions... Note que je ne tiens pas , personnellement, aux ambitions, la Suisse hexagonale me va bien
  16. @Rivelo Globalement d'accord. Mais, la réalité actuelle, c'est que nous avons que 10 frégates de 1er rang, les FLF n'étant pas de cette catégorie et la question du rang des FDI peut se poser. Plusieurs points: 1° les doubles équipages, c'est une sorte de pis-aller. Certes, cela diminue la contrainte qui pèse actuellement sur les équipages (prévisibilité des EdT etc..) du point de vue RH, c'est un bon coup. Mais, cette contrainte est, en grande partie, générée par le manque de plateformes, qui du coup sont sur-exploitées au regard du nombre de missions / nombre de plateformes, et avec des départs missions en urgence. Cependant, le doublement des équipages, ne se traduit pas par un doublement des jours de mer / disponibilité opérationnelle de la frégate; ça ne serais-ce que parce que, une relève implique une phase de MCO / entrainement / validation. A mon sens, il est illusoire de penser compenser le manque de frégates, par le doublement. Même si la Marine a fait des choses comme une relève en zone opérationnelle (mission Golfe) le gain reposant sur la durée du transit (on épargne un aller et un retour) Mais les transits peuvent aussi être des phases opérationnelles. Je n'ai pas fait des "calculs savants", sur les surcoûts, périodicité des IPER, etc que les doubles équipages entraînent. Mais, ça serait intéressant. 2° La programmation actuelle me pose quand même quelques problèmes de compréhension. J'ai l'impression, que l'on a du mal à sortir du schéma post guerre froide. 21) le concept de PO,tel qui semble se dessiner, bien qu'il faille attendre pour voir exactement ce qu'il en est finalement me semble s'inscrire encore dans cette logique post guerre. Avec les infos actuelles, ce programme semble davantage être un "palliatif" au manque de passerelles et de bateaux "simples" dans le cursus de formation MN, qu'un concept opérationnel (je pousse le bouchon, aux fins de démonstration) 22) je ne comprends rien à la logique du programme FDI. Au départ, faute de financement semble-t-il, on partait sur frégate plus légère et à priori moins chère qu'une FREMM. Cerise sur le gâteau, "plus vendables" par le constructeur, soi-disant... On aurait pu, profiter du recalage programmatique sur la FDI, pour rattraper la suppression des FREMM AVT. (J'insiste, nôtre flotte va manquer de canons..).Mais, apparemment tout le monde c'est fait plaisir ( voir pris en compte les obsessions de l'Amiral de service... ) avec ce bateau: étrave inversée, radar panneaux, réseau numérique etc.. Au résultat on a une frégate à un coût unitaire sensiblement proche de celui d'une FREMM. Pourtant, j'ai du mal à mettre cette frégate au même rang qu'une FREMM. Sa suite sonar "miniature", toujours très peu de missiles, une endurance moindre... On sait que les frégates prennent de l'embonpoint au cours de leur vie, revenir sur les tonnages "médians" va peut-être poser des problèmes similaires aux F70, etc.. 3° 31) je suis d'avis de coller au projet croiseur des italiens. 32) la question des soums n'est pas totalement réglée, au regard de l'évolution menace. Alors, un 7e/ 8e SNA ou des diesels complémentaires, le débat est ouvert... 33) la question de la "flotte" du (ou dans le) Pacifique, va aussi être déterminante dans le format.
  17. Oui, pour l'essentiel à cause de la diminution de l'activité industrielle en France... Faudrait comparer les % dans des pays où le % industriel est plus important et centré sur la manufacture. Quand aux métiers dits "lourds" l'évolution technique et l'équipement, font que le "muscle" est moins crucial. Par profession, j'ai été conduit à observer et étudier des nombreuses situations de travail; je te fais donc part de mon expérience. Par exemple, dans les années 70 un électricien, dans le bâtiment, à la prise de poste, pouvait être conduit à devoir porter (sur plusieurs étages) son sac de plâtre (40 kg) sur une épaule et parfois un escabeau (en bois..) et outils de l'autre côté.... Aujourd'hui tout ça n'existe plus ; dans les chantiers t'as des ascenseurs etc... Et c'est un peu pareil dans l'industrie, chimie, métallurgie. Certes, tu vas bien trouver un fonderie dans un coin de campagne, par exemple, où les gars utilisent des pinces (donc des biceps) pour conduire un produit genre rond en sortie des moules; Mais, ça devient de plus en plus rare
  18. C'est beau un "nez dans la plume"
  19. En 14/ 18 chez nous on a mis des femmes au boulot dans plein de métiers "d'hommes", même chose en GB et et les USA en 40 /45 on fait pareil. J'en suis moins sur mais, il semble ce fut moins le cas chez allemands, pour des questions d'organisation industrielle (ouvriers de métier et non des OS... ) Dans beaucoup de métiers que tu cites, agents de voirie, caristes, conducteurs de tram, cheminots, camionneurs, ils peuvent être remplacés "facilement" par des femmes ou de vieux... une femme peut conduire un tracteur...
  20. Quelque chose comme, je cite: " Les réseaux sociaux ont donné le droit à la parole à des légions d'imbéciles qui avant ne parlaient qu'au bar et ne causaient aucun tort à la collectivité. On les faisait taire tout de suite. Aujourd'hui ils ont le même droit de parole qu'un prix Nobel."
  21. on déjà des pilotes et des mécanos sur Hawkeye, probablement plus simple qu'intégrer des V22. Faudra quand même leur faire un sérieux lifting
  22. Cet apport colonial me parait un peu surévalué. De mémoire, l'armée française c'était à peu près 4 millions d'hommes à la mobilisation. L' Armée d'Afrique (AfdN) à du envoyer environ 260 000 pax (autres que les européens) sur l'ensemble de la guerre. Les tirailleurs sénégalais, ça devait représenter plus ou moins 25 % de la centaine de bataillons de l'infanterie coloniale. Il y a eu en plus des vietnamiens, mais pas de service au front, et d'autres petits volumes du reste de l'Empire. Pas de quoi bouleverser la balance. Surtout qu'il fallait garder des troupes de garnison un peu partout.
  23. Note que dans la plupart des anciennes colonies ou protectorats, on peut trouver des situations similaires.. Les Kabyles en Algérie, le Rif au Maroc, le Nord vs Sud du Mali, etc... Puisque ce sont les frontières coloniales qui fondent ces états, dans la plupart des cas...
  24. Cher oiseau de printemps, Comment pouvez-vous envisager une telle hypothèse? Il ne saurait être question qu'un tel artefact, fût-il féminin, foula coursives et passavants d'un bateau gris. A la rigueur dans un pince-fesses de l'ancienne Jeanne, au mouillage devant Rio, une telle chose aurait pu arriver; nous savons tous que la samba peut conduire à certains excès. Excès que le capitaine d'armes ne saurait tolérer en temps normal. Où pourrait-on rencontrer un tel équipement? Certainement pas au Yacht Club de Monaco, dont la rigueur du "dress code" est bien connue, certainement pas plus dans un club à commodore fut-il Red ou Blue Ensign Dans un port de plaisance breton se donnant des air de repaire de pirate? Ca parait peu probable, même si l'on peut observer quelques crocs sur les pontons; portés principalement par des touristes afin de se donner un air marin. Par contre, il me semble tout à fait plausible de rencontrer de tels équipements, lors de soirées dans le port d'Ibiza ou dans certains canaux du port de Miami, zones bien connues par leurs qualités festives. Et dans ces cas là, le pont en teck sera de rigueur...
  25. Un machin pareil, est autorisé sur un pont en teck?
×
×
  • Create New...