Rémy

Members
  • Content Count

    1,063
  • Joined

  • Last visited

Posts posted by Rémy


  1. il y a 31 minutes, totochez78 a dit :

    pour une charge creuse, l'un des paramètres important dans la performance est le diamètre .... donc difficile d'augmenter significativement la perf de Bonus 

    Du coup, la techno Bonus serait très dangereuse pour les blindés qui sortent aujourd'hui, si adaptée à des M110 encore en service par ci par là (ou son équivalent russe 2S7).


  2. Il y a 9 heures, leclercs a dit :

    charger un obus de plus de 40 kg dans un canon est une chose. Les SU et ISU 152 tirait à l'arrêt, ce qui en autre expliquait la cadence de tir de ces obusiers chenillés.

    Manipuler un obus de 140 mm qui fait 1m50, et qui pèse 40 kilos dans un blindé en mouvement  ... c'est TRES sportif et certainement dangereux

    Je ne dis pas autre chose. Surtout que les chargeurs automatiques sont fiabilisés depuis un moment maintenant. 

    Je me demande quels perfs de transpercement atteindrait une sous munition de Bonus unique (au lieu de 2) mais plus costaude. 


  3. Le 17/11/2020 à 09:52, Full Metal Jacket a dit :

    Je crois que le rustique soldat russe de la ww2 portait des obus de 152 des SU152 et consorts.

    On parle pas seulement de les porter, mais d'enchainer les passes dans le canon, alors que le char bouge, que le sommeil manque parce qu'on a du se mettre a faire une réparation sur la bête à 2h du mat', etc... Un vrai boulot de gunner. 

    • Like 1

  4. il y a 19 minutes, mehari a dit :

    C'est l'autre option (la Belgique en utilise aussi). J'ai choisi le 122 parce qu'il me donne un exemple d'un véhicule du type que cherchais (grosso modo un CAESAR léger) et parce qu'il donne un plus gros boum et un peu plus de portée.

    En théorie, les deux sont possible mais en pratique, si il est moins puissant, il est vrai qu'un 105mm est plus probable.

    Cependant, ce n'est pas d'un howitzer tracté que je veux mais bien autopropulsé, un CAESAR léger en quelque sorte.

    Si à la différence du 122, le 105 n'existe pratiquement plus qu'en pièce tractée pour ses possibilités aéromobiles, c'est aussi parce qu'il embarque deux fois moins d'explosif que son rival russe. 

    Une possibilité aurait été un accord commercial avec les indiens qui ont encore un gros stock de tubes de 130mm : "On développe un caesar 130 mm pour nous, et vous nous en achetez  une flotte de taille similaire pour amortir le développement, ainsi vous aurez une progression notable de vos unités d'artillerie à échapper à la contrebatterie chinoise".

    En quantité d'explo, le 130 des soviet est bien dosé et porte à 27.5/38 km selon les munitions. Et il peut aussi permettre de marcher sur les plate-bandes des marchés traditionnellement servis aux russes. 

     


  5. il y a 40 minutes, Lezard-vert a dit :

    Lidl fait de bon produits et en plus, ... ... tu sais quoi  ? .... ll en vend beaucoup. "Printemps" par contre fait faillite en prenant les clients pour des idiots.

    Si nos industriels ne veulent pas produire un Drone "pas assez cher" pour eux .. je pense que l'armée devrait lancer un appel d'offre avec un cahier des charges bien précis, bien cadré. D'autres sauront faire  que nos habituels fournisseurs agrées .

    L'armée a besoin d'une mobylette de suite  ; elle ne va pas acheter l'Harley que ton vendeur  veut lui refiler dans 10 ans . Rusticité, reactivité sont aussi des qualités.

    Parfois je me demande - et tu ne crois pas si bien dire -  si je ne ferais pas mieux en effet que des "spécialistes" pour concocter les grandes lignes d'un livre blanc.

    pour quel ennemi ? si tu te poses cette question c'est que tu vas perdre la prochaine guerre contre lui. Quand on parle de montée en puissance , de muscler l'armée de terre c'est pas par rapport aux bédouins du Sahel... si tu t'imagines que ce sont sont la nos seuls ennemis potentiels c'est mal barré.

    Il me semble que la doctrine de l'armée sauf erreur de ma part c'est "au contact" ... c'est justement la qualité d'un drone d'aller au contact sans risquer de perte sinon un drone à 3 sous.

    La France a préparé pendant 30 ans sa guerre de revanche avec l'Allemagne et on est entré en guerre en Aout 1914 sans artillerie lourde ou peu s'en faut ... avec des uniformes d'un autre age par entêtement et aveuglement.  Je parle même pas de 1940 .... Donc c'est vrai on a l'habitude de passer à côté .....

    Pour recoller au sujet Rafale, Demandons à Dassault de lui faire un ailier en s'inspirant du design du Kratos US et de ses specs (notamment la distance franchissable). Avec une soute non pas taillée pour l'emport de deux GBU-39 mais 2 Smartglider (modèle léger de 120 kgs) ou un AASM 250 ou 2 missiles AA type MICA NG/METEOR, ou encore 4 MISTRAL3 pour chasser le TB3 ou encore 4 BAT120NG pour taper du GAT au sahel...

    Au moins, on pourra taper tout le monde avec... et dans tous les scénarios. Sans disperser les ressources dans une nouvelle composante de drones jetables qui seraient sans doute pas inutiles, mais qui ne seront pas forcément décisifs contre un gros.

    On peut abaisser la facture avec un moteur moins mili, le Neuron étant après tout propulsé par un Rolls Royce MK951 pour 2 BGL de 250 kgs en interne ou bien faire les choses en grand (l'ailier aussi, du coup), avec un seul M-88 de Rafale pour faciliter la maintenance y compris sur BAP ou porte avions si tu veux le faire Marine. 


  6. il y a 56 minutes, capmat a dit :

    T'inquiète !

    Lézard-Vert est en train de concocter notre prochain livre blanc :

    On va simplement remplacer Dassault par Lidl

    " On est mal patron, on est très mal ! "

    #déjàdehors

    • Haha 4

  7. il y a une heure, Bruno a dit :

    Ok, ceci dit le bilan du pire des agro-carburants en la matière est-il au final pire que celui du gazole ? Vu qu'au moins le Colza est massivement cultivé chez nous, et n'a donc pas besoin d'être amené par super-tankers depuis des milliers de km, j'en doute... :wink: 

    Cela m'étonnerait que l'on cultive encore beaucoup de colza d'ici la fin du siècle en France à cause du réchauffement climatique, sauf génie variétal. Certains se demandent déjà si il ne faudrait pas arrêter les frais avec la luzerne dans certains coins, tellement le manque d'eau et les températures deviennent problématiques. Cultivé surtout au nord de la Loire, cela ne m'étonnerait pas qu'on voit sa culture se raréfier après 2050.

    Tu n'as pas idée des inconvénients du colza en itinéraire technique, c'est déjà de base une crucifère (fragile) mais même parmi les crucifères, c'est un modèle de non-robustesse, en particulier les variétés dédiées non pas au fourrage mais au biocarburant. Sans traitements, la moitié des maladies cryptogamiques connues dans ce monde bouffent les plants dès le premier essai... pour caricaturer un peu, mais à peine. Et je ne parle pas des bestioles spécifiques, aussi pénibles que les pucerons de la betterave puissent l'être.

    Les rejets de moteurs alimentés pour partie au colza sont davantage nocifs que les résidus de combustion conventionnelle, et encrassent même davantage leur mécanique d'un chouilla plus. 

    En terme de besoins en engrais azotés, c'est une championne toutes catégories donc si à terme, on n'a pas une filière hydrogène pour remplacer ceux de synthèse, tes rendements seront orientés (très) nettement à la baisse. 

    Et cette culture rince les sols, copieusement.

    Le colza ne se justifie selon moi, que par petite touche dans l'alimentation humaine ou animale pour rééquilibrer le rapport omega3/oméga 6, rien de plus. 

    • Thanks 1
    • Upvote 2

  8. il y a une heure, Bruno a dit :

    Le bon compromis ne serait-il pas dans l'immédiat l'amélioration des bus hybrides (diesel-électriques) qui sont apparus dans plusieurs grandes métropoles depuis une dizaine d'année ? Ils peuvent souvent fonctionner avec des "bio-diesels" à base de Colza, etc... En attendant 2030-2035 que les problématiques liées à l'Hydrogène (le produire, le comprimer et le stocker avec le minimum d'émissions, pour avoir un bilan global positif) soient résolues, ou qu'il y ait une avancée majeure sur les batteries pour du "tout électrique", c'est une solution consensuelle sans risque de mauvaise surprise.

    Le bilan écologique de la production de colza n'est pas terrible non plus, sans même compter sa transformation en agrocarburant. Le bilan global du tournesol, à rendement pourtant un peu plus faible, est même considéré comme meilleur. 


  9. il y a 7 minutes, Teenytoon a dit :

    Qu'est-ce que @g4lly vient faire là -dedans ?

    Il a souligné dans le topic avions de transport militaire qu'un seul moteur tp400 pouvait entraîner mécaniquement 2 hélices sur la même aile. Mais cela m'a l'air plus compliqué que d'avoir un moteur pour chaque hélice comme sur le Bréguet 941. Et surtout si la perte d'un moteur sur le Bréguet pouvait être compensée par les trois restants, je ne suis pas sur que ce soit aussi simple sur un A200m à aile soufflée par 2 TP400. 

     


  10. Je me souviens avoir lu ceci sur wiki

    Citation

    Le principal défaut du Transall provient de sa sous-motorisation. Bien qu'ayant des moteurs déjà très puissants (5 665 chevaux chacun), il n'en possède que deux, l'amenant à un total de 11 330 ch.

    En comparaison, son grand concurrent, le C-130, avait des moteurs de seulement 3 750 ch lors de la sortie de la série A en 1956. Mais il en possédait quatre, ce qui le portait à un total de 15 000 ch. En versions H et J, plus récentes, il possède des moteurs de 4 910 ch, le portant à un total de 19 640 chevaux, soit quasiment deux tiers de puissance en plus par rapport au Transall.

    La sous-motorisation du Transall fait que sa soute, assez volumineuse, est souvent sous-employée : si la charge transportée est dense (palettisée, véhicules blindés), la masse maximum au décollage peut être atteinte avant que la soute soit entièrement remplie, un défaut plutôt inversé chez le C-130.

    Ce qui veut dire qu'avec un A200m propulsé par deux TP400, ce phénomène ne se pose plus, tout en ayant une charge utile un chouilla plus élevée que le vénérable Ancien Transall, et une vitesse plus élevée. Mais on est quand même sur le même créneau que les américains installés depuis 50 ou 60 ans. 

    J'aime bien l'idée d'un A200m si Dassault pourrait le navaliser et que l'aéronavale pourrait en déployer dans les mêmes tâches qu'un Greyhound voire l'armée de l'air qui en ait un escadron qui sache travailler à l'appontage sur PA depuis la métropole... et éventuellement augmenter des capacités de bombardement du PANG (les US n'ont-ils pas annoncé après tout des tests de missiles de croisière en palette ?) mais cela suppose une approche à la Bréguet 941S/ 1 TP400 pour 2 hélices de G4lly pour apponter sur un si petit bout de piste avec une perche. Peu probable même si Dassault a surement encore dans ses cartons la littérature technique là-dessus.


  11. il y a une heure, Patrick a dit :

    Auquel cas on retombe dans une logique "chasseur contre chasseur" qu'on sait déjà bien gérer avec les avions de combat. Donc où est le problème?

    C'est d'ailleurs exactement ce qu'on demandera aux remote carrier, ici mais surtout aux USA: porter des armements air-air.

    De la même manière que l'on a mis (mais que les autres adversaires sérieux font toujours)  des missiles de la gamme du Crotale ou Roland sur châssis chenillé apte à accompagner des colonnes blindées pour se défendre des menaces hélicos/chasseurs, j'aurais plus vu le montage de capacités type Repellent-1 ou Krasukha 4 sur chenillé aussi, au plus près des fantassins. Mais en mode passif/multistatique, un peu comme on a pu évoqué l'après-COBRA pour les radars d'artillerie. La taille d'une pareille tourelle pourrait être trop imposante, je sais pas, faut voir si avec un 7e essieu genre châssis MT-LB rallongé ou GM, on case le générateur qui va bien in extremis. 

    • Like 1

  12. il y a 38 minutes, Patrick a dit :

    Donc il faut un drone chasseur de drones portant une partie de l'attirail d'un chasseur, rapide, manoeuvrant, capable de voler plus longtemps qu'un chasseur, discret tous angles et tout spectres, doté d'une liaison de données très sécurisée (laser?) avec un satellite hors d'atteinte des armes ASAT ou des satellites inspecteurs, et surtout, doté d'une capacité "look down shoot down", et qui reste sacrifiable.

    Il faut que ce chasseur de drones soit suffisamment peu cher pour qu'on puisse le remplacer aisément. Et qu'on puisse le lancer dans besoin d'une piste, et le récupérer sans besoin d'un système spécifique trop complexe.

    Voilà sur quoi on devrait bosser plutôt que sur des "remote carrier" à la con.

    Cela ressemble potentiellement à un mouton à 5 pattes qu'on aura du mal à sacrifier et/ou qui pourrait motiver les turcs et israeliens à bricoler un montage de manpads sous leurs drones les plus gros.

    • Upvote 1

  13. Il y a 1 heure, totochez78 a dit :

    Pour mémoire la tourelle T4 -140 date du début des années 2000..... puis mise au placard par manque d'intérêt, comprenez pas de menaces. 

    L'arrivée du T14 a relancé la course à la plus grosse munition pour mettre KO celui d'en face. 

    Il me semble que le choix du 130 mm par Rheinmetall réponds plus à une disponibilité de moyens industriels (forge, presse, ou production de munitions) ou de logique financière que d'un choix technique.

    Le 140mm Nexter, à son époque, a été développé en partenariat avec l'ISL ( franco-allemand) . A mon sens ce choix permet de garantir une certaine évolutivité des munitions pour l'avenir. 

    Surtout que, un des arguments de Rheinmetall est qu'avec les progrès technologiques, on arrive aux perfos d'un 140 de l'époque avec le 130 d'aujourd'hui testé. Mais cela doit être vrai aussi pour un 140 du coup, y a pas de raison...

    Il y aussi l''optique, en certains circonstances, de pouvoir encore faire porter les obus pour un soldat, chose qui devient limite mais encore faisable avec un 130 mais plus vraiment avec le 140. 


  14. Le 25/10/2020 à 22:54, gustave a dit :

    Comme on ne sait pas grand chose de l'un ni de l'autre...

    A priori, Ce proto est une réponse au proto allemand Leopard 2 - 140,

    qui est aussi une réponse au proto américain M1 Thumper dérivé lui-même du proto M1 CATTB,

    qui est une réponse aux projets soviétiques objet 490a Buntar (surtout, avec son blindage composite et l'upgrade possible du canon vers un 130-135mm voire un 152), réponse entretenue dans le temps par les protos de l'objet 292 et T-95, qui pouvaient tous potentiellement accueillir un canon de 152 mm à la place du 125 (2A73 sur le Buntar, 2A83 sur le T-95).

    => Similitudes avec le T-14 armata (équipage à 3, upgrade vers le 152 mm)

    Ca me paraît peu probable dans ce contexte, que le proto Terminateur soit vraiment hors sujet face au dernier-né des russes. 

    • Like 1

  15. il y a 42 minutes, Gibbs le Cajun a dit :

    En ces temps où tout est vite dépassait par la technologie, même se qui reste encore en pointe au niveau technologique sera désigné comme "vieux" selon l'entrée en service. 

    Mais si on observe la région, ben je pense que le Leclerc est l'un des meilleurs, d'ailleurs ceux deployaient au Yémen ont il me semble était très observait et soutenu par le fabriquant, les militaires français ont put avoir du retex, et les défauts ont été corrigé depuis longtemps, même si comme tout char on aura toujours de l'amélioration logique, vu que se qui n'était pas peut être encore facile à obtenir du point de vue technique et technologique à une époque le devient après en moins de 10 ans. 

    Donc les éléments de langage employé font trop souvent des raccourcis de nos jours ... À la rigueur ils auraient refiler de l'AMX30 B2 ( c'est un exemple, je ne sais même pas si en ils en sont équipé les EAU) , là oui on pourrait parler de vieux... Mais bon... 

     

    Je plussoie. M'est avis que face au proto Leclerc 140 T4, un T-14 Armata ne fait pas trop le malin...

    Sans même avoir développé une version 140 du Polynège. 

    • Like 2

  16. Il y a 13 heures, Deconfine82 a dit :

    je ne crois pas vraiment que c'est principalement dans les amphis que le virus s'est largement propagé dans le milieu étudiant. 

    D'ailleurs à mon époque,  les amphis se vidaient assez rapidement après quelque semaine de cours, et cela n'avait rien à voir avec un quelconque virus respiratoire ;)

    Idem, mais en attendant, les gens se sont agglutinés les uns sur les autres pendant ces quelques semaines. 

    • Like 1

  17. il y a 2 minutes, Lezard-vert a dit :

    76 bouches à nourrir c'est beaucoup .... pour notre  stock alimentaire ..

    Nos stock d'obus sont ils au moins suffisant pour 76 bouches ?

    et on a guère de mortier de 120 non plus (171 seulement) si je ne m'abuse

    Et c'est une grave erreur. Le MCO annuel d'un mortier de 120, c'est 2000 euros. autant dire quedal pour un PIB comme celui de la France. Le stock n'est pas encore hors d'usage mais on les laisse vieillir... 


  18. il y a 8 minutes, 13RDP a dit :

    Mais quand même...la France merde... les bro' Bureau, Gribauval et compagnie...

     

    76 bouches!....

     

     

    Et encore, l'objectif initial était 144 tubes, second contrat rompu pour économiser 300 millions d'euros, même époque que le rognage de la dotation ECUME (pourtant une brindille) des marins tellement il fallait faire les fonds de tiroir... 

    • Upvote 1

  19. il y a 14 minutes, Teenytoon a dit :

    J'entends beaucoup de monde accuser la jeunesse de je-m'en-foutisme et d'égoïsme primaire. Je n'entend pas grand monde remettre en cause la réduction drastique des moyens du service public hospitalier depuis ??? 30 ? 40 ans ? A part @bubzy

    Tant qu'on continue à se tirer dans les pattes entre catégorie d'age et/ou sociopro, on ne remettra pas en cause les décisions qui nous ont amené là.

    Diviser pour mieux régner.

    Et je suis bien persuadé de l’existence réelle du Covid et de sa dangerosité concernant la saturation des services hospitaliers. 

    Je ne suis pas sur que ce soit uniquement lié à l'âge.  Honnêtement, j'ai vu de tout, en terme de profil, qui mettait le masque sur la bouche mais pas le nez, des jeunes comme des vieux. Par contre, j'ai connu il y a 12 ans les amphis bondés de 1000 places assises pour 1200 âmes dans l'hémicycle en début de rentrée de L1, et a priori, rien n'a été fait pour conjurer pour ce phénomène habituel cette année, je trouve cela assez hallucinant (pour la fac que j'ai fréquenté en tout cas).

    • Thanks 1
    • Upvote 2

  20. Il y a 4 heures, MH a dit :

    :rolleyes: Ou faire un gros Breguet 941 bimoteur hypersustenté avec une aile soufflé par une turbine dédiée (style Shin Meiwa), le tout avec un train d'atterrissage vraiment tout terrain qui n'empiète pas sur le volume cabine.

    De super performances STOL, une quinzaine de tonne de charge utile et moins 150m de piste de terre au décollage. Ok ce n'est pas un hélico mais ça compléterait bien l'A400M par le bas et il n'aurait pas de concurrence sur le marché du cargo.

    Un HTH ou un convertible serait beaucoup plus cher aussi bien au niveau conception que MCO.

    Moi aussi quand j'ai lu G4lly parler de STOL radical, j'ai pensé direct à lui :biggrin: Surtout que les ailes de Toulouse en ont un exemplaire il me semble. 


  21. Le 30/09/2020 à 09:08, Rescator a dit :

    si comme moi vous êtes préoccupé par l'analyse étonnante du CEMA lors son interview à l'AN, réagissez. 

    "L’armée de Terre travaille précisément à ce qui sera la technologie discriminante, à savoir la numérisation et la connectivité des équipements. Dans le matériel terrestre, nous n’avons plus grand-chose à attendre des progrès de protection, c’est-à-dire du blindage, et des progrès de mobilité, tactique ou stratégique. Ce que nous pouvons viser, c’est la capacité à travailler de façon connectée et intégrée entre plateformes, de manière à développer une capacité de manœuvre qui surprendra l’ennemi."

    quand on choisit la roue et des armements insuffisants...Quelqu'un pourrait-il rappeler respectueusement au CEMA que la chenille, la protection active, les gros calibres existent, et que le miracle de la numérisation ne vaut rien si les moyens pour agir (puissance de feu, mobilité tactique) sont faibles. 

    J'ai déjà eu l'occasion de le dire mais la numérisation et la connectivité, cela me fait penser un peu au combat méthodique de l'entre deux guerres. Pas une bonne intuition selon moi.

    On devrait plutôt se positionner en miroir d'un autre pays qui, comme nous, a des compétences mais un poil fauché : la Russie. Il manque des systèmes de GE tout azimuts descendus au bas échelon, aptes à accompagner des blindés et une artillerie sol sol longue portée que l'on savait faire avant les russes avec leurs Iskander (trajectoire tendue semi-balistique), le Hadès mais à charge conventionnelle (qui a existé au moins sur le papier) pour gêner toute concentration de forces ennemie, à défaut d'avoir nous mêmes la masse.

    Pour la haute intensité, je vois surtout une stratégie en K pour un pays financièrement limité comme la France, des capacités très chères et donc plutôt rares à guidage inertiel qui permettent de passer outre le brouillage d'états forts. On sait faire des vrais bijoux de centrales inertielles pour grosses munitions, parce que les exigences du cahier des charges en la matière pour l'ASMP étaient très élevées. C'est une donnée qui se croise avec les missiles balistiques de théâtre que nous n'avons plus, charge conventionnelle ou pas. 

    Il reste sinon, contre le brouillage, des munitions non guidées mais qui demandent du nombre et de la saturation, et donc des effectifs que nous n'avons plus et que nous aurions sans doute du mal à avoir, ce qui nous fait revenir un peu au point d'au-dessus. Surtout que même non guidées, les roquettes restent plus chères que l'obus. 

    Avec l'avènement à terme de petits blindés dronisés aptes à shooter du MBT, il faudrait peut être plutôt essayer de travailler dans la bande des 10000 m pour ne pas subir une attrition folle. Le MGCS faisant travailler Nexter surtout sur la vétronique et/ou la tourelle, je verrais bien un projet chenillé complémentaire de la classe des 30 t pour les faire phosphorer sur un nouveau châssis (qui aurait pourquoi pas un lien architectural avec le Mars-15 mais avec 6 voire 7 galets de roulement selon les versions).

    Il s'agirait de faire un peu le pendant français du châssis GM-5955 russe : GE, EBG, SDPMAC, travures, défense S-A des blindés qu'il accompagne, mortier automoteur lourd que nous n'avons pas (mais que les russes et indiens ont) mais dont les obus feraient pratiquement le même boulot qu'un AASM 125 en ville contre un ennemi non symétrique, avec des versions drone encapsulé ou AC soit missile soit charges Bonus contre un état, une version VTT avec un bête 12.7 télé, une 7.62 et un mortier de 60 à la merkava dotée d'une protection active apte à protéger d'un drone suicide par exemple, une version 120 FER avec dotation polynège, l'équivalent du 2S25 Sprut-SD dont les équipages travailleraient surtout le tir en embuscade avant de dégager, etc. 

     Bon cela reste un rêve humide. 

    • Like 1
    • Upvote 1

  22. Il y a 23 heures, Shorr kan a dit :

    Le défaut dans le raisonnement du CEMA c'est qu'il part du matériel pour en déduire une - nouvelle- façon de faire.

    Alors que ça devrait être l'inverse : partir du tactique et du doctrinal pour sélectionner le matos et les techniques adaptés.

    Parce qu'il se doute qu'il n'y aura pas de miracle. Absence de danger proche dans la perception de l'opinion publique, dette et récession record (il a lu les chiffres dans la presse comme tout le monde), quasi étonnement sans doute de sa petite voix intérieure à ce que le budget def ne soit pas ratiboisé une énième fois depuis la fin de la guerre froide à chaque douche froide économique : il sait que s'il demande à reconstituer un poing blindé mécanisé complet et cohérent, et avec un peu de masse comme du temps où des Roland pouvaient accompagner des chars et AMX10P hors des routes véritablement apte à dissuader toute menace, il ne l'aura pas. 

    • Sad 1
    • Upvote 3