Rémy

Members
  • Content Count

    1,033
  • Joined

  • Last visited

Community Reputation

268 Excellent

About Rémy

  • Rank
    Vétéran

Profile Information

  • Pays
    France

Recent Profile Visitors

1,933 profile views
  1. Les phosphates, c'est un problème oui et non : - Les plus grandes quantités d'effluents d’élevage sont bovins, alors que ce n'est pas l'effluent le plus chargé en phosphore qui existe : ovins et caprins sont très loin devant avec la volaille, mais elle est granivore (qui pourrait donc nourrir à la place des humains), les autres surtout herbivores. Tous les fumiers ne se valent pas. - On ne remet encore pas très bien les carcasses dans le circuit, pourtant riches en phosphore d'ailleurs. - Les variétés modernes de blé, pour ne citer que lui, ont des exigences très élevées en azote car elles l'assimilent pas très bien, elles en gâchent beaucoup (rapport d'un à deux en faveur de l'épeautre par exemple, ce qui revient à le faire pousser quasi uniquement avec le reliquat d'une légumineuse d'avant, chose impensable avec un blé standard). C'est pareil pour le colza, betterave d'ailleurs. - La tendance devrait être à la réduction viandarde et au flexitarisme car entre la fonction de puits de carbone des prairies, (pour peu qu'il y ait peu d'intrants exigeants en culture et de concentrés de l'extérieur) et cette pénurie de phosphore industriel, l'élevage ne devrait pas se faire de mouron si il revoit certaines pratiques et pourtant, le discours ambiant est assez dur envers lui. Il faudrait quand même qu'il reste des bêtes et des éleveurs à la fin de ce cycle. - Cela va d'ailleurs de pair avec le développement des légumineuses : ce sont des cultures acidifiantes, contrairement aux cultures de céréales dites basifiantes (à condition de laisser les pailles sur place), si demain on a un problème de chaux... - une partie du phosphore se barre dans la rivière ou la mer par ruissellement ou lixiviation à chaque grosse pluie parce que les sols sont très travaillés. Il y a des leviers d'amélioration là-dessus. Cette pénurie à l'échelle mondiale peut être le moyen de se rediriger vers le schéma traditionnel de la ferme : polyculture-élevage, qui jusque là marchait plutôt bien pour la gestion du phosphore plutôt que d'avoir des ateliers uniques très spécialisés, mais la concentration des exploitations ne va pas trop en ce sens.
  2. Pour les vignobles en Sibérie, je te dirais que non en tout cas. Car la vigne demande un sol calcaire à légèrement calcaire. Or, la Sibérie c'est essentiellement du marais, qui induit une terre acide à très acide. Il doit y avoir quelques cépages existants un peu moins acidophobes mais... mauvais plan à mon avis. On peut faire du maïs sur du sol acide... mais il faut qu'il pleuve pendant l'été au moment où cette plante en a le plus besoin et avec le réchauffement, il se peut que les étés russes en Sibérie Centrale soient aussi secs qu'en France à l'avenir... D'ailleurs, il semble que la vigne se porte mieux dans un milieu "naturel" pour elle, en l’occurrence une truffière extensive pour ce qui est de l'environnement insectivore/mycorhizien. Ailleurs, planté comme on a l'habitude de le voir, cela pousse mais ça reste une plante fragile qui demande pas mal de protections antifongiques. Il faut savoir qu'en France, les sols agricoles les plus pollués ne sont pas ceux de la grande culture mais... les régions de vignobles. J'en ai déjà parlé ici mais les gens pensent souvent au Canada pour remplacer les régions tempérées mais une grande partie du territoire est presque impropre à la culture (bouclier canadien, 4.8 millions de km2) : tu ne feras jamais des rendements français ni même russes-de-l'ouest-sans-phosphore, sur ces sols quasi rocheux. Ananas, c'est pas impossible en Normandie. C'est une plante de terre acide. Dans les îles où les états sud-américains/niveau de l'équateur, le sol est souvent médiocre (souvent dit ferralsol) donc y a pas de raison... C'est pas pour rien que la technique du brûlis est encore si souvent employée là-bas : la cendre formée et déposée par l'incendie remonte le PH juste comme il faut pour la culture d'après. Enfin, tout cela s'améliore, y compris en Sibérie, potentiellement en faisant des redressements d'urgence du PHeau. Cela demande de la chaux... pulvérisée ou sous forme de carbonates pour une action lente de maintien du PH mais je ne pense pas que les réserves mondiales soient illimitées. Ou alors charbon (terra preta) à la place mais je ne suis pas sur qu'il y ait d'expérimentation à grande échelle par des gros agriculteurs. (PH en dessous de 6.5 : fini luzerne, une partie des légumes, betterave. PH en dessous de 5.5 : fini blé, une majorité de légumes, PH en dessous de 4.5/5 : seule la prairie tient dessus, avec maïs, seigle, sarrasin et pommes de terre à la marge et avec des rendements moyens). Et on peut aussi parler du pic du phosphore prévu pour 2030 qui explique une bonne partie des rendements connus depuis moult décennies...
  3. Et le 140 apporterait au moins deux choses, en plus de la flèche plus longue : - un plus grand diamètre pour tirer un drone potable (dixit feu Serge) - une charge anti-structure potentiellement plus intéressante que celle en 120 que les américains ont développé pour leurs besoins en urbain en Irak et qui a été jugée encore faiblarde. Mais cela doit doubler la quantité d'explo au mieux, je ne sais pas si c'est déterminant à ce point.
  4. Les tirs BLOS seraient possibles sans qu'ils buguent pendant le vol, entre chars russes et US ou US et chinois ? Plein d'états ne sont pas "state of art" en GE. Donc il y a moyen de ruser pour des puissances moyennes mais les grosses puissances ?
  5. Si les protagonistes ont un haut niveau en matière de Guerre Electronique et sont équivalents alors oui, mais quelles sont les états prêts à s'affronter directement sans armements nucléaires tactiques derrière ?
  6. Oui, c'est ce qui fait que les TU-95 volent à la même vitesse que les liners.
  7. Cette contrainte récurrente prendrait fin si un constructeur proposait un jour de mettre sur une nouvelle bécane TP, deux hélices contrarotatives accouplées à un PT6A-68C.
  8. Rémy

    VBCI

    - Pourquoi une mobilité proche de zéro à cause du 120 FER ? - Avec cette tourelle, ce ne serait plus un VCI mais un successeur à l'AMX10RCR.
  9. Rémy

    VBCI

    Il y a eu les VAB Mephisto... donc il serait tout à fait possible d'avoir une version VBCI équipée ainsi avec des MMP voire un mix MMP/MLP. Reste à voir si ce serait pas un gâchis de mettre sur un châssis capable de supporter mécaniquement un 120 FER, une flanquée de missiles AT qui pourrait aussi bien aller sur un Serval Light. Les russes ont un peu un équivalent avec le BMP-3 de 18 tonnes qui tire des Khrizantema-S 9M123 ou Kornet-T 9P163M-1.
  10. Dans ce bad trip, il y a aussi l'Allemagne visiblement... et qui déteint sur nous par ricochets avec un certain soft power.
  11. Rémy

    VBCI

    Cette réponse se trouve dans les pages de ce topic, que je te conseille de lire si tu peux en entier car intéressant. Quelques éléments d'après moi : - Le constructeur n'avait que du 25x137 à mettre sur l'engin au moment de son développement/fabrication. - Le nombre de cartouches emportées a du avoir les faveurs (peut-être par dépit) sur la puissance. En cas de contact, faut avoir de la réserve car c'est très consommateur en général. - Le coût d'achat et d'usage est plus élevé pour du 30*173 (et c'est pire pour le 40 CTA). Pour une armée française qui a toujours un budget de fonctionnement un peu ric rac, c'est pas anodin. - Le VBCI a plus l'air d'un APC velu qu'un VCI, d'où le calibre plus light mais le Jaguar est censé être là aussi... mais il y a peut-être eu un glissement doctrinal pas voulu.
  12. Je serais curieux de savoir comparativement ce qu'aurait coûté une série de réacteurs type Astrid recyclant nos 500 000 t de déchets, comparativement à ce scénario où même ce que la Californie, a balancé comme fric pour son mix éolien/solaire qui la lui fait à l'envers actuellement.
  13. Comme on ne connaît pas tous les pathogènes préhistoriques pris dans les sols gelés sibériens, il se pourrait que l'anthrax soit le moins pire #del'optimisme,enveuxtu,envoila
  14. J'adore cette idée :o Parce qu'il y a un risque pour qu'on soit les cocus de l'histoire à terme.