Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Fanch

Members
  • Posts

    1,600
  • Joined

  • Last visited

Reputation

1,521 Excellent

Profile Information

  • Gender
    Male
  • Pays
    France

Recent Profile Visitors

4,617 profile views
  1. Non, comme dit plus haut, la fouille avant l'incident, les EOD traitent et les WIT analysent. https://www.irsem.fr/data/files/irsem/documents/document/file/93/20090212-NP-CICDE-DIA-3.12.2-FOPS-2009.pdf page 29 : la FOPS se situe, sur le schéma, en amont de l'incident EEI, c'est-à-dire jusqu'à la découverte de l'engin, alors que le NEDEX-EOD se situe juste avant et juste après (sécurisation) et que le WIT se situe en aval page 30 : La capacité WIT a pour objet principal d’alimenter le processus d’exploitation postérieur à une attaque par EEI. Ce processus vise essentiellement à alimenter en renseignements les capacités qui agissent en amont de l'incident EEI, c'est-à-dire à permettre l’attaque du réseau qui l'a développé et mis en place
  2. Normalement non mais vu le doc avec 3 langues il peut y avoir des erreurs et approximations. En étant schématique, la FOS agit théoriquement en amont d'un IED (elle cherche), les EOD pendant (ils traitent) et la WIT après (ils analysent l'incident)
  3. Sur l'infographie twitter, il y a une section "WIT" pour 1 régiment Génie, qui doit appuyer 4 régiments de mélée (2 INF et 2 CAV). A la grosse ça te fait 1 groupe par GTIA, ça reste cohérent...
  4. Merci pour ce moment WIT c'est pour Weapon Intelligence Team https://www.defense.gouv.fr/operations/afrique/bande-sahelo-saharienne/operation-barkhane/breves/barkhane-focus-sur-les-weapons-intelligence-team
  5. Même si on mettait un radar Cobra en plus des GA10, on ferait quoi ? Je ne suis pas persuadé que répliquer (avec une efficacité à coup d'obus de 155mm) sur une position de tir ENI non observée dans la minute qui suit l'attaque soit une solution viable.
  6. Pour les FA la dotation était de 6 chargeurs mais 250 cartouches (soit 100 en vrac). Assez vite tu récupères des chargeurs en rab, le concept de grailler tes chargeurs sous le feu est pas terrible. Les minimi j'ai également 600 pour 3UF. Mais il n'y a pas que le nombre de munitions, il y a aussi la gestion du feu. Quand tu vois un tireur minimi faire UNE rafale de 100 cartouches ou un tireur famas engager une cible à plus de 800m au Famas-aimpoint c'est plus du gaspillage ; même si cela permet aux tireurs de ne pas uniquement subir le feu (aspect psychologique)
  7. En France on parle d'UF (unité feu) qui est propre à chaque arme. Je ne me rappelle plus de la définition exacte mais c'est quelque chose comme "la quantité moyenne par arme et par jour de munitions consommées au combat" un truc un peu fumeux ou tu finis avec trop ou pas assez (mais c'est le principe d'une moyenne) Normalement, pour une journée, un soldat part en mission avec 3UF. Dans la majorité des cas ça suffit. Suivant les théâtres les dotations initiales sont revues. Il est arrivé que des tireurs Minimi quittent le camp avec 1600 coups (et pas dans le VAB). Je vais essayer de retrouver des exemples d'UF
  8. Ben le deal de Budapest consistait a se séparer de l'arsenal nucléaire en échange de thunes et de l'assurance du respect des frontières de l'époque (la Crimée toussa toussa). Et à la dislocation de l'URSS, l'Ukraine était la troisième puissance nucléaire en nombre de tête. Le problème c'est que la situation actuelle peut potentiellement relancer la course à l'armement nucléaire.
  9. Même si "les cons ça osent tout", ça serait pas très malin de fournir à la Russie une raison d'intervenir
  10. @Hirondelle Le principe de la contre-batterie (dans le sens tir sur coordonnées définies par radar de contre-batterie et non validée par un observateur) ne pourra être appliqué que si les ROE l'autorisent. Or actuellement un tir doit être observé. Dans le cas d'un conflit un peu plus chaud avec des ROE plus permissives, et si la chaîne ART fonctionne correctement ; l'ENI déclenche un tir, le vol des obus est détecté (cobra, SL2A, GR10,...) et la trajectographie faite. Tu obtiens les coordonnées de départ et d'impact alors que les obus sont toujours en vol. Si tu as un élément ART en mesure de tirer dans cette zone, c'est à dire en batterie avec les tubes déjà dans la direction générale pour ne pas avoir un déplacer le Caesar (l'inconvénient de ne pouvoir faire du tir à 360°) et l'équipage à poste, tu as juste a rentrer les éléments de tir et envoyer les obus. En 2min max les obus sont en vol Regarde cette vidéo de l'archer; pourquoi tu crois que BAE vend le truc comme étant capable de partir avant le premier impact ? Mais si tes ROE imposent l'autorisation d'une autorité, t'interdisent de tirer à moins de x mètres d'un bâtiment civil, de vérifier de visu l'objectif... ça marche de suite nettement moins bien.
  11. Et rien ne prouve que des hôpitaux de campagne ne soient pas déjà sur place dans des camions. Le personnel pour les armer peux être amener en quelques heures depuis leur lieux de travail habituel. Edit : grillé par @gustave
  12. Avec 6 obus et 1 pièce, si l'équipe tir et l'observateur sont pas trop mauvais ça passe sans problème. Il faut que les premiers coups de la série ne soient pas trop au fraises. Le pire étant des coups "non vus" ou "non observés" Ci dessous un lien (en anglais avec le principe de réglage) http://www.hardscrabblefarm.com/vn/artillery.html
×
×
  • Create New...