Rescator

Members
  • Content Count

    655
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    3

Rescator last won the day on February 5 2018

Rescator had the most liked content!

Community Reputation

618 Excellent

3 Followers

About Rescator

  • Rank
    Connaisseur

Profile Information

  • Pays
    France

Recent Profile Visitors

The recent visitors block is disabled and is not being shown to other users.

  1. pas certain que l'utilisation du lanceur LRU soit la meilleure hypothèse de conception car ça bride les longueurs de projectiles et ne résout pas la problématique du besoin naval. En outre si MBDA impose une formule missile de croisière les coûts vont exploser. Ce qu'il nous faut c'est une roquette guidée à lancement vertical de longue portée moins cher. On va encore se fourvoyer avec un machin surspécifié. Tout ça pour être "européen".
  2. si le sens de la question est "peuvent-ils" au sens ont-ils la capacité industrielle, la réponse est oui on peut toujours trouver de la sous-traitance parmi le tissu industriel français avoir trop de commandes est un problème de riche donc facilement résolu
  3. la réponse est oui, c'est même le premier concept de châssis auquel on avait pensé pour le DCL: V12X-ESM500, 7 galets, barres de torsion type AMX40 Egypte
  4. c'est clair, très bon engin dans cette configuration. C'est comme ça qu'il aurait du être vendu au Qatar
  5. ce que l'on appelle des lots ne sont pas des morceaux de char. Ce sont des lots d'ingénierie programme comme management, coûts, programmatique. Ce n'est pas châssis, tourelle, armement, etc. Le découpage industriel n'est pas fait et il est loin d'être fait. Donc pas de panique, ça se cassera la gueule avant. Inutile de crier avant d'avoir mal.
  6. Rescator

    [EBRC/Jaguar]

    je pense qu'un petit rappel de balistique s'impose. Le slat armor fonctionne en exploitant une faiblesse propre au RPG et que l'on ne retrouve pas sur les autres roquettes et les missiles, le détonateur à fusée piézo-électrique. quand un RPG passe à travers deux barreaux d'un slat, sa coiffe est pincée ce qui court-circuite la fusée. Le RPG traverse le slat et s'écrase sur la caisse en déflagrant et non en détonant ce qui empêche la formation du jet de charge creuse (une bonne caisse résiste normalement à ça). Pourquoi ça marche une fois sur deux c'est parce que statistiquement le RPG ne passe pas toujours entre deux barres mais percute une barre, donc il y a détonation et formation du dard donc pénétration potentielle résiduelle. dans le cas des autres roquettes AT4, panzerfaust 3 et missiles etc le simple fait de percuter le slat provoque la création du dard donc pénétration potentielle même si il y a un effet stand off en résumé le slat c'est quand même utile même si c'est pas efficace à 100%
  7. Rescator

    [EBRC/Jaguar]

    absolument d'accord sur le principe. Je pense que l'armée française est prête à acquérir ces systèmes mais il faudra d'abord désigner les blindés prioritaires puis choisir un ou des modèles car suivant le type de blindé les problèmes d'intégration ne sont pas les mêmes (exemple de la tourelle du Jaguar déjà surencombrée), engager des travaux d'adaptation par kit (hors de question d'équiper toute flotte pour des pb budgétaires), mettre de côté des sous pour le MCO car ces systèmes sont assez fragiles, contiennent de l'électronique et des capteurs qui valent cher et enfin écrire une doctrine d'emploi (certains sont encore hantés par le syndrome des dégâts collatéraux). Et avant tout ça mener une expérimentation des systèmes disponibles sur le marché, ce qui va prendre au moins deux ans.
  8. Rescator

    [EBRC/Jaguar]

    il y a un autre problème, la masse car il faut créer une ceinture tout autour du blindé et ça pèse un âne mort qui bouffe tout le potentiel de croissance, donc sur un engin de 25 tonnes ça passe pas
  9. combat/coercition avec un canon de moyen calibre et renseignement avec pleins de capteurs
  10. comme d'habitude les coûts seront déterminants tant pour le châssis que pour les systèmes embarqués par les deux versions. On verra.
  11. crois bien que j'en suis le premier affligé
  12. je n'en sais fichetrement rien. Il ne faut pas confondre le nombre de chars pris en compte par les régiments et les chars encore en dotation dans différents parcs. EN 2012 il restait 350 chars "en parc" c'est à dire à peu près entiers, pas trop cannibalisés, ni trop pourris, en clair moyennant un effort certain, capables de revenir dans les forces. Entre temps plusieurs chars ont été démontés et la remise en cause de la PEGP a réintégré certaines machines. Ce qui a trompé tout le monde c'est la cible de 200 Leclerc rénovés Scorpion que l'on a interprété comme "il ne reste que 200 Leclerc" alors qu'en fait il en reste bien plus. Faut savoir que certaines pièces de rechange ne sont plus fabriquées par l'industrie et qu'une partie du parc est pillé. De toutes façons ce qui compte c'est le nombre de chars avec un potentiel technique fort et avec un équipage entraîné (au coup de sifflet il n'y en a pas beaucoup). L'armée de Terre n'a pas 220 chars prêts à faire la guerre avec un court préavis. Il faut passer par une phase de remontée en puissance: révision technique, entraînement équipage, constitution de stocks de rechanges, munitions. je note aussi que dans le tableau il y a 121 canons de 155 mm. Si au coup de sifflet on est capables d'en mettre en ligne la moitié ce serait fantastique.