Brian McNewbie

Members
  • Compteur de contenus

    330
  • Inscription

  • Dernière visite

Réputation sur la communauté

202 Excellent

À propos de Brian McNewbie

  • Rang
    Connaisseur

Profile Information

  • Pays
    France
  1. USA

    Que Sanders en parle ne veut pas dire que c'est généralisé et une crise en ce moment, mais surtout ce qui me gêne avec ce genre d'approche - bien que j'adhère au message - c'est que ça fait fi du biais de simple exposition. Le quoi ? Le truc qui fait que rien que le fait d'être confronté à une idée ou une position tend déjà à nous aider à y adhérer ; le truc qui fait qu'entre les années 90 et maintenant les arguments platistes n'ont pas évolué, que les preuves de la rondicité de la Terre se sont multipliées, mais que par la magie d'internet qui met tout sous les yeux de tout le monde, le nombre de platistes a explosé, par exemple. Autre chose à considérer : allez dans les commentaires web ou Facebook du Monde ; vous y trouverez le pire de ce qui se fait en repli identitaire, peur et haine de l'autre, et nationalismes extrêmes. Personne n'empêche les trolls et vrais gens qui s'expriment ainsi de le faire ; et malgré le fait qu'ils soient extrêmement minoritaires, ils ont capturé ces espaces d'expression pour de bon. Leur motivation est largement supérieure à celle de monsieur ou madame tout-le-monde qui trouve simplement que ce sont de gros cons, aussi ils occupent tout l'espace de manière incontestée. Et ensuite donc, pour quiconque se pointera pour voir ce qu'il se dit dans le coin... biais de simple exposition entre autres, donc davantage de réceptivité à ces thèses simplement parce qu'elles y figurent et y sont répétées. Les questions de liberté d'expression vont bien au delà de "si tu dis n'imp on te le fera savoir" ou "c'est une liberté fondamentale donc la question est déjà réglée, 110% de liberté d'expression". Un certain nombre d'aspects pratiques sont systématiquement éclipsés du débat surtout aux USA - notez le raccord au topic - alors qu'ils sont pertinents également.
  2. USA

    Ah bon ? Au contraire il cite différents biais possibles, explique comment s'en affranchir, propose de croiser avec d'autres données etc. Non, il n'y a pas du tout besoin de tout ça, surtout en première approche, pour se demander s'il y a une crise de la liberté d'expression aujourd'hui, c'est-à-dire un changement brutal de l'acceptation de la prise de parole par l'autre. Mettre en évidence un phénomène est différent de l'expliquer, et il convient de faire l'un avant de s'atteler à l'autre. Et pour autant ça ne signifie pas qu'il est impossible d'en parler de manère un peu dépassionnée et froide. Justement je pense qu'il y a un soucis à vouloir voir de "bonnes" et de "mauvaises" cibles. S'il y a matière à critiquer, critiquons, peu importe à qui ça donne raison à la fin, si ça donne raison à quiconque. Reprendre un "liberal" sur des surinterprétations n'empêche pas de dire que les liberals ne censurent pas en tous sens si c'est effectivement ce que tendent à montrer les données exploitées. ...dans le cas des discours racistes. Au contraire en ce qui concerne les discours militaristes, la gauche modérée fait "mieux" que les deux extrêmes toujours d'après le graphique. Un thème sur deux parmi beaucoup, c'est assez court pour conclure sur la "PC" globale '^^ C'est évoqué, et il en dit entre autres que des données de ce type sur un ou deux ans sont assimilables à du bruit, elles ne reflètent rien de précis. On est en train de regarder une tendance à l'échelle de la société, une variation momentanée n'est pas forcément un signal en soi ; de même que si le climat a tendance à se réchauffer, voir un refroidissement entre une année et la suivante ne remet pas tout en question, finalement. On en revient à ce que j'évoquais plus haut : quel type de données, quelles caractéristiques, quelle gamme de conclusions possibles. Citation needed :)
  3. [A-400 M] le défi stratégique européen

    Je rejoins DEFA sur l'idée que la date de première livraison n'est pas un très bon paramètre ici. En tout cas il ne décrit rien de tout ce qu'on aurait envie d'observer, à savoir soit la qualité livrée, soit le retard des capacités prévues contractuellement initialement, soit le retard du premier standard employable sur le terrain de manière satisfaisante pour le client... parce qu'avec un tel paramètre, le F-35 n'a plus tant de retard que ça finalement
  4. USA

    Ca a très peu voir aucun rapport avec le propos global du texte, à savoir "y-a-t-il une crise de la liberté d'expression". Puisque ce soutien autour de 50% est en augmentation depuis des décennies, qu'on le trouve suffisamment haut ou pas, il est difficile de voir une crise, c'est ça le propos du texte. Citation needed :) puisqu'on en est à traiter de données un minimum sérieuses. Même chose qu'à Tancrède : le propos du texte est de remettre en doute le conte d'une crise actuelle de la liberté d'expression, alors que les données ne montrent pas de telle dégradation, au contraire. Après, savoir si 50% de soutien au freedom of speech c'est beaucoup ou pas, c'est une autre question. Et il est alors indispensable de mieux définir "soutenir la liberté d'expression" ; est-ce que si je suis opposé à des discours créationnistes dans les universités je suis contre la liberté d'expression ? Est-ce que c'est directement comparable à interdire à mon voisin FNiste de s'exprimer publiquement sur des thèmes politiques de son choix ?
  5. USA

    Qu'en l'état je ne peux rien en dire, je ne connais pas le nombre de propositions de conférences "considérées hostiles par la gauche" par rapport à celles "considérées hostiles par la droite", et la détermination "droite" ou "gauche" est ici relative au speaker donc plus il y a de speakers qui sont très à droite ou d'extrême-droite plus les tentatives d'annulations viendront de la (sa) gauche typiquement.
  6. USA

    Qu'en l'état je ne peux rien en dire, je ne connais pas le nombre de propositions de conférences "considérées hostiles par la gauche" par rapport à celles "considérées hostiles par la droite", et la détermination "droite" ou "gauche" est ici relative au speaker donc plus il y a de speakers qui sont très à droite ou d'extrême-droite plus les tentatives d'annulations viendront de la (sa) gauche typiquement. Qu'au delà de cet aspect, Novella s'exprime sur une censure qui serait en place, et donc parle de cas effectifs d'annulation. Si quelqu'un veut très fort censurer pleins de choses mais n'y arrive jamais, on est pas sur une quelconque crise de la liberté d'expression - tout le monde peut souhaiter ce qu'il veut pour les autres, le problème est quand il y a effectivement entrave. Qu'enfin et c'est un point très peu important à mes yeux, Fire a été fondée en partant du principe que la censure par le politiquement correct était un fait établi à la fin du siècle dernier, rendant son approche nécessairement teintée. Mon conseil dans ce genre de cas, c'est de refaire ce qu'a fait Novella ou ferait n'importe quel sceptique qui se respecte, à savoir éplucher la méthodo pour savoir ce que valent les données, et établir clairement ce qu'il est pertinent ou non de faire dire à ces données en fonction de leur solidité : https://www.thefire.org/how-to-use-the-disinvitation-database/
  7. USA

    Sujet qui revient cycliquement : la liberté d'expression est-elle en danger dans les universités US ? Les liberals censurent-ils les campus au nom du politiquement correct ? Retour sur des lectures parfois très "libres" des données disponibles, par Steven Novella : https://theness.com/neurologicablog/index.php/free-speech-crisis-revisited/ Le texte fait suite à celui-ci, qui traite de l'importance de se baser sur des données dont on saura dire comment elles ont été obtenues et donc évaluer leur poids, plutôt que sur de simples observations personnelles nécessairement partielels et partiales : https://theness.com/neurologicablog/index.php/free-speech-perception-vs-reality/
  8. EmDrive

    Non, et je vois bien que la subtilité a du mal à passer. Ce n'est pas parce qu'on explique pas immédiatement quelque chose que c'est un phénomène nouveau ou qui sera inexpliqué tant qu'on adaptera pas les théories. D'où l'exemple du CERN, qui était bon : on a pas expliqué immédiatement la mesure, et pourtant il n'y avait aucun nouveau phénomène. Par "s'assurer qu'il se passe quelque chose" je parle de quelque chose de nouveau, un phénomène qu'on désire mettre en valeur. Une poussée de quelques µN après avoir irradié du cuivre (qui a tendance à se dilater et bouger de manière générale très facilement), c'est très loin d'être extraordinaire. Bien sûr que si, il y a des raisons de trouver quelques µN qui traînent. Surtout en offrant des dizaines de watt au système. De tels efforts peuvent être causés par virtuellement n'importe quoi. Le moindre coup de vent suffit - oui, je sais que l'XP était dans un vide relatif. Pour l'instant les setup expérimentaux n'ont pas permis d'identifier la source de cette mesure, mais en même temps une seule expérience a été réalisée de telle sorte que les effets thermiques les plus simples à mettre de côté soient discriminés. Quand Pons & Fleischmann ont trouvé de la chaleur excédentaire, le raisonnement à avoir était le même : au vu des quantités absolues en jeu, l'excédent pouvait provenir de n'importe quoi et il n'était donc pas nécessaire de s'exciter. Si excitation il y a eu, c'est surtout à cause de la promesse d'énergie facile à une époque où le nucléaire "classique" subissait revers sur revers dans l'opinion publique. De même ici, l'engouement est bien davantage dû aux promesses de propulsion spatiale qu'à ce qui est mis en valeur expérimentalement. De même ici, il a fallu attendre relativement longtemps après les premières annonces pour avoir UNE expérience qui tente de discriminer les causes possibles les plus évidentes. Il y a d'excellents ouvrages qui traitent de la mode de la physique anomalistique et entre autre ce jeu qui consiste à aller chercher des éventuels phénomènes dans des mesures de grandeurs absolues très faibles ; c'est ainsi que des labos pensent trouver des signaux montrant la possibilité de faire tourner des pyramides de papier d'aluminium sous cloche par la pensée, ou autre. La mise en garde que j'essaie de faire c'est celle ci : aller chercher des phénomènes nouveaux dans les effets mesurés très faibles, c'est piégeux et on en a des exemples flagrants depuis deux grosses décennies au moins. Et du coup, on est complètement d'accord sur cet aspect. Et je suis également d'accord avec ça.
  9. EmDrive

    ...Sauf que je n'ai jamais fait dire ce genre de chose à la NASA. En revanche, pour certains la publication en coopération avec EagleWorks semble être preuve d'un phénomène nouveau, ce qu'elle n'est pas. Aussi je me suis permis de rappeler cet état de fait en introduction d'un commentaire plus long et traitant d'autres aspects. C'est assez drôle que tu vois les choses ainsi, quand tous mes posts sur ce sujet ont consisté à expliquer que les uns ne sont pas discernables des autres dans ce genre de cas, force exemples à l'appui.
  10. EmDrive

    J'exagère ? Alors je veux bien que tu m'expliques en quoi il n'a pas juste assemblé ce qui lui passait sous la main sans savoir où il allait. Sérieusement.
  11. EmDrive

    Et ce sont les ingénieurs de Elf qui se sont laissés mener par le bout du nez pendant des années par deux escrocs qui voulaient leur vendre les fameux avions renifleurs. Et ce sont des parapsychologues qui se sont laissés berner par Banachek et Michael Edwards. Et ce sont des ingénieurs de la NASA et de Lockheed qui ont perdu Mars Climate Orbiter en se mélangeant les pinceaux entre unités SI et impériales. Et ce sont les chercheurs du CERN qui ont momentanément obtenu des mesures de particules plus rapides que la lumière. Je ne rejoins pas la véhémence de Toratoratora vis-à-vis de l'EMdrive, au sens où il me semble déplacé de parler d'un scam avec peu de cartes en main. Mais je considère aussi que la prudence la plus élémentaire et le scepticisme le plus sain impliquent de ne pas partir bille en tête sur l'idée que le papier de la NASA est une preuve définitive du fonctionnement du prototype qui est, et pour le coup Toratoratora a raison, une couscoussière au sens où il a été construit sans suivre le moindre plan, la moindre base qui justifierait son design. Quelle probabilité y-a-t-il qu'en assemblant au hasard tout ce qui traîne dans mon garage je révolutionne la propulsion spatiale ? Ce n'est pas si évident justement. Une poussée de cet ordre peut être causée par plus ou moins n'importe quoi, on ne s'attend pas spécialement à rien, surtout mesuré en µN. La pente Force/Puissance est similaire à chaque fois en effet. Et pour cause, tous les essais menés jusqu'à maintenant sont réalisés avec le même ordre de grandeur de puissance, avec toujours les mêmes efforts tous petits en sortie. Bien sûr le matériel permet d'être précis à quelques µN près, mais comme dit précédemment avec de telles forces il est difficile de discriminer leur origine possible. Avant de comprendre ce qu'il se passe, il est bon de s'assurer qu'il se passe quelque chose (Voir les tentatives d'explication du fonctionnement de l'homéopathie par exemple.). A mon avis ce n'est pas encore le cas. On peut dire que le pot en cuivre, soumis à quelques dizaines de watt d'ondes EM à ~2000MHz, donne une force de quelques dizaines de µN. Est-ce un phénomène nouveau pour autant ? De la lecture sur le sujet pour ceux qui sont paumés et ne comprennent pas de quoi on parle ; il s'agit de billets rédigés pour Forbes par des astro-physiciens dans une optique de vulgarisation, ce ne sont pas des publications scientifiques ou des critiques directes à ces dernières : - How physics falls apart if the EMDrive works (Ethan Siegel) https://www.forbes.com/sites/startswithabang/2016/11/23/how-physics-falls-apart-if-the-emdrive-works/#1ac440fc16b7 - A propos de théories explicatives de ce qui est (peut-être) mesuré sur l'EMDrive et du problème d'expliquer avant d'avoir mis en évidence convenablement (Brian Koberlain) https://www.forbes.com/sites/briankoberlein/2017/02/15/quantized-inertia-dark-matter-the-emdrive-and-how-to-do-science-wrong/#6144095e675f https://www.forbes.com/sites/briankoberlein/2016/11/28/nasas-emdrive-and-the-quantum-theory-of-pilot-waves/#71e4264a4d2b - Réaction à la publication avec relecture par les pairs du travail mené à Eagleworks (même auteur, pour comparaison) https://www.forbes.com/sites/briankoberlein/2016/11/19/nasas-physics-defying-em-drive-passes-peer-review/#224360a8659d
  12. Le F-35

    Rien ne vient infirmer que des licornes se promènent quelque part non plus, tu noteras
  13. Le F-35

    Il y avait eu des rumeurs à l'époque mais à ma connaissance rien de factuel ne vient étayer ces dires pour l'instant, il parait improbable que Israël engage ses F-35 si tôt après les avoir reçus.
  14. La notion de "neutralité" n'est pas très pertinente pour un indicateur. Un indicateur est un outil qu'on construit pour évaluer l'évolution de paramètres de notre choix. En fonction des choix que l'on fera, on emploiera différents indicateurs, il n'y a pas de neutre ou pas neutre là dedans. On choisira les indicateurs que l'on exploite en fonction de ce qu'on veut observer. S'il semble pertinent de tenir compte de la richesse culturelle, on prendra un indicateur qui la prend en compte. S'il semble pertinent de se limiter aux échanges de liquidités on prendra un indicateur qui se limite à ces derniers. La discussion que l'on veut avoir ici à mon avis, n'est pas "quel serait un indicateur neutre" mais "de quel genre d'indicateur avons nous besoin maintenant, pour évaluer ce qu'on souhaite évaluer". Note : tout indicateur a un effet pervers quasi-immédiat - on a tendance à modifier notre comportement pour affecter artificiellement l'indicateur, rendant ce dernier souvent biaisé à moyen terme. Si vous mesurez le temps que passent vos employés au bureau ils viendront plus tôt mais prendront leur premier café pendant 30 minutes en arrivant, etc. Il faut donc toujours être prudent et connaître en profondeur la manière dont a été construit l'indicateur pour savoir ce qu'on est vraiment en train de mesurer.
  15. VBCI

    A nouveau, le problème est strictement le même avec les épiscopes. Et les caméras ont bien évolué entre la période de pré-conception du Leclerc et maintenant. Dans tous les cas on veut des optiques qui fourniront un signal au tireur. Le signal peut être analogique ou numérique, passer par des lentilles, du cuivre ou de la fibre, être facilement post-taitable ou non mais en tous cas, on aura en début de chaîne un appareil fragile et exposé. Aujourd'hui les caméras offrent des qualités d'image permettant entre autres de garder une très bonne résolution après zoom numérique, il est facile d'exploiter les images pour y déceler des formes connues - humanoïdes, véhicules - mais également des longueurs d'ondes particulières - patterns connus, IR si le capteur le permet - et stabiliser l'image au niveau software en plus du hardware. On peut ajuster au besoin l'exposition, injecter du gain, modifier la colorimétrie ou la saturation afin de mieux distinguer ce qu'on cherche à observer. Le défaut des caméras, c'est d'être plus coûteuses que les épiscopes. Mais à l'échelle du prix d'un tank moderne... Reste alors le besoin d'alimentation en courant et l'éventuelle vulnérabilité aux IEM, mais le reste du système de combat, la programmation moteur, la ventilation, tout y est (plus ou moins) sensible également. Je vois dans le débat actuel la même vanité que dans le débat iron sights / optiques de combat : on peut chercher la rusticité, la redondance et la moindre dépendance à la technologie... et en même temps ne pas cracher sur des solutions à peu près aussi fiables que ce dont on a l'habitude, pour des performances autrement meilleures.