Tancrède

Members
  • Compteur de contenus

    14980
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Days Won

    102

Tancrède last won the day on November 19

Tancrède had the most liked content!

Réputation sur la communauté

4616 Excellent

2 abonnés

À propos de Tancrède

  • Rang
    Héros

Profile Information

  • Pays
    France
  1. Nanas au combat

    Et voilà le résultat quand on aborde cet aspect du problème: - sans aucune nuance ou regard pour la gradation, les multiples degrés présents dans les interactions de ce type - en ne regardant que la légitimité d'un côté et absolument pas de l'autre (un problème récurrent quand on parle de toute situation de "démocratie à deux") Désolé de le rappeler, mais hommes et femmes n'ont pas les mêmes réglages en moyenne, et une partie de ces réglages ne sont pas le fait de la culture, mais font partie du hardware reçu à la naissance: les niveaux de sensibilité, les choses auxquelles on réagit, ne sont pas forcément très alignées. Ca varie selon les cultures, mais ça varie bien plus selon le sexe. Dans un environnement de travail normal, ces différences peuvent déjà soulever pas mal de problèmes quotidiens permanents, quoiqu'on fasse, et plus les niveaux de stress sont élevés, plus ça se voit. Dans un environnement "anormal" comme l'armée, qui pousse plus naturellement à l'agressivité et à une mentalité très particulière, mais qui surtout implique par essence un niveau de stress élevé, on se trouve dans une situation radicalement différente de par sa nature même. Et quoiqu'il arrive, les hommes, principalement jeune (donc en moyenne plus sanguins) seront toujours et de loin la première cible de recrutement et le plus gros vivier, donc en quelque sorte les "prescripteurs" de ce à quoi l'environnement de travail ressemblera. Forcer l'immense majorité des effectifs à marcher sur des oeufs en permanence n'est pas une recette faite pour le succès. Surtout au regard de la "zeitgeist" de l'époque qui règne dans l'enseignement supérieur (on parle là plus des corps d'officiers), cherchant la victimisation à outrance et ne voyant la réalité qu'au travers du prisme des identités "basiques" (race, sexe, religion, orientation sexuelle). Pour ce qui est du "problème" que les hommes auraient, voire imagineraient dans leur mentalité soi-disant rétrograde, j'invite à se pencher sur certaines réalités concernant la facilité à la plainte et au démolissage de carrière pour avoir employé le mauvais mot, regardé de travers, été juste soupçonné de traiter différemment.... C'est très loin d'être limité à quelques ilôts d'excès de "Politically Correct Culture" dans l'enseignement supérieur nord américain, c'est plus devenu une norme, et beaucoup d'armées se souviennent de chasses aux sorcières dans les années 90 et 2000 (et encore aujourd'hui) qui n'avaient que très partiellement rapport avec la punition de prédateurs sexuels et tendaient plus à la "justice" façon Staline. On peut dire avec beaucoup de gratuité (sans être malhonnête, je n'accuse personne de quoique ce soit) qu'on ne voit pas en quoi être avec une femme oblige au politiquement correct, mais la réalité tend à démentir cet apparent bon sens dans bien des instances. Dès lors qu'on s'en remet plus à la subjectivité des griefs et du jugement, on laisse beaucoup plus de place à l'arbitraire et on donne des armes à beaucoup plus de gens que simplement des "victimes" putatives. Au fait: les deux dernières répliques, cette façon de se ruer inébranlablement à la défense de tout ce qui apposerait même une infime critique à l'encontre de l'autre sexe, en se campant sur des arguments de principe plus ou moins absolutistes, c'est appelé "white knighting".... Et beaucoup vous diront que c'est très sexiste et patriarcal .
  2. USA

    My bad.... Je suis trop dépendant de la télé US ! Enfant des années 80 oblige...
  3. Réalisme des films de guerre

    Y'a une scène de sniping bien rendue dans la série Punisher, sortie le WE dernier: au tout début, un shoot de Frank Castle sur une cible à longue distance, où le son parvient après l'impact. C'est suffisamment différent de ce qu'on voit habituellement à la télé (ça et le "graphisme" de la scène) pour en faire un bref moment très accrocheur.
  4. USA

    Je ne suis pas sûr que ce soit vraiment un truc: personne n'en parlait aujourd'hui dans les médias US.... Mais d'un autre côté, c'est Thanksgiving (et donc un WE de 4 jours vécu comme des vacances, où beaucoup de monde se déplace pour regrouper la famille étendue), donc le pays est un peu aux abonnés absents, y compris et surtout à Washington.
  5. Si c'est le cas, il aura un deal à la baisse: il a trop attendu (ça coûte, ça fait chier Mueller, ça diminue la valeur relative de ce qu'il a à donner parce que Mueller a accumulé des trucs entre-temps), et y'a des chances que Manafort (voire d'autres), chopé avant lui, ait déjà signé un deal. Mais la plupart de ces gars ont un problème qui joue pour Mueller: la justice, surtout à ce niveau, coûte très cher aux USA, et Flynn est notoirement sur la paille à cause de ces histoires, en étant littéralement réduit à faire du crowdfunding pour payer ses avocats. Manafort a de quoi faire, si Mueller n'a pas gelé ses avoirs. Mais la radinerie de Trump et du GOP pourrait, si ces gens ont réellement quelque chose de fumant à dire, leur coûter cher: à peu près tout le monde à la MB ou qui a été lié à la campagne Trump a aujourd'hui affaire à la justice, donc des frais importants, et la plupart d'entre eux n'ont pas de quoi faire face à ce genre de dépenses. Bien peu de gens en général peuvent se permettre ce genre de sport, si bien que pour beaucoup d'entre eux, cette histoire va les marquer à vie financièrement, voire représenter un endettement sur plusieurs générations de leur famille.
  6. Nanas au combat

    Une vision amusante du sujet par un expert militaire et conférencier qui note les éléments subtils, et parfois difficilement formulables, qui composent les différences entre un environnement militaire (mais pas que) avec et sans femmes: http://www.martin-van-creveld.com/a-visit-to-warsaw/
  7. USA

    La "quoi" est malade? S'ils ont vraiment accroché ça à la loi de finance, ils ont peut-être définitivement enterré celle-ci: il y a des chances, surtout au Sénat (où il en faut peu), qu'un nombre suffisant de voix républicaines tape du poing sur la table contre de tels changements. Ce serait réellement hallucinant s'ils tentaient vraiment un tel coup. Je me demande si cela ne montre pas surtout un état de panique du à la cristallisation des camps qui se dessine autour du scandale Roy Moore, dont les ramifications semblent avoir déclenché une guerre de tranchée dans le monde conservateur (pas tellement dans le parti lui-même). Si Moore est élu (surtout après que Trump se soit plutôt carrément prononcé pour lui), ce pourrait être le coup d'aile de papillon déclenchant un raz de marée moins pro-démocrate qu'anti-républicain, avec dans le même temps une guerre civile à droite. En ce moment, Mitch McConnell doit prier pour que Moore perde. Mais c'est dur pour un candidat de droite de perdre en Alabama (ça va en fait dépendre de l'électorat féminin blanc). Si ce pédophile passe, le GOP devra l'assumer, que les caciques le veuillent ou non, qu'ils mettent le gars à l'index ou non: en terme d'image, ce sera du pareil au même. Et ce sera lourd à porter, surtout quand les commissions d'enquête vont s'en mêler en enquêtant sur tous les parlementaires indélicats avec le personnel féminin et autres turpitudes (ce qui va être la norme pour les mois à venir). Parce que là, côté Sénat, le scandale sera permanent et accru par la résistance pavlovienne des sénateurs à sanctionner un des leurs (et encore plus à l'exclure): les deux partis se balanceront Moore contre Franken à la gueule, et il y a peu de chances qu'ils décident d'exclure les deux (pour dire "un partout") en raison de cette solidarité forcée de ceux qui se veulent intouchables entre membres du "club". Donc deux pervers (pas de même calibre, gardons le sens des proportions) resteront en place dans ce cas de figure, ce qui travaillera plus, surtout dans la configuration politique actuelle, contre les républicains (déjà en temps normal, ce genre de scandale est plus dommageable au GOP, le "parti des valeurs", et moins aux démocrates, qui ont plus la presse pour eux.... Cf le cas Bill Clinton, encore aujourd'hui). Je ne vois vraiment pas d'où un tel projet de changement de l'ordre judiciaire sort, ni qui a pensé que c'était une bonne idée de le foutre sur la table. Soit beaucoup de connerie et d'initiatives non coordonnées ont débouché sur ce truc, soit -et je doute que ce soit le cas, encore plus à ce stade du processus de vote de la loi fiscale- quelqu'un est très sûr d'avoir tous les votes nécessaires dans les deux chambres (alors même que rien n'est encore passé au Sénat, et qu'il n'y a même pas deux moutures votées à "réconcilier" pour former un projet parlementaire unique).
  8. [Séries TV]

    Y'en a qui ont maté Punisher, ce WE (ou après, ne soyons pas sectaires)? Je suis dedans (4 épisodes), et pour l'instant, ça se tient. On évitera de faire un plat sur le registre caricatural de Marvel ou leurs concessions à la mentalité de la "diversité" (encore une nana de 50kg toute mouillée qui sait tout et fait tout mieux que tout le monde, y compris casser la tronche à des bandes de brutes); la vision assez fantasmée de "la guerre la vraie" et des vétérans (inévitablement tous traumatisés) est parfois assez irritante. Mais à part ça, l'ambiance est assez bonne, bien dans la veine de ce personnage spin-off introduit dans Daredevil, et la baston tend à être méchante et crade.
  9. USA

    On a fréquemment parlé du gerrymandering aux USA sur ce topic, et du niveau qu'il a atteint ces dernières années (particulièrement depuis le recensement de 2010) via les efforts républicains (plan dit "redmap"). L'Etat du Michigan semble être l'un des exemples les plus aboutis, un sur lequel la fierté dans la sphère conservatrice ne se cache pas et qui est souvent cité en exemple dans des documents et colloques en tous genres. A la dernière élection, en termes de suffrages, la répartition des votes, malgré une forte abstention côté démocrate (effet Clinton?), était d'environs 50-50.... Ce qui a logiquement conféré au GOP un avantage de 16 sièges dans un Sénat à 38 places (soient 27 membres républicains), et lui a donné une nette majorité à la Chambre (63 contre 47). En 2012, le même Etat avait voté démocrate pour la représentation au Congrès, avec 240 000 voix de marge.... Mais la délégation du Michigan à la Chambre se compose de 9 républicains et 5 démocrates. Le système est un tel bordel qu'il est souvent difficile de compter les votes, raison pour laquelle le vote virginien d'il y a deux semaines n'a toujours pas été départagé, interdisant de savoir qui a la majorité.... Alors que les démocrates avaient une marge de 10 points en termes de votes. Le degré de conscience de la chose a atteint un tel degré dans la population de l'Etat qu'une initiative locale s'est lancée pour abolir l'organisation des circonscriptions électorales par les instances habituelles, hautement politisées, au profit de comités locaux. La chose s'est organisée spontanément, sans le moindre investissement d'aucune organisation, purement par une campagne de porte à porte: 3000 volontaires bénévoles ont collecté plus de 350 000 signatures en 3 mois, et la barre des 400 000 sera franchie bien avant la fin de l'année. Le résultat sera d'imposer que la mesure demandée soit mise au vote aux prochaines élections, via ce dispositif de référendum d'initiative populaire (qui n'existe pas au niveau fédéral, rappelons-le); et les habitants de l'Etat semblent y être hautement favorable, tant le niveau de partisanerie dans la définition des districts électoraux est devenu choquant pour la plupart, et tant la chose a pu jouer un rôle important dans nombre de politiques menées et de scandales de l'administration Snyder, notamment tout ce qui a tourné autour de Flint (scandale continu auquel se sont ajoutés au moins 12 morts de légionellose). Le prochain recensement, et la définition des districts qui va avec, est en 2020.... Et contrairement à 2010, il semble que les démocrates aient redonné de leur attention à ce champ de bataille fait de milliers d'élections locales (Obama et son ex-Attorney General, Eric Holder, sont très actifs dans ce combat). En face, le GOP redouble d'efforts pour maintenir son avantage, Et Trump a décidé de ne pas présenter de candidat au Sénat pour le poste de chef du bureau du recensement, préférant avoir un directeur par interim (donc ne dépendant pas d'un avis du Sénat). La personne en question est un certain Thomas Brunell, qui n'est pas un statisticien: c'est un professeur de Sciences Politiques de l'Université du Texas et ultra-activiste conservateur qui a été l'un des architectes du "Projet Redmap" (et il est l'auteur d'un livre: Redistricting and Representation: why competitive elections are bad for America.... Tout un programme) et le "parrain" de nombre de ses itérations dans divers Etats (dont certaines ont été retoquées par la Cour Suprême ou les juridictions des Etats....Notamment en Caroline du Nord où le projet a été qualifié d'ouvertement raciste). C'est l'homme qui va de fait présider au recensement de 2020.
  10. USA

    https://thinkprogress.org/wisconsin-children-hunting-law-d2752a12dfb2/ Le Wisconsin devient le 35ème Etat à faire disparaître tout âge plancher pour un permis de chasse. Jusqu'à présent, il fallait avoir 10 ans minimum pour pouvoir aller chasser avec un adulte (et 14 pour obtenir un permis de chasse plein et entier, ne requérant pas d'adulte accompagnateur); ce n'est désormais plus le cas, tout comme il est dorénavant autorisé d'emporter autant d'armes que l'on veut quand on va chasser avec un enfant. Soulignons que, dans le même Etat, il faut avoir 12 ans minimum pour obtenir un permis bateau (avec accompagnement adulte pour l'usage) et 15 ans pour un permis de conduire: le décalage ne réside pas dans un jugement objectif des risques inclus ou des libertés parentales, mais résulte du poids d'un certain lobby. Je ne suis pas particulièrement choqué par la question de l'âge: on peut éduquer un enfant. La charge de l'Etat devient dès lors d'encadrer et de responsabiliser au maximum les adultes accompagnateurs pour limiter les conneries et éviter que Woody C Moron Junior, acoolique notoire et enthousiaste de la gâchette en pleine nature, ne fasse trop de dégâts sur les autres, sur la nature et sur ses gamins. Mon indignation vient plutôt du processus par lequel de telles lois voient le jour, et du coup de leur contenu (zéro amendement, peu de consultation: cela vient directement de la NRA). En l'occurrence, l'élément le plus choquant vient de la non limitation du nombre d'armes que le mentor peut emporter: dès lors qu'il y a un gamin ou plus (là aussi, pas de taux d'encadrement fixé), la mission principale est le mentoring, pas la chasse elle-même, et l'adulte DOIT pouvoir se concentrer sur sa mission et pas risquer de laisser traîner le flingue de trop. Il y a un équilibre à avoir entre libertés et responsabilités, entre le droit des individus et les obligations envers les vulnérables (ici l'enfant) et le public en général (les passants pouvant se prendre un pruneau).
  11. USA

    Vu sur TYT (ils ont acquis quelques moyens d'investigation en propre): avez-vous entendu parler de Braeburn Capital? Il s'agit du discret fond d'investissement de Apple Inc (Braeburn, comme la pomme.... Parce que.... Apple.... Désolé) qui "pèse" aujourd'hui autour de 250 milliards, et représentent moins un fond "d'investissement" que la tire-lire offshore d'Apple, dont les fonds sont cantonnés en dehors des USA pour éviter l'imposition inévitable lors de tout rapatriement. Il se trouve qu'Apple a beaucoup à gagner au vote du projet de loi fiscale républicain actuellement débattu au Congrès, en fait plus à gagner, semble t-il, que d'autres entreprises, via des clauses spécialement taillées pour la boîte. Comment se fait-ce, comment se peut-ce, me direz-vous, non sans raison? Les autres boîtes arrosent autant les élus, recourent à autant de lobbyistes, financent autant de campagnes, promettent autant de bons jobs à la sortie du Congrès ou du gouvernement.... Donc pourquoi Apple y gagnerait-elle plus? Le plan d'amnistie fiscale pour un rapatriement massif de fonds d'entreprises US à l'étranger, dont le GOP garantit qu'il boostera l'économie (le précédent n'en a rien fait, et les patrons interrogés sur la chose ont explicitement dit que la réforme fiscale et l'amnistie ne changeront rien), est particulièrement attractif pour Apple dont les fonds irlandais (siège de Braeburn) sont grandement désirés par les actionnaires. Mais quid? Qui est le gérant de Braeburn? Un certain Mr Mulvaney. Pas Mick Mulvaney, le directeur de l'OMB à la Maison Blanche (équivalent exécutif du CBO) et en charge de la fiscalité pour Trump (et un des architectes de la réforme, avec Mnuchin et Cohn), non, pas lui.... Son frère, Ted. Qui, depuis des années, finance la carrière politique de Mick, avec des fonds d'Apple. Ca vaut bien un peu plus de sur-mesure. Et en vertu du projet en cours, le trésor outre mer d'Apple, ce serait plus de 250 milliards rapatriés avec une taxation réduite à 12%, soit une économie de 47 milliards, plus qu'aucune autre entreprise.
  12. D'une part, il y a beaucoup de "soutiens" à Trump qui étaient, et restent, des majeurs levés aux alternatives traditionnelles, qu'elles soient de droite ou de gauche (on ne se rappelle jamais assez que les populismes sont, peut-être avant tout, motivés par un profond sentiment anti-establishment), bien plus qu'ils ne sont une quelconque cote d'amour pour le Donald, qui a eu beaucoup de "hate voters" (ceux qui ont voté pour lui en le haïssant ou en ne croyant aucunement en lui). D'autre part, il faut aussi noter que, qualitativement, le soutien à Trump a baissé: la répartition entre ceux qui le soutiennent envers et contre tout et ceux qui le soutiennent par défaut a beaucoup changé depuis novembre, tout comme l'opposition (beaucoup plus de gens qui le rejettent catégoriquement, beaucoup moins d'opposants "mous") et les indifférents (quasiment disparus). Le personnage est hyper polarisant, et un observateur conservateur (que je regarde, mais avec d'énormes pincettes: Ben Shapiro. Très biaisé et arbitraire, mais avec de bons angles, une tête froide et des arguments construits) a dit, assez bien à mon sens, que l'élection avait été un référendum pour ou contre Hillary Clinton (et avec elles "les élites" en général), qu'elle avait évidemment perdu parce qu'elle était détestée (face à la relative inconnue qu'était Trump, dont la candidature faisait espérer un champ des possibles plus ouvert), et que maintenant, toute élection ou presque, tout fait polarisant (cad aujourd'hui: tout ce qui se passe), était un référendum pour ou contre Trump. En conséquence, si les démocrates représentaient Clinton ou quelqu'un de comparable, ils seraient capables de dézinguer cet énorme avantage par aveuglement, au lieu de laisser la musique jouer pour eux. Parce que c'est un peu toute l'histoire, ou une bonne partie en tout cas: Trump est impopulaire et peu aimé, mais il l'était tout autant déjà avant le 8 novembre (peut-être pas autant, mais pas loin), et bien peu d'Américains (hors de ses fans/hyper convaincus) se faisaient des illusions sur lui. Si en face un "client habituel" lui est opposé, sa détestabilité ne sera pas nécessairement un obstacle (quoiqu'il s'est quand même tiré beaucoup de balles dans les pieds) à une réélection, tant le niveau de ras le bol face à la "politics as usual" est énorme. Beaucoup de démocrates actuellement prennent l'impopularité de Trump pour un surcroît d'image et de popularité pour eux.... Alors qu'ils sont toujours autant détestés, presque autant que le GOP. Sinon, une criaillerie qui va faire bourdonner internet pendant au moins..... Un ou deux jours, avant de devenir un meme: la grande arène sportive couverte d'Atlanta a été démolie hier (elle avait été construite en 92, et avait toujours eu des problèmes; sa remplaçante, juste à côté et encore plus chère, est depuis un bon moment en service), ce qui, aux USA, est toujours un spectacle très suivi et le régal des chaînes locales..... Et encore plus quand quelque chose ne se passe pas comme prévu: Le bus qui photobombe le spectacle est déjà une image célèbre, reprise pour toutes sortes de manip sur internet.... Et la crise de nerfs du caméraman avec. Et juste pour rire, un article sur les anxiétés des ultra-riches: il faut apparemment peser un minimum de 190 millions de dollars pour survivre décemment: http://www.businessinsider.fr/us/how-much-money-to-be-rich-2017-11/ Où l'on apprend que 5% des Américains sont millionnaires, mais que 95% de ces millionnaires ont entre 1 et 5 millions, ce qui, pour l'essentiel, correspond généralement à une ou deux propriétés de bon standing plus un certain niveau d'épargne (mais principalement du capital immobilisé de longue durée à valeur fluctuante, pas du cash).
  13. USA

    Vu dans Politico: - la majorité républicaine semble avoir décidé d'avancer sur le dossier de la privatisation des "Veterans Affairs" (leur ministère des Anciens Combattants, qui gère notamment retraites, reconversions et santé des vétérans). Toutes les associations de vétérans sont sur l'histoire et risquent de parler fort. - le patron de la FCC, Ajeet Pai, ancien avocat de Verizon (et qui y sera sans doute réemployé -avec bonus- à sa sortie du gouvernement) , serait sur le point d'annoncer la révocation de la "Net Neutrality". Si le changement était implémenté, il s'agirait là du début d'un très profond changement du paysage sur internet, accordant un pouvoir démesuré aux fournisseurs d'accès.
  14. Et le complot judéo-sionisto-maçonnique, alors? Hein? Il se tourne les pouces dans le jardin des sages de Sion? Il a plus le droit de comploter? Et la Commission Trilatérale? Le groupe Bilderberg? Ils sont à la retraite? Sinon, je ne sais pas si la place de cette info est dans ce fil ou le "sérieux" (ça reste le fil "USA", donc est-ce bien sérieux?), mais on va dire que le présent topic est décidément "le roman du Donald": depuis le début de "l'enquête russe" et des multiples délicatesses de DJT avec la justice, ses frais d'avocats ont été payés non par sa poche, mais par les fonds de campagne qu'il a commencé à collecter dès la victoire de novembre (après tout, les campagnes américaines coûtent plusieurs reins, et mieux vaut battre le fer pendant qu'il est puant ... Ou chaud.... Ou coulant.... Ou quelque chose).... Et accessoirement aussi les frais d'avocats de son fils (celui qui fait semblant d'avoir un cerveau, pas celui qui ne se préoccupe même pas de prétendre). C'EST FINI! Le RNC a du faire savoir en sous-main que "merci, mais non merci" et que c'est pas fait pour ça: il s'agit en effet d'un fond de campagne officiel, donc encadré par les règles électorales: le candidat a la haute main sur son usage, mais les montants qui y parviennent sont plafonnés. Même s'il y a encore du temps avant 2020, le rythme d'accumulation (qui a du baisser pas mal vu les légers troubles sur la visibilité offerte par DJT et sur son futur) n'est pas forcément rapide au regard des besoins, et le RNC a du rappeler que ces fonds durement accumulés sont pour des élections, et pas seulement celle du président, mais aussi des candidats qu'il doit pouvoir soutenir un peu partout (le président en exercice étant la figure de proue du parti, son fonds de campagne tend à attirer proportionnellement plus de donations que ceux des partis locaux, du RNC, des caucus parlementaires, des gouverneurs....). Résultat, Donald va devoir payer ses avocats de sa poche (une nouvelle expérience pour lui, qui a même vécu aux frais de sa fondation caritative.... Qu'il a du fermer au même moment où était annoncé cette décision sur ses frais d'avocats), et sans doute payer, ou aider à payer, ceux de son staff, dont la grogne accumulée sur des mois a du commencer à se faire entendre: la plupart des employés de la MB ne sont en effet pas des gens riches (même le vice président), mais tous se retrouvent à devoir payer des avocats en permanence, et des bons, parce que la justice washingtonienne est un secteur hautement spécialisé (et la ville est en très chère, donc comme pour un restau moyen dans un beau quartier, quoiqu'il arrive, l'addition est élevée parce qu'on paye le loyer). Beaucoup ont du sacrifier leur épargne, le fond étudiant de leurs gamins.... Et bien peu ont accès à des financements "alternatifs" en sollicitant des donneurs (cf le vice président). De simples stagiaires ou bénévoles de la campagne peuvent ainsi se retrouver avec 30 ou 40 000 dollars à raquer, voire plus (le compteur tourne toujours). Je ne suis pas sûr que cela incite à la loyauté... Ou à la bonne humeur. Surtout quand ils doivent voir que le fond de campagne 2020 a pu claquer plus de 280 000 dollars pour les avocats de Donald Trump Jr. J'ai pas dit qu'elle était une méchante sérieuse: comment le pourrait-elle? Elle n'a pas de moustache, et je ne crois pas qu'elle soit du calibre à avoir une moustache implicite. J'ai juste dit qu'ils faisaient tout pour ressembler à des super-vilains. De carnaval, mais des super-vilains, comme dans les comics.
  15. Pour rester dans la BD citée.... J'ai perdu la clé du champ de tir à la catapulte, donc j'peux pô adopter cette méthode.