Tancrède

Members
  • Content Count

    16,528
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    138

Tancrède last won the day on May 1

Tancrède had the most liked content!

Community Reputation

7,589 Excellent

2 Followers

About Tancrède

  • Rank
    Légende

Profile Information

  • Pays
    France

Recent Profile Visitors

The recent visitors block is disabled and is not being shown to other users.

  1. OK Pas dur Attention!!!! Avant que je ne m'emporte.... Celui qui est sorti récemment, ou l'original? Tu marches sur de la glace très fine, là.
  2. Tancrède

    USA

    Sujet auquel je ne connais rien... Du coup, je suis littéralement tombé des nues tant je n'avais jamais réfléchi à la chose: https://securite.developpez.com/actu/262548/Des-hackers-ont-attaque-les-ordinateurs-de-la-ville-de-Baltimore-au-ransomware-bloquant-l-acces-a-certains-services-essentiels-depuis-deux-semaines/ 2 semaines que Baltimore est littéralement prise en otage par des hackers qui ont mené une attaque via ransomware et bloquent l'infrastructure informatique de la ville (flux financiers, transactions, facturation et règlements, cadastre, accès aux données....) dans ce qu'il est presque correct d'appeler une prise d'otage (des données, des activités de la municipalité). Et c'est la 2ème fois que cela arrive à la ville, qui n'a par ailleurs pas les moyens de mettre à niveau ses systèmes, et a une mairie et une scène politique trop dysfonctionnelle et corrompue pour répondre correctement à de telles situations et surtout les anticiper. Comme mentionné, je connais mal le sujet et me demande maintenant à quelle fréquence ces choses arrivent sur des cibles d'une telle taille (ou des infrastructures particulières), portant tant d'enjeux, de même que le niveau de vulnérabilité de villes plus petites qui doivent être de vrais boulevards pour des criminels de cette sorte. Apparemment, c'est aussi arrivé à Atlanta récemment, particulièrement à ses aéroports, mais la ville était assurée.... Contrairement à Baltimore, à qui cette histoire pourrait coûter jusqu'à 17 millions ou plus (qu'elle n'a pas), en plus des mois nécessaires pour réparer les dégâts et rétablir un fonctionnement normal dans tous les domaines affectés.
  3. Tancrède

    [Séries TV]

    Finalement, je révise mon opinion sur la conclusion de GoT: EXCELLENT épisode, tut le reste est pardonné parce que les erreurs, foirades, mauvais choix, fautes professionnelles, coups de flemme, cessions à l'idéologie dominante.... Semblent bien faibles en comparaison de l'événement principal de la fin de saison/série: Jon fait enfin calin à son ch'tit toutou!!!!!!! C'est TROOOOOOOOOOOOP MEUGNON!!!
  4. Ca sonne comme un plan. Raisonnable. Plausible. Carré.... C'est quoi la première étape ? Parce que là, je vois pas trop où est la première marche de cet escalier.... Je m'en tiens à mon plan, plus faisable, et dont je n'ai pas dévoilé le but ultime: les nouveaux USA avec la France, ce serait comme un nouvel empire romain dont on serait la partie orientale, qui a donc nécessairement besoin d'une Constantinople (logique, non?): Paris fera l'affaire, ou une ville nouvelle super-classe (gauchistes et mamies avec caniches interdits). Le nouvel ensemble s'aggrandit (en Europe évidemment: désormais ricains, on fait comme eux: on fait tache) et on devient bien snobs et décadents, comme avant. Avec le temps, en respectant le précédent historique, la partie occidentale s'effondrera (de ses contradictions et conneries, invasion par le Canada ou le Bélize -personne ne verra ça venir-, pénurie de burgers et nachos et autres catastrophes naturelles), nous laissant seuls en piste pour mener le bal, avec quelques siècles de domination devant nous, néo-byzantins, avant qu'on commence à vraiment décader trop grave. C'est mon plan sur 1000 ans; t'as mieux?
  5. Je me disais bien que la liberté d'expression et la place dans la production de fromage te parleraient fort.
  6. Tu sous-estimes grandement l'importance de ce qui constitue, avant tout culturellement, psychologiquement et socialement les ensembles déjà bancals et contradictoires qu'on appelle "nations", et qui sont ce que nous avons produit de plus solide et cohésif (au moindre coût, sans un appareil répressif à la fois inique et hors de prix) dans l'histoire (pitoyable mais vrai), hors de proto-sociétés royales/impériales dont la durabilité reposait en large part sur un éclatement géographique (ruralité très dominante, distances) et socio-économique (compétences très rares centralisées offrant des systèmes de sécurité physique et alimentaire minimums) important, ainsi que sur des éléments religieux/culturels (mentalité monarchique/autoritaire, divinisation du souverain). La réalité des nations en Europe, aussi battue en brèche qu'elle ait été depuis quelques décennies, est encore bien là, même si elle commence à flancher (d'où un retrait sur des formes plus primitives et réduites "d'identité"): penser pouvoir décréter un ensemble cohérent par construction "top down" parce que ça fait joli sur une carte, ou que ça a du sens au regard de l'échelle du monde et de ses grands acteurs de nos jours, n'y change rien. Combien a t-il fallu de temps pour que des nations à peu près cohésives émergent, quelle part de brutalité (sociale, économique, culturelle, religieuse, physique) a t-il fallu, dans quelle mesure cela a t-il été un phénomène réellement orchestré, et dans quelle mesure cela est-il juste arrivé par des prédispositions (géographie, cultures, habitudes, économie) et occurrences particulières (et pour beaucoup non reproductibles à l'envi)? Qui plus est, vu l'état des pays et de leurs cohésions nationales actuellement, de tels schémas d'union seraient des empilements de faiblesses, et pas des rassemblement de forces, avec tous les risques que les problèmes des uns multiplient ceux des autres, au lieu de voir les avantages et forces s'additionner, et surtout (c'est le principe même d'une nation cohérente) se multiplier. Comme un sentiment national, les synergies ne se décrètent pas, et ne se décident pas via un plan imposé d'en haut, aussi travaillé et raffiné soit-il. C'est pas un truc que des ingénieurs peuvent faire. D'où ma solution "latérale": on demande l'adhésion aux USA . On y serait l'Etat le plus important (fuck California), avec une situation à bien des égards privilégiée (malgré l'éloignement par rapport à la capitale) par la position géographique/géopolitique. On aurait certaines protections constitutionnelles absentes en Europe (notamment sur la liberté d'expression, qui est en train de devenir mon sujet de préoccupation majeur), tout en ayant une réelle part de souveraineté locale.... Et on pourrait réellement dire à l'Allemagne d'aller se faire cuire une saucisse. Quitte à choisir l'Empire dans lequel on va devoir s'enferrer, s'il n'y a pas d'autre option au menu .... En plus: - Dassault devenant un producteur américain, le Rafale se vendra mieux - le Wisconsin ne sera que le 2ème producteur de fromages du pays ainsi remodelé - on pourra organiser un fort lobby de francophones et personnes d'origine française (un des rares "groupes" aux USA qui ne s'est pas constitué en lobby): Vermont, New Hampshire, Maine et d'autres ont des populations conséquentes gardant cette forme d'identité.... Et la population hispanophone/d'origine hispanique serait enfoncée en termes d'effectifs... Ce qui donne, aux USA, pour peu qu'on s'organise un peu, le droit de se plaindre de tout et de forcer les politiques à être polis et à s'humilier pour plaire (plus que ce qu'on peut dire de l'Europe) - l'armée française peut continuer à exister de fait et de droit, non seulement via la Garde Nationale (fédéralisable à certains moments, mais par ailleurs autonome), mais aussi si on fait le choix d'avoir des State Defence Forces en plus (milice d'un Etat US, sur laquelle l'Etat fédéral n'a aucun pouvoir ou droit de mobilisation: 34 Etats US en ont) - on réussira ainsi à grouper deux des pires paysages audiovisuels du monde.... Et à les imposer ailleurs ! - on accomplirait ainsi un des rêves de DeGaulle: que les décisions importantes de la politique du pays ne soient plus prises dans le bordel de la Pompadour!
  7. Plus profond encore: les conceptions de "gauche" et "droite" ne sont pas les mêmes: les bases du dialogue politique dans chaque pays ne se fondent pas sur les mêmes conceptions, et n'interagissent pas de la même façon. Ca va jusqu'aux conceptions mêmes de confrontation/négociation/consensus qui diffèrent.
  8. C'est un peu la vieille ironie cruelle résumée par la formule d'un certain chef au Vietnam: "il a fallu brûler le village pour le sauver". Non, non, c'est pas contradictoire, qu'on vous dit. Croyez-nous! Ou ils deviennent "durs"... Et c'est souvent pas plus réjouissant. Parfois, je me demande s'il faudrait pas mieux demander l'adhésion aux USA . Au moins ça donnerait la protection du 1er amendement (parce que là, beaucoup de choses deviennent flippantes côté parole publique en Europe), et il n'y a pas de langue officielle. En plus, je suis sûr que ça ferait hier les Anglais . Et les Allemands. If you can't beat'em, join'em. Ca, ça reflète plus l'étroitesse d'esprit, un certain provincialisme et/ou juste du nombrilisme national, mais c'est en même temps révélateur de ce qu'on a bien 27-28 sociétés en Europe, et pas une: on n'arrive à imaginer l'Europe fédérale que comme un aggrandissement de ce qu'on a à la maison, fait à nos conditions, comme une extension du cadre qu'on connaît et préfère. On ne conçoit pas (ou on refuse) d'un autre rapport à l'Etat, d'une autre façon d'être et de se projeter dans le monde.... Un peu de nombrilisme, un peu de refus de ce qu'on les autres, un peu de diffusion de responsabilité entre les niveaux de gouvernance et la bureaucratie, un peu d'impossibilité pratique de fusionner 27 sociétés civiles en une (déjà dur de gérer celle qu'on a et de la comprendre), multiplie par 27-28, et voilà le risque d'un échelon européen pouvant devenir impérial, et qui, par l'ensemble des domaines qu'il prétend aborder et régenter, non seulement peut exister partiellement hors du contrôle des dites 27-28 sociétés qu'il gouverne, mais à bien des égards présente un danger totalitaire dans l'essence même de son projet (quelqu'un se rappelle du nom du philosophe russe qui défend cette thèse de l'UE comme projet totalitaire "malgré lui" en essence?).
  9. Même pas de la provoc'! Faut arrêter d'être aussi européocentré: la plupart des Asiatiques, pour l'essentiel des gamins ou pas loin, qui donne dans cette esthétique ou font mumuse avec les symboles nazis, n'en ont rien à foutre et connaissent très peu l'histoire, surtout européenne: la 2ème GM, c'est pas vraiment central pour la plupart d'entre eux, surtout la partie qui se déroule en Europe. Y'a même souvent une certaine attitude de "pourquoi ça devrait être tabou pour nous? C'est votre merde à vous, les Européens/blancs", une attitude encore plus présente, pour illustrer, dans ce qui entoure la swastika, un symbole très ancien et utilisé par de nombreuses cultures des milliers d'années avant l'autre moustachu (en Europe, en Asie, et ailleurs) et qui serait "choquant" quand des Asiatiques l'utilisent de façon normale comme ils l'ont toujours fait, parce que des gens sincères ou des chercheurs de merde/trolls en occident se sont offusqués sur Internet (dernier truc en date: avoir du changer tous les plans de métro à Tokyo parce que les temples bouddhistes étaient signalés par une swastika). De là à ce que certains jeunes asiatiques jouent avec cette symbolique nazie juste pour dire merde à ce genre d'indignation concernant une époque et un lieu qui n'a rien à voir avec leur histoire, y'a qu'un pas.
  10. La recherche est la clé du futur. Toujours la science! Et toute le monde sait que McDonald est une incarnation du mal de notre temps, avec le pouvoir maléfique de rendre les gens accros, sans papilles gustatives, et obèses. Il paraît qu'en Thaïlande, en particulier, il y a un rapport très particulier avec l'imagerie nazie (je crois que pour la plupart, l'idéologie leur passe complètement au-dessus du ciboulot) qui a atteint de longue date une ampleur vraiment significative. Mais en général, pour les Asiatiques, c'est plus ou moins un truc esthétique vis-à-vis d'un "objet" médiatique/iconique/culturel venu d'ailleurs, qui n'a pas de grand contenu à leurs yeux hors de l'aspect, voire, c'est pour certains un moyen de dire "merde" aux occidentaux en s'amusant avec quelque chose qu'ils considèrent grave, essentiellement tabou.
  11. J'aime bien ses formules accrocheuses: elles sont aussi parlantes que criticables, en ce qu'elles arrivent à dire beaucoup de choses vraies avec peu, mais sacrifient par ailleurs un peu trop à l'élégance, à la capacité racoleuse de l'aphorisme. Ainsi: - contre les fachos, votez banquier - un libéralisme de moins en moins démocratique rencontre des démocraties de moins en moins libérales. Réponse du berger à la bergère, l'un alimentant l'autre. - celui qui a une vision de l'Europe et de l'Etat comme entreprise engendre par réaction le populisme dans un cercle vicieux que l'UE accélère - on attendait Erasme et on a eu Moscovici (cad, au lieu de la civilisation, on a la technocratie) Une que j'aime bien: "l'Europe est plus fille de la paix que mère de la paix"
  12. En désaccord avec la partie surlignée: s'ils sont quelques centaines, c'est un groupuscule (ou un rassemblement de groupuscules) d'extrêmistes. S'ils sont une dizaine, ce sont des cosplayers qui ont mauvais goût .
  13. Il faut noter que l'une des raisons qui a pu motiver ce revirement est que M. Amash est dans une situation électorale délicate, ayant un des sièges les plus fragiles du Congrès, tant pour la générale que pour, peut-être, des primaires le ciblant. Un grand geste vers le "centre", voire la "résistance", qu'il espère visible et générateur de buzz dans sa circonscription pourrait ne pas être innocent dans cette nouvelle posture à cette date. Les élections commencent tôt pour la majorité des élus à la Chambre (essentiellement, ils ne cessent jamais d'être en mode électoral), qui doivent rassembler du fric ET faire du porte à porte sans les moyens des "gros" districts pivots (un pourcentage limité de la chambre), et le plus souvent sans grande aide de l'échelon national du parti (qui tend plutôt à siphonner du fric de beaucoup de districts, utilisant l'élu comme un "bundler", un rabatteur de contributions). Avec une élection tous les 2 ans, les élus à la Chambre ont des contraintes électorales très fortes, avec un risque de turnover très important pour une proportion significative d'entre eux (une autre partie est pour ainsi dire inamovible). M. Amash est un conservateur "dur", avec forts penchants libertariens, et surtout, c'est un "never Trumper" de la première heure qui a été constamment (et c'est son droit et son honneur si c'est sincère) agressif envers Trump sans changer de position, et aussi quelqu'un (et c'est moins à son honneur) qui a fait sienne la rhétorique de "l'affaire russe" depuis le début, avalant la thèse de la collusion, comme le disent les ricains, "hook, line and sinker" (hameçon, fil et flotteur). Il est donc assez logique qu'il suive dans la thèse de "l'obstruction", qui fait suite à une collusion décrédibilisée, pas en petite partie pour agiter le mot "impeachment" et essayer de faire du bruit avec. Rappelons que l'impeachment (hors d'une situation où il s'agit d'un préalable à une inculpation, voire destitution d'un élu) n'est pas une procédure juridique, mais purement politique: il y a peu de choses concrètes pour guider une procédure, parce qu'essentiellement, cela dépend entièrement de facteurs politiques, et, il faut le dire, politiciens, en l'absence détapes ultérieures dépendant elles de facteurs juridiques (ce qui n'est à ce jour pas envisageable dans le cas de Trump). Pour M. Amash, il s'agit donc de politique face à une admiinistration, et dans une certaine mesure un parti, qui agitent depuis 3 ans une certaine envie de lui imposer des primaires, donc de lui opposer un challenger sans doute plus Trumpien, dans un district qui est assez solidement trumpien.... Sincérité réelle ou non dans l'opposition mise à part, essayer de rouler du cul vers un autre électorat semble être un impératif électoral de base pour lui.
  14. Tancrède

    [Séries TV]

    Oui, mais problème: Jon a servi de paillasson à tout le monde pendant les 2 dernières saisons au moins.... Ma théorie personnelle est que le grand changement de Jon (outre la volonté des scénaristes de vider le personnage et d'en faire une carpette passive) est survenu quand il a arrêté de laisser ses cheveux flotter au vent et qu'il est passé au "man bun" (le chignon des hipsters), manifestation symbolique de sa castration rituelle sur l'autel des conventions culturelles actuelles. Ce qui explique entre autre l'incident très memesque de la tasse Starbuck observée dans la scène du banquet à Winterfell il y a 3 semaines: c'était en fait sa tasse, et c'était parfaitement calculé. En cherchant bien, je suis sûr qu'on trouverait aussi sa veste en laine tricotée, ses lunettes très design, son Iphone, sa carte d'abonnement à un club de Spin et Yoga, et l'ordi portable sur lequel il écrit (dans la salle commune d'un Starbuck.... Ou le grand hall de Winterfell) la pièce de théâtre que personne ne jouera jamais. De Roi du Nord à Hipster, toute la déchéance du métrosexuel moderne, une impasse génétique menaçant l'évolution de l'espèce.
  15. Tancrède

    [Séries TV]

    En référence à mon avant dernier post: saisissez-vous tous l'ironie de la chose, donc l'absurdité finale de l'ensemble, avec le subséquent besoin de se presser d'en rire plutôt que d'en chialer? Avec des gens comme ces scénaristes et showrunners, qui s'empressent de se rabattre sur des solutions pré-mâchées, des clichés sans fin et les codes en vigueur à Hollywood plutôt que de faire un effort (par idéologie, conformisme, et dans le cas des 2 showrunners, l'urgence pour eux de filer chez Lucasfilm pour la prochaine trilogie Star Wars qui doit bien payer: il apparaît que HBO n'aurait pas été contre un prolongement de la série, finalement, donc une fin mieux amenée... Qui sait?), il vaut mieux faire ainsi. J'espère cependant que la mauvaise réputation naissante de la dernière/des dernière saison(s) va s'amplifier et leur coller à la peau.... Un peu de justice karmique aiderait à encore mieux rire de la situation.