Tancrède

Members
  • Content Count

    17,154
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    149

Tancrède last won the day on November 10

Tancrède had the most liked content!

Community Reputation

8,721 Excellent

3 Followers

About Tancrède

Profile Information

  • Pays
    France

Recent Profile Visitors

The recent visitors block is disabled and is not being shown to other users.

  1. N'y avait-il justement pas, à partir des années 80, un décalage désormais très important dans les capacités de reconnaissance/frappe entre les deux blocs (notamment via un avantage décisif côté électronique, satellites, ciblage, capacité de computation....), rendant la boucle OODA côté OTAN justement très nettement plus décisive au point d'invalider significativement ce postulat de GMO capables de tout saturer, d'empêcher l'adversaire de prendre l'initiative (au moins dans le registre des frappes par avion, missile et artillerie, pas nécessairement dans la "mêlée"), et de se donner de l'air pour trouver, choisir et taper les échelons immédiatement à l'arrière du front?
  2. Juste parce que cela n'a pas été mentionné, mais parmi les motifs les plus puissants qui ont sans doute motivé le choix de Pelosi de lancer la procédure d'impeachment, aussi vaine qu'elle soit, figurent à mon sens surtout des motifs politiciens "purs": - occuper le terrain médiatique, avec toutes les complicités du secteur des news, pour écrire en gros "orange man bad" et empêcher Trump de faire trop parler de ce qui va bien sous son mandat. Ils ont déjà enquêté sur tout ce qu'il y a à savoir (et n'ont probablement rien, sinon l'impeachment serait déjà en route), et là, il s'agit d'en faire une opération de relations publiques et de campagne et de la prolonger autant que possible sans vraiment rien décider, parce que s'ils le votaient (et il n'y a rien de vraiment concret pour le faire), la chose irait au sénat, où cette fois, les républicains auraient le loisir de démonter les abus de Schiff dans sa façon de mener l'enquête (et ils ont été multiples: ce n'est, encore une fois, pas une procédure vraiment conforme au droit, ou encadrable comme telle). - compenser pour un panel de candidats qui, s'il est nombreux, est très faible et ne fait que souligner un niveau extrême de division, avec au moins un schisme dominant, et peut-être indépassable, au sein du parti démocrate (la césure de plus en plus nette entre une gauche "progressiste", en fait de type socialiste, et une social-démocrate) - peut-être, en cas d'accident et de quelque chose de réellement dommageable qui surgirait pendant la procédure d'une manière inattendue (comme une maladresse d'un Trump piqué au vif qui ferait une vraie connerie) et permettrait l'impeachment effectif (peu de chances, mais en politique, on sait jamais): Pelosi a dit texto publiquement qu'elle voudrait un impeachment (sans doute pour la raison évoquée au point précédent) parce que l'élection revient à laisser quelque chose de trop important au peuple (traduction: "les pégus sont trop cons"). - peut-être un élément décisif: occuper les deux candidats dangereux (dans la primaire: ils sont potentiellement mauvais pour la générale, mais ils sont sûrement mauvais pour l'establishment) qui, par hasard, sont tous deux sénateurs, donc appelés à arrêter souvent leur campagne pour aller passer de longues journées et semaines au Congrès pour l'enquête et la procédure. A savoir Sanders et Warren.
  3. La polémique qui a réussi le miracle d'unifier Twitter pendant un bref moment: hier, l'élu démocrate Eric Swallwell, pendant une interview en direct sur MSNBC, a lâché une énorme caisse alors qu'il parlait, déclenchant ce qui, en quelques instants, est devenu LE nouveau truc viral et trendy sur Twitter, sous le délicat hashtag de..... FARTGATE ("l'affaire du prout"?) . On notera que l'affaire n'aurait sans doute pas fait grand bruit (pardon pour celle-là ) si, comme dans tout scandale, grand et petit, il n'y avait pas eu immédiatement un effort considérable de déni et de couverture, tant de la part de l'élu concerné et de son staff que de celle des journalistes impliqués. Et, comme de bien entendu, c'est cet effort qui vous perd, la maladresse et l'effet Streisand étant ce qu'ils sont. La chose ayant eu lieu en direct, affirmer que c'était du montage, ou qu'il s'agissait (authentiquement dit) d'un mug qui avait été râclé sur une table voisine de l'interviewé, n'a eu bien évidemment pour effet que d'amplifier le ridicule, et ce d'autant plus que tout examen de la vidéo montre une certaine.... Synchronicité entre l'expression faciale et le débit oral du type d'un côté, et l'expression analo-aérophagique de l'autre , même si, en bon professionnel du mensonge et du déni, il est rôdé et parvient à conserver l'essentiel de son expression inchangée pendant "l'acte". Tout cela est évidemment ridicule, et au-delà du bref moment de répit dans l'océan de stress et de mensonges, j'aime bien ce genre de trucs en ce que, même pour des choses insignifiantes, on voit les mécanismes et réflexes, tant des politiques que de la presse, se mettre en marche de façon si peu subtile et si évidente, que c'est toujours un bon rappel. Après tout, s'ils sont prêts à mentir à ce point pour un pet, que ne feront-ils pas pour promouvoir une stratégie politique ou nier quelque chose de vraiment grave? On devrait vraiment essayer de ne pas se moquer des politiques quand ils ont ce genre de "petits moments" d'une sorte ou d'une autre; peut-être qu'ils mentiraient moins s'ils ne se sentaient pas sur la sellette pour absolument tout et rien (je ne parierai pas trop fort là-dessus cependant).... Mais bon, là, c'est vraiment difficile. A quand quelqu'un comme Hillary Clinton qui laisse échapper un gros rot bien gras sans faire gaffe?
  4. M'enfin, les filles, soyez sérieux avec votre bagage de presse people/gossip magazines et assumez-le! Le prince Andrew, c'est le 2ème fils, celui qui faisait l'autre moitié des bénefs de la presse trash avec son frangin, aussi pour son mariage turbulent avec "l'autre" princesse, Fergie (pas celle des Black Eyed Peas ). Plein de téléfilms minables et d'encre sur ce couple là, comme sur celui de Charles/Diana, à la même époque. Notez bien tous les vices qui viennent avec ce rang social, l'absence de gens capables de lui dire "non" et la consanguinité: quelque part, il devait l'avoir senti à une autre époque, et c'est pour ça qu'il avait épousé, ô crime, une roturière, sans doute pour limiter l'abus de reproduction entre cousins et donner une chance à la génération suivante.
  5. !!! Tu as raison! C'est la patriarchie cis-hétéro-normative en personne qui attaque!!!
  6. Et certains n'ont vraiment aucune inhibition, c'est terrifiant: lancer une invasion de la Russie par le nord, du jamais vu, et avec un nouveau genre de mercenaires: https://en.wikipedia.org/wiki/2019_mass_invasion_of_Russian_polar_bears Quelle honte! Où va t-on? Vous croyez que c'est un coup des Ricains ?
  7. Tu vas beaucoup suer, en costume mao en Arabie Saoudite. Et ton chat persan le vivra mal. Ca, personne, hors d'un petit cercle, ne le saura avant looooonnnnnngtemps. On ne le saura que lorsque la dernière goutte permettant une production massive et modulable à volonté aura été sortie du sol. Spontanément, je penchais aussi pour l'hypothèse des bijoux vendus, mais dans une opération si complexe et gigantesque, avec tant d'intérêts, de contraintes et d'objectifs qui se croisent, c'est vraiment dur à dire. Quelqu'un a suivi la situation financière du royaume sur ces dernières années? Il y a pas si longtemps, on voyait leurs déficits grandir, on les voyait obligés de taper dans la caisse, diminuer les prestations sociales et une partie (seulement une petite) du train de vie, rapatrier des actifs, et même d'emprunter, mais d'un autre côté, les revenus restent fabuleux, et ont réaugmenté récemment, le fonds souverain demeure gigantesque, de même que le portefeuille d'actifs et les réserves disponibles, et MBS a même racketté une partie de l'élite en leur prenant leurs propriétés et les revenus qui vont avec. Si les problèmes sociaux du pays et les défis d'en faire quelque chose qui ressemble à un Etat-nation demeurent, je ne suis vraiment pas clair sur la situation économique et financière, en somme, entre signaux d'alarmes catastrophistes et indicateurs qui demeurent malgré tout très verts. Pour les grands projets, c'est aussi là que j'essaie de voir si c'est du délire alimenté par des "enablers" internationaux, ou de vrais objectifs qui en sont juste à des stades préliminaires excusant quelques maladresses (très coûteuses).
  8. Passé inaperçu ici, mais l'introduction en Bourse d'une partie du capital d'Aramco a reçu officiellement le feu vert des autorités financières saoudiennes le 3 novembre et débutera en décembre, ce qui constituera la plus importante entrée en bourse jamais réalisée. Entre 2 et 5% du capital de l'entreprise seront mis sur le marché, ce qui la valorisera dans une fourchette de 1600 à 1800 milliards de dollars, en retrait par rapport aux attentes initiales d'environs 2000 milliards, et avec, nouveauté dans l'histoire de cette compagnie, une obligation de publication de comptes financiers consolidés (mais bon, comme ailleurs dans le secteur, on pourra toujours se brosser pour une estimation réaliste de l'état des réserves de pétrole/gaz, donc que vaudra réellement leur bilan?). Aramco a annoncé que 75 milliards de dividendes seraient versés (bénéfice net 2018 estimé à 111 milliards) aux actionnaires (encore essentiellement l'Etat saoudien), et il reste à voir si l'ouverture du capital ira bien, répartie sur environs 10 ans, jusqu'à 49% comme cela avait été initialement évoqué. Quoiqu'il en soit, ce sera la plus vaste capitalisation boursière de la planète, destinée à alimenter le plus gros fond souverain existant (qui sera boosté d'une façon démente) censé assurer la transition économique du pays. Qu'en pensez-vous, que savez-vous? Est-ce plus un début de "vente des bijoux de famille" pour cause de déficits accumulés et de politiques problématiques, ou bien réellement un regroupement de moyens pour fonder un redéploiement économique? Les plans de ce développement ont-ils changés, sont-ils devenus réalistes, ou bien sont-ce toujours des effets d'annonce dérivés du "caprice du prince" et mis en forme par des "consultants" étrangers tout prêts à dire n'importe quoi (mais expertement ) pour toucher un chèque au calibre obscène? Est-ce un "truc" de communication destiné à pousser le projet de "vision 2030" à un moment où MBS est plus contesté, ou bien tout cela procède t-il plus d'un plan finalement bien sur les rails depuis qu'il a pris le contrôle de l'Etat?
  9. Le souci, c'est que dans le contexte politicien américain, TOUTE discussion, tout sujet, est désormais exclusivement traité comme de la pure politique politicienne intérieure, à un degré jamais vu: c'est aussi grave (pour un traitement sérieux des sujets en question) de tous les côtés possibles du débat: c'est juste pour faire du trumpisme vs de l'anti-trumpisme, sous couvert d'être pro-traité nucléaire vs anti, pro-guerre contre l'Iran vs anti, pro-intervention en Syrie vs anti.... Ce qui conduit encore plus qu'avant l'Américanocentrisme à Washington, le Washingtocentrisme dans les élites, à dénaturer le débat à un point tel qu'il ne peut QUE produire de la mauvaise politique (avec des conséquences dramatiques dans certaines régions), quelle que soient les options prises. Le déni de réalité dans les analyses de part et d'autres est fantastique, comme si Trump n'avait été qu'un accélérateur/révélateur des lignes de tensions existantes entre des camps qui, ainsi désinhibés, ne donnent que dans la fuite en avant vers la révélation des fondamentaux de leurs visions: ça plaque des préférences et desideratas sur la réalité et ça les considère comme des postulats de base pour la réflexion. Je suis en train de regarder un débat (une chaîne pas mal: IQ2 sur Youtube, qui essaie d'organiser des débats de connaisseurs de manière civilisée et un peu productive, en évitant prises de becs et slogans en guise de raisonnement) sur la position US au MO (sur les 3 sujets de l'AS, de la Turquie et du traité nucléaire avec l'Iran), et même avec des experts dans des circonstances qui essaient d'éviter les passions et l'opposition gratuite/politicienne, le "wishful thinking" dans les postulats pour approuver ou attaquer Trump reste présent. Mais au final, Trump n'est pas la cause de tout cela, juste une conséquence et un révélateur, dont la non sophistication dans l'expression rend ces choses plus évidentes, en plus d'irriter profondément l'establishment de politique extérieure qui, entre autres hypothèses foireuses, semble construire beaucoup de raisonnement sur l'idée qu'avant Trump, les USA n'opéraient pas de cette façon (le "racket" n'en est pas quand on met plus de formes?) et ils avaient une stratégie (Muhahahahahaha!).
  10. Je ne médirai jamais de ceux qui aiment la friction, l'abrasion et les lésions cutanées.
  11. Tu es déjà fiché rien que par ce post. Bienvenue à Zuckerbergia/Googlestate!
  12. Non, mais apparemment, son frère a fait faire une seconde autopsie par un légiste, dont la conclusion n'est pas la même que le légiste officiel. Et il vient d'y avoir un développement surprise autour des gardes chargés de la surveillance de la cellule d'Epstein. Mais c'est surtout pour le meme .
  13. Une chose dont personne n'a le droit d'accuser les médias actuels: avoir commis le crime de journalisme. Non môôôssieur; pas de ça chez eux, les directives sont strictes et scrupuleusement respectées. Et devinez ce qu'Epstein n'a pas fait.
  14. Bah oui! Sans la vaseline, la sodomie est tout de suite moins fun.
  15. Attention sur le sujet Warren: elle a dit beaucoup de trucs, a plus changé d'avis que Mitt Romney en 2012 (appelé "Mr Flip-Flop"), lèche le fion de n'importe quel groupe qui la soutient ou dont elle veut le soutien (en témoigne son dernier truc: pour un micro-groupe Twitter, elle a dit "les trans lesbiennes noires sont l'épine dorsale de notre démocratie".... Sérieux! Elle doit être désespérée de voir des noirs la soutenir), et se contente en fait de récolter des fonds de campagne en prétendant ne prendre que de petites donations (plus simple: les grosses sont outsourcées par diverses méthodes comptables, ou tout simplement dédiées à des Super PACs). Les "Bernie Bros" (la gauche radicale anti-système derrière Bernie, ceux de 2020 n'étant plus exactement ceux de 2016) la détestent (notamment pour avoir poignardé Bernie dans le dos la dernière fois), et beaucoup la voient comme une Hillary 2.0 qui met juste un masque de Sanders. Savoir dans quelle mesure ils ont tort ou raison est difficile, mais elle n'est pas si anti-système qu'elle le dit et l'affiche. Son affaire "Faux-Cahontas", au final, semble beaucoup la résumer.