tom

Members
  • Content Count

    3,310
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    3

tom last won the day on March 29 2014

tom had the most liked content!

Community Reputation

228 Excellent

About tom

  • Rank
    Vétéran

Profile Information

  • Gender
    Not Telling
  • Pays
    France

Recent Profile Visitors

The recent visitors block is disabled and is not being shown to other users.

  1. je pense que quand tu lance une torpille ou deux d'un coup ensuite tu a intérêt a te planquer, ensuite a savoir si c'est une demande de la marine ?
  2. tom

    Les Hawkeye français

    pour mémoire aux tout début avant l'achat les E2 Hawkeye étaient en lisse avec les E3awacs et je me rappelle des différente projet sur atlantique , transal et autre appareils
  3. il y avait un article sur le site de la voie de l'épée sur la guerre en Crimée avec les combat d'artillerie et justement avec une interrogation sur le nombre de pièce que l'on à !
  4. je n'ais jamais compris pourquoi on les avaient retirer du service ! soit disant pas assez rapide pour suivre le Leclerc, c'était ça non ?
  5. tom

    Le successeur du CdG

    un nouveau designe avec deux catapulte sur l'avant mais qui ressemble un peu à celui vue une fois
  6. tom

    [EBRC/Jaguar]

    3000 chars et toute la logistique qu'il faut derrière ! souvent on a tendance a oublier la logistique.
  7. question le prix ou ça doit être, et ensuite quand les écrans seront sale ou boueux voir endommager a voir la solidité du système ! ?
  8. et pour finir de nombreuses versions différentes dont les tailles et la masse varient, principalement en raison des différents types de conteneurs existants. La hauteur du lanceur (donc des missiles employés) existe en trois tailles : 5,30 m pour la version d'auto-défense, 6,80 m pour la version tactique et 7,70 m pour la version d'attaque pour une largeur de 0,71 m. La masse à vide pour un lanceur à huit cellules est de 13 400 kg pour la version d'auto-défense, 14 900 kg pour la version tactique et 16 000 kg pour la version d'attaque donc pas si universel non ! on fait pareil de l'A70 et tu met trois type de missile, c'est juste au début de l'étude et de la construction du navire qu'il faut prendre la décision
  9. je me posait la question les lanceur américain ne doivent pas être si "universel" que ça, les missiles ne font jamais la même tailles, il doit bien y avoir un système d'entretoise et a la base mettre déjà des plus long container et jais trouver Les missiles sont préalablement pré-chargés dans des « boîtes », qui sont ensuite installées dans les cellules individuelles du lanceur. en fin de compte c'est un container dans un autre container style poupée russe ! ?
  10. Livraison du SNA Suffren mais nouveaux retards pour la suite de la série © Mer et Marine https://www.meretmarine.com/fr/content/la-marine-nationale-receptionne-son-premier-barracuda
  11. je pense qu'il voulait dire manœuvre amphibie !
  12. Les Commandos de Ponchardier 5 h · Euronaval: Turgis Et Gaillard Présentent Le Bateau D'assaut Amphibie KRAKEN Avant l'annulation de l'Euronaval 2020 sur place, le groupe français Turgis & Gaillard avait prévu de présenter une maquette de son bateau d'assaut Kraken. Turgis & Gaillard est un groupe industriel français fondé en 2011. Déjà présent dans tous les secteurs français de la défense en tant que fournisseur, Turgis & Gaillard innove également dans l'industrie nautique civile, avec ses navires solaires SunWave . Et, comme une autre société française Iguana Yacht , Turgis & Gaillard s'est appuyée sur l'expérience acquise avec SunWave pour proposer un bateau d'assaut amphibie militaire dédié, le Kraken. Propulsion électrique et flottabilité variable Ce KRAKEN présente une configuration unique de «trimaran rétractable». Conçu pour être embarqué sur des bossoirs à bord d'une frégate ou d'un OPV, le KRAKEN est destiné à remplacer le RHIB conventionnel. Mais contrairement aux bateaux d'assaut semi-rigides conventionnels, le KRAKEN propose une configuration radicalement nouvelle. La coque principale du KRAKEN est typique d'une barge de débarquement à fond plat. Lors des opérations d'échouage, la proue du KRAKEN peut être abaissée. Il sert alors de rampe de chargement / déchargement pour les commandos, leurs équipements ou encore pour les véhicules terrestres autonomes. Le long de la coque principale, le KRAKEN est équipé de deux nacelles à géométrie variable. En forme d'hydroptères rétractables, ils sont désignés par les concepteurs sous le nom de Concept de coque adaptative sous-marine (SAHC). Selon la vitesse, le cap et la mission du KRAKEN, le SAHC se propage automatiquement. Comme ils sont équipés de ballasts, le SAHC adaptera leur envergure et leur profondeur pour contrôler précisément la vitesse, la stabilité et la discrétion visuelle du bateau. Au final, les SAHC sont utilisés pour optimiser la gestion énergétique de l'engin. Le KRAKEN utilise une propulsion électrique pour des opérations furtives et silencieuses. Il porte également un prolongateur de portée. Dérivé d'un APU d'avion et couplé à un petit réservoir de carburant, le Range Extender peut être utilisé comme système de propulsion secondaire ou pour recharger les batteries du bateau. En utilisant le prolongateur de portée, la portée maximale du KRAKEN est de 450 km. Artisanat d'assaut amphibie Sous sa coque principale, le KRAKEN est équipé de plusieurs rangées de roues motorisées, ce qui en fait un engin amphibie entièrement autonome. Si le KRAKEN est utilisé comme intercepteur au sol, ces roues permettent des opérations autonomes sans véhicule ni installation au sol. Lorsque le KRAKEN est habité par des forces spéciales basées sur la mer, les roues facilitent le mouvement du bateau sur une plage, par exemple pour le cacher pendant la durée de la mission. Comparé à d'autres engins d'assaut amphibies, comme Iguana Pro Interceptor, le principal avantage du KRAKEN est sa rampe de chargement / déchargement. Tout comme une petite barge de débarquement, le KRAKEN permet un débarquement plus rapide des troupes et de l'équipement, y compris des véhicules terrestres sans pilote. Pour les missions humanitaires ou l'évacuation de civils, cette fonction permet également une manipulation plus sûre, plus rapide et plus efficace des brancards. A plus long terme, si le concept KRAKEN s'avère utile, Turgis & Gaillard pourrait concevoir d'autres bateaux électriques à flottabilité variable. Avec un faible impact environnemental, une bonne autonomie et une configuration polyvalente, ces péniches de débarquement rapides peuvent trouver de nombreuses utilités pour les forces de l'ordre dans les zones écologiques sensibles, par exemple. Yannick Smaldore
  13. vue tout a l'heure sur un camion un AMX30 couleur camouflage blanc et gris ! ?