true_cricket

Members
  • Content Count

    2,247
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    2

true_cricket last won the day on July 24 2015

true_cricket had the most liked content!

Community Reputation

1,322 Excellent

About true_cricket

  • Rank
    Vétéran

Profile Information

  • Pays
    Zimbabwe

Recent Profile Visitors

The recent visitors block is disabled and is not being shown to other users.

  1. Les médecins qui font un diagnostic sans avoir vu ni touché le patient, c'est quand même sacrément limite. Tout autant que ceux qui diagnostiquent des maladies mentales en lisant les discours politiques.
  2. Passage de 12 à 16 modules d'émission, de mémoire. Et ça ne consomme pas tant d'énergie que cela, car l'impulsion est très courte dans le temps.
  3. Leur veille radar longue distance, globalement incompatible avec de l’anti-balistique ou de l’hypersonique. On parle bien de l'Herakles, qui est sans commune mesure plus performant que celui des FAA, même après refonte? Alors peut être ce n'est pas la perfection, mais c'est déjà un énorme pas en avant. Justement, quand on voit ce que les FREMM obtiennent comme résultat lors des exercices Formidable Shield successifs (sans FDA), je me ditr qu'en fait, il n'y a pas vraiment de soucis à se faire pour les FREMM dotées du "petit Héraklès", et donc encore moins pour les FREMM-DA. Exemple de FS19 : https://www.defense.gouv.fr/marine/actu-marine/tir-aster-15-la-fremm-bretagne-intercepte-une-cible-supersonique En terme de doctrine, la défense aérienne c'est le haut du spectre. Pour tout le reste, il n'y a pas besoin des capacités de C2 et de détections d'une FDA, chacun est autonome et alimente les voisins par LdT le cas échéant.
  4. Entre intégrer au neuvage, et faire en retrofit, il y a toujours une grosse différence : les démontages qui induisent du temps et des coûts. Je ne suis pas du tout, mais alors pas du tout, friand de la récupération de matériels. Surtout quand il s'agit des cadres et des tubes d'un lanceur, qui travailleent et se déforment avec le navire sur lequel ils sont installés. Enfin, entre les surcoûts de démontage et ceux de remise en état, je ne suis même pas certain que ce soit moins coûteux que de fabriquer du neuf. Tirer 8 MdCN, c'est aussi tirer un pétard mouillé. Pour la moindre opération, il faudrait déployer toute une ribambelle de navires. Les capacités d'échantillon ne sont pas un facteur d'efficacité militaire. Ne rien changer sur les FREMM = pas de prise de risque, et contrôle des coûts. Il n'y a plus qu'à commander le consommable en quantité suffisante le moment venu. C'est beaucoup plus fiable. Beaucoup d'idées, mais à mon sens un manque de pragmatisme. Les armes ne se permutent pas comme sur un lego. Il faut ensuite former les équipages, qualifier les systèmes, développer la doctrine. Les inversions de systèmes d'armes feront à mon sens beaucoup de mal aux navires. Même pour moi qui ne comprend pas l'intérêt des FREMM-DA, je persiste à penser que c'est trop tard : le coup est parti et revenir en arrière sur la configuration des navires engendrera trop de surcoûts, de retards et de risques pour la valeur ajoutée mineure. Quelle est la valeur ajoutée au final, en terme de capcité militaire, à toutes ces permutations envisagée? Avoir une flotte homogène? Homogène ne veut pas dire efficace. Si, on est à quelques mois près. Ou plus exactement quelques années. Pour plein de raisons. Parceque la rupture temporaire de capacité guette. Les FAA (Jean Bart, Cassard) sont au bout du rouleau, et on ne peut pas faire reposer la défense aérienne sur une seule FDA. En effet, les FDA ont aussi leurs propres prédiodes d'entretien. Avec seulement 2 FDA, on ne tient plus le contrat opérationnel (qui est de 2 navires de DA), en cas d'avarie ou d'entretien. Et pire, en cas d'avarie ET d'entretien, on tombe à 0 navire. Le risque est à mon sens trop grand. Parceque la FREMM est un navire dont la plate-forme est connue et rodée, ce qui limitera les évolutions des 2 FREMM-DA au système d'arme. A la différence des FDI où tout est à valider et tester, ce qui qui fait courir un risque de glissement du calendrier. Pas grand rapport entre la stabilité et la tenue à la mer. Seulement de façon marginale. Les FREMM roulent parcequ'elles n'ont pas de dispotifi de tranquilisation. Ce qui est lié au confort mais pas à un problème de stabilité transversale. Bref, l'indication de "rouler" ne donne pas une très bonne idée de la réserve de stabilité : elle donne seulement une indication de la pente à l'origine (couple de rappel à proximité du zéro de gîte).
  5. Finalement, grâce aux grecs, les FDI ne sont pas une trop grosse régression en terme capacitaire par rapport aux FREMm. Certes moins d'autonomie et de qualité acoustique, a priori. Mais pour l'artillerie il y au simple troc de 8 MdCN en 8 Aster. Et le radar sera davantage performant. Le MdCN reste présent ce qui fait des FDI des navires tout spectre (anti air, anti sous marins, action contre la terre), avec cette pression politique rendue possible via la capacité de frappe en profondeur de 11 navires (6 FREMM et 5 FDI) et 6 sous marins différents.
  6. Sauf qu'on parle d'être humains. Merci. Et les vies valent plus que les profits (Kurwa! Je deviendrais communiste?)
  7. Oui. Il peut servir de simple safran de direction, avec dès lors nettement moins de mouvements de safrans et donc d'indiscrétions. N'allons pas aussi loin. Les navires sans tranquillisation existent aussi, et personne n'en est mort. Même moi qui souffre particulièrement du mal de mer.
  8. Avant 1962. Donc les trois départements d'Algérie ont rompu une fois cette indivisibilité.
  9. S'il n'y a pas d'action de réduction par la volonté humaine de moins procréer jusqu’à un nouvel équilibre, cela va se faire tout seul, sans l'intervention volontaire de quiconque. Par des famines et des guerres pour les ressources, en effet. C'est d'un facteur 2, à la louche. Au jeu des pronostics, cela dépendra de savoir si c'est une guerre ou un famine.
  10. Dire que la catapulte vapeur donne pleine satisfaction aux utilisateurs ur le terrain, tous les jours, à la maintenance facile, et pas chère, est totalement différent de la réalité des catapultes, qui demandent un entretien quotidien lourd, ete des arrêts réguliers longs, lourds et coûteux. Et que cette catapulte a vapeur demande le développement d'avions spécifiquement adaptés. Ce qui ne concerne pas les utilisateurs de terrain mais concerne directement la capacité des armées.
  11. Le budget de l'US Navy est fait de telle façon que davantage d'argent est dépensé pour les aéronefs que pour les navires de surface. Quand a la compétitivité des chantiers navals américains, elle est connue comme faible et c'est le parlement qui refuse les changements susceptibles de créer du chômage, préférant les subventions.
  12. L'US Navy n'est pas une entité autonome. Elle ne peut pas avoir de dettes en tant que tel. Les dettes sont protées par le gouvernement des Etats-unis d'Amérique, qui répartit son budget comme il le juge nécessaire.
  13. Une flotte de guerre, et plus encore un porte-avion, c'est comme une assurance. Quand on en a besoin il est trop tard pour s'en procurer. Rien que la permanence de la disponibilité nécessite deux navires.
  14. Un BSAM avec conteneur sonar, c'est un système de détection. Sans aucun moyen d'action. C'est donc moins crédible pour se faire respecter, même si le dernier tir de torpille date.
  15. Il existe des études, il existe un centre de recherche opérationnelle. C'est le CATOD (centre d’analyse technico-opérationnelle de défense) : http://circulaire.legifrance.gouv.fr/index.php?action=afficherCirculaire&hit=1&r=42563 Les missions qui vous préoccupe ici sont celles-ci : - mène pour l'ensemble du ministère : - des études à caractère capacitaire et technico-opérationnel et de maitrise de l'architecture dusystème de défense ; - des études de planification et recherche opérationnelle sur l'environnement, la cohérence etla constitution des systèmes des forces, et l'emploi de systèmes militaires ; - assiste le collège d'officiers de cohérence opérationnelle (OCO) – architectes de préparation dessystèmes (APS) sur ses travaux capacitaires ; Le sujet peut donc être traité en interne du Ministère. Simplement les études ne sont pas publiques, pas du tout. Elles sont au moins confidentiel défense, et pour les lire il faut avoir le besoin d'en connaître pour son travail. Le cas des opérations 24h par jour est très théorique et n'aura aucune concrétisation pratique. En effet, au delà du matériel (qui demande de la maintenance) il y l'humain. Pour fonctionner 12h, les USA utilisent une seule équipe, qui est sur les genoux en fin de journée -attention aux accidents dans ce cas-. La France alterne avec deux bordées. Pour fonctionner 24h, il faudra donc doubler le nombre de personnel de pont d'envol. Je n'ai pas les chiffres exacts mais entre les pompiers, les chiens jaunes, et ponev et toutes les spécialités, cela se compte en centaines de personnes (300? 400? 500?) sur le CDG. Les deux choses ne sont pas identiques et couvrent des domaines de défense différents. Une CAP reste nécessaire pour tous les cas en dehors de la haute intensité, dans lesquelles une identification est nécessaire pour absolument éviter la méprise.