Salverius

Members
  • Content Count

    528
  • Joined

  • Last visited

Community Reputation

296 Excellent

About Salverius

  • Rank
    Connaisseur

Profile Information

  • Pays
    France

Recent Profile Visitors

1,272 profile views
  1. C'est oublier que Finlande, Pologne et Pays Baltes font partie de l'Union Européenne. La clause de défense inclue dans les traités prévoit aide et assistance à l'état agressé. Il est toutefois certain que les états frontaliers de la Russie seront plus exposés que les autres...
  2. On est critique envers le F 35, mais en réalité c'est que nous français n'avons pas les codes pour comprendre cette formidable machine. On va parler "franchouille" pour que tout bon habitant de ce beau pays qu'est la France comprenne. Une préparation est nécessaire: enfilez votre béret, prenez votre baguette et servez vous un canon. Vous pouvez également vous enrouler dans un drapeau tricolore: c'est un plus. Ca y est vous êtes prêt? Le F35 c'est comme la belote coinchée. A 4 c'est génial: communication optimale, maîtrise des données, calcul des risques A moins, on ne peut rien faire, c'est injouable, aucune efficacité A plus, il y en a deux ou trois qui regardent en attendant que les autres aient fini, ils sont oisifs, foutent le bordel et ça fini par couter cher en cacahouètes et en pastaga (qui disparaissent sournoisement des radars) Maintenant que vous avez compris le fonctionnement du F 35, vous pouvez retirer votre béret. Merci de votre attention.
  3. Lockeed Martin envoie encore 4 F 35, comme en Suisse. D'après vous, c'est: 1) pour démontrer les capacités du F 35 en matière de fusion des données 2) Compenser le caractère exclusivement monoplace de l'appareil 3) S'assurer d'en avoir un en vol, vu le faible taux de disponibilité du F 35... 4) Un peu tout ça mélangé
  4. Je vais reformuler pour voir si j'ai compris les informations transmises par @ARMEN56: Sur les PA classes Nimitz à trois brins (Reagan et Bush), les brins d'arrêt sont positionnés aux distances suivantes: premier brin: 55 m de la poupe deuxième brin: 67 m de la poupe troisième brin: 80 m de la poupe C'est assez conforme au positionnement des brins sur le CdG. La "cible" est située à 62 m, ce qui autorise un angle de descente de 3,5 ° et cela quel que soit la masse de l'avion. La notion de "garde à l'arrondi" ne tient pas. En revanche, la masse de l'avion influe sur la longueur des brins d'arrêt. Ainsi, plus le brin est long, plus il peut absorber une masse et une vitesse importante. Il me semble qu'actuellement, le CdG a des brins de 300 pieds de long, soit 92 mètres. Sur Nimitz, la longueur des brins est de 400 pieds, soit 123 mètres, soit à peu près 30 mètres de plus que sur le CdG. Ces brins ont pu permettre l'appontage des F14, dont la masse est proche de celle du futur NGF. Bilan: pour permettre de faire apponter le NGF, il faudra disposer d'une piste longue de 235 m environ (203 + 30). Faut que je me rende à l'évidence: le NGF, avec ses plus de 30 tonnes, plombe mon concept de PA léger... A minima, va falloir réduire l'angle de la piste oblique.
  5. Ce n'est pas un gros souci, mais dans la partie "MARINE DE GUERRE", "Marines nationales", l'onglet "Amérique" a sauté. Du coup, pas moyen de voir s'il y a eu des postes dans cette section. Un administrateur pourrait remettre ça en place? Merci.
  6. Quelqu'un comprend cette citation? "Le premier est celui du choix de l'avion dimensionnant les caractéristiques générales du futur bâtiment. Il s'agira du Next Generation Fighter (NGF), l'élément le plus visible du programme de Système Aérien de Combat Futur (SCAF) mené avec l'Allemagne. D'une masse maximale au décollage devant être comprise entre 30 et 32 tonnes, cela implique plusieurs conséquences architecturales sur le PANG : la « garde à l'arrondi », c'est-à-dire l'angle formé par le pont d'envol et la trajectoire du NGF en phase d'appontage. Il en découle la longueur de la piste oblique qui devrait être d'environ 240 mètres (contre 199 sur le Charles de Gaulle) et son angle par rapport à l'axe du bâtiment." J'avoue ne pas être en mesure de faire la relation entre "masse du NGF", la "garde à l'arrondi", la "longueur de la piste oblique" et son "angle" par rapport à l'axe du bâtiment. Il me semblait que la longueur de la piste dépendait du déroulé du dernier brin. Je peux comprendre que la masse du NGF oblige à accroitre la longueur du déroulé du dernier brin par rapport à celle du Rafale. Néanmoins, il me semble qu'une classe Forrestal, avec une piste de 220 m, permettait l'appontage d'un F 14 (d'une masse de max de 33 730 kg).
  7. C'est là où ils sont forts chez Dassault. https://www.nae.fr/la-photo-du-jour-le-rafale-en-campagne-dessai-grand-froid-en-laponie/ Le Rafale a déjà fait sa campagne "grand froid" l'année dernière, sous le regard curieux de l'armée de l'air finlandaise.
  8. Désolé, pas vu le détail des coûts. Tu aurais un lien fiable?
  9. J'espère que le chiffrage n'a pas été fait par la même équipe que celle qui évaluait le coût des FREMM à 379 millions d'euros pièce fin 2005 (6,45 milliards d'euros pour 17 bâtiment)...http://www.senat.fr/rap/a05-102-7/a05-102-74.html#toc107 C'est tout la difficulté de comparer un coût réel (Queen Elizabeth à 3,1 milliards d'euros) avec un estimation. L'Amiral Rolland a déclaré: "Aujourd’hui, l’ordre de grandeur s’élève à cinq milliards d’euros au bas mot et même davantage si la propulsion nucléaire est retenue."https://www.capital.fr/economie-politique/le-cout-faramineux-du-futur-porte-avions-francais-1333167 Peut être que si. Comme l'a dit @arpa , la dernière IPER du CdG a coûté 1,3 milliards d'euros. Ce coût est en grand partie liée au fait qu'il n'y a aucune synergie avec les équipements du CdG et ceux des Frégates de dernière génération. Une des sources d'économie pourrait être d'équiper le PA du le même radar, du même sonar, des mêmes défenses qu'une Frégate de dernière génération (actuellement, comme une FDI). Mais en toute sincérité, ce raisonnement peut fonctionner sur un gros comme sur un petit PA. Je n'ai pas les compétences pour expliquer pourquoi ce n'est pas clairement envisagé (comme pour le Queen Elizabeth). Peut être tout simplement que lorsque l'on fabrique un Porte-avions Nucléaire à 8 milliards d'euros, qu'on prévoit d'y faire opérer 24 NGF (on va rajouter 8 milliards), soit 16 milliards au total, on n'a pas envie de le protéger comme une vulgaire frégate à un milliard. Je n'ai pas les compétences suffisantes en la matière. Ce que je sais, c'est que le CdG manque un peu de puissance avec ses deux réacteurs nucléaires K15 pour ses 42.500 tonnes (il ne peut aller qu'à 27 nœuds alors que la classe Clémenceau pouvait dépasser les 30). Ce manque de puissance est en partie lié à l'embonpoint pris par le CdG dans la phase de conception (dans les plans initiaux, il ne devait pas être plus lourd que la classe Clémenceau, soit 35.000 tonnes). Demain, nous allons installer des EMALS sur le PANG (voir le sujet "le successeur du CdG" à ce sujet). Le principal défaut des EMALS, une fois déverminée, sera de réclamer une très forte puissance électrique. La consommation des EMALS, combinée à l'alourdissement du PANG par rapport au CdG, va nous obliger à opter pour de très gros réacteurs nucléaires. Il y a bien un K22 en préparation, mais à ce stade, personne ne sait si deux K22 suffiront à faire avancer le PANG à 27 nœuds tout en permettant de catapulter les avions. Pour faire comprendre la difficulté, il faut comprendre qu'un K15 développe 150 mégawatts et qu'un A1B (le modèle de réacteur du PAN FORD) développe 700 mégawatts. Ainsi, le FORD a une puissance électrique 4,7 fois plus élevée que le CdG alors qu'il ne pèse que 2,35 fois son poids.
  10. Salverius

    Le successeur du CdG

    Vu le projet de PANG en cours, j'opterai pour le BARJOT. Ce nom là ne serait pas usurpé.
  11. La classe Queen Elizabeth est là pour nous rappeler que construire un gros navire militaire coûte cher. Et ce n'est ni une question de catapultes, de brins d'arrêt, de propulsion nucléaire ou de défense AA/ASM, car la classe Queen Elizabeth en est dépourvue. Je sais qu'il est facile d'incriminer les britanniques et leurs chantiers navals pour expliquer le coût de 3,1 milliards d'euros pièce. Mais il faut bien reconnaître que personne n'a l'habitude de construire des navires militaires de 80.000 tonnes.
  12. C'est pour la conduite des navires... http://www.opex360.com/2019/08/13/lus-navy-va-abandonner-les-ecrans-tactiles-pour-faciliter-la-manoeuvre-de-ses-destroyers/ Si tu te plantes sur l'eau, j'imagine même pas en l'air. M'enfin, peut être que les marins ont de trop gros doigts, à force de manier l'aviron...
  13. Pour tourner cette belle page Rafale, des infos sur le Gripen? Par exemple, le Gripen E/F sera de la partie? Je sais bien que les premiers appareils ont été livrés, mais ils font encore l'objet d'essais. http://www.opex360.com/2019/09/11/saab-a-livre-un-premier-avion-de-combat-gripen-e-au-bresil/ Or, à mon avis, y aller avec des Gripen C/D signifierait (comme en Suisse) la fin de la récréation. Bref, avez vous des infos ou faut-il attendre encore pour avoir des certitudes?
  14. Salverius

    Le successeur du CdG

    Je me suis mal exprimé, avec mon analogie "Mirage 2000". En l'espèce, il faudrait plutôt parler d'une perte de savoir-faire. Les dernières catapultes vapeurs US ont été posées sur l'USS George Bush vers 2006, soit il y a plus de 14 ans maintenant. Avant cette date, il ne s'était jamais écoulé plus de 5 à 6 ans entre deux vagues d'installation de catapultes. Or la pose des catapultes sur le PANG n'interviendra pas avant... 10 ans? Relancer la production d'une machinerie complexe après 24 années d'interruption, sans plus aucun des ingénieurs qui ont installé ces systèmes, de cela me semble impossible. D'autant plus que les USA possèderont un autre système de catapultage sur étagère et en cours de production.
  15. Salverius

    Le successeur du CdG

    @Fusilier, @HK, vous confondez maintenance, modernisation et production. C'est un peu comme quand les EAU contactent Dassault pour moderniser et entretenir les Mirage 2000. Dassault est toujours à même de proposer des innovations, même plusieurs années après l'arrêt de la production de l'appareil. Par contre, impossible d'acquérir un Mirage 2000 neuf: Dassault ne te vendra que des Rafale. Cela s'explique simplement: d'une part, on ne va pas relancer une chaine de production pour un unique client (surtout pour un faible volume de commande) et d'autre part, il faut rentabiliser l'investissement réalisé sur le nouveau modèle. Cela va être la même chose pour les US et leurs catapultes. Je ne me suis jamais caché que j'ai une préférence pour la vapeur ( notamment car elle aurait pu permettre la mise en place d'une filière française). Mais je me rend à l'évidence: en l'absence de création d'une filière française (ce qui semble acté si l'on en croit Mer&Marine), nous ne pourrons acquérir que des EMALS auprès des US. Et comme il n'y a pas d'autres fournisseurs... Pour les Rafale, j'attends toujours les tests STOBAR pour notamment connaitre la capacité d'emport dans cette configuration. Ce ne doit pas être aussi évident qu'on le lit parfois, car sinon le Rafale aurait déjà fait quelques Touch and Go sur un PA indien STOBAR. Pour les E2C ou C2, @pascal va t'étriller! Non ce n'est pas possible. Dès lors, si la France construit des PA STOBAR avec l'AEW confiée à des hélicoptères (comme sur la classe Queen Elizabeth), elle devrait procéder à un changement complet de doctrine. Fini les frappes d'aéronefs à terre!