Salverius

Members
  • Content Count

    426
  • Joined

  • Last visited

Community Reputation

202 Excellent

About Salverius

  • Rank
    Connaisseur

Profile Information

  • Pays
    France

Recent Profile Visitors

925 profile views
  1. Salverius

    Le successeur du CdG

    C'est bon, pour moi tout est clair!
  2. Salverius

    Le successeur du CdG

    Don de voyance ou hasard du calendrier ? https://www.meretmarine.com/fr/content/naval-group-se-relance-dans-le-nucleaire-civil Bon, ok. L'idée était en l'air depuis un moment.
  3. Derrière la notion de "furtif" telle que je l'aborde, il fallait lire ce que certains appellent "furtivité passive": la structure de l'appareil est conçue pour se soustraire aux ondes radar. La "furtivité passive" est d'ailleurs ce qui, selon les américains, distingue un avion de 5ième génération par rapport à un avion de 4ième génération. Même si cette histoire de "génération" est fumeuse, l'article de meta-defense.fr y fait référence explicitement. Le rédacteur parle donc bien de "furtivité passive". Je sais parfaitement que le Rafale possède un ensemble de dispositifs pour le rendre le plus indétectable possible, que certains appellent "furtivité active", et que ces systèmes sont efficaces. Mais le NGF, tel qu'il a été présenté au salon du Bourget, est manifestement un avion de combat qui bénéficie d'une "furtivité passive". Je présume que le NGF bénéficiera également de dispositifs de "furtivité active": leurrage, brouillage, suppression active, suivi de terrain... qui rendront encore plus difficile sa détection. Mais bon, je me lance dans des explications fumeuses alors que tes propos sont plus liés à "l'arrogance à la française" (à lire avec un léger accent britannique)... Est ce que cela suffit? Les américains ont créé le F-117, le B2, le F-22 et bénéficiaient d'une réelle expérience en "furtivité passive". Est ce pour cela qu'ils ont réussi le F-35, le tout pour un coût raisonnable? En fait, l'article de meta-defense.fr précité parle de faire un "F-35 français" pour un prix modique. Ni plus ni moins. Je trouve cela déraisonnable. Pas vous? Dassault va peut être élaborer le meilleur avion furtif du 21ième siècle avec le NGF (avec ou sans les allemands, on s'en fout: soit la France croit au concept du SCAF et le réalise seule ou accompagnée, soit il faut vite arrêter les bêtises), mais de là à croire que le coût de développement va être faible.
  4. Si la France envisage la création d'un chasseur léger faisant appel à des technologies de furtivité passive, il sera très difficile de capitaliser sur la technologie du "Rafale". Impossible de capitaliser sur l'expérience du NGF, sur laquelle il n'existera aucun retex avant... 30 ans. Faudrait pas reproduire les erreurs du F-35. L'usage de la furtivité passive oblige à se réinventer complètement: impossible d'utiliser l'aérodynamisme, la motorisation, l'armement, du Rafale. Si la France veut capitaliser sur le Rafale et produire un chasseur léger, il ne faut pas qu'il soit furtif (dans le sens furtivité passive). Mais cela a t'il un sens? En effet, il vaudra sans doute mieux maintenir la production du Rafale, même longtemps après le lancement du NGF, plutôt que de se lancer dans l'étude d'un nouvel appareil. Le Rafale devrait rester (peut être pour toujours) le meilleur avion de combat non furtif (comprendre sans furtivité passive) jamais construit. Continuer à l'améliorer me semble pertinent: plus le Rafale aura été produit en grande série, plus son coût de développement sera amorti, et plus il sera abordable, notamment dans un marché futur où tout ses concurrents feront appel à la "furtivité passive". Après tout, les Américains améliorent toujours leur F-16 et ont vendu une tripoté de Viper en 2018/2019. Pas mal pour un appareil entré en service en 1978. Son âge n'est pas un problème; il est en partie contrebalancé par son moindre coût. Souhaitons au Rafale une carrière opérationnelle aussi longue que celle du F-16 et qu'il s'en fabrique encore jusqu'en 2050 au moins. Si nous n'arrivons pas à maintenir une chaine (comme pour le Mirage 2000), c'est qu'il n'y a sans doute pas/plus la place pour un chasseur léger non furtif passivement sur le marché. Que ce soit le Rafale ou un nouvel appareil.
  5. Salverius

    Le successeur du CdG

    C'est bien ce que je craignais. J'avais noté ce rapport de 1 à 4. En toute sincérité, je pensais que sur zone d'opération, le PA ne faisait qu'accélérer et ralentir, et non qu'il maintenait constamment une vitesse élevée. Pour les réacteurs nucléaires de faibles dimensions que tu évoques, il faudrait presque créer un sujet sur les "petits réacteurs modulaires". Il y a un lien évident entre des petits réacteurs civils et des réacteurs nucléaires dédiés à la propulsion navale.
  6. Salverius

    Le successeur du CdG

    Depuis que je m'intéresse aux porte-avions, je vois s'affronter des partisans de la "propulsion nucléaire" et les partisans de la "propulsion conventionnelle", sans avoir une opinion complètement tranchée sur la question. J'ai donc une question pour spécialiste: pourquoi ne combine t'on pas les deux types de propulsion? Avec d'un côté un réacteur nucléaire produisant "vapeur et électricité" et de l'autre une turbine à gaz produisant de "l'électricité"? Ainsi, à vitesse de croisière (18-20 nœuds), seule propulsion nucléaire serait utilisée et le navire conserverait la formidable endurance liée à la propulsion nucléaire. A plus haute vitesse, voire en phase de catapultage (si EMALS), la turbine à gaz viendrait apporter le surcroit de puissance électrique nécessaire à l'activation simultanée des systèmes. La combinaison des deux systèmes permettait de n'avoir qu'un seul réacteur nucléaire ou deux réacteurs de plus faible puissance, sans forcément avoir deux réacteurs de grande puissance (voire plus), comme sur une classe Gerald Ford. Certes, ce système entrainerait une consommation d'hydrocarbure, mais bien moindre qu'une propulsion conventionnelle puisque cette consommation n'interviendrait que de façon discontinue. Comme de toute façon, même un PA nucléaire a besoin de l'assistance régulière d'un navire ravitailleur, la gêne devrait être acceptable ,voire presque nulle. De plus, la turbine à gaz servirait de système de secours en cas de défaillance du réacteur nucléaire, notamment s'il est unique. Je n'ai trouvé que la classe russe Kirov fonctionnant avec un système similaire (nucléaire +turbine gaz). Mais à l'époque, une propulsion tout électrique n'était pas envisageable et la turbine à gaz du Kirov produit de la vapeur (ce qui doit dégrader le rendement du système). Bref, je ne vois que des avantages à combiner les deux modes de propulsion, notamment car nous pourrions conserver un PA nucléaire sans avoir besoin de réacteurs de grande dimension (Ou au contraire d'avoir un plus grand PA avec les mêmes réacteurs nucléaires). Mais comme je suis reconnu comme "spécialiste du doigt mouillé", je présume que des personnes plus intelligentes et plus qualifiées y ont déjà pensée. Où est le biais dans mon raisonnement? Cumul des inconvénients au lieu du cumul des avantages? Merci à @pascal, @true_cricket , @ARMEN56 et tous les autres pour leurs réponse et patience.
  7. Je me demande qu'elle vont être les répercussions des ventes d'armes entre la Russie et la Turquie, à l'aune du conflit syrien actuel. On se dirige tout droit vers un affrontement Bashar, soutenu par les russes, et Erdogan. Les S 400 sont livrés ? Parce que la Turquie pourrait en avoir besoin prochainement. Et ce qui est pris n'est plus à prendre...
  8. J'adore cette citation du responsable BAE en Finlande (traduction de Google): "En ce qui concerne les aspects plus larges de la sécurité et de la défense, nous insistons vraiment sur le fait que notre solution représente «la» solution européenne et que, si la Finlande ne fait pas partie de l'OTAN, elle fait partie de l'Europe, ce qui est très important pour eux dans le domaine de la défense et de la sécurité." Cela prend une saveur particulière avec le Brexit et les achats de F-35 par plusieurs partenaires du consortium.
  9. Une question en passant : qui présente l'Eurofighter en Finlande? Allemagne ou Royaume Uni? J'étais en train de m'exciter sur un appel d'offre en "dollars", alors que le client et trois de ses fournisseurs potentiels ont pour monnaie l'"euro" (la Suède bien non officiellement dans l'euro a sa monnaie arrimée), lorsque la question m'est apparue...
  10. Ce que souligne l'article, c'est un potentiel changement de doctrine d'emploi des navires de classe America, ce qui tendrait à mettre en évidence un besoin de PA légers au pays des porte-avions géants. Comme l'indique @Fusilier, Il faudra vérifier si toutes les classes America seront impactés, ou seulement les navires dépourvus de radier. Pour la qualité intrinsèque du F35 b... Joker. Il y a d'autres fils pour en discuter. La classe America n'a pas été conçu pour cela. La conversion serait très difficile techniquement... Sans parler du conflit probable Marines/US Navy que cela engendrerait.
  11. Les classes America, futurs PA légers US? https://www.avionslegendaires.net/2019/10/actu/et-si-les-batiments-de-classes-america-devenaient-petit-a-petit-des-porte-avions/
  12. Il y en a qui ont essayé d'acheter des Rafale avec de l'huile de palme... Mais ça marche pas.
  13. Ce serait super! l'Argentine connait l'efficacité du matériel Français. Dommage qu'elle ait déjà du mal à payer le prix de 5 Super Etendard d'occase. Alors acheter des Rafale, c'est un doux rêve...
  14. Oui, j'avais vu cela. C'est quand même un peu prématuré pour parler de Rafale, même si la Grèce est un client historique de Dassault. Pas vu venir celui là. Je reconnais que l'idée n'est pas mauvaise, avec la mise en œuvre d'un partenariat stratégique entre les deux pays en 2013, partenariat comprenant un volet défense. Je rejoins quand même @emixam: l'acquisition assez récente de SU30 ferme la porte au Rafale. Tout les pays ne sont pas le Qatar. la-flotte-de-su-30mkii-vietnamienne-bientot-au-complet
  15. Merci à la Turquie. Sinon, tu as un lien?