Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Nicks

Members
  • Content Count

    475
  • Joined

  • Last visited

Community Reputation

455 Excellent

About Nicks

  • Rank
    Connaisseur

Profile Information

  • Gender
    Not Telling
  • Pays
    France

Recent Profile Visitors

1,262 profile views
  1. Je pense qu'il est beaucoup trop tôt en effet pour percevoir les conséquences économiques du Brexit. Certes, la GB va perdre de son influence en tant que place financière, mais j'ai tendance à penser que c'est positif pour l'économie réelle à moyen terme et pourrait amener à des relocalisations, notamment si la Livre était amenée à baisser un peu (j'ai l'impression cela dit qu'elle résiste plutôt bien à rebours là aussi des prévisions alarmistes) et en fonction de la moindre fluidité de la circulation des marchandises. Même s'il est vrai que la GB a plutôt un logiciel très libéral en économie,
  2. Je n'ignore rien. Ce sont des phénomènes en cours et qui d'ailleurs ont pu voir un infléchissement suite au succès de la campagne de vaccination, qui a été meilleure qu'au sein de l'UE, sans doute pour des raisons multiples. Au sujet de la gestion de la pandémie, comme je l'ai dit, le début a été raté au Royaume-Uni (gestion libérale), mais la suite a été nettement meilleure grâce il me semble à un pragmatisme dont l'UE nous prive. La France qui a encore, malgré tous les reculs depuis 2005, un meilleur système hospitalier que la GB ne peut pas trop fanfaronner avec près de 110000 morts au comp
  3. Le Brexit est sans doute trop récent pour en tirer des conclusions qui ne seraient de toute façon pas définitives, mais on peut tout de même constater que pour le moment, il n'y a pas eu de catastrophe. Au contraire, après un début assez calamiteux, le pays a plutôt mieux géré la pandémie que le continent, notamment grâce à la vaccination. La comparaison avec l'UE n'est pas flatteuse pour le coup, notamment dans la commande et l'acheminement des doses (alors qu'il y a des négociateurs d'élite pourtant paraît-il). Dans un autre domaine, l'Etat va semble-t'il reprendre le contrôle du rail s
  4. Quelques problèmes d'organisation et de flux, ce qui est assez aisément compréhensible. Mais en l'occurrence, rien de dramatique. Ensuite, ce seront les décisions de politiques britanniques qui pourront faire la différence et c'est bien cela l'important : la possibilité du choix. Cela ne protège pas des mauvaises décisions, mais au moins cela autorise des marges de manoeuvre.
  5. Vous voulez qu'on compile les imprécations catastrophiques des européistes à propos de la sortie, des pénuries, des blocages sans fin etc ? Ca n'a pas eu lieu. La sortie en elle-même n'est pas factrice de catastrophe comme se plaisent à l'imaginer, plus fréquemment sous forme de menace, les tenants de l'Union. Ca c'est une leçon que l'on peut tirer immédiatement et qui relève bien du rapport de force institué pendant les négociations. En revanche, la réussite sur le long terme dépend de multiples facteurs et notamment des politiques économiques mises en oeuvre, des accords commerciau
  6. Le Covid a été déclenché par l'UE ? On s'en sort beaucoup mieux que les anglais ? En l'occurrence, le petit poucet s'en est sorti sans cataclysme contrairement aux imprécations habituelles des orthodoxes. Il faut bien évidemment voir sur le long terme pour juger de la réussite ou non du Brexit, mais pour en revenir aux négociations, il faut quand même savoir observer quand un rapport de force soit-disant déséquilibré est en réalité retourné par l'élément dit faible, pour les raisons structurelles que j'ai évoqué plus haut. Quant à la qualité des équipes de négociations européennes, l
  7. Pour le moment, pas de rivières de sang et de nuages de sauterelles en Grande-Bretagne comme l'annonçaient les évangiles européistes. En fait, tout se passe comme prévu ou presque, à savoir que l'UE n'est pas un Etat et qu'elle a du mal à présenter une force de négociation capable de venir à bout d'un seul membre en partance, qui a certes du faire quelques concessions, mais qui globalement s'en sort plutôt bien si on met les pêcheurs de côté. Instructif pour les prochains.
  8. Hé bien, j'ai toujours dit ici que Biden était le plus mauvais candidat démocrate à opposer à Trump, mais je pensais que le virus allait tout de même l'abattre politiquement, à défaut de l'avoir fait physiquement. Mais il faut croire que mon impression première était quand même la bonne car à l'heure qu'il est, il a encore une chance de gagner. Ce qui est déjà un fait politique majeur, quelque soit le résultat final.
  9. Je pense depuis le début que ce projet est une erreur et une illusion et j'espère depuis le début que Dassault et dans une moindre mesure le gouvernement français (pour lequel je n'ai aucune confiance) se ménage une porte de sortie et la possibilité de mener seuls la conception du successeur du Rafale. Un élément de réponse : http://www.opex360.com/2016/05/31/le-successeur-du-rafale-ne-sera-pas-forcement-le-fruit-dune-cooperation-europeenne/
  10. Je ne vois pas comment on pourrait être optimiste très sincèrement. A ce train là, le confinement, qui en fait se résume à une situation où une part des cadres est en télétravail et tout ce qui reste continue à circuler, le confinement donc, va durer 6 mois. Mais selon toute probabilité dans 15 jours on serre la vis...
  11. Napoléon est le perpétuateur plus ou moins conscient de quelques principes de la Révolution. On ne peut pas réellement apparenter l'Empire à une anti-République sur le plan de l'histoire des idées politiques. L'héritage jacobin a énormément joué. Quant aux restaurations, elles non plus ne pourront jamais réellement se démarquer de l'oeuvre révolutionnaire. Il y a eu un avant et un après Ancien Régime. L'idée de Nation moderne est née après 1789. Son idée force, c'est qu'elle se constitue principalement autour de l'adhésion au contrat politique et non pas en fonction de l'ethnie, la religion e
  12. Un article intéressant sur le port du masque : https://theconversation.com/masques-et-protection-inhaler-moins-de-coronavirus-signifie-tomber-moins-gravement-malade-144915
  13. Histoire de remettre une pièce dans la machine. Le type de masque n'est pas précisé, mais la conclusion est finalement assez logique, même pour des béotiens. Après, il y a la pédagogie appliquée pour que le masque soit bien porté et inclus dans la totalité des gestes barrière. Mais pour cela, il faut en avoir. Ce serait quand même assez pertinent à mon sens de recréer une filière solide en France (et au vu de l'affaire Sanofi, un pôle recherche et production publique du médicament également) https://www.huffingtonpost.fr/entry/lefficacite-des-masques-sur-le-coronavirus-prouvee-par-d
  14. Le problème des comparaisons avec les autres pays, c'est qu'on en oublie que justement, ce sont d'autres pays, avec une culture différente, qui souvent sont bons dans leurs domaines de prédilection parfois moins dans d'autres qui ne sont pas culturellement associés à leur façon de fonctionner. L'Allemagne se débrouille bien grâce à son tissu productif qu'elle a su maintenir et protéger. C'est un atout qui remonte loin dans son histoire, et elle a su le favoriser en faisant en sorte que l'Euro soit adapté à son économie. C'est une République fédérale, l'organisation régionale lui convient
  15. Résumer les propositions aux yakafocon, c'est arriver droit dans la situation actuelle, faute d'avoir écouté les multiples voix qui se sont élevées depuis des années voire des décennies. Parfois, avoir un peu de recul évite le ridicule... Pour répondre à Christophe, gouverner c'est prévoir. Des rapports ont été cité sur ce forum à propos de mises en garde en cas de pandémie virale et ils datent de 2018. Mais le système économique est orienté vers les flux de court-terme, le juste à temps et la mise à l'écart de toute externalité qui ne convient pas aux grilles de lecture le nez dans le gu
×
×
  • Create New...