DAR

Members
  • Content Count

    1,336
  • Joined

  • Last visited

Community Reputation

82 Excellent

About DAR

  • Rank
    Vétéran

Profile Information

  • Pays
    France

Recent Profile Visitors

The recent visitors block is disabled and is not being shown to other users.

  1. D'une façon générale, tous les autocrates qui se sont multipliés en ce début de XXIe siècle ont bénéficié de la croissance économique mondiale. Beaucoup ont tiré profit du fait que leurs pays possèdent des ressources naturelles importantes (cas de la Russie entre autres), d'autres de leur accès à de nouveaux marchés (cas de la Turquie), d'autres en Europe directement des fonds européens, UE sur laquelle ils crachent sans vergogne (cas de la Hongrie). L'amélioration du niveau de vie (malgré la corruption massive persistante dans ces pays) + l'impression/l'illusion de puissance incarnée par un leader "fort" leur a assuré jusqu'ici un soutien populaire réel. Si jamais l'économie se met à patiner, cela va devenir plus difficiles pour eux, en dépit de leur contrôle / leur emprise sur la société (médias, justice, etc.).
  2. Serait-ce le missile dont la photo a été posté plus haut ? Dans ce cas il n'aurait pas été "hors d'atteinte de l'adversaire"... Un missile SCALP entier aux mains des Russes, ce serait très embêtant...
  3. La dérive autoritaire/dictatoriale du régime se poursuit... Un régime né, ne l'oublions pas, sur une très probable manipulation d'ampleur : le FSB est fortement suspecté d'être derrière les attentats sanglants de 1999 attribués par les autorités russes à des indépendantistes tchétchènes (trois attentats au total dans différentes villes, tandis que dans une quatrième ville, Riazan, le FSB a été pris la main dans le sac...). Ceci pour justifier l'invasion/la reprise en main dans la foulée du Daghestan, et le déclenchement de la Seconde guerre de Tchétchénie (très sale guerre). Depuis des tas d'assassinats, dont ceux de journalistes et d'opposants politiques, ont de même été attribués par Poutine aux "suspects habituels" tchétchènes. Commode. Bizarrement, certains forumeurs, prompts à déceler des complots un peu partout, n'en ont jamais vu dans ce cas précis, où pour le coup il y en aurait un de réel. ^^ Au contraire, ils le nient mordicus. C'est vrai qu'ici ce ne serait pas l'oeuvre de ploutocrates élitistes judéo-reptilo-wasp mais d'un fascinant autocrate nationaliste à la mâchoire carrée et au torse bombé comme ils les aiment. ^^
  4. Citation 1 : "Quant à l’hypothèse avancée par le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, d’une opération britannique, ça n’a rigoureusement aucun sens. On n’attaque pas les transfuges qu’on accueille." Citation 2 : "Les relations internationales sont un jeu dynamique, jamais stabilisables. [...] La politique russe actuelle n’est pas anormale. Ce qui est plus surprenant pour moi, c’est que ça paraisse positif pour certains politiques européens. La Russie ne cherche pas le bien commun de l’Europe."
  5. Exact. C'est pourquoi l'hypothèse politique (celle formulée par Pascal et par Alexis dans son hypothèse 3) apparaît nettement comme la plus probable.
  6. Non, ce n'est pas qu'une question de croyances : la réalité existe (et résiste au wishful thinking et à la pensée magique). Si tu ne trouves aucune raison logique à l’empoisonnement de Skripal par le gouvernement russe (d'autres en connaissent), tu dois tout aussi logiquement en trouver au gouvernement britannique. Nous sommes tout ouïe...
  7. Si je comprends bien, lorsqu'il s'agit d'un officiel russe, on doit se soumettre au principe d'autorité : lui sait tout et ne peut bien sûr que révéler publiquement la vérité vraie. Par contre, lorsque c'est un officiel d'un pays occidental quelconque, dont celui de ton propre pays, là la machine interprétative complotiste/hypercritique se met de suite en marche (et s'emballe rapidement).
  8. Dans ce cas Macron (garde "Micron" pour les sites d'extrême droite) ne serait qu'un des membres d'une bande de cons car tous les potentiels belligérants prétendent avoir des preuves de leurs dires.
  9. Effectivement, il y aurait "eux" qui pourraient ramasser la mise sur les décombres. Quand je dis qu'il n'y aurait que des perdants, je ne comptais que ceux qui participeraient au conflit.
  10. On se souviendra que la Première Guerre mondiale est partie d'un assassinat à Sarajevo. Espérons que l'humanité, ou du moins les individus au pouvoir, ont un peu progressé en un siècle. Si cette affaire se règle sans trop de casse ni humiliation d'un côté ou de l'autre, gageons que pour ce qui est du côté russe, on réfléchira à deux fois avant de s'immiscer à nouveau dans les élections américaines : la créature (Trump), hors contrôle, se retourne contre l'apprenti marionnettiste (Poutine). En comparaison, ses relations avec Obama étaient moins dangereuses politiquement et militairement et moins coûteuses économiquement. Sinon, les Russes ont semble-t-il récemment progressé en matière de guerre électronique comme g4lly l'a signalé. Donc de mauvaises surprises pour les missiles et avions occidentaux sont très possibles en cas de dérapage guerrier. Si en revanche une parade a pu déjà être trouvée par les pays otaniens contre ce brouillage, alors le rapport de force sur ce terrain régional apparaît clairement en leur faveur. (Mais bon si une guerre par malheur éclatait, il n'y aurait que des perdants au final.)
  11. Bravo kalligator, bien dit. Je suis toujours impressionné par la rigueur implacable de tes raisonnements. Je suis à présent convaincu : false flag, sans aucun doute. Heureusement que Poutine, droit dans ses bottes, est là pour défendre le peuple russe de tous ces vils complots de l'étranger. Merci encore de nous rappeler le danger otano-occidentalo-sémito-islamo-homo...
  12. Bref, tu soutiens en fait la solution 2 exposée par Alexis : "La Grande-Bretagne continue la désinformation". Donc pour toi de facto c'est encore un coup machiavélique de ces affreux Anglo-Saxons qui cherchent toujours des noises à cette virginale Sainte Russie qui elle ne fait jamais, dans tous les cas, que se défendre pour laver son injuste humiliation passée. Au moins tu as le mérite de la constance puisque tu défends assez systématiquement en filigrane ce genre de position dans toutes les affaires tordues où est impliqué le régime poutinien. A minima tu jettes le doute, multipliant les hypothèses alternatives tout en te montrant hypercritique envers les explications officielles pour peu qu'elles viennent du camp occidental (souvenons-nous par ex du vol MH17). Et dire que tu oeuvres bénévolement depuis toutes ces années pour défendre l'honneur russe / slave orthodoxe alors que les trolls de St Pétersbourg eux sont payés pour ça. Le monde est trop injuste. ^^
  13. En plus des conditions listées ci-dessus, il faut en rajouter une : cette organisation para-étatique viserait spécifiquement les agents traîtres à la Sainte Russie, en faisant en sorte de faire accuser cette même Sainte Russie. Nous aboutissons donc bien au portrait-robot du SPECTRE des James Bond. Bien, on continue dans la science-fiction ou on revient à la réalité ? 25 états, dont des foudres de guerre comme la Finlande ou l'Islande, ont pris des sanctions diplomatiques contre la Russie, dont la culpabilité est ici évidente, comme elle l'était dans l'affaire du polonium, dans celle des petits hommes verts en Crimée, dans les ingérences dans les élections de divers pays, etc. etc.
  14. Je partage ton analyse. Il m'est également paru évident dès le début que l'objectif principal visait à augmenter le taux de participation à l'élection présidentielle. Dans un régime autoritaire, le vainqueur (ici Poutine) étant connu d'avance, le paramètre important, significatif, est le taux de participation. Une faible participation était prévue par le pouvoir russe : la suppression d'un "traître" en Occident, plus un peu de bourrage d'urnes et de pression sociale, auront permis d'obtenir un taux acceptable. Le jour même de sa réélection, Poutine en a rajouté une couche avec un cynisme remarquable (vous aurez noté l'incroyable cynisme du pouvoir russe tel qu'il se manifeste ces dernières années) : faire passer la Russie pour la victime et le Royaume-Uni pour le méchant de l'histoire, qui refuse de coopérer sur la tentative d'assassinat de citoyens russes sur le sol britannique.