Kal

Members
  • Content Count

    897
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    1

Posts posted by Kal


  1. Citation

    On rappellera de plus que le rapport poids/poussé du rafale est excellent actuellement avec des 7,5T. A 8,3 T il deviendrait à priori le chasseur occidental le plus performant à ce niveau avec le F22.

    En fait, les observateurs non spécialistes (dont je fais partie) mélangent souvent les choses. La puissance moteur et le ratio poussée/masse sont importants, mais ne suffisent pas à rendre un avion plus performant qu'un autre dans tous les domaines de vol. L'exemple du Mirage 2000 est édifiant à ce sujet, malgré un ratio inférieur à certains appareils qui peuvent lui être opposés, il se comporte souvent bien mieux à haute altitude que ses adversaires potentiels, parce que tout sur l'avion a été optimisé pour cela (formule aéro, moteur, entrées d'air, etc...). Pour cette raison, le fantasme du M-88 à 9T qui transformerait le Rafale en fusée Ariane est un peu à relativiser je pense.


  2. Il y a 8 heures, Patrick a dit :

    En tout cas cela me conforte une fois de plus dans ma conviction qu'au lieu d'un NGF entièrement nouveau on pourrait se contenter d'un Super Rafale un peu plus gros, beaucoup plus furtif de forme, avec des emports internes et externes furtifs sous cocons, mais reprenant énormément d'éléments de l'ancien avion et les faisant évoluer. On a bien eu une série d'avion sur la formule aéro du Mirage III... Et on aurait pu en avoir une sur la formule aéro du Mirage F1 avec le Super Mirage F2... Et idem pour le 2000 et le 4000...
    Et ça coûterait beaucoup moins cher aussi. Et laisserait de quoi se payer un UCAV et peut-être même un avion spatial dédié pour la nouvelle doctrine française en matière de mini-satellites et de lancements sans préavis.

    Mais bon... Apparemment les canards ce n'est plus la mode, même si Lockheed ont trouvé une formule à canards actifs "très furtive" dans le temps quand ils étudiaient le F-22...

    Peut-être que la question sera d'aller vers de l'hypersonique et/ou de la très haute altitude et moins vers de la furtivité. On parle d'un chasseur qui pourrait voler dans la seconde partie du 21ème siècle. Je dis cela sans savoir ce que sont les pistes de réflexion à son sujet, mais je sais par contre que ces capacités font partie de la réflexion de nombreuses forces aériennes de premier plan.


  3. Le 11/11/2019 à 10:50, Kelkin a dit :

    Ne pas oublier que Macron adore faire du "en même temps". Quitter l'OTAN à ce stade serait très dommageable pour nos armées qui dépendent de l'assistance américaine pour la logistique ou l'entrainement de l'aéronavale. Si Macron projette de quitter l'OTAN, il ne le fera que s'il y a un plan B, et pour ce plan B, on a deux choix :

    1. On fait tout par nous même. Le budget de la défense va devoir grimper à 3, 4, 5% du PIB pendant quelques temps pour faire la montée en puissance nécessaire. Et pour financer ça, pas de miracle : hausses d'impôts.
    2. On convainc les Européens de préparer ce plan B avec nous. En partageant la charge avec d'autres pays, on évite de devoir faire monter le budget français d'une manière spectaculaire.

    Je suis très conscient de cela et tu as raison. De mon point de vue, seule l'option 1 est réaliste et compatible avec la défense des intérêts de la France.


  4. C'est vrai ça pourquoi ? Lire mon message avant de répondre, pourquoi ? Faire preuve de logique ou de pensée stratégique, pourquoi ? Notre président est bien au-dessus de cela...

    Au moins Boule a fait l'effort d'argumenter. Néanmoins, lorsque l'on parle de mort cérébrale, le constat est clair et sans appel. De tels propos venant de la part d'un chef d'État demandent de peser chaque mot et ne peuvent être employés que pour préparer l'opinion publique à une sortie. Tu ne joues pas un coup de billard à 3 bandes avec une "alliance" militaire, sinon c'est du niveau d'un tweet de Trump...

     


  5. Le 08/11/2019 à 09:29, jojo (lo savoyârd) a dit :

    Quoi qu'on en dise, en plus d'être clairvoyant sur ces sujets sensibles, force est de constater qu'il est "couillu" notre PR ... :rolleyes:

    On va peut-être pouvoir enfin remiser au second plan "l'arrogance" française ... Maintenant ce serait plutôt : Macron, ce "poil à gratter" de français ! Ben oui, en plus de l'arrogance, v'là t-y pas qu'il y a en plus du contenu, et du lourd ... :biggrin:

    Pour cela il faudrait des actes plutôt que des paroles, c'est son boulot ! Si Macron fait ce constat sans nuance, qu'il en tire les conséquences en retirant au moins la France de l'OTAN. Dans le cas contraire, il ne fait que brasser du vent et affaiblir encore un peu plus la perception externe d'une alliance dans laquelle il souhaite maintenir notre pays, ce qui est profondément stupide.

    • Upvote 1

  6. Il y a 17 heures, Boule75 a dit :

     Ou alors ils sont vraiment très, mais alors très, très, très machiavéliques...

    Ou alors tu es un peu naïf et je ne dis pas ça par pure provocation, mais si tu penses que détruire les nations va se faire d'un coup et en le clamant haut et fort dans les média et avec des panneaux en 4 par 3, c'est que tu sous estimes la roublerie nécessaire pour obtenir ce résultat. Tu es obligé d'avancer à visage masqué et sur le temps long, c'est comme le vampire, mis en pleine lumière il disparait. L'idéologie de ces gens là, est d'imposer un état supra-national. Le tour de force réside dans le fait qu'en quelques décennies à peine, ils ont bien progressé, avançant lentement mais sûrement tous leurs pions et que pourtant une part importante de la population s'est laissée duper, alors que beaucoup de nos grands parents avaient parfaitement compris ce dont il était question, comme en témoigne certains titres de presse de l'époque.

    Citation

    On observera, par ailleurs, que la Commission et le continentaux n'ont pas appelé le Royaume-Uni a ignorer les résultats du referendum mais ont au contraire pressé l'UK d'initier la procédure de sortie dès qu'il était clair que la classe dirigeante entendait suivre la population. Une attitude réellement antidémocratique aurait été d'oeuvrer à maintenir un statu quo à travers des négociations éternelles sur un package deal de sortie pur et simple

    Oui, ça c'est  leur plan de com... Dans les faits, ils ont à la fois régulièrement envisagé la possibilité d'un second référendum tout en interprétant le vote des britanniques, affirmant que la population n'avait pas voté pour un Brexit sans accord. C'est une supercherie, les britanniques on voté pour un Brexit, point barre. Il n'a jamais été proposé au vote un Brexit avec accord. Ensuite, un odieux chantage a été exercé en proposant pour seul accord des règles qui auraient mis en péril l'intégrité de la Grande Bretagne, dans le but évident que celle-ci renonce à son projet de sortir. Ce qui a très bien marché avec Theresa May. Arrivé à ce stade, il aurait été nécessaire de provoquer un Hard Brexit, mais cette dame n'a pas été à la hauteur de l'enjeu. Enfin, les européistes sont allés jusqu'à menacer les anglais d'une terrible récession en cas de Brexit et ont même annoncé une rupture de papier toilette et d'autres absurdités de ce genre pour tenter d'effrayer la population et la persuader d'abandonner l'idée de sortir. En étudiant ces articles de presse, les générations futures vont bien se marrer.

    Citation

    Ensuite, pour les panneaux "Union Européenne" qui fleurissent, l'explication est assez simple : l'UE tient à faire savoir qu'elle participe et soutient. On lui a reproché de ne pas le faire savoir, maintenant elle l'impose. Comme la première Mairie, Région ou Conseil Général, intercommunalité ou le premier Etat venu en fait. Je ne vois pas trop en quoi ça peut choquer (quand le financement est utile en tout cas).

    Oh ça oui elle y tient. Par contre dire que c'est de l'argent français qui nous revient, ça elle y tient beaucoup moins.

    Citation

    Les régionalistes veulent être indépendants dans le cadre de l'Union précisément car Bruxelles sera trop éloignée de leurs préoccupations et n'aura pas les moyens de s'en mêler contrairement au gouvernement de leur Etat.

    Cette blague ! Comme si la distance empêchait une loi de s'appliquer. La commission aura tous les moyens qu'elle possède et utilise aujourd'hui pour contraindre les membres de l'U.E.. Par ailleurs, une Catalogne indépendante serait de facto expulsée de l'U.E., car elle n'est pas signataire des traités et devrait faire une demande d'adhésion, ce que l'Espagne refuserait très probablement. Donc le projet est mort-né et ceux qui sont derrière sont des crétins, ou alors ils trompent leurs électeurs, ce qui semble probable tant cette contradiction là (une de plus) est évidente. En revanche, s'il n'y a plus d'Espagne, là tout devient possible...

    @Chronos

    Citation

    L'affaire du backstop n'est pas une négation de la souveraineté britannique mais l'affirmation de la souveraineté coalisée des continentaux en reflet de celle du peuple anglais. Évidemment quand le continent, pour une fois, sait ce qu'il veut, les choses deviennent plus difficiles...

    De quels continentaux parles-tu ? Depuis le 29 Mai 2005 et la trahison qui s'en est suivie, ces gens ne représentent plus la souveraineté de la France. Par ailleurs, les excédants commerciaux de l'Allemagne et de la France vis à vis du Royaume-Uni n'ont jamais mis l'U.E. en position de force dans cette négociation. Le dernier round de négociation avec Boris Johnson semble bien montrer que l'U.E. a été contrainte d'avaler une bonne partie de son chapeau. Heureusement, les petits copains européistes au parlement britannique étaient là en dernier ressort pour, une fois de plus, tenter de repousser la sortie, au mépris du choix de leurs concitoyens.

    Pour ton dernier message, nos avis sont proches. Les allemands eux savent encore ce qu'est la souveraineté, c'est normal, ils l'exercent et ne laisseront probablement pas disparaître l'Allemagne, à moins que cette dernière absorbe et contrôle tous ses "partenaires".


  7. il y a une heure, Lezard-vert a dit :

    https://www.msn.com/fr-fr/actualite/france/commission-ursula-von-der-leyen-veut-des-allemands-partout/ar-AAJ6pic?li=BBkGbOY&ocid=mailsignout

    URSULA commence semble-t-il à germaniser les institutions.... si elle s'amuse à ça elle risque de ne  pas faire long feu.

    Tu veux dire qu'elle continue. Je te suggère d'aller regarder l'organigramme des institutions européennes, tu vas y constater qu'à presque tous les postes clefs il y a un allemand, ou un personnage proche de la sphère directe d'influence de l'Allemagne. Ils auraient tort de s'en priver, car ce sont souvent des postes peu médiatisés, mais où s'exerce le vrai pouvoir et plutôt délaissés par les français qui semblent préférer les postes où il est possible de parader.

    Tableau des postes clefs (Juillet 2019) (Aller à 21m19s)

    Il va être intéressant d'observer les décisions qui seront prises ou non par notre gouvernement, je veux dire au-delà de quelques coups de mentons dans nos média nationaux, le président étant sensé défendre les intérêts de  la France et sa souveraineté.

    • Upvote 2

  8. Le 20/10/2019 à 21:57, Boule75 a dit :

    Je pense que tu confonds deux choses :

    • l'attitude de la Justice belge vis-à-vis des demandes (judiciaires) qui viennent d'Espagne : très lente, très prudente, en clair si un belge veut se réfugier quelque part en Europe, la Belgique ça a l'air d'être une bonne planque (je précise que c'est une impression, pas une analyse, je n'en ai pas les moyens). De ce point de vue, Puidgemont est "aidé" par la Belgique.
    • l'attitude des institutions européennes (Parlement, Conseil, Commission). Et là grosse déception pour les indépendantistes catalans : aucun soutien. A tel point d'ailleurs que leurs députés européens ont été refoulés du Parlement faute d'avoir pu/voulu accomplir les formalités nécessaires en Espagne même...

    Je ne sais pas trop contre quoi tu vitupères : le RU est en train de sortir de l'Europe conformément aux traités et à sa volonté propre (du moins c'est la lecture qu'ils font souverainement de leur propre référendum).

    Donc de quoi causes-tu ?

    Ce qui est verrouillé par les traités et dont Junker causait, c'est qu'une fois qu'on est entré dans l'UE, dans son marché unique, et dans l'Euro, la seule manière de sortir de l'un de ces dispositifs est de sortir de tous. Et c'est assez logique. Ca explique aussi pourquoi certain, bien que respectant la discipline, refusent de rentrer formellement dans certains dispositifs (le Danemark avec l'Euro).

    Je ne suis pas du tout de ton avis sur les deux points, mais cela n'est une surprise ni pour l'un, ni pour l'autre j'imagine. Concernant l'attitude de l'institution européenne vis à vis des provinces indépendantistes, il y a la communication officielle de celle-ci, dans laquelle bien-sûr elle ne peut pas soutenir qu'elle oeuvre directement pour le démembrement des nations et puis il y a les actes, comme inciter les régions à court-circuiter toujours plus l'Etat national au profit d'échanges directs avec les institutions de l'U.E.. Il y a les panneaux aux étoiles d'or sur tout ouvrage qui a reçu un financement, alors que dans le cas de la France, ce sont nos impôts qui ne font que transiter par Bruxelles pour y être ponctionnés, puisque la France est contributrice nette au budget européen. Pourtant, je ne vois plus de drapeau français. Ah si, sur nos prisons vétustes.

    Ce qui nous amène au second point que tu abordes : le Brexit. Un exemple parfait à vrai dire, pour observer comment les institutions européennes ont instrumentalisé à fond la question du "backstop" afin de saborder, une fois de plus, le  choix démocratique d'un peuple. Il va sans dire que ces 3 dernières années, l'hypothèse d'un second référendum (méthode Union Européenne bien connue du revote jusqu'au "bon" résultat), n'a cessé d'être envisagée par une bonne partie des européistes et certains des officiels des institutions. Je dirais que sur le coup, sincère ou non, c'est la position de la France via notre exécutif qui semblait la plus respectueuse du choix britannique, en refusant tout report supplémentaire, même si la motivation était de ne pas voir les rouages européens se gripper par une sortie sans cesse repoussée.

    @Mehari

    Le contexte ? Nous sommes en plein dedans depuis des décennies et je vois tout à fait ce que cela donne, merci. Je suppose que tu comprends que ma question pour les présidentielles n'était qu'un exemple pour illustrer qu'un vote à l'unanimité est une atrocité anti-démocratique, cela rend toute évolution impossible. Avec un tel système la France conserverait son président actuel jusqu'à ce que mort s'en suive, ou alors nous serions présidé de manière définitive par les différents présidents du Sénat qui se succèderaient (second personnage de l'Etat français).

    Un traité qui n'est pas modifiable est par nature anti-démocratique. Le monde change, les populations changent et chaque "époque" doit pouvoir adapter le droit en fonction de la volonté du plus grand nombre, rendre tributaire de 27 autres peuples le choix des citoyens, est juste un grosse ficelle pour graver dans le marbre des règles qui ne sont pas du tout à l'avantage du plus grand nombre et qui ne tiendraient pas longtemps, si elles n'étaient pas de la sorte, artificiellement protégées de toute modification.

    Citation

    Il ne faut pas oublier à cet égard que les mouvements régionalistes, même si  fréquemment eurosceptiques et opposés à une poursuite de l'intégration européenne, sont très favorables aux libertés de circulations, sans lesquelles leurs projets nationalistes respectifs perdraient toute viabilité.

    @Chronos

    Fais-tu allusion uniquement aux mouvements régionalistes belges ? Parce que pour les autres, de la Catalogne en passant par l'Ecosse ou la Corse, c'est justement le contraire. Ils veulent être indépendants dans le cadre de l'Union Européenne. Ce qui est une vaste blague, car si un état central national te parait éloigné de tes préoccupations, tu n'en sors pas pour te jeter dans les bras d'un pouvoir décisionnaire encore plus éloigné, qui prendra en compte tes spécificités uniquement si 27 autres pays les partagent, c'est à dire environ... Jamais ! En fait de souverainistes, ils ressemblent plus à des marionnettes à la soumission consentie à un nouveau maître. Qu'ont-ils exactement à y gagner ?

     


  9. 5856569.jpg

    Amusant tous ces indépendantistes, qui veulent se libérer de leur Etat-Nation, mais pour rejoindre l'entité "union européenne", mais je suis sûr que cette dernière n'a rien à voir là-dedans et la courageuse fuite de Carles Puigdemont à Bruxelles lorsque le gouvernement de Madrid a sifflé la fin de la récré, n'est probablement que pure coïncidence.

    Le 14/10/2019 à 17:40, true_cricket a dit :

    C'est excellent de sortir une citation de son contexte. Ça permet de leur faire dire tout ce que l'on veut. Y compris ce qu'elle n'ont pas dites.

    https://www.liberation.fr/checknews/2018/06/14/juncker-a-t-il-vraiment-declare-un-jour-qu-il-ne-pouvait-y-avoir-de-choix-democratique-face-aux-trai_1659020

    Le texte complet étant : «Il ne peut pas y avoir de choix démocratique contre les traités européens. On ne peut pas sortir de l’euro sans sortir de l’Union européenne. À l’inverse, pour revenir, il faudrait que les 28 parlements nationaux soient d’accord, avec traité d’adhésion et ratifications idoines. C’est une pure spéculation. Le débat sur la sortie de la Grèce de la monnaie commune est un faux débat."

    Ce qui signifie : la démocratie ne permet pas de faire une vente à la découpe des traités signés et acceptés par l'ensemble des peuples souverains. Les règles sont à respecter une fois qu'elles ont été acceptés. Et pour changer les règles de l'Europe il ne suffit pas d'une volonté populaire quelque part, il faut que les autres pays aggréent.

    Ce qui signifie pour de bon : le système est verrouillé et conçu pour cela, donc "Il ne peut y avoir de choix démocratique contre les traités européens." Je te propose d'organiser les prochaines présidentielles françaises avec la même règle, puisque tu sembles trouver cela démocratique, notre prochain président serait élu à l'unanimité. On tente ?


  10. Il y a 23 heures, Boule75 a dit :

    44 ans et tu ne sais pas lire : qui, de significatif et actuellement, en Europe, revendique "le démantèlement des états-nation" ?
    Ressortir un discours de Séguin de plus de 20 ans ne fournit pas la réponse.

    Je vois que tu modifies tes messages pour nous fournir Dame Garaud, bien âgée déjà, et bien méchante encore : ça ne m'impressionne pas plus. C'est un peu comme citer Trump pour critiquer Xi, c'est nul et non-avenu. Comme je n'ai pas l'intention de me farcir la médiathèque complète du Frexit ce soir : bonne nuit.

    Tu n'es le juge de paix de personne. A moins que tu penses t'être auto proclamé à cette fonction. Et sinon, tes sources à toi ? Ah oui... Toujours pas.

    qui, de significatif et actuellement, en Europe, revendique "le démantèlement des états-nation" ?

    Je te propose plutôt de chercher qui l'empêche, ils sont beaucoup moins nombreux. Si tu avais eu le courage d'écouter le discours de Seguin, il faisait la parfaite description du processus de destruction des nations par la fameuse technique des tranches de salami.

    Aucune décision unique semble véritablement suffire à faire disparaître notre nation, mais toutes ensembles  mises bout à bout y parviendront. Elles ne sont qu'une succession de renoncement à notre souveraineté. Petit à petit, on apprend aux peuples à contourner leurs Etats pour s'adresser directement aux instances européennes. On fait croire que tout ce qui est bien est financé par l'U.E. (qui n'a pas de budget en dehors de nos impôts) et le seul endroit où on laisse le drapeau français sans plaque européenne ce sont nos prisons. Etc... Etc...

    L ' agressivité des contradicteurs de Marie-France Garaud (une femme brillante, as-tu un problème avec les vieux ?), est typique de l'attitude des européistes dès que quelqu'un dévoile les dessous de la construction européenne, ils paniquent... Petite précision, je ne cherche nullement à t'impressionner, ni même à te convaincre, car de toutes façons tu es plus intelligent que toutes les personnes que je mentionne, c'est évident. En revanche, chacun pourra se faire juge du camp qui manque cruellement d'arguments.

    Allez, encore une petite vidéo que tu ne regarderas pas, préférant probablement balayer tout propos contradictoire d'un revers de la main, sans avancer le moindre argument, comme tu t'en es fait une spécialité. Néanmoins elle pourra peut-être servir à d'autres. Cela date de 1996, comparez donc les opinions de chacun à notre situation actuelle et interrogez-vous de la manière suivante : quel camp n'a tenu aucune de ses promesses ? Qui faisait l'analyse la plus juste de ce qu'allait nous réserver l'U.E et l'euro ?

    1996 débat sur l'euro

    @Ben

    Tout le monde ne peut pas être à ton niveau d'argumentation. Crois bien que j'en suis désolé, pour toi...

     

     

    On se quitte par ma phrase préférée de Jean Claude Junker :

    «Il ne peut y avoir de choix démocratique contre les traités européens»

    Cela a le mérite d'être clair !


  11. il y a 1 minute, Boule75 a dit :

    Mon petit Kal*, tu me les brises avec tes tactiques de nouille : je t'ai demandé qui revendiquait le "démantèlement des états-nations européens", quelle organisation puissante s'en fait explicitement le héraut, qui affiche ça comme son objectif. Et tu me sors un discours de Séguin, par ailleurs intéressant et bien connu, mais évidemment dépourvu de ces éléments ?

    C'est du foutage de gueule ! Ca fait vingt fois que quand on te fais remarquer tes raccourcis, tes erreurs, tes amalgames ou tes faussetés tu joues l'anguille en changeant de sujet et en faisant semblant de ne pas comprendre.
    Ce serait bien d'arrêter et de fournir des réponses et des sources, des vraies.

    --

    * j'ai plus de 44 ans.

    Je ne te permets pas ta familiarité mon minuscule Boule. Dépourvu de ces éléments... Donc tu ne l'as pas écouté, mais je comprends, ça doit être au-delà de tes capacités de concentration.

    Qui on ? Encore une fois qui est ce on ? Tu ne parles que pour toi microscopique Boule !


  12. il y a 29 minutes, Boule75 a dit :

    On a parlé assez longuement de ces Euro-Régions en commentant les délires de Dupont-Aignan et de Mlle. Le Pen suite au Traité d'Aix-la-Chapelle. Elles existent, on en trouve même trace dans le Figaro, le Monde, la Croix, Libé, Ouest-France, tout ça.
    Ca sert à organiser des services publics dans les zones trans-frontalières : des trams ou des transports en commun, des activités culturelles, etc... Elles sont dirigées par des élus locaux (grands ennemis de la Démocratie et des Peuples, comme chacun sait).
    On cherche encore les premières traces de démantèlement.

    En fait, ton fantasme, c'est le Mur, la frontière dure, avec des douves et des crocos, un truc comme ça, non ? Qui n'a jamais existé.

    Vent et fumée.

    Le vent et la fumée ce sont tes arguments et tes sources inexistantes ou obsolètes Boule.

    Tu me demandes qui de poids aurait déjà abordé ces thèmes. Je te donne une fois de plus une source incontestable, tout à fait de poids (au propre comme au figuré) et tu me réponds une fois de plus par l'esquive en me parlant d'autre chose et en mentionnant Dupont-Aignan et Le Pen. Je sais bien, elle est ennuyeuse pour ton camp cette vidéo de Séguin. C'est peut-être pour cela qu'elle a disparu plusieurs fois du web, mais certains sauront l'y faire revenir, toujours...

    Vas à 58 minutes de la seconde vidéo tu auras son opinion sur les euro régions, si jamais les réponses à tes propres questions t'intéressent véritablement, mais je suis sûr que  tu es plus intelligent que Philippe Seguin, comme tu l'as démontré de façon brillante depuis le début de nos échanges avec tes contre-vérités pleines de condescendance et tes tentatives grossières de caricaturer mes propos. Il fait d'ailleurs également une parfaite description de la technique que tu utilises comme tous les européistes, pour tenter de discréditer leurs adversaires. Tu peux trembler avec tes potes européistes, le savoir se diffuse, bientôt le R.U. sera hors zone et se portera bien mieux que nous et ton discours deviendra minoritaire. La roue tourne...

    Dissolution des nations prévue depuis l'origine du projet européen (1m25)


  13. il y a 31 minutes, Kelkin a dit :

    Quand même, c'était autre chose les discours à l'Assemblée il y a trente ans. Pour la maîtrise de la langue, l'érudition du propos, et la construction de l'argumentation, on n'atteint plus le même niveau maintenant.

    T'es sûr ? Même pas Marlène ? ;)

    Pour les plus courageux la suite. Continuer après 20 minutes.

    suite


  14. il y a 27 minutes, Boule75 a dit :

    Mais qu'est-ce que c'est que cette rengaine ?? As-tu vu quelqu'un avec un peu de poids ou même sans faire des déclarations dans ce sens ? Qui, quand, où ?

    Ainsi l'UE serait tout à la fois un gros ectoplasme mou incapable de quoi que ce soit et dotée d'une "volonté de mettre en pièce." Ca fleure bon l'oxymore et la bonne grosse paranoïa volontaire...

    Les euro-régions ça te dit quelque chose ? Les plans circulent à Bruxelles depuis au moins 20 ans. Il serait temps de te réveiller !

    Evidemment, ils n'en parlent pas dans le Figaro.

    Aucune contradiction, un grand marché sans nations pour s'opposer à lui, livré à tous les appétits.

    Certains l'avaient vu.


  15. Le 11/10/2019 à 09:22, Chronos a dit :

    Vue d'Alsace (sans parler des subdivisions administratives d'Outre-Mer), cette phrase a un côté cocasse.

    Quel rapport avec des subdivisions administratives ? Tu penses que les alsaciens ou les antillais ne sont pas français ? Vas donc le leur dire... Et les bretons, les marseillais, que sont-ils selon toi ?

    Tu sembles être Belge. Crois-tu vraiment être en position de faire la leçon aux français question unité nationale ? Oui la nation française est une et indivisible et elle résistera aux  volontés de l'U.E. de la mettre en pièces, comme elle a toujours résisté à l'adversité dans son Histoire, même pendant les épisodes les plus sombres.

    • Confused 1

  16. Il y a 7 heures, herciv a dit :

    Est-ce que comme moi vous entez un changement de ton de la commissaire :

    https://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/aeronautique-defense/nous-ne-pouvons-pas-proteger-chaque-pays-touche-par-l-affaire-airbus-cecilia-malmstrom-830350.html

    En gros elle semble dire que les efforts de compromis de l'UE avec les US et la Chine pourrait bien se voir remplacer par une stratégie plus protectionniste avec la nouvelle commission compte tenu du peu d'effort que font les US et la Chine.

     

    ... Enfin ... Enfin l'Europe commence à voir que sa politique d'ouverture ne peut continuer et qu'il va falloir intégrer un peu plus le block Européen pour jouer à égalité avec les deux autres mamouths.

    Enfin... A moins que les 27 n'arrivent pas à décider de façon commune ce fameux virage, ce que les USA et la Chine ne manqueront pas de provoquer en échange de quelques arrangements avec des pays de l'union plus "compréhensifs". Du coup on en reviendra aux textes des traités qui font de l'union européenne une proie privilégiée pour les appétits de tous les pays puissants ayant conservé leur souveraineté. Tu sais ces fameuses règles qui nous rendrons toute riposte très compliquée....


  17. Il y a 1 heure, true_cricket a dit :

    Je pense qu'il y a confusion entre états et nations, et oubli de l'existence historique et actuelle d'états composés de plusieurs nations. Sans remonter au delà de la craétion du terme de nation, on a l'Autriche-Hongrie commee plus puissant d'entre eux. Aujourd'hui il y a la Belgique qui se compose de deux nations, la Bosnie-Herzégovine avec 2 (3?) peuples, le Liban avec ses 3 confessions, ou le Vietnam et ses 53 (56?) ethnies.

    Tu as raison, mais la nation française est une et indivisible et c'est cela que l'U.E. veut mettre à mal.


  18. @Boule75

    Non seulement rien ne nous empêche effectivement d'effectuer des coopérations militaires, mais c'est surtout que nous n'avons pas d'autre choix, puisqu'en dehors des britanniques, les autres en gros ne veulent rien faire militairement parlant. En étant comtributeurs nets au budget européen (nous donnons plus que ce que nous recevons), ce sont des milliards que nous ne pouvons pas investir dans nos armées et ailleurs.

    Pour les coopérations économiques, tu te trompes, c'est très contraint pour les pays européens. Par exemple si l'État français souhaite attribuer un contrat de remerciement (hors militaire) à un pays tiers, pour avoir lui-même bénéficié de contrats intéressants à l'étranger, il tombera sur les règles de concurrence de l'U.E. et ses fameux  appels d'offres obligatoires. Sans compter les tonnes de réglementations européennes, auxquelles s'ajoutent parfois les nôtres.

    Autre sujet que tu as abordé et qui revient sans cesse chez les pros-UE : être obligé de faire le change à l'étranger. Ne vas-tu jamais à Londres ou autre ville du RU. Est-ce vraiment si terrible que cela ? Vous n'avez que cela comme argument ? Si, c'est le prix à payer pour résorber notre chômage et notre dette, je veux bien !

    La menace d'une nouvelle guerre avec l'Allemagne si on sortait, est basée sur du vent. Stratégie de la peur...

    L'Allemagne resterait un partenaire économique et nous aurions toujours notre armement nucléaire (certainement bien mieux sanctuarisé, loin des regards indiscrets de certains chez Airbus).

    Commission européenne faible voulue par les français ? Je vais passer sur le couplet où tu fais le procès de l'attitude européenne de la France. L'auto dénigrement, un sport très en vogue par chez nous. Beaucoup moins de l'autre côté du Rhin. Pour des technocrates non élus, je trouve qu'ils au contraire bien trop de pouvoir, beaucoup plus en fait que le parlement qui n'est là que pour faire croire aux peuples d'Europe qu'il s'agit d'un système démocratique. De nombreux parlementaires s'en sont fait l'écho.

    Et si on parlait de l'OMC (organisation mondiale du commerce) où la France doit se contenter du représentant de l'U.E. pour défendre ses intérêts particuliers, mais aussi ceux des allemands (premier contributeur net au budget : qui paye commande...), mais aussi ceux des italiens, des espagnols, etc... Face à ce brave fonctionnaire (Monsieur ou Madame Compromis), il y a les représentants de chaque pays faisant partie de l'OMC, même les plus petits ne faisant qu'une fraction de la France. Néanmoins, ceux-là sont présents à ces réunions bien droits dans leurs bottes, avec la ferme intention de préserver les intérêts de leur nation. Où est-elle l'Union européenne qui renforce dans ce cas précis ? Elle interdit à la France toute  alliance de revers sur des questions où nos intérêts ne seraient pas défendus par la délégation européenne.

     


  19. @Snapcoke

    Exemple parfait pour illustrer pourquoi il ne peut y avoir d'armée européenne tant que les nations ne seront pas dissoutes, effectivement...

    @Kelkin

    Ce que  tu dis sur l'attitude de l'Allemagne et le fonctionnement de l'union européenne je crois que c'est très vrai et qu'il est totalement illusoire de penser que cela peut changer, nous tomberions sur les mêmes immobilismes pour en changer les règles, car elle profite à certains et qu'il faudrait l'unanimité des états membres pour y parvenir. 


  20. Citation

    je te promet que je n'ai rien contre toi personnellement hein, mais c'est pour moi tellement evident (j'imagine que tu en as autant à mon service, et je ne pense pas detenir la verité absolue, du coup peut etre que j'ai tout faux, mais quoi qu'il en soit je suis convaincu de ce que je dis, et sincere, je ne cherche à manipuler personne)

    Pas de souci Ben, je n'ai rien contre toi personnellement non plus bien évidemment. Nous discutons et tant que l'on est respectueux envers moi, je ne mords jamais le premier. J'ai été élevé comme cela. Après oui, je considère que l'heure est grave, car on arrive à une étape de la construction européenne où il sera bientôt question de la disparition de la France et là pour moi et d'autres, cela ne passera jamais.

    Citation

    Parce qu'une fois l'europe demantelée, il sera difficile de faire entendre aux gens que l'europe qu'on veut rebatir n'est pas la meme que celle qu'on a detruit...

    Autrement dit, tu parles d'un traumatisme qui rendrait toute idée de nouvelle construction possible à cause de la nocivité de la précédente. C'est pas impossible oui que cela nécessite du temps, un gros travail d'explication et surtout une méthode bien plus démocratique, associant véritablement les peuples aux décisions, sans leur tordre le bras comme en 2006. En tout cas si le trauma est si puissant, c'est bien qu'il faut mettre fin à ce truc.

    Je pense que la solution sera surtout d'aller vers des coopérations renforcées dans des domaines bien précis, là où on partage de véritables intérêts avec nos voisins proches ou éloignés. Certains pays éloignés sont parfois bien plus proches de nos intérêts que des voisins immédiats. La France ce n'est pas que l'hexagone. Exemples : nous avons une très longue frontière commune avec le Brésil, beaucoup de coopérations et d'intérêts communs avec ce pays. Au large de la Nouvelle Calédonie, la coopération entre la marine française et australienne va bon train, etc...

    Citation

    et militairement une europe federale aurai un budget qui boxerai dans la meme categorie que les usa ou la chine. de quoi discuter avec eux sur un pied d'egalité. Bref...

    Nous n'avons pas besoin d'égaler les USA ou la Chine, juste d'être assez crédible pour être respecté. Qui respecte l'armée Européenne ? Le terme même est une blague. En revanche l'armée française, malgré un sous investissement chronique de nos dirigeants pendant des années, au-delà des quelques trolls anglo-saxons de 14 ans, est reconnue pour sa compétence et son professionnalisme à peu près partout dans le monde.

    • Upvote 4

  21. L'union européenne le projet qui est parvenu à réunir extrême gauche et mondialistes néo cons dans un seul et même combat : celui de détruire les Etats-nations, la France pour ce qui nous concerne.

    Citation

    je disai qu'il serai peut etre necessaire de demanteler l'europe actuelle pour en construire une autre avec moins de pays

    C'est une option envisageable, en tenant compte de toutes les erreurs de la première et en constituant quelque chose de fondamentalement différent, mais comme tu le dis cela ne peut pas se faire de l'intérieur. Le préalable est de détruire celle-ci avant qu'elle ne nous détruise.


  22. il y a 35 minutes, Boule75 a dit :

    Non : 550.000 x 44 jours travaillés moyens / 210 jours ouvrés pour un plein temps nous donnent donc un équivalent temps plein (celui qui compte) de 115.000 emplois. Je note au passage que tu n'avais pas seulement ouvert l'article du Figaro.

    En gros tu racontes n'importe quoi...

    Je n'ai rien compris à ton explication sur le Kal :rolleyes: (rapport avec l'âge ??) et ne suis pas intéressé d'ailleurs.

    Bye !

    Je te laisse à ta seule lecture du Figaro qui te permet de te sentir aussi supérieur et à tes affirmations ridicules sur ce que je suis censé avoir fait ou pas fait, pensé ou pas pensé. Je crois hélas que tu ne comprends pas grand chose.

    Adieu. Comme on dit dans la langue de mon pays.

     


  23. Le 07/10/2019 à 08:45, Boule75 a dit :

    Si tu viens ici avec des (rares) sources moisies jusqu'à l'os sans accepter qu'on le signale, tu fais erreur. D'ailleurs ça m'arrive aussi : les chiffres de l'article du Fig dataient de 2015, à la relecture (2017 était la date de l'étude de l'UE). La Cour des Comptes française en a de plus récents (2017 précisément) et de plus importants, mais les 550.000 travailleurs détachés en France cette année là l'étaient pour une durée moyenne de 44 jours ouvrés. On est toujours loin des plus de 600.000 (implicitement : temps plein et année entière) que tu annonçais sans source. 

    Qui est ce "on" qui signale ? Ici, tout comme moi, tu ne représentes que ta propre voix. Tu n'es pas le gardien du temple, tout au juste un petit chien de garde du système économique en place qui semble te convenir.

    Merci de confirmer donc que le nombre de travailleurs détachés tourne bien autour de 600000 comme je l'avais indiqué.

    Implicitement rien du tout, tu surinterprètes mes propos.

    Après avoir vu sombrer ton sous marin "Union païenne" voilà maintenant que tu sabordes toi-même ta frégate "La source". Il est assez cocasse de te voir tenter de surnager dans les eaux troubles de ta source périmée, toi qui justement remets en question mes références.

    Citation

    Ce serait un peu des deux que ça changerait quoi ? Les parisiens nés en 75 seraient des faux français ? J'te jure... Et toi, Kal, c'est pour Kaliningrad ? 

    Allez : bonne journée quand même. 

    Paranoïa, victimisation, procès d'intention ? Il se trouve que j'ai 44 ans, si la soustraction est à ta portée, tu comprendras où je voulais en venir...

    Citation

    RT est définitivement une mauvaise source. D'ailleurs ils faisaient dire à La Croix des choses que ce journal ne disait pas.

    Je me demandais comment à cet âge il est encore possible de penser qu'il existe la "gentille" presse et la  "mauvaise" presse. Je regarde des chaînes d'informations, je lis des journaux ou regarde des conférences qui sont pour certaines communistes, socialistes, capitalistes, centristes, royalistes, monarchistes, souverainistes, populistes, etc... Tous les média ont un biais idéologique. RT n'est pas plus "mauvais" que ne peut l'être BFM. C'est en multipliant les sources et en croisant les informations qu'il est possible de se forger sa propre opinion.

    Citation

    Quand au Pacte de Marrakech lié à l'UE et destructeur de la laïcité, c'était juste un fantasme mauvais, non ?

    Non.

    Cadeau pour toi de la part d'un "méchant" blog catholique. Technique du saucisson bien connue. L'ONU ratifie, ensuite l'U.E. le rendra contraignant.

    Etape suivante

    Un autre petite exemple en Tunisie, de la façon dont l'U.E. organise des choses bien au delà de ses frontières. Cette fois, il s'agit de transformer la Tunisie en usine de l'Europe. Je te laisse imaginer ce qu'il adviendra des derniers emplois manufacturiers chez nous et de nombreux emplois de service. Pourtant la Tunisie, c'est pas dans l'U.E., non ? Un traité de libre-échange de plus. Toujours la même idéologie mortifère.

    ALECA

    Il y a 4 heures, Julien a dit :

    Ca sert à rien de demander des "preuves" c'est impossible à établir d'un coté comme de l'autre

    Par contre on sait qu'il y a des domaines dans lesquels être un géant est un avantage considérable, et il y a des domaine où au contraire il faut être au plus près du terrain et des spécificité locales.

    C'est pour ca qu'il y a dans l'UE un principe de subsidiarité. Principe qui à mon avis n'est pas moins bien appliqué par l'UE que par exemple ce que peut faire l'Etat centralisateur Francais dans ses régions. 

    Enfin bref, il y a des domaines dans lesquelles on a besoin d'une taille critique pour pouvoir influer sur le cours des choses, d'où l'intérêt que peut avoir une entité européenne supranationale à laquelle on confie certaines prérogatives et qu'on contrôle.

    On a juste 30 ans de preuves de l'échec de l'union européenne actuelle. Là, c'est factuel !

    La taille critique ne sert à rien si chaque membre tire la corde de son côté. Au contraire, cela paralyse et rend faible vis à vis des pays qui ont encore leur souveraineté, c'est à dire l'immense majorité des pays dans le monde dont la plupart son plus petits que la France.

    Il y a 23 heures, Boule75 a dit :

    Ce qui est toujours aussi étonnant, c'est le fantasme de "l'Europe qui marcherait mieux si on en restait aux accords inter-gouvernementaux", alors même qu'on a pléthore d'exemples de ce fonctionnement là, exemples souvent très négatifs. Bref...

    Ce qui est encore plus étonnant, c'est l'entêtement à vouloir poursuivre une stratégie perdante depuis 30 ou 40 ans. L'U.E. est régulièrement la zone de plus faible croissance dans le monde. Ne t'en déplaise, au contraire, beaucoup d'accords inter-gouvernementaux de la période pré-intégration européenne ont très bien fonctionné : Ariane, Airbus, etc...

    Le 07/10/2019 à 18:09, Boule75 a dit :

    Ou pas : on est à plein dans le domaine de l'intergouvernemental, il n'y aurait pas d'UE sur ce sujet que serait pareil. On n'est pas 28 sur le Scaf.

    Et pour l'instant, ça bagotte.

    Bref : l'UE n'est pas en cause...

    Heureusement que tu es là pour voler à son secours !

    Protecteur de l'U.E.

    Sur cette note d'humour, bonne soirée !


  24. @Skw

    Tu as écrit (mon interface déconne avec l'outil de citation) ,

    Je cite :

    " Et je pense qu'un peuple émergera, si celui-ci doit émerger, bien plus rapidement actuellement. Pourquoi ? Notamment parce que l'existence d'un espace public médiatique moderne, de moyens de communication bien plus rapides et diffus que jadis, etcEt je pense qu'un peuple émergera, si celui-ci doit émerger, bien plus rapidement actuellement. Pourquoi ? Notamment parce que l'existence d'un espace public médiatique moderne, de moyens de communication bien plus rapides et diffus que jadis, etc "

    Pour moi la technologie ne change rien à l'affaire. Il suffit de voir tous les conflits de par le monde malgré nos capacités de communication instantanées. Tout au plus lorsque nous avons un désaccord ou une opposition franche, nous sommes en capacité de le faire savoir plus vite. Un coup de téléphone ou un courrier électronique va plus vite qu'une missive transmise par un cavalier faisant office de messager.

    En revanche, si tu parles d'un peuple totalement aseptisé, vidé de tout ce qui faisait son unicité, abaissé au simple rôle de consommateur et sous le contrôle total des machines. Alors là, nous pouvons nous rejoindre, cela risque d'arriver très vite, les prémices étant déjà à l'oeuvre. Lorsque le dernier obstacle à la toute puissance des grandes firmes sera tombé, à savoir les nations et que le pouvoir aura été concentré entre les mains aisément corruptibles de quelques-uns, l'accélération devrait être d'autant plus forte.