Baba1

Members
  • Content Count

    519
  • Joined

  • Last visited

Community Reputation

255 Excellent

About Baba1

  • Rank
    Connaisseur

Profile Information

  • Gender
    Male
  • Pays
    France

Recent Profile Visitors

1,180 profile views
  1. Beauregard, Luis Pablo. 2019. « El día en que Sinaloa vio despertar a la bestia de la que es presa » (Le jour où Sinaloa vit la bête dont elle est victime se réveiller). El País, 21 octobre. Traduit.
  2. La région de Culiacán a toujours été un bastion du cartel de Sinaloa. Et les gouvernements successifs ont toujours eu peur de déclencher un embrasement généralisé, notamment avec Los Zetas il y a quelques années, et le CDG il y a encore plus longtemps. C'est tellement incomparable ou ce n'est pas connaître leur histoire. Dès les premiers cartels (on remonte à la prohibition américaine avec le CDG) l'état, à ses échelons locaux, a été impliqué dans le bon fonctionnement de ces organisations. C'était même plus que fermer les yeux. A aucun moment ils ont été "laissés de côté", ils ont même évolué dans l'état, et ce depuis dea dizaines d'années, puis dans les grandes entreprises. Pour montrer cette évolution clairement on pourrait dire qu'un cartel c'est 95% de travail dans lea administrations des différents États du pays, dans les partis politiques, dans les grandes entreprises, dans le transport et 5% de visible. A aucun moment c'est comparable, car il n'y a jamais eu de mise de côté, et c'est justement le contraire. C'est pareil pour les régions où les cartels opèrent directement (même si certains sont plus ou moins présents partout, armé, ou dans lea bureaux, comme le CJNG), à aucun moment elles n'ont été mises de côté et ont même été bien remplis de politiciens locaux qui s'en occupaient (corrompus ou pas). Le plus grand tort du Mexique dans cette affaire, c'est d'être situé près des États-Unis, et d'avoir, justement, trop "vécu" avec ces organisations, et pas du tout d'avoir mis de côté quoi que ce soit.
  3. A Hong Kong, un lycéen manifestant ayant attaqué un policier a été la cible d'un tir à balle réel (le premier ?). Son état est grave. Edit :
  4. Pourtant j'ai recherché justement un sujet Corée du Nord
  5. Personne n'en parle ? Reuters. 2019. « Russia Detains More Than 80 North Korean Sailors After Attack ». The Moscow Times. Consulté 18 septembre 2019 https://www.themoscowtimes.com/2019/09/17/russia-detains-more-than-80-north-korean-sailors-after-attack-a67320
  6. McDonnell, Patrick J. 2019. « Mexican President Lopez Obrador Has Transformed the Office, but Old Problems Thwart Progress ». Los Angeles Times. Consulté 15 septembre 2019 https://www.latimes.com/world-nation/story/2019-09-13/mexican-president-lopez-obrador-has-transformed-the-office-but-old-problems-thwart-progress
  7. Ils utilisent l'intimidation pour démoraliser les migrants. El Universal (août 2019, traduit).
  8. C'est une vision simpliste des choses. Les policiers fédéraux ne sont pas beaucoup payés par les cartels, mais ce sontl leurs cadres qui sous leur influence. Je ne sais pas d'où tu connais les chiffres de l'argent que les cartels donnent aux policiers locaux, mais mois je sais : 0. Étant donné que les policiers ne traitent quasiment pas avec les membres de cartels, ce sont leurs supérieurs qui décident de la politique locale et le fait de fermer ou non les yeux (c'est pareil pour l'armée), de prendre des pots-de-vin. C'est pour cela que je dis que les gouvernements futurs, mais surtout les gouverneurs fédéraux, doivent nettoyer les cadres des polices, au lieu de créer de nouveaux groupes qui sont là pour faire beau. Aucune personne n'accepte de l'argent d'un membre de cartel, même si la somme est importante. Car personne ne veut se faire découper en morceaux deux mois après par des rivaux. Quand je parlais d'augmenter les salaires, je ne parlais pas de contrer les pots-de-vin. Je ne sais pas pourquoi tu dis ça. Simplement car ils sont très peu payés et inconsidérés, et ils traînent une sale réputation (assez justifiée). Ce qui ne les motive pas grandement à agir et les pousse à des mouvements contestataires (comme dernièrement), et naturellement du côté obscur, même si c'est clairement pas toujours voulu. La sécurité se fait au niveau local, les hauts gradés préfèrent traiter avec les groupes locaux pour avoir la paix, recevoir un peu d'argent, de la sécurité que de suivre des directives venues des capitales fédérales. C'est comme ça que ça marche, et ça a marché avant le début de la guerre contre la drogue au Mexique. C'était normal et personne ne s'en souciait, encore moins à l'étranger. Tu peux voir comment ça fonctionnait dans mes anciens posts. Si on regarde ce sujet avec nos yeux de français c'est absurde. A certains endroits les cartels sont vus comme des groupes tout-à-fait normaux, voire comme la police, car elle assure mieux la sécurité que certaines polices fédérales. Les cartels sont implantés depuis 25 ans dans les paysages locaux, leurs membres sont les frères, fils, neveux, de policiers, de fonctionnaires fédéraux. Créer encore et toujours de nouvelles unités avec de beaux uniformes, mais toujours sous payées, dont les missions ne sont pas claires, qui ne rendent de comptes à quasiment personne, est inutile, je le répète. Ce sont des actions politiques.
  9. La Garde Nationale est une énième force de sécurité, qui a les mêmes problèmes que les autres. Manque d'équipements et de locaux sur le terrain, payés assez bas malgré les primes de risques, victimes des populations civiles, instrumentalisation par le pouvoir. A l'heure actuelle, elle sert plus de police à la frontière pour ravir Trump, qu'à occuper le terrain et gagner le cœur des civils. Des "retours" des premiers déploiements, ça ne semble pas être une grande réussite. Surtout qu'elle a été formée relativement rapidement. Le gouvernement devrait payer un peu plus ses policiers, se pencher sur leurs conditions de travail, leur apporter de meilleures infrastructures, nettoyer les cadres installés depuis longtemps, avant de créer encore et toujours de nouvelles troupes.