Alexis

Members
  • Content Count

    9,731
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    156

Everything posted by Alexis

  1. Tu me vois plutôt comme l'ayatollah Khamenei, et toi le premier ministre Pashinyan - ou le contraire ? Nan, juste curieux c'est tout
  2. Ca se défend d'un certain point de vue, mais d'un autre côté le Haut-Karabakh ne tiendrait pas sans le soutien arménien, l'Arménie est bien menacée assez directement par la Turquie - incursions de drones TB-2 et possiblement de chasseurs F-16 sont rapportées - l'Iran ne pourrait livrer du matériel sans passer par l'Arménie... Il me semble que le sujet Arménie et le sujet du Haut-Karabakh sont vraiment inextricablement liés.
  3. L'explication la plus simple, c'est que Grèce et France ont obtenu des assurances sur les sanctions à venir contre la Turquie. Ce qui du coup leur permet de ne plus faire obstacle aux sanctions contre Loukachenko, sachant que le message claironné par Nicosie, appuyé par Athènes, et probablement en sous-main par Paris, était bien que les unes n'allaient pas sans les autres.
  4. Si tu veux comprendre, ne fais pas comme ces deux-là... Prends un petit thé, et on en discute
  5. Euh... à toi l'honneur. Je passe. A mon avis, ça doit faire mal !
  6. Et bientôt - dès 2024 en fait - encore mieux... le maquillage créatif
  7. Il revient... et il n'a pas l'air content !
  8. Certes, il suffit qu'ils le croient ! Beaucoup de Turcs sont d'ailleurs persuadés que leur pays mérite vraiment sa "patrie bleue" et que le droit international est un complot contre leur pays... et ce n'est qu'un exemple parmi cent. D'une manière générale, on n'arrivera guère à pousser un peuple vers la guerre si on ne le convainc pas qu'il défend son bon droit. C'est une vérité générale. Il n'empêche qu'il n'est pas interdit d'essayer de se faire sa propre opinion.
  9. Le président azerbaïdjanais Ilham Aliev L'Azerbaïdjan va combattre jusqu'au "retrait total" des Arméniens du Karabakh "Nous avons une seule condition, le retrait total, inconditionnel et sans délai des forces armées de l'Arménie de notre terre. Si le gouvernement de l'Arménie accepte cette condition, les combats s'arrêteront, le sang arrêtera de couler", a dit le président Ilham Aliev après avoir rendu visite à des militaires blessés dans un hôpital. Le ministre des affaires étrangères turc Mevlut Cavusoglu "Ankara prête à aider Bakou sur le terrain" Il a terminé sur cette question en renouvelant le soutien de la Turquie à Bakou, tant du point de vue diplomatique que militaire, si nécessaire et si l’Azerbaïdjan le demande. "Nous avons déclaré que si l'Azerbaïdjan souhaite résoudre ce problème [avec l'Arménie] sur le terrain, nous serons à ses côtés", a-t-il dit. L'alignement sur l'option radicale est parfait. Ca va être très difficile pour la Serbie de se sortir de cette situation. Elle ne peut résister longtemps à l'Autriche-Hongrie. Euh, pardon ... je voulais dire l'Arménie, et la Turquie ! Oui, en ce sens. Mais cela ne justifie en rien l'offensive azérie. Dans le même sens, les Albanais occupent des territoires qui ne sont pas originellement à eux, en l'occurrence le Kosovo. Mais je ne crois pas qu'une offensive serbe pour en déloger les Albanais serait justifiée, même si elle avait des chances de réussir (ce qui n'est évidemment pas le cas)
  10. Ah zut ! Je la cherche, mais je ne la trouve pas ! Bon, une autre : Les Balkans, ça ne fait pas un peu bondé ? Et encore : Trouvez-vous la Grèce coquette ? Vous habituez-vous aux mots grecs ?
  11. Je n'ai regardé que quelques minutes, davantage franchement ç'aurait été du temps perdu. Ils devaient traiter de six thèmes : coronavirus, économie, Cour suprême, race et violence, leurs réalisations respectives, l'intégrité des élections. Et ils en ont parlé oui... comme des catcheurs dans la boue. Il y aura encore deux matchs débats de ce genre. Aucune idée si un quelconque sujet de politique étrangère y figurera.
  12. Pour s'y retrouver dans la nébuleuse des groupes rebelles syriens, Thuwar al-Cham s'est plus tard fondu avec Ahrar al-Cham, un groupe d'idéologie salafiste "proche mais sans vouloir se confondre" de mouvements officiellement liés à Al-Qaida. Bref, la même idéologie de base, mais soit quelques différences de détail - ou d'orgueil de petit chef ? - soit assez de prudence pour ne pas s'identifier officiellement à Al-Qaida sachant qu'il s'agissait quand même de rester présentable aux yeux des Occidentaux. R.I.P. Mais cet homme a eu une mort en rapport avec sa vie. Et c'est lui qui a refusé la possibilité de "se ranger" maintenant que la guerre civile syrienne va vers sa fin.
  13. Allez je profite de la réouverture du bar USA pour relancer le débat sur les indépendantistes bretons et Huawei Non sérieux, le débat de la nuit dernière ne nous a pas appris grand chose j'en ai peur. Il n'a fait que confirmer ce que l'on savait déjà : aucun de ces deux zozos n'a les épaules pour être chef d'État. Encore moins pour être à la tête du plus puissant État au monde. Pauvre Amérique...
  14. Déclarations d'Emmanuel Macron sur le conflit Le président français Emmanuel Macron s'est dit mercredi «préoccupé» par des déclarations «guerrières» de la Turquie sur le Nagorny Karabakh (...) «J'ai noté les déclarations politiques de la Turquie qui, je pense, sont inconsidérées et dangereuses», a déclaré M. Macron, lors d'une conférence de presse dans la capitale lettone Riga. «La France demeure extrêmement préoccupée des messages guerriers que la Turquie a eus ces dernières heures, au fond décomplexant l'Azerbaïdjan dans ce qui serait une reconquête du Nord Karabakh et cela nous ne l'accepterons pas», a-t-il insisté. Le chef de l'État français a annoncé qu'il aurait des entretiens avec son homologue russe Vladimir Poutine, mercredi soir, et avec le président américain Donald Trump, jeudi, avant de rendre compte de la situation devant le Conseil européen. «Je dis à l'Arménie et aux Arméniens, la France sera dans son rôle», a insisté M. Macron. Un activisme diplomatique donc, qui est certainement mieux que rien. Appeler les choses par leur nom, et nommer les agresseurs, c'est mieux que de se taire. Mais en soi ça ne fournit pas de solution bien sûr. Et j'ai bien peur que la France ne puisse faire davantage. Edit : Cavusoglu le MAE turc n'a pas tardé à reprendre la balle au bond «Si le Président Macron ne s'inquiète pas pour les terres de l'Azerbaïdjan, alors sa démonstration de solidarité à l’encontre de l'Arménie signifie un soutien à l'occupation», a-t-il indiqué durant une table ronde à l’agence de presse Anadolu. Sophisme et propagande... on commence à être habitué.
  15. Les Arméniens l'avaient emporté en 1994, la guerre s'était achevée au moment où ils se posaient la question d'aller jusqu'à Bakou. Cela dit : - Leur population est 3 millions, à comparer avec 10 millions pour l'Azerbaïdjan de plus soutenu militairement par la Turquie - Le budget militaire de l'Azerbaïdjan est plus du triple de celui de l'Arménie - La supériorité opérationnelle n'est jamais acquise une fois pour toutes et n'empêche pas de subir des surprises - voir Israël entre 1967 et 1973, ou pire encore la France entre 1918 et 1940... La situation des Arméniens est clairement fragile. Sur la possibilité d'un massacre, je n'ai personnellement guère d'illusion. L'objectif de l'Azerbaïdjan - rappelé par Erdogan - est de récupérer l'ensemble de son territoire théorique, y compris celui qui est depuis toujours peuplé d'Arméniens et qui est depuis 1994 sous leur contrôle. Si Bakou parvient à ses fins, l'épuration ethnique est très probable. Il faudrait un petit miracle pour que l'Azerbaïdjan applique une solution raisonnable "on vous intègre comme province avec une autonomie poussée"... surtout avec Erdogan qui pousse au crime derrière. Même si Téhéran aide discrètement Erevan pour s'opposer à la Turquie ou épuiser l'Azerbaïdjan, ce n'est pas cela qui rétablira un équilibre. Et Erdogan pousse bien Bakou à un objectif radical, pas juste à récupérer quelques territoires, faire douter les Arméniens et se placer en meilleure situation pour une négociation de paix. ===> Sauf nouveau "miracle défensif" arménien - "à l'israélienne" - comme en 1994, seule la Russie pourra éviter le pire aux Arméniens Le problème c'est que Moscou est engagée à défendre l'Arménie dans ses frontières internationalement reconnues. Non le territoire non reconnu peuplé d'Arméniens "république d'Artsakh". Et Moscou bien sûr souhaite conserver un certain équilibre dans ses relations entre Erevan et Bakou - du moins pas un déséquilibre trop fort. La Russie se retrouve elle aussi d'une autre manière "le cul entre deux chaises"... Cette fois-ci, Erdogan a bien choisi sa cible ...
  16. En l'honneur des morts, quelle que soit leur nationalité. Non en l'honneur des fauteurs de guerre
  17. Comme rappelé sur Meta-Défense, le Conseil de sécurité va se réunir ce soir au sujet de cette guerre. Partant, deux hypothèses : - Fausse nouvelle arménienne, leur MinDéf présente la perte d'un Sukhoï-25 due à d'autres causes comme résultant de l'action d'un F-16 turc "au bon moment" pour un effet politique maximal - Vrai loupé turc, ou comment confirmer de manière aussi visible que possible qu'on est bien l'agresseur, précisément au pire moment Je n'exclus rien. Le premier serait "de bonne guerre". Le second serait "bien dans la manière" de la "stratégie" de Erdogan...
  18. Arménie Magazine - Erevan affirme qu’un de ses avions a été abattu par la Turquie, qui dément "Un avion SU-25 arménien a été abattu par un F-16 turc (...) qui venait du territoire azerbaïdjanais", a annoncé la porte-parole du ministère arménien de la Défense, Chuchan Stepanian, dans un message sur Facebook, précisant que le pilote arménien de l’appareil « était mort en héros ». (...) « Cette information est un mensonge de plus de la propagande arménienne », a pour sa part affirmé à la presse le porte-parole du ministère de la Défense azerbaïdjanais, Vagif Dyargahly. L’avion turc a "décollé d’un aéroport dans la ville azerbaïdjanaise de Ganja et soutenait l’aviation et les drones azerbaïdjanais qui bombardaient des villages civils à Vardenis, Mers Masrik et Sotk en Arménie", a précisé le porte-parole arménien. A noter cette information du 31 juillet sur un site azerbaïdjanais - Les avions F-16 qui rejoindront les exercices Aigle TurAz-2020 sont arrivés en Azerbaïdjan Les avions de chasse F-16 de l’Armée de l’air turque qui seront impliqués aux exercices militaires conjoints Aigle TurAz-2020 sont arrivés en Azerbaïdjan Ces F-16 turcs arrivés fin juillet... sont-ils repartis depuis ? A noter que l'aéroport de Ganja est à beaucoup moins de 100 km de l'Arménie A noter encore que l'Arménie a des missiles balistiques Iskander de fabrication russe, ce qu'elle ne s'est pas fait faute de rappeler "au cas où les F-16 seraient utilisés" et même s'ils ont bien été bridés à 300 km de portée comme le MTCR y oblige... Ganja est tout à fait à portée, oui. Bon bien sûr, pour une frappe efficace contre les F-16 turcs stationnés là-bas - si c'est confirmé, bien sûr... - il serait utile d'avoir des photos satellite précises et mises à jour. Poutine fera peut-être un geste ? Ou bien Macron ...
  19. Moi je vois plutôt les choses comme ça Et alors, Recep ? On dragouille, mais on ne s'engage pas ?
  20. Tout à fait. On peut même calculer à partir de là une espèce de régime de yo-yo permanent pour la contamination. A titre d'exemple, si un pays connaît : - une période de 8 semaines de confinement avec R=0,66 suivi par - une période sans confinement mais avec des gestes barrière bien suivis avec R=1,15, ce pays reviendra à son point de départ après environ 24 semaines sans confinement (*) Il est alors envisageable qu'il alterne ces deux types de périodes, régime de yo-yo permanent lui permettant à la fois de ne jamais déborder ses capacités sanitaires, et de ne jamais ni faire l'effort long et intense qui pourrait mener à éradication du virus sur son territoire (ce que la Chine a réussi), ni faire l'effort de maintenir suffisamment de restrictions et de barrières pour conserver R toujours inférieur à 1 donc conserver le virus sous contrôle (comme Corée du Sud et Japon) - même si R était juste légèrement inférieur à 1. Ce pays au gouvernement adepte du yo-yo suivrait ainsi une stratégie "de ligne de crête". A la fois gardant l'économie en fonctionnement (enfin 24 semaines sur 32, ce qui certes peut poser "quelques problèmes" à plus d'un agent économique, notamment les petits entrepreneurs) et conservant l'épidémie sous contrôle (enfin 8 semaines sur 32, ce qui certes laisse le temps pour pas mal de morts quand même, sans compter la pression bien lourde subie par les travailleurs de santé). Mais permettant à ce pays de "vivre avec le virus". Puisque ce serait bien la stratégie suivie par son gouvernement, plutôt qu'une stratégie d'éradication à la chinoise ou une stratégie de barrières efficaces à la japonaise ou à la sud-coréenne. Certes, cette stratégie aurait un coût. Humain - que l'on compare les chiffres en France à ceux du Japon, de Corée du Sud ou de Chine. Et économique - que l'on compare la décroissance subie par l'économie française par exemple à celle subie par les économies japonaise, sud-coréenne ou chinoise. Mais "ligne de crête", c'est un joli mot, n'est-ce pas ? "Vivre avec le virus" a un petit côté convivial et sympathique. Si on pouvait l'interroger, covid-19 confirmerait sans doute qu'il préfère cette convivialité à l'éradication chinoise ou au contrôle strict sud-coréen et japonais. Tout cela vaut bien quelques (milliers de) morts supplémentaires sans doute. Et quelques points de (dé)croissance, certes. (*) Vous dites ? Il y a justement eu huit semaines de confinement en France entre 16 mars et 11 mai 2020 ? Vingt-quatre semaines plus tard, c'est la fin octobre - à peu près le moment où il est permis de penser que le gouvernement français devra bien se résoudre à un nouveau confinement - enfin sauf si le virus est très impressionnable, bien sûr ? Oui, il s'agit bien d'une tentative de modèle - certes ultra-simplifié - de ce qui se passe en France. Et de l'avenir de l'épidémie de covid-19 - et de l'économie française. Jusqu'à ce que le chevalier blanc vaccin arrive, du moins. Ou jusqu'à ce que le gouvernement change de stratégie et suive enfin soit le modèle chinois, soit - plus jouable sans doute pour un pays qui n'est pas une dictature - le modèle des démocraties sud-coréenne ou japonaise.
  21. Juste une petite précision : Vardenis est le nom de la ville, non de l'unité militaire. Et elle est bien en Arménie, oui, pas dans l'entité politique non reconnue Artsakh. Exactement. C'est une véritable plaie pour un pays que d'avoir un président qui, franchement, est stupide. Intelligent au sens tactique et court terme certainement. Mais appliquant une stratégie de long terme stupide pour son pays. Un petit fait intéressant : l'Arménie est historiquement le premier pays chrétien au monde, au sens du premier où la religion chrétienne a été autorisée et où elle est devenue officielle. Le roi arménien Tiridate IV se convertit au christianisme en 301, après l'avoir persécuté, alors que c'est en 313 que l'empereur romain Constantin autorise pleinement le culte chrétien, sans encore se convertir lui-même.
  22. Oui, mais ça suffit à couvrir l'ensemble du territoire azéri depuis le Haut-Karabagh.
  23. C'est cet "à part" là qui compte… Dans certaines situations, un assaut rapide et brutal peut donner la victoire. Traduction : il veut une épuration ethnique des Arméniens du Haut-Karabagh. Ou quelqu'un pense-t-il que les troupes azéries ne feraient que saluer benoîtement la population arménienne de régions qu'elles auraient conquises ? Je remarque par ailleurs l'expression "gâter" l'Arménie. Erdogan l'avait déjà utilisée au sujet de la Grèce, censément "gâtée" par la France. De son point de vue, si un pays qu'il estime plus faible a quelque chose qu'il veut, c'est son droit de s'en emparer - puisque ce pays est plus faible. Si d'un autre côté un pays contre lequel il peut estimer imprudent d'entrer en conflit le maintient en respect - comme la France dans le cas de la Grèce - c'est que ce pays qu'il voulait agresser est "gâté". Cela dit, il est bien gentil Erdogan, mais j'ai bien peur que l'Arménie ne dispose d'un protecteur tout prêt à la "gâter". Désolé, ! Bon, cela dit, c'est une théorie qui est appuyée par un détachement mécanisé de 5 000 soldats russes stationnés en Arménie Les Iskander ne sont pas des missiles de croisière, mais des balistiques à tir tendu - trajectoire semi-balistique. Mais d'accord pour le reste, oui. Une arme destinée à dissuader Bakou d'aller trop loin. Tu vas prendre cher !
  24. Et après, on peut expliquer tout ça en détails à son supérieur hiérarchique Une différence essentielle est que les habitants de la région concernée : - Ne voulaient pas être intégrés dans l'Etat vainqueur, dans le cas des Alsaciens et Mosellans - l'Allemagne ne leur a d'ailleurs pas demandé leur avis - Etaient à l'origine de la demande de rattachement, s'agissant des habitants du Haut-Karabagh, avec comme justification l'idée d'auto-détermination d'un territoire peuplé d'Arméniens et comme motivation une tentative perçue d'assimilation forcée et colonisation ethnique sous l'égide du père du président azéri actuel La comparaison avec le Kosovo aurait plus de sens. Avec la différence toutefois que le Kosovo est un territoire traditionnellement peuplé de Serbes, où les Albanais sont progressivement devenus majoritaires au cours du XXème siècle, tandis que le Haut-Karabagh est peuplé d'Arméniens depuis l'Antiquité.