Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Recommended Posts

:arrow: L'armée ivoirienne a débuté lundi le rapatriement de ses aéronefs depuis Yamoussoukro (capitale administrative de la Côte d'Ivoire) sur Abidjan, après l'accord donné par les "forces impartiales" pour réparer son aviation détruite le 6 novembre par l'armée française.

Un hélicoptère d'attaque de fabrication soviétique MI-24 et un avion léger d'appui au sol Strikemaster se sont posés respectivement vers 10H30 locales (et GMT) et 13H45 sur la base aérienne d'Abidjan.

Les deux appareils avaient décollé dans la matinée de l'aéroport de Yamoussoukro (250 km au nord d'Abidjan), a-t-on indiqué de source militaire française. Peu avant son atterrissage, le MI-24 a survolé à basse altitude le centre-ville de la capitale économique ivoirienne, a constaté l'AFP.

L'ONUCI et Licorne avaient donné samedi leur accord pour que l'armée ivoirienne répare son aviation détruite ou neutralisée le 6 novembre par l'armée française en représailles au bombardement d'une position française à Bouaké (centre).

Ces "forces impartiales" ont autorisé, pour ce faire, le retour sur Abidjan à partir de ce lundi de quatre aéronefs endommagés encore stationnés à Yamoussoukro. Les détails et les dates de ces rapatriements n'avaient pas été révélés à la presse.

Dans le cadre de cette opération, qui se déroule "sous le contrôle" de l'ONUCI et de Licorne, l'armée ivoirienne a procédé samedi et dimanche à plusieurs vols d'essai au dessus de Yamoussoukro du MI-24 et du Strikemaster, encore en état de fonctionner.

C'est la première fois que ces appareils reprenaient l'air depuis le 6 novembre. Le survol à basse altitude du MI-24 au-dessus de Yamoussoukro a provoqué des scènes de joie dans certains quartiers de la ville, quelques habitants dansant et criant au passage de l'appareil.

Deux chasseurs-bombardiers Sukhoï 25, hors d'état de voler, seront convoyés par la route et dans les prochains jours vers Abidjan.

L'opération de convoyage, dont la date et les modalités précises ne sont pas encore connues, pourrait donner lieu à des manifestations de soutien de la part des partisans du régime du président Laurent Gbagbo, en particulier si le convoi fait son entrée de jour dans Abidjan, ont estimé plusieurs sources militaires onusiennes.

L'accord donné par l'ONU et la France à l'armée ivoirienne a suscité incompréhension et mécontentement au sein de la rébellion des Forces Nouvelles (FN).

"C'est un acte grave" allant contre le processus de paix ivoirien, a dénoncé dimanche le secrétaire général des FN, Guillaume Soro, rappelant que l'aviation loyaliste avait été le fer de lance de l'offensive lancée le 4 novembre en violation du cessez-le-feu.

"C'est une contradiction de nature à gêner" le retour à la paix, a jugé M. Soro, qui s'est demandé "comment on peut en même temps autoriser à réparer des avions et ne pas autoriser à les armer?".

Cette opération remet au centre du débat le désarmement des belligérants, actuellement au point mort et que tente de débloquer le président sud-africain Thabo Mbeki dans le cadre de sa médiation dans la crise ivoirienne. Selon l'ONUCI, Licorne, et l'état-major des Fanci (loyaliste), elle "ouvre la voie" au processus de désarmement.

La remise en état de l'aviation militaire ivoirienne pose également la question de l'efficacité des contrôles menées par les "forces impartiales". Tous ces aéronefs doivent être regroupés et entreposés à la base aérienne d'Abidjan, où ils seront placés "sous contrôle permanent" des casques bleus et des soldats français.

Link to comment
Share on other sites

  • Replies 119
  • Created
  • Last Reply

Top Posters In This Topic

Deux chasseurs-bombardiers Sukhoï 25, hors d'état de voler, seront convoyés par la route et dans les prochains jours vers Abidjan.

Lors des frappes françaises sur ces deux appareils, c'est le nez de chacun qui était visé. Nous avons pus voir des images des destructions subies. En gros, l'avionique du poste de pilotage était foutue et demandait un total remplacement de même que la cellule, probablement, qui a dut subir de gros dommages structurel.

En conséquence, je vois mal l'intéret pour la CI de convoyer ces appareils :?

Ils n'ont aucuns moyens de les réparer eux-même et je n'ai entendu nul-part qu'un pays se proposerait de le faire pour eux.

Dans ce cas quel est le but ? Faire voir ce que ces "méchants français" ont fait à leurs avions ?

Link to comment
Share on other sites

:arrow: Le monde bouge vite et l'actualité aussi :lol:

L'Opération des Nations unies en Côte d'Ivoire (Onuci) a donné son accord pour le retour de quatre aéronefs militaires ivoiriens vers Abidjan mais n'a pas autorisé la réparation de l'aviation militaire ivoirienne, a affirmé mardi un porte-parole de l'organisation onusienne.

"L'armée ivoirienne nous a demandé l'autorisation de transporter ses avions de Yamoussoukro (capitale administrative de la Côte d'Ivoire) à Abidjan", a déclaré à l'AFP Hamadoun Toure.

"Le Comité de suivi (des accords de paix de Marcoussis), l'Onuci et (l'opération militaire française) Licorne, ont donné leur accord pour ce transport", a expliqué M. Toure, ajoutant: "c'est ce qui a commencé hier, et qui continuera dans les prochains jours avec le convoyage par la route des deux Sukhoïs".

"Il ne s'agit pas dans notre esprit de réparation (...). C'est au niveau du Conseil de sécurité que ces questions seront présentées et résolues", a-t-il affirmé.

Des responsables de l'Onu à Abidjan avaient même précisé à la presse nationale et internationale que cette décision autorisait la reprise des vols de ces aéronefs, dans la mesure où ils voleraient sans armes ni munitions, et sous le contrôle de l'Onuci.

Un hélicoptère d'attaque de fabrication soviétique MI-24 et un avion léger d'appui au sol Strikemaster ont rejoint Abidjan le jour même. Le MI-24 a survolé à basse altitude le centre-ville de la capitale économique ivoirienne.

Selon l'accord entre les "forces impartiales" et les Fanci, tous ces aéronefs doivent être regroupés et entreposés à la base aérienne d'Abidjan, où ils seront placés "sous contrôle permanent" des casques bleus et des soldats français.

Link to comment
Share on other sites

Si cette article est confirmé, cela risque d'étre dur de négocier alors que les 2 camps risque de passer devant le TPI :?

Simone Gbagbo et Guillaume Soro soupçonnés de crimes graves par l'ONU

28/01/2005

L'épouse du président ivoirien, Simone Gbagbo et le chef des rebelles Guillaume Soro sont soupçonnés avec 93 autres personnes de crimes graves par des enquêteurs de l'Onu, qui recommandent de saisir la Cour pénale internationale, a affirmé vendredi Radio France Internationale (RFI).

Ces deux personnalités sont mentionnées dans une "annexe secrète" au rapport établi par une commission d'enquête de l'Onu sur les "violations des droits de l'Homme" et "les assassinats politiques" en Côte d'Ivoire, commis tant au sud du pays, sous l'autorité du président Laurent Gbagbo, que dans le nord contrôlé par la rébellion, a précisé la radio française.

On trouve dans cette liste les noms de 95 personnes soupçonnées de crimes graves dans les deux camps: parmi elles, figurent Guillaume Soro, le chef des rebelles, accusé d'"exécutions sommaires"; Simone Gbagbo, épouse du président, accusée de "parrainage des escadrons de la mort"; Kadet Bertin, conseiller du président pour la défense, accusé d'être "responsable des escadrons de la mort"; Charles Blé Goudé, le leader des jeunes patriotes, accusé "d'enlèvements, incitation à la violence avec xénophobie et à la haine raciale et troubles à l'ordre public", assure RFI.

Cette liste a été compilée par cinq enquêteurs du Haut commissariat de l'Onu aux droits de l'Homme qui ont passé deux mois dans le pays et recommandent au Conseil de sécurité de saisir la Cour pénale internationale, ajoute RFI.

http://www.grioo.com/info3931.html

Link to comment
Share on other sites

La France, engagée dans l'élargissement de l'Union européenne (UE), ne doit "pas se retirer d'Afrique", a indiqué vendredi à Dakar le président sénégalais Abdoulaye Wade, en soulignant qu'une "relation singulière" existait entre la France et le Sénégal.

Le chef de l'Etat sénégalais, interrogé par l'AFP, a estimé que la visite de M. Chirac (attendu au Sénégal du 2 au 4 février) "est dans la tradition des relations singulières et particulières qui existent entre la France et le Sénégal. Le Sénégal et la Cochinchine (sud du Vietnam à l'époque coloniale) ont été les premières colonies françaises, donc nos relations sont pluriséculaires. Toute construction humaine connaît ses difficultés, ses soucis, ses échecs, mais au total, après l'Indépendance, une véritable amitié s'est formée entre le peuple sénégalais et le peuple français", a expliqué le chef de l'Etat sénégalais.

Interrogé sur le message qu'il souhaite transmettre à M. Chirac, M. Wade a répondu que "la France s'est engagée dans la construction de l'Union européenne qui vient de s'élargir à beaucoup de pays. Maintenant se pose le problème de la Turquie et son entrée dans l'Union européenne qui changera beaucoup de choses, notamment pour ce qui est de comprendre l'Islam par rapport à des préjugés. (...) La seule chose que je veux dire au président Chirac, et il le sait, c'est que la France ne peut pas négliger sa dimension africaine. Quelles que soient les circonstances, la France ne peut pas et ne doit pas se retirer de l'Afrique, et moins encore du Sénégal".

"Quand un chef de l'Etat français vient en visite officielle au Sénégal cela revêt pour les Sénégalais une signification qui montre qu'entre nos deux pays, c'est plus la communauté d'amitié qui conduit à une communauté de destin que des intérêts d'assistance matérielle et financière", a-t-il encore dit.

"J'ai dit au président Chirac que nous avions une coopération à longueur d'année et qu'il ne fallait pas que l'on croie qu'il y avait un intérêt quelconque derrière cette visite. C'est une marque d'intérêt, de considération et d'amitié entre deux peuples qui ont construit leur histoire ensemble", a encore dit le président sénégalais.

"Il y a une tradition de chefs d'Etats qui apportent des cadeaux, mais ce n'est pas cela du tout", a-t-il ajouté.

A propos du dispositif militaire français au Sénégal et d'une éventuelle diminution de cette présence si la France décidait de "se retirer de l'Afrique", M. Wade a déclaré: "Je n'ai aucune inquiétude. Nous sommes liés par des accords (de Défense) et il y a des clauses pour dénoncer. Si je devais les dénoncer, je les dénoncerai, mais tel n'est pas le cas".

"Nous sommes des hommes libres, nous avons choisi librement une coopération militaire avec la France et nous assumons ce choix. Maintenant, il est clair que l'engagement de la France en Europe et les difficultés économiques actuelles peuvent amener la France à réviser sa politique africaine. (...) La France est un pays indépendant et il peut arriver qu'elle dise: +nous estimons que nous devons nous retirer de toutes nos bases d'Afrique+. Ce n'est pas l'intention du président et du gouvernement du Sénégal".

"Je n'ai aucun indice qui me permette de dire que la coopération militaire franco-sénégalaise pourrait être remise en cause et je regrette même qu'elle ne soit pas plus importante", a ajouté le chef de l'Etat sénégalais.

Link to comment
Share on other sites

  • 1 month later...

Et c'est reparti pour un tour :rolleyes: lundi 28 février 2005, 17h36 Les forces rebelles ivoiriennes en état d'alerte maximale ABIDJAN (Reuters) - Les rebelles ivoiriens des Forces nouvelles ont mis leurs troupes en état d'alerte maximale après l'attaque menée par une milice pro-gouvernementale contre leurs positions dans l'Ouest. Les casques bleus de l'Onu sont intervenus pour rétablir l'ordre. "Par ces actes de guerre, M. Laurent Gbagbo (le président ivoirien) vient d'enterrer définitivement tous les efforts de médiation de l'Union africaine et de la communauté internationale", a déclaré Sidiki Konaté, porte-parole des Forces nouvelles. "Les forces armées des Forces nouvelles décrètent l'alerte maximale dans toutes leurs zones et procèdent actuellement au ratissage systématique", a-t-il ajouté. L'affrontement a débuté vers 04h00 locales/GMT à Logoualé, localité située à 55 km au nord de Duékoué, en territoire rebelle, à proximité de la zone-tampon contrôlée par les casques bleus de l'Onu et les soldats français de l'opération "Licorne", ont fait savoir les deux parties. "La zone est actuellement sous contrôle et le calme a été rétabli", a déclaré Hamadoun Touré, porte-parole des Nations unies. Selon lui, 68 combattants armés ont été capturés et remis à la rébellion locale, les casques bleus n'ayant pas compétence pour détenir des prisonniers. L'Onu n'a pas précisé l'identité des hommes en armes interceptés mais les rebelles avaient auparavant affirmé avoir capturé 70 miliciens lors des accrochages. "Il est exact que les milices attaquent des positions rebelles à Logoualé," a confirmé un officier de la force onusienne à Duékoué. REACTION SUD-AFRICAINE MODEREE Ces combats, qui soulignent une fois de plus la fragilité du processus de paix entamé en janvier 2003 à Marcoussis, dans la banlieue parisienne, sont les premiers depuis les bombardements de novembre. Rompant le cessez-le-feu, l'aviation ivoirienne avait notamment bombardé Bouaké, bastion de la rébellion, où neuf soldats français de "Licorne" avaient été tués. "Nous avons commencé ce matin à affronter les rebelles à Logoualé", a annoncé Felix Maho, l'un des responsables du Front de libération du Grand Ouest (FLGO), milice pro-gouvernementale basée à Guiglo. La Côte d'Ivoire s'est scindée en deux - le Nord, tenu par les rebelles, et le Sud, contrôlé par le gouvernement - après la guerre civile qui a suivi le coup d'Etat manqué de septembre 2002. Quelque 4.000 militaires français et 6.000 casques bleus mènent des patrouilles dans la zone-tampon le long de la "ligne de confiance" qui sépare les anciens belligérants. Il semble qu'ils n'aient pu empêcher l'infiltration des hommes du FLGO. Les forces françaises, qui disposent d'effectifs à proximité de Logoualé, ont annoncé l'envoi d'une équipe pour évaluer la situation. Outre les troupes françaises, un contingent de 2.700 casques bleus bangladais est déployé dans l'Ouest. Par la voix de leur porte-parole, le lieutenant-colonel Jules Yao Yao, les Forces armées nationales de Côte d'Ivoire ont assuré tout ignorer des combats de lundi. De source proche de l'état-major des Fanci à Yamoussoukro, on insiste sur le fait que l'armée n'a rien à voir avec l'offensive de Logoualé tout en ajoutant qu'elle suivait ces événement attentivement. En Afrique du Sud, qui entreprend une médiation entre rebelles et gouvernement ivoiriens au nom de l'UA, le porte-parole du président Thabo Mbeki a jugé que l'incident de lundi n'aurait pas de conséquence sur le processus de paix. "En ce qui nous concerne, nous restons en course. Je ne pense pas qu'il faille permettre à cet incident de faire dérailler un processus de paix qui gagne de la vitesse", a déclaré Bheki Khumalo, porte-parole de Mbeki. Des médiateurs sud-africains, a-t-il confirmé, se rendront dans les jours prochains en Côte d'Ivoire. Sur les places de Londres et de New York, les cours à terme du cacao, dont la Côte d'Ivoire est le premier exportateur mondial, ont atteint lundi leurs plus hauts niveaux depuis le début du mois de décembre.

Link to comment
Share on other sites

non je ne dirais pas ça mais je crois que les causes sont un peu plus profondes que ça

en fait ma position est celle ci

la crise ivoirienne a ete provoquee par une nebuleuse politico-economique encore mal definie. je crois qu'il y a deux problemes majeurs dans la crise en CI:

1) le bleme des etrangers tout d'abord

c'est pas evident de vivre avec 26% d'etrangers (quoique je soit convaincu que le taux est bcq plus eleve) surtout lorsqu'on s'apercoit que son economie est aux mains de ces etrangers en effet 85% des entreprises ivoiriennes appartiennent a des etrangers. c'est un peu le meme sentiment qui a pousse les americains a opte pour une politique de protectionnisme.

mais vs voyez le bleme economique passe encore mais il y en a un autre plus grave. sous houphouet les etrangers avaient droit de vote en CI et nbre d'entre eux etaient a des postes strategiques en CI, ce qui ma foi n'est pas vraiment normal; et, si vous voulez, c'est un peu un ras le bol devant tout ca que les ivoiriens par laurent gbagbo ont crie et continuent de crier et que la communaute internationnale appelle "xenophobie" (quoique n'acceptant pas d'avoir 26% d'etrangers chez eux). et en fait les etrangers ne se rendant pas cpte que la periode houphouet est passe croient avoir tjrs les memes privileges qu'avant ce qui cree probleme

il ne s'agit donc pas de chasser les etrangers mais de leur faire comprendre que les temps ont changes et qu'il faudrait redefinir la nature de nos relations autrement dit que chacun connaisse sa place

2)les ambitions politiques demeusurées et egoistes de certains politiciens

le bleme nord-sud (parce qu'il y en a un je le reconnait) est depuis une declaration du president du RDR disant et je cite "c'est parce que je suis du nord et musulman que l'on refuse ma candidature"

c'est grave de dire ça parce que faux. Ce que le regime en place lui reprochait (qui n'etait pas le regime gbagbo je le precise) c'est de s'etre prevalu a un moment donne de sa vie d'une autre nationalite.

(la plupart des officiers des corps d'armes en CI st du nord et du centre et non pas de l'ouest comme on tend a le croire et a le faire croire)

ces politiciens ont instrumentalisés une partie de la population (qui je vs le rappelle est la partie la moins lettré donc la plus a meme d'etre manipule) a des fins egoistes et c'est ce qui ns a amene a cela

je ne suis d'aucun parti (je n'ai meme pas vote aux differentes elections) mais je soutiens laurent gbagbo parce que je lui accorde le benefice du doute (il n'avait jamais gerer dc ne s'est pas rendu coupable de la gabegie de ses predecesseurs car elle existe) mais en plus malgre qu'il ait fait 4 fois la prison, avoir vu son fils, et sa femme arrete (pour avoir simplement marche) malgre qu'il est fait + de 10 ans d'exil, et tout ca pr des revendications que je crois legitime (ex le multipartisme, la suppression du droit de vote aux etrangers etc) laurent gbagbo n'a jamais pris les armes, n'a jamais tente un coup d'etat: et pour ça je crois qu'il vous faudrait revoir votre opinion sur l'homme

Vous savez je crois qu'il serais vraiment difficile pour une personne qui n'a pas vécu en Côte d'Ivoire de comprendre ce qui se passe ici, car a mon humble avis les informations que l'extérieur reçoit sont bien souvent erronées et partisanes, certaines attitudes des journalises étrangers sont vraiment choquant et imcompréhensibles pour une grande partie des ivoiriens qui se demandent pourquoi on cherche à détruire notre pays et nos vie avec, alors que jusqu'à présent je ne pense pas qu'il ait beaucoup de pays aussi acceuillant que le notre. pour mieux vous expliquer ma vision de la situation je vais essayer de vous exposer comment selon moi nous sommes arrivés à cette guerre. Pour aujourd'hui je me contenterais de parler seuleument de la situation des étrangers (burkinabé, maliens,ect ) cependant le sujet est tellement vaste que je ferais mon exposé en plusieurs jours.

Je dois reconnaître que les forces de l'ordre notamment la police est très corrompu dans mon pays (notamment la police), j'en suis pas fière mais c'est un faite, cependant il faut souligner que cette corruption ne date pas d'aujourd'hui, elle était présente sous le régne d'houphouët alors que Alassane était premier ministre et disposait d'une grande possibilité de manoeuvre puisque le vieux était malade, elle était présente sous Bédié, sous guéï et elle perdure sous Gbabo,tout ceci pour dire que gbabo n'est pas l'auteur de la corruption qui s'évit au sein des forces de l'ordre,qui plus être le temps de répis qu'il a eu entre la fin des élections et le coup d'état (soit deux ans) est vraiment insuffisant pour tous remettre dans l'ordre surtout que durant ces deux ans la situation en Côte d'Ivoire était très complexe, bref il est vrai que la police est très corrompu en Côte d'Ivoire et persone n'y échappe

Comment s'imaginer quand Côte d'ivoire certains secteurs commerciaux sont interdit au ivoirien parce que les étrangers qui ont le monopole du secteur s'arrangent pour empêcher les ivoireins d'intégrer ces marchés.

Si mes informations sont bonnes il semblerait que la grande france elle même cherche à rapatrier les étrangers sans papier et rend extrêmement difficile l'accès à leur pays aux africains,pourtant la france elle n'est pas taxé de xénophobe, quand nous nous demandons au étrangers de nous laisser une partie de nos terres pour pouvoir manger et survivre,quand on essaie de réglementer le code foncier, on nous traite de xénophobe,pourtant certains pays on carrément rapatrier les étrangers (le sénegal, le gabon, la libye et la france pour ne citer que ceci

salut Mayce!Tout d abord je tiens a m excuser pour ma derniere reponse a ton egard qui ,je l avoues etait un peu brutale....Je vais donc rectifier le tir ;-)

1- installation d entreprises "etrangeres";

Bon je dois t avouer quelque chose.Moi meme ne suis pas franchement un fan des USA.Ceci est un constat.Mais,en mettant le cas que la FRANCE soit un pays sans trop de moyens ,je prefererais quand meme que des entreprises US s installent ici et nous fassent travailler plutot que de laisser l economie en jachere...Il ne faut pas oublier que meme dans un pays "etranger" une entreprise installee ,paye des impots, et par la meme, particicipe activement a la vie de ce pays en grossissant son PIB.Cette meme entreprise fait aussi indirectement vivre d autres entreprises moins "puissantes" en leur sous traitant du travail.Cela aussi participe a l amelioration generale de ce meme pays...

2- trop d "etrangers";

Peut etre est tu deja venu en FRANCE?N as tu pas remarque un detail?Il n y a pas beaucoup de FRANCAIS de "souche" en FRANCE....Moi meme suis né ici ,suis francais de coeur et d' ame,mais suis d origine etrangere (Italien).J ai quelques amis connus de ci de là et parmis eux tres peu de "vrais" francais (tous sont issus de l immigration a ,3,4,ou 5 generation ).Notre pays est un melting pot d immigration successives ,que ce soit de l immigration paneuropeenne ou extraeuropeenne cette immigration donne la FRANCE d aujourd hui...C est ce "mix" d immigrations perpetuelles ,qui donne des economies actives.Regarde le cas de la GB et meme des USA.Ces deux pays ont ,une grande quantité d "etrangers" et d entreprises "etrangeres" sur leur terres...

3-les expulsions en France;

Bon tu me diras,mais alors pourquoi la France refuse t elle des gens??voire meme en expulse t elle??Si je ne m abuses il y a 250000 etrangers qui viennent s installer ici par an....C est deja pas mal non?Reflechis bien;si nous laissions s installer ici sans aucun probleme tous les gens qui voudraient venir ,ca ferais probablement le double de monde(hypothese).Autant de monde qui aurais du mal a trouver du travail un logement ect....Nous meme qui habitons ici avons des difficultes pour vivre alors pense a des gens sans attaches nationales....C est uniquement pour cela que l immigration est freinee!Si demain le taux de chomage en France passait de 10% a -10% ne t inquietes pas que ce sont des millions de gens qu on accueillerais....Tu vois ce que je veux dire?

humm l heure tourne, vaste sujet ,je repasse plus tard pour finir lol

bye

Link to comment
Share on other sites

  • 4 weeks later...

ABIDJAN (Reuters) - Les protagonistes de la guerre civile larvée en Côte d'Ivoire se retrouvent dimanche en Afrique du Sud pour une nouvelle tentative internationale visant à sortir le pays de la crise dans laquelle il est plongé depuis deux ans et demi. Les pourparlers de Pretoria, auxquels devraient participer le président ivoirien Laurent Gbagbo et le chef rebelle Guillaume Soro, seront menés par le président sud-africain, Thabo Mbeki, mandaté par l'Union africaine. Mais cette nouvelle tentative diplomatique s'annonce sous des auspices guère favorables, comme en atteste la décision du Royaume-Uni de fermer son ambassade à Abidjan par crainte d'une reprise des hostilités. Londres recommande également à ses ressortissants de quitter l'ancienne colonie française, où les rumeurs de réarmement des forces gouvernementales comme des rebelles des "Forces nouvelles" vont bon train depuis plusieurs semaines. Et rebelles et responsables du gouvernement ne font montre d'aucun fléchissement de leurs positions diamétralement opposées qui bloquent depuis plus de deux ans ans la mise en oeuvre du processus de sortie de crise et de réconciliation de Marcoussis, négocié et signé sous la férule de la France en janvier 2003.

Link to comment
Share on other sites

Ce qui me sidère c'est que j'ai pas l'impression que nos politiques ont une stratègie de désengagement. On va laisser 4500 hommes là bas jusqu'à quand ? On dirait qu'ils laissent cette situation durée jusquà ce que ça repete, parce le statu quo ne va jamais régler le prob.

Link to comment
Share on other sites

Relis les accords de défense entre la CI et la France ,et tu auras ta réponse mon cher cyrus. Sauf si l'ONU nous demandait gentiment de nous retirer. Tous les observateurs savent que la tension monte et que la situation pourraît dégénérer plus vite qu'un feu de brousse. ;) Il y a aussi d'autres pays en Afrique où les tensions montent et les esprits s'échauffent. Le Conseil de sécurité de l'Onu a renouvelé lundi pour un mois le mandat de l'Opération des Nations unies en Côte d'Ivoire (Onuci) et des forces françaises Licorne qui la soutiennent. Le Conseil a pris cette décision dans une résolution adoptée à l'unanimité de ses 15 membres et qui prend le numéro 1594. Le mandat des Forces internationales en Côte d'Ivoire, qui regroupent 6.000 Casques bleus de l'Onuci et 4.000 Français de Licorne, qui expirait ce lundi, est ainsi prorogé jusqu'au 4 mai. Le parti du président ivoirien Laurent Gbagbo réclamait le départ des forces françaises, qu'il accuse d'avoir pris le parti de la rébellion. A l'inverse, quatre partis d'opposition demandaient leur maintien, estimant que leur départ précipiterait le pays vers la guerre civile. Le secrétaire général de l'Onu Kofi, Annan, qui craint que la situation en Côte d'Ivoire ne devienne "incontrôlable", avait recommandé une prolongation d'un an de ce mandat et l'envoi de 1.200 casques bleus supplémentaires. © 2005 AFP

Link to comment
Share on other sites

Nouvelle plus optimiste : les divers protagonistes en signé en Afrique du Sud un accord de paix et de desarmement "définitif" :lol: http://www.rfi.fr/actufr/articles/064/article_35317.asp Le texte intégral de "l'accord de Prétoria" :arrow: http://www.rfi.fr/actufr/articles/064/article_35315.asp Combien parie sur la validitez de cette accord :?:

Link to comment
Share on other sites

Pour l'accord, il est déja caduque, on attaque les Casques Bleus et on crie à la trahison :rolleyes:

Mais la Cote d'Ivoire n'est pas le 1ere pays en voie décomposition dans la région, Sierra Léone, Libéria...Les frontiéres sont devenues fictives, voici un long article sur la désintégration de ces pays en général et la CI en particulier :arrow:

De la guerre nomade : sept approches du conflit autour de la Côte d'Ivoire

http://www.conflits.org/article.php3?id_article=784

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

  • Member Statistics

    5,965
    Total Members
    1,749
    Most Online
    Personne
    Newest Member
    Personne
    Joined
  • Forum Statistics

    21.5k
    Total Topics
    1.7m
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...