Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

FAFA

Members
  • Posts

    2,289
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    1

FAFA last won the day on May 27 2020

FAFA had the most liked content!

Reputation

3,871 Excellent

Profile Information

  • Pays
    Switzerland

Recent Profile Visitors

The recent visitors block is disabled and is not being shown to other users.

  1. FAFA

    Espagne

    Il y a beaucoup de si, mais si le Piranha 10x10 était choisi, ce serait une grande réussite pour Mowag. Au cas où le Piranha 10x10 était aussi choisi pour la Suisse il pourrait y avoir une économie d'échelle bénéfique pour les deux pays. D'autre part, les Espagnoles ont développé une tourelle dotée d'un canon de 30 mm ainsi que de deux missile Spike pour équiper leur version du Piranha (Dragon). Apparemment à l'avenir la Suisse souhaite se doter de Piranha IV équipés de canons de 30 mm. Si c'est effectivement le cas, choisir la tourelle espagnole pourrait être une solution. D'autant plus que le missile Spike sera également en dotation en Suisse (choisir cette tourelle pourrait être un renvoi d'ascenseur si les Espagnoles choisissaient le Piranha 10x10 pour leur artillerie).
  2. Pourrait-on en déduire que d'autres pilotes volent beaucoup moins que 147 h ?
  3. Un petit geste dans cet océan de misère: "La Rega a amené lundi en Suisse deux enfants ukrainiens atteints de cancer, accompagnés d'une personne chacun. Il s'agit de patients de l'hôpital pédiatrique d'Ochmatdyt, qui a été la cible de missiles russes la semaine dernière." https://www.rfj.ch/rfj/Actualite/Suisse/La-Rega-amene-en-Suisse-des-enfants-ukrainiens-atteints-de-cancer.html#
  4. Et juste pour changer de perspective, pourquoi ce ne serait pas les Chinois qui deviendraient Taïwanais ?
  5. Partie 2 " En 1982, il y eut une autre visite avec vol en Suisse. Cette fois aussi, l'action s'est déroulée dans la plus grande discrétion ; le voyage s'est à nouveau fait en civil avec Swissair. Cette fois en Suisse, les pilotes de l'USAF ont volé avec leur propre équipement de pilotage. Le commandant du 527th Tactical Fighter Training Aggressor Squadron et deux autres pilotes étaient à Payerne pendant une semaine. Il n'y avait pas de contrôleurs GCI cette fois-ci. L'un des pilotes impliqués, le capitaine Charles « Smokey » Sundell, a décrit ainsi cette visite dans une revue spécialisée américaine en 2013 – avec l'autorisation expresse de la Suisse : « La différence avec le déploiement et d'autres du même genre, c'est que nous n'avons pas pris notre F-5E avec nous, mais on a voyagé à bord d'un avion de ligne civil en tant que civils. Nous étions là pour voler avec les pilotes instructeurs des Forces aériennes suisses alors qu'ils préparaient l'entraînement d'été avec leurs réservistes. Nous avons volé sur le siège avant de leur F-5F biplace avec un instructeur sur la banquette arrière. Leurs avions étaient impeccables, avec de faibles heures de vol et de meilleurs radars que ceux que nous avions dans notre F-5E à Alconbury. Les vols étaient tous deux contre deux, F-5 contre MIRAGE. Nous avons même effectué des décollages en formation sur l'aile du MIRAGE ! Nous avons également pu faire des promenades sur la banquette arrière dans leur MIRAGE biplace, rien de tel que de voir les sommets du Cervin et de l'Eiger à 100 pieds du haut de votre voile ! Deux sauts par jour avec un bon déjeuner entre et une fête le soir, ce qui était une journée typique. Au même moment, le commandant de l'US Air Force, le général **** Charles A. Gabriel, se trouvait en civil en visite dans les troupes aériennes et le même jour également à Axalp. Cela montre avec quelle discrétion la coopération avec les forces aériennes étrangères était gérée à l’époque. En raison des basses températures, nous avons équipé les pilotes de l'Aggressor de vestes en cuir de pilotes suisses, ce qui a ensuite donné lieu à une rencontre intéressante entre le général et ses pilotes. Le général Gabriel américain demande à « l'Américain Tüzi » s'il est pilote de MIRAGE ou de TIGER. La réponse de « Smokey » Sundell est venue rapidement : « Désolé Général, je suis l'un de vos gars » : Après son passage aux côtés des agresseurs, Charles « Smokey » Sundell a occupé un autre emploi intéressant au sein de l'US Air Force. Il est devenu membre de la formation alors très secrète des « Aigles rouges » de l'USAF, qui simulait également d'éventuels adversaires sur des avions russes du champ de tir de Tonopah. Là, il a effectué plus de 300 missions à bord d'un avion de combat MiG-21 FISHBED. Lors d'une de nos visites à Alconbury, nous avons rencontré le pilote de l'Aggressor, le capitaine Dave « Shack » Brackett. Quelques années plus tard, il arriva à Berne en tant qu'attaché de l'air américain avec le grade de colonel et devint un bon ami de notre armée de l'air. Grâce à cette amitié préexistante, il a résolu certains problèmes." Désolé si la traduction n’est pas parfaite. L’article complet avec quelques photos vintage est là : https://www.gazette-online.ch/blog/nunc-tincidunt-elit-non-cursus-3-6-2-2-2-2-2-2-2-2-2-2-3-3-4-2__trashed-2-2-7-3-4-2-2-2-2-2-2-2-2-2-2-2-2-2-2-3-2-2-2-2-3-2-2-2-3-2-2-2-3-2-3-2-7-5-10/
  6. Voici un épisode peu connu se déroulant durant la Guerre froide. Dans les années 70, tirant les leçons des combats aériens de la guerre du Vietnam les Américains ont développé des unités d’agresseurs dont la mission était d’entraîner les pilotes de l’Otan. Ces unités d’agresseurs jouaient le rôle des Soviétiques. Elles disposaient d’appareils spécifiques (notamment des F-5E) et devaient appliquer aux mieux les tactiques de combat pratiquées par les Soviétiques afin d’entraîner les pilotes de l’Otan à les combattre. A cette époque le MiG-21 était considéré comme étant l’un des adversaires le plus dangereux. Une de ces unités d’agresseurs était le 527th Tactical Fighter Training Aggressor Squadron et il opérait depuis 1976 à partir de la base d'Alconbury en Angleterre. La Suisse qui allait recevoir ses premier F-5E en 1978 était très intéressée par les connaissances que pourraient acquérir ses pilotes s’ils pouvaient entrer en contact avec des membres de cette unité. Par contre la neutralité était un élément primordial et la Suisse s’interdisait de pratiquer le moindre exercice avec des forces aériennes étrangères. C’est dans ce contexte que certains militaires ont fait preuve de ruse afin de bénéficier d’informations sur les doctrines d’utilisation ainsi que les capacités des appareils soviétiques. Voici quelques extraits de l’article qui relate ces faits : Partie 1 « Le système de défense aérienne soviétique était complètement différent de celui de l’OTAN. Les avions de combat étaient toujours guidés depuis le sol ; les pilotes eux-mêmes disposaient de peu de marge de manœuvre. Les interceptions étaient guidées à l’aide des contrôleurs au sol (GCI). Les escadrons agresseurs ont cherché à copier ce système. C'est pourquoi ils n'opèrent presque jamais sans leurs propres contrôleurs GCI. Dans le combat aérien lui-même, cependant, les pilotes agresseurs n'avaient pas de limites fixées ; ils volaient avec des charges g élevées selon les paramètres d'armement des missiles guidés air-air soviétiques AA-2 ATOLL… » Cela a également suscité l'intérêt de certains pilotes suisses, notamment en ce qui concerne l'introduction du F-5E/F en Suisse. Grâce à la compréhension et à la prise de responsabilité du commandant des Troupes d’aviation de l'époque, le colonel Paul Leuthold a visité le 527th Tactical Fighter Training Aggressor Sqdn à Alconbury, en Angleterre, en juin 1977 pour un premier contact. Cela a abouti à une collaboration avec l’Agressor Squadron qui a duré des années. Notamment en Angleterre dans le cadre de discussions sans service de vol et en Suisse deux fois avec service de vol sur Swiss F-5F biplace.… En 1978, le major Rich Freienmuth de l'USAF s'est rendu à Payerne. Il a pu découvrir les particularités des Forces aériennes suisses et la géographie à bord d'un MIRAGE biplace… En 1979, la première visite aérienne en Suisse a eu lieu. L'ensemble de l'affaire a été traité avec une extrême discrétion du côté suisse - la neutralité a été appréciée. La délégation agresseur de l'USAF s'est rendue en Suisse avec Swissair en civil. La seule chose américaine était le casque que les Américains avaient emportés avec eux. Les contrôleurs de l'USAF ont eu l'occasion unique de voler à bord du biplace Tigre, l'USAF n'ayant pas de F-5F dans son inventaire. Cependant à cette occasion, la mission des « agresseurs » n’était pas seulement de voler. Un certain temps a été passé dans la salle théorique avec des briefings. Pendant environ 10 heures, il y a eu des cours (à l'époque avec des diapositives) et des discussions sur les thèmes de la doctrine, de la tactique, de la philosophie et de la formation des pilotes de l'Est. Il ressortait clairement de cela que les pilotes de l'Aggressor étaient absolument au courant de leurs renseignements. On nous a montré des images jusqu’alors inconnues d’équipements soviétiques de pointe. Les données techniques et les paramètres de vol du MiG-21 suggéraient que l'USAF possédait un tel avion, ce qui a été confirmé par la suite. Ces découvertes ont ensuite pu être diffusées en conséquence à nos pilotes. Le commandant de corps Arthur Moll, a également expressément soutenu le projet. Le service de renseignement a bien entendu également participé à ces autres contacts en Angleterre et en Suisse.
  7. A ce stade je pense qu'il est tout simplement impossible de dire s'il y aura des problèmes importants pour la Suisse. Aujourd'hui beaucoup de monde scrute ce qui se passe afin de percevoir le moindre faux pas. Lorsque la Suisse avait acheté les F-18C/D, les médias faisaient aussi ce genre de chose. Je me souvient des présentateurs des journaux télévisés qui affirmaient que la Suisse avait acheté l'avion le plus cher du monde. C'était totalement faut car sur le marché il y avait d'autres appareils bien plus cher (F-15, Tornado ADV). Il y avait aussi ceux qui se posaient la question de l'achat d'avions toujours plus rapides pour un si petit pays. Ils oubliaient que les Hornet avaient une vitesse de pointe inférieure au vieux Mirage III qu'ils remplaçaient. A cet époque il y a eu tellement d'idioties qui ont été dites sur l'achat des F-18 qu'un livre explicatif (une sorte de fact checking de l'époque) écrit par des passionnés était mis en vente dans les librairies. Au final l'achat des Hornet a coûté moins cher que ce qui était prévu donnant totalement tort aux oiseaux de mauvaise augure. Par contre il a fallut plusieurs décennies après la signature du contrat d'achat pour le savoir.
  8. Sans préjuger de la pertinence du "dialogue" que tu as avec ton copain, il faut peut-être un peu plus se méfier de Chat GPT et des informations données par d'autres AI. Lorsque je découvre que Chat GPT invente le concept de la Shoah par noyade ou que Gemini affirment que les Vikings et les Nazis étaient noirs, je reste un peu perplexe et ce d'autant plus que les absurdités évoquées sont faciles à découvrir. Qu'en est-il pour des sujets plus complexes que seuls de véritables spécialistes des sujets en question peuvent connaître ? Extrait d'un article: "Dans un rapport publié ce mardi et que « 20 Minutes » a pu consulter, l’Unesco s’alarme que les nouveaux outils d’intelligence artificielle puissent contribuer à diffuser des messages antisémites ou négationnistes Chat GPT qui invente le concept de la Shoah par noyade. Est-ce que ces exemples cités dans le rapport ne décrédibilisent pas toute utilisation de ces outils ? Oui, en grande partie. Lorsque l’outil manque de sources, il comble les lacunes : il produit de lui-même, par lui-même, de fausses informations [un phénomène connu sous le nom d’hallucination]... Comment est arrivée cette hallucination de la Shoah par noyade ? Lorsque vous faites des recherches sur certains éléments, les réponses dépendent aussi des espaces linguistiques. Si vous faites une recherche en anglais ou en français [sur la Shoah], vous allez avoir beaucoup plus de sources que si vous faites une recherche en chinois ou en russe. Si vous faites une recherche en chinois sur le terme holocauste, vous allez vous retrouver essentiellement avec des groupes de death metal. Si vous faites une recherche sur la Shoah en russe, il y aura un manque patent d’informations, de sources, dans lesquelles les outils vont aller puiser. Et là, vous n’aurez pas de réponse. Dans certains cas, suivant la nature des questions, ils vont recréer, ils vont inventer de l’information. C’est ça le problème." https://www.20minutes.fr/societe/4096328-20240618-ia-utilisee-groupes-extremistes-diffuser-idees-antisemites ou encore: "En voulant gommer les biais racistes et sexistes de Gemini (ex-Bard), son intelligence artificielle capable de générer du texte et des images, le géant a fini par produire des aberrations historiques. Entre autres : des soldats allemands nazis noirs et asiatiques, des Vikings noirs, des femmes sénatrices américaines au XIXe siècle... Mais aussi un Elon Musk noir, et des fondateurs de Google version asiatique." https://www.latribune.fr/technos-medias/internet/les-nazis-et-vikings-noirs-de-gemini-ou-comment-google-s-est-rate-dans-la-gestion-des-biais-de-l-ia-991190.html Tout n'est pas à jeter avec ces moyens d'information mais ce n'est vraiment pas le Graal !
  9. Non, non, cela ne passe pas crème. Bien entendu certains politiciens de gauche (à peu près les même que ceux qui précédemment souhaitaient que l'on fasse la PO avec des ULM) font preuve d'indignation. Mais il n'y a rien d'étonnant à cela car même si un autre appareil avait été choisi, ils trouveraient toujours quelque chose à redire. Par contre certains politiciens de droite se montrent également contrariés par la situation et ça c'est beaucoup plus ennuyeux pour le DDPS. Dans les années à venir il y aura probablement beaucoup de débats sur ce sujet.
  10. En d'autres termes tu espères qu'il ait pris un peu de plomb dans la tête (au sens figuré bien sûr )
  11. Alors pour commencer, mon but n'était pas de critiquer le Rafale, mais de simplement de mettre en relief le deux poids deux mesures que certains pratiquent allègrement. Ensuite pour ce qui est des chiffres et des différentes données, tu as beaucoup plus de qualifications que moi pour les analyser. Par contre j'ai parfois l'impression que tu manques (un peu, beaucoup, passionnément ? ) d'objectivité. Maintenant pour ce qui est de l'acquisition de la part de la Suisse, il reste très difficile de savoir ce qui va se passer et je préfère attendre avant de crier au scandale. Le seul indicateur qui peut réellement être vérifier aujourd'hui, c'est l'état des affaires compensatoires concernant cet achat. Selon la Confédération voici ce qu'il en est : "Pour les avions de combat F-35A, le niveau d’exécution des affaires compensatoires à fin mars 2024 se situe à quelque 749 millions de francs suisses, soit près de 28% de l’engagement d’affaires compensatoires de Lockheed Martin." Il n'y a pas si longtemps beaucoup se moquaient des promesses faîtes par les Américains dans ce domaine. Force est de constater qu'à ce jour le résultat est bon. La liste des entreprises suisses bénéficiant de contrat est publique et sachant que LM a jusqu'en 2034 pour l'instant cela se passe très bien !
  12. @Lordtemplar avait posté ces images sur un autre fil: https://www.youtube.com/watch?v=XuZpLEUYF8Y&t=20s Personnellement je n'aimerais pas me promener ainsi sur le champ de bataille.
  13. Effectivement Il y a également un article sur Avia news qui parle de cela: https://www.avianews.ch/post/des-hélicoptères-de-l-armée-de-l-air-française-à-payerne
×
×
  • Create New...