Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

"Il faut se libérer de l’emprise"


Recommended Posts

Il y a 14 heures, rogue0 a dit :

(Snip : mais comment as-tu fait pour poster un aussi long texte ?
impossible de répondre sans le couper)

Ce n'est pas inintéressant, mais :

1) Le texte serait mieux passé s'il mentionnait moins la Russie
(là, il y a presque plus de mention de la Russie / Moscou ... que de la France : on se demande bien quel intérêt est prioritaire dans leur tête ).

(Trop de travail, je n'ai pas croisé la liste des signataires de ce texte avec d'autres appels "très politiques" de généraux "2S", mais j'ai une petite idée de la réponse)
 

2) On parlait déjà sur le fil approprié des tentatives françaises de renouer le dialogue avec la Russie plus ou moins sur un pied d'égalité ...
Et Vlady n'a pas l'air très intéressé pour le moment.

Il faut dire que de son point de vue (à part le pétrole) il est plutôt en position favorable :
Autant laisser le temps (et les polémiques naturelles ou pas) affaiblir les pays européens, et attendre l'élection de gouvernements qui lui soient favorables (ou plus facilement manipulables).
 

 

J'avais ouvert un file sur le fait qu'il y avait eu une forme de sensibilité pro russe chez des généraux français. Ici ce sont au final les mêmes mais  sont à la retraite, mais c'est aussi une génération qui a connu l'ambiance Rwanda, au Kosovo et du jeu des USA et même des anglais ou il y a eu des tensions avec chacun faisant sa propre guerre, donc méfiance sur le terrain. Ces hommes étaient colonel ou commandant à l'époque. 

Aujourd'hui je pense que cela est le résultat de cette période, les anciens généraux ont gardé en tête une méfiance envers les USA , et qu'ils n'étaient pas nos amis vu le contexte qu'ils avaient vécu concrètement. 

Maintenant les temps ont changé, et la nouvelle génération combat aux côtés des US et cela depuis l'Afghanistan et l'Irak, la Syrie , ayant observé des limites plus axé sur le politique ) que sur le concret du terrain comme à put le constater un officier d'artillerie ( j'ai mis un lien dans un file artillerie) via le five eyes qui a vu des officiers US plus souple quand même malgré tout pour l'echange d'infos là où un néo-zélandais jouer l'obstruction, au final l'américain à imposer son point de vue et pas vu les français comme un pb. 

Aujourd'hui les choses ont changé à se niveau et les relations ont évolué avec le monde militaire US qui lui reste au contact des français, et je pense qu'ils ont compris que la France restait aussi un des rares pays à avoir une capacité militaire importante, et vu comment la GB a grillée du potentiel en Afgha et en Irak, je pense que l'évolution est que les US ont  intérêt à voir  . Pour les russes cette rancœur de ces anciens généraux français envers les US est surtout aussi aujourd'hui plus du pratique pour mettre un peu de division sociétale et affaiblir la France en politique intérieure. Vu que Trump dirige ça complique la donne pour les Atlantistes qui existent aussi à l'instar des pro Russie, mais bon on mise sur un changement, et du point de vue militaire on a put voir que de toute façon vu les rapports étroit entre notre ministère des Armées et celui des US, il y a comme une continuité qui s'affranchit des pb des dirigeants politique. 

Le pb est que l'on a plus trop vu la capacité de débat plus large, résultat on a vu aussi autant l'influence via les médias US et qui inspire certains Atlantiste qui ont plus de voix au chapitre  mais qui a peut être pris trop d'ampleur et limitant au final les voix discordantes , résultat on a eu RT qui a donnait la parole à des voix dissonantes (on a du mauvais comme du bon ) , et cassant l'image d'équilibre du débat qui n'est plus de mise sur des chaînes  publiques, créant une ambiance malsaine ou une chaîne russe donne le parole à divers personnes et les chaînes plus démocrate moins ouverte, au final chacun parle dans son coin. Donc ça participe plus à la division cette ambiance dans les médias ou au final cela sert indirectement à amener à cette tension qui sert surtout les pays étranger. 

Je pense que le soft power, ou jeu d'influence à divers degré est de mise par les grosses puissances, la Chine elle ayant opté pour une vision poids économique, mais qui a pris du plomb avec le virus. 

Je pense que se qui devrait faire réfléchir tout le monde c'est que aujourd'hui des puissances ne perdent pas le nord et ont toujours pour but leurs intérêts, profitant de nos divisions et un fantasme d'avoir un jour des USA d'Europe... Mais il y a des limites comme l'a prouvé la crise du virus.... Même au sein des pays européens... Donc voyons ou son les limites de l'UE et restons souverain, car le monde est en train de voir un retour de puissance souveraine... 

Enfin voilà, pensons à nos intérêts et comment on doit gérer nos relations avec les puissances, sans basculer dans une optique pro russe, pro US, pro chinoise en mode fanboy attitude... Car elles ne perdent pas leur but, pendant qu'on en est à être divisé en politique intérieure... 

Les russes même à la période ou il y avait de l'ouverture possible ont jamais perdu de vue leurs intérêts... Comme d'autres dans d'autres périodes , donc quand on connait l'idée d'avoir un coup d'avance je pense qu'on devrait aussi penser le coup d'avance au lieu d'être diviser tout en en rêvant d'une UE version USA d'Europe... 

Donc ces généraux sont au final encore dans une vision dépassée même si on peut entendre qu'il y a eu par le passé des réalités avec les USA, et qu'au final ils sont indirectement l'outil des russes tout comme d'autres ont été un temps l'outil des US même si cela n'était pas dans les mêmes conditions mais ou la finalité reste la même quand on est trop sous influence. 

Donc le monde a changé, et pour nos chefs militaires actuels, c'est une autre réalité qui est de mise vu les liens qui ce sont créé depuis avec les militaires US. Néanmoins il faudra garder en tête que la géopolitique restera celle des états et de manière froide selon comment évoluera le monde. 

 

  • Thanks 1
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Le 03/05/2020 à 12:11, christophe 38 a dit :

pas forcement faux

 

mais, sinon, sans l'aide americaine, drones, ravitailleurs, satellites, comment fait on en Afrique par exemple ?

si claquer la porte nous la ferme pour les choix où nous avons besoin d'eux... et que nous devrons nous en passer, sans avoir d'autre choix... est ce bien "responsable" ?

En passant, l’appui fourni par les américains ne se fait pas dans le cadre de l’Otan.

- - - - -

 

J’ai hésité à intervenir sur ce fil parce que ce texte illustre toujours la même question de fond, à laquelle chacun apporte une réponse différente : Quelle menace directe la Russie fait-elle peser sur l’Europe actuelle.
 

De là découle l’ensemble des raisonnements, qu’il s’agisse des agissements de l’Otan, notre place au sein de cette organisation, les objectifs des USA à travers elle, les enjeux géopolitiques pour la Russie, les besoins ou non de rapprocher l’Europe ou certains pays en particulier de celle-ci, le type de proximité à développer, etc.

 

J’ai largement exprimé mon opinion là-dessus notamment sur les fils « Russie et Dépendances», « Otan» et « Syrie », je ne le referai donc pas.
Par contre, si l’on se place sur les terrains de type « pro-russe » ou « anti-russe », et autre « volonté inextinguible de la France de briller » ou « puissance moyenne qui doit juste maintenant se taire et suivre », on passera totalement à côté du sujet.
 

A minima, si on revient à la base de la base :
« La géopolitique est l'étude des effets de la géographie (humaine et matérielle) sur la politique internationale et les relations internationales. C'est une méthode d'étude de la politique étrangère pour comprendre, expliquer et prédire le comportement politique international à travers les variables géographiques. Il s'agit notamment des études régionales, du climat, de la topographie, de la démographie et des ressources naturelles.

[…] Historiquement le terme géopolitique désigne les rapports de pouvoir entre États mais le terme s'applique plus généralement à l'étude des rapports de pouvoir dans l'espace quelle qu'en soit l'échelle, y compris donc à une échelle locale. »
 

Prendre le recul nécessaire pour refaire une analyse géopolitique propre, basée sur la situation actuelle permettrait au-delà de toute idéologie de principe ou de réflexes acquis de longue date de décider de maintenir le présent paradigme, ou de le faire évoluer.

Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

  • Member Statistics

    5,796
    Total Members
    1,550
    Most Online
    ixnay
    Newest Member
    ixnay
    Joined
  • Forum Statistics

    21.3k
    Total Topics
    1.5m
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...