Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

TarpTent

Members
  • Posts

    4,523
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    21

Everything posted by TarpTent

  1. Une question quand même : est-ce que le scénario est finalement ultra-prévisible et largement cousu de fil blanc, ou bien il y a quand même une touche d’originalité suffisante pour qu’il tienne la route au-delà des images en vol ?
  2. Ça me rappelle une étude de la Rand (? Il me semble, ou d’un autre think tank américain) il y a quelques années, qui expliquait qu’au lieu d’aligner des F-35, il serait plus simple, moins coûteux et plus efficace d’avoir l’équivalent d’un B-2 larguant des drones. Ça date d’il y a quelques années déjà, et c’était plutôt un travail assez sérieux. On l’avait abordé ici, d’ailleurs. Bon, peut-être que sous une forme ou une autre l’idée aura fait son chemin. Le nouveau modèle d’acquisition et industriel est lui par contre franchement nouveau. Ça va être intéressant à suivre, tant il est destiné à casser les principes de vache à lait et de client captif.
  3. C’est vrai que le nombre d’acheteurs de ce genre de truc court les rues. En plus, c'est plus discret que la weed, ça se revend au cul de la mobylette.
  4. Aucune idée, elle est en 3 parties de 40min chacune. Pas encore lancée de mon côté, mais comme je n’ai vu pour le moment aucune reprise quelque part - article, tweet, bon mot ou autre - , ça ne doit pas être assez sensationnel. Je pense par contre qu’il y a beaucoup d’informations liées à la partie production et les ajustements, comme lors de la 1ere interview, et cette partie-là promet, en ce sens.
  5. C’est une déclaration d’Eric Trappier, en même temps, au sein d’une communication faite par Dassault. Il ne peut pas vraiment dire autre chose.
  6. Le film qui m’attire le plus en ce moment : Pourquoi : - Pour l’histoire. Tout le monde connait Hamlet, de Shakespeare. Il se trouve que ce dernier c’est directement inspiré d’un écrit scandinave, et c’est celui-ci qui est ici mis en image. - Pour le cinéaste, Robert Eggers (The Witch, The Lighthouse). Pas du genre à faire des concessions à Hollywood, et une vraie signature. - Pour la justesse historique. Parlons costumes et décors pour une fois : La totalité des costumes et des décors sont cohérents avec ce que les historiens connaissent de cette période (documents, descriptions, pièces retrouvées, tombes, armes et autres dans les musées, etc). Même lors des visions oniriques ou lorsqu’il y a un aperçu d’une autre époque (voir spoiler ci-dessous), cela reste cohérent. Il en est de même pour les croyances religieuses, qui sont souvent peu abordées. Bref, à part la scène des guerriers torse nu à la bataille -ultra cliché et largement faux historiquement - tout le reste est simplement une fenêtre ouverte sur une période largement documentée mal très souvent maltraitée au cinéma ou dans l’imaginaire populaire. Et c’est tellement rare au cinéma, encore plus à Hollywood*, que pour une fois, ça doit vraiment être salué. *rassurons-nous, la France tient la dragée haute aux USA en la matière, en ayant réussi à produire un film où pas un seul élément n’est historiquement vrai, des costumes aux moeurs de l’époque en passant par les situations et une bonne part des déclarations (sans compter sue c’est un nanar absolu) : « Vercingétorix, la légende du Druide Roi». On ne pourra pas die qu’on n’est pas au niveau !
  7. Disons que l’histoire du 1er était quand même particulièrement gnan-gnan. L’emballage sauvait largement l’ensemble, et c’est tout à son honneur. Comme il n’y a aucune chance que le scénario soit plus original cette fois-ci, et que l’effet de surprise sur le plumage est largement passé, on est à mon sens plus sur un film attendu à aller voir en famille, et/ou pour les nostalgiques du 1er. Au moins, s’ils arrivent à en faire un « feel good movie» sans en faire des tartines géantes sur les dimensions écolo et sociale, ça sera déjà bien.
  8. Je pense plutôt que @gargouille se mettait à la place de l’Inde, et en ce sens, il a sans doute raison. L’Inde est un peu le seul pays à avoir fait des bras d’honneur répétés aux USA (y compris sous Trump), afin de maintenir la balance et le status quo entre la Russie et les USA tout en continuant de se renforcer face à la Chine, pour maintenir son accès au pétrole et à ses systèmes militaires, notamment de défense récemment. L’Inde a par ailleurs refusé de stigmatiser l’opération militaire russe en Ukraine. Il n’y a donc aucune raison que sur le choix des avions militaires, elle change de ligne de conduite à court terme pour mettre la barre totalement à l’ouest, direction les États-Unis. Dans son cas, seule une menace chinoise qui se préciserait fortement l’inciterait à faire bouger cette ligne. Ça ne signifie pas que le F/A-18 est barré en Inde, juste que les leviers traditionnels du rouleau compresseur américain restent un peu atténués. Ce qui nous arrange en rééquilibrant un peu les chances.(ils tiennent la même position médiane vis-à-vis de la Russie, ce qui leur laisse une grande liberté pour choisir du matériel américain également)
  9. Starliner s’est docké, sans bruit mais pas sans surprise. - les manoeuvres de test d’éloignement se sont bien passées, qui ont emmené le Starliner à 200 m en retrait de la station : - Starliner a dû redémarrer un de ses systèmes, le SIMAC (Soft Impact Mating Attenuation Concept) après avoir sorti le « docking ring», ce qui a nécessité un report de 30 minutes de l’amarrage. - l’approche et le docking se sont déroulés sans heurs
  10. Ils vont quand même attendre d’avoir fait la totalité du cycle avec Starliner avant de trancher : ce n’est pas la fusée qu’ils veulent qualifier
  11. Lift off confirmed. il semble que le lanceur ait un peu sous-performé par rapport aux simulations. Starliner devra compenser un peu et rehausser son altitude, ce qui ne semble pas poser de souci particulier. Lors de la phase après T+4:50, les occupants sont sensés encaisser 4 g pendant quelque temps => mesures en continu pour valider que l’acceleration reste dans les limites acceptables. De même, temperature mesurée en permanence, le radiateur n’étant sensé se déclencher qu’une fois Starliner en orbite. Séparation confirmée, Starliner est autonome en orbite.
  12. C’est bien la preuve qu’AD n’est pas encore devenue une Religion établie : si on ne peut même pas acheter des bonnes grâces ou des absolutions…
  13. C’est le grand Jour (ou le grand soir) : Starliner doit s’envoler cette nuit à 0h54 heure de Paris. Les grandes phases vont être : - à T+0, Atlas V décide qu’elle en a assez d’être en béquilles et sous perfusion : elle s’arrache. - à T+ 2 min, c’est de ses 2 roulettes d’appoint dont elle se débarrasse, parce que c’est bon, elle est assez grande pour voler toute seule ! - à T+ 4 min et quelques, on continue de se libérer des kilos en trop. Bouger, éliminer. - à T+ 4:45, ce qui reste d’Atlas V met les voiles en allumant le mini-chalumeau qu’elle cachait sous sa jupe. Mais plus personne ne peut rien lui dire, alors elle fait ce qu’elle veut. - à T+ 11:50, Atlas V en finit enfin avec son tapage. Extinction de voix. - à T+ 14:50, Starliner se lasse du manque de conversation de la fusée-tronc, et décide de voir si elle ne peut pas aller flotter ailleurs par elle-même. - pendant 24h, Starliner essaye de se trouver de nouveaux copains. Manque de bol pour l’ISS, ça tombe sur elle. - 21 mai, remake de Marié au 1er regard, Starliner étant du genre rentre-dedans et à s’arrimer fermement (vous avez dit morpi… passons) - il faudra ensuite entre 5 et 10 jours à l’ISS pour s’en défaire. Souhaitons-lui bonne chance. Lien vers la vidéo du lancement en direct de la NASA : https://youtu.be/gy6iam6NjsU
  14. La précision cette fois est vraiment impressionnante, quand on regarde la position des jambes par rapport aux cercles.
  15. TarpTent

    Le F-35

    C’est effectivement le bon niveau de discussion à avoir. Félicitations et liste noire de mon côté, j’ai autre chose à faire que de perdre mon temps avec des personnes de ton acabit et ce genre de jugement de valeur. Et comme tes avis ne valent pas mieux que ce commentaire, je n’y perdrai absolument rien.
  16. Petit tour rapide en Floride pour voir l’avancement des travaux : - bâtiments blancs à gauche : fabrication et reconditionnement des Falcon 9 - de l’autre côté des bassins adjacents à ce bâtiment : > au premier plan, 5 sections de la Tour de Lancement similaire à celle de Boca Chica sont déjà assemblées, la 6ième est en cours > à l’arrière plan de ces sections, toujours accolé au bassin, les fondations de la future « MegaBay » pour le stacking des Boosters et Starships sont réalisées. L’estimation actuelle est qu’une MegaBay pourra assembler 4 Boosters ou Starship en parallèle. > à droite de ces ensembles, et mieux visibles sur la photo ci-dessous, les fondations pour la future « starfactory » locale sont en place. elle aura les mêmes dimensions que celle en cours de mise en place a Boca Chica (et qui à terme recouvrira l’ensemble de la surface couverte par les actuelles tentes).
  17. Le lancement le 19 mai semble se confirmer, après la « Flight Readiness Review » qui s’est déroulée avec succès. Envol prévu à 18h54 East Time (00:54 à Paris).
  18. Pour une fois, je vais aborder rapidement un point qui n’est pas à ce jour confirmé, mais qui ne fait pas non plus partie des « rumeurs », de fait, après les dernières déclarations sur ce sujet. Jusqu’à récemment, le travail mené sur les Raptor semblait devoir directement supporter l’effort de SpaceX pour se rendre sur Mars. Il est désormais acquis, après une déclaration d’E. Musk en ce sens il y a quelques semaines, que cette solution ne serait finalement pas suffisante et que SpaceX devrait s’appuyer sur un nouveau système de propulsion restant à développer à cette fin. Une déclaration du jeudi 05 mai de la Présidente de SpaceX Gwynne Shotwell éclaire sur une solution que sera explorée (étant donné les termes qu’elle a employés) : => les systèmes à propulsion nucléaire sont « inévitables » Gwynne Shotwell a aussi déclaré qu’elle n’envisageait pas ce voyage vers Mars comme étant un effort en solo de la part de SpaceX, mais qu’il allait requérir l’expertise d’autres partenaires sur les champs d’expertise que SpaceX ne possède pas. Il n’y a aucune échéance indiquée ni même de confirmation de travaux déjà lancés en ce sens au sein de la compagnie, mais toujours est-il que l’orientation dans la prochaine décennie est assez claire. Elle va d’ailleurs de pair avec les récentes déclarations et nouvelles réflexions démarrées en ce sens par la Nasa.
  19. TarpTent

    Le F-35

    Pour déclarer des choses pareilles, le Président du sous-comité en question est a minima inscrit sur ce forum. Parce que ce qu’il dénonce ne fait jamais qu’écho à tout ce que nous avons partagé ici au fil des années, qu’il s’agisse des acquisitions, de la performance opérationnelle, des coûts de maintien en condition, des aberrations contractuelles et de la gabegie financière largement profitable à certains (et pas uniquement LM). Et au final, ils en arriveront à la même conclusion : tous les appareils des premières générations et qui ne sont pas upgradables ou dont les coûts d’upgrade sont simplement trop conséquents seront mis à la benne (sauf quelques-uns pour la première transformation sur F-35 de pilotes) ; le reste sera exploité avec des pincettes, d’abord du fait d’un taux de disponibilité affligeant, ensuite du fait des coûts de mise en service, enfin parce que chaque condition environnementale agressive les rendra d’autant moins opérants tout en étant encore plus coûteux dans le maintien de leurs caractéristiques de furtivité (on reparle des revêtements en plein désert ?). Bref, un appareil qui logiquement à la fin du processus sera limité à du mini-Awacs, avec quelques rares coups d’éclat d’entrée en 1er pour du SEAD si l’occasion se présente jamais un jour ou en veille au-dessus des mers histoire de dissuader un adversaire pas trop déterminé, et un nombre d’appareils qui tendra naturellement vers un seuil critique plutôt que de constituer le gros des forces. Mais avec à terme du laser et des drones autour pour faire se pâmer les amoureux transis. Je souhaite quand même que dans ces rôles là, il serve quand même vraiment à quelque chose. Parce que sinon, ça ne sera pas juste une gabegie industrielle, ça sera surtout pas mal de pays acheteurs qui se retrouveront asséchés et à poil face à une vraie menace militaire.
  20. Cette fois, pas de mauvaise surprise : alors que lors du premier essai de remplissage cryo, SpaceX avait rencontré un souci avec le tube interne de transfert du méthane (qu’ils appellent « downcomer ») du Booster 7, après réparation le second test a été mené hier en fin d’après-midi sans aucun accroc.
  21. Petit retour rapide sur 2 événements à Boca Chica : - Booster 7, qui avait rencontré un souci lors de son premier test cryo est de retour sur le Pad Orbital A, et va réaliser un second test ce soir - SN24 vient d’être complètement stacké. Particularité, c’est le premier à intégrer une porte cargo - SN16… devrait partir à la casse. Il était sur un des plots de présentation, il semble qu’il va bientôt le libérer pour être démantelé.
  22. TarpTent

    Le F-35

    La façon la plus simple de présenter les choses, c’est que le jour où ça sera vraiment opérationnel sur F-35, on pourra voir si c’est vraiment la 8ième Merveille du Monde. En attendant, c’est en place sur le Rafale, opérationnel et largement combat proven. Alors les certitudes sur l’intégration, la quantité d’information et le moindre travail nécessaire, ça fait sans doute bien à écrire sur Powerpoint, mais on n’est pas non plus obligé d’y croire aveuglément ni de rabaisser nos propres systèmes qui eux, sont une réalité. Là où le F-35 essaye de définir un état de l’art depuis 20 ans et ne fait pour le moment que courir après son idéal, le Rafale lui voit ses systèmes être opérationnels depuis ses débuts, évoluer et être mis à jour régulièrement, et sont maintenus up-to-date sans coup férir. En attendant, votre F-35 est dessiné sous Catia, et c’est un logiciel Dassault. Heureusement que LM n’a pas essayé aussi d’écrire son propre logiciel, sinon comme avec Alis ou votre simulateur tellement génial que ça fait 15 ans qu’il n’existe pas, ça serait sans aucun doute la 9ième Merveille du Monde… sur le papier, en attendant qu’un jour prochain, peut-être, ça fonctionne et que tout le monde se pâme… ou toujours pas.
  23. Nécessairement, comme à chaque fois, et c’est pour ça que le test du deluge d’eau qui vient d’avoir lieu est intéressant. Quant aux phénomènes de possible couplage vibratoire, une Falcon 9 est déjà propulsée par 9 Merlin (ou Falcon Heavy, qui couple 3 premiers étages de Falcon 9), donc ça n’est pas exactement comme s’ils allaient tout découvrir avec le Booster. Le Booster emploie par contre des réacteurs nettement plus puissants et en plus grand nombre : ça devrait donc être intéressant. C’est vrai (peut-être pas en ce qui concerne le « long » chemin, ceci dit), et le vrai vol sera le vol orbital, pour lequel ils attendent une autorisation de la part de la FAA de pouvoir utiliser les installations qu’ils ont bâti à cet effet… depuis quelques lustres, en fait. En attendant, le SN15 a permis de tester la dynamique de vol pour l’ensemble du cycle en suborbital, et pour un concept comme celui-là, il s’agissait d’une étape indispensable avant de faire quoi que ce soit d’autre. Il n’y a pas vraiment d’inquiétude pour le SN sur MaxQ par exemple, le vrai défi sera la rentrée atmosphérique. Et pour le Booster, de pousser propre et droit (en attendant ses futurs tests de récupération, comme pour le 1er étage des Falcon 9).
  24. Un reportage qui montre le Dreamchaser sous un peu toutes les coutures :
×
×
  • Create New...