Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

mehari

Members
  • Posts

    5,982
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    8

Posts posted by mehari

  1. 14 hours ago, g4lly said:

    SNEB 68 ou Hydra 70 c'est juste un standard de compatibilité ... tu remplis la cellule avec ce que tu veux. Il existe des rockets compatible Hydra qui portent à 15km si tu veux. Et ce sera la même chose sur de compat' SNEB si quelqu'un souhaite en produire.

    Quelles sont les roquettes de 70 partant à 15km (usage sol/sol à basse altitude)? Je n'en trouve pas.

    Quoiqu'il en soit, oui on pourrait allonger la portée et la charge des 68mm mais ce n'est pas ce qui a été développé et présenté.

    D'ailleurs, j'ai du mal à trouver des datasheets sur les roquettes de 68 et produits associés. Quelqu'un sait où ça se trouve (spécifiquement la gamme de charges et leur taille)?

  2. 28 minutes ago, Alzoc said:

    C'est une solution qui est déjà en service en Ukraine :

    https://www.armadainternational.com/2024/02/l3-harris-vampire-counter-drone-system-proven/

    Après toute la difficulté avec ces systèmes c'est de détecter les drones suffisamment tôt pour faire en sorte que l'optronique regarde dans la bonne direction.

    Les roquettes à inductions (68mm utilisées en France) ne sont pas les mêmes que celles utilisées dans le Vampire (70mm type Hydra). La masse est plus faible (8.8kg contre 12.7 pour la FZ275LGR et 15 pour l'APKWS), tout comme la portée (5km contre 7km pour la FZ275LGR, chiffres probablement très différents dans un usage sol-air) et très probablement la charge.

    On pourrait utiliser les 68mm en sol-air mais ce ne serait pas forcément le meilleur des choix et il n'est pas garanti que le système s'en sorte aussi bien que le Vampire.

    • Thanks 1
  3. 1 hour ago, Titus K said:

    Casse gueule non ?

    GKV1okwWwAAfwmf?format=jpg&name=medium

    Ce n'est pas hors de l'ordinaire pour des obusiers de ce type. Il suffit de voir les couples K9/K10 et M109/M992. Le but est de ravitailler les réserves relativement significatives de l'obusier rapidement et en restant sous blindage.

    Je dirais que c'est l'avantage principal des systèmes de ce type.

    • Thanks 1
    • Upvote 1
  4. 5 minutes ago, Patrick said:

    C'est la même histoire que pour n'importe quel autre calibre qui utiliserait les mêmes chargeurs d'ailleurs. Mélanger du 6.8x51 et du 7.62x51 dans les mêmes unités causerait presque les mêmes problèmes mais là pas de risque de chambrer une cartouche par inadvertence. Avec le .300BLK c'est encore possible.

    C'est pas un problème de performance d'alimentation, c'est un problème de "je peux mettre dans une arme pas chambrée dans un calibre un chargeur contenant des munitions d'un autre calibre, chambrer une cartouche et tirer, ce qui fera exploser l'arme dans mes propres mains".

    Ce qui va arriver aux US vu qu'il n'y a à ma connaissance pas de décision sur ce qu'il va arriver aux M240B des escouades d'appui. Je suppose que les poches seront différentes et que les bandes permettent une inspection visuelle des cartouches avant de les insérer mais les erreurs restent possibles.

    • Like 1
  5. 1 hour ago, rasi said:

    Le ministre qui dit avoir eu plus d'information  en allant sur internet que via l'état major cela  fait un tout petit peu désordre.

    Sauf que ce ne serait apparemment pas correct:

    Quote

    [...]

    Following this, the Danish Defence Command and Navy reportedly took immediate action, but Minister of Defence Troels Lund Poulsen told Danish public broadcaster DR that he knew about the issue only after OLFI reported it. A classified document seen by Danish TV 2 does however paint a markedly different story, and states that the MoD was informed as part of a meeting held on March 15, during which it was decided to hold a more detailed briefing on the issue three days later.

    [...]

    https://www.navalnews.com/naval-news/2024/04/danish-frigate-cuts-red-sea-mission-short-after-technical-issues/

  6. 13 hours ago, herciv said:

    La mobilité ne fait pas tout manifestement puisque les ARCHER semblent avoir des pertes nettement plus élevé que le CAESAR. Il doit y avoir autre chose. Peut-être la compacité.

    Je ne serais pas surpris si les systèmes ne sont pas utilisés complètement différemment avec des obusiers autopropulsés blindés comme le PzH2000 ou le M109 en service plus proche de la ligne de front tandis que les CAESAR plus légèrement protégés mais opérationnellement très mobiles gardés à l'arrière pour les feux à plus longue portée. Ça a surtout du sens si on considère la portée plus restreinte des M109.

    Les Archer et autres DANA utilisés sous blindage sont peut-être dans la même catégorie ce qui justifierait des pertes plus importantes.

    • Upvote 2
  7. 5 hours ago, Titus K said:

    C'est vrai, mais une partie du problème ne vient pas de la volonté d'utiliser justement des missiles US avec des systèmes européens ... sur des programmes tout petits de 3/4 navires en plus ?
    A la limite la solution espagnole de reprendre tout l'écosystème Aegis me semble plus sain et simple 

    Si c'est un problème de communication entre le CMS et le radar, les missiles ne rentrent pas encore en ligne de compte. Le problème aurait aussi eu lieu avec des missiles Aster.

  8. 4 hours ago, g4lly said:

    A mon sens on pourrait voir une réorganisation vers le bas permettant aux fantassins l'utilisation d'arme à plus longue portée.

    • La GPMG 7.2 passerai en 6.8 quelques choses
    • La HMG12.7 passerai en 338 Norma Mag

    On aurait deux armement assez facile à porter et à mettre en œuvre à pieds ... et qui bien sur peuvent prendre place sur un véhicule.

    Tout ça sans perte de portée ou d'effet terminal.

    en 6.8 on à une mitrailleuse de 6kg ... en 338NM une mitrailleuse de moins de 10kg.

    Le problème avec ce calcul est que ça ne marche que pour les éléments débarqués. Pour les véhicules, il est toujours intéressant de conserver la 12.7 dont l'énergie et le potentiel de pénétration mettent les véhicules les plus légers en sérieux danger. Une balle de 647gr (M33 Ball) partant à 928m/s conserve significativement plus d'énergie à toutes les portées que la .338 de 300gr à 823m/s.

    Donc on finit par ajouter un calibre à l'inventaire. On pourrait se dire que ça ne fait pas de différence si les snipers l'utilisent aussi mais les quantités en jeux sont complètement différentes et ils utilisent des munitions spécialisées dans tous les cas.

    1 hour ago, Alzoc said:

    Ok donc si je résume les réponses de @mehari et@Patrick , l'idée est que le 6,8 mm est un mauvais calibre intermédiaire car trop proche du 7,62 mm et ne pouvant donc pas remplacer le 5,56.

    Le débat technique ne porte pas tant sur l'utilité d'un calibre intermédiaire mais plutôt de où le placer entre le 5,56 et le 7,62 (et donc de définir un cahier des charges qui fasse les bons compromis).

    C'est le problème. Tout le monde est d'accord sur l'utilité d'un calibre "intermédiaire" (sauf les US il semblerait) mais personne ne s'accorde sur le compromis.

    La 6.5 LICC a du potentiel en termes de portée mais ça représente quand même une augmentation de masse et recul. Les 6.5 Grendel, 6mm ARC et .224 Valkyrie sont toutes plus proches de la 5.56 mais sont-elles suffisantes pour permettre un départ de la 7.62 vers autre chose (et est-ce que cet autre chose peut-il être aussi lourd que la .338NM ou doit-on utiliser quelque chose de plus léger)?

    La question est infinie.

    • Like 1
  9. 1 hour ago, hadriel said:

    Non c'est le système, 6/mois c'est la prod système actuelle, il doit y avoir des tubes de rechange mais c'est en plus.

    Les Estoniens souhaitent en commander d'ailleurs.

    https://news.err.ee/1609300116/estonia-plans-to-buy-18-french-made-caesar-howitzers

    Intéressant au vu de leur achat récent de K9.

    Edit: Ce qui est encore plus intéressant est que ça va faire partie d'un bataillon d'artillerie divisionnaire aux côtés d'HIMARS. Je suppose que le raisonnement est que les obusiers chenillés et protégés sont meilleurs pour l'appui plus rapproché tandis que les obusiers sur camions sont meilleurs pour fournir l'appui à longue distance où leur vulnérabilité est moins importante et leur mobilité opérationnelle un atout.

  10. 11 minutes ago, Titus K said:

    Les Zeven Provinciën néerlandaises en plus des Sachsen allemandes ont le même radar/missiles. Ca doit quand même serrer les fesses dans la frégate Tromp 

    Mais pas le même CMS. Si la liaison radar-CMS est la source du problème, il n'apparaît peut-être pas sur les autres frégates équipées d'APAR.

    À priori, les LCF/DZP et F124 utilisent le SEWACO XI/TACTICOS de chez Thales NL tandis que les Danois utilisent le C-Flex de chez Terma. Il n'est pas garanti que le radar lui-même soit en tord.

    15 minutes ago, Titus K said:

    On a pas eu de problèmes de ce genre sur les navires PAAMS UK/IT ou sur les FREMM FR/IT en mer rouge ... comme quoi le salut n'est pas forcément americain.

    Radar néerlandais et CMS danois. Rien d'américain là dedans.

    • Thanks 1
  11. 2 hours ago, Alzoc said:

    Après l'intérêt principal de ce calibre intermédiaire c'est de simplifier la logistique en remplaçant à la fois le 5,56 et le 7,62.

    Mais pour en tirer tous les bénéfices, il faudrait l'adopter à l'échelle de toute l'armée (puis de l'OTAN) ce qui demande une modification en profondeur de la chaîne logistique et surtout de l'organisation des groupes de combat.

    A voir aussi s'il n'y a pas un intérêt en termes de performances (et là je n'ai pas vraiment les billes). Par rapport à la période (guerre froide) qui avait vu l'adoption de la 5,56 mm comme calibre d'infanterie principal, les gilets pare-balles sont devenus un équipement standard dans pratiquement toutes les armées du monde et ils ont fait d'énormes progrès (je crois ma souvenir d'images d'un gilet capable d'encaisser un tir de 12,7 mm sur un des fils sur la guerre en Ukraine). Donc peut être que partir sur une nouvelle munition optimisée pour ses capacités de perforation aurait aussi un intérêt au delà du "simple" aspect logistique.

    En supposant que ça puisse remplacer la 5.56, ce qui est tout le problème. Ce truc prend tous les enseignements tirés de la Seconde Guerre Mondiale (et par la suite de la Guerre du Vietnam), les range en belle petite pile et y met le feu.

    C'est un calibre beaucoup plus lourd (à peine plus léger que la 7.62 OTAN), avec un recul important (similaire ou à peine inférieure à la 7.62 OTAN) pour obtenir des résultats pas si différents de la 6.5mm Creedmoor.

    Les arguments en sa faveur sont la portée (c'est vrai mais il y avait des moyens plus simples de l'obtenir) et, supposément, la pénétration de protection individuelle de niveau 4 (sur l'échelle US NIJ, soit une munition .30-06 M2 AP à 9.1m/s) à une distance importante. Or, cette pénétration n'est possible qu'avec des munitions spécialisées dont la technologie est adaptable aux 5.56 et 7.62 (sans compter que percer le niveau 4 pourrait s'avérer insuffisant à l'avenir).

     

    In fine, ils auraient pu obtenir de bons résultats à moindre coût en prenant quelque chose comme la 6mm ARC (qui aurait permis une réutilisation d'une certaine part de l'inventaire actuel) ou la 6.5mm LICC.

    J'avais fait le calcul précédemment et même avec une réduction significative de la masse de la LMG et de la quantité de munitions transportée, on arrivait à une augmentation de la masse emportée par chaque fusilier de 2.64kg et chaque mitrailleur de 1.73kg, sans compter les accessoires (viseurs, lasers, lampes, etc.).

    L'augmentation pour les fusiliers peut s'expliquer par le fait que le remplaçant de la M4 n'allait jamais approcher sa masse (cette dernière est très légère) mais à 3.8kg (sans le silencieux) le fusil de 13in n'est pas exactement le plus léger de sa catégorie. Cependant, malgré la réduction de 33% du nombre de munitions, chaque chargeur pèse 157g (total pour 7 chargeurs: 1.1kg) tandis que pour les mitrailleurs, si chaque poche pèse 70g de moins (grâce à une réduction de 50% de la capacité), chaque soldat en emporte une de plus pour une différence de 2.86kg nullifiant complètement le gain de 1.12kg obtenu sur l'arme.

     

    Le calibre (dans une version moins sur-pressurisée) a du potentiel pour remplacer la 7.62 mais pour la 5.56, j'ai de sérieux doutes sur son bien fondé.

    • Like 1
    • Upvote 1
  12. 1 hour ago, herciv said:

    Mouais mais alors pourquoi la DGA a sauté sur l'idée ? SAFRAN parle bien "d'adapter la solution AASM". 

    Parce qu' "adapter la solution" ne veut pas forcément dire "coller un gros booster derrière une AASM 250". Ça veut potentiellement dire prendre le concept de modularité et les briques technologiques de l'AASM (technologies de guidage (INS, GPS, IIR)) mais dans une nouvelle forme adaptée aux contraintes spécifiques(longueur, diamètre) d'un MLRS.

    • Like 1
    • Upvote 2
  13. 3 hours ago, herciv said:

    Donc en gros à part la partie avant rien n'est commun ?

    La partie avant ne peut pas être commune non plus. Si je vois bien les images qu'on a de l'AASM, les ailerons excèdent en envergure le diamètre du corps de bombe, en tout cas sur les AASM 125 et 250. Vu qu'une Mk82 fait 273mm de diamètre, on peut penser que cette envergure est à ~300mm (voire plus).

    Sans compter que les corps de bombes ne sont probablement pas réutilisables non plus (en négligeant le fait qu'ils font minimum 113kg (Mk81), leur facteur de forme n'est pas du tout optimisé de la même manière).

    Pour être clair, on peut très probablement coller un gros booster au cul d'une AASM 250 mais ça va juste créer un truc du calibre du BM-30 ou PHL-16, avec des roquettes de >7.5m de long.

    Il vaudrait probablement mieux créer un système optimisé avec ses propres charges, sa propre motorisation et son propre guidage. Ce guidage peut inclure l'INS et les senseurs de l'AASM mais ce ne sera pas le même module.

    • Upvote 1
  14. 15 hours ago, hadriel said:

    Ah bonne question, j'en sais pas plus que toi. D'ailleurs qui dans les pays européen est capable de fournir une division mais pas d'encadrer un corps? Ptetre que les Espagnol ou les Italiens sont une option plus raisonnable que les Brits.

    C'est là qu'est le problème. Les pays européens/OTAN à >40M habitant ont tous un corps OTAN (UK, Allemagne, Pologne, Italie, Grèce, Espagne, France, Turquie). Les pays à ca. 20M sont pourraient en théorie générer 1 division mais disposent également d'un corps OTAN (Roumanie (et dans ce cas là génère 2 divisions)) ou disposent de tellement d'éléments disparates qu'une division est hors de question (Pays-Bas (intégrés en conséquence à l'Allemagne)). En dessous (ca. 10M et moins), il est quasiment impossible de générer une division d'active et la plupart génère 2 brigades. La seule exception à laquelle je peux penser est la Suède (et la Finlande mais je pense qu'il génèrent 4 corps tout seuls) mais il sont assez centrés sur le théâtre nordique.

    Et même si division il y avait, ce serait plutôt 3 brigades sans réels appuis divisionnaires. Je ne suis d'ailleurs pas sûr que ceux qui fournissent supposément des corps soient tous capables de fournir des appuis à ce niveau non plus.

     

    La solution serait de commencer à réellement s'organiser au niveau supranational avec des formations divisionnaires (et au dessus) multinationales plutôt que des corps qu'on ne sait remplir sans solide mobilisation. Ces formations seraient composées de brigades interarmes nationales et d'élément d'appuis multinationaux pour des opérations de niveau européen ou OTAN (mon exemple fétiche étant une division Nord-Ouest Europe composée de la Brigade motorisée BE, la 13e Brigade Légère NL et la BFA, attachée à l'Eurocorps).

    Bien sûr, ça suppose que beaucoup de pays abandonnent "leur" corps mais ça donnerait quelque chose de plus cohérent que ce qu'on peut voir maintenant.

    • Upvote 1
  15. 5 hours ago, HK said:

    Mais visiblement il y a des Hollandais qui se croient meilleurs en sous marins conventionnels que tout le monde (Allemands, Français, Japonais etc) et pour qui « si ça ne ressemble pas à un Walrus ce n’est pas bon » surtout quand c’est français…

    Il y en a partout. C'est pas juste les hollandais et on trouve ça dans tous les pays sur tous les sujets (surtout dans les cas où le pays disposait de cette capacité industrielle par le passé).

    Il suffit de voir ce qu'il se passe quand on parle d'acheter des avions, chars ou navires étranger en France sur ce forum...

     

    Pareil en Belgique sur les armes à feu (sauf que dans ce cas-ci, ils ont raison).

    • Like 2
    • Upvote 2
  16. 15 hours ago, Titus K said:

    Malaisie

    En Malaisie NG a vendu une variante des Gowind. En Indonésie, Damen a vendu 6 SIGMA en 2 variantes mais pour l'instant, c'est les Italiens qui remportent le gros lot avec une commande de 6 FREMM, 2 Maestrale et 2 PPA. Ils ont aussi acheté 2 Arrowhead (Type 31) à Babcock.

    Mine de rien, les Italiens ont l'air de rencontrer un certain succès avec leurs FREMM. Outre la vente aux US, ils ont vendu 2 unités en Égypte et 6 en Indonésie.

    • Upvote 1
  17. 24 minutes ago, FoxZz° said:

    Mais même, toutes les missions dont tu parles sont des missions classiques des armes de mélée : la couverture, la flanc-garde, la reconaissance, la surveillance, le controle de zone, etc. Certaines sont particulièrement typée cavalerie comme la flanc garde ou la reco, mais il n'y a pas besoin d'unités spécifiques pour le faire. A titre d'exemple, à l'heure actuelle, l'unité de N6 la plus adaptée pour remplir une mission de flanc garde, c'est un peloton de char Leclerc.

    En supposant une action de brigade, la présence d'un élément dédié pour le rôle de reconnaissance/sécurité permet de conserver les forces de mêlée pour le contact, facilite la concentration de force et permet plus de flexibilité sur leur engagement. Dans l'exemple présenté, l'élément de cavalerie est supposé sévèrement affaiblir l'avancée adverse avant même que les éléments de mêlée n'entrent en jeu, et ce à plusieurs dizaines de kilomètre de la force principale.

    Si tu considères à l'inverse que chaque GTIA est chargé de sa propre reconnaissance et sécurité, tu affaiblis fortement cette possibilité vu que le GTIA est supposé agir beaucoup plus en avant de sa propre force, ce qui n'est pas le cas si ce rôle est laissé à la brigade.

    En opération dispersée cependant, il reste possible de répartir les escadrons de cavalerie au sein de GTIAs pour s'occuper de leur sécurité. Dans l'autre sens, ça veut dire que l'élément de mêlée doit aussi disposer de suffisamment d'éléments en propre pour fonctionner lorsque les élément de brigade sont occupés ailleurs, d'où les mortiers lourds et les pelotons de reconnaissance organiques.

  18. 9 hours ago, hadriel said:

    Le contrat ops de la LPM c'est une division à deux brigades FR pour 20 000 pax au total. Avec une brigade en rab (Belge par exemple), et une div en rab (Brit?) pour former un corps.

    Qu'est-ce qui vous fait penser que vous allez avoir une division britannique en rab pour former un Corps? Tout le monde à l'air de penser que les autres auront des divisions à leur refiler pour son corps mais les britanniques vont remplir en priorité le leur (Allied Rapid Reaction Corps). En y regardant de plus près, la France participe à deux corps différents (CRR-FR et Eurocorps).

    • Upvote 1
  19. 16 hours ago, FoxZz° said:

    Un petit point sur les régiments de cavalerie et la fonction reconnaissance. Comme je l'expliquais dans un précédent poste, je ne vois aucun intérêt à former des régiments de cavalerie de "reconnaissance". Dans l'armée de terre la reconnaissance "tactique" est du ressort de tous avec des pions plus ou moins spécialisés (PRI, TE, pelotons de cavalerie, drones, observateurs d'artillerie, etc) qui viennent ensuite s'insérer dans l'échelon de découverte scorpion. Ces régiments tels qu'on les envisages sont des régiments de mêlée normaux et n'ont donc pas lieux d’être. En revanche, avoir des unités de reconnaissance et de renseignements dans la profondeur au niveau divisionnaire pourquoi pas, mais on serait plus sur quelque chose du style 2eRH. Et au vu du format de notre armée, je pense qu'en effet il vaut mieux garder ce type de régiments dans la brigade rens, quitte à la renforcer avec un 3e RH et un deuxième régiment comme le 54.

    C'est une vision restrictive de la fonction de la cavalerie dans d'autres pays. Son rôle n'est pas simplement la reconnaissance (même si c'est celui qui est le plus marketable). Le rôle est la vision et la sécurité (plus les missions d'économie de force).

    Je vais laisser cet extrait de BattleOrder expliquer les fonctions de la cavalerie US (via l'ACR) vu qu'il rendra ça probablement plus clair que moi.

    Quote

     

    Ceci est à prendre en compte en plus des autres emplois des blindés au sein des CAB par exemple. C'est aussi quelque chose qu'on peut retrouver en France dans la structure de la Division Javelot de la Guerre Froide:

    Quote

    a137e0_2a1e445f16e0440cabff57eab97e6b07~

     

    • Upvote 1
  20. 2 minutes ago, hadriel said:

    D'autre part le 105 n'a pas l'allonge du 155 et n'a pas l'effet terminal

    D'où la suggestion de disposer de 155mm divisionnaires.

    3 minutes ago, hadriel said:

    n'a pas l'effet terminal et la flexibilité du 120 (plus compliqué à héliporter et même à tracter derrière un fardier, plus compliqué à cacher, etc)

    D'où ma suggestion d'obusiers de 120mm (même si le 105mm L118 HE est beaucoup plus proche du 120 que le reste des 105). Note par ailleurs que le 105mm (ou les obusiers en général) ont d'autres usages qui ne sont pas possible sur un Mo-120-RT, dont le tir direct.

    Enfin, je ne suggère pas l'abandon du mortier de 120mm. Dans les exemples donnés, on trouve toujours des 120 (dans les armées italiennes, US et chinoises dans les élément de mêlée par exemple).

  21. 4 minutes ago, hadriel said:

    Ca ferait un système qui n'est pas dans l'active, et un nouveau format d'obus.

    Ce serait pas plus malin de rester sur du 120 ou du 155? Avec une option pas cher qui serait d'avoir des batteries de réserve en 120 tracté, qui est peu complexe et pas mal adapté au réservistes du coup. Ou sinon vu qu'on est capables de produire des Caesar comme des petits pains, se doter de batteries de réserve Caesar. Mais je sais pas si les réservistes arriveraient à garder les compétences dessus. Mais si ils sont rappelés on pourrait faire des pièces mixtes, avec les postes complexes armés pour des gens de l'active et le reste pour des réservistes (pour porter des obus les réservistes ça doit suffire). Ca permettrait de sérieusement augmenter la puissance de feu de la division projetée sans augmenter la masse salariale.

    En théorie du 105 (ou mon hypothétique obusier de 120mm) pourrait aussi servir dans les légers.

    C'est le cas en Italie où les mortiers de 120mm se trouvent dans l'infanterie. L'artillerie des 3 brigades légères y est composée d'obusiers 155mm FH-70 et de 105mm Mod 56 dans l'artillerie alpine et de 105mm Mod 56 et mortiers de 120mm additionnels dans l'artillerie aéroportée.

    En Espagne, l'artillerie médiane est sur 105mm L118 tandis que l'artillerie navale utilise une combinaison de 105mm Mod 56 et M109 (à priori, l'armée disposait de Mod 56 aussi par le passé).

    Et bien sûr, on a la combinaison de 105mm M119 et 155mm M777 dans les IBCT de l'US Army.

     

    Ceci dit, la question du mélange des types de munitions au sein des brigades est valide. Je pense que ce serait bien plus aisé au sein de divisions. Si on est uniquement organisé en brigade, on veut éviter de perdre les capacités du 155mm ce qui conduit à des bataillons d'artillerie mixtes.

    Si on a un niveau divisionnaire cohérent cependant, on peut imaginer (dans les unités légères), l'usage de 105mm (ou autre) dans les brigades, supportées par de l'artillerie divisionnaire en 155mm.

    Les Chinois travaillent comme ça (même si ils n'ont plus de divisions) avec des brigades de combat équipées exclusivement de 122mm et des brigades d'artillerie disposant des 155mm (et des MLRS lourds). Par le passé, les russes faisaient pareil, même si ils semblent vouloir abandonner le 122mm de nos jours.

×
×
  • Create New...