Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

mehari

Members
  • Posts

    4,652
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    7

mehari last won the day on June 24 2018

mehari had the most liked content!

Reputation

3,536 Excellent

Profile Information

  • Pays
    Belgium

Recent Profile Visitors

The recent visitors block is disabled and is not being shown to other users.

  1. Si on regarde le train actuel des choses, ça semble très mal parti si je ne me trompe pas.
  2. En fait, je pense qu'on peut diviser les capacités à traiter comme on veut mais on génère trois/quatre besoins. Par exemple, on peut considérer les bulles locales et globales, les bulles mobiles et semi-mobiles, etc. mais les besoins sont ceux-ci. Il faut comme tu le dis une protection mobile et protégée capable de fournir une protection rapprochée aux unités de contact, avec leur degré de mobilité et de protection. C'est le Self Propelled Anti-Air (Contact), SPAA(C). Il faut aussi une protection à plus haute altitude/longue portée pour fournir une couverture à la division et à ses arrières qui sont des éléments moins mobiles et demandant moins de blindage. C'est la batterie de missiles AA (SAMBty) De plus, il faut une protection rapprochée aux éléments mobiles qui ne soient pas des éléments de contact. Si une batterie d'artillerie se voit repérée par un drone, il faut qu'elle puisse s'en débarrasser. Ça demande aussi des SPAA mais pas forcément les mêmes ou aussi protégés que les autres: Self Propelled Anti-Air (Rear - Short). Par ailleurs, si la SAMBty divisionnaire peut fournir une protection semi-mobile à la division, les éléments plus mobiles de la brigade ont aussi besoin d'une bulle à plus haute altitude mais qui puisse l'accompagner au fur et à mesure de son avance. Encore un type de SPAA: SPAA(Rear - Long). Enfin, les unités n'emportant pas de véhicules (aéroportés, infanterie de montagne, infanterie de marine, etc.) ont aussi besoin de quelque chose pour se défendre, qui soit préférablement portable par un homme: Man-Portable Air Defence (MANPAD) Plusieurs de ces besoins peuvent parfois être remplis par une seule plateforme mais les coûts ou les impératifs logistiques feront que des plateformes différentes seront parfois nécessaire. Prenons le cas d'une division blindée parce que ça simplifie le problème (plus de place sur les véhicules). La capacité SPAA(C) peut être rempli remplie par l'automoteur que tu décris. Cependant, je ferais l'argument que les capteurs, le laser, le canon et les missiles peuvent tous tenir sur un unique 8×8, surtout si le laser est suffisamment petit (et qu'on a pas besoin de deux canons). Rheinmetall a son SkyRanger 30 avec un KCE 30mm à 1200cps/min avec deux missiles et un laser. Boeing a aussi montré un mat montable sur l'arrière un 8×8 ACV avec 4 radars MHR de Leonardo et un laser CLWS de chez eux. Si on s'en réfère aux images d'Eurosatory, le Helma-P, malgré son énorme volume au niveau du "canon" aurait aussi une toute petite empreinte spatiale et pourrait être une option. Cependant, je suggérerais aussi de faire de la capacité radar une capacité optionnelle pour ce système, pour éviter de se faire repérer par les émissions. L'EMCON est toujours un dilemme entre ce qu'il apporte et ce qu'il enlève mais rien ne sert d'essayer de protéger un élément contre la reconnaissance par drones si c'est pour le révéler en émettant des ondes dans toute les directions. La veille serait alors principalement assurée par des éléments passif (optronique ou RF) et via le réseautage vers les éléments de la brigade et de la division. En fonction du reste des effecteurs, on peut aussi se demander si les missiles sont vraiment nécessaires (ils sont absents sur 2S38, Lvkv40 ou Chunho (K30 Biho sur 8×8)). En théorie, il faudrait l'équivalent d'un peloton de ces systèmes par unité de contact avec de quoi fournir un système à chaque SGTIA. Par ailleurs, il faut aussi pouvoir couvrir les éléments arrières qui peuvent se retrouver face à un drone de reconnaissance. Ici, on est plus sur des unités de contact et la menace n'est pas forcément aussi importante ou variée. Si le SPAA(C) pourrait faire l'affaire, un missiles léger monté en parallèle à une MG ou un laser léger sur 4×4 pourrait être tout aussi efficace. On pourrait aussi utiliser des porteurs dronisés avec capteurs passifs. La capacité divisionnaire est simple à expliquer et remplir donc je ne vais pas rentrer dans les détails mais parmi les candidats, on trouve les CAMM(-ER), NASAMS, SPYDER, MICA, etc. On notera que l'échelon divisionnaire pourrait aussi fournir des systèmes plus spécialisés pour la protection de base/FOB ou de points d'intérêt avec des canons sur camions/remoque, plus gros laser et missiles CRAM. L'échelon au dessus est probablement à laisser à l'armée de l'air. On notera que l'échelon divisionnaire devrait aussi comprendre un élément C2 et détection assez important pour faire de l'ensemble des forces AA sous son commandement un système réseauté unique. Enfin, on a le problème de la brigade. Les systèmes divisionnaires assurant la couverture contre les drones MALE (entre autres) sont très peu mobile et donc incapable d'avancer avec une brigade. Les systèmes de contact, si ils sont mobiles et protégés, ont une portée restreinte et ne peuvent donc faire face aux menaces à plus haute altitude ou à plus longue portée. Il faudrait donc un entre-deux, le SPAA(R-L). Un tel système serait vraisemblablement composé de missiles à courte portée basés sur un unique véhicule autonome embarquant également les senseurs. Comme le SPAA(C), il devrait pouvoir fonctionner passivement ou activement suivant la situation. Personnellement, j'ai en tête un ADATS ou un Crotale Mk3 moderne, ou un Sosna-R. Chaque véhicule étant autonome, ils sont prévus pour opérer de façon dispersée sur le terrain de la brigade La brigade aurait aussi deux autres rôles, elle serait en charge du C2 pour ses unités, liant ainsi les pelotons SPAA(C), SPAA(R-S) et SPAA(R-L) entre eux pour le partage d'information et serait aussi en charge d'un peloton de senseurs avec des radars plus puissants que ceux disponibles sur les différents systèmes SPAA. Un peloton ravitaillement pour les SPAA(R-L) pourrait être utile, le tout formant une batterie AA de brigade. Automoteur Anti-Aérien (AMAA)? C'est assez littéralement la traduction de Self-Propelled Anti-Air utilisé en anglais. Ajoute Système AMAA (SAMAA), Canon AMAA (CAMAA) et Missilier AMAA (MAMAA) pour traduire SPAAS, SPAAG et SPAAM. Je ne sais pas si les deux canons sont vraiment nécessaires. Un Bofors 40mm fait 330 rpm au plus et est utilisé seul sur PASARS-16 ou Lvkv40 et est aussi utilisé en CIWS naval. Bien sûr le CT40 est limité à 200 mais on ne doit pas non plus se comporter comme si on était lié absolument à son alimentation actuelle. Les douilles de 40CT sont prévues pour des mécanismes classiques qui permettraient une plus grande cadence de tir. Bien sûr, ce serait moins compact que l'actuel mais toujours plus que d'en mettre deux...
  3. Le structure sera ad hoc mais aucune structure n'est jamais pleinement ad hoc. Il faut un noyaux de gens qui se connaissent et qui développent des automatismes si on veut avancer d'une quelconque manière. Toutes les forces spéciales ont des teams à taille fixe auxquelles ils attachent des éléments si besoin. Les Marine Raiders ont des teams de 14 (divisés en un HQ de 4 et deux éléments de 5). Les Bérets verts travaillent en détachements de 12. Pareil pour le SFG en Belgique. Et les Commandos vont peut-être se recaler sur un fonctionnement plus proche des FS mais il vont malgré tout rester une force amphibie. On aura probablement des compagnies divisées en troupes, divisées en sections. La question est la forme exacte que prendront ces éléments et comment ils se diviserons pour les opérations. Après tout, une LSU, c'est censé être 250 Royal Marines. Les 42 et 43 sont un peu à part. Je ne pense pas qu'ils soient pertinents pour discuter de la dimension amphibie des RM. La structure de la compagnie dimensionne le soutien. Avant de savoir comment on peut la soutenir, il faut savoir ce qui lui manque. Sous Cdo21, le Commando se compose d'1 compagnie de QG, 2 compagnies de combat, 2 compagnies d'appui et une compagnie logistique. Les compagnies de combat ont 3 troops de combat, les compagnies d'appui ont 1 troop anti-char, 1 troop HMG et une troop de combat tandis que la compagnie GQ fourni une troop de reconnaissance (dont snipers), une troop AT, une troop de mortier de 81mm, une troop AT et une troop MMG. Cette structure sera éliminée pour FCF vu qu'on part sur 4 strike companies par Cdo (les Coy HQ et Log restent cependant). Ça pose la question de savoir ce qui se trouve dans la compagnie, de savoir ce que le Cdo fourni avant même de savoir ce que les 4 autres unités devront fournir. Par exemple, le LSU aura besoin de reconnaissance et de sniper. Qui fourni? Est-ce qu'on a toujours une troop de reconnaissance au niveau du Cdo ou est-ce que c'est le SRS du 30 Cdo qui s'en charge? Mais je doute qu'on en sache plus tant qu'ils n'auront pas finir leurs expérimentations. Tout ce que je sais pour l'instant, c'est que les les unités de la 3 Brigade restent, dont les 29 Cdo RA et 24 Cdo RE.
  4. Ça fait quoi? 6 régiments de CAESAR à 4 batteries de 8 canons, soit un par brigade fournissant une batterie à chaque GTIA que la brigade fourni. Pas forcément une mauvaise idée. Ou alors, 8 régiments à 4 batteries de 6 ou 3 batteries de 8 et on crée deux régiments de CAESAR divisionnaires. Pas forcément dénué de sens. Côté HIMARS, on pourrait avoir 2 régiments de 4 batteries de 6 HIMARS ou 3 batteries de 8 chacuns. Il faudra recréer un second RA divisionnaire mais aussi sensé. Pour les MEPAC je suis un peu plus perplexe. Avec la batterie actuelle de 12, ça permettrait de créer 9 batteries (120/12 - 1 arrondi au supérieur (pour les unités de formations)) ce qui ne colle pas vraiment au schéma actuel. En conservant le schéma actuel, 108 unités suffiraient à fournir un peloton de 6 à chaque RI. Ou alors on change la taille du peloton et on fourni un peloton à chaque GTIA soit 6 brigades de 4 GTIA avec 4 mortiers chacun (96) ce qui laisse 24 unités sur le côté. Bref, je ne sais pas trop comment ils arrivent à 120. Et est-ce qu'on donne des MEPAC à l'infanterie de montagne ou aéroportée? Sinon, il y a des plans pour recruter massivement dans l'armée française? Parce qu'avec ça, on multiplierait les effectifs de l'artillerie par 2.5-3...
  5. Tout ça est assez nébuleux pour être honnête. Ils veulent faire un usage massif de drones divers et variés tant pour la reconnaissance (avec des throwbots par exemple) que le ravitaillement, on a vu des mentions d'équipes de 4 ou 12 (ou les deux) sans infos sur la structure de la section, de la troupe ou de la compagnie. Tout ce qu'on sait c'est qu'une "strike company" renforcée par la 3 Cdo Brigade est embarquée sur une paire de navires amphibies. Ça et que le programme Future Commando Force est supposément sérieusement sous-financé.
  6. Le LRG se compose d'un LSU, d'un Albion, d'un Bay, d'un Daring et d'un navire de ravitaillement. C'est l'équivalent des Expeditionary Strike Group de l'US Navy. Le LSU est l'élément terrestre (un Ground Combat Element des Marines) basé sur une compagnie (strike company) des 40 ou 45 Cdo, renforcée par des éléments de la 3e Brigade. Pour ce qui est du support Génie et Artillerie, ils fournissent aussi des éléments. De toute façon, les RM ne peuvent pas réellement s'en passer vu qu'ils n'ont autrement pas de sapeurs ou d'observateurs de feu. On peut se demander ce qu'il va se passer avec les batteries de 105mm par contre au vu des dimensions de l'unité.
  7. Ça n'a aucun sens. Un ASCALON en 120mm ne serait pas compatible avec les canons 120mm OTAN existant. Pas plus qu'un obus de 40mmCT ne peut rentrer dans un canon de 40 Bofors.
  8. On notera que les commandos ont toujours été borderline FS. Lors de la Seconde Guerre Mondiale, leur mission originelle est le raid et l'infiltration et sabotage en plus de l'amphibie classique avec des opérations aux dimensions allant de la brigade à des équipes de juste une dizaine d'hommes. Mécanisé peut-être pas mais motorisé en tout cas. Ils utilisent le Viking (BvS 10) et le Jackal. Plus les Land Rovers Pour ce que je peux voir, ils ont l'air de se concentrer sur le Littoral Strike Unit (grosso-modo un SGTIA) basé sur une compagnie d'infanterie renforcée par des éléments de la Brigade Commando. La question que je me pose est de savoir quelle structure aura non seulement la compagnie d'infanterie standard et les renforcement types qui lui seront attachés.
  9. Il y a Kalibr et Kalibr. C'est une famille de missiles incluant des anti-navires, des missiles de croisière et des missiles porte-torpille. Est-ce la version anti-navire qui a été utilisée ou la version de croisière?
  10. C'est assez flou mais oui. En gros, on peut considérer les domaines suivants: Very-Short Range (Mistral) Short Range (MICA) Medium Range (ESSM) Long Range (Aster 30) Extended Range (SM-6) La question qui se pose est de savoir comment diviser exactement les catégories.
  11. Paywall. Mais je tique sur le 30. 15 LUH, 4-5 HTH, 4 SAR, on est à 24, pas 30. Sauf si ils incluent les 4 NFH (soit 28) mais ils ont déjà été achetés...
  12. mehari

    AMX-45 - Char 45T

    Le Griffin II original faisait 38 "tons" mais métriques ou impériales? Short ou Long? L'usage anglais veut que les tonnes métriques soient écrites tonnes mais c'est pas forcément respecté et de toute façon pas rendu à l'oral. En supposant impériales, aux US ils utilisent plus la short ton que la long ton (plus présente au UK) ce qui nous donne 34.5 Mg. Ceci dit, on est quand même pas très loin de la masse d'un AMX-30. Il faut voir si il y a quelque chose qui force la désignation assault gun et empêche le système de jouer le rôle d'un char médian. On sait qu'il est prévu pour jouer un rôle de cavalerie (i.e. reconnaissance aux US) dans les futures divisions légères autrement dépourvues de la reconnaissance divisionnaire présente dans les divisions JFE et de pénétration ou de l'escadron (i.e. bataillon de cavalerie aux US) de reconnaissance des divisions lourdes.
  13. Il faut le lancer de quelque chose et le concept RC encourage la collaboration entre effecteurs donc autant pouvoir en lancer plusieurs simultanément. Le MLRS me semble tout indiqué même si en soit pas nécessaire.
  14. D'avoir une munition sol-sol à longue portée? Vu que c'est un missile de croisière, il peut faire du vol à basse altitude et apparaîtra aussi plus tard sur les radars ennemi. L'usage du RC100 permettrait aussi des synergies avec le SCAF réduisant les coûts.
  15. La défense va acheter 19 obusiers CAESAR à Nexter. En plus des 9 déjà commandés. Ça porterait le total à 28. @LYS 40 disait qu'on aurait à terme 2 bataillons d'artillerie avec une batterie de CAESAR chacun mais soit on va avoir des batteries de 12 ou 14 obusiers, soit quelqu'un aura une batterie en plus, soit on se dirige vers 2 batteries de 6 obusiers par bataillon. https://www.lecho.be/entreprises/defense-aeronautique/la-defense-va-acheter-a-nexter-19-obusiers-caesar-supplementaires/10398987.html
×
×
  • Create New...