Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

mehari

Members
  • Posts

    4,287
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    7

mehari last won the day on June 24 2018

mehari had the most liked content!

Reputation

3,150 Excellent

Profile Information

  • Pays
    Belgium

Recent Profile Visitors

The recent visitors block is disabled and is not being shown to other users.

  1. D'un patrouilleur supplémentaire ou d'une frégate. Pas sûr. Patrouilleur certainement pas, notre ZEE est trop petite, sauf si on fait un accord avec les néerlandais pour la surveillance commune des ZEE métropolitaines. Frégate, peut-être (personne ne crachera dessus en tout cas) mais en l'état, le contrat est de 2 frégates ASW. Donc c'est plus chouette à avoir qu'absolument nécessaire Personnellement je pense que l'idée d'un mothership UUV/USV/UAV binational avec les néerlandais serait plus intéressant On notera cependant que Mr Pillen est échevin à Bruges. Tout investissement de la Marine dans de nouveaux vaisseaux retombe favorablement sur sa commune.
  2. Il faut voir si la solution est vraiment intéressante par rapport à un mortier de 120mm, qui a plus ou moins la même portée. Un 122mm long je pourrais comprendre (ça tape à ~50km) mais de nouveau, on commence à avoir ça avec des 155mm comme l'Excalibur (qui a tiré 46km du CAESAR) et le Katana qui vise les 60km. À mon sens, il vaut mieux disperser une partie des appuis au sein des unités d'infanterie ou de cavalerie (dont les 120mm) d'un côté et de l'autre de leur fournir une capacité munition rôdeuse. On a discuté précédemment du 120mm en régiment d'infanterie, comme ce que font les US ou les Italiens ainsi que de remplacer les MMP de la compagnie d'appui. Bien sûr, ce faire va déclencher la fameuse guerre de chapelle évoquée à chaque fois qu'on parle de donner à une arme des capacités qui ressemble un peu trop à celles d'une autre mais tant pis.
  3. Ça me semble plus raisonnable. Ceci dit, je m'abstiendrais de faire des précisions sur les missiles pour le long terme. Si les néerlandais finissent effectivement par abandonner les missiles US, qui sait ce qu'on aura. Par ailleurs, mauvais fil, non?
  4. Sauf si on se met à mettre des RGL sur H160M. Dans ce cas, un EuroFlir ou un truc du genre est nécessaire.
  5. Il y a de la place sur le pont mais est-ce qu'il y en a en dessous?
  6. On notera que l'Amiral Hofman (l'actuel CHOD pour ceux qui ne savent pas) a déclaré dans la Libre qu'il refusait tout commentaire avant la publication du plan détaillé par la Ministre à la fin de la semaine. Par ailleurs, si ce plan doit servir de mise à jour de la vision stratégique pour 2030, ça doit encore passer le Parlement pour être réellement appliqué. L'accord gouvernemental fait que ça ne devrait pas être trop problématique mais on ne sait jamais.
  7. Peut-être mais ça doit aider aussi de pouvoir récupérer un chargeur quelque part en cas d'urgence, même si ça dégrade l'efficacité. Cependant, la différence match/standard est accentuée par le fait que la 5.56 et la 7.62 sont toutes deux très peu performantes d'un point de vue balistique. D'autres calibres ont plus de place d'emblée pour des balles plus efficientes, aidant à réduire cette différence. C'est en partie ce que fait la 6.8 NGSW mais on peut penser aussi à la 6mm ARC.
  8. @fjojo032 On allait jamais avoir tout ce que la ministre proposait et la 3e frégate était honnêtement le moins probable dans toute la liste. Cependant, avec ce nouveau budget approuvé je serais surpris si la marine ne reçoit pas effectivement les 2 lanceurs Mk41 dont elle a besoin.
  9. @FoxZz° Les AT4, GLI et Minimi sont des armes personnelles. Pas besoin de pourvoyeur. Sinon, je suis d'accord avec toi, j'aime beaucoup leur structure similaire aux anciens bataillons combinés US mais avec une taille de peloton réduite et des appuis renforcés (génie, anti-aérien, 2 pelotons de mortiers de 120). Attention à ce que ton groupe rentre dans leurs CV90 (encore que les derniers CV90 ont une capacité de 8), sauf si tu pars sur du VBCI bien entendu. On notera que si on veut ajouter un véhicule, le plus simple est de rajouter un groupe débarqué de 6 sur leur modèle. Sinon, on peut utiliser le modèle français actuel mais ça pose la question du sens de l'usage des appuis. Des mitrailleuses pourraient paraître superflue si on a des IFV pour fournir le feu tandis que des AT en plus pourraient paraître superflu si on a des missiles sur l'IFV. L'un ou l'autre pourraient cependant être utiles si on veut augmenter l'autonomie du groupe débarqué. À voir. Ceci dit, mettre une organisation standard au niveau du peloton permettrait de passer aisément un peloton d'infanterie mécanisée à infanterie motorisée si un déploiement a besoin de forces mais pas forcément d'IFVs. La question est alors de savoir comment le changement au niveau des appuis de la compagnie affecte le tout. Sinon, les Suédois ont un fusilier au moins entraîné Combat Life Saver et une équipe d'observateurs d'artillerie équipée d'un CV90 adapté au niveau de la compagnie (avec une ambulance). On notera aussi qu'il y a eu des proposition pour équiper des véhicules d'UAV ou de munitions rôdeuses à divers endroit et je crois que certains pays donnent des UAV à leur observateurs d'artillerie. Personnellement, ma structure est plutôt (supposant un IFV capable d'accueillir 3+8 personnes) IFV A: Élément embarqué Adjoint au chef de peloton Tireur Chauffeur Élément débarqué, Équipe Feu Chef de groupe débarqué Grenadier Mitrailleur Tireur de précision Élément débarqué, Équipe choc Chef d'équipe Mitrailleur Tireur AT Tireur AT IFV B/C: Élément embarqué Chef de véhicule Tireur Chauffeur Élément débarqué, Équipe Feu Chef de groupe débarqué Grenadier Mitrailleur Tireur de précision Élément débarqué, Équipe choc Chef d'équipe Mitrailleur Tireur AT Tireur AT IFV D: Élément embarqué Chef de peloton Tireur Chauffeur Élément débarqué, Groupe d'appui Chef de groupe d'appui 4 hommes d'appui Opérateur radio La place du chef de peloton et de son adjoint peut être inversée (par défaut le chef est avec son opérateur radio). Le peloton peut opérer selon plusieurs configuration, selon la préférence du chef de peloton pour la situation. Par exemple, chaque groupe peut opérer de concert avec son véhicule pour lui désigner les endroits où se déplacer et où tirer. Dans ce cas, chaque véhicule se trouve sous l'autorité du chef de groupe débarqué associé. Alternativement les éléments embarqués et débarqués peuvent opérer séparément. Dans ce cas là, la règle générale dirait que le chef ou son adjoint débarque et prenne le commandement de l'élément débarqué tandis que l'autre reste aux commandes de l'élément embarqué. La paire ayant un chef de véhicule manquant se retrouve alors sous le commandement du chef de véhicule restant. Si la paire de commandement débarque complètement, le commandement est versé chef de char restant avec le plus d'expérience. Inversement, si la paire de commandement reste embarquée, le commandement de l'élément débarqué est donné au chef de groupe avec le plus d'expérience. On notera par ailleurs, qu'il reste 2 places dans l'IFV D pour des éléments attachés. Ceux-ci peuvent inclure un traducteur, un observateur de feu, un médic (et pas juste un secouriste), un opérateur UAV (même si personnellement je préférerais un système (semi-)autonome intégré à la tourelle) ou autre. Alternativement, si ce siège n'est pas occupé, c'est des munitions ou un système d'arme en plus pour le groupe d'appui. Ce dernier est laissé volontairement blanc car son équipement dépend de la mission et des préférences du chef de peloton. Il peut être équipé de mitrailleuses (MAG, Minimi 7.62 ou même MG338), d'ATGM à courte portée (Spike-SR), d'un canon sans recul Carl Gustav ou même d'un mortier commando de 60mm (genre RSG-60). Je considère que le peloton travaille selon un concept arms room permettant de se reconfigurer au besoin. Par exemple, un groupe pourrait se voir reconfiguré en deux équipes choc par exemple et agir en groupe choc pendant que les deux autre groupes servent d'appui et de protection sur les flancs.
  10. Le truc c'est qu'on continue à penser en GTIA peu importe le contexte. Hors, d'autres pays commencent à repenser leurs formations comme des éléments déployables. Les US avaient déjà la BCT qu'ils sont en train de repenser pour augmenter la rôle des divisions. Les allemands sont en train de réévaluer leurs structures pour avoir à terme des divisions utilisables (avec les appuis qui vont bien (même si je ne suis pas encore sûr de la structure exacte)). Même les anglais sont enfin en train de se réorganiser pour fournir des brigades (ou du moins ils essaient parce que c'est pas brillant). Le truc c'est qu'utiliser les brigades pour générer des GTIA pour des opérations au Mali n'empêche pas forcément l'usage de la brigade en tant que formation en tant que telle. Le truc est de pouvoir générer une force de la taille appropriée: SGTIA, GTIA, brigade ou division. Sinon, autant laisser tomber complètement les brigades utiliser des commandements par arme d'où on tire compagnies et régiments pour créer des unités déployables, à la Sud-Africaine. Sinon, vu qu'on discute de ça, une petite présentation sur la future brigade médiane française. Point intéressant, c'est présenté aux allemands (et donc en allemand). Je ne suis pas entièrement sûr de la source mais ça porte les insignes de l'Armée de Terre et du Commandement de l'Armée allemande donc supposons que ce soit fiable. Ça commence avec la structure de la brigade. On note la présence d'une compagnie de commandement, une compagnie de transmissions et une compagnie de reconnaissance au niveau de la brigade. La compagnie de reconnaissance en particulier est notée comme provenant "d'un bataillon Jaguar". Sinon, on a 2 unités Jaguars, 2 unités Griffon, 1 unité génie et 1 unité artillerie. Les 4 unités infanterie/cavalerie sont notées comme étant des "battlegroups tirés des bataillons organiques". À cela, on ajoute une unité logistique. On a ensuite la structure des régiments Griffon et Jaguar. Le régiment Griffon consiste de 4 compagnies de combat composées comme les actuelles, une compagnie de QG et une compagnie d'appui avec un peloton AT, un peloton de tireur de précision, et deux autres respectivement marqués d'une flèche et des lettres SRo. Je suppose que l'un doit être la section SAED tandis que l'autre est peut-être un élément de reconnaissance? Le régiment Jaguar contient, outre l'escadron QG, 3 escadrons Jaguars contenant chacuns 4 pelotons de 4 Jaguar et 4 VBAE ainsi que 1 ou 2 escadrons de reconnaissance (4 pelotons de 8 VBAE). Le 1 ou 2 veut peut-être dire que l'un des régiments en a deux mais en sacrifie un au profit de la brigade. Cette compagnie serait alors administrativement sous la responsabilité du régiment mais toujours employée par la brigade. Inversement, il s'agit pourrait y avoir 2 escadrons par régiment mais un des deux régiments en sacrifie un au profit de la brigade. La première option me semble cependant plus probable. Le régiment du Génie se compose de la compagnie QG, de 4 compagnies de génie de combat comprenant 3 pelotons de pionniers et un peloton de 6 MAC (marqués "APP") ainsi que d'une compagnie d'appui dotée d'un peloton EOD, d'un peloton marqué "Schw" (je vais supposer que ça veut dire plongeurs) et d'un peloton marque "WIT" (aucune idée de ce que c'est). Le régiment d'artillerie enfin se compose de la batterie QG, de deux batteries CAESAR, d'une batterie MEPAC, d'une batterie Mistral et d'une batterie senseurs. La batterie CAESAR est dotée d'un peloton d'observateurs d'artillerie (5 Griffon VOA) et de deux pelotons de 4 CAESAR. La batterie MEPAC est identique si ce n'est qu'elle comprend deux pelotons de 6 MEPAC. On notera qu'il semblerait que 4 Servals tirant des mortiers de 120 peuvent apparemment être ajoutés. La batterie Mistral comprend 3 pelotons Mistral équipés d'un radar et 6 postes de tir chacun ainsi que d'un peloton anti-drone. Enfin, la batterie senseurs est dotées d'un peloton renseignement radar, d'un peloton renseignement par imagerie (UAV ou juste analyse d'autres échelons), d'un peloton SLAS (Section Légère d'Appui Spécialisée) et deux pelotons d'observateurs d'artillerie.
  11. Le problème est logistique ici. Avec le fusil de précision, on introduit une arme d'un calibre différent au sein du groupe avec le TP et on augmente le problème avec une Minimi 7.62. Ça n'a pas l'air d'en embêter certains mais c'est quelque chose à garder à l'esprit. Personnellement, j'aurais dit qu'on devrait tout passer en 6mm ARC pour le groupe mais c'est pas comme si ça allait arriver. Sinon, on peut effectivement, en reconfigurant un peu le groupe, passer à 2 mitrailleuses. Équipe véhicule Chauffeur Chef de véhicule Tireur (sur VBCI) Équipe feu Chef de groupe Mitrailleur 1 Grenadier Tireur de précision Équipe choc Chef d'équipe Mitrailleur 2 Fusilier/AT 1 Fusilier/AT 2
  12. Difficile de dire ce que la M27 aurait du être. Entre autres, je suis à peu près sûr que les Marines voulait un magazine-fed plutôt que belt-fed. Par ailleurs, il y avait une grosse insistance sur la précision, ce qui fait que FN avait proposé un mécanisme passant automatiquement de culasse fermée à ouverte pour avoir la précision accrue de la culasse fermée en coup par coup et le refroidissement de la culasse ouverte en automatique. Ici, c'est absent et même si il y a un sélecteur de tir, la culasse est toujours ouverte. Ça montre un focus différent dans le design.
  13. La division française fait ~25000 hommes pour l'instant. On sait ce qu'il va arriver aux ~10000 hommes qui vont disparaître? Nouvelle brigade? Formation d'appuis divisionnaires plus réguliers?
  14. L'IAR n'est qu'un fusil d'assaut. Malgré tout ce que l'USMC peut en dire, c'est juste une 416 16" avec un garde main modifié et quelques accessoires (optique, poignée, bipied) qui est attribuée à un membre de l'escouade qui emporte plus de munitions plutôt qu'un M72 ou un truc du genre. Avec vos 416F, vous avez grosso modo le même fusil et pour preuve, l'USMC a fini par décider de donner des 416 à tout ses fusiliers. La nouveauté pour les US, c'est que c'est un fusil automatique (les M4 et M16 à l'époque sont à rafale (le passage de l'Army à la M4A1 ne commence qu'en 2011)) et doté d'un canon flottant améliorant la précision. C'est tout. L'EVOLYS de l'autre côté est équipée d'un canon plus épais pour plus de masse thermique, d'un mécanisme à culasse ouverte pour plus d'aération et d'une alimentation à bande pour un feu moins interrompu.
  15. Une petite comparaison de la batterie d'obusier autopropulsé américaine et de son équivalent russe. La batterie russe (2S19 Msta-S): La batterie russe d'obusier lourds se compose comme suit L'1V14M (véhicule de reconnaissance et de commandement d'artillerie) du peloton de contrôle agit comme un observateur avancé. Le 1V13M (véhicule de commandement FDC) de la section de gestion de batterie (au sein du premier peloton) agit comme un Fire Direction Centre, recevant les demandes de feu, établissant les solution de tir et assignant les ordres de tir au pièces des deux pelotons. Chaque Msta-S est servie par 5 hommes et dispose d'une réserve de 50 coups, généralement composée de 39 à 47 HE-Frag, 3 à 7 obus guidés (Krasnopol) et jusqu'à 6 munitions "spéciales", pouvant inclure des obus fumigènes, d'illumination ou même des brouilleurs. On notera que les russes disposent d'obus de 152mm nucléaire 3BV3 d'une portée de 17km et équipés d'une charge de 1kt hérités de l'URSS. Ils étaient supposés être retirés il y a deux décennies mais il en reste peut-être quelques uns qui traînent. Si la batterie fait partie d'une brigade d'artillerie (présente en Russie au niveau de l'Armée (équivalent à un Corps), elle peut aussi être dotée d'une section de ravitaillement équipée de 3 camions (probablement des Ural 6×6). La batterie est par ailleurs supportée par les éléments logistiques du bataillon, plus exactement le peloton de support matériel composé d'une section de maintenance (1 Ural), une section de transport (7 Ural dont 4 avec remorques), d'une section fuel (4 Ural) et d'une section mess. Au total, la batterie a un effectif de 49 hommes, dont 4 officiers. Plus d'informations: https://www.battleorder.org/rus-152mm-spg Encore plus d'informations (en vidéo): https://www.youtube.com/watch?v=P-EY-6YHG_0 La batterie américaine (M109A6): La batterie US est organisée comme suit: Contrairement à la batterie russe, les US n'incluent pas d'observateurs dans leur batteries. Ceux-ci sont fournis par le bataillon et généralement attachés aux compagnies d'infanterie/cavalerie/blindés. Autre différence, chaque peloton dispose de son propre FDC. Si côté russe, l'unique FDC est capable de créer des solutions de tir sur deux cibles différentes pour les deux pelotons, cette configuration à 1 FDC par peloton rend le peloton probablement plus indépendant de la batterie. La différence la plus visible cependant est la présence des véhicules de ravitaillement d'artillerie M992, un par M109. Les M109 originels étaient dotés de seulement 28 coups rendant indispensable la présence d'un véhicule capable de les ravitailler rapidement. La version M109A6 Paladin dispose de 39 coups mais le M992 reste. Parmi ces 39 coups, généralement, 37 sont des munitions conventionnelles et 2 des BONUS. Le M992 dispose de son côté de 96 munitions conventionnelles et 4 BONUS. On notera qu'un véhicule type M992 n'a pas l'air d'être mis en œuvre par beaucoup de pays utilisant d'autres obusier, quelque chose peut-être lié à l'emport de munition plus important. Comme dis précédemment, le Msta-S emporte 50 coups, le Koalitsiya-SV supposément 60 à 70, le PzH-2000 60, etc. On notera cependant que les Coréens emportent 48 coups dans leurs nouveaux K9 et disposent du K10, similaire au M992. Les Japonais ont aussi quelque chose du genre mais je ne connais pas l'emport de leurs obusiers Type 99. Dernier point, et non des moindres, chaque batterie dispose de 2 sections de ravitaillement en munitions disposant de 3 camions M1074 10×10 plus remorque chacune. Le concept est que les M992 suivent les M109 et les ravitaillent en munitions tout en faisant des allers-retours entre la section de ravitaillement et les pièces. Ainsi, contrairement à d'autres véhicules, les obusiers n'ont jamais à quitter leur secteur d'opération pour se ravitailler en munition augmentant le temps d'opération. De plus, la batterie en elle-même dispose de plus d'emport de munition que son équivalent russe, sans compter évidemment l'existence de la compagnie de support avancé à l'échelon supérieur. Le désavantage cependant est que la batterie américaine compte 90 hommes dont 5 officiers, soit pas loin du double de la batterie russe. Plus d'infos: https://www.battleorder.org/post/usa-battery-155sp
×
×
  • Create New...