mehari

Members
  • Content Count

    2,473
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    7

mehari last won the day on June 24 2018

mehari had the most liked content!

Community Reputation

1,684 Excellent

About mehari

  • Rank
    Vétéran

Profile Information

  • Pays
    Belgium

Recent Profile Visitors

The recent visitors block is disabled and is not being shown to other users.

  1. mehari

    FCAS SCAF et connexes (NGWS, drone FCAS - DP etc.)

    @elannion Tu oublies un détail: même si tu paies plus cher ton développement, les coûts engendrés par celui-ci sont répartis entre participants au programme. Imaginons que le développement avec un partenaire coûte 50% plus cher que le développement seul (soit 150% du développement seul), le coût de développement payé par chaque participant est de... 75% de ce que tu aurais payé seul, soit 25% d'économie. C'est une simplification mais ça te donne une idée de ce qui peut arriver. Certes le programme pourrait coûter plus cher que ce que la France aurait payée si elle avait fait le truc toute seule, mais rien ne dit que la France va payer plus pour autant... Au passage, le SCAF coûtera de toute façon beaucoup plus que le Rafale, pour la bonne et simple raison qu'on développe ici plus qu'un chasseur mais aussi un variété de drones, des armements, probablement un AWACS quelque part. On ignore encore la forme exacte qu'aura le système. Tout ce qu'on sait pour l'instant, c'est qu'il comporte une partie chasseur, le NGF, sous direction Dassault et au-delà de ça, c'est l'inconnue.
  2. mehari

    Marine allemande

    BAE a été éjecté?
  3. mehari

    FCAS SCAF et connexes (NGWS, drone FCAS - DP etc.)

    Le truc c'est que les Russes ne sont plus assez crédibles et les Chinois pas encore assez (enfin si pour certains mais trop loin pour nous). Ceux qui font bien un peu peur aux gens, c'est les groupes terroristes mais il est difficile de justifier l'achat de super chasseur flambant neuf capable de détruire un adversaire à 100-200km de distance par le besoin de lâcher des insurgés dans un désert ou dans des montagnes.
  4. mehari

    FCAS SCAF et connexes (NGWS, drone FCAS - DP etc.)

    Outre l'augmentation du PIB, est-ce que tu as pris en compte la variation du budget national au fil du temps, l'augmentation des coûts au fil du temps, surtout en provenance d'autres ministères que la Défense et l'inflation? Il est intéressant de voir l'augmentation du PIB sur les x dernières années, mais, dans ce cas-ci, je serais intéressé de voir l'évolution du budget français. À côté de ça, je suis d'accord avec le manque de volonté politique mais il est difficile, politiquement, de sacrifier des projets sociaux ou de (re)financement de certaines parties de l'État au profit de ce que certains considèrent parfois comme secondaire, à savoir la Défense. Et il est encore plus difficile de garantir que ces investissement dans la défense ne seront pas abandonnés sous la législature suivante.
  5. Bof, on en est au point où même le Vlaamse VolksBeweging ne veut pas de réforme de l'État. La raison? Ils estiment élevées la probabilité d'arriver à une refédéralisation (i.e. recentralisation) de certaines compétences. https://www.vrt.be/vrtnws/fr/2019/04/19/le-vlaamse-volksbeweging-appelle-le-senat-a-ne-pas-approuver-une/
  6. Oui mais, soyons honnête, les US ne se sont jamais soucié de l'opinion de leurs partenaires sur ce sujet. Laissez moi donc conter la fantastique histoire des fusils d'assaut et des calibres intermédiaires au sein de l'OTAN. Il était une fois un peintre autrichien avec une moustache bizarre et des... Appelons ça des problèmes de tempérament. C'est une longue histoire mais toujours est-il que ce peintre autrichien réussi à devenir chancelier allemand et envahir la quasi-totalité de l'Europe. À l'époque, les armées avaient deux types d'armes: la mitraillette, capable de tir automatique mais inutilisable à distance, et le fusil, semi-automatique ou à verrou, efficace à distance mais inutilisable à courte-distance. Et entre les deux, rien. Vient alors, dans les rangs allemands, l'idée d'une arme capable de tir automatique contrôlable mais plus puissante qu'une mitraillette et permettant à tout soldat de faire du tir de suppression, démultipliant ainsi la puissance de feu d'une escouade. Le calibre est certes moins puissant que le 7.92×57 Mauser que les allemands utilisaient, spécialement à distance, mais le soldat moyen n'avait pas besoin d'une arme capable de tirer à 1 km non plus. Et surtout, il est plus léger permettant au dit soldat d'emporter plus de munitions, compensant ainsi la cadence de tir accrue. Dans la langue des contes pour enfants bizarres, cette arme sera appelée un Sturmgewehr et la première du genre, le Sturmgewehr 44. Dans la langue de Molière, on appelle ça un fusil d'assaut. Un fusil d'assaut est défini par les critères suivants Il doit être capable de tir automatique et semi-automatique Il doit tirer un calibre intermédiaire, plus long, plus puissant et portant plus loin qu'un calibre de pistolet/mitraillette mais plus court, plus léger et avec moins de recul qu'un calibre de fusil, permettant un tir automatique contrôlable (du moins en courtes rafales) Les munitions doivent venir d'un chargeur détachable La portée doit être d'au moins 300m Voyant celà, les Soviétiques reprirent le concept pour développer le 7.62×39mm et l'arme associée, l'AK (appelées AK-47 en Occident). Côté occidental, l'OTAN nouvellement formée recherche elle aussi un nouveau calibre, mais surtout elle cherche la standardisation. Si l'Occident devait un jour être en guerre avec les Soviétiques, il fallait que les troupes puissent interchanger armes et munitions et donc un calibre et un fusil commun à tous. Les Britanniques commencèrent leurs propres recherches dès 1945, évaluant plusieurs calibres avant de choisir de se concentrer sur le .270 et le .280 British. Cependant, le .270 British est vite abandonné. En effet, de l'autre côté de l'Atlantique, l'état-major américain est assez rétif à l'idée du calibre intermédiaire. Il sont d'accord avec l'avantage du tir automatique pour le soldat individuel mais refusent de faire quelque compromis que ce soit sur la précision et l'efficacité du tir individuel à distance. Pour ce faire, ils poussent vers l'avant leur propre calibre, le .308 Winchester, un calibre de fusil. Pour rivaliser avec la puissance du .308 et espérer faire changer les US d'avis, les ingénieurs britanniques, rejoins par leurs confrères belges de la FN, poussent le .280, en désignation métrique 7×43mm, à ses limites: augmentation de la masse du projectile, augmentation de l'énergie de la poudre, augmentation de la taille de la douille pour loger plus de poudre sur base de la douille de .30-06 Springfield. Toutes ces modifications augmentent certes magistralement la puissance de la .280 mais elles augmentent aussi poids et recul, au point que le .280 n'a plus grand chose à voir avec un calibre intermédiaire. Rien n'y fait, les Américains insistent. La rumeur veut qu'un compromis aurait alors été fait par Churchill: la 7.62×51mm serait adoptée comme calibre OTAN et le FAL, rechambré pour la nouvelle munition serait le fusil OTAN. Les US acceptent, l'Europe adopte la 7.62 et les US le M14. On est en 1954 et le STANAG 2310 est né. Quelques années plus tard, on est en pleine guerre du Vietnam et les US se rendent compte que leurs fusils sont peu adapté au combat en junge: lourd, avec beaucoup de recul, incontrôlable en tir automatique, les munitions sont trop lourdes pour être emportées en nombre, etc. En bref, les troupe US sont dépassées par les Viet équipés d'AK. Au pays, un général de l'Air Force du nom de Curtis Le May entend alors parler d'un fusil du nom d'AR-15 tirant la petite mais véloce .223 Remington. Impressionné par le faible recul de l'arme et la légèreté des munitions, permettant un grand emport, il en commande pour l'Air Force, afin de remplacer les carabines M2 utilisées à l'époque. Lors de tests supplémentaires, il s'avèrent que 43% des tireurs atteignent le niveau Expert, contre seulement 22% pour la M14. L'Armée Américaine commande alors 80 000 unités sous le nom de M16. On est en 1961, 7 ans après l'adoption de la 7.62 et les US viennent apparemment de découvrir l'intérêt d'un recul faible... Surtout, ils ont empêché tous leurs alliés, désormais dotés en 7.62 et armes assorties, d'adopter un calibre intermédiaire et un fusil d'assaut. En 1970, 16 ans après avoir laissé tombé un calibre intermédiaire à la demande des US, les membres de l'OTAN signent un accord pour le développement d'un nouveau calibre intermédiaire, à la demande des US. Une version modifiée par la FN de la .223 Remington est adoptée, la SS109 (M855 aux US) en 1980, mais il faudra encore quelques années pour que les membres fassent le pas, généralement à la fin de la guerre froide (1978 pour la France (pas membre à l'époque), 1985 pour l'UK, 1989 pour la Belgique, 1997 pour l'Allemagne). À partir de là, tout va bien, ou presque. En 1986, les US lancent le programme ACR, pour remplacer la M16. Celui-ci produit 4 prototypes de munitions: 2 fléchettes, un basé sur des munitions sans étui et un prototype de munition duplex, doté de 2 projectiles. Le programme est cependant annulé en 1990. Par contre, on décide de raccourcir les canons pour rendre les armes plus facile à utiliser en environnement confiné et à transporter en véhicule ou en avion. Puis viennent l'Afghanistan et l'Irak où on se rend compte que la 5.56, si efficace au Vietnam et ailleurs, ne produit pas des effets fiables: certains rapportent des résultats dévastateurs tandis que d'autres se plaignent de son manque d'impact. La raison est simple: la 5.56 est une SCHV, elle repose sur sa vitesse pour maintenir son énergie et de bonne performances terminales et est prévue pour un canon long, aux alentours des 20 pouces du M16. En raccourcissant ce canon à 14 pouces, on diminue sa vitesse à la bouche et donc son potentiel à distance... De plus, le combat de montagne afghan donne des engagements au-delà des distances initialement prévues pour la 5.56. Du coup, après maintes tentatives de remplacer le couple M4/M16 (ACR, Individual Carbine), la 5.56 (6.8 SPC) ou les deux en même temps ainsi que des programmes d'amélioration de la 5.56 (M855A1, Mk262, etc.) les US ont lancé la compétition NGSW, visant à fournir un fusil d'assaut et un "fusil automatique" (arme automatique d'escouade) tirant une balle de 6.8mm fournie par le gouvernement. Le design de la cartouche, le mécanisme de tir, etc. sont laissé à la discrétion du fabricant et je n'ai pas pu trouver beaucoup d'infos sur les caractéristiques exactes de ce qu'ils veulent. Cependant, il est intéressant de revenir au début de notre histoire. Lorsque les britanniques ont commencé leur programme de calibre intermédiaire, ils ont abandonné une option pour se concentrer sur le .280 British afin de concurrencer le calibre américains: le .270 British, soit 6.8mm... Tu fais la supposition que la nouvelle balle puisse être tirée d'une AR-15. Or, d'après ce qu'on sait des demandes US, ce ne sera probablement pas le cas. Si on est confronté à une architecture conventionnelle, elle sera probablement plus longue que la 5.56, comme le .264 USA rendant impossible l'utilisation des lower d'AR-15 et plus que probablement des upper. Pire, si on est face à une architecture complètement nouvelle, comme un 6.8mm CT, il sera impossible d'adapter quoique ce soit pour tirer le nouveau calibre. C'est une réflexion qui devrait se faire au sein de l'OTAN mais comme je le montre plus haut, ce n'a jamais été le fort des US et c''est un peu tard. Soyons clair, la standardisation des calibres d'infanterie n'a jamais été facile au sein de l'OTAN. Il y en a eu 5 en tout 9mm NATO: Simple mais c'est un calibre qui prédate la Seconde Guerre Mondiale et qui était déjà répandu alors 12.7mm NATO: De nouveau, il s'agit d'un calibre qui prédate le Seconde Guerre Mondiale 7.62mm NATO: Forcé par les US au dépens d'un (de deux) calibre(s) conceptuellement supérieur(s) 5.56mm NATO: Forcé par les US après qu'ils se soient rendus compte de la connerie qu'ils avaient fait avec le 7.62 5.7mm FN: Remplacement de la 9mm accepté par les US mais rejeté par l'Allemagne parce que HK allait perdre (malgré le fait que le système HK était inférieur et qu'il ne remplissait même pas toutes les demandes...).
  7. mehari

    FCAS SCAF et connexes (NGWS, drone FCAS - DP etc.)

    Tout est une question de perspective. Pour le besoin allemand (et du reste de l'Europe à l'époque) d'avoir un avion de supériorité aérienne et un avion de frappe, la chute a été un événement malheureux vu que le second a été abandonné et qu'il était trop tard pour intégrer ce besoin au premier. Pour les budgets militaires de beaucoup de pays en Europe, ça a aussi été malheureux. Pour le reste par contre, il est difficile de trouver à y redire...
  8. mehari

    FCAS SCAF et connexes (NGWS, drone FCAS - DP etc.)

    Ils ont acheté un appareil qui correspondait au besoin exprimé au début du programme au début des années 80: un avion de supériorité aérienne. Malheureusement, le besoin a changé avec la chute du Mur.
  9. mehari

    Ici on cause fusil

    C'est toujours moins cher qu'un MR556 (HK416) ou SCAR-16S. Cependant, je suppose que comme pour ces deux compagnies, c'est le prix pour civils et le prix pour les militaires est plus bas.
  10. mehari

    Marine allemande

    C'était pas 6 exemplaires? Mais sinon, je suis d'accord, 10 000 c'est énorme (et d'ordinaire justifié par un grand nombre de systèmes anti-aériens et anti-surface en VLS). Pour une plateforme ASW, c'est considérable.
  11. mehari

    FCAS SCAF et connexes (NGWS, drone FCAS - DP etc.)

    Aujourd'hui? Pas d'alternative. En 2035-2040? C'est à voir. L'AESA pour chasseur a presque 25 ans et on est en train de prototyper les premiers radars quantiques. Qui sait où on en sera dans 15 à 20 ans?
  12. mehari

    FCAS SCAF et connexes (NGWS, drone FCAS - DP etc.)

    Juste pour signaler, il n'est même pas dit que le radar du NGF soit encore du type AESA...
  13. mehari

    Missilerie de combat terrestre

    J'allais justement suggérer de diversifier les armements de type roquette dans l'armée française pour lui permettre d'adapter ses sections à tous les types de situations. De fait, un armement AT comme l'ERYX n'est pas nécessaire dans des conflits comme le Mali ou l'Afghanistan où les chars sont inexistants (en Irak/Syrie, c'est une autre histoire). Cependant, beaucoup d'armées recommencent à s'équiper contre des menaces symmétriques (je pense aux US) et la menace blindée pourrait un jour ressurgir. À ce titre, je me demandais si doter l'armée française d'une variété de munitions différentes mais dont l'utilisation dépend du type de conflit ne serait pas une bonne idée. On pourrait alors avoir 3 ou 4 types d'armement dont l'utilisation varierait suivant la situation Lance-roquette léger type M72 LAW: contre-insurrection dans les main des équipes 300m Lance-roquette "lourd" type AT4 CS: combat symmétrique dans les mains des équipes 300m Canon sans-recul CGM4: contre-insurrection dans les mains des groupes d'appui Missile anti-char courte-portée léger (Spike-SR): combat symmétrique dans les mains des groupes d'appui Ce genre de disposition permet d'adapter la section au conflit. Par exemple, dans le cas des guerres d'Irak et d'Afghanistan, les US se sont retrouvés à réintroduire les M72, leur masse (2.5kg), leur faible coût et l'absence de cibles blindées faisait de ces armes des outils idéaux pour ces guerres, plus intéressant que les AT4. Cependant, en cas de conflit symmétrique, les Marines et autres GI's retrouveront très vite leurs AT4. De même, dans le cas des groupes d'appui, la puissance AT d'un ERYX n'est pas nécessaire en contre-insurrection. Par contre, un CGM4 avec 3 munitions pèse à peu près autant et a une portée oscillant entre 500 et 1000+m (dépendant du type de HE utilisé) et peut servir à l'illumination, au déploiement de fumigènes, à l'anti-structure, etc. De même, en conflit symmétrique, un Spike-SR permettra au groupes d'appui de posséder d'une bonne capacité AT, complémentant celle des groupes AT dédiés du régiment (avec ici un gain de poids et de portée sur l'ERYX). Bien sûr, tout ça coûte plus cher: il faut acheter et stocker 4 types de munitions, former les soldats sur 2 à 4 de ces types et du coup, peut-être impossible à faire, même pour un pays comme la France, tout en annulant le fait que chaque homme soit entraîné à manier l'AT4. Cependant, le gain en flexibilité est appréciable et permet d'équiper optimalement les sections dans les deux cas de figure. De même, je me demande si fournir deux longueurs de canons à chaque homme (à interchanger suivant la situation attendue pour la mission) peut-être intéressant.
  14. mehari

    Missilerie de combat terrestre

    Simple question. Pourquoi avoir choisi des AT4 pour équiper le tireur roquette1 de la section au lieu du Carl Gustav M4? Si l'AT4 est plus léger, individuellement parlant, et donc intéressant pour les groupes (dont les soldats n'emportent qu'une unité), un binôme lance roquette du groupe de support devrait emporter plus que ça et donc bénéficierait du fait de pouvoir recharger le tube plutôt que d'emporter un tube par tir. Ainsi, si un CGM4 pèse 6.6kg vide, soit la même chose qu'un AT4 standard prêt à tirer (8kg pour la version CS), une munition de CGM4 pèse entre 3.1 et 4kg (suivant la munition). Du coup, si on prend un CGM4 avec 2 munition, on atteint 14.6kg (au plus) et deux AT4 CS 16. Un tir de plus, et le CGM4 pèse 18.6 (au plus) et 3 AT4CS 24kg. Du coup, il me semble que pour un binôme dont le rôle est de manier ce type d'armement, un CGM4 serrait plus approprié vu que ça permettrait d'emporter plus de munitions. 1 Je sais pas comment appeler ça. Le grenadier-propulsé? Le servant de lance-roquette?
  15. mehari

    La Composante Air belge

    Je signale juste ce qui est, ou n'est pas punissable en droit belge... Par ailleurs, je trouve toujours l'accusation de corruption contre l'ensemble de l'État-major de la Composante Air douteux. Est-ce que l'EM CA était biaisé F-35? Plus que probablement. Est-ce qu'ils sont corrompus pour autant? Difficile à dire... Pour Gennart, il n'est pas pertinent: il n'a rien à voir avec le dossier (et fait même partie du parti qui vous supportait le plus (jusqu'à ce que vous rendiez sa tâche impossible)). De nouveau, tant qu'il n'est pas en uniforme, il ne représente personne d'autre que lui même.