Niafron

Members
  • Content Count

    1,037
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    4

Everything posted by Niafron

  1. Puisqu'on parle de la France et de la confédération, spéciale dédicace monsieur le Cajun: ci-dessus les "Tigres de Louisiane" ( qui comptaient pas mal d'Irlandais de ce que j'ai compris d'ailleurs, puisque tu en parlais).
  2. D'accord avec tout ça. A vrai dire, j'ai commencé par "polémiquons un peu"... un peu de provoc, c'est bien pour lancer un débat! Mais bien entendu que ce n'était pas si simple, que les explications sont toujours multifactorielles etc... quant au Nord, je n'ai jamais oh grand jamais prétendu que c'était les gentils de l'histoire. Donc oui, j'ai simplifié, mais c'était pour attirer l'attention sur un facteur peu souvent abordé ( lié justement au contexte de l'époque ) qui est la volonté universaliste voir idéaliste de bâtir une société parfaite et de l'exporter auprès de peuples supposés moins avancés. En lien direct avec la révolution française. Et il est tout à fait légitime ( et je dirais salutaire ) de rappeler que cette idée ne fût pas que le fait d'horribles exploiteurs de droite mais tout aussi partagée par des personnalités classées à gauche ( ou progressistes ) dont Jules Ferry est effectivement une figure emblématique. C'est intéressant parce qu'effectivement, d'une époque à l'autre on confond tout. Pour marquer des points godwin, je dirais que les sudistes sont souvent vus par le grand public actuel comme des nazis d'avant la lettre. C'est à mon avis une erreur fondamentale justement liée à une analyse par le prisme actuel. Certes, tu peux faire un lien entre les deux en les rattachant à la famille des suprématistes blancs, mais les nazis ne prétendaient pas à bâtir un monde idéal pour les juifs ou les slaves ( l'humanisme chrétien leur étant globalement étrangers, ils se référaient surtout à la loi du plus fort ) là où les sudistes étaient, pour beaucoup, réellement convaincus qu'ils allaient donner aux noirs la meilleure place à laquelle ils pouvaient prétendre. Etant entendu que dans les deux cas, le raisonnement était basé sur la fausse et pseudo scientifique croyance que que les races existent et que la race blanche est supérieure aux autres. Stephens invoque d'ailleurs clairement la science et le progrès dans son discours ci-dessus, mais comme les révolutionnaires français avant lui. Un point intéressant d'ailleurs: A la base, la confédération a eu une constitution dite provisoire qui fût presque tout de suite contestée par le parti dit des "mangeurs de feu". Ce qui aboutit quelques semaines plus tard à une constitution définitive aux accents racistes et esclavagistes nettement plus marqués. Or, le plus fascinant dans l'affaire, est que la constitution provisoire était l'oeuvre d'un parti dit "modéré" qui était constitué d'hommes d'affaires, grands exploitants agricoles, et qui représentaient ceux qui possédaient réellement en grande quantité des esclaves. Les mangeurs de feu étaient eux des populistes s'étant fait les portes voix des classes moyennes et populaires blanches des villes et des campagnes, qui, comme nous l'avons vu, n'avaient pour leur part pas ou peu d'esclaves, mais étaient très imprégnés de l'idéologie dont nous parlons, ainsi, comme tu le fais remarquer @Gibbs le Cajun d'un sentiment patriotique propre à la culture particulière du Sud. En fait, les modérés espéraient arriver à un compromis avec le Nord dans l'espoir d'éviter la guerre, et, paradoxalement, n'en rajoutaient pas trop sur la question de l'esclavage justement dans l'idée de pouvoir le conserver en l'état dans le Sud, leur intérêts économiques étant en jeu. Au final, les mangeurs de feu ( emmenés par les représentants de la caroline du Sud, le parti modéré étant pour sa par surtout fort dans la délégation des géorgiens ) ont fini par avoir gain de cause, et il n'était dès lors plus possible d'éviter la guerre. Bon, tout cela, c'est de l'Histoire, mais si j'avais un conseil à donner à la gauche américaine actuelle ( enfin j'imagine qu'ils se foutent pas mal du point de vue d'un pauvre petit frenchy), c'est d'étudier de près les ressorts politiques, culturels, religieux, sociaux et psychologiques du Sud à l'ouverture de ce conflit, car il me semble évident qu'elle a énormément de mal à comprendre et à parler à la population blanche du Sud des états-unis. PS: alors OK, je sens qu'on va me dire que je suis HS, mais je ne trouve pas. Les motivations des combattants sont fondamentales à comprendre pour expliquer le comportement d'une armée sur le champs de bataille, et dans le cas des sudistes, quoiqu'on pense de leur racisme endémique, on peut difficilement nier la bravoure dont ils firent preuve quatre ans durant sur le champs de bataille face à un ennemi très supérieur en nombre et mieux armé.
  3. Dans le cas de la France, on aura au moins retenu les leçons de 1914... c'est déjà pas mal, les anglais ont attendu 1916 pour ce qui les concerne et ça a fait très mal sur la Somme.
  4. L'Allemagne est moins va-t'en guerre, certes… mais elle le serait d'avantage si une de ses frégates avait été illuminée par un système de conduite de tir turc… donc, ce n'est pas qu'une question de posture, mais aussi de manque de solidarité. Ce qui ne me choque pas forcément comme je l'expliquais tantôt, mais faut dire ce qu'y est.
  5. Pour plussoyer, ci-dessous une photo du champ de bataille de Petersburg. Eloquent non? On se croirait à Verdun…
  6. Hum... Allez, qu'on s'endorme pas ( les soirées d'automne vont être longue avec ce couvre feu), je vais polémiquer un petit peu, ça nous réveillera. On parlait de l'influence française, vous avez déjà entendu parler du Cornerstone speech? C'est un discours du Vice président de la confédération Alexander Stephens daté du Printemps 1861 et que vous trouverez en intégralité ici: https://www.battlefields.org/learn/primary-sources/cornerstone-speech En gros, il explique que reconnaître la supériorité de la race blanche sur la race noire ( et l'inaptitude de cette dernière à la civilisation ) est la pierre angulaire de la "révolution" sudiste. Et le terme révolution, comme je disais, ne sort pas de nul part. Il fait bien sûr référence à la révolution américaine de 1776, mais pas que… Un extrait du discours: "We have intelligence, and virtue, and patriotism. All that is required is to cultivate and perpetuate these. Intelligence will not do without virtue. France was a nation of philosophers. These philosophers become Jacobins. They lacked that virtue, that devotion to moral principle, and that patriotism which is essential to good government Organized upon principles of perfect justice and right-seeking amity and friendship with all other powers" En gros, pour vous la faire simple ( c'est mon opinion en tout cas, mais on va pouvoir en débattre ), il y a une vraie prétention chez les confédérés à continuer, pour ne pas dire à parfaire et achever la révolution française, entre autre dans sa dimension universaliste. Exemple : "and I cannot permit myself to doubt the ultimate success of a full recognition of this principle throughout the civilized and enlightened world" Autre point intéressant, le côté nous avons le devoir de civiliser les barbares: "We hear much of the civilization and Christianization of the barbarous tribes of Africa. In my judgment, those ends will never be attained, but by first teaching them the lesson taught to Adam, that "in the sweat of his brow he should eat his bread," and teaching them to work, and feed, and clothe themselves." Ca vous rappelle un truc? Bref… Bon, c'est le côté obscur de la révolution française, mais ça m'a permis de piger un truc sur les sudistes. Leur farouche volonté de combattre n'était ni basée sur le désir un peu mesquin de posséder un autre être humain ( ils n'étaient pas propriétaires d'esclaves pour la plupart ), ni sur le patriotisme ( enfin quand même un petit peu ), ni même sur la peur de voir les noirs s'en prendre à eux en cas d'abolition. Non, le sel de la chose, c'est leur fanatisme idéologique, leur conviction qu'en tant que suprémacistes blancs, ils avaient enfin inventé la société parfaite dans laquelle chacun était à sa place en fonction des capacités données par Dieu. D'où leur désir de propager leur glorieuse révolution et leur grande vérité au reste du monde. Un peu comme… le pays de philosophes mentionné ci-dessus…
  7. Tant qu'on peut dire des conneries à coup de clavier… nan sinon ce serait triste dans le coin… Et surtout ne me remerciez pas pour cette remarque absolument fondamentale.
  8. Et une précision supplémentaire qui me semblait couler de source vu les dates, mais qui sait: l'organisation des deux armées est de type divisionnaire, totalement copiée sur le système Napoléonien. La draft ( pardon, la conscription, big up à Jack All good ) s'inspirait aussi du système français. https://www.warhistoryonline.com/american-civil-war/drafts-american-civil-war.html#:~:text= The Drafts – Building the armies of,overall idea of this draft caused... More
  9. Sur l'influence étrangère: L'influence française est considérable et pas qu'au niveau militaire, au niveau idéologique aussi ( voir les références à la révolution française à la création de la confédération). Pour la partie tactique, je me souviens que les 2 généraux en chef à la bataille de Bull run entendaient copier la tactique de Napoléon à Austerlitz… Côté nordiste, le manque d'officiers de haut rang au début de la guerre a très sérieusement fait songer à Lincoln d'engager un général étranger, un allemand je crois, mais je ne me souviens plus qui… Pour la stratégie, toujours côté nordiste, c'est une stratégie à l'anglaise, celle de l'anaconda qui a finie par s'imposer, mais je me souviens que lorsqu'au début du conflit, elle fût conseillée par le général Scott, ce dernier fût limogé… Lincoln préférant entendre parler d'une victoire rapide. Pour les + et les -: le fusil Enfield des confédérés était meilleur que ce qu'avaient les nordistes au début de la guerre, le Springfield 1861 n'étant alors dispo qu'en quantité limitée. Les arsenaux du Nord ont cependant vite fait le nécessaire. Pour l'infanterie, au moins au début, les sudistes étaient mieux instruits et surtout plus motivés. Moins bien équipés en revanche, les uniformes par exemple pouvaient être assez disparates… L'essentiel des innovations type fusils à répétition et mitrailleuses sont venues côté nordiste. Pour l'artillerie, avantage considérable pour le Nord. Non seulement beaucoup plus de pièces, mais toutes ou presque à canon rayés contre un mixe lisse/rayé côté sudiste. Ecart abyssal pour l'artillerie lourde. Le Sud dominait en revanche très largement en terme de qualité ( et aussi de quantité au début ) pour la cavalerie. Sur mer, pas de match. Toute la marine ou presque est restée fidèle à l'union, et les capacités des chantiers étaient très largement favorable aux nordistes. Les sudistes se sont cependant montrés très créatifs avec leurs corsaires, leurs sous marins, etc... Enfin, le commandement, net avantage aux sudistes, là encore allant en s'atténuant sur la durée. Entre autre parce que beaucoup d'officiers avant guerre étaient sudistes d'origine. EDIT: ah oui, je pense que la plupart ici le savent, mais avantage numérique considérable pour les nordistes... de l'ordre de 2 vs 1 bien souvent.
  10. Niafron

    Nom du FCAS ?

    Hum... les trucs à base de Wind, pas sûr que ça rappelle de bons souvenirs. Surtout aux alsaciens: https://fr.wikipedia.org/wiki/Opération_Nordwind
  11. Niafron

    Nom du FCAS ?

    Faut que ça fasse franco allemand… Du coup, Durandal ça me semblait bien. Le Paladin sinon.
  12. Y a pas que le besoin. Comme tu le dis, nous n'avons pas les mêmes fournisseurs, y a toute une série d'intérêts géostratégiques, économiques et politiques entremêlés derrière.
  13. Niafron

    Nom du FCAS ?

    Le Durandal.
  14. Enfield Pattern 1853 des sudistes: Springfield Model 1861 des nordistes: Ce sont les deux armes principales du conflit. Inspirées du fusil Minié (c'est français messieurs!).
  15. C'est vraiment prendre le problème par le petit bout de la lorgnette… ça ne se limite pas à Chypre. La Turquie est à la manœuvre tous azimuts. Ca ne peut-être qu'une politique concertée d'affirmation en tant que puissance. Et ils ne s'arrêteront plus. Sauf si quelqu'un les arrête… Donc, tergiverser sur le gisement gazier, c'est soit être totalement naïf, soit se laver les mains consciencieusement de la question. Pas pareil… l'OTAN, à la base, tu as l'oncle Sam qui domine totalement l'alliance… et tu avais la menace soviétique par dessus. Pour l'UE, on parle de puissances moyennes aux intérêts très différents qui essaient tant bien que mal ( et plutôt mal que bien ) de se coordonner face à une multitude de menaces plus ou moins graves. Et les clauses, c'est bien, mais sans leadership ni volonté politique évidentes, la rigueur dans l'application est toute relative. Moi, j'ai pas dit que j'étais pour l'alliance fédérale. Ni le contraire… mais j'observe… une vraie coordination en matière de défense dans ces conditions ne me semble pas réaliste. Surtout pour des pays qui ont passé l'essentiel de leur histoire à se foutre sur la tronche. J'estime que c'est dans la nature des choses sans qu'on doive pointer du doigt un tel ou un tel.
  16. Disons que si les turcs n'étaient pas venus nous marcher sur les pieds au Liban et en Libye, on s'exciterait un peu moins je pense… sans parler des conduites de tir braquées sur nos navires de guerre. On avait pris assez philosophiquement l'offensive sur le Rojava par exemple… moins notre sphère d'influence.
  17. Oui. Mais on le fera uniquement si ça sert nos intérêts ou si on a vraiment pas le choix… sinon, on trainera des pieds. Alors après, y a intérêts et intérêts. Par exemple, il arrive que des états prennent des décisions géostratégiques surprenantes pour cause de politique domestique. Et sinon, je me faisais la réflexion… pendant qu'on discute, le moustachu est quand même en train de foutre le bordel sur TROIS continents…
  18. Alors l'autre, c'est le roi Loth dans Kaamelott en fait. Effectivement, on peut faire un rapprochement avec Erdogan. Ceci dit, je voulais surtout pointer le fait que les grands sentiments et la solidarité, en politique extérieure, ça n'existe pas. C'est chacun pour sa gueule, c'est comme ça, même dans des circonstances particulièrement dramatiques, c'est le règne de l'égoïsme ( genre les anglais qui décrochent en Mai 40 sans avoir pris la peine d'en informer le GQG ). Donc on peut vitupérer à l'envie contre ce genre de conduites, mais c'est juste la règle. Du coup, une union qui n'impose pas cette solidarité, bah oui, c'est pas une union. Par contre, chacun est libre de ses opinions, mais à un moment, faut faire un choix. Soit on est contre le renoncement à la souveraineté et dans ce cas, on ne se plaint pas du fonctionnement actuel de l'UE. Soit on veut une UE forte et par voie de conséquence... Voilà, fin du HS pour ma part. Sinon, quand est ce qu'on lui flanque sur la gueule au moustachu?
  19. Hum... les 3 mousquetaires... c'est beau... mais quel rapport avec la conduite des affaires d'un état? Comme disait l'autre: "Pour faire court, vous êtes ici chez les salopards. C’est admis. On n'a pas des idées bien jojos, et on n’a pas peur de le dire ! On fomente, on renégate, on laisse libre cours à notre fantaisie."
  20. En même temps, que la chancelière allemande défendre les intérêts de l'Allemagne… bon, ça semble à peu près raisonnable… je pense que pas mal de monde ici hurlerait si le président français n'en faisait pas autant pour la France. Ce qui manque surtout, c'est une autorité fédérale pour imposer une politique unie. Si on est pour le principe de l'union, bien entendu.
  21. CHARLEMAGNE - JULES FERRY - MAO ZEDONG Rayez la mention inutile...
  22. Il n y a ni presse ni élection libre en Chine. Donc on ne sait absolument pas ce que pensent les chinois... tu sais ce que pensent DES chinois, ceux que tu as côtoyés ou lus, et encore, sous réserve qu ils se soient sentis libres d exprimer leurs pensées. Les autres, on ne sait pas, donc ne parlons pas à leur place. D ailleurs, va juste falloir arrêter de parler des " chinois ", nous parlons d un possible crime contre l humanité du PARTI COMMUNISTE CHINOIS, pas de l habitant lambda de Pékin ou de Shanghaï à qui les dirigeants du pays ne demandent pas son avis. Et pour finir, génocide ou pas genocide, camp de concentration light ou hard, culture chinoise ou occidentale, est ce que les uns ont déjà fait pire que les autres... on s en tampone, c est juste indéfendable, on peut discuter des faits, mais moralement, y a zéro débat.